Digital Art: who cares ? With a documentary on born-digital art

What is needed to be able to support museums and artists to sustain their digital born artworks for the future? This documentary has been created as part of the research project Transformation Digital Art’. A project about conservation strategies for digital art by The Foundation for the Conservation of Contemporary Art (SBMK) in collaboration with LIMA, Kröller Müller Museum and Gemeentemuseum Den Haag.

Ce film documentaire, créé dans le cadre du projet de recherche «Transformation Art numérique », date de Février 2016.  Ce projet concerne les stratégies de conservation de l’ art numérique et a été initié de mai 2014 à Novembre 2015 par la Fondation pour la conservation de l’ art contemporain (SBMK) en collaboration avec LIMA (lien LIMA), Kröller Müller Museum et Gemeentemuseum Den Haag.

A l’instar d’une société  de plus en plus imprégnée par le numérique et la technologie, les artistes contemporains font appel à ces ressources pour créer des œuvres qui  reflètent leur milieu. En manipulant des logiciels et même en créant les leurs, ils explorent de nouvelles fonctionnalités jusqu’aux limites du possible.

En conséquence, les institutions collectionneuses et les archives sont de plus en plus confrontées à des œuvres qui ne se caractérisent plus par un support physique, mais qui existent uniquement sous forme numérique: c’est l’art d’origine numérique  (born-digital art).

L’affichage et le stockage de de type d’art consistent en de nouveaux  défis, car les oeuvres dépendent d’un environnement technologique qui ne cesse d’évoluer rapidement: les logiciels et l’ équipement technologique se développent. Alors, soit les oeuvres sont capables d’ évoluer de la même manière, soit elles disparaissent pour toujours.

Résultat de recherche d'images pour "Peter Struycken timbre beatrix"

Peter Struycken, un pionnier dans l’ art numérique, est très connu en Hollande en tant  que le concepteur des timbres-postes  pointillistes de la Reine Beatrix, diffusés à partir des années 1980 jusqu’ aux années 2000. Ses oeuvres collectionnées et conservées par de nombreux musées néerlandais, sont typiques des  problèmes qui se posent à propos de la préservation de l’ art numérique. Ses recherches sont éclairantes pour le traitement de l’ art numérique aujourd’hui et dans l’avenir. Ce documentaire présente un certain nombre d’approches possibles.

Some links:

Des liens

Stedelijk Museum Amsterdam
Kröller-Müller Museum
Musée Boijmans Van Beuningen
Bonnefantenmuseum
Gemeentemuseum Den Haag
Van Abbemuseum
Museum De Pont
Centraal Museum
Dutch Cultural Heritage  Agency
Rijksmuseum Twenthe
Stedelijk Museum Schiedam
CODA Apeldoorn
Frans Hals | De Hallen
Musée Beelden aan zee
Museum Arnhem
Mu.Zee Oostende
EYE Film Insititute
Rijksmuseum Amsterdam
Art Foundation Akzo Nobel
Rabobank Kunstcollectie
ING Kunstcollectie
LIMA
INCCA
SRAL
Restauratoren Nederland
Inside Installations
CoOl
Variable media  network
STT
NIMk 
PH5
C-R training Univ. Amsterdam
Kunstenaarsmateriaal

Contrats et modèles

 

Colloque INHA

Colloque « Comportement mécanique des peintures » – 29 & 30 septembre 2016 – INHA, Paris

Les communications pourront porter sur des sujets variés, par exemple :
• mesures physiques, surveillance et prédiction
• mécanismesd’actions
• documentation et constats d’état
• solutions pratiques et stratégies de conservation

• études de cas…

Les auteurs qui souhaitent présenter un travail en cours ou achevé, une recherche ou un cas d’étude pertinent, sont invités à soumettre un résumé de 300 mots maximum avant fin février 2016.
Les auteurs retenus devront envoyer un résumé détaillé qui sera inclus dans le programme du colloque avant fin juin 2016.

Télécharger ici l’annonce complète

Contact : painting.mechanical.2016@gmail.com

Colloque organisé par les groupes de travail Conservation préventive, Documentation et Peintures de l’ICOM-CC en partenariat avec la fondation des sciences du patrimoine, l’Institut National du Patrimoine, l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. et le C2RMF.

Les 4 formations publiques françaises à la conservation-restauration

Voici ci-dessous comment le MCC présente de bien piètre manière, la discipline de la conservation-restauration et les 4 formations initiales permettant d’accéder à un diplôme au grade de Master.    ICI  
L’appellation « restaurateur du patrimoine » est celle choisie par l’INP pour ses diplômés,  en dépit de la définition de la profession établie par l’ICOM-CC depuis 1984 et par le code de déontologie des musées voté initialement lors de la 15 ème assemblée de l’ICOM en 1986 à Buenos Aires,  Le conservateur-restaurateur : une définition de la profession   et de la   résolution 7    adoptée lors de sa 27 ème  assemblée en 2010 à Shangaï [ « La conservation-restauration est complexe et exige la collaboration de professionnels qualifiés dans les divers domaines pertinents. En particulier, tout projet impliquant des actions directes sur le patrimoine culturel requiert un conservateur-restaurateur. (réf. définition de la profession par ICOM-CC, Copenhague, 1984, et Code de déontologie de l’ICOM).  » ] Au nom de quelle « exception française » le site du ministère, éludant les   Règles professionnelles de l’ECCO   adoptées par l’Assemblée Générale de l’ECCO, le 11 juin 1993 et modifiées par l’Assemblée Générale de l’ECCO, le 1er mars 2002, persiste à imposer « restaurateur du patrimoine » comme appellation générique ? Pourquoi le MCC cautionne-t-il cet isolationnisme, en France même, malgré la ratification française des textes de l’ICOM ?

Telle qu’elle est cantonnée à une intervention matérielle en vue d’une transmission dans le futur, la définition sommaire de l’activité est inexplicablement erronée. On conserve et on restaure aussi, et certainement d’abord, pour une transmission au présent !

En limitant l’intervention de  cette activité à la matière des biens culturels, elle passe notamment sous silence le travail d’enquête, d’étude préliminaire et de documentation pour appréhender les situations passées et actuelles des  biens culturels pris en charge, ainsi que les dimensions critique et de conception de cette discipline qui constituent un préalable sans lequel aucun traitement n’est envisageable.  De même, la conservation préventive qui n’agit précisément pas sur la matière des biens culturels, mais plutôt autour , est complètement éludée.

Celà fait tout de même beaucoup sur le site public français de référence et on peut s’en étonner. Pourquoi ne pas s’être référé tout bonnement à la définition internationale de l’ICOM adoptée à Shangaï en 2010 et qui fait consensus ?

En outre, les descriptifs de formation ne bénéficient pas du même souci du détail que celui du cursus et du diplôme de l’INP, alors que les quatre diplômes revêtent le grade de Master et procurent la même habilitation en regard du droit du patrimoine. Pourquoi donc ?

Pour finir, on ose affirmer que « Certains restaurateurs exercent leurs fonctions dans le secteur privé. » alors qu’il s’agit de la plupart. Plus loin, on laisse entendre qu’ « Ils peuvent intégrer un grand laboratoire ou une importante institution patrimoniale ». Certes quelques rares opportunités de cette sorte existent, mais cette précision devient saugrenue en regard de la très grande majorité des conservateurs-restaurateurs qui exercent en entreprises privées, (chacun-e) en tant que salarié-e, entrepreneur (artisan) ou profession libérale.

Cela fait décidément beaucoup de points à revoir pour réparer cette présentation inexacte et indigente.

 

Ce qui suit est visible sur le site du MCC :

Restaurateur du patrimoine

Les restaurateurs interviennent sur la matière des œuvres et objets ayant une valeur patrimoniale, afin de les transmettre aux générations futures. Ils agissent lorsque cette matière est menacée et que le vieillissement, les accidents, les remaniements ont fragilisé les œuvres, perverti ou masqué leur image. Certains restaurateurs exercent leurs fonctions dans le secteur privé. Ils peuvent intégrer un grand laboratoire ou une importante institution patrimoniale .

  • L’École d’Art d’Avignon – ESAA combine l’enseignement de la création avec celui de la préservation des biens culturels et forme en 5 ans au Diplôme national supérieur d’expression plastique (DNSEP), option Art, mention conservation-restauration.
  • L’École supérieure des beaux-arts Tours, Angers, Le Mans – Esba TALM propose, sur le site de Tours, un cycle long spécialisé en Conservation-restauration des oeuvres sculptées.
  • L’Institut national du patrimoine – Inp assure une formation qui conduit en 5 ans au diplôme de restaurateur du patrimoine et confère le grade de master à ses titulaires. Admis sur concours, les élèves restaurateurs acquièrent les bases théoriques, scientifiques et pratiques nécessaires à la restauration d’œuvres et objets patrimoniaux. Sept spécialités sont ouvertes : arts du feu, arts graphiques et livre, arts textiles, mobilier, peinture, photographie, sculpture. Le cursus prévoit de nombreux stages et chantiers-école, tant en France qu’à l’étranger.
  • L’Université Paris 1 propose deux masters en conservation-restauration :

DNSEP-CR 2016: résultats.

Ce Mardi 28 Juin 2016,  le jury présidé par Jean-Marc Prévost, directeur du Carré d’Art de Nîmes, composé de Yaël Kreplak, docteur en sociologie de l’art, Chloé Maquelin, conservatrice-restauratrice au Musée d’ethnologie de Neuchâtel,  Laurent Prexl, artiste et professeur à la Villa Arson, et Gaspard Salatko, docteur en socio-anthropologie et professeur à l’ESAA, a décerné  le DNSEP  option art, mention conservation-restauration de biens culturels  à

Elsa DECKER,

Marie BASTARD, avec félicitations,

Coline BOURGOUIN,

Gaelle BAUDRY, avec félicitations,

Timothée LECOUEDIC.

Leur réussite honorant  une fois de plus leur formation et ses acteurs impliqués,  tous les membres de l’ UIR-CR de l’ESAA leur adressent leurs congratulations, remerciements et encouragements pour la suite  .

Magistrale Gaelle.
Magistrale Gaelle.

