Le dossier « Restaurer l’oeuvre d’art aujourd’hui » de l’Académie des Beaux-Arts.

         Nous avons parcouru le dossier « Restaurer l’oeuvre d’art aujourd’hui » publié dans La lettre n°80 de l’Académie des Beaux-Arts, paru dans l’hiver 2015-2016. Pourvu qu’il soit passé  inaperçu, tant  sa faiblesse et son étroitesse de vue sont flagrantes. Hélas on y retrouve les  sempiternels arguments traditionalistes  de la doxa institutionnelle et centralisée par des tenants de la rhétorique française en matière de « restauration ».

Non,  il n’est pas exact de prétendre dès l’éditorial, que « la restauration se situe à la croisée des informations d’archives et des analyses scientifiques modernes », dans la perspective de restituer aux oeuvres « leurs caractères originaux et les étapes de leur élaboration ». Dans l’activité régulière de prise en charge de biens du patrimoine public, la plupart des conservateurs-restaurateurs n’a pas recours à tous les moyens scientifiques potentiels tout simplement parce qu’ils représentent un coût supplémentaire  que les adeptes  du système des marchés publics ne peuvent ou ne veulent plus se permettre.  » … La Lettre rend hommage au talent, à la compétence et à la générosité de ceux qui se vouent aux restaurations. Ils rendent vie aux couleurs, aux formes, au projet de l’artiste et à l’essence du mystère qui habite son œuvre. Ils méritent notre reconnaissance et notre gratitude. » A l’heure ou la profession de conservateur-restaurateur est en grande souffrance, notamment économique, les auteurs du texte introductif perpétuent une vision à la fois matérialiste et romantique de cette activité en usant du poncif éculé de l’oeuvre mystérieuse tout en référant à une seule esthétique essentialiste et intentionnaliste. Bien leur en aurait pris d’être à l’écoute de l’actualité récente 1 qui fait état de problèmes irrésolus de « re-connaissance non pas des oeuvres » mais de compétence et de statut des conservateurs-restaurateurs, ainsi que de baisses des dotations budgétaires aux formations publiques. 

Pourquoi faut-il à chaque fois qu’il est question de restauration,  qu’on nous resserve  » L’apport des nouvelles technologies et de la recherche scientifique  à la connaissance de la matière de l’oeuvre d’art et du monument … »  comme outillage prépondérant et comme si sans elles, rien n’était possible ? C’est la nouvelle autorité du C2RMF 2, récente transfuge de la direction du LRMH 3, qui entame le dossier par un long étalage de l’attirail technologique au service des examens et analyses scientifique des biens culturels. « Mais si la connaissance scientifique de l’œuvre d’art est rapidement devenue une nécessité, l’idée que la conservation et la restauration devait se fonder à la fois sur les mêmes principes de rigueur scientifique et sur les mêmes investigations est plus jeune. En effet la restauration n’a véritablement acquis ses titres de noblesse et ses fondements scientifiques qu’avec les théoriciens comme Cesare Brandi et Paul Philippot , dans les années 1960, qui ont formalisé les exigences fondamentales de la restauration « moderne » : stabilité, lisibilité, réversibilité. » La conservation-restauration est présentée ici comme une activité basée sur des principes de rigueur et d’investigation semblables à ceux des sciences de la matière,  assortie d’une devise de catéchisme. Or ce qui caractérise les deux auteurs cités ,  c’est précisément qu’ils n’ont pas établis de fondements scientifiques mais plutôt idéologiques et doctrinaux  avec leur vision essentialiste des oeuvres. Leur apport fut bien plus déterminant en ce qu’ils ont préconisé la nécessité d’une approche  critique de l’oeuvre au « moment de sa reconnaissance » en tant que telle, dans sa dualité esthétique et historique. « Le rôle des institutions de recherche du Ministère de la Culture et de la communication dédiées à la conservation du patrimoine est d’apporter au conservateur et au restaurateur une aide efficace au diagnostic et à la prescription. »  Las ces institutions ne comptent pas de filière permettant d’y intégrer durablement des conservateurs-restaurateurs, à l’instar des ressortissants d’autres disciplines scientifiques et comme c’est pourtant le cas dans tous les  » laboratoires dont se dotèrent [ …] de grandes institutions muséales telles que le Musée de Berlin en 1888, le British Museum en 1916 ou la Pinacothèque de Munich en 1924. » 4 « … cette opération que l’on nomme communément aujourd’hui la « conservation-restauration ». Il est inexact de réduire la conservation-restauration à une opération, quand elle est aujourd’hui une discipline enseignée en France dans quatre formations publiques diplômantes au grade du Master II. Après une longue période de réticence d’une partie des conservateurs français du patrimoine, gardiens du temple 5, la conservation-restauration doit sa dénomination adoptée par une résolution d’abord de l’ICOM-CC à Copenhague en 1984 6, puis à celle adoptée par l’ICOM-CC 7 à l’occasion de la XV ème Conférence triennale tenue à New Delhi du 22 au 26 septembre 2008, et enfin à celle entérinée par la XXV ème assemblée générale de l’ICOM tenue à Shanghai en 2010. Et même si cette terminologie est incommode en France, le sens du terme « conservateur » référant aux exigences et finalités autant de la profession de conservateur de musée qu’à celle de conservateur-restaurateur, c’est elle qui est aujourd’hui partagée à l’échelon international. Il est symptomatique que ce ne soient pas les conservateurs-restaurateurs ayant effectué les traitements sur « La Belle Feronnière » de Leonardo Da Vinci, sur du mobilier Boulle ou encore sur « Shining Forth (to George)» de Barnett Newman qui en parlent, et qui ne soient pas tous cités, quand les conservateurs du patrimoine et les chimistes, eux, sont mentionnés. Il apparaît qu’on discourt sur la conservation-restauration selon la conception que l’on croyait pourtant révolue, qui considère encore cette discipline enseignée dans quatre formations publiques françaises d’enseignement supérieur, diplômantes au niveau du Master II, comme une pratique subalterne ou auxiliaire, et dont les acteurs peuvent rester aussi invisibles que mutiques.

C’est ensuite Ségolène Bergeon-Langle, l’intarissable « papesse » française qui reprend le flambeau pour poser la question de la nécessité du nettoyage d’une peinture. Un chapitre de son article est consacré à l’allègement de vernis. Au moyen d’arguments technique, scientiste et esthétique, l’auteure y développe l’explication d’une opération conçue et justifiée à partir d’un principe général dogmatique, mais dont elle omet de décrire la méthode très aléatoire. En gardienne d’une tradition historique et spécifiquement française, elle rappelle que ce qu’il eut fallu appeler « amincissement » au lieu de « allègement » de vernis, fut théorisé par René Huyghe. Là encore, il est regrettable de retrouver une rhétorique de non-praticiens laissant supposer que les vernis à nettoyer seraient originaux. Or une étude de l’AIC publiée en  1998 8, explique très bien pourquoi on ne peut parler de « vernis original » en tous cas, quand beaucoup de peintures n’en furent pas recouvertes par leurs auteurs, mais par des tiers, des vernisseurs ou des marchands, a posteriori. En outre la très grande majorité d’entre eux sont des couches de résines appliquées par des « restaurateurs » après un ou plusieurs dévernissages déjà effectués, l’opacification d’un vernis naturel à tableaux commençant à être gênante à partir de vingt ans environ. Chaque conservateur-restaurateur de peinture sait combien la réalisation d’un « allègement » de vernis – quand ce n’est pas un euphémisme pour nommer un véritable dévernissage complet 9 –, est en réalité plus périlleuse et nocive pour la couche picturale qu’un dévernissage total. L’opération consiste en effet à véhiculer un composé de solvant(s) lourd(s) 10 pour dissoudre la résine sous son pinceau et l’extraire par essuyage du vernis ramolli en frottant un tampon d’ouate. En agissant progressivement ainsi, il s’agit d’abord de diminuer la quantité de vernis et de veiller à conserver une même épaisseur de vernis restant sur toute la surface du tableau, en le répartissant approximativement du mieux que possible. Il suffit après chaque tentative d’allègement de vernis, d’observer son image sous lumière ultra-violette pour constater que le résultat escompté est toujours impossible, sauf à y consacrer un temps et un coût qu’aucun commanditaire français n’est prêt à dépenser, sauf exception peut-être. Du reste, le cliché d’un tableau tout juste « allégé » n’est jamais diffusé. Puisque le vernis d’un tableau ancien n’est pas « original», pourquoi ne pas l’ôter purement et simplement, en remettre un neuf, et le patiner artificiellement 11 le temps que la résine s’oxyde et jaunisse naturellement. Il sera alors temps d’enlever la patine artificielle pour laisser place au voile naturel légèrement jaune recouvrant l’image. A l’aune de sa longévité, on peut mesurer l’évolution du discours de l’ancienne responsable du Service de Restauration des Musées de France, et de son argumentaire particulièrement depuis qu’elle n’est plus en fonction, certainement avec des coudées plus franches. Son propos s’est progressivement affranchi d’une conception positiviste de la « restauration », mais semble montrer qu’on n’a pas tiré les leçons d’énormes erreurs commises au plus haut niveau de compétence. « La restauration ne doit pas être une aventure, un saut dans l’inconnu ; on ne nettoie pas pour comprendre, mais parce que l’on a compris la peinture dans toute sa complexité. »12 « Même si cette intervention est légitime, il n’en reste pas moins que la restauration étant subjective et contingente, faite à un instant particulier et dans un pays spécifique, il est souhaitable que l’intervention minimale soit choisie afin de préserver au maximum la liberté des générations futures. » Pour finir, Ségolène Bergeon prône encore le principe dogmatique de l’ « intervention minimale ». On se demande bien à l’intention de qui s’adresse ce souhait, quand plus aucun conservateur-restaurateur habilité selon les termes du droit du patrimoine, n’entrevoit ce que serait la démarche inverse, l’intervention maximale. Pour mémoire s’il en était besoin, et selon les théoriciens Cesare Brandi et Paul Philippot cités en tant que fondateurs de la restauration moderne par Isabelle Pallot-Frossard, cette discipline se base sur une approche critique de chaque bien culturel pris en charge.

Vient ensuite un article sur l’ « art contemporain, le paradoxe de la restauration ». L’auteur, Didier Bernheim, qui n’a visiblement pas bien assimilé la répartition des rôles et des responsabilités, s’égare rapidement. «La diversité des procédés de création, la variété des matériaux, leur expérimentation et leur détournement, l’importance de la dimension conceptuelle, ont contraint les conservateurs et les restaurateurs, désormais qualifiés de conservateurs-restaurateurs, les deux fonctions étant devenues indissociables, à renouveler la pensée de la restauration et à développer une véritable déontologie.» On l’aura compris, conservateur du patrimoine et conservateur-restaurateur sont deux professions, certes complémentaires, mais bien distinctes en termes de formation et de compétence. Par la suite l’auteur s’en sort mieux en énumérant une suite de questionnements afférents à des œuvres toutes plus « excentriques » les unes que les autres, reflétant bien les problèmes nouveaux et les dilemmes d’ordre éthique qui se présentent aux conservateurs-restaurateurs. En toute fin, on pourra s’étonner de préceptes avancés par Didier Bernheim. En particulier, de celui qui recommande la compréhension de significations et dont on comprend mal pourquoi il ne s’appliquerait qu’au « … restaurateur d’une œuvre de l’art contemporain [: il] n’est pas seulement confronté à la connaissance des techniques et des matériaux de la création contemporaine ; il doit s’attacher à la nécessaire compréhension du sens de l’œuvre et de l’intention de l’artiste, en recherchant une documentation qui n’est plus seulement technique mais aussi, essentiellement, critique. » Puis l’auteur répète une recommandation souvent rencontrée dans le discours méthodologique de la conservation-restauration de l’art contemporain, mais contre laquelle Jean-Pierre Cometti s’inscrit en faux. « Dans le meilleur des cas il peut s’appuyer sur l’avis de l’auteur, devenu témoin et acteur de la conservation et de la restauration de son œuvre.» Le philosophe argumente en effet une position véritablement séditieuse en affirmant que le témoignage de l’auteur d’une oeuvre d’art sur son état matériel ne vaut pas plus que celui de n’importe quel récepteur ! Et quand bien même on serait tenté de penser que le premier  est le mieux placé pour l’explicitation de ses intentions originelles, celle-ci constitue une attestation moins fiable que l’interprétation du second ! 13

Le dossier se dote de l’ interview de deux professionnels issus de la formation de l’Institut National du patrimoine. Les explications de la première se limitent à l’évocation de la dimension matérielle des oeuvres d’art graphique dont elle s’est fait la spécialité. Lorsqu’il lui est demandée quels sont les axes de recherches, là encore, l’approche reste exclusivement matérialiste comme si son activité relevait d’une démarche scientifique. On peut constater que le discours est en phase avec la rhétorique institutionnelle diffusée par la Direction des Musées de France dont l’INP s’est toujours présenté en tant que son école d’application, au point de revendiquer encore une dénomination professionnelle spéciale, celle de « restaurateur du patrimoine » au lieu de l’appellation internationale, « conservateur-restaurateur ». L’argumentaire du second, spécialisé en sculpture polychrome, ne se singularise pas au-delà d’une présentation très classique, telle celle du besoin de la collaboration du tandem historien et scientifique. A propos de la restauration proprement dite, il déclare « Le restaurateur présente également au propriétaire ou au conservateur responsable des propositions de restauration qui viseront à améliorer ou mettre en valeur la qualité de la sculpture – propositions qui dépendent de l’état, de la qualité et de la faisabilité des opérations envisageables. » Si l’enjeu de la restauration proprement dite est effectivement une amélioration, ce ne devrait être que celle de l’appréciation du bien culturel si celle-ci était défaillante.

Concernant « la restauration de la statuaire en métal », la parole est donnée à un fondeur d’art, correspondant de l’Académie des Beaux-Arts. Prenant les exemples de la Fontaine des Girondins à Bordeaux et de L’Archange du Mont Saint-Michel, il décrit les problématiques et les interventions matérielles abordées. Il eut été certainement opportun d’expliquer, que dans ces cas, la « restauration » consiste effectivement plus en une rénovation.

C’est un conservateur du patrimoine qui s’attache à l’évocation de « La restauration de la Victoire de Samothrace », qui présente la particularité d’être « un chef-d’œuvre de l’art grec mais aussi, dans une certaine mesure, du XIXème siècle. » C’est un inventaire d’opérations techniques dont on peut s’étonner encore une fois, qu’il ne soit pas narré par le(s) conservateur(s)-restaurateur(s) qui ont conçu et effectué les traitements. « La Victoire et le bateau formant sa base ont ainsi retrouvé tout l’éclat de leur marbre, patiné par les siècles. Le contraste entre les marbres de Paros et de Lartos est de nouveau perceptible.» Alors qu’on pourrait s’attendre à compte-rendu de l’approche critique qui a conduit au parti-pris de restauration, on reste sur sa faim. «  … le monument a ainsi pu retrouver toute sa cohérence formelle. » Il eut été didactique d’expliquer par exemple en quoi consiste précisément la récupération de cette cohérence de forme.

Il est question de « la conservation des œuvres de cinéma » par le célèbre réalisateur Jean-Jacques Annaud, dans l’article suivant: « Le cinéma est un art enregistré à forte composante technologique. » Son discours est extrêmement explicite grâce notamment à des problématiques, des comparaisons, et des analogies très pertinentes. « Au début des années trente, survient un saut technologique, comparable à ce qui se passe aujourd’hui avec le numérique : l’avènement du parlant ». La conclusion est éloquente : « Le cinéma est un art enregistré à forte composante technologique. Sa diffusion populaire, immédiate et mondiale en a immensément bénéficié. Le revers de la médaille, c’est qu’elle est en chocolat. Elle fond au soleil de chaque nouveau printemps. »

Anne Cartier-Bresson, conservatrice générale du patrimoine, directrice de l’Atelier de Conservation et de Restauration de la Ville de Paris, continue le dossier en posant la question « Quelle(s) restauration(s) pour les photographies ? » Tant que la photographie ne fut pas considérée comme un bien culturel doté de valeurs patrimoniale d’une part, et marchande d’autre part, il n’était pas nécessaire de réglementer sa conservation et sa restauration. « La découverte de la valeur intrinsèque de la photographie en tant qu’objet patrimonial doit être associée à la création des Rencontres internationales de la photographie à Arles puis du Mois de la Photo à Paris. » Anne Cartier-Bresson rappelle les trois règles de la « restauration » qui en constituent sa devise : la réversibilité, la compatibilité et la lisibilité du traitement de restauration. « Une bonne restauration doit pouvoir être détectée à l’œil. Un restaurateur n’est pas un faussaire ». Selon Anne Cartier-Bresson, un restaurateur est « un archéologue, [ … ] obligé, éthiquement parlant, de documenter, de donner ses méthodes et ses produits. On remet un rapport de restauration au propriétaire. C’est comme cela que l’on fait avancer la connaissance, car il y a aussi des échecs … »

Bernard Lechevalier, membre de l’Académie nationale de médecine et organiste titulaire de l’église Saint-Pierre de Caen, évoque succinctement « La restauration des orgues ». Il mentionne  la « restitution » exemplaire de l’orgue de la chapelle du Château de Versailles, dont le « somptueux buffet doré contenait un instrument de François-Henri Clicquot, qui fut vidé entièrement de sa tuyauterie [ … ] et remplacé par un orgue moderne ».

          Deux articles concernant la restauration du béton écrits par deux architectes en chef des Monuments Historiques, viennent conclure ce dossier, dont on pourra déplorer le trop peu de place laissé aux praticiens de la conservation-restauration. « Il est significatif pour ne pas dire symptomatique, que les débats qui se sont développés tendent à se resserrer sur des considérations étroitement techniques, selon que l’usage, les promesses ou les menaces des nouvelles technologies mobilisent l’attention ou que la profession y trouve le gage d’une scientificité et d’un statut mieux affirmés. »14

Il est absolument nécessaire que le discours s’élargisse à la participation des sciences sociales qui, outre des informations propres à une identité des objets au de là de leur seule physicalité,  ont à dire à propos des enjeux et des objectifs, de la conservation-restauration, notamment en regard de l’élargissement des frontières du patrimoine et de ses nouveaux usages.

________________________Notes_________________________________________

1 Cf. la pétition « Alerte ! Les restaurateurs du patrimoine sont en danger. Les œuvres d’art sont en danger ! » http://www.petitions24.net/alerte_les_restaurateurs_francais_du_patrimoine_sont_en_danger

2 Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France.

3 Laboratoire de Recherche des Monuments Historiques situé à Champ-sur-Marne.

4 L’Institut Doerner accolé à cette dernière a été dirigé par Christian Wolters, Hubertus Falkner von Sonnenburg et Bruno Heimberg, tous trois (conservateurs-) restaurateurs de peinture.

5 Au point d’ « enjoindre » les dirigeants de la Fédération Française des Conservateurs-Restaurateurs à supprimer « conservateur-restaurateur » de son intitulé. La FFCR désigne aujourd’hui, la Fédération Française des professionnels de la Conservation-Restauration.

6 Le conservateur-restaurateur : une définition de la profession (Copenhague 1984). Nouvelles de l’ICOM, 39, (1), 1986, p. 5-6.

7 Conservation Comitee of the International Council Of Museum.

8 Varnishes and Surface Coatings, American Institute for Conservation, 1998

9 D’après les dire sous couvert d’anonymat de conservateurs-restaurateurs travaillant sous le contrôle direct de conservateurs de musées.

10 L’éther monoéthylique de l’éthylène glycol fut certainement le solvant le plus usité pour pratiquer l’allègement de vernis.

11 Il est possible d’appliquer un jus d’aquarelle légèrement jaune sur un vernis neuf, afin de lui donner l’aspect d’un vernis « patiné », qui sera enlevé très facilement au bout de trois à cinq ans, quand la résine au ra commencé à se patiner naturellement. NB: ce procédé était utilisé dans de grands musées allemands dans les années quatre-vingt.

12 cf. l’élimination d’une zone de surpeint original au moment du nettoyage du tableau « Les Noces de Cana » de Paolo Veronese, et plus largement, »Making mistakes in conservation », in Artwatch  2, 01/10/2015, p. 20

13 Conserver / restaurer. L’oeuvre d’art à l’ère de sa préservation technique, Gallimard / nrf coll. Essai, paris, 2016, p. 220

14 Ibid., p. 201

CALL FOR PAPERS / APPEL A ARTICLES

 6th interdisciplinary ALMA conference    Painting as a story

31 May – 3 June
Wednesday, May 31, 2017 – 12:00 to Saturday, June 3, 2017 – 12:00 | Brno, Czech Republic

Add to personal calendar

Brno, Czech Republic

Methodological novelties to the fine arts’ research with the accent on the role of time depending processes affecting the object‘s identity and state of preservation.

Conference topics:

  • Degradation phenomena (from chemical mechanisms to impacts on artwork’s aesthetic value and identity)
  • Unclear history (consistency and controversy of historical and analytical facts and comparative studies)
  • Unclear future (recent experience with conservation of modern and contemporary art)

6th interdisciplinary ALMA conference focused on research, technology, history and conservation/restoration of paintings. The conference is going to be held in historical premises of the Augustinian Abbey, Mendel Square, Brno, on May 31 – June 3 2017. The usual date of the conference was postponed from the traditional November of an even year to spring of an odd year to achieve regular annual periodicity with a conference held in Krakow, Poland with a similar specialization. The tandem of these two conferences will create a united discussion platform for the field of interdisciplinary research of the fine arts in the Central European region. Therefore, in the programme committee of the ALMA conference 2017 there are not only Czech members, but also members from Slovakia, Austria, Germany and Poland. For the first time the conference is organized not only by establishing institutions of ALMA laboratory, i. e. Academy of Fine Arts in Prague and Institute of Inorganic Chemistry of the Czech Academy of Sciences, v.v.i., but also Moravian Gallery in Brno, Masaryk University Brno, and two partner institutions from Slovakia – Slovak University of Technology in Bratislava and Academy of Fine Arts and Design in Bratislava. Because of the Czech-Slovak format of the organizing committee, it was decided to held the conference in Brno for the first time. The conference is going to be held under the patronage of the Rector of Academy of Fine Arts in Prague, MgA. Tomáš Vaněk, and the Rector of Masaryk University Brno, doc. PhDr. Mikuláš Bek, Ph.D. The conference is intended for researchers from the fields of natural and material sciences, humanities, restoration and conservation and arts, interested in current scientific knowledge on the topic and its possible use in practice.

The topic of the conference is “Painting as a story” where the need of the interdisciplinary approach can be seen in any potential context. Also a crystallographic workshop focused on authentication of artworks and the provenience analysis organized by International Union of Crystallography becomes a regular part of the tandem of Central European conferences.

The ALMA conference 2017 registration is now open and accessible on the website: https://www.alma-lab.cz/eng/informations-and-registration. It is possible to submit oral or poster presentations. Main conference language is English, a limited number of presentations can also be in Czech or Slovak.

Presenting students can ask for a financial support. Conference proceedings “Acta Artis Academica” is included in the international ISI Proceedings database (Web of Science). Important information can be found in the invitation (attached below).

Invited speakers

  • Katrien Keune / University of Amsterdam, Amsterdam, Netherlands
  • Koen Janssens / University of Antwerpen, Antwerpen, Belgium
  • Luciano Pensabene / Peggy Guggenheim Collection, Venice, Italy
  • Giovanni Cavallo / Scuola universitaria professionale della Svizzera italiana, Canobbio, Switzerland
  • Gilberto Artioli / University of Padova, Padova, Italy (CrysAC IUCr)
  • Costanza Miliani / University of Perugia, Perugia, Italy
  • Jiří T. Kotalík / Academy of Fine Arts in Prague, Prague, Czech Republic

Call for abstracts and registration opening: 7 November 2016

Abstract submission: 28 February 2017

Submission for financial support (for presenting students): 28 February 2017

Decision of acceptance: 20 March 2017

Early-bird registration: 30 April 2017

Date of the conference: 31 May – 3 June 2017

Questions regarding registration can be sent to a contact e-mail address: alma2017@alma-lab.cz.

Pratiquer l’enquête en conservation-restauration , c’est aussi être « contemporain ».

          Si l’on en croit Giorgio Agamben  [Qu’est-ce que le contemporain ?,Résultat de recherche d'images pour "agamben"  leçon inaugurale du cours de Philosophie théorétique donné en 2005–2006 à l’université IUAV de Venise, traduit de l’italien par Maxime Rovere, Rivages Poche Petite Bibliothèque, 64 p., ISBN :  2-7436-1857-4, 5,- €] , on peut penser que le  « contemporain » est par essence inaccessible à ses pairs. Le contemporain est impossible à saisir nous dit-il,  comme ces étoiles dont nous percevons la lumière  alors même qu’elles ont disparu, et comme la mode qui incarne un changement perpétuel. A la fois toujours en porte-à-faux et impliqué directement dans le réel, il n’est plus capable de s’en extirper pour l’analyser.