SESSION 2016 DU DNSEP-CR DE L’ESAA

SESSION 2016 DU DNSEP DE L’ESAA

option art mention conservation-restauration de biens culturels

Soutenances publiques

Mardi 28 Juin 2016

  9 h – 18 h

sur le site de Baigne-pieds et sous réserve de places disponibles.

En 2016, cinq candidates postulent à l’obtention du DNSEP, option art, mention conservation-restauration des biens culturels. Pour rappel, deux épreuves sanctionnent l’accès à ce diplôme national au grade de Master II. Il s’agit, dans un premier temps , de soutenir le mémoire (le 21 Juin à huis clos); puis, dans un second temps, d’exposer  oralement la teneur du projet de conservation-restauration construit tout au long de cette cinquième année.

L’inflation contemporaine du panorama des biens culturels a pour effet de questionner le champ d’application de la conservation-restauration. Pour cette discipline, la résolution de problèmes ne se restreint pas à la matérialité d’artefacts, mais engage le conservateur-restaurateur à ne pas tenir pour autonomes les choses qui lui sont confiées. Elle engage le conservateur-restaurateur à ne pas tenir pour autonomes les choses qui lui sont confiées et à les envisager au regard de la pluralité des mondes et des modes d’existence dont elles témoignent.

Dans ces conditions, la commande institutionnelle de restaurer ne va pas de soi. Elle enjoint les conservateurs-restaurateurs à considérer au moins deux questions complémentaires.

D’une part, comment rendre compte des conditions d’activation et de réactivation des objets qui leur sont confiés, étant données les spécificités mêmes des institutions qui sont chargées d’en assurer la pérennité ?

Et, d’autre part, comment comprendre les prérogatives du conservateur-restaurateur et situer son intervention au contact des autres acteurs des mondes de l’art et du patrimoine ?

Les travaux réalisés cette année à l’École Supérieure d’Art d’Avignon illustrent et mettent en perspective la variété des situations où s’actualisent ces questions :

  • jupe monnaie 02Après un stage de plusieurs mois en Nouvelle-Calédonie, Marie BASTARD se propose d’envisager les conditions d’exposition de la collection de « jupes-monnaies » du Muséum d’histoire naturelle de la Rochelle. Témoins des bouleversements culturels à partir de la fin du 19e siècle, liés à la colonisation, ces objets à la fois vestimentaires et d’échanges matrimoniaux, ne sont plus confectionnés ni utilisés aujourd’hui. En sorte que la formulation d’une proposition de traitement non assujettie à une interprétation ethnocentrée de ces objets, requiert de rendre compte du point du point de vue Kanak aussi bien que du point de vue occidental.

    accords faisandés

  • Soucieuse de réfléchir au devenir des installations détenues par les Fonds régionaux d’art contemporain, Gaëlle BAUDRY envisage les conditions de réactivation d’Accord faisandé réalisée en 2013 par l’artiste Anthony Duchêne. Conservée par le Frac de Provence-Alpes-Côte d’azur, cette oeuvre n’a plus été exposée depuis son acquisition. Dès lors, comment donc fournir à l’institution les moyens de disposer cette installation dénuée de notice protocolaire, sans en trahir le sens tout en se passant de l’intervention de son auteur ?

  • Where the slaves liveLa recherche de Coline BOURGOIN prend appui sur Where the slaves live, une oeuvre de l’artiste Adrian Villar Rojas, réalisée en 2014 pour la Fondation Vuitton où elle est désormais exposée. La matérialité particulière de cette création, pour partie composée d’êtres vivants, éprouve la façon dont le conservateur-restaurateur peut se saisir, notamment par le biais du constat d’état, d’une sculpture « vivante », et donc,  évolutive et impermanente.

    Monuments aux sapins morts

  • En réfléchissant aux solutions de stockage, de transport et de présentation adaptées à Monument aux sapins morts de l’artiste Rodolph Huguet, Elsa DECKER propose de considérer la pratique du soclage comme un prolongement de l’activité du conservateur-restaurateur. Dans cette perspective, envisager les conditions de réactivation et de préservation de cette oeuvre – acquise en 2013 par le Frac de Franche-Comté – suppose au préalable de recueillir les témoignages et la documentation qui permettront de saisir les propriétés et les références constitutives de ce « monument » d’une extrême fragilité.

    conservatoire d'anatomie

  • Enfin le travail de Timothée LECOUEDIC porte sur une collection de spécimens tératologiques conservés en fluide au Conservatoire d’anatomie de la Faculté de médecine de Montpellier. La démarche qu’elle mobilise consiste tant à maintenir les solutions de conservation en fluide de ces restes humains qu’à valoriser et transmettre les objectifs scientifiques et pédagogiques aux fins desquelles cette collection a naguère été constituée.

   Chacune de ces recherches s’appuie sur une enquête dont l’enjeu vise à identifier les propriétés à la fois sensibles et cognitives qui sont attribuées aux objets, afin de proposer les solutions de traitement les mieux ajustées à leurs spécificités. En mettant l’accent sur la variété même des situations liées aux appréciations passées, présentes et à venir des objets qui leur ont été confiés, les candidates tracent une voie – tant méthodologique que déontologique – dont l’enjeu consiste à penser à nouveaux frais la conservation-restauration des collections d’art contemporain et ethnographiques.

crédits : GS, MM / 06.16

Les travaux présentés n’auraient pu être réalisés sans la contribution de toute l’équipe administrative et technique de l’ESAA, ni sans l’accueil et la confiance réservés aux cinq étudiantes de l’ESAA par les institutions suivantes  (par ordre alphabétique)Conservatoire d’anatomie / Montpellier, Fondation Louis Vuitton / Paris, FRAC Franche-Comté / Besançon, FRAC Provence-Alpes-Côte d’Azur / Marseille, Museum d’histoire naturelle / La Rochelle. 

Que leurs responsables et collaborateurs partenaires soient ici vivement remerciés.

__________________________

Le II° cycle de la mention c-r à l’ESAA: professionnalisation et recherche

[Actualisation: 29. 06.2016 / Crédits ESAA: MM]

Depuis la réforme issue des accords de Bologne et outre l’objectif de professionnalisation, le cursus de conservation-restauration de l’École Supérieure d’Art  d’Avignon a intégré la dimension de la recherche dans le parcours des étudiants à partir du second cycle. A des  enseignements conventionnels,  l’Unité de recherche interdisciplinaire en conservation-restauration de l’ESAA (URI-CR) adosse un programme de recherche – « art et artefactualité » – appliquée depuis un peu plus d’une quinzaine d’années, à la conservation -restauration des « oeuvres » de l’art contemporain1, et des artefacts « ethnographiques »conservés dans les institutions publiques. Concernant cette dernière catégorie, le cursus avignonnais est désormais le seul en France à lui dédier un enseignement spécial, après l’arrêt de celui du Master CRBC à l’Université Paris I – Sorbone.

Tout compte fait, le programme « art et artefactualité » propose l’exploration l’exploration des dimensions théoriques, méthodologiques et éthiques de la conservation-restauration de l’art contemporain et des objets ethnographiques en lien étroit avec sa pratique.

Les oeuvres contemporaines, qu’elles soient installées, performées ou interactives, ont pris une place grandissante dans les musées et dans d’autres collections publiques et privées. On a vu apparaître de plus en plus d’oeuvres dont les technologies hybrides et intermédiales suscitent des réflexions et questionnements au sujet de leur réitération. Parallèlement, une part croissante d’archives conservées par les institutions patrimoniales ont des supports sonores et visuels. Avec la multiplication des media de masse (cinéma, télévision, radios, internet, musiques, dispositifs sonores et multimedia), les usages et la préservation de ces archives, sous-estimés il y a peu encore sont devenus des enjeux actuels.

 Quoi ? 

Dans le panorama français des formations homologues, l’identité du cursus de conservation-restauration de l’ESAA se fonde sur la méthode mise en œuvre pour cette recherche. A partir de l’examen d’un artefact culturel et de la pluralité des attachements dont il est et fut le vecteur, une grande importance est accordée à l’enquête3. Celle-ci ne vise pas à pas oblitérer ou minimiser l’autre composante de la compétence en conservation-restauration, à vocation technique et technologique celle-là, constituant le présupposé de l’activité le plus communément admis. En réalité, si la dimension technique demeure toujours importante, celle, théorique, de l’histoire et de l’esthétique des formes préside à toute opération pratique. L’histoire propre aux documents et aux œuvres ainsi que l’étude des conditions matérielles et technologiques qui les ont produits ne sont pas dissociables de leur conservation et de leur restauration. L’enquête constitue donc le préalable de l’analyse critique donnant lieu à la construction de l’argumentaire propre au point de vue4 du conservateur-restaurateur, et à même de soutenir une proposition de traitement.

Toute la démarche est consignée dans un mémoire de fin de II° cycle. Les questionnements et propositions de réponses concernent principalement les moyens et objectifs de la conservation-restauration en fonction de la nature, du statut, de l’ontologie, du régime, de la pérennisation et de la transmission des objets que cette activité est appelée à prendre en charge.

 Comment ? 

La professionnalisation accélérée de son activité à la fin du XVIIIe siècle, a incité le conservateur-restaurateur à prélever progressivement des matériaux, outils et méthodes dans l’industrie pour constituer et augmenter un arsenal technique et technologique qui permette de faire valoir son efficacité et d’établir sa spécialité. Aujourd’hui et en l’absence de norme disciplinaire, le chercheur en conservation-restauration restauration s’autorise de la même façon, le recours à certains concepts et savoir-faire des sciences humaines et sociales5. Son enjeu est la capacité d’alimenter l’ argumentaire précis d’un parti-pris tant qualitatif que quantitatif de traitement, au delà de la seule injonction déontologique par défaut . Par la description et la démonstration, il s’agit de rendre compte tant des examens et de l’analyse d’un bien culturel en dérangement, que de justifier de propositions pour y remédier. Du reste, certains chercheurs affirment que la conservation-restauration est susceptible de fournir en retour, des éléments de reconsidération voire de reconception dans des disciplines des sciences humaines et sociales6  telles que notamment  la philosophie, l’esthétique, et l’histoire de l’art. Au moyen de la description, de l’investigation et de la démonstration, il s’agit de rendre compte tant des examens et de l’analyse d’un bien culturel en dérangement, que  de justifier de propositions pour y remédier.

En somme, la formation à la recherche vise essentiellement l’acquisition des capacités

  • d'examen et d'analyse matérielle de la forme et de la structure d'un artefact,
  • d'examen de ses propriétés de fonctionnement, d'usage et relationnelles dans une (des) situation(s) plus ou moins bien circonscrite(s),
  • de formulation d'un questionnement permettant de délimiter les contours d'une enquête,
  • de réflexion, d'analyse et de synthèse,
  • d'argumentation et de conceptualisation,
  • de connaissance, de compréhension et d'analyse de texte,
  • de familiarisation avec les outils méthodologiques de sciences humaines et sociales,
  • d'étude et de compréhension de l'argumentaire ou de la conceptualisation d'un auteur étudié,
  • d'étude du contexte intellectuel environnant d'un auteur étudié,
  • de maîtrise du discours oral et écrit.

 Exemples récents 

Diplômée en 2014, Laura GIRAUD a soutenu son mémoire de recherche intitulé « Conservation-restauration des publications sonores Lèpre Électrique et Léprothèque de Jean-Pierre Bobillot, K7, Tipp-Ex et Poésie ». Elle y démontre notamment que le transfert des archives sonores, visuelles et des oeuvres technologiques d’un support analogique à un support numérique ne consiste pas en une simple opération technique : il nécessite avant tout une analyse matérielle, philologique et esthétique. La notion même de source sonore a été ébranlée à la fois par l’introduction de nouvelles techniques et par la redécouverte de formats oubliés.

Quoique nous soyons contemporains d’un générateur Cockcroft-Walton et de la société qui l’a fait naître, il constitue désormais une altérité, la physique moderne demeurant opaque hors des laboratoires. Aussi, l’étude de faisabilité pour une préservation ex situ de cet artefact issu de la « Big Science », qui plus est à forte connotation esthétique, a supposé pour Rémy GEINDREAU, diplômé lui aussi en 2014, une étude interdisciplinaire – relatée dans son mémoire  » Contribution de la conservation-restauration au destin patrimonial d’un générateur Cockcroft-Walton » – en rapport avec des ex-usagers, physiciens, techniciens, historiens, anthropologues, … afin d’intégrer au mieux la rupture entre ses modes d’existence passés et son destin patrimonial.

Diplômée en 2015, Mathilde CHASSAGNEUX s’est penchée sur un film expérimental  d’artiste, dont il ne reste plus aujourd’hui que deux copies différemment incomplètes, mais qui permettent néanmoins d’envisager une restauration de l’occurrence originelle au prix de sacrifices mesurés. Son mémoire a pour titre « Une expérience cinématographique à l’épreuve du temps, sauvegarde et diffusion d’un film expérimental. Etude sur la conservation-restauration de Soft Collisions Dream of the Good Soldier de Yann Beauvais et Frederick Rock 1991″.

 Pour quoi ? 

Au delà du particularisme d’un programme spécialisé, la recherche envisagée constitue une fonction émancipatrice pour le conservateur-restaurateur professionnel en devenir. Celle de développer sa capacité de soutenir un discours propre au rapport spécifique7 qu’il entretient avec les objets qui lui sont confiés.  « Un dogme qui a longtemps présidé en Europe, la pratique de la restauration voulait que celle-ci fût absolument invisible, insoupçonnable. Ce dogme, sérieusement remis en question aujourd’hui (car les traces de l’histoire d’un objet ont également leur valeur), …  » 8. Par le passé, le résultat de son travail devant être imperceptible, le restaurateur était relégué à l’invisibilité et par conséquent,  au mutisme. Son aptitude à « se glisser dans la peau » d’un artiste l’acculait à l’effacement derrière l’oeuvre censément inaltérée. En regard de l’évolution et de la définition actuelle de sa discipline, le conservateur-restaurateur aspire aujourd’hui à endosser la responsabilité et l’expression d’une activité à caractère libéral9 non pas cantonnée à la technique, mais relevant aussi d’une aptitude à  la conception à partir d’une démarche critique.

Ce faisant, la réflexion et l’analyse alimentent ipso facto un réexamen critique des enjeux de cette discipline10, à partir de difficultés causées à la fois par la variété croissante d’artefacts actuels patrimonialisés ou muséalisés, et par l’ébranlement des conceptions établies qu’elle provoque. Conserver-restaurer ne peut pas consister en l’adéquation de traitements avec les aspects d’une déontologie essentiellement conçue en considération de genres artistiques traditionnels. Il aura fallu un peu plus d’un siècle d’expériences pour que le savoir-faire de la restauration analogique s’établisse. Or les productions des Avant-garde et les développements actuels du numérique recquièrent la détermination d’un cadre déontologique qui leur soient appropriés. Une reconception de la discipline est nécessaire eu égard à la mise à mal des réquisits de l‘authenticité, l’originalité, l’intégrité et la réversibilité par les productions de l’art contemporain et de cultures éloignées tant géographiquement que temporellement. Autrement dit, il ne s’agit pas de conserver-restaurer en vertu d’une déontologie définitive propre à cette activité, mais de se doter de règles éthiques révisées correspondant à la nature, la temporalité ontologique, le fonctionnement et l‘usage d’artefacts issus de l’art contemporain, de cultures exogènes ou de groupes sociaux modernes. Ces nouvelles prescriptions devront intégrer des changements de conception à la lumière de propositions émises par certains auteurs11, telle que, par exemple, les tenants d’une approche institutionnelle de l’art12.

 Pour qui ? 

cockroftCette visée converge nécessairement avec celle de la création-instauration, elle aussi « indisciplinaire », l’autre versant de la formation à l’ESA. En effet, pour entrevoir toute la complexité et la multidimensionnalité d’un bien culturel, il convient d’aller au-delà de l’inter-, la pluri- ou même la transdisciplinarité. Mais à la différence de celle du « chercheur » en création artistique, l’expérience d’analyse et d’interprétation d’un ou plusieurs artefact artistiques existants, veut se situer sur un autre plan que celui du vécu, des affects, de l’émotion individuelle. Elle ambitionne « Un cognitivisme à l’instar de celui qui rejette tous les clichés populaires qui mettent les arts (tenus pour évaluatifs, subjectifs, émotifs, supposant une contemplation passive produisant seulement du plaisir) en opposition avec les sciences, elles-mêmes factuelles, objectives, rationnelles, et supposant une recherche active de nature à produire un savoir nouveau. » (Goodman 1996, 62 – 63) Bien que poursuivant des finalités propres, ces activités sont de nature à s’alimenter mutuellement et à communiquer dans une relation dialectique à propos d’interrogations communes. Celles faisant en effet écho à une situation qui est aussi celle de l’art, caractérisée par les paradoxes qu’induisent la présence et le statut d’une multitude d’objets au sein des démarches artistiques.

L’entrée en second cycle mention c-r réservée aux titulaires du DNAP mention c-r de l’ESAA ou d’au moins une licence équivalente, est assujettie à l’acceptation de sa candidature par la commission d’accès en II° cycle. Elle suppose un engagement conséquent, tant par la quantité de travail à fournir que par la régularité de présence ou par l’implication personnelle durant les cours. Outre l’exigence d’assiduité et de ponctualité, le caractère professionnel de cette formation réclame une capacité de responsabilité et d’autonomie dans son rapport aux biens culturels pris en charge, aux autres, et à l’institution. La réussite des années M1 et M2 dépend largement du climat de respect, de partage et d’investissement. Il est fortement déconseillé de concilier ce cursus avec d’autres études ou un emploi alimentaire trop chronophage.

 Avec qui ? 

En plus des nombreuses institutions publiques dépositaires de biens culturels à l’ESAA, l’URI-CR a noué et entretient plusieurs partenariats locaux, régionaux, nationaux et internationaux, dans le cadre de différents projets de recherche et de développement.

Avignon Collection Lambert, ISTS, Campus technologique PG, Maison Jean Vilar, Musée Angladon, Musée Calvet, Musée lapidaire,Musée du Mont de Piété Musée du Petit Palais, Musée Requien, Palais du Roure, UAPV : Laboratoire culture et communication, Laboratoire d’histoire: Master patrimoines et archives historique, IMBE, Chimie des matériaux des objets d’art et d’archéologie, IMBE, restauration écologique,

régionaux CCR, Perpignan, CICRP,  Marseille, C2RMF, Paris , EHESS, Centre Norbert Elias, Marseille, FRAC-LR, Montpellier, FRAC-PACA, Marseille, Museon Arlatten, Arles, Carré d’art, Nîmes Musée d’art sacré, Pont-Saint-Esprit,,

nationaux Musée africain, Lyon, MUCEM, Marseille, Musée Jacques Chirac (Quai Branly), Paris, Musée des Confluences, Lyon, Musée des tissus, Lyon, Université Paris I, Master de conservation-restauration des biens culturels,

internationaux ABA, Guangzhou, ABA, Sarajevo, ABK, Stuttgart, ENSAV, Bruxelles, EPA, Porto Novo, Musée d’ethnographie, Neuchâtel.

 Pour quel devenir ? 

La reconnaissance des diplômes des établissements d’enseignement supérieur est désormais liée à la qualité et l’efficience de l’insertion de leurs diplômés. Le DNSEP option art, mention conservation-restauration au grade de Master II, a pour vocation une insertion professionnelle directe à un niveau bac+5 principalement dans le domaine de la sauvegarde de biens culturels, mais aussi dans d’autres secteurs, tels que la régie d’oeuvres d’art, la médiation culturelle, l’enseignement. Quels que soient les statuts endossés, le tableau ci-dessous montre une très bonne insertion professionnelle des diplômés des cinq dernières années.

Promotion

   Nombre

Entreprise individuelle

Société de Portage

Salarié(e) public, privé

Poursuite études sup.

Autre secteur

Sans exercice

2011

08

03

02

02

00

01

00

2012

06

02

02

01

00

01

00

2013

10

01

02

02

01

04

00

2014

12

04

03

01

01

03

00

2015

06

00

01

02

01

01

01

Une étude statistique approfondie sur les dix dernières années est en cours afin de permettre une actualisation et une précision de ces données.