        Et si le contemporain c’était justement  celui qui n’épouse pas totalement son époque, qui n’adhère pas complètement à son mouvement mais qui est capable de faire un écart, un pas de côté, pour la considérer dans toute  sa complexité, la mesurer dans toutes ses dimensions, et en déceler ses contradictions ?

« Le contemporain est l’inactuel » avait dit Roland Barthes dans sa leçon terminale au Collège de France, sans doute préoccupé à ce tournant de sa vie, par sa propre contemporanéité.  Avec cette affirmation, il renvoyait évidemment aux  « Considérations inactuelles » de Friedrich Nietzsche. Or Agamben en vient à citer ces deux philosophes pour ce qu’ils adoptent des postures similaires : « celui qui appartient véritablement à son temps, le vrai contemporain, est celui qui ne coïncide pas parfaitement avec lui ni n’adhère à ses prétentions, et se définit, en ce sens, comme inactuel ». Tout comme  Nietzsche, Barthes est en plein dans le contemporain « précisément par cet écart et cet anachronisme,  il est plus apte que les autres à percevoir et à saisir son temps » .

Le philosophe italien  évoque une autre facette du contemporain qui est aussi celui capable de  scruter l’obscurité de son temps, sa part d’ombre, et  de ne pas se laisser absorber seulement par ce qui apparaît en pleine lumière.  Être en mesure de la voir sombre,  c’est précisément une  aptitude à « éprouver la contemporanéité ». « La voie d’accès au présent a nécessairement la forme d’une archéologie : car l’archaïque est tout aussi inaccessible que le présent, et qu’il faut faire le deuil même de ce sens dont l’origine s’éloigne toujours. »

Le contemporain est doué d’une autre capacité. Il n’est pas seulement là pour voir dans le noir, nous dit Agamben, ni pour saucissonner le temps en tranches. « […] Cela signifie que le contemporain n’est pas seulement celui qui, en percevant l’obscurité du présent, en cerne l’inaccessible lumière. Il […] est en mesure de le transformer et de le mettre en relation avec d’autres temps, de lire l’histoire d’une manière inédite, de la « citer» »en fonction d’une nécessité qui ne doit absolument rien à son arbitraire, mais provient d’une exigence à laquelle il ne peut pas ne pas répondre. » La lumière du passé pourrait donc  éclairer les ténèbres du présent. Agamben s’appuie  cette fois sur les oeuvres de Michel Foucault et de Walter Benjamin pour voir en ces derniers des éclaireurs historiques du présent, en ce qu’ils savaient actualiser l’inactuel et le rendre contemporain. Quitte à user du paradoxe, la visée d’Agamben est une quête, une « mise en lumière »  de ce  qui  fait le  hic et nunc  pour  le  clarifier. « C’est comme  si cette invisible lumière qu’est l’obscurité du présent projetait son ombre sur le passé  tandis  que  celui-ci, frappé  par ce  faisceau d’ombre, acquérait la capacité de répondre aux ténèbres du moment. […] ».

          Le véritable contemporain doit savoir  se décoller légèrement de son temps pour mieux le voir. Pour Agamben, l’évocation du passé, le goût de l’anachronique ou du décalé est un signe de lucidité nécessaire à l’interprétation du présent. Si chacun doit être à son temps, ce « passéisme »  n’est pas une marque  de la nostalgie, qui elle, altère irrémédiablement le présent. Cette conception de la contemporanéité ne peut laisser indifférent tout conservateur-restaurateur, tant elle présente des correspondances  évidentes avec sa démarche et avec la vocation des artefacts qu’elle est amenée à prendre en charge et à remettre en fonction. Expérimenter l’exercice de l’écart,  en préciser les contours et la méthode pour adopter le point de vue d’un observateur qui marque  le pas dans la marche du « maintenant »,  tel est le dessein que se fixe aussi l’Unité de recherche Interdisciplinaire en et sur la conservation-restauration.

 

»

Une expérience et une re-connaissance critique d’Exhibit B

couverture de CEA_223Cahiers d’études africaines                            2016/3    (N° 223)                              De l’art (d’être) contemporain
La Passion, noire et animiste, selon Brett Bailey

Une expérience et une re-connaissance critique d’Exhibit B

Page 607 à 636

Au carrefour de la conservation-restauration avec l’histoire de l’art et les sciences humaines.

La substance explicite : à propos des croisements de la conservation-restauration avec l’histoire de l’art et les sciences humaines,

par Hanna-Barbara HÖLLING  (traduit de l’anglais par Marc MAIRE).

___________

Depuis que la conservation-restauration esthanna-01-portrait apparue comme une activité foncièrement tournée vers l’étude de la nature des œuvres d’art, l’intérêt pour les médiums et la constitution physique des matériaux s’est progressivement déplacé vers le chœur du discours théorique et historique de l’art. Devenue un champ scientifiquement fondé et intellectuellement étayé autour de la deuxième moitié du XXème siècle, la conservation-restauration a acquis la capacité de fournir du discernement au moyen de faits concrets relatifs à la matérialité du monde « artefactuel ». Le «tournant matériologique» des dernières décennies, signe d’un profond attachement à la matérialité, a renforcé l’attractivité des opportunités de bourses de recherche en conservation-restauration  grâce à un éventail de disciplines parmi les sciences humaines. De façon plus importante encore, du reste, la conservation-restauration a commencé à s’émanciper de son rôle quelque peu subalterne par rapport à d’autres disciplines, en contribuant à une plus grande connaissance, à la fois  des objets et des cultures qui les ont produits.

Dans cette courte digression, je propose d’examiner les croisements de la conservation-restauration  avec d’autres sciences humaines et d’aller au-delà des questions de l’analyse technique de l’art, celle-ci étant devenue l’une des contributions majeures de la conservation-restauration aux spécialisations émergentes de l’histoire de l’art matérielle et technique. Cette dernière a sans aucun doute amélioré  la compréhension de l’histoire de l’art, sans pour autant  épuiser la capacité de la conservation-restauration à dialoguer avec la matérialité des objets. La substance explicite , telle que je vais la postuler, me permettra de suggérer que la contribution de la conservation-restauration aux sciences humaines, recouvre une plus large part d’implication intellectuelle avec l’objet, incluant les préoccupations pour sa constitution matérielle mais sans s’y limiter. Sans nier l’importance incontestable de la dimension scientifique de la conservation-restauration par son apport de précision analytique, j’affirme de la sorte, l’importance de la théorie et de la philosophie de la conservation-restauration. Cette branche la plus importante des Conservation Studies, s’inscrit à la croisée d’autres sciences humaines telles que la philosophie, les sciences sociales, l’anthropologie, l’histoire et l’histoire de l’art, de la même façon qu’elle en est réciproquement irriguée par elles.

« Explicite » a comme origine étymologique du latin, «expli-care» qui signifie littéralement «déplier», «démêler», « expliquer », ou « rendre visible ». Par conséquent, dans une conception élargie de la conservation-restauration, la matière constituante dénote une façon de concevoir une forme de matérialité plus complexe,  qui suppose certes la constitution physique de la matière, mais dont ce n’est pas l’enjeu exclusif. Je formule substance explicite comme un moyen de faire référence  aux voies  qu’emprunte la conservation-restauration pour expliquer les objets et artefacts qu’elle étudie, en termes d’une matérialité relationnelle et temporelle dépassant de loin la  seule dimension de la physicalité du matériau.

En privilégiant des façons de faire  et en réfléchissant aux démarches critiques qu’elle a entreprises, la conservation-restauration explique non seulement des manières d’appréhender des artefacts, mais révèle aussi comment ces démarches influencent, en effet, les interprétations de l’histoire de l’art.

Selon Alfred Gell, l’art est un système d’actions qui articule « des relations sociales à proximité d’objets propageant une agentivité  sociale ». 1 Une telle conception dynamique des œuvres d’art en fait « les dépositaires des relations sociales ». 2 En retraçant les circonstances de l’émergence de l’œuvre d’art, la conservation-restauration cherche à ré-imaginer ces relations afin de comprendre une œuvre d’art résultant d’un procédé spécifique de création. Un tel procédé ne parvient jamais  jusqu’à son achèvement en tant que le résultat de la compétence et de la connaissance mises en œuvre par une seule personne, mais relève plutôt d’une conséquence de puissances collectives, augmentée de collaborations et de la mobilisation de ressources. 3 En outre, dans le cas d’œuvres d’art qui ont été restaurées et re-restaurées, le réseau de personnes dont les pratiques produisent l’objet tel que nous le percevons dans le présent, est encore plus grand. Par exemple, les restaurations historiques exécutées par des artistes ou des artisans, mettent en lumière la restauration et la conservation en tant que processus culturellement contingents de l’usage d’artefacts. En privilégiant des façons de faire, et en réfléchissant aux  démarches critiques qu’ elle a initiées, la  conservation-restauration   met au jour  non seulement les

 

holling-01-300x172
En manifestant des qualités performatives et une extrême complexité relative à la réflexion concernant leur pérennisation, les assemblages hétérogènes des installations d’art, les traces laissées après la performance, manifestent plus clairement  » la substance explicite » sous la focale de cet essai. Com & Com (Johannes M. Hedinger, Marcus Gossolt), Bloch, 2011. Sculpture de Bloch / tronc d’arbre / ready made naturel, bande-annonce, cordes, Bloc empreinte de pied. Vue de l’installation lors du Grand Prix Suisse de l’art à « Art Basel » 2012. Avec l’autorisation de Com & Com. En-cours participatif, processus – projet orienté. Chargé de signification socio-culturelle et soumis à l’interprétation comme à la revalorisation pendant son voyage en cours à travers des lieux géographiquement éloignés, le tronc est autant transporteur d’une vieille tradition suisse, qu’une plate-forme de médiation entre diverses manifestations du folklore local.

façons d’appréhender les artefacts, mais révèle aussi la manière dont ces démarches influencent  les interprétations de l’histoire de l’art. En faisant resurgir leur système de relations et son impact sur les trajectoires des œuvres d’art, la conservation-restauration peut contribuer  à démêler les conditions historiques qui ont permis un certain nombre de mesures tout en limitant les autres. De même, dans la déduction de l’a priori  historique de Michel Foucault (Foucault 1976), l’enquête de la conservation-restauration  peut expliciter (archéologiquement) les hiérarchies et traces dans les méandres du passé afin de contribuer à une meilleure compréhension des mécanismes qui ont conduit aux circonstances dans lesquelles l’objet et le monde qui l’entoure, y compris les structures sociales, existent.

Malgré ce qui a été affirmé, au début du XXIème siècle, avec sa propension au questionnement technique, le legs érudit de la conservation-restauration continue d’être trop facilement réduit à celui d’un domaine subalterne au service d’autres disciplines. Visiblement, la conservation-restauration  parle un langage différent. Mais contrairement à l’histoire de l’art qui a été soupçonnée d’allégeance tant à la production qu’à la consommation d’œuvres d’art en général 4 – le matérialisme d’inspiration marxiste par exemple – je formule l’hypothèse que la conservation-restauration embrasse un large spectre d’investigations. En respectant ce qui pourrait ressembler à la logique de la chaîne opératoire*  anthropologique (« séquence opérationnelle »), et elle-même étant dépositaire de l’œuvre d’art tactile, sensuelle qui a été conditionnée en prévision des procédures de sa manipulation, la conservation-restauration se penche sur les conditions qui la transforment (l’adaptation de l’œuvre d’art aux contraintes d’un musée, son interprétation et sa démobilisation). Ici, la matérialité ne doit pas  nécessairement s’opposer au visuel. 5 On pourrait dire que la co-constitution du visuel  et de la matérialité, — une préoccupation concernant les écologies du visuel 6 en quelque sorte —  constitue le centre d’intérêt de la conservation-restauration.

La conservation-restauration devient une intervention temporelle qui traduit des temporalités spécifiques des œuvres d’art dans le présent.

Désormais, d’après l’idée de l’œuvre d’art en tant que résultat de l’action sociale dont l’une des conditions essentielles est le temps, la conservation-restauration est en prise avec la temporalité de ces objets en un sens complexe. Tout d’ abord, en tant qu’intervention culturellement contingente, la conservation-restauration  se déroule dans le temps;  elle a donc une spécificité temporelle sans laquelle elle resterait un ensemble « pratico-théorique » d’actions et de concepts génériques. En second lieu, parce que la matière qu’elle déploie est temporellement spécifique — elle se réfère toujours à une période spécifique — la conservation-restauration peut être conçue comme un processus qui intervient dans la temporalité intrinsèque de la matière, soit par la modification ou la manipulation. En suivant ce cheminement de pensée, l’œuvre d’art qui est composée de ces matières, évoque la temporalité particulière dans laquelle elle a été conçue. Cette assertion est exemplifiée dans la conjonction de l’archéologie des media et de la conservation-restauration par des média technologiques, des média dont l’appareil de lecture ou d’affichage indique une époque spécifique de développement technologique. Troisièmement, parce que les mesures de la conservation-restauration ne s’inscrivent que dans le présent, plutôt que dans le passé,  la conservation-restauration devient une intervention temporelle qui traduit les spécificités temporelles des œuvres d’art au chœur du présent. 7 Une telle traduction temporelle est toujours particulière à la disponibilité et à la spécificité de l’outil technique à disposition, à l’actualité culturelle, et à l’aptitude ainsi qu’à la compétence de ceux qui l’exécutent. Certes, la traduction est impossible sans la transformation de l’original. Ailleurs j’ai donné les raisons pour l’intégration des archives en tant qu’un royaume virtuel et physique qui rend possible l’actualisation d’œuvres d’art. 9 Ancrées dans le temps et la culture, une telle archive contient la matière des œuvres d’art comme une sorte de matérialité temporelle, contingente de conditions historiques et actuelles, ainsi que la logique « archivistique » qui la protège.  Même si la formulation substance explicite  peut tout aussi bien s’appliquer à l’art traditionnel et aux artefacts, elle est clairement plus convenable aux formes récentes d’art comprenant un ordinateur et des media informatiques à base de technologie, aux assemblages hétérogène de l’installation et à l’art-performance. Les formes d’art de courte durée (ou « éphémères ») qui requièrent – ou même impliquent – le remplacement, l’interchangeabilité,  la répétabilité, la réinterprétation et la réinvention, indiquent les façons de ré-articulation de ce que les objets sont et de ce qu’ils furent selon les normes muséologiques et les paradigmes de la conservation-restauration.

Par delà l’artefacto-centrisme caractéristique des théories de l’art et de la culture matérielle , apparaît un système de relations issu de recherches récentes et de la critique,  qui promeut de nouveaux modes de pensée avec les objets et à propos d’eux.

 

holling-02-300x188
Avec leur propension à défier des convictions  et des  définitions  bien  enracinées,  les « objets » et artefacts les plus récents contestent l’affichage du recueil des normes de l’esthétique et du musée. Com & Com (Johannes M. Hedinger, Marcus Gossolt), Baum 1, 2010. Sculpture d’arbre / ready made naturel. Vue  de  l’installation  lors  de l’exposition « La réalité  dépasse  la  fiction  » au Centre Pasquart  Biel / Biennale, Suisse. Switzerland. Avec l’autorisation de Com & Com , Pour un ready made naturel et sa vie muséologique , l’oeuvre  a  été  rituellement  découpée  en morceaux lors  d’une  performance  concluant  l’exposition,  et  a quitté le musée  pour vivre  son vivant  fragmenté  dans  les demeures des gens.

Mon propre travail s’est attaché à l’intérêt pour la manière dont la conservation-restauration recourt aux théories de la critique, des média et de l’art pour élaborer ses propres philosophies. Dans un monde dominé par les perspectives historiques de l’art, l’inclusion des possibilités  réflexives de la conservation-restauration peut avoir un impact sur la façon dont nous concevons les œuvres d’art. La vertu d’une telle  pensée nouvelle à propos de jonctions de disciplines et du regroupement  de langages disciplinaires, implique que la conservation-restauration cesse d’être simplement une contribution à l’étude de la « choséité » physique d’un monde « artefactuel ». Elle peut plutôt servir à enrichir la pensée critique dans la théorie de l’art et l’esthétique. Elle fournit sa quote-part au questionnement: « que signifie le fait pour une œuvre d’art, de continuer d’exister et d’attirer toujours notre attention, même lorsqu’elle est séparée de son contexte originel, en se soumettant à l’esthétique du changement* et de la transformation ? » Cette considération participe de la reconnaissance de la matérialité incontestable d’une œuvre,  non pas en tant qu’une simple matière, mais plutôt comme une substance explicite — porteuse de signification complexe, agissant dans le présent.

____________Notes du traducteur _______________________________________

* [en français dans le texte] Allusion au concept de chaîne opératoire d’André Leroy Gourhan qui fut le premier l’employer avant qu’il n’ait surtout été utilisé à partir de la fin des années 1970 et des années 1980.

* allusion à un autre article de l’auteur : « The  aesthetics of change : on the relative durations of the impermanent and critical thinking in conservation. » (traduction en cours)

____________Notes_____________________________________________________

  1. GELL, Alfred , Art and Agency: An Anthropological Theory, Oxford and New York, Oxford University Press, 1998:7, L’art et ses agents. Une théorie anthropologique, Paris, Les presses du réel, 2009,
  2. BAXANDALL, Michael , Painting and Experience in Fifteenth century-Italy: A Primer in the Social History of Pictorial Style, Oxford and New York: Oxford University Press, 1994:1, L’oeil du Quattrocento. L’usage de la peinture dans l’Italie de la Renaissance, Paris, Collection Bibliothèque des Histoires, Série illustrée, Gallimard, 1985,
  3. Pour « des collaborations élargies »,  lire  Hölling Hanna, Re:Paik: On Time , Changeability and Identity in the Conservation of Nam June Paik’s Multimedia Installations, Diss. Universiteit van Amsterdam, 2013, Box Press 2013: 70; pour la « mobilisation de ressources », lire Becker Howard, Art worlds, Berkeley and Los Angeles: University of California Press, 2008:70,
  4. DELL, Simon , « Gell’s Duchamp / Duchamp’s Gell » In Distributed objects: Meaning and Mattering after Alfred Gell, édité par Luina Chua et Mark Elliott 114-129, New York et Oxford: Berghahn 2013:118,
  5. YONAN, Michael, « Toward a Fusion of Art History and Material Culture Studies ». West 16th: A Journal of Decorative Arts, Design, History and Material Culture, Vol.18, N.2, 2011,
  6. ROSE, Gillian, Divya P. Tolia-Kelly. Visuality / Materiality: Images, Objects and Practices, Farnhan, England et Burlington, USA: Ashgate, 2012:4,
  7. HÖLLING, Hanna, Re:Paik: On Time , Changeability and Identity in the Conservation of Nam June Paik’s Multimedia Installations, Diss. Universiteit van Amsterdam, 2013, Box Press 2013: 188,
  8. BENJAMIN, Walter, « The Task of the Translator ». In Selected Writings, Vol.1 1913-1926. Bullock M.  and Jennings M. W., red. Cambridge, Massachussets and London: Harvard University Press, 1996:253-263,
  9. HÖLLING, Hanna, Re:Paik: On Time , Changeability and Identity in the Conservation of Nam June Paik’s Multimedia Installations, Diss. Universiteit van Amsterdam, 2013, Box Press 2013: 209.

[Cet article a été publié pour la première fois en anglais sous le titre « The Explicit Material: On the Intersections of Conservation, Art History and Human Sciences » dans le périodique Simulacrum, du Stichting Simulacrum, Kunsthistorisch Instituut, University of Amsterdam, 2014, N°1 / p. 22-27.]

Bienvenue à Hanna Hölling, professeure-chercheuse associée à Semin’R

hanna
Hanna devant « Spiral Jetty » de R. Smithson. (Courtesy of H. Hölling)

La rédaction de Semin’R ainsi que la modeste Unité de Recherche Interdisciplinaire en et sur la conservation-restauration de l’art contemporain et des objets ethnographiques de l’ESAA, sont très heureuses d’accueillir en leur rang,  Hanna Hölling qui a accepté avec enthousiasme de se joindre à leur entreprise. Elles tiennent à la remercier très chaleureusement pour sa confiance, sa marque de reconnaissance du travail accompli, et sa motivation pour contribuer  au partage, à distance à la fois géographique et linguistique depuis la prestigieuse University College of London (UCL) où elle officie au sein du département d’histoire de l’art.

Hanna est titulaire d’un doctorat de l’Université d’Amsterdam depuis 2013, après avoir soutenu une thèse sur les installations multimedia intitulée: Re:Paik: On Time, Changeability, and Identity in the Conservation of Nam June Paik’s Multimedia Installations .

En parfaite concordance avec l’orientation et les enjeux des recherches auxquelles Semin’R donne un éclairage, elle mène les siennes au croisement de l’histoire et de la théorie de l’art, des material culture studies, et de la conservation-restauration. Avant d’enseigner au Département d’Histoire de l’Art de l’University College London, Hanna fut  Professeure invitée de 2013 à 2015, dans le cadre de la bourse annuelle Andrew W. Mellon dédiée aux « Cultures of  Conservation » du Bard Graduate Center (Decorative Arts, Design History, Material Culture) à New York.

Des bourses et récompenses postdoctorales ont notamment permis à Hanna l’obtention très prochaine d’une résidence au Getty Conservation Institute de Los Angeles pour l’année scolaire 2016 – 2017, celle d’une résidence précédente  à l’Institut Max Planck pour l’histoire des sciences de Berlin en 2015, et lui ont valu le financement de quatre années d’études,  octroyé par la Netherlands Organization for Scientific Research de 2009 à 2013 à l’Université d’Amsterdam Hanna fut aussi par le passé, à la tête de la conservation au Zentrum für Kunst und Medientechnologie (ZKM) de Karlsruhe et  par ailleurs, elle a donné des conférences à l’Université d’Amsterdam, à la Staatliche Akademie der Bildenden Künste de Stuttgart, ainsi que dans diverses universités européennes et américaines.

Wellcome to Semin’R, Hanna !

Lire aussi

 

Quel devenir pour le moulage du corps de la Vénus Hottentote ?

Tracey Rose, Vénus Baartman, 2001

En juillet 1994, une demande de restitution des restes de la dépouille de Saartjie (ou Sarah) Baartman dit la Vénus Hottentote est formulée à François Miterrand lors de sa visite officielle en Afrique du Sud reçue alors par Nelson Mandela. Puis elle est discutée une seconde fois en janvier 1996, au cours d’un entretien du docteur Ngubane, alors ministre sud-africain des arts, de la culture, de la science et de la technologie avec Jacques Godfrain, le ministre français de la coopération, lui aussi  en visite officielle en Afrique du Sud. A la suite de cette entrevue, une mission d’étude pour l’examen de la possibilité d’une restitution et pour la détermination de ses modalités est  confiée à deux experts, l’un français, l’autre sud-africain: Henri de Lumley, directeur du laboratoire de préhistoire du Muséum national d’Histoire naturelle et  Philip Tobias, professeur au département des sciences anatomiques à l’université de Witwatersrand à Johanesburg. Rien ne se passe jusqu’à la réitération de la demande par un courrier du 6 octobre 2000  de Madame Skeweyiya, ambassadrice de la République d’Afrique du Sud auprès du Secrétaire général du Quai d’Orsay, à la suite du précédent créé par la restitution de la momie « El Negro » au gouvernement du Botswana par les autorités espagnoles et afin d’accélérer la procédure qui a rencontré des obstacles en France, notamment chez les conservateurs de musée.

La procédure diplomatique de restitution traînant en longueur, la demande est alors relayée par  l’intervention d’un sénateur, en l’occurrence docteur en médecine, Nicolas About, après qu’il fut saisi par son homologue sud-africain à double titre, le docteur Audrey Van Zyl, parlementaire sud-africain. Le 6 novembre 2001 au Sénat, Nicolas About interpelle à ce sujet , le secrétaire d’état au patrimoine et à la décentralisation culturelle, Michel Duffour. Dans la foulée, le 4 décembre 2001, Nicolas About dépose au Sénat une proposition de loi ainsi libellée : « Par dérogation à l’article L.52 du Code du domaine de l’Etat, il est procédé à la restitution par la France de la dépouille mortelle de Saartjie Baartman, dite « Vénus hottentote » à l’Afrique du Sud » . Après moult tergiversations, la proposition de loi est adoptée par le Sénat le 29 janvier 2002, un texte de loi transmis à l’Assemblée nationale le 30 janvier, adopté définitivement le 21 février et promulgué le 6 mars (JO du 7 mars 2002), décidant de la restitution officielle par la France de la dépouille de Saartjie Baartman à l’Afrique du Sud.

Après qu’il fut évoqué un temps « l’hypothèse de funérailles nationales », le 9 mai 2002 jour de la journée nationale de la femme en Afrique du Sud,  la cérémonie a finalement lieu près du village de Hankey (Eastern Cape), conformément aux rites en vigueur dans sa communauté et à ceux de l’Église du Christ de Manchester (la jeune femme avait été baptisée dès son arrivée sur le sol anglais). La dépouille de la « Vénus hottentote » est partiellement incinérée, puis inhumée en présence des représentants de la communauté khoïsan, de ministres et du Président de la République d’Afrique du Sud, Thabo Mbeki.