 © Semin

Le carnet de recherche Semin’hébergé sur la plateforme Openedition13a pour vocation de rendre visible publiquement cette dynamique aussi prospective, notamment par l’entremise des productions autour du séminaire « art et artefactualité ».

 

_____Notes____________________________________

1. « Une œuvre d’art au sens classificatoire est  un artefact  tel qu’un ensemble de ses aspects fait que le statut de candidat à l’appréciation lui a été conféré par une personne ou un ensemble de personnes agissant au nom d’une certaine institution sociale (le monde de l’art) » in Georges Dickie, Art and the Aesthetic. An Institutional Analysis, Cornell University Press, 1974, p. 34. En plus des genres hérités de la tradition académique, l’art contemporain comprend notamment la catégorie générique des  « arts médiatiques  » (media art) qui  réfèrent à toute œuvre d’art dont le fonctionnement recquiert une composante technologique. Cette catégorie recense aujourd’hui l’art biotechnologique, l’art cinétique, le cyberart, l’art électronique, l’art informatique, l’art interactif, l’art multimédia, l’art numérique, l’art photographique, l’art du réseau (ou net art), l’art robotique, l’art sonore, l’art spatial, l’art technologique, l’art vidéo,  … On s’accorde généralement à considérer que ses débuts remondent à la fin de la deuxième guerre mondiale ou au début des années soixante.

2. Ces objets ne réfèrent plus seulement aux cultures dites « primitives  » par le passé. Ils comprennent aussi les objets « scientifiques  » et « techniques » qui relèvent d’une ethnographie des sociétés modernes, initiée au début du XXè siècle par les sociologues de l’Université de Chicago. L’ ethnographie sociologique de Chicago s’est développée tout au long du XXè siècle en privilégiant à la fois un fieldwork anthropologique et un travail sociologiquel au moyen des techniques du journalisme d’enquête. 

3.  Concernant les artefacts « artistiques » et « ethnographiques », cette enquête d’inspiration pragmatiste vise à réunir toutes les informations susceptibles de mettre en lumière tous les aspects et effets dont ils sont le vecteur dans des  situations données, de déterminer les conditions, intérêts et potentialités qui leur sont associés. 

4.   Au sens propre comme au figuré.

5.  La philosophie, l’esthétique, l’anthropologie, la sociologie, l’ethnologie, la sémiotique, …

6.  « Acknowledging the unquestionable importance of conservation science in providing analytic precision, I assert the importance of conservation theory and philosophy. This most important branch of conservation studies places itself at, and is reciprocally served by, the intersection of other human sciences such as philosophy, the social sciences, anthropology, history and art history. » , « The Explicit Material: On the Intersections of Conservation, Art History and Human Sciences », Simulacre, Stichting Simulacre, Kunsthistorisch Instituut, Université d’Amsterdam, 23/1. [trad. MM : Sans nier l’importance incontestable de la dimension scientifique de la conservation-restauration par son apport de précision analytique, j’affirme l’importance de la théorie et de la philosophie de la conservation-restauration. Cette dimension la plus importante des Conservation studies, s’inscrit au carrefour d’autres sciences humaines telles que la philosophie, les sciences sociales, l’anthropologie, l’histoire et l’histoire de l’art, de la même façon qu’elle est irriguée par elles en retour.]

7. On parle très souvent d’une « intimité unique ».

8. Pol Pierre Gossiaux, « Conserver, restaurer : écrire le temps en Afrique », CeROArt [En ligne], 1 | 2007, mis en ligne le 09 octobre 2008, URL : http://ceroart.revues.org/253

9.  Profession exercée sur la base de qualifications appropriées, à titre personnel, sous sa propre responsabilité et de façon professionnellement indépendante, en offrant des services intellectuels et conceptuels dans l’intérêt du client et du public. (Directive européenne relative à la reconnaissance des qualifications professionnelles, n°2005/36/CE, 43)

10. Sa définition normative a été adoptée par l’ICOM à Shangaï en 2010.

11. Par exemple, Jean-Pierre Cometti, Art et Facteurs d’art; ontologies friables, Presses universitaires de Rennes, 2012, et à paraître en 2015, une approche philosophique contemporaine de la conservation-restauration

12. « L’idée fondamentale de l’approche institutionnelle de l’art est  que pour expliquer ce qui fait qu’un objet donné est ou non une œuvre d’art, il faut s’intéresser non seulement aux propriétés intrinsèques de cet objet, mais aussi, et surtout, à la place qu’il occupe  au sein du contexte institutionnel fourni par ce que l’on peut appeler « le monde de l’art », in George Dickie, « The new institutionnal theory of art », Proceedings of the 8th Wittgenstein Symposium, n° 10, 1983, p. 57-64.

13. OpenEdition est un portail de ressources électroniques en sciences humaines et sociales, développé par le Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo – UMS 3287), un centre associant le CNRS, l’université d’Aix-Marseille, l’EHESS et l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse. 

_____Bibliographie________________________________

  • Actes du Colloque SFIIC (13es journées d’études),tenu à l’ INP  du 24 au 26 juin 2009, Art d’aujourd’hui, patrimoine de demain – Conservation-restauration des œuvres contemporaines – Art Today, Cultural properties of tomorrow – Conservation of contemporary artwork, SFIIC, 2009,
  • Actes de la journée d’étude Restauration et non-restauration en art contemporain tenu à l’ESBA de Tours le 14 Février 2007, Tours, ESBA/ARSET, 2008.
  • Actes du colloque Conservation et restauration des œuvres d’art contemporain tenu à l’École nationale du Patrimoine (ex INP) à Paris du 10 au 12 décembre 1992, Paris, La Documentation Française, 1994,
  • Jean – Pierre COMETTI,  Conserver / restaurer . L’oeuvre d’art à l’époque de sa préservation technique, NRF / Gallimard, 02.2016,
  • Nelson GOODMAN, L’art en théorie et en action, Trad. de l’anglais (États-Unis) et postfacé par Jean-Pierre Cometti et Roger PouivetL’éclat / Tiré à part, 1996.

  Programme d’enseignement 

L’unité d’enseignement UE « langue »

L’unité d’enseignement UE « recherche »

La démarche de recherche en II° cycle CR se fixe pour objectif une tentative de résolution de problèmes indissociables de type théorique et technique. Ils sont posés par la nature, le genre, le statut et/ou la médiation d’un artefact culturel ou d’une collection et concernent le conservateur-restaurateur. Ces problèmes nécessitent une reconsidération des conceptions en vigueur, à la fois de sa discipline et de la sauvegarde des biens culturels. L’ enquête doit se traduire par un travail axé sur des problèmes et leurs enjeux clairement mis au jour. Ainsi ils permettront de délimiter un champ d’investigation précis ainsi qu’une démarche susceptible d’être appréciée à la lumière d’une argumentation propre et d’une clarification ou d’un éclairage nouveau. La valeur du travail sera principalement liée  pour l’objet considéré,

  • à la capacité de s’engager dans l'examen approfondi de sa situation et des questions qu'elle soulève,
  • à la proposition d'intervention, par la mise en oeuvre d’une démarche clairement définie, et enfin
  • au recours à des théories et concepts corrélatifs de ces questions.
  • histoire de l’art
  • méthodologie
  • séminaire

L’unité d’enseignement UE « professionnalisation »

  • Droit
  • Réalisations à caractère professionnel
  • Médiation didactique de projet

Le stage professionnel en M1 / s8
Au semestre 8, chaque étudiant-e est tenu-e  séminaire de compléter et renforcer son expérience professionnelle en effectuant un stage au semestre 8, dans au moins une institution publique ou privée impliquée dans la conservation de biens culturels. Les stages sont sélectionnés en fonction des projets de recherche envisagés ou de domaines de prédilection. L’établissement tient à jour un annuaire de structures partenaires mis à disposition des étudiant-e-s. Cette période d’autonomie hors de l’école donne lieu à un rapport écrit circonstancié et critique, ainsi qu’à un exposé oral.

La préparation à la sortie 

Pour favoriser l’insertion professionnelle des étudiant-e-s, l’école organise en M2
– des séances d’informations, collectives ou individuelles, sur les dispositifs d’aide à la création d’entreprise,
– des enseignements assurés par des professionnels, permettant d’appréhender les différents statuts professionnels, le droit du travail, les marchés publics, la fiscalité des entreprises et des études de cas.

Le diplôme : DNSEP

  • Le projet

Direction de projet

Elle est impérativement assurée par l’un des conservateur-restaurateurs enseignant à l’ESAA ou en étroite relation de partenariat avec elle. Son objectif principal est un accompagnement individualisé, en M1/s8, de la quête d’un stage en institution, et en M2 CR, du processus d’élaboration déontologique d’une ou plusieurs propositions de traitements prévus et parfois réalisés à l’endroit de l’objet qui en est sujet, en concertation avec le maître d’ouvrage, et qui satisfassent des attendus de résultats de qualité professionnelle.

  • Le mémoire

Le mémoire de recherche proprement dit consiste en un document écrit et imagé d’environ 30 pages comportant 2500 signes chacune, doté d’informations annexes dont un dossier d’examen comportant l’identification, le constat d’état et le diagnostic de l’objet ou la collection considérés.

L’évaluation du mémoire repose sur les 7 critères suivants:

• clarté et précision dans la présentation de la problématique et de ses enjeux ;

• clarté et pertinence de la démarche dans son ensemble ;

• conscience de la portée des choix effectués ;

• richesse des connaissances et des points de vue mobilisés (sur le plan artistique et théorique) ;

• pertinence des arguments : originalité du propos et des idées, ainsi que de la proposition de traitement suggérée ;

• qualité de la langue ;

• pertinence/originalité des conclusions.

Direction de mémoire

Dès l’année M1 CR, elle est prioritairement assurée par un enseignant théoricien de l’ESAA. Son objectif principal est un accompagnement individualisé de l’élaboration et de la rédaction d’un mémoire qui rende compte de la recherche menée à partir de l’étude et de l’examen d’un artefact culturel ou d’une collection.

M1- CR / s7

Nature des enseignements

Heures

ECTS

UE Langue

Anglais

15

1

UE Professionnalisation

Droit du patrimoine

30

2

Réalisations à caractère professionnel

120

8

Médiation didactique de projet : écrit

60

4

UE Recherche

Séminaire

90

6

Méthodologie

90

6

Histoire de l’art

45

3

M1- CR / s8

Nature des enseignements

Heures

ECTS

UE Langue

Anglais

15

1

UE Professionnalisation

Stage en institution

300

20

Rapport de stage critique

75

5

Médiation didactique de projet : oral

60

4

M2 – CR / s9

Nature des enseignements

Heures

ECTS

UE Langue

Anglais

15

1

UE Professionnalisation

Statut professionnel / Marchés publics

45

3

Réalisations à caractère professionnel

120

8

UE Recherche

Séminaire

90

6

Méthodologie

90

6

Projet / Mémoire

90

6

M2 – CR / s10

DNSEP option art, mention C-R

ECTS

Soutenance du Mémoire

5

Soutenance du Projet

25

Appel à contributions

Evolution de la conservation préventive en France – 8 et 9 juin 2017 – Pierrefitte

L’Association des Préventeurs Universitaires (APrévU) existe depuis le début de l’année et  vient de mettre en ligne un site internet :https://aprevu.com

Elle lance un appel à contributions pour la conférence, qui aura lieu les 8 et 9 juin 2017 aux Archives Nationales à Pierrefitte.

Date limite : résumés pour le 15 juillet 2016 au plus tard : https://aprevu.com/2016/06/11/appel-a-contribution

Rencontre autour de Jean-Pierre Cometti, à l’ESAA le 10 Juin

Cometti.03        Vendredi

     10 Juin 2016

Ecole Supérieure d’ Art  d’ Avignon 

A  l’initiative  de  l’Unité  de  Recherche en conservation – restauration  d’artefacts culturels et  de l’association fil à fil des étudiant-e-s  et diplômé-e-s  de  la  mention Conservation – Restauration  de l’ESAA.

     « Rencontre autour de Jean-Pierre Cometti »                 DISCUSSION ENTRE ETUDIANTS, PROFESSIONNELS,                  ENSEIGNANTS, CHERCHEURS, ARTISTES … ET TOUS AUTRES           BIENVENUS

                                                            ACCES LIBRE !                                                                                              inscription en bas de page pour réservation du                                                                       déjeuner (5 euros)                                    

Programme  de la journée

8 h 45 : Accueil des participants: thé, café, jus de fruits, viennoiseries, …

9h : Débat 1:   » La recherche en conservation-restauration « 

Modération:  Gaspard Salatko, ethno-anthropologue enseignant à l’ESAA.

Evocation du livre de Jean-Pierre Cometti avec Alfredo Vega, conservateur-restaurateur et philosophe.

 « Conserver/Restaurer. L’oeuvre d’art à l’époque de sa préservation technique », Collection NRF Essais /Gallimard, Février 2016, 320 p.p., 23 €

conserv_restaur

Présentation de l’éditeur
La conservation et la restauration des œuvres d’art sont en apparence les deux faces d’une même réalité. Les musées n’ont-ils pas pour mission d’exposer et de préserver leurs œuvres? Mais c’est compter sans une extension inédite des biens culturels et la propension à y inclure les choses les plus diverses, à commencer par les plus contemporaines. En sorte que ces deux missions deviennent contradictoires.
Les termes qui caractérisent cette situation nouvelle («patrimoine», «curateur» qui s’est substitué à «commissaire», etc.) indiquent la grande transformation : sous l’effet du marché de l’art internationalisé et de la place qu’il occupe dans le monde de la finance, les œuvres sont désormais des biens qui, au même titre que d’autres, plus qu’une valeur ont un prix.
S’ajoute l’importance prise par leur dimension contemporaine, puisque la mémoire dans nos sociétés est indissociable d’un rapport à l’histoire désormais centré non plus sur le passé mais sur le présent – un présent sans futur et qui est à lui-même son propre horizon.
La patrimonialisation du présent brasse les cultures les plus hétérogènes, le passé et le présent, l’homogène et l’exogène, l’ordinaire et l’extraordinaire. Elle fait croître le souci qui entoure désormais les productions contemporaines y compris dans leurs composantes techniques, singulièrement créditées d’une valeur que leur obsolescence particulière rend d’autant plus digne d’intérêt.

12h30 – Déjeuner dans le Jardin de l’ESAA, aux bons soins de la « Tripopote », par la cuisinière bio en chef du    Tri postal  (Participation des auditeurs au repas: 5,-

14h : Débat impromptu 2 :   » Conservation-restauration et société actuelle « 

Modération: Pierre Lagrange, socio-anthropologue enseignant à l’ESAA, avec …  d’autres diplômés professionnels à préciser.

Evocation (sous réserves)  de deux autres livres de Jean-Pierre Cometti,

  • La démocratie radicale . Lire John Dewey, Gallimard, « Folio Essais », Janvier 2016, 340 pp., 8,20 €
démocratie radicaleDans cet ouvrage posthume, Jean Pierre Cometti fait part une dernière fois de son attachement à la philosophie de John Dewey (1859-1952) et y révèle un libéralisme d’une autre espèce par la voie d’une « démocratie radicale », soit un « libéralisme radical » d’inspiration pragmatiste. Malgré les résonances négatives pour beaucoup, de pragmatisme et libéralisme qui signifient pour eux, compromis et asservissement, Jean-Pierre Cometti développe avec l’obstination du pragmatiste convaincu et pratiquant qu’il fut, ce courant important de la tradition philosophique américaine qui s’avère riche d’enseignement pour la période cahotique actuelle. Chez l’oncle Sam aujourd’hui, il semble bien loin de la pensée des prétendants au mandat présidentiel qui rivalisent d’invectives et slogans toujours plus populistes, dignes d’un piètre western. Actuellement  en  France et  dans le  sillage d’expériences similaires en Egypte (Place Tahrir), en Grèce (Syriza), aux USA (Occupy Wall Street) et en Espagne (Los indignados), le mouvement « La Nuit debout » rassemble des individus lassés par l’expertise politique déversée par les média et le dévoiement de la démocratie représentative. Ils sont désireux de lui substituer « l’enquête et la discussion libre », telles que John Dewey les a décrites, émancipatrices par des moyens propres à l’avénement d’une société plus directement démocratique, délibérative et participative, « à la mesure et à l’image de ses fins ». (M. Maire)
  • La nouvelle aura. Economies de l’art et de la culture,         Questions Théoriques – Saggio Casino, avril 2016, 240 p.p, 17 €
Afficher l'image d'originePrésentation de l’éditeur
Quelles sont les transformations formelles, sociales et économiques qui ont traversé l’art du XXe siècle pour lui donner son visage « contemporain », quels sont leurs enjeux? Pour répondre à ces questions, ce livre revient sur la notion d’aura, héritée de la théorie critique de Walter Benjamin. La Nouvelle Aura s’attache à cerner les modalités de l’auratisation qui règle les rapports entre art contemporain et industrie culturelle. La coalescence actuelle, inédite, entre l’art, la mondialisation libérale, la mode – et jusqu’à l’univers du luxe –, rend nécessaire un examen critique et idéologique des formes de spéculation et de fétichisme qui font de l’art contemporain une valeur intégrée au capitalisme globalisé.
Jean-Pierre Cometti s’intéresse aux mécanismes de diffusion de l’art (les biennales), aux pratiques de valorisation (la collection privée et ses mécanismes d’accumulation) et à la paradoxale réification qui finit par arraisonner jusqu’à l’installation ou la performance. Il revient également sur la figure de Marcel Duchamp, artiste de l’avant-garde voué à la destruction de l’œuvre d’art organique et « rétinienne », mais aussi soucieux de produire sa propre légende, et de « transférer » l’aura perdue des œuvres d’art sur sa personne.
Ce livre constitue l’aboutissement de la réflexion esthétique de Jean-Pierre Cometti, en intégrant l’héritage pragmatiste (antiessentialiste, contextualiste, attentif à la texture des usages, et non à des substances) dans un horizon élargi : celui d’une théorie critique de l’art et de la culture contemporaine. Cette réarticulation du pragmatisme et de la théorie critique marxiste, dans le sens d’un outillage de l’une par l’autre, constitue à coup sûr l’un des intérêts philosophiques majeurs de cet ouvrage.

 Lire aussi 

16h = Pause thé ou café

18h : Fin de la table ronde – discussions libres

___________________________________________

Inscription  obligatoire et gratuite + réservation du repas :

                                          avant le 5 Juin !                                            

par courriel : journeecometti@esaavignon.fr

Informations téléphoniques : +33 (0) 490 270 423

Adresse : 500, Chemin de Baigne-pied, BP 20917 84090 Avignon cedex 9

Plan :  

carte_école                                    

FICHE D’INSCRIPTION (A copier-coller dans un fichier .doc,  .docx,  ou  .odt et envoyer par courriel à l’adresse journeecometti@esaavignon.fr)

NOM :                                            Prénom :

Lien avec Jean-Pierre Cometti :

Adresse  :

Téléphone  :

Courriel  :

Commentaire / pensée :

Réservation d’un repas de midi à 5,- Euros   oui    non

Ecole d’art ou tutelle en crise ?

Non, rien n’a changé …

A nos regards  incorrigiblement bourgeois, il est bien possible que le capitalisme offre un visage moins convulsé que le stalinisme, mais quel visage offre-t-il aux mineurs de fond, aux fonctionnaires sanctionnés pour faits de grève, aux Malgaches torturés par la police, aux Vietnamiens nettoyés au napalm, aux Tunisiens ratissés par la Légion ? ” (F. Jeanson, « Les Temps Modernes », Mai 1952) … aux anti-barrage de Sivens et anti-aéroport de Nantes, aux migrants des jungles de Sangate et Calais, aux grévistes d’entreprises insuffisamment rentables pour les actionnaires, aux agriculteurs exsangues en colère, aux manifestants contre la loi El Khomri, et récemment encore, aux étudiants des Beaux-arts de Paris bâtisseurs de châteaux dans la « nuit debout », tous bastonnés, canardés ou gazés par les CRS ?