Les pièces anatomiques reliées à la  « Vénus hottentote »  qui fut présentée au public sans discontinuation durant cent cinquante huit années, de 1816 à 1974, étaient constituées de son squelette, de ses viscères (NB: le cerveau en fait partie), de ses organes génitaux*, d’un moulage anatomique en plâtre et d’un portrait réalisé à la peinture à l’huile. Elles ont été d’abord versées tout à fait normalement dans les collections du Muséum National d’Histoire Naturelle à Paris au moment de leur création, avant d’être transférées dans celles du Musée de l’Homme, au moment de sa création en 1937.

Sawtche-hollywood-sur-seine-beyonce-et-la-venus-hottentote

tmp_2b0f85332e356b2f350e7d5166a41a4a
Paul Gauguin « Tehura », entre 1891 et 1893 masque en bois de pua polychrome H. 0.222 ; L. 0.078 ; P. 0.126 © Musée d’Orsay

Ce sont le squelette et le moulage qui étaient présentés au public, d’abord  dans une salle d’anatomie comparée du Muséum National d’Histoire Naturelle, puis dans la galerie d’anthropologie physique au musée d’ethnographie du palais du Trocadéro jusqu’en 1974. Les bocaux n’étant accessibles à des scientifiques que sur autorisation expresse du directeur d’établissement. Après cette date et là encore sur décision du directeur de l’établissement, le moulage fut mis en réserves et ne fut exposé que temporairement dans la salle de préhistoire, « à la demande du public », puis remisé une seconde fois dans les réserves du musée à compter de 1976. Mais en 1994,  dans le cadre d’une exposition temporaire « La sculpture ethnographique : de la Vénus hottentote à la Tehura de Gauguin », le moulage fut à nouveau présenté au Musée d’Orsay du 16 Mars au 12 Juin, à la demande de sa directrice Françoise Cachin, ainsi qu’ à Arles au Museon Arlaten du 5 Juillet au 4 Septembre. Ce furent les dernières présentations au public du moulage du corps de la Vénus hottentote. Car c’est en 1994 que fut formulée la première demande de restitution de la dépouille de Saartjie Baartman …

La conférence Griqua qui avait réclamé le retour des restes de Saartjie (Sarah) Baartman sur sa terre natale, aux fins de funérailles et de crémation, n’a pas émis la demande de récupérer ce moulage ni les dessins ou peintures la représentant. Elle n’a pas non plus  exigé que ces objets soient détruits. Alors que vont-ils devenir ? Ont-ils conservés leur inaliénabilité aux yeux de la loi ? Où sont-ils remisés et à quel titre ?

_______________________

* GOULD, Stephen Jay, Le Sourire du Flamand Rose : Réflexions sur l’Histoire Naturelle, Paris : Seuil, 1985, p.267. Lors d’une visite des caves du Musée de l’Homme à Paris, Stephen Jay Gould , professeur de biologie, géologie et histoire des sciences à l’université de Harvard,  fait une découverte macabre. « Ces étagères contiennent un bric-à-brac indescriptible : des têtes coupées de Nouvelle-Calédonie, un exemple de ce que l’on faisait subir aux pieds des femmes chinoises — oui, vous avez bien lu, un morceau de jambe, sectionnée juste au-dessous du genou, et se terminant par un pied bandé. Et, sur l’étagère qui surplombait celle des cerveaux, je vis quelques-unes des pièces à conviction de l’histoire du racisme qui me plongèrent dans le bain de la mentalité du XIXe siècle et me procurèrent un frisson d’horreur : trois bocaux de plus petite taille contenant les organes sexuels disséqués de trois femmes du Tiers-monde. L’un des trois bocaux portait une étiquette avec la mention « Vénus Hottentote »

Bibliographie

Digital Art: who cares ? With a documentary on born-digital art

What is needed to be able to support museums and artists to sustain their digital born artworks for the future? This documentary has been created as part of the research project Transformation Digital Art’. A project about conservation strategies for digital art by The Foundation for the Conservation of Contemporary Art (SBMK) in collaboration with LIMA, Kröller Müller Museum and Gemeentemuseum Den Haag.

Ce film documentaire, créé dans le cadre du projet de recherche «Transformation Art numérique », date de Février 2016.  Ce projet concerne les stratégies de conservation de l’ art numérique et a été initié de mai 2014 à Novembre 2015 par la Fondation pour la conservation de l’ art contemporain (SBMK) en collaboration avec LIMA (lien LIMA), Kröller Müller Museum et Gemeentemuseum Den Haag.

A l’instar d’une société  de plus en plus imprégnée par le numérique et la technologie, les artistes contemporains font appel à ces ressources pour créer des œuvres qui  reflètent leur milieu. En manipulant des logiciels et même en créant les leurs, ils explorent de nouvelles fonctionnalités jusqu’aux limites du possible.

En conséquence, les institutions collectionneuses et les archives sont de plus en plus confrontées à des œuvres qui ne se caractérisent plus par un support physique, mais qui existent uniquement sous forme numérique: c’est l’art d’origine numérique  (born-digital art).

L’affichage et le stockage de de type d’art consistent en de nouveaux  défis, car les oeuvres dépendent d’un environnement technologique qui ne cesse d’évoluer rapidement: les logiciels et l’ équipement technologique se développent. Alors, soit les oeuvres sont capables d’ évoluer de la même manière, soit elles disparaissent pour toujours.

Résultat de recherche d'images pour "Peter Struycken timbre beatrix"

Peter Struycken, un pionnier dans l’ art numérique, est très connu en Hollande en tant  que le concepteur des timbres-postes  pointillistes de la Reine Beatrix, diffusés à partir des années 1980 jusqu’ aux années 2000. Ses oeuvres collectionnées et conservées par de nombreux musées néerlandais, sont typiques des  problèmes qui se posent à propos de la préservation de l’ art numérique. Ses recherches sont éclairantes pour le traitement de l’ art numérique aujourd’hui et dans l’avenir. Ce documentaire présente un certain nombre d’approches possibles.

Some links:

Des liens

Stedelijk Museum Amsterdam
Kröller-Müller Museum
Musée Boijmans Van Beuningen
Bonnefantenmuseum
Gemeentemuseum Den Haag
Van Abbemuseum
Museum De Pont
Centraal Museum
Dutch Cultural Heritage  Agency
Rijksmuseum Twenthe
Stedelijk Museum Schiedam
CODA Apeldoorn
Frans Hals | De Hallen
Musée Beelden aan zee
Museum Arnhem
Mu.Zee Oostende
EYE Film Insititute
Rijksmuseum Amsterdam
Art Foundation Akzo Nobel
Rabobank Kunstcollectie
ING Kunstcollectie
LIMA
INCCA
SRAL
Restauratoren Nederland
Inside Installations
CoOl
Variable media  network
STT
NIMk 
PH5
C-R training Univ. Amsterdam
Kunstenaarsmateriaal

Contrats et modèles

 

Colloque INHA

Colloque « Comportement mécanique des peintures » – 29 & 30 septembre 2016 – INHA, Paris

Les communications pourront porter sur des sujets variés, par exemple :
• mesures physiques, surveillance et prédiction
• mécanismesd’actions
• documentation et constats d’état
• solutions pratiques et stratégies de conservation

• études de cas…

Les auteurs qui souhaitent présenter un travail en cours ou achevé, une recherche ou un cas d’étude pertinent, sont invités à soumettre un résumé de 300 mots maximum avant fin février 2016.
Les auteurs retenus devront envoyer un résumé détaillé qui sera inclus dans le programme du colloque avant fin juin 2016.

Télécharger ici l’annonce complète

Contact : painting.mechanical.2016@gmail.com

Colloque organisé par les groupes de travail Conservation préventive, Documentation et Peintures de l’ICOM-CC en partenariat avec la fondation des sciences du patrimoine, l’Institut National du Patrimoine, l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. et le C2RMF.

Les 4 formations publiques françaises à la conservation-restauration

Voici ci-dessous comment le MCC présente de bien piètre manière, la discipline de la conservation-restauration et les 4 formations initiales permettant d’accéder à un diplôme au grade de Master.    ICI  
L’appellation « restaurateur du patrimoine » est celle choisie par l’INP pour ses diplômés,  en dépit de la définition de la profession établie par l’ICOM-CC depuis 1984 et par le code de déontologie des musées voté initialement lors de la 15 ème assemblée de l’ICOM en 1986 à Buenos Aires,  Le conservateur-restaurateur : une définition de la profession   et de la   résolution 7    adoptée lors de sa 27 ème  assemblée en 2010 à Shangaï [ « La conservation-restauration est complexe et exige la collaboration de professionnels qualifiés dans les divers domaines pertinents. En particulier, tout projet impliquant des actions directes sur le patrimoine culturel requiert un conservateur-restaurateur. (réf. définition de la profession par ICOM-CC, Copenhague, 1984, et Code de déontologie de l’ICOM).  » ] Au nom de quelle « exception française » le site du ministère, éludant les   Règles professionnelles de l’ECCO   adoptées par l’Assemblée Générale de l’ECCO, le 11 juin 1993 et modifiées par l’Assemblée Générale de l’ECCO, le 1er mars 2002, persiste à imposer « restaurateur du patrimoine » comme appellation générique ? Pourquoi le MCC cautionne-t-il cet isolationnisme, en France même, malgré la ratification française des textes de l’ICOM ?

Telle qu’elle est cantonnée à une intervention matérielle en vue d’une transmission dans le futur, la définition sommaire de l’activité est inexplicablement erronée. On conserve et on restaure aussi, et certainement d’abord, pour une transmission au présent !

En limitant l’intervention de  cette activité à la matière des biens culturels, elle passe notamment sous silence le travail d’enquête, d’étude préliminaire et de documentation pour appréhender les situations passées et actuelles des  biens culturels pris en charge, ainsi que les dimensions critique et de conception de cette discipline qui constituent un préalable sans lequel aucun traitement n’est envisageable.  De même, la conservation préventive qui n’agit précisément pas sur la matière des biens culturels, mais plutôt autour , est complètement éludée.

Celà fait tout de même beaucoup sur le site public français de référence et on peut s’en étonner. Pourquoi ne pas s’être référé tout bonnement à la définition internationale de l’ICOM adoptée à Shangaï en 2010 et qui fait consensus ?

En outre, les descriptifs de formation ne bénéficient pas du même souci du détail que celui du cursus et du diplôme de l’INP, alors que les quatre diplômes revêtent le grade de Master et procurent la même habilitation en regard du droit du patrimoine. Pourquoi donc ?

Pour finir, on ose affirmer que « Certains restaurateurs exercent leurs fonctions dans le secteur privé. » alors qu’il s’agit de la plupart. Plus loin, on laisse entendre qu’ « Ils peuvent intégrer un grand laboratoire ou une importante institution patrimoniale ». Certes quelques rares opportunités de cette sorte existent, mais cette précision devient saugrenue en regard de la très grande majorité des conservateurs-restaurateurs qui exercent en entreprises privées, (chacun-e) en tant que salarié-e, entrepreneur (artisan) ou profession libérale.

Cela fait décidément beaucoup de points à revoir pour réparer cette présentation inexacte et indigente.

 

Ce qui suit est visible sur le site du MCC :

Restaurateur du patrimoine

Les restaurateurs interviennent sur la matière des œuvres et objets ayant une valeur patrimoniale, afin de les transmettre aux générations futures. Ils agissent lorsque cette matière est menacée et que le vieillissement, les accidents, les remaniements ont fragilisé les œuvres, perverti ou masqué leur image. Certains restaurateurs exercent leurs fonctions dans le secteur privé. Ils peuvent intégrer un grand laboratoire ou une importante institution patrimoniale .

  • L’École d’Art d’Avignon – ESAA combine l’enseignement de la création avec celui de la préservation des biens culturels et forme en 5 ans au Diplôme national supérieur d’expression plastique (DNSEP), option Art, mention conservation-restauration.
  • L’École supérieure des beaux-arts Tours, Angers, Le Mans – Esba TALM propose, sur le site de Tours, un cycle long spécialisé en Conservation-restauration des oeuvres sculptées.
  • L’Institut national du patrimoine – Inp assure une formation qui conduit en 5 ans au diplôme de restaurateur du patrimoine et confère le grade de master à ses titulaires. Admis sur concours, les élèves restaurateurs acquièrent les bases théoriques, scientifiques et pratiques nécessaires à la restauration d’œuvres et objets patrimoniaux. Sept spécialités sont ouvertes : arts du feu, arts graphiques et livre, arts textiles, mobilier, peinture, photographie, sculpture. Le cursus prévoit de nombreux stages et chantiers-école, tant en France qu’à l’étranger.
  • L’Université Paris 1 propose deux masters en conservation-restauration :

DNSEP-CR 2016: résultats.

Ce Mardi 28 Juin 2016,  le jury présidé par Jean-Marc Prévost, directeur du Carré d’Art de Nîmes, composé de Yaël Kreplak, docteur en sociologie de l’art, Chloé Maquelin, conservatrice-restauratrice au Musée d’ethnologie de Neuchâtel,  Laurent Prexl, artiste et professeur à la Villa Arson, et Gaspard Salatko, docteur en socio-anthropologie et professeur à l’ESAA, a décerné  le DNSEP  option art, mention conservation-restauration de biens culturels  à

Elsa DECKER,

Marie BASTARD, avec félicitations,

Coline BOURGOUIN,

Gaelle BAUDRY, avec félicitations,

Timothée LECOUEDIC.

Leur réussite honorant  une fois de plus leur formation et ses acteurs impliqués,  tous les membres de l’ UIR-CR de l’ESAA leur adressent leurs congratulations, remerciements et encouragements pour la suite  .

Magistrale Gaelle.
Magistrale Gaelle.

SESSION 2016 DU DNSEP-CR DE L’ESAA

SESSION 2016 DU DNSEP DE L’ESAA

option art mention conservation-restauration de biens culturels

Soutenances publiques

Mardi 28 Juin 2016

  9 h – 18 h

sur le site de Baigne-pieds et sous réserve de places disponibles.

En 2016, cinq candidates postulent à l’obtention du DNSEP, option art, mention conservation-restauration des biens culturels. Pour rappel, deux épreuves sanctionnent l’accès à ce diplôme national au grade de Master II. Il s’agissait, dans un premier temps, de soutenir le mémoire de recherche, le 21 Juin à huis clos, puis, dans un second temps, ce Mardi 28 Juin,d’exposer oralement le projet de conservation-restauration construit tout au long de cette dernière année e qui concerne un bien culturel.

L’inflation contemporaine du panorama des biens culturels a pour effet de questionner le champ d’application de la conservation-restauration. Pour cette discipline, la résolution de problèmes ne se restreint pas à la matérialité ni à la visibilité des artefacts qu’elle prend en charge. Elle engage le conservateur-restaurateur à ne pas tenir pour autonomes les choses qui lui sont confiées et à les envisager au regard de la pluralité des mondes et des modes d’existence dont elles témoignent.

Dans ces conditions, la commande institutionnelle de restaurer ne va pas de soi. Elle enjoint les conservateurs-restaurateurs à considérer au moins deux questions complémentaires.

D’une part, comment rendre compte des conditions d’activation et de réactivation des objets qui leur sont confiés, étant données les spécificités mêmes des institutions qui sont chargées d’en assurer la pérennité ?

Et, d’autre part, comment comprendre les prérogatives du conservateur-restaurateur et situer son intervention au contact des autres acteurs des mondes de l’art et du patrimoine ?

Les travaux réalisés cette année à l’École Supérieure d’Art d’Avignon illustrent et mettent en perspective la variété des situations où s’actualisent ces questions.

  • jupe monnaie 02Après un stage de plusieurs mois en Nouvelle-Calédonie, Marie BASTARD se propose d’envisager les conditions d’exposition de la collection de « jupes – monnaies » du Muséum d’histoire naturelle de La Rochelle. Témoins des bouleversements culturels liés à la colonisation, à partir de la fin du 19ème siècle, ces objets à la fois vestimentaires et d’échanges matrimoniaux, ne sont plus confectionnés ni utilisés aujourd’hui. En sorte que la formulation d’une proposition de traitement non assujettie à une interprétation ethnocentrée de ces objets, requiert de rendre compte du point du point de vue Kanak aussi bien que du point de vue occidental.

    accords faisandés

  • Soucieuse de réfléchir au devenir des installations détenues par les FRAC, Gaëlle BAUDRY envisage les conditions de réactivation d’Accord faisandé, une oeuvre  réalisée en 2013 par l’artiste Anthony Duchêne. Conservée par le Frac de Provence-Alpes-Côte d’azur, cette oeuvre n’a plus jamais été exposée depuis son acquisition. Dès lors, comment donc fournir à l’institution les moyens de disposer cette installation dénuée de notice protocolaire, sans en trahir le sens et tout en se passant de l’intervention de son auteur ?

  • Where the slaves liveLa recherche de Coline BOURGOIN prend appui sur Where the slaves live, une oeuvre de l’artiste Adrian Villar Rojas, réalisée en 2014 pour la Fondation Vuitton où elle est désormais exposée. La matérialité particulière de cette création, pour partie composée d’êtres vivants, éprouve la façon dont le conservateur-restaurateur peut se saisir, notamment par le biais du constat d’état, d’une sculpture « vivante », et donc,  évolutive et impermanente.

    Monuments aux sapins morts

  • En réfléchissant aux solutions de stockage, de transport et de présentation adaptées à Monument aux sapins morts de l’artiste Rodolph Huguet, Elsa DECKER propose de considérer la pratique du soclage comme un prolongement de l’activité du conservateur-restaurateur. Dans cette perspective, envisager les conditions de réactivation et de préservation de cette oeuvre acquise en 2013 par le Frac de Franche – Comté, suppose  de recueillir au préalable les témoignages et la documentation qui permettront de saisir les propriétés et les références constitutives de ce « monument » d’une extrême fragilité.

    conservatoire d'anatomie

  • Enfin l’investissement de Timothée LECOUEDIC s’est porté sur une collection de spécimens tératologiques conservés en fluide au Conservatoire d’anatomie de la Faculté de médecine de Montpellier. La démarche qu’elle mobilise consiste tant à maintenir les solutions de conservation en fluide de ces restes humains qu’à valoriser et transmettre les objectifs scientifiques et pédagogiques aux fins desquelles cette collection a naguère été constituée.

   Chacune de ces recherches s’appuie sur une enquête approfondie de nature à la fois anthropologique et socio-historique, dont l’enjeu vise à identifier les propriétés tant sensibles que cognitives qui sont attribuées aux objets, afin de proposer les solutions de traitement les mieux ajustées à leurs singulatités. En mettant  l’accent sur la variété même des situations liées aux appréciations, passées, présentes et à venir des objets qui leur ont été confiés, les candidates tracent une voie tant méthodologique que déontologique. Son enjeu consiste à penser à nouveaux frais la conservation-restauration des collections d’art contemporain et ethnographiques.

Les travaux présentés n’auraient pu être réalisés sans la contribution de toute l’équipe administrative et technique de l’ESAA, ni sans l’accueil et la confiance réservés aux cinq étudiantes de l’ESAA par les institutions suivantes  (par ordre alphabétique)Conservatoire d’anatomie / Montpellier, Fondation Louis Vuitton / Paris, FRAC Franche-Comté / Besançon, FRAC Provence-Alpes-Côte d’Azur / Marseille, Museum d’histoire naturelle / La Rochelle, et le Laboratoire de chimie appliquée à l’art, l’archéologie ainsi que la conservation-restauration des matériaux du Patrimoine Culturel (UMR IMBE CNRS 7263 IRD 237 / Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse).

Que leurs responsables et collaborateurs partenaires soient ici vivement remerciés.                                                             

Crédits : GS, MM / 06.16

_____________________

Le II° cycle de la mention c-r à l’ESAA: professionnalisation et recherche

Depuis la réforme issue des accords de Bologne et outre l’objectif de professionnalisation, le cursus de conservation-restauration de l’École Supérieure d’Art  d’Avignon a intégré la dimension de la recherche dans le parcours des étudiants à partir du second cycle. A des  enseignements conventionnels,  l’Unité de recherche interdisciplinaire en conservation-restauration de l’ESAA (URI-CR) adosse un programme de recherche – « art et artefactualité » – appliquée depuis un peu plus d’une quinzaine d’années, à la conservation -restauration des « oeuvres » de l’art contemporain¹, et des artefacts « ethnographiques »² conservés dans les institutions publiques. Concernant cette dernière catégorie, le cursus avignonnais est désormais le seul en France à lui dédier un enseignement spécial, après l’arrêt de celui du Master CRBC à l’Université Paris I – Sorbone.

Tout compte fait, le programme « art et artefactualité » propose l’exploration l’exploration des dimensions théoriques, méthodologiques et éthiques de la conservation-restauration de l’art contemporain et des objets ethnographiques en lien étroit avec sa pratique.

Les oeuvres contemporaines, qu’elles soient installées, performées ou interactives, ont pris une place grandissante dans les musées et dans d’autres collections publiques et privées. On a vu apparaître de plus en plus d’oeuvres dont les technologies hybrides et intermédiales suscitent des réflexions et questionnements au sujet de leur réitération. Parallèlement, une part croissante d’archives conservées par les institutions patrimoniales ont des supports sonores et visuels. Avec la multiplication des media de masse (cinéma, télévision, radios, internet, musiques, dispositifs sonores et multimedia), les usages et la préservation de ces archives, sous-estimés il y a peu encore sont devenus des enjeux actuels.

 Quoi ? 

Dans le panorama français des formations homologues, l’identité du cursus de conservation-restauration de l’ESAA se fonde sur la méthode mise en œuvre pour cette recherche. A partir de l’examen d’un artefact culturel et de la pluralité des attachements dont il est et fut le vecteur, une grande importance est accordée à l’enquête3. Celle-ci ne vise pas à pas oblitérer ou minimiser l’autre composante de la compétence en conservation-restauration, à vocation technique et technologique celle-là, constituant le présupposé de l’activité le plus communément admis. En réalité, si la dimension technique demeure toujours importante, celle, théorique, de l’histoire et de l’esthétique des formes préside à toute opération pratique. L’histoire propre aux documents et aux œuvres ainsi que l’étude des conditions matérielles et technologiques qui les ont produits ne sont pas dissociables de leur conservation et de leur restauration. L’enquête constitue donc le préalable de l’analyse critique donnant lieu à la construction de l’argumentaire propre au point de vue4 du conservateur-restaurateur, et à même de soutenir une proposition de traitement.

Toute la démarche est consignée dans un mémoire de fin de II° cycle. Les questionnements et propositions de réponses concernent principalement les moyens et objectifs de la conservation-restauration en fonction de la nature, du statut, de l’ontologie, du régime, de la pérennisation et de la transmission des objets que cette activité est appelée à prendre en charge.

 Comment ? 

La professionnalisation accélérée de son activité à la fin du XVIIIe siècle, a incité le conservateur-restaurateur à prélever progressivement des matériaux, outils et méthodes dans l’industrie pour constituer et augmenter un arsenal technique et technologique qui permette de faire valoir son efficacité et d’établir sa spécialité. Aujourd’hui et en l’absence de norme disciplinaire, le chercheur en conservation-restauration restauration s’autorise de la même façon, le recours à certains concepts et savoir-faire des sciences humaines et sociales5. Son enjeu est la capacité d’alimenter l’ argumentaire précis d’un parti-pris tant qualitatif que quantitatif de traitement, au delà de la seule injonction déontologique par défaut . Par la description et la démonstration, il s’agit de rendre compte tant des examens et de l’analyse d’un bien culturel en dérangement, que de justifier de propositions pour y remédier. Du reste, certains chercheurs affirment que la conservation-restauration est susceptible de fournir en retour, des éléments de reconsidération voire de reconception dans des disciplines des sciences humaines et sociales6  telles que notamment  la philosophie, l’esthétique, et l’histoire de l’art. Au moyen de la description, de l’investigation et de la démonstration, il s’agit de rendre compte tant des examens et de l’analyse d’un bien culturel en dérangement, que  de justifier de propositions pour y remédier.

En somme, la formation à la recherche vise essentiellement l’acquisition des capacités

  • d'examen et d'analyse matérielle de la forme et de la structure d'un artefact,
  • d'examen de ses propriétés de fonctionnement, d'usage et relationnelles dans une (des) situation(s) plus ou moins bien circonscrite(s),
  • de formulation d'un questionnement permettant de délimiter les contours d'une enquête,
  • de réflexion, d'analyse et de synthèse,
  • d'argumentation et de conceptualisation,
  • de connaissance, de compréhension et d'analyse de texte,
  • de familiarisation avec les outils méthodologiques de sciences humaines et sociales,
  • d'étude et de compréhension de l'argumentaire ou de la conceptualisation d'un auteur étudié,
  • d'étude du contexte intellectuel environnant d'un auteur étudié,
  • de maîtrise du discours oral et écrit.