Incorporéités

Résultat de recherche d'images pour "école d'art d'avignon"
Quand des étudiantes en appellent à leur incarnation

Les acteurs de l’ESAA, eux, n’aspiraient qu’à entrer en relation,  de personnes à personnes, avec la Maire et les représentants publics. Au lieu du dialogue, les autorités de tutelle ont asséné de la polémique (« descente » à l’ESAA du directeur des affaires culturelles de la Ville avec un huissier de justice, stigmatisation des acteurs de l’école par la Conseillère municipale déléguée aux établissements d’enseignement supérieur lors du dernier Conseil Municipal), ou de  la propagande (prescription  du 09 Mai par la Vice-Présidente du CA de l’EPCC-ESAA). Or ces formes de communication ne sont en fait que deux espèces de monologue faisant fi de tout interlocuteur, pis, des méthodes d’intimidation. On use pour cela de l’abstraction propre au monde de la puissance publique et du calcul pour écraser les vraies passions qui sont, elles, du domaine de la chair et de l’irrationnel. Les étudiants parlent « de création, d’ amour, de projet et de destin », on leur rétorque « production, doctrine, norme, stratégie territoriale  », en utilisant de nouveau la réduction, mais de données cette fois. 

Réductions

La réduction est la substitution d’un petit nombre de paramètres, à un ensemble d’observations,  de caractéristiques ou de résultats. Elle vient saper la compréhension à tous les niveaux: entre acteurs de l’école et élus municipaux, comme  au sein de chaque interlocuteur. Or sans compréhension, point de civilisation possible. Ceux qui s’adonnent à la réduction, nient le processus et l’éthique de la compréhension. Inconsidérément, ils font de l’incompréhension le terreau de l’extrêmisme et le lit de la barbarie présents aujourd’hui à nos portes, et qu’ils prétendent combattre. C’est notamment contre les réductions exigées et opérées aussi par les médias de masse, qui divisent les sexes, les peuples, les nations, les religions, que des mouvements citoyens s’indignent dans la rue.

Impostures

Le simulacre municipal des tenants d’un projet culturel et artistique à courte vue, soit disant  prioritaire pour les jeunes, se dissout dans l’inanité d’un discours populiste et démagogique qui est déjà servi à l’Ecole Supérieure d’Art d’Avignon par un catéchisme managérial, bureaucrate et falot.  Lui aussi se veut menaçant si on lui résiste, insidieusement avec l’arme de la précarité visant tous les acteurs de l’établissement : de leur programme d’enseignements contre les étudiants, de leur emploi contre une bonne part des enseignants, de leurs attributions en tous cas. Une insécurité perverse de l’emploi du temps et des aptitudes de chacun surajoutée à l’anxiété inhérente aux indéterminations de l’art et qui instille la crainte dans un milieu déjà convalescent où seuls prospèrent sans scrupules l’attentisme déguisé et l’opportunisme flagorneur de laquais perfides.  

Les deux soliloques décrivent finalement assez bien un pouvoir exercé par des fantômes décharnés et de médiocres commis zélés à leur solde, tous fantoches cyniques asservis à la puissance.

Pour celles et ceux qui ont peur,  lire    ici  

https://etudiantsesaa.wordpress.com/

Icon Conference 2016: Turn and Face the Change

Icon Conference 2016: Turn and Face the Change

Conservation in the 21st Century

Location:
Aston University, Aston Triangle, Birmingham B4 7ET

From: Wednesday 15.06.16
at 6:00 pm
To: Friday 17.06.16
at 5:00 pm

Icon Conference 2016 is the premier event for conservation professionals

Icon’s conference brings together attendees from across the conservation profession to explore how conservation is placed in the 21st century. Icon Conference 2016 will discuss challenges facing the sector and explore the ways conservators are adapting to current and future trends.

Conference themes include: 

  • How is the conservation profession keeping up with current trends?
  • Is conservation relevant in a digital world?
  • What does a modern conservator look like?

Find out more about the Conference.

Groups:  Archaeology, Documentation Network, Book & Paper, Care of Collections, Ceramics & Glass, Ethnography, Furniture & Wood, Gilding & Decorative Surfaces, Historic Interiors, Metals, Paintings, Photographic Materials, Heritage Science, Scotland, Stained Glass, Stone & Wall Paintings, Textiles

A voir ou à revoir …

 

© Elodie Henaff / CDP29

Voyant, devin, tireuse de cartes, sorcier : ces mots convoquent immanquablement des images d’Épinal, depuis les sorcières du Moyen Âge jusqu’aux marabouts d’Afrique. Pourtant, les pratiques dites magiques n’ont pas disparu en France, en ville comme à la campagne. L’Abbaye de Daoulas s’associe avec le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Mucem) pour traiter de la magie et de la sorcellerie dans notre monde contemporain.

Conçue comme un retour sur nos représentations face aux incertitudes du présent et du futur, l’exposition invite à s’interroger sur notre propre position entre rationalité et croyance. Amulettes, supports d’envoûtement, films documentaires – ou encore la reconstitution du cabinet d’un célèbre voyant des années 70, Marcel Belline – matérialisent l’invisible et l’impalpable et nous plongent au cœur d’une autre vision du monde.

BONNE FORTUNE & MAUVAIS SORT AU CINEMA L’IMAGE DE PLOUGASTEL DAOULAS
En partenariat avec l’Abbaye de Daoulas, Le cinéma l’Image de Plougastel Daoulas, propose de septembre à décembre différents films à voir ou revoir en lien avec l’exposition Bonne fortune & mauvais sort. Magie, communication avec l’au-delà, pouvoirs magiques sont au programme.

Plus d’info dans le programme cinéma l’Image en téléchargement ci-dessous.


* CYCLE DES CROYANCES *
Cette année, trois de nos sites partagent en outre le même thème des
croyances. Vous êtes invités à cheminer depuis la foi bretonne du 16e siècle, catholique et préservée des contestations, avec Il était une foi au Château de Kerjean, jusqu’à ces petits arrangements avec le rationnel que raconte l’Abbaye de Daoulas et qui peuvent nous pousser chez les diseuses de bonne aventure ou à croire au mauvais sort. Le Manoir de Kernault, fidèle à son habitude n’en a pas fini de nous raconter des histoires, de celles qui sont peuplées d’êtres immortels, de vampires ou de fées avec Même pas peur ! Voyages dans d’autres mondes.

Chemins du patrimoine en Finistère

abbaye_de_daoulas_1

IIC 2016 Los Angeles Congress

Saving the Now: Crossing Boundaries to Conserve Contemporary Works
Monday 12th September 2016 to Friday 16th September 2016

Register now!

IIC is delighted to present the 26th biennial IIC Congress and to be in Los Angeles, organised in collaboration with INCCA. Blessed with an energetic contemporary arts scene, it is entirely appropriate that Los Angeles is the location for the 2016 IIC Congress, on this diverse, complex, challenging and endlessly exciting area of creativity, energy and imagination. Reflecting one aspect of the rich and varied history of the city’s architectural styles, the congress will be held at the historic Millennium Biltmore Hotel, situated in the centre of the vibrant cultural district.

Journée d’étude LRMH

Le Laboratoire de Recherche des Monuments Historiques (LRMH) vous convie à une journée d’étude et de réflexion qui se déroulera le 11 octobre 2016, dans l’auditorium de la Galerie Colbert (2 rue Vivienne 75002 Paris), en partenariat avec l’INP.

Aujourd’hui le LRMH :
Du chantier de restauration à la recherche

Créé dans les années 1970 par Jean Taralon, le LRMH a dépassé ses 45 ans d’existence. Cette fin d’année 2016 est donc l’occasion de nous pencher sur son passé, de questionner son présent et de réfléchir à son futur.

Quel bilan tirer de ces années d’activité sur le terrain, consacrées à l’étude et à la sauvegarde du Patrimoine, ainsi que de toutes les recherches scientifiques menées dans le cadre des thèses co-encadrées et des études duCercle des Partenaires du Patrimoine?

Quelles pistes et quelles propositions pour l’avenir en matière d’analyse du patrimoine ?

Colloque Gestion intégrée des contaminants biologique

Du 13 au 15 septembre 2016 à l’auditorium du musée du Louvre à Paris se tiendra le 3e colloque international Gestion intégrée des contaminants biologiques (IPM) dans les musées, archives, bibliothèques et demeures historiques.

Ce colloque s’adresse aux acteurs des institutions patrimoniales chargés de la conservation préventive et de la gestion des nuisibles (insectes, micro-organismes, rongeurs, volatiles…).

La stratégie IPM s’inscrit dans une démarche de conservation préventive et de gestion des risques. Elle permet d’éviter, de réduire et de contrôler les problèmes liés aux nuisibles avec le moins de conséquences possibles pour les personnes, les biens et l’environnement. Ce colloque présentera les pratiques actuelles et les stratégies IPM : détection, prévention et lutte contre les nuisibles appliquées au patrimoine.

Programme et inscription.

Affiche

Cet événement bénéficie d’un soutien financié de la Fondation des sciences du patrimoine.

Deux diplômées de l’ESAA interviendront dans ce colloque avec Fabien Fohrer: Yoanna Dechezleprêtre et Grazia Nicosia.

 

Fondation des sciences du patrimoine: projets 2016 retenus

Fondation des sciences du patrimoine

Le conseil d’administration de la fondation s’est réuni le 16 juin 2016 au Château de Versailles pour arrêter la liste des projets financés à hauteur de 645 000 € au total dans le cadre de l’appel à projets 2015.  A celle-ci s’ajoutent  4 thèses labélisées par les écoles doctorales des universités de Cergy-Pontoise et Versailles Saint-Quentin. Le comité scientifique a établi le classement de  12 projets retenus pour être soutenus par la Fondation des sciences du patrimoine ; 2 contrats doctoraux et 10 projets de recherche portés par des laboratoires de recherche ou de grandes institutions culturelles partenaires.