 Exemples récents 

Diplômée en 2014, Laura GIRAUD a soutenu son mémoire de recherche intitulé « Conservation-restauration des publications sonores Lèpre Électrique et Léprothèque de Jean-Pierre Bobillot, K7, Tipp-Ex et Poésie ». Elle y démontre notamment que le transfert des archives sonores, visuelles et des oeuvres technologiques d’un support analogique à un support numérique ne consiste pas en une simple opération technique : il nécessite avant tout une analyse matérielle, philologique et esthétique. La notion même de source sonore a été ébranlée à la fois par l’introduction de nouvelles techniques et par la redécouverte de formats oubliés.

Quoique nous soyons contemporains d’un générateur Cockcroft-Walton et de la société qui l’a fait naître, il constitue désormais une altérité, la physique moderne demeurant opaque hors des laboratoires. Aussi, l’étude de faisabilité pour une préservation ex situ de cet artefact issu de la « Big Science », qui plus est à forte connotation esthétique, a supposé pour Rémy GEINDREAU, diplômé lui aussi en 2014, une étude interdisciplinaire – relatée dans son mémoire  » Contribution de la conservation-restauration au destin patrimonial d’un générateur Cockcroft-Walton » – en rapport avec des ex-usagers, physiciens, techniciens, historiens, anthropologues, … afin d’intégrer au mieux la rupture entre ses modes d’existence passés et son destin patrimonial.

Diplômée en 2015, Mathilde CHASSAGNEUX s’est penchée sur un film expérimental  d’artiste, dont il ne reste plus aujourd’hui que deux copies différemment incomplètes, mais qui permettent néanmoins d’envisager une restauration de l’occurrence originelle au prix de sacrifices mesurés. Son mémoire a pour titre « Une expérience cinématographique à l’épreuve du temps, sauvegarde et diffusion d’un film expérimental. Etude sur la conservation-restauration de Soft Collisions Dream of the Good Soldier de Yann Beauvais et Frederick Rock 1991″.

 Pour quoi ? 

Au delà du particularisme d’un programme spécialisé, la recherche envisagée constitue une fonction émancipatrice pour le conservateur-restaurateur professionnel en devenir. Celle de développer sa capacité de soutenir un discours propre au rapport spécifique7 qu’il entretient avec les objets qui lui sont confiés.  « Un dogme qui a longtemps présidé en Europe, la pratique de la restauration voulait que celle-ci fût absolument invisible, insoupçonnable. Ce dogme, sérieusement remis en question aujourd’hui (car les traces de l’histoire d’un objet ont également leur valeur), …  » 8. Par le passé, le résultat de son travail devant être imperceptible, le restaurateur était relégué à l’invisibilité et par conséquent,  au mutisme. Son aptitude à « se glisser dans la peau » d’un artiste l’acculait à l’effacement derrière l’oeuvre censément inaltérée. En regard de l’évolution et de la définition actuelle de sa discipline, le conservateur-restaurateur aspire aujourd’hui à endosser la responsabilité et l’expression d’une activité à caractère libéral9 non pas cantonnée à la technique, mais relevant aussi d’une aptitude à  la conception à partir d’une démarche critique.

Connaître un artefact, déduire de sa nature, de sa structure, de sa forme, de son aspect, de son état, une somme d’informations sur son usage et son fonctionnement social à un moment donné, exige de prendre conscience du risque d’erreur d‘interprétations et enjoint à les soumettre à l’appréciation d’une autre approche disciplinaire. Ce faisant, la réflexion et l’analyse alimentent ipso facto un réexamen critique des enjeux de cette discipline10, à partir de difficultés causées à la fois par la variété croissante d’artefacts actuels patrimonialisés ou muséalisés, et par l’ébranlement des conceptions établies qu’elle provoque. A travers l’interrogation de l’objet matériel et le rapport qu’il noue avec lui, le conservateur-restaurateur met en question la méthodologie de son approche et la dimension scientifique de sa connaissance.

Conserver-restaurer ne peut pas consister en l’adéquation de traitements avec les aspects d’une déontologie essentiellement conçue en considération de genres artistiques traditionnels. Il aura fallu un peu plus d’un siècle d’expériences pour que le savoir-faire de la restauration analogique s’établisse. Or les productions des Avant-garde et les développements actuels du numérique recquièrent la détermination d’un cadre déontologique qui leur soient appropriés. Une reconception de la discipline est nécessaire eu égard à la mise à mal des réquisits de l‘authenticité, l’originalité, l’intégrité et la réversibilité par les productions de l’art contemporain et de cultures éloignées tant géographiquement que temporellement. Autrement dit, il ne s’agit pas de conserver-restaurer en vertu d’une déontologie définitive propre à cette activité, mais de se doter de règles éthiques révisées correspondant à la nature, la temporalité ontologique, le fonctionnement et l‘usage d’artefacts issus de l’art contemporain, de cultures exogènes ou de groupes sociaux modernes. Ces nouvelles prescriptions devront intégrer des changements de conception à la lumière de propositions émises par certains auteurs11, telle que, par exemple, les tenants d’une approche institutionnelle de l’art12. Dans une perspective plus large, si le programme de recherche de l’[URI-cr] incite à l’utilisation des boîtes à outils de plusieurs sciences exactes, humaines et sociales, c’est aussi avec l’ambition de parvenir à l’établissement et la reconnaissance d’un champ de recherche en culture matérielle. L’interdisciplinarité constituerait le terreau épistémologique de ce domaine d’étude à même de contribuer à l’autonomisation de la conservation-restauration au sein des sciences humaines et sociales.

 Pour qui ? 

cockroftCette visée converge nécessairement avec celle de la création-instauration, elle aussi « indisciplinaire », l’autre versant de la formation à l’ESA. En effet, pour entrevoir toute la complexité et la multidimensionnalité d’un bien culturel, il convient d’aller au-delà de l’inter-, la pluri- ou même la transdisciplinarité. Mais à la différence de celle du « chercheur » en création artistique, l’expérience d’analyse et d’interprétation d’un ou plusieurs artefact artistiques existants, veut se situer sur un autre plan que celui du vécu, des affects, de l’émotion individuelle. Elle ambitionne « Un cognitivisme à l’instar de celui qui rejette tous les clichés populaires qui mettent les arts (tenus pour évaluatifs, subjectifs, émotifs, supposant une contemplation passive produisant seulement du plaisir) en opposition avec les sciences, elles-mêmes factuelles, objectives, rationnelles, et supposant une recherche active de nature à produire un savoir nouveau. » (Goodman 1996, 62 – 63) Bien que poursuivant des finalités propres, ces activités sont de nature à s’alimenter mutuellement et à communiquer dans une relation dialectique à propos d’interrogations communes. Celles faisant en effet écho à une situation qui est aussi celle de l’art, caractérisée par les paradoxes qu’induisent la présence et le statut d’une multitude d’objets au sein des démarches artistiques.

L’entrée en second cycle mention c-r réservée aux titulaires du DNAP mention c-r de l’ESAA ou d’au moins une licence équivalente, est assujettie à l’acceptation de sa candidature par la commission d’accès en II° cycle. Elle suppose un engagement conséquent, tant par la quantité de travail à fournir que par la régularité de présence ou par l’implication personnelle durant les cours. Outre l’exigence d’assiduité et de ponctualité, le caractère professionnel de cette formation réclame une capacité de responsabilité et d’autonomie dans son rapport aux biens culturels pris en charge, aux autres, et à l’institution. La réussite des années M1 et M2 dépend largement du climat de respect, de partage et d’investissement. Il est fortement déconseillé de concilier ce cursus avec d’autres études ou un emploi alimentaire trop chronophage.

 Avec qui ? 

En plus des nombreuses institutions publiques dépositaires de biens culturels à l’ESAA, l’URI-CR a noué et entretient plusieurs partenariats locaux, régionaux, nationaux et internationaux, dans le cadre de différents projets de recherche et de développement.

Avignon Collection Lambert, ISTS, Campus technologique PG, Maison Jean Vilar, Musée Angladon, Musée Calvet, Musée lapidaire,Musée du Mont de Piété Musée du Petit Palais, Musée Requien, Palais du Roure, UAPV : Laboratoire culture et communication, Laboratoire d’histoire: Master patrimoines et archives historique, IMBE, Chimie des matériaux des objets d’art et d’archéologie, IMBE, restauration écologique,

régionaux CCR, Perpignan, CICRP,  Marseille, C2RMF, Paris , EHESS, Centre Norbert Elias, Marseille, FRAC-LR, Montpellier, FRAC-PACA, Marseille, Museon Arlatten, Arles, Carré d’art, Nîmes Musée d’art sacré, Pont-Saint-Esprit,,

nationaux Musée africain, Lyon, MUCEM, Marseille, Musée Jacques Chirac (Quai Branly), Paris, Musée des Confluences, Lyon, Musée des tissus, Lyon, Université Paris I, Master de conservation-restauration des biens culturels,

internationaux ABA, Guangzhou, ABA, Sarajevo, ABK, Stuttgart, ENSAV, Bruxelles, EPA, Porto Novo, Musée d’ethnographie, Neuchâtel.

 Pour quel devenir ? 

La reconnaissance des diplômes des établissements d’enseignement supérieur est désormais liée à la qualité et l’efficience de l’insertion de leurs diplômés. Le DNSEP option art, mention conservation-restauration au grade de Master II, a pour vocation une insertion professionnelle directe à un niveau bac+5 principalement dans le domaine de la sauvegarde de biens culturels, mais aussi dans d’autres secteurs, tels que la régie d’oeuvres d’art, la médiation culturelle, l’enseignement. Quels que soient les statuts endossés, le tableau ci-dessous montre une très bonne insertion professionnelle des diplômés des cinq dernières années.

Promotion

   Nombre

Entreprise individuelle

Société de Portage

Salarié(e) public, privé

Poursuite études sup.

Autre secteur

Sans exercice

2011

08

03

02

02

00

01

00

2012

06

02

02

01

00

01

00

2013

10

01

02

02

01

04

00

2014

12

04

03

01

01

03

00

2015

06

00

01

02

01

01

01

Une étude statistique approfondie sur les dix dernières années est en cours afin de permettre une actualisation et une précision de ces données.

 © Semin

Le carnet de recherche Semin’hébergé sur la plateforme Openedition13a pour vocation de rendre visible publiquement cette dynamique aussi prospective, notamment par l’entremise des productions autour du séminaire « art et artefactualité ».

 

_____Notes____________________________________

1. « Une œuvre d’art au sens classificatoire est  un artefact  tel qu’un ensemble de ses aspects fait que le statut de candidat à l’appréciation lui a été conféré par une personne ou un ensemble de personnes agissant au nom d’une certaine institution sociale (le monde de l’art) » in Georges Dickie, Art and the Aesthetic. An Institutional Analysis, Cornell University Press, 1974, p. 34. En plus des genres hérités de la tradition académique, l’art contemporain comprend notamment la catégorie générique des  « arts médiatiques  » (media art) qui  réfèrent à toute œuvre d’art dont le fonctionnement recquiert une composante technologique. Cette catégorie recense aujourd’hui l’art biotechnologique, l’art cinétique, le cyberart, l’art électronique, l’art informatique, l’art interactif, l’art multimédia, l’art numérique, l’art photographique, l’art du réseau (ou net art), l’art robotique, l’art sonore, l’art spatial, l’art technologique, l’art vidéo,  … On s’accorde généralement à considérer que ses débuts remondent à la fin de la deuxième guerre mondiale ou au début des années soixante.

2. Ces objets ne réfèrent plus seulement aux cultures dites « primitives  » par le passé. Ils comprennent aussi les objets « scientifiques  » et « techniques » qui relèvent d’une ethnographie des sociétés modernes, initiée au début du XXè siècle par les sociologues de l’Université de Chicago. L’ ethnographie sociologique de Chicago s’est développée tout au long du XXè siècle en privilégiant à la fois un fieldwork anthropologique et un travail sociologiquel au moyen des techniques du journalisme d’enquête. 

3.  Concernant les artefacts « artistiques » et « ethnographiques », cette enquête d’inspiration pragmatiste vise à réunir toutes les informations susceptibles de mettre en lumière tous les aspects et effets dont ils sont le vecteur dans des  situations données, de déterminer les conditions, intérêts et potentialités qui leur sont associés. 

4.   Au sens propre comme au figuré.

5.  La philosophie, l’esthétique, l’anthropologie, la sociologie, l’ethnologie, la sémiotique, …

6.  « Acknowledging the unquestionable importance of conservation science in providing analytic precision, I assert the importance of conservation theory and philosophy. This most important branch of conservation studies places itself at, and is reciprocally served by, the intersection of other human sciences such as philosophy, the social sciences, anthropology, history and art history. » , « The Explicit Material: On the Intersections of Conservation, Art History and Human Sciences », Simulacre, Stichting Simulacre, Kunsthistorisch Instituut, Université d’Amsterdam, 23/1. [trad. MM : Sans nier l’importance incontestable de la dimension scientifique de la conservation-restauration par son apport de précision analytique, j’affirme l’importance de la théorie et de la philosophie de la conservation-restauration. Cette dimension la plus importante des Conservation studies, s’inscrit au carrefour d’autres sciences humaines telles que la philosophie, les sciences sociales, l’anthropologie, l’histoire et l’histoire de l’art, de la même façon qu’elle est irriguée par elles en retour.]

7. On parle très souvent d’une « intimité unique ».

8. Pol Pierre Gossiaux, « Conserver, restaurer : écrire le temps en Afrique », CeROArt [En ligne], 1 | 2007, mis en ligne le 09 octobre 2008, URL : http://ceroart.revues.org/253

9.  Profession exercée sur la base de qualifications appropriées, à titre personnel, sous sa propre responsabilité et de façon professionnellement indépendante, en offrant des services intellectuels et conceptuels dans l’intérêt du client et du public. (Directive européenne relative à la reconnaissance des qualifications professionnelles, n°2005/36/CE, 43)

10. Sa définition normative a été adoptée par l’ICOM à Shangaï en 2010.

11. Par exemple, Jean-Pierre Cometti, Art et Facteurs d’art; ontologies friables, Presses universitaires de Rennes, 2012, et à paraître en 2015, une approche philosophique contemporaine de la conservation-restauration

12. « L’idée fondamentale de l’approche institutionnelle de l’art est  que pour expliquer ce qui fait qu’un objet donné est ou non une œuvre d’art, il faut s’intéresser non seulement aux propriétés intrinsèques de cet objet, mais aussi, et surtout, à la place qu’il occupe  au sein du contexte institutionnel fourni par ce que l’on peut appeler « le monde de l’art », in George Dickie, « The new institutionnal theory of art », Proceedings of the 8th Wittgenstein Symposium, n° 10, 1983, p. 57-64.

13. OpenEdition est un portail de ressources électroniques en sciences humaines et sociales, développé par le Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo – UMS 3287), un centre associant le CNRS, l’université d’Aix-Marseille, l’EHESS et l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse. 

_____Bibliographie________________________________

  • Actes du Colloque SFIIC (13es journées d’études),tenu à l’ INP  du 24 au 26 juin 2009, Art d’aujourd’hui, patrimoine de demain – Conservation-restauration des œuvres contemporaines – Art Today, Cultural properties of tomorrow – Conservation of contemporary artwork, SFIIC, 2009,
  • Actes de la journée d’étude Restauration et non-restauration en art contemporain tenu à l’ESBA de Tours le 14 Février 2007, Tours, ESBA/ARSET, 2008.
  • Actes du colloque Conservation et restauration des œuvres d’art contemporain tenu à l’École nationale du Patrimoine (ex INP) à Paris du 10 au 12 décembre 1992, Paris, La Documentation Française, 1994,
  • Jean – Pierre COMETTI,  Conserver / restaurer . L’oeuvre d’art à l’époque de sa préservation technique, NRF / Gallimard, 02.2016,
  • Nelson GOODMAN, L’art en théorie et en action, Trad. de l’anglais (États-Unis) et postfacé par Jean-Pierre Cometti et Roger PouivetL’éclat / Tiré à part, 1996.

  Programme d’enseignement 

L’unité d’enseignement UE « langue »

L’unité d’enseignement UE « recherche »

La démarche de recherche en II° cycle CR se fixe pour objectif une tentative de résolution de problèmes indissociables de type théorique et technique. Ils sont posés par la nature, le genre, le statut et/ou la médiation d’un artefact culturel ou d’une collection et concernent le conservateur-restaurateur. Ces problèmes nécessitent une reconsidération des conceptions en vigueur, à la fois de sa discipline et de la sauvegarde des biens culturels. L’ enquête doit se traduire par un travail axé sur des problèmes et leurs enjeux clairement mis au jour. Ainsi ils permettront de délimiter un champ d’investigation précis ainsi qu’une démarche susceptible d’être appréciée à la lumière d’une argumentation propre et d’une clarification ou d’un éclairage nouveau. La valeur du travail sera principalement liée  pour l’objet considéré,

  • à la capacité de s’engager dans l'examen approfondi de sa situation et des questions qu'elle soulève,
  • à la proposition d'intervention, par la mise en oeuvre d’une démarche clairement définie, et enfin
  • au recours à des théories et concepts corrélatifs de ces questions.
  • histoire de l’art
  • méthodologie
  • séminaire

L’unité d’enseignement UE « professionnalisation »

  • Droit
  • Réalisations à caractère professionnel
  • Médiation didactique de projet
Juliette Serre
Juliette Serre face au guitariste de Picasso, au Centre Pompidou © 2016

Le stage professionnel en M1 / s8
Au semestre 8, chaque étudiant-e est tenu-e  séminaire de compléter et renforcer son expérience professionnelle en effectuant un stage au semestre 8, dans au moins une institution publique ou privée impliquée dans la conservation de biens culturels. Les stages sont sélectionnés en fonction des projets de recherche envisagés ou de domaines de prédilection. L’établissement tient à jour un annuaire de structures partenaires mis à disposition des étudiant-e-s. Cette période d’autonomie hors de l’école donne lieu à un rapport écrit circonstancié et critique, ainsi qu’à un exposé oral.

La préparation à la sortie 

Pour favoriser l’insertion professionnelle des étudiant-e-s, l’école organise en M2
– des séances d’informations, collectives ou individuelles, sur les dispositifs d’aide à la création d’entreprise,
– des enseignements assurés par des professionnels, permettant d’appréhender les différents statuts professionnels, le droit du travail, les marchés publics, la fiscalité des entreprises et des études de cas.

Le diplôme : DNSEP

  • Le projet

Direction de projet

Elle est impérativement assurée par l’un des conservateur-restaurateurs enseignant à l’ESAA ou en étroite relation de partenariat avec elle. Son objectif principal est un accompagnement individualisé, en M1/s8, de la quête d’un stage en institution, et en M2 CR, du processus d’élaboration déontologique d’une ou plusieurs propositions de traitements prévus et parfois réalisés à l’endroit de l’objet qui en est sujet, en concertation avec le maître d’ouvrage, et qui satisfassent des attendus de résultats de qualité professionnelle.

  • Le mémoire

Le mémoire de recherche proprement dit consiste en un document écrit et imagé d’environ 30 pages comportant 2500 signes chacune, doté d’informations annexes dont un dossier d’examen comportant l’identification, le constat d’état et le diagnostic de l’objet ou la collection considérés.

L’évaluation du mémoire repose sur les 7 critères suivants:

• clarté et précision dans la présentation de la problématique et de ses enjeux ;

• clarté et pertinence de la démarche dans son ensemble ;

• conscience de la portée des choix effectués ;

• richesse des connaissances et des points de vue mobilisés (sur le plan artistique et théorique) ;

• pertinence des arguments : originalité du propos et des idées, ainsi que de la proposition de traitement suggérée ;

• qualité de la langue ;

• pertinence/originalité des conclusions.

Direction de mémoire

Dès l’année M1 CR, elle est prioritairement assurée par un enseignant théoricien de l’ESAA. Son objectif principal est un accompagnement individualisé de l’élaboration et de la rédaction d’un mémoire qui rende compte de la recherche menée à partir de l’étude et de l’examen d’un artefact culturel ou d’une collection.

M1- CR / s7

Nature des enseignements

Heures

ECTS

UE Langue

Anglais

15

1

UE Professionnalisation

Droit du patrimoine

30

2

Réalisations à caractère professionnel

120

8

Médiation didactique de projet : écrit

60

4

UE Recherche

Séminaire

90

6

Méthodologie

90

6

Histoire de l’art

45

3

M1- CR / s8

Nature des enseignements

Heures

ECTS

UE Langue

Anglais

15

1

UE Professionnalisation

Stage en institution

300

20

Rapport de stage critique

75

5

Médiation didactique de projet : oral

60

4

M2 – CR / s9

Nature des enseignements

Heures

ECTS

UE Langue

Anglais

15

1

UE Professionnalisation

Statut professionnel / Marchés publics

45

3

Réalisations à caractère professionnel

120

8

UE Recherche

Séminaire

90

6

Méthodologie

90

6

Projet / Mémoire

90

6

M2 – CR / s10

DNSEP option art, mention C-R

ECTS

Soutenance du Mémoire

5

Soutenance du Projet

25

Appel à contributions

Evolution de la conservation préventive en France – 8 et 9 juin 2017 – Pierrefitte

L’Association des Préventeurs Universitaires (APrévU) existe depuis le début de l’année et  vient de mettre en ligne un site internet :https://aprevu.com

Elle lance un appel à contributions pour la conférence, qui aura lieu les 8 et 9 juin 2017 aux Archives Nationales à Pierrefitte.

Date limite : résumés pour le 15 juillet 2016 au plus tard : https://aprevu.com/2016/06/11/appel-a-contribution

Rencontre autour de Jean-Pierre Cometti, à l’ESAA le 10 Juin

Cometti.03
crédits photographiques © Jean-Marc de SAMIE

        Vendredi

     10 Juin 2016

Ecole Supérieure d’ Art  d’ Avignon 

A  l’initiative  de  l’Unité  de  Recherche en conservation – restauration  d’artefacts culturels et  de l’association fil à fil des étudiant-e-s  et diplômé-e-s  de  la  mention Conservation – Restauration  de l’ESAA.

     « Rencontre autour de Jean-Pierre Cometti »                 DISCUSSION ENTRE ETUDIANTS, PROFESSIONNELS,                  ENSEIGNANTS, CHERCHEURS, ARTISTES … ET TOUS AUTRES           BIENVENUS

                                                            ACCES LIBRE !                                                                                              inscription en bas de page pour réservation du                                                                       déjeuner (5 euros)                                    

Programme  de la journée

8 h 45 : Accueil des participants: thé, café, jus de fruits, viennoiseries, …

9h : Débat 1:   » La recherche en conservation-restauration « 

Modération:  Gaspard Salatko, ethno-anthropologue enseignant à l’ESAA.

Evocation du livre de Jean-Pierre Cometti avec Alfredo Vega, conservateur-restaurateur et philosophe.

 « Conserver/Restaurer. L’oeuvre d’art à l’époque de sa préservation technique », Collection NRF Essais /Gallimard, Février 2016, 320 p.p., 23 €

conserv_restaur

Présentation de l’éditeur
La conservation et la restauration des œuvres d’art sont en apparence les deux faces d’une même réalité. Les musées n’ont-ils pas pour mission d’exposer et de préserver leurs œuvres? Mais c’est compter sans une extension inédite des biens culturels et la propension à y inclure les choses les plus diverses, à commencer par les plus contemporaines. En sorte que ces deux missions deviennent contradictoires.
Les termes qui caractérisent cette situation nouvelle («patrimoine», «curateur» qui s’est substitué à «commissaire», etc.) indiquent la grande transformation : sous l’effet du marché de l’art internationalisé et de la place qu’il occupe dans le monde de la finance, les œuvres sont désormais des biens qui, au même titre que d’autres, plus qu’une valeur ont un prix.
S’ajoute l’importance prise par leur dimension contemporaine, puisque la mémoire dans nos sociétés est indissociable d’un rapport à l’histoire désormais centré non plus sur le passé mais sur le présent – un présent sans futur et qui est à lui-même son propre horizon.
La patrimonialisation du présent brasse les cultures les plus hétérogènes, le passé et le présent, l’homogène et l’exogène, l’ordinaire et l’extraordinaire. Elle fait croître le souci qui entoure désormais les productions contemporaines y compris dans leurs composantes techniques, singulièrement créditées d’une valeur que leur obsolescence particulière rend d’autant plus digne d’intérêt.

12h30 – Déjeuner dans le Jardin de l’ESAA, aux bons soins de la « Tripopote », par la cuisinière bio en chef du    Tri postal  (Participation des auditeurs au repas: 5,-

14h : Débat impromptu 2 :   » Conservation-restauration et société actuelle « 

Modération: Pierre Lagrange, socio-anthropologue enseignant à l’ESAA, avec …  d’autres diplômés professionnels à préciser.

Evocation (sous réserves)  de deux autres livres de Jean-Pierre Cometti,

  • La démocratie radicale . Lire John Dewey, Gallimard, « Folio Essais », Janvier 2016, 340 pp., 8,20 €
démocratie radicaleDans cet ouvrage posthume, Jean Pierre Cometti fait part une dernière fois de son attachement à la philosophie de John Dewey (1859-1952) et y révèle un libéralisme d’une autre espèce par la voie d’une « démocratie radicale », soit un « libéralisme radical » d’inspiration pragmatiste. Malgré les résonances négatives pour beaucoup, de pragmatisme et libéralisme qui signifient pour eux, compromis et asservissement, Jean-Pierre Cometti développe avec l’obstination du pragmatiste convaincu et pratiquant qu’il fut, ce courant important de la tradition philosophique américaine qui s’avère riche d’enseignement pour la période cahotique actuelle. Chez l’oncle Sam aujourd’hui, il semble bien loin de la pensée des prétendants au mandat présidentiel qui rivalisent d’invectives et slogans toujours plus populistes, dignes d’un piètre western. Actuellement  en  France et  dans le  sillage d’expériences similaires en Egypte (Place Tahrir), en Grèce (Syriza), aux USA (Occupy Wall Street) et en Espagne (Los indignados), le mouvement « La Nuit debout » rassemble des individus lassés par l’expertise politique déversée par les média et le dévoiement de la démocratie représentative. Ils sont désireux de lui substituer « l’enquête et la discussion libre », telles que John Dewey les a décrites, émancipatrices par des moyens propres à l’avénement d’une société plus directement démocratique, délibérative et participative, « à la mesure et à l’image de ses fins ». (M. Maire)
  • La nouvelle aura. Economies de l’art et de la culture,         Questions Théoriques – Saggio Casino, avril 2016, 240 p.p, 17 €
Afficher l'image d'originePrésentation de l’éditeur
Quelles sont les transformations formelles, sociales et économiques qui ont traversé l’art du XXe siècle pour lui donner son visage « contemporain », quels sont leurs enjeux? Pour répondre à ces questions, ce livre revient sur la notion d’aura, héritée de la théorie critique de Walter Benjamin. La Nouvelle Aura s’attache à cerner les modalités de l’auratisation qui règle les rapports entre art contemporain et industrie culturelle. La coalescence actuelle, inédite, entre l’art, la mondialisation libérale, la mode – et jusqu’à l’univers du luxe –, rend nécessaire un examen critique et idéologique des formes de spéculation et de fétichisme qui font de l’art contemporain une valeur intégrée au capitalisme globalisé.
Jean-Pierre Cometti s’intéresse aux mécanismes de diffusion de l’art (les biennales), aux pratiques de valorisation (la collection privée et ses mécanismes d’accumulation) et à la paradoxale réification qui finit par arraisonner jusqu’à l’installation ou la performance. Il revient également sur la figure de Marcel Duchamp, artiste de l’avant-garde voué à la destruction de l’œuvre d’art organique et « rétinienne », mais aussi soucieux de produire sa propre légende, et de « transférer » l’aura perdue des œuvres d’art sur sa personne.
Ce livre constitue l’aboutissement de la réflexion esthétique de Jean-Pierre Cometti, en intégrant l’héritage pragmatiste (antiessentialiste, contextualiste, attentif à la texture des usages, et non à des substances) dans un horizon élargi : celui d’une théorie critique de l’art et de la culture contemporaine. Cette réarticulation du pragmatisme et de la théorie critique marxiste, dans le sens d’un outillage de l’une par l’autre, constitue à coup sûr l’un des intérêts philosophiques majeurs de cet ouvrage.

 Lire aussi 

16h = Pause thé ou café

18h : Fin de la table ronde – discussions libres

___________________________________________

Inscription  obligatoire et gratuite + réservation du repas :

                                          avant le 5 Juin !                                            

par courriel : journeecometti@esaavignon.fr

Informations téléphoniques : +33 (0) 490 270 423

Adresse : 500, Chemin de Baigne-pied, BP 20917 84090 Avignon cedex 9

Plan :  

carte_école                                    

FICHE D’INSCRIPTION (A copier-coller dans un fichier .doc,  .docx,  ou  .odt et envoyer par courriel à l’adresse journeecometti@esaavignon.fr)

NOM :                                            Prénom :

Lien avec Jean-Pierre Cometti :

Adresse  :

Téléphone  :

Courriel  :

Commentaire / pensée :

Réservation d’un repas de midi à 5,- Euros   oui    non

Ecole d’art ou tutelle managériale en crise ?

Non, rien n’a changé …

A nos regards  incorrigiblement bourgeois, il est bien possible que le capitalisme offre un visage moins convulsé que le stalinisme, mais quel visage offre-t-il aux mineurs de fond, aux fonctionnaires sanctionnés pour faits de grève, aux Malgaches torturés par la police, aux Vietnamiens nettoyés au napalm, aux Tunisiens ratissés par la Légion ? ” (F. Jeanson, « Les Temps Modernes », Mai 1952) … aux anti-barrage de Sivens et anti-aéroport de Nantes, aux migrants des jungles de Sangate et Calais, aux grévistes de sociétés insuffisamment rentables pour leurs actionnaires, aux agriculteurs exsangues en colère, aux manifestants contre la loi El Khomri, et récemment encore, aux étudiants des Beaux-arts de Paris bâtisseurs de châteaux en Espagne dans la « nuit debout », tous  canardés, gazés ou  bastonnés par les CRS ?

Incorporéités

Résultat de recherche d'images pour "école d'art d'avignon"
Quand des étudiantes en appellent à leur incarnation

Les acteurs de l’Ecole Supérieure d’Art d’ Avignon, eux, n’aspiraient qu’à entrer en relation,  de personnes à personnes, avec les élus de la Ville et autres représentants publics. Au lieu du dialogue, les autorités de tutelle ont asséné de la polémique: « descente » inopinée à l’école du directeur des affaires culturelles de la Ville avec un huissier de justice, stigmatisation des acteurs de l’ESAA par la Conseillère municipale déléguée aux établissements d’enseignement supérieur lors du dernier Conseil Municipal, ou de  la propagande  par prescription  du 09 Mai de la Vice-Présidente de l’EPCC-ESAA. Or ces formes de communication ne sont en fait que deux sortes de monologue faisant fi de tout interlocuteur, pis, des méthodes d’intimidation. On use pour cela de l’abstraction propre au monde de la puissance publique et du calcul pour écraser les vraies passions qui sont, elles, du domaine de la chair et de l’irrationnel. Les étudiants parlent « de création, d’amour, de projet et de destin », on leur rétorque « production, doctrine, norme, stratégie territoriale  », en utilisant de nouveau la réduction,  de données cette fois  après celle du budget.

Réductions

Outre la diminution financière, la réduction est la substitution d’un petit nombre de paramètres, à un ensemble d’observations,  de caractéristiques ou de résultats. Elle vient saper la compréhension à tous les niveaux: entre acteurs de l’école et élus municipaux, comme  chez tout contribuable intéressé à un problème municipal. Or sans compréhension, point de civilisation possible. Ceux qui s’adonnent à la réduction pour marteler ensuite de fausses simplifications, nient le processus et l’éthique de la compréhension. Inconsidérément, ils font d’elle le terreau de l’extrémisme et le lit de la barbarie présents aujourd’hui à nos portes, et qu’ils prétendent combattre. Encore drapés dans les oripeaux des valeurs de gauche à qui ils doivent leur mandat, ils finissent d’achever l’anéantissement de celles-ci. C’est notamment contre les mêmes réductions exigées et opérées aussi par les médias de masse, qui divisent les sexes, les peuples, les nations, les religions, que des mouvements citoyens s’indignent dans la rue.

Impostures

Le simulacre municipal des tenants d’un projet culturel et artistique à courte vue, soit-disant  prioritaire pour les jeunes, se dissout dans l’inanité d’un discours populiste et démagogique qui est aussi servi à l’ESAA par la prédication radoteuse d’un catéchisme managérial, rudimentaire, bureaucrate et finalement inepte (cf. rapport).  Lui aussi se veut menaçant si on lui résiste, insidieux et visant presque tous les acteurs de l’établissement avec l’arme de la précarité  : de leur programme d’enseignements approximativement bidouillé contre les étudiants, de leur emploi contre les  enseignants contractuels, de leurs prérogatives contre tous les professeurs. Ce sont l’entretien permanent d’une insécurité perverse de l’emploi du temps augmentée d’un dénigrement des aptitudes de chacun,  tous deux surajoutés à l’anxiété inhérente aux indéterminations de l’art, qui instillent perfidement la crainte dans un milieu déjà convalescent. Seuls y prospèrent sans scrupules l’attentisme et l’opportunisme encouragés de quelques laquais .  

Les deux soliloques décrivent finalement assez bien un pouvoir exercé par des fantômes décharnés et de médiocres commis zélés à leur solde, tous fantoches cyniques asservis au pouvoir.

Pour celles et ceux qui ont peur,  lire    ici  

https://etudiantsesaa.wordpress.com/

To practice inquiry in conservation, it is being « contemporary », too.

Résultat de recherche d'images pour "agamben"According to Giorgio Agamben1, we can think that the «contemporary» is essentially out-of-reach by one’s peers. He said to us that contemporary is impossible to seize, as those stars we feel the light even if they are already disappeared, and as fashion embodies ever-changing. At the same time, ever in an awkward position and inevitably involved in the real, he is enable to haul of this to analyse.

What if contemporary was quite the one that not embrace totally his time, that not join completely his movement but which is able to make a gap, a step aside, to consider it in whole complexity, to measure it in whole dimensions, and to detect its contradictions ?

« Contemporary is uncurrent » had said Roland Barthes in his final lesson at the Collège de France, probably preoccupated at this watershed of his life, by his own contemporaneity. With this affirmation, he refered obviously to « Uncurrent considerations» by Friedrich Nietzsche. But Agamben comes to mention these two philosophers because they adopt similar positions : « the one that belongs to his time, real contemporary, is the one that not concords perfectly with it, nor supports its pretensions, and define himself, in this sense, as uncurrent ». Like  Nietzsche, Barthes is right on top of contemporary « precisely by this gap and this anachronic, he’s able more than others to perceive and catch his time »

Italian philosopher evokes an other aspect of contemporary which is also able to scrutinize darkness of his time, his dark side, and not let somebody approach it only because he appeared in full light. To be able to see it dark, it is precisely an ability to « feel its contemporaneity ». « The present’s access road has necessarily the form of an archeology : because archaic is out-of-reach as present, and we have to do mourning of this meaning of which origin ever goes away. »

Contemporary is endowed with an other ability. He is not only here to see in the dark, Agamben said to us, nor to divide time into slices. « […] this means contemporary is not only the one that, perceiving present darkness, determine inaccessible light . He is  […] able to transform and to connect it with other times, to read the history in new way, to refer to it according to need that owes nothing to arbitrariness, but arises from an requirement to which he cannot answer. » Therefore, past’s light might clarify present’s darkness. Agamben based his argument on Michel Foucault and Walter Benjamin’s works to see on them present’s historical scouts, because they knew how to update uncurrent and make it contemporary. Since it is necessary to use paradox, Agamben’s aim is a quest, a « making in light » of what hic and nunc is to clarify that. « It’s as this invisible light that is present’s darkness projected his shadow on past while this one hit by this shadow ray, acquired ability to answer to darkness of this moment. […] »

Real contemporary must know how to peel off slightly of his time to  see it better. According to Agamben, evocation of the past, taste for anachronic or shifted is a sign of necessary lucidity for the interpretation of the present. If each one must be of his time, this « backward-looking attitude » is not a mark of nostalgia, which one, distorts irremediably the present. This notion of contemporaneity cannot let conservator indifferent, such that represents obvious correspondences with the approach and with the artifacts’ vocation that it is led to take care and to restore. To test the gap exercise, to define outlines and method to adopt the observer’s viewpoint that marks step in walk for « now », such is the goal that the Unity of  Interdisciplinary Research Unit in and on Conservation, has also settled down.

[This note has been translated from French by Natacha LE ROY, L2 CR.]

___________Notes_____________________________________________________

  1. What’s Contemporary ?, opening lesson of theoretical philosophy’s class given in 2005-2006 in University IUAV of Venice, translated from the italian by Maxime ROVERE, Rivages Poche Petite Bibliothèque, 64p., ISBN  : 2-7436-1857-4,

Which ‘operation’ confers to an artefact the artwork’s status ?

How can a banal object move from the status of an utilitary object to an artwork, namely an artefact which has been produced to render a service, in the same way as a masterpiece or a genius’ work of art ? More simply, how can an utensil become an artwork ?

A priori an artwork has never been produced for any other purpose than the one of existing for what it is. It is useless in the sense that it does not allow to facilitate or perform a task, it does not provide a material service.conference_auratisationBut in the moral sense from a philosphical point of view, the artwork matters to respond to a mental expectation, a spiritual desire : the one of lifting the soul, eclipsing the triviality of everyday concerns, and arouse an aesthetic emotion. Therefore, the experience of a poem, an opera, a movie, an architecture or an artistic performance, can enable a sense of satisfaction or pleasure provided both by knowledge and emotion. Thus, artworks are objects of the mind. (NB : French law rightly qualifies them as « works of the mind »).

In the case of Fountain by Marcel Duchamp or of any other ready made, it is obvious that they are not qualities of form, style, rarity, originality, preciosity… or of technique that make it an artwork. The object in itself, its utensility, fall within the most shared banality. The artistry of this work of art doesn’t manifest itself by the vision only, or by any tangibility. It doesn’t have any obviousness that can be revealed by the constatation of an intrinsic nature, of signs of belonging to a genre, or of essential properties and qualities, but rather requires to be detected after an autoreflexive and introspective development, inevitably starting from the following interrogation. « How this mass-produced urinal can be included in the field of art ? » Any object (or arrangement of objects) presented by its author, made especially or appropriated from its primary function, can grant the status of artwork, or is likely to be elevated to the rank of artwork, provided that we acknowledge the power – as original as possible – to trigger the emotional reaction of pleasure by surprise, critique, interrogation, admiration … , by the experience that it gives.

If we split the art history into three successive paradigms, classic, modern and contemporary, each of them involves a definition different from art. In classic paradigm, art forces itself in a conformity with norms inherited from the tradition. In modern paradigm, art wants to report the interiority of the artist and its diet of peculiarity, which sometimes supposes the transgression of the classic norms. In paradigm contemporary, art consists in exceeding the limits of what is collectively admitted as of art. The esthetic experience is not the same for each of paradigms. When the classic aimed at the spiritual rise, and the modern at the esthetic emotion, contemporary art looks for more the sensation. Several authors strive to demonstrate in a multidisciplinary book1, that it is not the esthetic established value from the beautiful or from the ugly that dominates as well in the creation as in the reception of the artworks. Authenticity, autonomy, celebrity, high price, emotion, experience, way, morality, sustainability, pleasure, originality, rarity, responsibility, sensorialité, significance, spirituality, work, uniqueness, universality, truth, virtuosity … can matter as much as the esthetic attraction. According to Jean-Pierre Cometti2, the artwork does not possess intrinsic qualities but exists and defines itself through social, institutional and material factors. From then on, it is by the pragmatic approach which opposes in a fetishistic consideration of the artwork that we can make the experience.

      If we should formulate only two elementary, necessary and sufficient qualities of the piece of art and of its cerebral utility, it could be to generate at least the « fascination » and the « revelation ».

(This note has been translated from French by Laetitia Fuzeaux / L2 CR.)

___________Notes_____________________________________________________

  1. Heinich N., Schaeffer J.-M., Talon-Hugon C., Par-delà le beau et le laid. Enquêtes sur les valeurs de l’art, presses universitaires de Rennes, 2014,
  2. Cometti J.P., Art et Facteurs d’art. Ontologies friables, « Aesthetica », Presses universitaires de Rennes, 2012.

 

Disparition de Metka Kraigher-Hozo

 

C’est avec  tristesse que nous avons appris le décès hier à l’âge de 76 ans, de Metka Kraigher-Hozo, figure emblématique de l’Académie des Beaux-Arts de Sarajevo et de la conservation-restauration en Bosnie Herzégovine. Diplômée de l’Académie des Beaux-Arts de Ljubljana, Metka Kraigher-Hozo était un pilier de l’Académie des Beaux-arts de Sarajevo à plusieurs titres. D’abord professeure adjointe à partir de 1973 , puis associée avant d’être finalement titularisée en 1999, elle en fut la doyenne de 2001 à 2005, tout en demeurant une enseignante charismatique pour des générations d’étudiants. Elle est aussi l’auteure de nombreuses publications sur sa spécialité, la technologie de la peinture, dont des ouvrages de référence. [Slikarstvo/Metode Slikanja/Materijali (1991), Metode slikanja i materijala – prošireno izdanje (2007)]Résultat de recherche d'images pour "kraigher-Hozo" A partir de 2002 et jusqu’à 2011, elle fut pionnière pour la création du tout premier département de conservation-restauration d’oeuvres d’art  en Bosnie Herzégovine et coordinatrice  de son enseignement Elle fut notamment à l’origine du partenariat international incluant initialement le département de conservation-restauration de l’Ecole Supérieure d’Art d’Avignon. Depuis 2013, elle était professeure émérite pour une  recherche interdisciplinaire  en conservation et restauration dans le cadre du projet ALU i PMF-a. Mais surtout, et en continuant d’exercer son enseignement académique même dans les pires moments comme sous le feu de snipers lors du siège de Sarajevo, elle fut  une militante inconditionnelle et acharnée pour la sauvegarde de l’idéal de la Jerusalem d’Europe, de son particularisme interculturel de coexistence  tolérante.

Tous les anciens étudiants et les enseignants de l’ESAA qui ont eu le privilège de de travailler avec cette grande dame, de la connaître  et d’en apprécier les exceptionnelles qualités humaines, voudraient partager la peine de ses proches, ainsi que de tous les acteurs de l’Académie des Beaux-Arts  comme du milieu artistique de Sarajevo, en leur adressant leurs sincères condoléances.

 

Reconstitution de lacunes par le moulage

Le moulage pour la reconstitution des lacunes en restauration de la céramique et du verre,

L’article d’ Hélène Blanpain publié sur ceROArt, résumé ici par Alicia Hidoud (L2 CR)

Introduction

La reconstruction des lacunes par moulage est une technique de comblement rapide et précise mais peut s’avérer dangereuse pour un objet si elle est mal exécutée. Il existe différents procédés et matériaux de moulage, cependant cet article se penche sur les procédés permettant la prise d’empreinte de zones ou d’éléments susceptibles d’être reproduits en restauration de la céramique et du verre. L’auteure cite le silicone comme étant le matériau d’empreinte le plus approprié de part sa précision et son faible taux de rétraction.

Procédés de moulage pour la reconstitution des lacunes

La technique de réalisation d’un moule est une opération délicate qui nécessite la succession de plusieurs étapes devant être exécutées avec précision. Un moulage est la réalisation d’une empreinte d’une forme visant à la reproduire. Il existe différents procédés de reconstruction de lacunes par moulage : comme prendre l’empreinte d’une zone identique de l’objet ou d’un objet similaire, prendre l’empreinte d’une ancienne restauration ou modeler la forme manquante dans un matériau intermédiaire et procéder à son moulage.On compte 3 grandes techniques de moulage employées pour effectuer une prise d’empreinte et une reproduction d’éléments :

– le moule ouvert en une pièce (une face du modèle n’est pas recouverte par le matériau)

– le moule fermé en une pièce (il permet de prendre l’empreinte de toutes les faces de l’élément à mouler)

– le moule fermé en deux ou plusieurs pièces (il est nécessaire lorsque l’élément à mouler présente plusieurs contre-dépouilles, quand il présente des zones fragiles, fines…)

Comparaison et conclusion

Dans le cas d’un comblement en résine époxy, le moule fermé en une pièce est le plus approprié. (annexe : tableau comparatif et récapitulatif)

Matériaux de moulage : gros plan sur le silicone

Silicone de condensation et silicone d’addition

Le silicone est un élastomère à structure minérale. On peut en avoir sous différentes formes avec différentes fonctionnalités. Le silicone élastomère RTV à deux composants (une base et un catalyseur RTV2) est le plus utilisé en moulage. On en trouve deux types : ceux qui polymérisent par condensation et ceux qui polymérisent par addition (annexe : tableau comparatif des RTV2)

Incompatibilité avec certains matériaux de moulage

– Le silicone est sensible à un apport d’humidité pendant sa polymérisation. (cela peut entraîner la formation de bulles de gaz)

– Le silicone d’addition est sensible à certains contaminants. (tels que les amines, le souffre et les sels organo-étains qui peuvent entraîner l’inhibition de sa polymérisation)

– Le silicone de condensation est plus sensible aux résines époxy. (ces dernières attaquent les moules en silicone et peuvent adhérer au moule ou modifier ses dimensions)

Caractéristiques générales

On compte deux grandes consistances de silicones : liquide (plus ou moins visqueux) ou dit putty, ayant la consistance d’une pâte à modeler (annexe : tableau comparatif entre silicones liquides et putty). On trouve aussi des silicones transparents avantageux en cas de comblement en résine époxy. Les proportions de base et de catalyseur sont variables et modifient les propriétés du silicone. Il existe plusieurs types de catalyseurs présentant des caractéristiques différentes et l’emploi d’un catalyseur, particulièrement utile lorsque plusieurs couches de silicone sont appliquées. On peut également ajouter des additifs au mélange pour en faire varier la consistance. (annexe : tableau récapitulatif des avantages et inconvénients du silicone RTV2)

Quelques critères de sélection pour le choix des procédés et matériaux de moulage

Trois grands facteurs peuvent influencer le choix du procédé et des matériaux de moulage :

– la nature et la consistance du comblement final ; la nature du matériau de comblement est également importante,

– la forme de l’élément à mouler,

– la nature de l’élément à mouler ; la matière des œuvres n’est pas toujours compatible avec les matériaux de moulage employés.

Conclusion

Dans la réalisation d’une intervention de moulage, il n’y a pas de systématismes, de nombreux critères de sélection doivent être mis en place pour s’adapter à chaque situation. Les trois grandes techniques de moulage employées pour la reconstitution de lacunes sont le moule ouvert, le moule fermé en une pièce et le moule fermé en plusieurs pièces. Elle peuvent être utilisées pour la réalisation de comblement, de la petite lacune sans décor à une grande reconstitution de formes et décors complexes. Le silicone s’adapte à tous les procédés de moulage employés en restauration ce qui fait de lui le matériau d’empreinte le plus courant. Cependant, son coût élevé incite à s’intéresser à d’autres matériaux d’empreinte, comme le latex, ou des produits similaires, comme la réalisation de prothèses médicales.

Art et artefact / Art and artifact

PUTMAN, James, Art and artifact, Editions Thames & Hudson, 2001, 208 pages, 280 illustrations dont 227 en couleurs.

Conservateur des Arts Contemporains et responsable du programme des Cultures au British Museum, James Putnam explore six thèmes distincts mais corrélés entre eux, au cours d’un fascinant examen du rôle non conventionnel du musée dans l’art contemporain. Le livre fournit une enquête sur la façon dont les musées et leurs collections ont été décrits et utilisés par des artistes contemporains, et le gain que cela représente pour le du musée en tant qu’interprète culturel. Putnam détermine d’abord l’iconographie du musée, l’aura qu’il confère aux objets exposés, et son utilisation parfois paradoxale pour élever le banal ou le grotesque. Il révèle en fin de compte que, dans l’ère post-moderne, les artistes ont fait des musées moins un lieu de consommation passive d’informations apparemment objectives et de valeurs hiérarchiques, et plus un forum ouvert d’enquête stimulante, de discours et même de controverse. Doté d’une profusion d’illustrations, le livre présente un survol général  du rôle des artistes contemporains et de leur travail dans la muséographie et l’exposition. « Les artistes considèrent aujourd’hui les musée comme remplis d’art non pas mort, mais pleins de la vie des courants artistiques. » [Arthur Danto, Après la fin de l’art.] Ce livre est la première grande enquête  sur l’un des thèmes les plus importants et intrigants de l’art d’aujourd’hui : la relation souvent obsessionnelle entre l’artiste et le musée. C’est une relation avec une longue histoire, dont la signification tout entière peut être repérée dans les productions des artistes au cours des dernières décennies. Des premiers cas d’un désir puissant de rassembler des objets exotiques, « le cabinet de curiosités, » à l’assemblages d’objets trouvés et aux imitations d’expositions de musée, les artistes ont souvent tourné leur attention vers les idées et les modalités traditionnellement incarnées dans la muséographie, l’archivage, la classification, le stockage, la « curation » qu’ ils ont alors adoptés, imités et interprétés à leurs propres manières. En citant une  gamme élargie d’exemples, « du Musée Portable de Marcel Duchamp » à l’utilisation distincte de vitrines par Damien Hirst, James Putnam examine les thèmes par lesquels l’artiste et sa relation au musée sont définis et redéfins. Il montre non seulement les solutions qui ont influencé les artistes  à partir de systèmes muséaux,  et qui leur ont permis de réaliser leurs œuvres dans une simulation du musée, mais aussi comment ils ont interrogé la fonction des musées, observé leurs pratiques, comment ils y sont intervenus et ont contribué à les redéfinir. Ce sujet  est celui  autour duquel gravite directement et indirectement le dialogue de l’art contemporain. Sans rival, cet ouvrage est un de ces livres rares qui deviendront la lecture essentielle pour tous ceux qui s’intéressent au développement de l’art et de sa présentation au public dans les expositions permanentes et ponctuelles.