Pour consulter la liste, cliquez  ICI 

 

 

 

 

résultats de l’appel à projets 2016      ICI

European Graduate Generation in conservation-restoration

EGG – 2016-2017

EGG-2014 (European Graduate Generation in conservation-restoration), publiera à l’automne 2017  les premiers articles de jeunes diplômés des années 2016-2017. Ceux-ci peuvent porter indistinctement sur des études de cas, des recherches ou des réalisations pratiques dans le cadre de jurys et mémoires ou thèse de doctorat, pour autant qu’elles aient été présentées avec succès au sein des différentes écoles européennes.

Par la poursuite de ce projet, nous voulons réaffirmer l’importance, pour de jeunes conservateurs-restaurateurs, de partager leurs recherches et travaux sous forme de publication scientifique. En effet, la somme de savoirs accumulée dans la « littérature grise » (non publiée) des dossiers d’intervention, mémoires de fin d’études et thèses doctorales est phénoménale. La divulgation des résultats stimule les recherches, et leur complémentarité peut déboucher sur des projets communs au niveau européen. L’initiative donne, en outre, une meilleure visibilité aux différentes formations au sein des Hautes Écoles et Universités.

Modalités

Chaque étudiant ou diplômé désireux de soumettre un article doit préalablement contacter, au sein de l’établissement où il étudie, un enseignant faisant office de personne de référence et qui sera son intermédiaire vis-à-vis de CeROArt. La personne de contact est chargée du suivi de l’article scientifique (de l’élaboration à sa version finale), et veille à sa conformité par rapport à la charte éditoriale ;  elle est à même de procéder à la relecture d’un article émanant d’une autre institution; enfin elle vérifie les informations relatives à la formation et à l’École ou Université qu’elle représente, et qui seront publiées.

Les textes peuvent être soumis en français, en anglais, ou dans les deux langues. Les textes en anglais doivent impérativement relus par un native english speaker. CeROArt n’assume pas les traductions.

Le site de la revue : http://ceroart.revues.org/

La charte éditoriale de la revue : http://ceroart.revues.org/index87.html

Calendrier

Au plus tard le 30 octobre 2016 pour les diplômés 2016: envoi des sujets, des titres et des résumés/abstracts et mots-clés ainsi que d’une brève + référence et nom du référent (fiche modèle téléchargeable dès le 1e juillet 2016). Envoi des articles avant le 15 décembre 2016.

Au plus tard le 1 juin 2017 pour les diplômés 2017: envoi des sujets, des titres et des résumés/abstracts et mots-clés ainsi + référence et nom du référent (fiche modèle téléchargeable dès le 1e juillet 2016). Envoi des articles avant le 1 octobre 2017.

Information complémentaire: muriel.verbeeck(at)ceroart.org

Chercheurs et boursiers du Getty en 2016-2017

Le Getty annonce des boursiers 2016-2017 dans ist Le New York Review of Books ( 9 juin 2016 / n ° 10).

Le J. Paul Getty Trust est une institution culturelle  philanthropique dédiée à la présentation, la préservation et la diffusion de nouvelles connaissances sur l’ héritage artistique du monde. Il sert le grand public ainsi qu’un large éventail de communautés professionnelles avec la conviction qu’une sensibilité plus grande et plus profonde, ainsi que la connaissance des arts visuels et leurs nombreuses histoires, sont essentielles à la promotion d’une société civile et en pleine vitalité. Administrées par la Fondation Getty , au nom du Getty Research Institute (GRI), le J. Paul Getty Museum et le Getty Conservation Institute (GCI) , des subventions sont accordées chaque année scolaire à des chercheurs du monde entier. Cette année, quarante-neuf chercheurs et stagiaires viendront séjourner à L.A. et collaborer avec le « Getty », dont le fameux Hans Belting (GRI), Professeur à l’Institut für Kunstwissenschaft und Medientheorie, Staatlische Hochschule für Gestaltung, karlsruhe, Germany, et deux chercheurs français, Pascal-François Bertrand (GCI),  professeur d’Histoire de l’art à l’Université Bordeaux Montaigne, et Carlo Severi (JPGM) , directeur d’études à l’École des Hautes Etudes en Sciences Sociales et directeur de recherche au CNRS, Paris; mais aucun avec le GCI  …

Pour plus d’ informations, visitez le site getty.edu

The-Getty-Welcomes_New-York-Book-review_all_png

Remarques sur l’offre de formation en CR

T Martel 02par Thierry Martel, diplômé de l’IFROA (ex INP), directeur de DEP’art (Ecole préparatoire aux concours des écoles d’art et des formations en conservation-restauration des biens culturels.), membre du Comité scientifique de la revue CeROArt.

 

Le texte ci-dessous a été publié le 26 juillet 2016  dans un post sur LinkedIn. Eu égard au profil de son auteur (il est enseignant  et fut professeur de CR à l'ESAA)  et à la teneur  de  cette  tribune,  Semin'R  lui a proposé de la relayer.

Dernièrement, lors d’une journée d’étude organisée conjointement par la FFCR-PACA et l’AGCCPF-PACA, sur le thème « De l’utilité des études préalables : définitions, réflexions et retours d’expérience », nous avions souligné l’importance d’une remise en question du contenu des formations des conservateurs-restaurateurs afin d’être en adéquation avec les évolutions du métiers. L’exercice de notre profession peut être très classique ou s’étendre et évoluer vers des projets de très grandes envergures (Réalisation d’études, de récolements ou de missions de conseils, avec des budgets élevés et la constitution de groupements d’un nombre important de spécialistes, etc.). Ces nouvelles conditions opérationnelles nécessitent un approfondissement des compétences.

Si toutes ces demandes correspondent aux compétences attendues par un spécialiste diplômé, nous pouvons nous interroger sur la pertinence des contenus de nos formations et du niveau atteint par les étudiants en fin de cursus autant sur le plan de la technique, que de l’administration, de la gestion des entreprises et de la communication.

Or les changements observés dans les quatre formations supérieures par la mise en conformité avec le système LMD et l’obtention du grade de Master de niveau I, n’ont peut-être pas suffisamment pris en compte cette évolution professionnelle.

Il ne s’agit pas là de voir à cours terme, mais d’appréhender ces modifications pour les vingt prochaines années. Et l’actualité très récente de l’Ecole Supérieure d’Art d’Avignon, nous montre que le devenir des formations n’est pas un long fleuve tranquille.

Après des décennies de réflexions, en dix ans, de 1973 à 1983, nous avons vu en France la création de la Maîtrise des Sciences et Techniques (MST) à Paris I ; puis l’Institut Français de Restauration des œuvres d’Art (IFROA) ; la création de départements de restauration au sein des écoles des Beaux-Arts d’Avignon de Tours, et de Clermont-Ferrand. Deux autres entités avaient vu le jour au début des années soixante dix, l’une à l’Ecole régionale des Beaux-Arts de Valence Valence, l’autre à Châteaurenard .

Après une mission d’étude et une décision du Ministère de la Culture  au début des années quatre vingt dix, l’offre des formations publiques fut réduite à quatre. Elles sont à ce jour les seules conformes à l’Arrêté du 3 mai 2016 relatif aux qualifications requises pour procéder à la restauration d’un bien faisant partie des collections des musées de France. Nous pouvons naturellement nous interroger sur l’évolution de l’offre de formation d’ici quelques années !

Pour que cette offre de formations perdure et qu’une dynamique professionnelle soit satisfaisante, il faut pouvoir attirer un nombre suffisant d’étudiants. L’intérêt que nous pouvons porter à l’exercice de notre métier ne peut pas, sous prétexte de « concurrence », opérer un frein permanent à la formation de futurs spécialistes. Car, faute de candidats, les formations seront dans un premier temps réduites puis fermées ! Un autre modèle pourrait alors s’installer …

Actuellement, nous disposons de quatre diplômes différents :

  • Titre Université Paris I Panthéon-Sorbonne : Licence Préservation des Biens Culturels / Master de  Conservation-restauration des Biens Culturels
  • Titre Institut National du Patrimoine : Restaurateur du Patrimoine (RNCP)
, au grade de Master
  • Titre Ecole Supérieure d’Art d’Avignon : Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique, Option Art, mention Conservation-Restauration
, au grade de Master
  • Titre Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Tours, Angers, Le Mans : Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique, Option Art, mention Conservation-Restauration des Oeuvres Sculptées, au grade de Master.

Récemment (21 janvier 2016), l’Université Paris I a présenté un nouveau règlement des connaissances Master 1 et 2 dans trois parcours type : Conservation Préventive du Patrimoine, Méthodologie et Pratique de la Conservation-Restauration, Valeurs et matérialité des Biens Culturels. (L’accès au M1 CRBC dominante « Méthodologie et pratique de la conservation-restauration » (MPCR) est conditionnée par la validation du parcours « Préservation des biens culturels » de la licence Histoire de l’art et Archéologie, ou par d’un parcours de licence équivalent).

Pour l’INP, nous notons le développement d’un « programme d’égalité des chances » dans le secteur culturel avec la mise en place d’une préparation au concours pour des étudiants de DMA et BTS ou leur entrée en classe préparatoire à Paris Ouest Nanterre – Ecole du Louvre (L3). Si pour l’INP l’accès au concours se situe en principe à l’entrée dans le supérieur, nous constatons en fait, qu’une préférence est donnée aux étudiants de niveau BAC+2. Ce qui est confirmé par les statistiques des résultats du concours 2015 : 122 candidats présents dont 49 > Bac+2, en fin de concours, 14 des 19 lauréats sont issus de formations supérieures à Bac+2 et 14 résidant à Paris ou en région parisienne !

Il est certain que le profil idéal d’un candidat requiert des aptitudes pratiques, une capacité de réflexion et un minimum de connaissance du milieu professionnel. Mais ces statistiques peuvent effrayer les jeunes bacheliers ! D’autant que l’accès à l’Université Paris I nécessite une première année (L1) en Histoire, Histoire de l’Art ou Sciences.

Donc, le Bac en poche, le choix peut être relativement restreint : soit s’orienter vers l’ESBA TALM, mais l’offre unique et limitée (5 places) pour la spécialité sculpture qui ne pourra satisfaire l’ensemble des candidats – soit choisir l’ESAA, où l’offre en oeuvres d’art contemporain et  objets ethnographiques, balaie un champs plus large.