Le livre s’achève avec une exploration de que l’avenir réserve au musée et comment l’art contemporain contribue à déterminer son incarnation future. Les images d’installations, la majorité en couleur, illustrent presque chaque page et sont accompagnées par d’importantes légendes expliquant la signification des œuvres et comment chacune concerne le thème qu’elle illustre.

______________________________________________________________________

A profusely illustrated survey of the role of contemporary artists and their work in museum presentation and display. « Artists today treat museums as filled not with dead art, but with living artistic options. » Arthur Danto, « After the End of Art » Here is the first extensive survey of one of the most importantand intriguing themes in art today: the often obsessive relationship between the artist and the museum. This is a relationship with a long history, whose full significance has been realized in the activities of artists in recent decades. From early instances of the urge to collect exotic objects, the « cabinet of curiosities, » to assemblages of found objects and imitations of museum displays, artists have often turned their attention to the ideas and systems traditionally embodied in the museumdisplay, archiving, classification, storage, curatorshipwhich they have then appropriated, mimicked, and interpreted in their own ways. Citing a wide range of examples, from Marcel Duchamp’s « Portable Museum » to Damien Hirst’s distinctive use of vitrines, James Putnam examines the themes by which the artist/museum relationship is defined and redefined. He shows not only the ways in which artists have been influenced by museum systems and made their works into simulations of the museum, but also how they have questioned the role of museums, observed their practices, intervened in them, and helped to redefine them. This is a subject around whichdirectly and indirectlycontemporary art dialogue revolves. Without rival, this is one of those rare books that will become essential reading for everyone interested in the development of art and its presentation to the public in museum displays and installations. 280 illustrations, 227 in color.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un survol général avec profusion d’illustrations, du rôle des artistes contemporains et de leur travail dans la muséographie et l’exposition. « Les artistes considèrent aujourd’hui les musée comme remplis d’art non pas mort, mais pleins de la vie des courants artistiques. » Arthur Danto, Après la fin de l’e livre Art. Ce livre est la première grande enquête  sur l’un des thèmes les plus importants et intrigants dans l’art aujourd’hui : la relation souvent obsessionnelle entre l’artiste et le musée. C’est une relation avec une longue histoire, dont la signification tout entière a été réalisée dans les productions des artistes au cours des dernières décennies. Des premiers cas d’un désir puissant de rassembler des objets exotiques, « le cabinet de curiosités, » à l’assemblages d’objets trouvés et des imitations d’affichages de musée, les artistes ont souvent tourné leur attention vers les idées et les systèmes traditionnellement incarnés dans la muséographie, l’archivage, la classification, le stockage, la « curation » qu’ ils se sont alors appropriés, qu’ils ont imités et ont interprétés à leurs propres façons. En citant une  gamme élargie d’exemples, « du Musée Portable de Marcel Duchamp » à l’utilisation distinctive de vitrines de Damien Hirst, James Putnam examine les thèmes par lesquels l’artiste/la relation de musée est définie et redéfinie. Il montre non seulement les solutions qui ont influencé les artistes  à partir de systèmes  de musées-  et qui leur ont permis de réaliser leurs œuvres dans une simulation du musée, mais aussi comment ils ont interroge la fonction des musées, comment ils ont observé leurs pratiques, comment ils y sont intervenus et ont contribuer à les redéfinir. Ce sujet  est celui  autour duquel gravite directement et indirectement le dialogue sur l’art contemporain. Sans rival, cet ouvrage est un de ces livres rares qui deviendront la lecture essentielle pour tous ceux qui s’intéressent au développement de l’art et de sa présentation au public dans les expositions permanentes et ponctuelles.

280 illustrations, 227 en couleurs.

A profusely illustrated survey of the role of contemporary artists and their work in museum presentation and display. « Artists today treat museums as filled not with dead art, but with living artistic options. » Arthur Danto, « After the End of Art » Here is the first extensive survey of one of the most importantand intriguing themes in art today: the often obsessive relationship between the artist and the museum. This is a relationship with a long history, whose full significance has been realized in the activities of artists in recent decades. From early instances of the urge to collect exotic objects, the « cabinet of curiosities, » to assemblages of found objects and imitations of museum displays, artists have often turned their attention to the ideas and systems traditionally embodied in the museumdisplay, archiving, classification, storage, curatorshipwhich they have then appropriated, mimicked, and interpreted in their own ways. Citing a wide range of examples, from Marcel Duchamp’s « Portable Museum » to Damien Hirst’s distinctive use of vitrines, James Putnam examines the themes by which the artist/museum relationship is defined and redefined. He shows not only the ways in which artists have been influenced by museum systems and made their works into simulations of the museum, but also how they have questioned the role of museums, observed their practices, intervened in them, and helped to redefine them. This is a subject around whichdirectly and indirectlycontemporary art dialogue revolves. Without rival, this is one of those rare books that will become essential reading for everyone interested in the development of art and its presentation to the public in museum displays and installations. 280 illustrations, 227 in color.

Gestion des collections de costumes

Louise COFFEY-WEBB, Managing Costume Collections: An Essential Primer, Texas Tech University Press, Lubbock, Costume Society of America, 192 pp. with 56 ills., 84 pages., February 2016.

Une approche large et systématique de l’organisation et de la gestion des collections de costumes, destinée  à un spectre  de divers publics: depuis l’amateur privé,  jusqu’aux collectionneurs de musées, de sociétés historiques, de théâtres, et de collections d’études,  en respect des besoins fixés par la Société Américaine des Costumes.

 

 

Le premier livre de Gaspard Salatko.

Le dieu situé.
Une enquête sur la fabrique de l’art sacré.
dans le catholicisme contemporain
Gaspard Salatko
ANTHROPOLOGIE DU MONDE OCCIDENTAL
ISBN : 978-2-343-10064-7
21,50 € • 208 pages

En recommandant le commun engagement des fidèles dans les procès publics d’oraison, le concile Vatican II a introduit une réorganisation majeure des lieux du culte catholique. Ce livre entend rendre compte des implications esthétiques de ce programme de restauration du Rituel romain. Par l’adoption d’une démarche d’enquête d’orientation pragmatique portant sur le fonctionnement des laboratoires de liturgie, Gaspard Salatko analyse la façon dont les praticiens et les théoriciens du catholicisme organisent leurs églises étant donné les spécificités du régime français de laïcité. Sous ce rapport, l’observation de la façon dont sont réalisés les lieux conçus pour l’exercice public du culte permet de mettre au jour les modalités situées d’actualisation du dieu chrétien.
L’AUTEUR
Anthropologue, Gaspard SALATKO est chercheur associé au Centre Norbert Elias (CNRS/EHESS-Marseille). Il enseigne l’anthropologie de l’art et du patrimoine à l’École Supérieure d’Art d’Avignon.

TABLE DES MATIÈRES
ESTHÉTIQUE ET CONNAISSANCE DU CULTE CATHOLIQUE CONTEMPORAIN
LES ACTUALISATIONS SITUÉES DU DIVIN
Conditions de possibilité d’une anthropologie du christianisme
Faire du dieu chrétien un objet d’anthropologie
Une théologie de l’image
Se déprendre du paradigme de l’image chrétienne
LE RITUEL AU REGARD DE L’ART SACRÉ
Descriptibilité du Rituel
Décrire le sanctuaire
La question anthropologique du contact
Architecture cultuelle
L’engagement postural des orants
Pour une saisie esthétique du Rituel
Le dieu situé
HÉTÉROTOPIE DU RITUEL
D’une catégorie indistincte
Un laboratoire de liturgie
D’une conception homotopique initiale…
… à la requalification hétérotopique du sanctuaire
La question de l’aménagement des églises durant la période postconciliaire
La forme « art sacré » en question
CONSERVER LES CHOSES DU CULTE ET RESTAURER LE RITUEL
Une gestion plurielle de l’appareil commémoratif chrétien
Les commissions préconciliaires d’art sacré
L’engagement patrimonial des Cdas préconciliaires
Émergence d’un programme de restauration liturgique
L’engagement cultuel des Cdas postconciliaires
Le congrès de l’Arbresle (1966)
L’organisation du congrès d’Avignon (1978)
La séance plénière de Lourdes (1981)
Les implications esthétiques d’une restauration liturgique
La minoration de la place accordée aux images
Restauration liturgique et conservation du patrimoine
Des modes distincts de référence au passé
INSTANCIATIONS MÉMORIELLES DU DIVIN
Des architectures mémorielles hybrides
La mémoire comme contrainte
Une théologie de la mémoire ?
Composer un appareil commémoratif
POTENTIALITÉS D’AFFORDANCE DU CULTE
L’esthétisation des espaces cultuels
D’un traitement dimensionnel de l’espace
Réglages proxémiques du sanctuaire
La perception comme contrainte
LA PLACE DES AUTRES
Site d’implémentation cultuelle
Le dieu absent
L’orant
Le tiers observateur
BIBLIOGRAPHIE
LEXIQUE
Acronymes
Notions étiques
Notions émiques
TABLE DES ILLUSTRATIONS
TABLE DES MATIÈRES

Le séminaire « art et artefactualité »

Le séminaire « art et artefactualité » de la mention CR

Ce séminaire initié par Jean-Pierre Cometi, est organisé à l’ESAA, dans la continuité d’une pratique initiée et affinée depuis plus de dix ans, pour ancrer la dimension de la recherche en II° cycle dans la formation en conservation-restauration. Il s’attache à poursuivre, élargir et approfondir des réflexions qui concernent plus particulièrement les problèmes posés par son application aux productions de l’art contemporain et aux artefacts ethnographiques.

Le séminaire constitue le choeur à la fois théorique, méthodologique, et pratique du programme d’enseignement, et se déploie sur neuf sessions mensuelles, d’Octobre à Juin inclus. Il vise à interroger le champ d’intervention de la conservation-restauration  au carrefour de la philosophie de l’art , de l’esthétique, de l’histoire de l’art, des sciences humaines et sociales, en fonction du statut, de l’ontologie et du régime des objets que cette activité patrimoniale est appelée à prendre en charge.

Le séminaire art et artefactualité ambitionne précisément de fournir un cadre théorique et méthodologique permettant l’étude d’un objet dans sa variabilité relationnelle, diachronique et synchronique. Ce cadre est établi à partir d’une approche technologique doublée d’une caractérisation fonctionnelle et sociologique qui résultent d’une véritable enquête anthropologique des objets, à la fois culturelle, historique  et sociologique.

Par un travail de définition et de clarification, le séminaire veut assortir un outillage conceptuel au service de l’exigence d’une approche critique, tant des objets pris en charge que de la conservation-restauration elle-même. Celui-ci nourrit l’argumentaire de cette démarche propre au conservateur-restaurateur. Les outils ne peuvent être déterminés qu’en relation avec les questions abordées autour de la problématique et de l’ontologie d’un objet concerné. C’est pourquoi, la réflexion est menée par référence à des objets ou à des oeuvres, tenus pour significatifs des questions et problèmes examinés, donc spécifiquement choisis lors de chaque séance.

Son cycle animé par une équipe constituante, l’Unité de Recherche Interdisciplinaire en conservation-restauration [URI-cr] s’adresse non seulement aux étudiants de M1 et M2 CR, mais ouvre ses portes aussi à tous les autres « chercheurs ». Dans ce cadre, sont organisées aussi des interventions thématiques suivies de discussions, avec des chercheurs invités en fonction des thèmes choisis et d’opportunités.

 

A la découverte des dessous de la peinture impressionniste

Peindre au temps des impressionnistesLes récents travaux menés à l’occasion de campagnes de restauration sur l’histoire matérielle et les techniques de la peinture du dernier quart du XIXe siècle, ont contribué de façon déterminante à un renouveau des études sur les œuvres et la vie artistique de cette période. Le présent volume, qui réunit des contributions de restaurateurs travaillant en Europe ou aux États-Unis, porte une attention particulière aux supports toile et aux préparations, éléments peu visibles des œuvres, qui ont pourtant une incidence directe sur la couche colorée. L’étude des châssis, de la toile à nu, des étiquettes, des tampons, des marques et des différentes couches de préparation donne à voir de nouvelles manières de peindre et met l’accent sur l’attention que portaient des artistes comme Claude Monet, Vincent van Gogh, Émile Bernard, Auguste Renoir, Paul Cézanne ou Paul Gauguin à la technique picturale. En regardant le dessous des peintures de ces artistes nous entrons en quelque sorte dans la fabrique de leurs œuvres.

Sommaire

Bénédicte Trémolières – Introduction ;

  • Ann Hoenigswald – Une question de fond : observations sur les couches de préparation de tableaux du XIXe siècle ;
  • Devi Ormond – Analyse du tableau Le Pardon de Pont-Aven d’Émile Bernard ;
  • Ella Hendriks – Les toiles recyclées de Van Gogh : l’art de l’économie ;
  • Kimberley Muir, Inge Fiedler, Don H. Johnson, Robert G. Erdmann – Étude systématique des toiles utilisées par Claude Monet ;
  • Pascal Labreuche – Marques, étiquettes, inscriptions au revers du tableau : un passeport fiable ? Questions de méthodologie ;
  • Bénédicte Trémolières – Les formats des peintures dans la série des Cathédrales de Claude Monet ;
  • Jean-Pascal Viala – Étude des agrandissements de deux Cathédrales de Claude Monet.

Table des figures

Titre : Peindre au temps des impressionnistes
Sous-titre: L'apport de l'étude matérielle des toiles
Édition   Première édition 
Coordination éditoriale de  Bénédicte Trémolières
Éditeur  Presses universitaires de Rouen et du Havre
Support  Livre broché
 ISBN-13  9791024006710
 Référence  120436-27
 Date de publication  27 septembre 2016
 Nombre de pages: 144
 Format  15,5 x 22 x 0,8 cm
 Poids  300 gr
 Prix   15,00 € 

Projet pédagogique de l’Ecole Supérieure d’Art d’Avignon (ESAA): premier & second cycle

Avertissement. Le contenu de ce billet n'a  pas de  caractère  officiel ni contractuel. C'est  un  texte  qui  trouve sa place ici parce qu'il est l'objet d'une réflexion  et de discussions en cours. Il est  aujourd'hui mis au ban d'essai et  amené  à  évoluer  en  fonction des critiques  et propositions d'étudiant-e-s ainsi que d'autres enseignant-e-s concernés.   

 Une identité duale unique !

          Aujourd’hui, il est partout ! Grâce à la profusion de ses lieux d’exposition et des media de masse, l’art sous toutes ses formes a pris une place plus importante que jamais dans notre société en l’irriguant de toutes parts. La multiplication des biennales, des musées et des centres d’art, la médiatisation ostentatoire des capitaines d’industrie collectionneurs et des sommes astronomiques de ventes aux enchères, contribuent à son amplification. Les œuvres de l’art contemporain jouissent ainsi d’une « aura » toujours plus attractive malgré la persistance du mystère de leur accessibilité.

L’art change le monde

C’est que l’on reconnaît aux représentations la capacité de rendre compte à leur manière du monde tel qu’il est, bien plus qu’aux productions contemporaines celle de produire simultanément ce monde même. Pourtant, tel qu’il est aujourd’hui globalisé  avec un déplacement de son centre de gravité, l’imagination artistique est en mesure de fournir des ressources insoupçonnées à une pensée critique à bout de souffle. Certains artistes prônent l’autonomie d’un art exclusivement centré sur lui-même quand d’autres estiment que la création artistique doit être en prise sur le réel. Mais dans tous les cas, ils ambitionnent d‘aiguillonner la perception de ce monde et d’en infléchir la marche.

Deux parcours corollaires

En réunissant deux démarches distinctes, l’ESAA a fait le pari osé d’une identité duale unique en France, en parfaite synergie avec celle d’Avignon, qui allie patrimoine et culture artistique contemporaine. Son particularisme se fonde sur la combinaison de deux activités aux enjeux, objectifs, et moyens différents, mais qui recèlent une interaction, voire une réciprocité entre elles : la création-instauration d’oeuvres d’arts visuels et la conservation-restauration de biens culturels. Depuis les Avant-garde, la création-instauration franchit toujours plus loin les limites des genres traditionnels pour produire aujourd’hui de plus en plus d’oeuvres protéiformes et intermédiales susceptibles même de requérir tous les sens de la perception. A l’ESAA, les arts plastiques (objets et dispositifs) les arts performatifs et les pratiques scéniques, ainsi que les arts médiatiques composent les domaines privilégiés par la mention « création-instauration », tandis que les œuvres de l’art contemporain1 et les artefacts « ethnographiques »2 conservés dans les institutions publiques, constituent le champ d’exploration et d’application de la mention « conservation-restauration ». De par ses enjeux, cette discipline manifeste particulièrement un intérêt anthropologique dévolu à l’Autre, autre-part, tous deux distants de nous par le lointain temporel et géographique ou par le cloisonnement social. Elle nécessite l’utilisation du comparatisme sous réserve d’une mise à distance de son propre univers et de ses codes perceptifs, toutes deux développant l’attention à la différence et à la diversité culturelles. Du reste, l’ESAA demeure la seule formation française à délivrer un enseignement dédié à la conservation-restauration des objets ethnographiques, après l’arrêt de celui du Master Conservation-Restauration des Biens Culturels à l’Université Paris I – Sorbonne.

Un enseignement supérieur

Depuis la réforme issue des accords de Bologne, les cursus de création-instauration et de conservation-restauration de l’École Supérieure d’Art  d’Avignon ont été reconfigurés selon la progression de niveaux L/M/D. A partir du second cycle M, la dimension de la recherche  a été intégrée dans le parcours des étudiants. A des  enseignements  propres à la discipline, l’Unité de recherche interdisciplinaire en conservation-restauration de l’ESAA [URI-cr] adosse un programme de recherche « art et artefactualité », appliquée à son domaine. Depuis plus de dix ans, la formation de l’ESAA est la seule en France à s’être départie de spécialisation par médium, matériau, et/ou genre artistique, pour privilégier des enseignements qui visent davantage la compétence d’une ingénierie. Celle-ci désigne des fonctions qui conduisent de l’étude, du diagnostic d’un bien culturel en dérangement et de la conception de traitements, à leur mise en oeuvre et leur contrôle de résultat.

Fidèle à la spécificité des écoles supérieures d’art, la maïeutique s’appuie particulièrement sur la pratique et l’expérimentation, auxquelles s’ajoutent des enseignements théoriques fondamentaux mutualisés. Ceux-ci et les cours spécifiques à la formation en conservation-restauration, prévoient davantage une progressivité de l’enseignement et des acquis. Inversement, la formation à la création artistique laisse plus libre cours à une évolution jalonnée d’essais et de ratés, de périodes d’essor et de stagnation, d’aller et retour, d’euphorie et d’abattement. Un processus que d’aucuns assimilent, dans le sillage de l’initiateur de ce concept, Paul Valéry, à une poïétique . Aussi différentes soient-elles, ces dynamiques s’avèrent utiles voire nécessaires pour finalement viser la maturation des individus et de leurs travaux. Outre l’apprentissage de moyens d’ expression, l’ESAA a pour vocation de mettre au jour les intentionnalités et les enjeux de l’art, à la fois de façon générale et dans le contexte socio-culturel qui est le sien.

Un lieu de recherche

Pour d’aucuns, l’Art se conçoit comme un savoir extatique, révélateur de vérités transcendantes et inaccessibles aux activités intellectuelles profanes. En lui accordant de la sorte la place qui incombait autrefois à la religion, l’Art est sacralisé et se distingue donc de toutes les autres activités humaines. Seule une certaine philosophie échapperait à cette distinction, si elle se donne pour tâche de dévoiler ce qu’est la nature ultime de l’Art :  une théorie de l’Être. Une certaine esthétique, elle, s’attachant à convaincre chacun qu’il existe une réalité suprasensible singulière qui ne se révèle que par le truchement de la spéculation métaphysique.

Pour d’autres, dès lors que l’on a renoncé à une conformité académique des oeuvres au seul dessein du Beau, il n’y a plus d’Art mais une diversité d’arts multiformes. Et s’il existe encore de l’art, il ne se définit plus selon des propriétés essentielles, mais par la réponse à la question « Quand y-a-t-il art ? ». Celui-ci étant capable d’opérer une transfiguration du banal, il s’agit de savoir quels sont ses facteurs ou ses conditions d’efficience. 

Des objectifs professionnels

Les différents secteurs de l’art alimentent une économie à la fois mondialisée et territorialisée, toujours plus pourvoyeuse d’emplois directs comme indirects. Forte de son histoire, de son évolution et de sa longévité  au plus près de l’identité de la ville qui l’héberge, l’ESAA veut relever le défi de l’insertion professionnelle de ses diplômé-e-s, notamment par son adéquation à un monde secoué par de fortes turbulences et en perpétuelle mutation. Dans une situation de crise économique, persister à promouvoir l’apprentissage de l’art au niveau de l’enseignement supérieur, c’est faire le pari de son avenir et de ses débouchés. Or l’accomplissement d’un cheminement singulier mu par une conscience critique mobilisée dans le champ de l’art, stimule la vocation  entrepreneuriale et développe les capacités de flexibilité, de polyvalence et d’adaptation. 

Des enjeux actuels

Nous sommes entrés dans une ère de l’image et sommes enclins à comprendre le monde en images. La vocation de l’ école supérieure d’un art principalement visuel est d’explorer tous les arcanes de la perception, mais aussi de la production d’images comme pratiques gravées  dans l’identité humaine. Aussi, l’image ne saurait être autre chose qu’une notion anthropologique et c’est en tant que telle qu’elle est également entrevue à l’ESAA en comparaison des concepts de nature esthétique ou technique. Toute image résulte d’une opération culturellement déterminée, transformant des stimulis physiques en une représentation douée de signification(s). Sa production s’inscrit dans un contexte social, ou l’histoire, la mémoire et les systèmes symboliques lui confèrent un sens tel que sa maîtrise échappe à son auteur. Celui-ci n’ est que le « lieu » où des images naissent selon un processus qui non seulement rend cette production possible, mais lui donne aussi un sens,  pour celui qui fait comme pour celui qui reçoit. 

Pour atteindre ces objectifs dans le champ de l’art, c’est être capable de tirer parti d’un rapport dialogique et dialectique de sa tradition avec sa modernité, de son pouvoir subversif avec son héritage, de la méthodologie avec l’indiscipline,  du matériel avec l’immatériel comme du pérenne avec l’éphémère, du beau avec le trivial,  … C’est aussi revendiquer la rareté d’un lieu qui accorde toute sa place tant à l’intelligence de l’analyse qu’à celle du geste et à sa maestria, qu’elles soient celles du créateur ou du conservateur-restaurateur. C’est enfin envisager l’engagement de chaque étudiant  dans un parcours et un temps qui excèdent ceux accomplis à l’école en incluant les expériences du vécu.

Résolue à ce dessein multiple, l’Ecole Supérieure d’Art d’Avignon ambitionne de former des pourvoyeurs d’imaginaire capables d’alimenter la curiosité et l’innovation, que celui-ci puise dans le passé et l’ailleurs ou qu’il invente le contemporain.

En 2012, le premier rapport d’évaluation du premier projet d’établissement soumis à l’AERES (ancêtre de l’HCERES = Haut Conseil d’Evaluation de la Recherche et de l’Enseignement supérieur) révélait concernant particulièrement la mention « conservation-restauration », dans l’ordre, en points forts, 

  • une formation de très haut niveau scientifique,

  • une excellente intégration dans le monde professionnel,

  • le mémoire, en place depuis la création de la formation, d’un très haut niveau d’exigence,

  • un adossement à la recherche effectif,

  • une vraie capacité de dialogue avec l’option « Art » intitulée mention « Création-Instauration ». (NB: en écrivant cela, l’instance d’évaluation perçoit la mention CR comme une option à part entière, alors que, en pendant de la mention CI, elle est incluse dans l’option « Art »)

et en point faible,

  • Des coopérations internationales à renforcer avec des partenaires du domaine.

L’agence d’évaluation recommandait « de renforcer les coopérations internationales, en particulier européennes et par la mise en place de liens institutionnels conventionnés favorisant des co-diplômations et/ou des doubles diplômations. »

Des partenariats étrangers déjà existants sont donc à re-dynamiser, et potentiels, à finaliser, tant en France qu’à l’échelle européenne et internationale. En plus des nombreuses institutions publiques dépositaires de biens culturels à l’ESAA, l'[URI-cr] a noué et entretient plusieurs partenariats locaux, régionaux, nationaux et internationaux, dans le cadre de différents projets de recherche et de développement.

avignonnnais : Collection Lambert, ISTS, Campus technologique Philippe de Girard, Maison Jean Vilar, Musée Angladon, Musée Calvet, Musée lapidaire, Musée du Mont de Piété, Musée du Petit Palais, Musée Requien, Palais du Roure, UAPV : Laboratoire culture et communication, Laboratoire d’histoire: Master patrimoines et archives historique, IMBE, Chimie des matériaux des objets d’art et d’archéologie, IMBE, restauration écologique,CERI centre d’enseignement et  de recherche en informatique.

régionaux : CCR, Perpignan, CICRP,  Marseille, C2RMF, Paris , Musée Africain, Lyon, EHESS, Centre Norbert Elias, Marseille, FRAC-LR, Montpellier, FRAC-PACA, Marseille, Museon Arlatten, Arles, MAC Marseille, MAMAC Nice, Carré d’art, Nîmes Musée d’art sacré, Pont-Saint-Esprit, MAAOA La vieille Charité, Marseille,

nationaux : Musée africain, Lyon, MUCEM, Marseille, Musée Jacques Chirac (Quai Branly), Paris, Musée des Confluences, Lyon, Musée des tissus, Lyon, Université Paris I, Master de conservation-restauration des biens culturels,

internationaux : ABA de Guangzhou (Chine), ABA de Sarajevo (Bosnie-Herzégovine), ABK de Stuttgart (Allemagne), CCQ (Québec/Canada), ENSAV de Bruxelles et Musée d’ethnographie de Mariemont (Belgique), EPA de Porto Novo (Benin), HE ARC et Musée d’ethnographie de Neuchâtel (Suisse), ICCROM de Rome (Italie), Université de Evora (Portugal).

Dans le sens des préconisations de l’AERES, la formation à la conservation-restauration de l’ESAA a noué un lien très étroit avec des responsables de la filière « conservation-restauration des biens culturels » (Master CRBC) de l’Université Paris I – Sorbonne, en vue d’une mutualisation de moyens pour aboutir à la mise en place du premier laboratoire de troisième cycle français dédié à la discipline de la consevation-restauration à Avignon. A l’usage, cette expérience en vigueur aujourd’hui, veut mener une réflexion en vue d’une co-diplômation en fin de troisième cycle.

____Notes __________________________

1« Une œuvre d’art au sens classificatoire est  un artefact  tel qu’un ensemble de ses aspects fait que le statut de candidat à l’appréciation lui a été conféré par une personne ou un ensemble de personnes agissant au nom d’une certaine institution sociale (le monde de l’art) » in Georges Dickie, Art and the Aesthetic. An Institutional Analysis, Cornell University Press, 1974, p. 34. En plus des genres hérités de la tradition académique, l’art contemporain comprend notamment la catégorie générique des  « arts médiatiques  » qui  réfèrent à toute œuvre d’art dont le fonctionnement recquiert une composante technologique. Cette catégorie recense aujourd’hui l’art biotechnologique, l’art cinétique, le cyberart, l’art électronique, l’art informatique, l’art interactif, l’art multimédia, l’art numérique, l’art photographique, l’art du réseau (ou net art), l’art robotique, l’art sonore, l’art spatial, l’art technologique, l’art vidéo,  … On s’accorde généralement à considérer que ses débuts remondent à la fin de la deuxième guerre mondiale ou aux début des années soixante.

2.  Ces objets ne réfèrent plus seulement aux cultures dites « primitives  » par le passé. Ils comprennent aussi les objets « scientifiques  » et « techniques » qui relèvent d’une ethnographie des sociétés modernes, initiée au début du XXè siècle par les sociologues de l’Université de Chicago. L’ ethnographie sociologique  de Chicago s’est développée tout au long du XXè siècle en privilégiant à la fois un fieldwork  anthropologique et un travail sociologique au moyen des techniques du journalisme d’enquête. 

PREMIER CYCLE

         L’enjeu est ici celui d’une présentation générale et synthétique des divers aspects et dimensions pédagogiqueses du programme d’enseignement de la L2 et de la L3 pour la mention CR. Celle-ci  s’installe véritablement dans le cursus de l’ESAA — tout comme la mention création-instauration — à partir de l’année L2, l’année L1 contenant un programme d’enseignements essentiellement fondamentaux et communs à tous les étudiant-e-s.

L2 mention CR

2.0. Organisation autonome

L’année L2 CR succède à la période de découverte et d’initiation en année L1 qui est aussi une année de transition durant laquelle les étudiants ont pris conscience que les temps de la création et de la réception artistiques excèdent celui de l’école et entrent immanquablement en résonance avec le parcours de vie. De sorte qu’il ne peut pas s’envisager de cloisonnement étanche entre vie personnelle, scolarité et vie active. L’enseignement en école supérieure d’art, à la fois de la création artistique et des autres activités qu’elle génère en regard de ses productions, — l’exposition, l’interprétation, la transmission et la conservation – appelle un engagement très important de la part de chaque étudiant-e. La L2 CR est donc cruciale pour tout-e étudiant-e mis-e à l’épreuve de cette double imbrication qui peut constituer une véritable révélation comme une déconvenue.

En outre, de plus en plus d’étudiant-e-s ne peuvent se passer d’une activité alimentaire qu’ils doivent conjuguer avec leurs études. Il s’agit donc d’adopter un rythme et une bonne organisation du travail, d’acquérir une régularité de production non sans la capacité d’assumer plusieurs travaux de commande avec ses propres contraintes dans la même période.

L’implication dans tous les types de connaissances que l’exercice professionnel de la conservation-restauration requiert, nécessite donc tout à la fois un rapport particulier au temps de travail qui dépassera souvent les horaires les plus communs, et sa gestion rigoureuse.

2.1. Individuel et collectif

Dès l’entrée en L2 CR, le programme d’enseignement favorise la pratique tant individuelle que collective de la conservation-restauration, en veillant par exemple, dans les enseignements prodigués à des conservateurs-restaurateurs potentiels, au travail en équipe à l’intérieur de structures d’atelier sous formes de groupes pédagogiques. L’atelier dédié à une pratique spéciale, constitue en effet un lieu très particulier dont on peut toujours mesurer à quel point il constitue une ressource pédagogique irremplaçable. C’est notamment un véritable espace critique à plusieurs titres. Il est composé, agencé et mis en partage selon une pensée empirique et pragmatique toute entière dédiée à un objectif et une production déterminés. Il possède notamment la vertu d’agréger une communauté de langage, une complicité d’enjeu et d’actes, un partage de contraintes et de résultats, une solidarité précieuse entre les usagers de cet îlot social singulier, et même un avenir commun à certains d’entre eux.

2.2.Théorie et pratique

L’articulation entre enseignement théorique et pratique a immédiatement constitué un enjeu crucial des écoles dès lors qu’elles eurent vocation à s’occuper de la formation aux beaux-arts, et non plus seulement aux arts appliqués. Cette mutation s’est opérée progressivement pour favoriser l’émergence de pratiques artistiques déprises des contraintes académiques de l’usage des médiums traditionnels. Aujourd’hui à l’ESAA, il s’agit aussi de développer des formes alternatives à la fois d’apprentissage et d’intelligence critique de la conservation-restauration, où théorie et expérience pratique se nourrissent mutuellement par des allers-retours permanents.

Même si tout formateur est à même de dispenser de la théorie et de conduire de la pratique quelque soit sa spécialité ou sa compétence professionnelle, on distingue parmi les enseignants réguliers de l’ESAA des artistes, des conservateurs-restaurateurs, des scientifiques et des théoriciens.

2.3. Technique

Les étudiant-e-s en conservation-restauration expérimentent les pratiques  des artistes pour connaître leurs manières de travailler et le fonctionnement de leurs ateliers; réciproquement, les apprentis créateurs sont en mesure de puiser des  idées dans l’approche des conservateurs-restaurateurs dédiée aux objets qu’ils prennent  en charge. En confrontant les démarches  des uns  à celles des autres, chacun est à même d’examiner des convergences et divergences en se focalisant plus particulièrement sur la question de la technique. En école supérieure d’art,  celle-ci peut être soit un argument de singularité, soit  décriée comme un relent d’académisme.   Quoiqu’il en soit, d’un bricolage aux nouvelles technologies, de la gouge à l’imprimante 3D en passant par les logiciels graphiques, les artistes utilisent les techniques de façons plus ou moins orthodoxes. Une des particularités de la formation en conservation-restauration, réside dans l’exigence d’équipement et de qualité de ses ateliers dédiés. Les enseignants spécialisés sont en effet particulièrement engagés dans la transmission de savoirs et savoir faire techniques, tant anciens qu’actuels. Les ateliers sont le lieu de cours d’initiation comme de perfectionnement à des techniques traditionnelles et à celles appropriées à la conservation-restauration. L’articulation entre dessein ou conception et réalisation, doit pouvoir se réaliser au sein des ateliers techniques dédiés, en passant par l’expérimentation, sans qu’ils ne soient hermétiques au passage de tout visiteur de l’école et à l’échange avec lui, qu’il soit enseignant ou étudiant.

2.4. Recherche

La sensibilisation à la recherche durant le parcours du premier cycle de la conduisant au DNA / mention conservation-restauration, est déjà une composante du niveau licence. Les enseignements théoriques, méthodologiques et techniques lui confèrent une dimension particulière de par la place prépondérante accordée à la pratique et à l’expérience au contact d’artefacts culturels dès la L2. L’organisation de semaines consacrées à des projets ouverts sur des rencontres avec des partenaires professionnels extérieurs, ainsi qu’au moins un stage obligatoire à partir de la L2, y contribuent de manière déterminante.

2.5. Professionnalisation

Le programme prévoit des exercices à celui de la conservation-restauration, dès la L2 CR. D’abord à l’école, en atelier dédié, au contact de biens culturels, avec des tâches pilotées par au moins un enseignant-conservateur-restaurateur (tous ceux qui interviennent à l’école, sont habilités en regard du droit du patrimoine). Très vite ensuite, en « chantier-école permanent », au sein des institutions publiques muséales à grande proximité avec qui des conventions de partenariat ont été contractées. C’est aussi lors d’un stage obligatoire d’au moins deux semaines pleines à réaliser en entreprise ou institution, durant l’année de L2 ou avant la fin du semestre 5 de l’année  L3. Les étudiant-e-s sont ainsi amené-e-s à être très vite immergé-e-s dans des environnements professionnels qui leur donnent accès à tous les maillons de la chaîne patrimoniale, que constituent toutes les missions qui contribuent à la transmission des biens culturels au public.

2.6. Artistique

L’un des particularismes du cursus de formation d’étudiant-e-s à la conservation-restauration de l’ESAA unique en France, réside dans leur engagement à une pratique au contact d’enseignants-artistes et d’étudiants de la mention instauration-création. Il leur est ainsi proposé de partager les préoccupations, les questionnements, les incertitudes, les processus , les rythmes, les processus poïétiques de la création en train de se faire. Tous les étudiants bénéficient aussi de la venue d’artistes reconnus, invités à transmettre des savoirs et expériences dans une temporalité et selon un mode différents.

2.7. Extérieur

L’année scolaire est rythmée par des conférences, des rencontres avec des intervenants extérieurs divers, artistes, théoriciens, professionnels, lors de rendez-vous qui ouvrent sur des complémentarités venant alimenter le parcours de l’étudiant. Ces temps particuliers sont aussi l’opportunité de nouer des liens privilégiés pour de futures collaborations.

L3 mention CR

3.0. Diplôme au grade de licence

La troisième et dernière année du premier cycle se conclut par un grand oral devant un jury à même d’apprécier le parcours d’un-e  candidat-e  et sa projection dans le futur. Son enjeu est l’attribution du Diplôme National d’Arts (DNA) au grade de la licence.

Lors de cet oral, l’étudiant-e se présente à sa manière et  expose le travail effectué tout au long de l’année par une focalisation sur un bien culturel. Le jury est constitué par une personnalité du monde artistique, un représentant des métiers du patrimoine (conservateur ou conservateur-restaurateur) ainsi que par le coordinateur de la mention CR de l’année L3. Sa composition est  identique pour la mention ci, excepté le coordinateur d’année. Cette finalité correspond à un postulat : le DNA n’est pas à proprement parlé un diplôme de compétence professionnelle en conservation- restauration. S’il ne l’est pas, c’est tout d’abord pour éviter la confusion. Ce DNA acquis en fin de trois années de formation, ne peut valoir un diplôme en conservation-restauration obtenu au bout de cinq années d’études qui confère à son titulaire une compétence et une habilitation professionnelles selon le Code du patrimoine .  Il ne l’est pas non plus car nombre d’étudiants, après obtention de ce DNA, s’orientent vers d’autres métiers du patrimoine (régisseur, assistant de conservation, médiateur du patrimoine, ….), des métiers artistiques ou métiers d’art (assistant d’artiste, etc.) . Ce diplôme doit donc aussi permettre l’ouverture sur d’autres filières et la meilleure adaptation possible des étudiant-e-s à d’autres contextes.L’obtention du diplôme dépend donc de ce grand oral et aucun écrit n’est officiellement pris en compte par le jury. Que doit donc mettre en évidence un-e candidat-e lors de cet oral ?

3.2. Capacités acquises en fin de premier cycle

En bref, on mentionnera l’intelligence, l’éclectisme, la richesse et la sensibilité du regard sur un objet patrimonial, la qualité de l’ enquête et la rigueur de la démarche analytique, critique et synthétique. En fin ce compte, la pertinence du positionnement à son propos et celle de la proposition de traitement.

Afin de mettre en évidence ces qualités, chaque étudiant-e de L3-CR devra sélectionner un objet, l’étudier, et définir un objectif d’intervention en termes de conservation et/ou de restauration, de présentation, de conditionnement.

3.3. Choix déterminant d’un bien culturel

Le choix d’un bien culturel appartient aux étudiant-e-s et représente déjà un défi pour eux/elles. En effet, il est souvent motivé initialement par une affinité avec sa nature, son type, son contexte d’usage. Ce choix par un-e étudiant-e va bien souvent marquer assez fortement la suite de ses études et son parcours professionnel. Il est donc souvent conditionné par son identité personnelle et professionnelle. Les étudiant-e-s sont accompagné-e-s dans ce choix par un encadrement pédagogique susceptible d’indiquer des pistes mais aussi d’aider à la détermination de ses propres motivations. C’est un travail de maïeutique tout à fait essentiel à la maturation et à l’ épanouissement.

Le choix doit bien sûr correspondre au corpus de biens culturels sur lequel la mention CR de l’ESAA se positionne. Il s’agit essentiellement d’objets ayant un caractère ethnographique ou technique et d’œuvres d’art contemporain. L’intérêt étant pour chaque chaque promotion d’étudiant-e-s, de se voir confié une diversité d’objets de genres pouvant inclure des œuvres performatives ou conceptuelles, des dispositifs d’installation,  ainsi que des nouveaux médias qui génèrent des problématiques de conservation spécifiques. L’enrichissement de chacun-e des étudiant-e-s de dépend de ce panachage.

3.4. Interrogations et problèmes posés

Ces objets doivent poser, au mieux , des problèmes liés à leur nature matérielle composite. Les prêts par les institutions ou  les collectionneurs qui confient ces biens culturels à l’ESAA pour étude , sont souvent motivés par un état de conservation préoccupant ou des difficultés de  présentation (méconnaissance du protocole d’exposition, pertes d’informations, état esthétique, dysfonctionnement, œuvres dont la confection n’a  pas visé la pérennité, problématiques d’obsolescence programmée, …). Les dépositaires de ces biens acceptent les propositions d’études en échange d’un cahier des charges en vue de leur traitement, fourni en fin d’année par les étudiant-e-s et donnant lieu à l’attribution de crédits (ECTS).

3.5. Enquête critique, recherche

Une fois l’objet choisi, l’étudiant entame un travail d’enquête et d’analyse pluridisciplinaire. L’exploration de l’objet, sa re-connaissance, sa compréhension passe par tous les regards possibles pour en déterminer les propriétés, les usages, les fonctions, les valeurs, toutes les potentialités relationnelles en somme, en fonction de sa biographie et de ses caractères  physiques. Ces qualités doivent être  non seulement déterminées, mais surtout pondérées et justifiées en fonction de la situation de présentation de l’objet. 

L’étudiant-e s’attache donc à l’entreprise d’une analyse critique de l’objet sur  un plan technique, technologique, matériel, et scientifique (constat d’état, identification matérielle), sur un plan historique (genèse, origine, parcours, glissement de sens en fonction des contextes antérieurs), patrimonial, anthropologique, ethnographique, artistique, esthétique (etc). Il doit mettre en évidence toutes les analogies, et formelles, et sémantiques que l’objet peut générer tout en faisant valoir sa propre perception. Un travail créatif en résonance avec l’objet peut parfois même accompagner cette investigation. C’est elle qui va permettre de mesurer les potentialités d’un objet. Or cet objet issu d’une collection publique, la plupart du temps, s’inscrit donc dans un parti-pris de présentation globale en côtoyant  d’autres objets avec lesquels il peut « dialoguer ». C’est aussi cette compréhension qui va permettre à l’étudiant-e  de définir quels potentiels ou qualités de l’objet doivent être révélées, corrigées, mis en évidence, favorisés, en fonction de son usage prévu.

3.6. Proposition de traitement

Toute intervention, même mineure sur l’objet va générer une plus-value mais causer aussi des sacrifices matériels. Ce sont finalement eux qui doivent être envisagés et mesurés de manière très scrupuleuse, car même la poussière par exemple, peut être signifiante dans certains cas et un dépoussiérage ne peut pas se programmer a priori ,  sans conscience.

L’étudiant-e va ainsi dessiner, décrire le plus finement possible quels forme, état de l’objet sont les  plus adéquats en fonction des impératifs conservatoires et de ce qu’il doit exprimer. Cette méthodologie peut permette de justifier parfois une certaine radicalité. La conservation de l’objet n’est pas un impératif si sa « mort » est inéluctable, de même que la restauration peut passer, si elle est justifiée, par des formes nouvelles capables de témoigner de l’objet (traces, répliques, témoignages…).

3.7. Objets polysémiques, cas particuliers

La formation met donc l’accent avant tout sur les significations de l’objet, sur l’argumentaire du projet de conservation-restauration qui doit avant tout éviter le contresens. La conservation-restauration doit être définie par cette conception, et la mise en œuvre de l’intervention physique doit répondre à cet objectif de finalité formelle. Par ce travail critique, l’étudiant-e réalise qu’une intervention de conservation-restauration ne va jamais de soi, n’est pas innocente, transparente, mécanique et aussi objective que l’on pourrait ou voudrait le croire. Elle/il doit prendre conscience de la portée de son acte sur le discours patrimonial . Celui-ci est politique si l’on considère que le patrimoine définit une identité, une histoire commune et contribue souvent au lien social.

3.8. Cadre patrimonial et scolaire

C’est donc dans le cadre patrimonial que la complexité de l’analyse et la nécessité de compromis sont les plus cornéliens ; c’est dans ce cadre qu’un travail spécifique de conservation-restauration permet le mieux d’exprimer un savoir être, une pertinence, un positionnement et in fine, un savoir-faire. Il est vrai que ce dernier aspect, la mise en œuvre, n’est pas une priorité dans le cadre d’un DNA mais l’expérimentation, les propositions techniques sont cependant encouragées sans pour autant constituer un impératif. L’encadrement des étudiant-e-s est effectué d’abord par les enseignants permanents de l’école, mais aussi par des professionnels spécialistes réguliers ou ceux qui sont invités spécialement pour traiter un sujet. Le travail est coordonné par le coordinateur de l’année L3-CR qui siègera aussi au jury du DNA / mention CR.

        SECOND CYCLE   

Depuis la réforme issue des accords de Bologne et outre l’objectif de professionnalisation, le cursus de conservation-restauration de l’École Supérieure d’Art  d’Avignon a intégré la dimension de la recherche dans le parcours des étudiants à partir du second cycle. A des  enseignements conventionnels,  l’Unité de recherche interdisciplinaire en conservation-restauration de l’ESAA (URI-CR) adosse un programme de recherche – « art et artefactualité » – appliquée depuis un peu plus d’une quinzaine d’années, à la conservation -restauration des « oeuvres » de l’art contemporain¹, et des artefacts « ethnographiques »² conservés dans les institutions publiques. Concernant cette dernière catégorie, le cursus avignonnais est désormais le seul en France à lui dédier un enseignement spécial, après l’arrêt de celui du Master CRBC à l’Université Paris I – Sorbone.
Tout compte fait, le programme « art et artefactualité » propose l’exploration l’exploration des dimensions théoriques, méthodologiques et éthiques de la conservation-restauration de l’art contemporain et des objets ethnographiques en lien étroit avec sa pratique.
Les oeuvres contemporaines, qu’elles soient installées, performées ou interactives, ont pris une place grandissante dans les musées et dans d’autres collections publiques et privées. On a vu apparaître de plus en plus d’oeuvres polymorphes dont les technologies hybrides et les formes intermédiales suscitent des réflexions et questionnements au sujet de leur réitération. Parallèlement, une part croissante d’archives conservées par les institutions patrimoniales ont des supports sonores et visuels. Avec la multiplication des media de masse (cinéma, télévision, radios, internet, musiques, dispositifs sonores et multimedia), les usages et la préservation de ces archives, sous-estimés il y a peu encore sont devenus des enjeux actuels.

 Quoi ? 

Dans le panorama français des formations homologues, l’identité du cursus de conservation-restauration de l’ESAA se fonde sur la méthode mise en œuvre pour cette recherche. A partir de l’examen d’un artefact culturel et de la pluralité des attachements dont il est et fut le vecteur, une grande importance est accordée à l’enquête3. Celle-ci ne vise pas à pas oblitérer ou minimiser l’autre composante de la compétence en conservation-restauration, à vocation technique et technologique celle-là, constituant le présupposé de l’activité le plus communément admis. En réalité, si la dimension technique demeure toujours importante, celle, théorique, de l’histoire et de l’esthétique des formes préside à toute opération pratique. L’histoire propre aux documents et aux œuvres ainsi que l’étude des conditions matérielles et technologiques qui les ont produits ne sont pas dissociables de leur conservation et de leur restauration. L’enquête constitue donc le préalable de l’analyse critique donnant lieu à la construction de l’argumentaire propre au point de vue4 du conservateur-restaurateur, et à même de soutenir une proposition de traitement.
Toute la démarche est consignée dans un mémoire de fin de II° cycle. Les questionnements et propositions de réponses concernent principalement les moyens et objectifs de la conservation-restauration en fonction de la nature, du statut, de l’ontologie, du régime, de la pérennisation et de la transmission des objets que cette activité est appelée à prendre en charge.
 Comment ? 
La professionnalisation accélérée de son activité à la fin du XVIIIe siècle, a incité le conservateur-restaurateur à prélever progressivement des matériaux, outils et méthodes dans l’industrie pour constituer et augmenter un arsenal technique et technologique qui permette de faire valoir son efficacité et d’établir sa spécialité. Aujourd’hui et en l’absence de norme disciplinaire, le chercheur en conservation-restauration restauration s’autorise de la même façon, le recours à certains concepts et savoir-faire des sciences humaines et sociales5. Son enjeu est la capacité d’alimenter l’ argumentaire précis d’un parti-pris tant qualitatif que quantitatif de traitement, au delà de la seule injonction déontologique par défaut . Par la description et la démonstration, il s’agit de rendre compte tant des examens et de l’analyse d’un bien culturel en dérangement, que de justifier de propositions pour y remédier. Du reste, certains chercheurs affirment que la conservation-restauration est susceptible de fournir en retour, des éléments de reconsidération voire de reconception dans des disciplines des sciences humaines et sociales6  telles que notamment  la philosophie, l’esthétique, et l’histoire de l’art. Au moyen de la description, de l’investigation et de la démonstration, il s’agit de rendre compte tant des examens et de l’analyse d’un bien culturel en dérangement, que  de justifier de propositions pour y remédier.
En somme, la formation à la recherche vise essentiellement l’acquisition des capacités
  • d'examen et d'analyse matérielle de la forme et de la structure d'un artefact,
  • d'examen de ses propriétés de fonctionnement, d'usage et relationnelles dans une (des) situation(s) plus ou moins bien circonscrite(s),
  • de formulation d'un questionnement permettant de délimiter les contours d'une enquête,
  • de réflexion, d'analyse et de synthèse,
  • d'argumentation et de conceptualisation,
  • de connaissance, de compréhension et d'analyse de texte,
  • de familiarisation avec les outils méthodologiques de sciences humaines et sociales,
  • d'étude et de compréhension de l'argumentaire ou de la conceptualisation d'un auteur étudié,
  • d'étude du contexte intellectuel environnant d'un auteur étudié,
  • de maîtrise du discours oral et écrit.