Malheureusement, cette année, le concours d’entrée a été supprimé et les perspectives de cette formation semblent compromises.

Alors que l’on contraint les élèves de lycée à faire des choix d’orientation très tôt dans leur scolarité, que les propositions APB ne sont pas adaptées à notre domaine, que l’offre de formation est très hétérogène, nous pouvons poser les questions suivantes :

– L’offre de formation est-elle / sera-t-elle vraiment adaptée sur le plan national et international ?

– Est-elle suffisante, attractive et assez dynamique pour maintenir une qualification supérieure ?

– Quid de la situation européenne ?

Ne faudrait-il pas partager une réflexion nationale pour mieux définir et construire une proposition relativement homogénéisée et plus adaptée aux évolutions professionnelles. Développer des niveaux différents (du Bac au Doctorat) permettant à un plus grand nombre de tenter l’aventure tout en pouvant prendre un autre chemin si cela ne convient pas ?

Qu’en pensez-vous ? Des idées ?

Histoire des acquisitions des collections africaines du Musée du quai Branly

Par Hélène JOUBERT , Conservatrice en chef, Responsable de l’Unité patrimoniale des Collections Afrique au musée du quai Branly et Professeur à l’Ecole du Louvre.

Cet exposé illustré d’un catalogue d’œuvres choisies des collections africaines du Musée du quai Branly retracera les différents moments d’une histoire des politiques d’acquisition des collections nationales françaises de 1878, date d’ouverture du musée d’Ethnographie du Trocadéro, à aujourd’hui. Musée de référence par la richesse, la qualité et la diversité de ses collections, la qualité de ses expositions, l’importance de sa fréquentation, le musée du quai Branly s’inscrit dans le paysage des grands musées français, à l’instar du musée du Louvre, Beaubourg ou le musée d’Orsay. Il appuie cette réussite en grande partie sur l’envergure géographique et culturelle de ses propres collections constituées au fil d’entreprises personnelles ou collectives, explorateurs, aventuriers, commerçants, missionnaires, militaires, administrateurs, ethnologues et chercheurs, politiques, collectionneurs et amateurs, conservateurs et marchands, qui ont contribué à lui donner au fil du temps une identité qui s’inscrit dans l’Histoire du XIXe au XXIe siècle.

ARTICLES, CHAPITRES, AVIS d’Hanna Hölling

2017 “Lost in Museums? Changeable Media, Their World, and Performance.” Museum History Journal, proceedings of Lost Museums ColloquiumBrown University, Providence (special issue of Museum History Journal), in process.

2017  “The Technique of Conservation: Hands and Minds, Science, and Humanities.” Forum Section in History of Humanities, Materials and Techniques in the History of Art History, edited and introduced by Sven Dupré, in process.

2016 The Lands of Art: On Land (Art) Shifting Grounds. Alps Art Academy: Land Art – A Reader and Alps Art Academy online, in process.

2016Transitional Media: Duration, Recursion and the Paradigm of Conservation.“ Saving the Now, preprints of the International Committee of Conservation (IIC) 2016 Los Angeles Congress, in collaboration with the International Network for the Conservation of Contemporary Art (INCCA). London: Archetype Publications (limited print edition) and Leeds: Maney Publishing (electronic journal publication), in process.

2016  “The Aesthetics of Change: On the Relative Durations of the Impermanent. In Authenticity in Transition, edited by Erma Hermens and Frances Robertson, 13-24. London: Archetype Publications.

2016 “The ‘Virtual Body of Art:’ Reflections on the Impossibility of Material Continuation.” Book review Wirtualne Ciało Sztuki by Elżbieta Wysocka (Warszawa: Narodowe Centrum Kultury, 2013), Zeitschrift für Kunsttechnologie und Konservierung: Deutscher Restauratoren Verband.

2015 “Archival Turn.” In Data Drift: Archiving Media And Data Art In The 21st Century, edited by Rasa Smite, Lev Manovich and Raitis Smits, 73-89. Riga: RIXC and Liepaja’s University Art Research Lab.

2015 „Die Wandelbarkeit von Objekten und Konzepten: Zur Erhaltung von computerbasierten Medien am Beispiel von I/Eye. In Die Vergänglichkeit des Materials, edited by Simone Heuken, 135-155. Cologne: Verband Deutscher Restauratoren VDR.

2014 The Explicit Material: On the Intersections of Conservation, Art History and Human Sciences.” Simulacrum, Stichting Simulacrum, Kunsthistorisch Instituut, University of Amsterdam, 23/1.

2014 “From Social to Technological Interactivity: Delegating the Act, Translating the Object.” In Hannes Schmid: Momentous II, edited by Kornelia Imesch-Ochslin, 52-58. Beijing: Today Art Museum Beijing.

2014 “Seeking the Authentic Moment: De- and Re-Materializations in Paik’s Video and Multimedia Installations.” Journal of the Australian Institute for the Conservation of Cultural Materials, 34 (AICCM): 85-92.

2014 “Dal recupero alla ri-medizione; pratiche di restauro per l’arte basate sull’utilizzo del computer nel caso di I/Eye (1993) di Bill Spinhoven van Oosten.” (From Recovery to Remediation: Conservation Practices in Computer-based Art on the Example of I/Eye (1993) by Bill Spinhoven van Oosten) In Tra memoria e oblio: percosi nella conservazione dell’arte contemporanea, edited by Paolo Martore, 229-250. Rome: Castelvecchi Publishers.

2013 “What’s Next? Translating Time, Transforming Objects in the Conservation of Multimedia,” in WHAT’S NEXT? Kunst nach der Krise—Ein Reader (What’s Next? Art after Crisis—A Reader). Edited by Johannes M. Hedinger and Torsten Meyer, 251-258. Berlin: Kulturverlag Kadmos.

2013 “On the Identity of Nam June Paik’s Changeable Multimedia Installations in the Context of Their Conservation.” In Hanna Hoelling, Bernhard Serexhe, Glenn Wharton, Nam June Paik Art Center Interviews, edited by Manu Park, Seong Eun Kim, and Sang Ae Park, 119-134  (34-50 in Korean). Seoul: Nam June Paik Art Center.

2013  Conversation: Hanna Hoelling, Bernhard Serexhe, Glenn WhartonNam June Paik Art Center Interviews. Edited by Manu Park, Seong Eun Kim, and Sang Ae Park, 90-118 (5-34 in Korean). Seoul: Nam June Paik Art Center.

2013 Transcending Obsolescence in Technological Ruins? Questions of Conservation and Presentation in Nam June Paik’s Multimedia Installations.” In Waste, edited by Alexandra Schneider and Wanda Strauven. Necsus European Journal of Media Studies 4 (Autumn).

2013 “Versions, Variations, and Variability: Ethical Considerations and Conservation Options for Computer-Based Art.” Electronic Media Reviewof the American Institute for Conservation of Historic & Artistic Works, 2, Washington DC.

2012 “Monitor’s Matters.” In: Simon Denny: Full Participation, edited by Jacob Proctor, Pablo Larios, and Hanna Hölling,185-187. Aspen: Aspen Art Press.

2011 “Reflections on a Biographical Approach to Contemporary Art Conservation.” Conference preprints, co-authored with Tatja Scholte, Sanneke Stigter, and Renee van de Vall. Lisbon: International Council of Museums, Conservation Committee ICOM CC.

2011 “Virtualization as a Preservation Strategy for Computer-based Art: An (Empirical) Study into the Installation I/Eye (1993) by Bill Spinhoven van Oosten. Research report. Amsterdam: Netherlands Media Art Institute NIMk, PACKED and DNart.

2011 “On the Afterlife of Performance.” Review of the conference The Manifold (After) Lives of Performance, 12 – 13 November 2010 (Part 2). Amsterdam and Leuven: de Appel arts centre in Amsterdam and STUK Kunstcentrum in Leuven.

2010  “Konservierung.” In Lexikon zur zeitgenössischen Kunst von Com&Com (lexicon of contemporary art by Com&Com), edited by Johannes M. Hedinger and Marcus Gossolt, 83-84.  Zürich: Niggli Publishers.

2009 “On the Afterlife of Performance–The Manifold Afterlife of Performance, November 13-15, 2009: Review of the conference The Manifold (After) Lives of Performance (Part 1). Amsterdam and Leuven: De appel Arts Centre Amsterdam and STUK Kunstencentrum Leuven. http://www.deappel.nl/exhibitions/e/678.

2005 “Zur Konservierung des Environments The Portable War Memorialvon Edward Kienholz(On Conservation of the Environment The Portable War Memorial by Edward Kienholz). Kölner Museums-Bulletin 3: 39 – 48.

3e colloque international Gestion intégrée des contaminants biologiques

Du 13 au 15 septembre 2016

à l’auditorium du musée du Louvre / Paris

3e colloque international Gestion intégrée des contaminants biologiques (IPM) dans les musées, archives, bibliothèques et demeures historiques.

Ce colloque s’adresse aux acteurs des institutions patrimoniales chargés de la conservation préventive et de la gestion des nuisibles (insectes, micro-organismes, rongeurs, volatiles…).

La stratégie IPM s’inscrit dans une démarche de conservation préventive et de gestion des risques. Elle permet d’éviter, de réduire et de contrôler les problèmes liés aux nuisibles avec le moins de conséquences possibles pour les personnes, les biens et l’environnement. Ce colloque présentera les pratiques actuelles et les stratégies IPM : détection, prévention et lutte contre les nuisibles appliquées au patrimoine.

Programme et inscription.

Cet événement bénéficie d’un soutien financié de la Fondation des sciences du patrimoine.

Deux conservatrices-restauratrices diplômées de l’ESAA interviennent à ce colloque:

15:20-15:40

Utilisation des textiles préimprégnés de pyréthrinoïdes pour la protection des biens culturels
Grazia Nicosia (Musée du Louvre, DRC-SCP, Paris, France)
Fabien Fohrer (Entomologie, CICRP, Marseille, France)
Yoanna Dechezleprêtre (Conservatrice-restauratrice, Avignon, France)

Ecole Supérieure d'Art d'Avignon, Département de conservation-restauration / ESAA-cr