 Exemples récents 

Diplômée en 2014, Laura GIRAUD a soutenu son mémoire de recherche intitulé « Conservation-restauration des publications sonores Lèpre Électrique et Léprothèque de Jean-Pierre Bobillot, K7, Tipp-Ex et Poésie ». Elle y démontre notamment que le transfert des archives sonores, visuelles et des oeuvres technologiques d’un support analogique à un support numérique ne consiste pas en une simple opération technique : il nécessite avant tout une analyse matérielle, philologique et esthétique. La notion même de source sonore a été ébranlée à la fois par l’introduction de nouvelles techniques et par la redécouverte de formats oubliés.
Quoique nous soyons contemporains d’un générateur Cockcroft-Walton et de la société qui l’a fait naître, il constitue désormais une altérité, la physique moderne demeurant opaque hors des laboratoires. Aussi, l’étude de faisabilité pour une préservation ex situ de cet artefact issu de la « Big Science », qui plus est à forte connotation esthétique, a supposé pour Rémy GEINDREAU, diplômé lui aussi en 2014, une étude interdisciplinaire – relatée dans son mémoire  » Contribution de la conservation-restauration au destin patrimonial d’un générateur Cockcroft-Walton » – en rapport avec des ex-usagers, physiciens, techniciens, historiens, anthropologues, … afin d’intégrer au mieux la rupture entre ses modes d’existence passés et son destin patrimonial.
Diplômée en 2015, Mathilde CHASSAGNEUX s’est penchée sur un film expérimental  d’artiste, dont il ne reste plus aujourd’hui que deux copies différemment incomplètes, mais qui permettent néanmoins d’envisager une restauration de l’occurrence originelle au prix de sacrifices mesurés. Son mémoire a pour titre « Une expérience cinématographique à l’épreuve du temps, sauvegarde et diffusion d’un film expérimental. Etude sur la conservation-restauration de Soft Collisions Dream of the Good Soldier de Yann Beauvais et Frederick Rock 1991″.

 Pour quoi ? 

Au delà du particularisme d’un programme spécialisé, la recherche envisagée constitue une fonction émancipatrice pour le conservateur-restaurateur professionnel en devenir. Celle de développer sa capacité de soutenir un discours propre au rapport spécifique7 qu’il entretient avec les objets qui lui sont confiés.  « Un dogme qui a longtemps présidé en Europe, la pratique de la restauration voulait que celle-ci fût absolument invisible, insoupçonnable. Ce dogme, sérieusement remis en question aujourd’hui (car les traces de l’histoire d’un objet ont également leur valeur), …  » 8. Par le passé, le résultat de son travail devant être imperceptible, le restaurateur était relégué à l’invisibilité et par conséquent,  au mutisme. Son aptitude à « se glisser dans la peau » d’un artiste l’acculait à l’effacement derrière l’oeuvre censément inaltérée. En regard de l’évolution et de la définition actuelle de sa discipline, le conservateur-restaurateur aspire aujourd’hui à endosser la responsabilité et l’expression d’une activité à caractère libéral9 non pas cantonnée à la technique, mais relevant aussi d’une aptitude à  la conception à partir d’une démarche critique.
Connaître un artefact, déduire de sa nature, de sa structure, de sa forme, de son aspect, de son état, une somme d’informations sur son usage et son fonctionnement social à un moment donné, exige de prendre conscience du risque d’erreur d‘interprétations et enjoint à les soumettre à l’appréciation d’une autre approche disciplinaire.  Ce faisant, la réflexion et l’analyse alimentent ipso facto un réexamen critique des enjeux de cette discipline10, à partir de difficultés causées à la fois par la variété croissante d’artefacts actuels patrimonialisés ou muséalisés, et par l’ébranlement des conceptions établies qu’elle provoque. A travers l’interrogation de l’objet matériel et le rapport qu’il noue avec lui, le conservateur-restaurateur met en question la méthodologie de son approche et la dimension scientifique de sa connaissance. Conserver-restaurer ne peut pas consister en l’adéquation de traitements avec les aspects d’une déontologie essentiellement conçue en considération de genres artistiques traditionnels. Il aura fallu un peu plus d’un siècle d’expériences pour que le savoir-faire de la restauration analogique s’établisse. Or les productions des Avant-garde et les développements actuels du numérique requièrent la détermination d’un cadre déontologique qui leur soient appropriés. Une reconception de la discipline est nécessaire eu égard à la mise à mal des réquisits de l‘authenticité, l’originalité, l’intégrité et la réversibilité par les productions de l’art contemporain et de cultures éloignées tant géographiquement que temporellement. Autrement dit, il ne s’agit pas de conserver-restaurer en vertu d’une déontologie définitive propre à cette activité, mais de se doter de règles éthiques révisées correspondant à la nature, la temporalité ontologique, le fonctionnement et l‘usage d’artefacts issus de l’art contemporain, de cultures exogènes ou de groupes sociaux modernes. Ces nouvelles prescriptions devront intégrer des changements de conception à la lumière de propositions émises par certains auteurs11, telle que, par exemple, les tenants d’une approche institutionnelle de l’art12. Dans une perspective plus large, si le programme de recherche de l’[URI-cr] incite à l’utilisation des boîtes à outils de plusieurs sciences exactes, humaines et sociales, c’est aussi avec l’ambition de parvenir à l’établissement et la reconnaissance d’un champ de recherche en culture matérielle (visual and material culture studies)L’interdisciplinarité constituerait le terreau épistémologique de ce domaine d’étude  à même de contribuer à l’autonomisation de la conservation-restauration au sein des sciences humaines et sociales.

 Pour qui ? 

cockroftCette visée converge nécessairement avec celle de la création-instauration, elle aussi « indisciplinaire », l’autre versant de la formation à l’ESA. En effet, pour entrevoir toute la complexité et la multidimensionnalité d’un bien culturel, il convient d’aller au-delà de l’inter-, la pluri- ou même la transdisciplinarité. Mais à la différence de celle du « chercheur » en création artistique, l’expérience d’analyse et d’interprétation d’un ou plusieurs artefacts artistiques existants, veut se situer sur un autre plan que celui du vécu, des affects, de l’émotion individuelle. Elle ambitionne « Un cognitivisme à l’instar de celui qui rejette tous les clichés populaires qui mettent les arts (tenus pour évaluatifs, subjectifs, émotifs, supposant une contemplation passive produisant seulement du plaisir) en opposition avec les sciences, elles-mêmes factuelles, objectives, rationnelles, et supposant une recherche active de nature à produire un savoir nouveau. » (Goodman 1996, 62 – 63) Bien que poursuivant des finalités propres, ces activités sont de nature à s’alimenter mutuellement et à communiquer dans une relation dialectique à propos d’interrogations communes. Celles faisant en effet écho à une situation qui est aussi celle de l’art, caractérisée par les paradoxes qu’induisent la présence et le statut d’une multitude d’objets au sein des démarches artistiques.
L’entrée en second cycle mention c-r réservée aux titulaires du DNAP mention c-r de l’ESAA ou d’au moins une licence équivalente, est assujettie à l’acceptation de sa candidature par la commission d’accès en II° cycle. Elle suppose un engagement conséquent, tant par la quantité de travail à fournir que par la régularité de présence ou par l’implication personnelle durant les cours. Outre l’exigence d’assiduité et de ponctualité, le caractère professionnel de cette formation réclame une capacité de responsabilité et d’autonomie dans son rapport aux biens culturels pris en charge, aux autres, et à l’institution. La réussite des années M1 et M2 dépend largement du climat de respect, de partage et d’investissement. Il est fortement déconseillé de concilier ce cursus avec d’autres études ou un emploi alimentaire trop chronophage.

 Avec qui ? 

En plus des nombreuses institutions publiques dépositaires de biens culturels à l’ESAA, l’URI-CR a noué et entretient plusieurs partenariats locaux, régionaux, nationaux et internationaux, dans le cadre de différents projets de recherche et de développement.
Avignon Collection Lambert, ISTS, Campus technologique PG, Maison Jean Vilar, Musée Angladon, Musée Calvet, Musée lapidaire,Musée du Mont de Piété Musée du Petit Palais, Musée Requien, Palais du Roure, UAPV : Laboratoire culture et communication, Laboratoire d’histoire: Master patrimoines et archives historique, IMBE, Chimie des matériaux des objets d’art et d’archéologie, IMBE, restauration écologique,
régionaux CCR, Perpignan, CICRP,  Marseille, C2RMF, Paris , EHESS, Centre Norbert Elias, Marseille, FRAC-LR, Montpellier, FRAC-PACA, Marseille, Museon Arlatten, Arles, Carré d’art, Nîmes Musée d’art sacré, Pont-Saint-Esprit,,
nationaux Musée africain, Lyon, MUCEM, Marseille, Musée Jacques Chirac (Quai Branly), Paris, Musée des Confluences, Lyon, Musée des tissus, Lyon, Université Paris I, Master de conservation-restauration des biens culturels,
internationaux ABA, Guangzhou, ABA, Sarajevo, ABK, Stuttgart, ENSAV, Bruxelles, EPA, Porto Novo, Musée d’ethnographie, Neuchâtel.

 Pour quel devenir ? 

La reconnaissance des diplômes des établissements d’enseignement supérieur est désormais liée à la qualité et l’efficience de l’insertion de leurs diplômés. Le DNSEP option art, mention conservation-restauration au grade de Master II, a pour vocation une insertion professionnelle directe à un niveau bac+5 principalement dans le domaine de la sauvegarde de biens culturels, mais aussi dans d’autres secteurs, tels que la régie d’oeuvres d’art, la médiation culturelle, l’enseignement. Quels que soient les statuts endossés, le tableau ci-dessous montre une très bonne insertion professionnelle des diplômés des cinq dernières années.

Promotion

   Nombre

Entreprise individuelle

Société de Portage

Salarié(e) public, privé

Poursuite études sup.

Autre secteur

Sans exercice

2011

08

03

02

02

00

01

00

2012

06

02

02

01

00

01

00

2013

10

01

02

02

01

04

00

2014

12

04

03

01

01

03

00

2015

06

00

01

02

01

01

01

Une étude statistique approfondie sur les dix dernières années est en cours afin de permettre une actualisation et une précision de ces données.
 © Semin
Le carnet de recherche Semin’hébergé sur la plateforme Openedition13a pour vocation de rendre visible publiquement cette dynamique aussi prospective, notamment par l’entremise des productions autour du séminaire « art et artefactualité ».

_____Notes____________________________________

1. « Une œuvre d’art au sens classificatoire est  un artefact  tel qu’un ensemble de ses aspects fait que le statut de candidat à l’appréciation lui a été conféré par une personne ou un ensemble de personnes agissant au nom d’une certaine institution sociale (le monde de l’art) » in Georges Dickie, Art and the Aesthetic. An Institutional Analysis, Cornell University Press, 1974, p. 34. En plus des genres hérités de la tradition académique, l’art contemporain comprend notamment la catégorie générique des  « arts médiatiques  » (media art) qui  réfèrent à toute œuvre d’art dont le fonctionnement requiert une composante technologique. Cette catégorie recense aujourd’hui l’art biotechnologique, l’art cinétique, le cyberart, l’art électronique, l’art informatique, l’art interactif, l’art multimédia, l’art numérique, l’art photographique, l’art du réseau (ou net art), l’art robotique, l’art sonore, l’art spatial, l’art technologique, l’art vidéo,  … On s’accorde généralement à considérer que ses débuts remontent à la fin de la deuxième guerre mondiale ou au début des années soixante.

2. Ces objets ne réfèrent plus seulement aux cultures dites « primitives  » par le passé. Ils comprennent aussi les objets « scientifiques  » et « techniques » qui relèvent d’une ethnographie des sociétés modernes, initiée au début du XXè siècle par les sociologues de l’Université de Chicago. L’ ethnographie sociologique de Chicago s’est développée tout au long du XXè siècle en privilégiant à la fois un fieldwork anthropologique et un travail sociologique au moyen des techniques du journalisme d’enquête. 

3.  Concernant les artefacts « artistiques » et « ethnographiques », cette enquête d’inspiration pragmatiste vise à réunir toutes les informations susceptibles de mettre en lumière tous les aspects et effets dont ils sont le vecteur dans des  situations données, de déterminer les conditions, intérêts et potentialités qui leur sont associés. 

4.   Au sens propre comme au figuré.

5.  La philosophie, l’esthétique, l’anthropologie, la sociologie, l’ethnologie, la sémiotique, …

6.  « Acknowledging the unquestionable importance of conservation science in providing analytic precision, I assert the importance of conservation theory and philosophy. This most important branch of conservation studies places itself at, and is reciprocally served by, the intersection of other human sciences such as philosophy, the social sciences, anthropology, history and art history. » , « The Explicit Material: On the Intersections of Conservation, Art History and Human Sciences », Simulacre, Stichting Simulacre, Kunsthistorisch Instituut, Université d’Amsterdam, 23/1. [trad. MM : Sans nier l’importance incontestable de la dimension scientifique de la conservation-restauration par son apport de précision analytique, j’affirme l’importance de la théorie et de la philosophie de la conservation-restauration. Cette dimension la plus importante des Conservation studies, s’inscrit au carrefour d’autres sciences humaines telles que la philosophie, les sciences sociales, l’anthropologie, l’histoire et l’histoire de l’art, de la même façon qu’elle est irriguée par elles en retour.]

7. On parle très souvent d’une « intimité unique ».

8. Pol Pierre Gossiaux, « Conserver, restaurer : écrire le temps en Afrique », CeROArt [En ligne], 1 | 2007, mis en ligne le 09 octobre 2008, URL : http://ceroart.revues.org/253

9.  Profession exercée sur la base de qualifications appropriées, à titre personnel, sous sa propre responsabilité et de façon professionnellement indépendante, en offrant des services intellectuels et conceptuels dans l’intérêt du client et du public. (Directive européenne relative à la reconnaissance des qualifications professionnelles, n°2005/36/CE, 43)

10. Sa définition normative a été adoptée par l’ICOM à Shangaï en 2010.

11. Par exemple, Jean-Pierre Cometti, Art et Facteurs d’art; ontologies friables, Presses universitaires de Rennes, 2012, et à paraître en 2015, une approche philosophique contemporaine de la conservation-restauration

12. « L’idée fondamentale de l’approche institutionnelle de l’art est  que pour expliquer ce qui fait qu’un objet donné est ou non une œuvre d’art, il faut s’intéresser non seulement aux propriétés intrinsèques de cet objet, mais aussi, et surtout, à la place qu’il occupe  au sein du contexte institutionnel fourni par ce que l’on peut appeler « le monde de l’art », in George Dickie, « The new institutionnal theory of art », Proceedings of the 8th Wittgenstein Symposium, n° 10, 1983, p. 57-64.

13. OpenEdition est un portail de ressources électroniques en sciences humaines et sociales, développé par le Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo – UMS 3287), un centre associant le CNRS, l’université d’Aix-Marseille, l’EHESS et l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse. 

_____Bibliographie________________________________

  • Actes du Colloque SFIIC (13es journées d’études),tenu à l’ INP  du 24 au 26 juin 2009, Art d’aujourd’hui, patrimoine de demain – Conservation-restauration des œuvres contemporaines – Art Today, Cultural properties of tomorrow – Conservation of contemporary artwork, SFIIC, 2009,
  • Actes de la journée d’étude Restauration et non-restauration en art contemporain tenu à l’ESBA de Tours le 14 Février 2007, Tours, ESBA/ARSET, 2008.
  • Actes du colloque Conservation et restauration des œuvres d’art contemporain tenu à l’École nationale du Patrimoine (ex INP) à Paris du 10 au 12 décembre 1992, Paris, La Documentation Française, 1994,
  • Jean – Pierre COMETTI,  Conserver / restaurer . L’oeuvre d’art à l’époque de sa préservation technique, NRF / Gallimard, 02.2016,
  • Nelson GOODMAN, L’art en théorie et en action, Trad. de l’anglais (États-Unis) et postfacé par Jean-Pierre Cometti et Roger PouivetL’éclat / Tiré à part, 1996.

  Programme d’enseignement 

L’unité d’enseignement UE « langue »

L’unité d’enseignement UE « recherche »

La démarche de recherche en II° cycle CR se fixe pour objectif une tentative de résolution de problèmes indissociables de type théorique et technique. Ils sont posés par la nature, le genre, le statut et/ou la médiation d’un artefact culturel ou d’une collection et concernent le conservateur-restaurateur. Ces problèmes nécessitent une reconsidération des conceptions en vigueur, à la fois de sa discipline et de la sauvegarde des biens culturels. L’ enquête doit se traduire par un travail axé sur des problèmes et leurs enjeux clairement mis au jour. Ainsi ils permettront de délimiter un champ d’investigation précis ainsi qu’une démarche susceptible d’être appréciée à la lumière d’une argumentation propre et d’une clarification ou d’un éclairage nouveau. La valeur du travail sera principalement liée  pour l’objet considéré,

  • à la capacité de s’engager dans l'examen approfondi de sa situation et des questions qu'elle soulève,
  • à la proposition d'intervention, par la mise en oeuvre d’une démarche clairement définie, et enfin
  • au recours à des théories et concepts corrélatifs de ces questions.
  • histoire de l’art
  • méthodologie
  • séminaire

L’unité d’enseignement UE « professionnalisation »

  • Droit
  • Réalisations à caractère professionnel
  • Médiation didactique de projet
Juliette Serre
Juliette Serre face au guitariste de Picasso, au Centre Pompidou © 2016

Le stage professionnel en M1 / s8
Au semestre 8, chaque étudiant-e est tenu-e  séminaire de compléter et renforcer son expérience professionnelle en effectuant un stage au semestre 8, dans au moins une institution publique ou privée impliquée dans la conservation de biens culturels. Les stages sont sélectionnés en fonction des projets de recherche envisagés ou de domaines de prédilection. L’établissement tient à jour un annuaire de structures partenaires mis à disposition des étudiant-e-s. Cette période d’autonomie hors de l’école donne lieu à un rapport écrit circonstancié et critique, ainsi qu’à un exposé oral.

La préparation à la sortie 

Pour favoriser l’insertion professionnelle des étudiant-e-s, l’école organise en M2
– des séances d’informations, collectives ou individuelles, sur les dispositifs d’aide à la création d’entreprise,
– des enseignements assurés par des professionnels, permettant d’appréhender les différents statuts professionnels, le droit du travail, les marchés publics, la fiscalité des entreprises et des études de cas.

Le diplôme : DNSEP

  • Le projet

Direction de projet

Elle est impérativement assurée par l’un des conservateur-restaurateurs enseignant à l’ESAA ou en étroite relation de partenariat avec elle. Son objectif principal est un accompagnement individualisé, en M1/s8, de la quête d’un stage en institution, et en M2 CR, du processus d’élaboration déontologique d’une ou plusieurs propositions de traitements prévus et parfois réalisés à l’endroit de l’objet qui en est sujet, en concertation avec le maître d’ouvrage, et qui satisfassent des attendus de résultats de qualité professionnelle.

  • Le mémoire

Le mémoire de recherche proprement dit consiste en un document écrit et imagé d’environ 30 pages comportant 2500 signes chacune, doté d’informations annexes dont un dossier d’examen comportant l’identification, le constat d’état et le diagnostic de l’objet ou la collection considérés.

L’évaluation du mémoire repose sur les 7 critères suivants:

• clarté et précision dans la présentation de la problématique et de ses enjeux ;

• clarté et pertinence de la démarche dans son ensemble ;

• conscience de la portée des choix effectués ;

• richesse des connaissances et des points de vue mobilisés (sur le plan artistique et théorique) ;

• pertinence des arguments : originalité du propos et des idées, ainsi que de la proposition de traitement suggérée ;

• qualité de la langue ;

• pertinence/originalité des conclusions.

Direction de mémoire

Dès l’année M1 CR, elle est prioritairement assurée par un enseignant théoricien de l’ESAA. Son objectif principal est un accompagnement individualisé de l’élaboration et de la rédaction d’un mémoire qui rende compte de la recherche menée à partir de l’étude et de l’examen d’un artefact culturel ou d’une collection.

M1- CR / s7

Nature des enseignements

Heures

ECTS

UE Langue

Anglais

15

1

UE Professionnalisation

Droit du patrimoine

30

2

Réalisations à caractère professionnel

120

8

Médiation didactique de projet : écrit

60

4

UE Recherche

Séminaire

90

6

Méthodologie

90

6

Histoire de l’art

45

3

M1- CR / s8

Nature des enseignements

Heures

ECTS

UE Langue

Anglais

15

1

UE Professionnalisation

Stage en institution

300

20

Rapport de stage critique

75

5

Médiation didactique de projet : oral

60

4

M2 – CR / s9

Nature des enseignements

Heures

ECTS

UE Langue

Anglais

15

1

UE Professionnalisation

Statut professionnel / Marchés publics

45

3

Réalisations à caractère professionnel

120

8

UE Recherche

Séminaire

90

6

Méthodologie

90

6

Projet / Mémoire

90

6

M2 – CR / s10

DNSEP option art, mention C-R

ECTS

Soutenance du Mémoire

5

Soutenance du Projet

25

 

Le premier cycle de la mention CR à l’ESAA

Avertissement. Le contenu de ce texte n'a  pas de  caractère  officiel ni contractuel. C'est  un  premier  jet  qui trouve sa place ici parce qu'il a été l'objet de discussions  initiales  entre Hervé Giocanti & Marc Maire. Il  est  aujourd'hui "mis sur la table" , au ban d'essai, et amené à évoluer en fonction des critiques et propositions d'étudiant-e-s ainsi que d'autres enseignant-e-s concernés.   

L’enjeu est ici celui d’une présentation générale et synthétique des attendus qui sous-tendent le programme d’enseignement de la L2 et de la L3 pour la mention CR. Autrement dit, de développer succinctement les divers aspects et dimensions pédagogiques propres à la mention conservation-restauration. Celle-ci  s’installe véritablement dans le cursus de l’ESAA — tout comme la mention création-instauration — à partir de l’année L2 CR, l’année L1 contenant un programme d’enseignements essentiellement fondamentaux et communs à tous les étudiant-e-s.

L2 mention CR

2.0. Organisation autonome

L’année L2 CR succède à la période de découverte et d’initiation en année L1 qui est aussi une année de transition durant laquelle les étudiants ont pris conscience que les temps de la création et de la réception artistiques excèdent celui de l’école et entrent immanquablement en résonance avec le parcours de vie. De sorte qu’il ne peut pas s’envisager de cloisonnement étanche entre vie personnelle, scolarité et vie active. L’enseignement en école supérieure d’art, à la fois de la création artistique et des autres activités qu’elle génère en regard de ses productions, — l’exposition, l’interprétation, la transmission et la conservation – appelle un engagement très important de la part de chaque étudiant-e. La L2 CR est donc cruciale pour tout-e étudiant-e mis-e à l’épreuve de cette double imbrication qui peut constituer une véritable révélation comme une déconvenue.

En outre, de plus en plus d’étudiant-e-s ne peuvent se passer d’une activité alimentaire qu’ils doivent conjuguer avec leurs études. Il s’agit donc d’adopter un rythme et une bonne organisation du travail, d’acquérir une régularité de production non sans la capacité d’assumer plusieurs travaux de commande avec ses propres contraintes dans la même période.

L’implication dans tous les types de connaissances que l’exercice professionnel de la conservation-restauration requiert, nécessite donc tout à la fois un rapport particulier au temps de travail qui dépassera souvent les horaires les plus communs, et sa gestion rigoureuse.

2.1. Individuel et collectif

Dès l’entrée en L2 CR, le programme d’enseignement favorise la pratique tant individuelle que collective de la conservation-restauration, en veillant par exemple, dans les enseignements prodigués à des conservateurs-restaurateurs potentiels, au travail en équipe à l’intérieur de structures d’atelier sous formes de groupes pédagogiques. L’atelier dédié à une pratique spéciale, constitue en effet un lieu très particulier dont on peut toujours mesurer à quel point il constitue une ressource pédagogique irremplaçable. C’est notamment un véritable espace critique à plusieurs titres. Il est composé, agencé et mis en partage selon une pensée empirique et pragmatique toute entière dédiée à un objectif et une production déterminés. Il possède notamment la vertu d’agréger une communauté de langage, une complicité d’enjeu et d’actes, un partage de contraintes et de résultats, une solidarité précieuse entre les usagers de cet îlot social singulier, et même un avenir commun à certains d’entre eux.

2.2.Théorie et pratique

L’articulation entre enseignement théorique et pratique a immédiatement constitué un enjeu crucial des écoles dès lors qu’elles eurent vocation à s’occuper de la formation aux beaux-arts, et non plus seulement aux arts appliqués. Cette mutation s’est opérée progressivement pour favoriser l’émergence de pratiques artistiques déprises des contraintes académiques de l’usage des médiums traditionnels. Aujourd’hui à l’ESAA, il s’agit aussi de développer des formes alternatives à la fois d’apprentissage et d’intelligence critique de la conservation-restauration, où théorie et expérience pratique se nourrissent mutuellement par des allers-retours permanents.

Même si tout formateur est à même de dispenser de la théorie et de conduire de la pratique quelque soit sa spécialité ou sa compétence professionnelle, on distingue parmi les enseignants réguliers de l’ESAA des artistes, des conservateurs-restaurateurs, des scientifiques et des théoriciens.

2.3. Technique

Les étudiant-e-s en conservation-restauration expérimentent les pratiques  des artistes pour connaître le fonctionnement de leurs ateliers et leurs manières de travailler; réciproquement, certains apprentis artistes sont en mesure de puiser des  idées dans l’approche des conservateurs-restaurateurs dédiée aux objets qu’ils prennent  en charge. En confrontant les approches des uns  à celles des autres, chacun est à même d’examiner des convergences et divergences en se focalisant plus particulièrement sur la question de la technique. En école supérieure d’art,  celle-ci peut être soit un argument de singularité, soit  décriée comme un relent d’académisme.   Quoiqu’il en soit, d’un bricolage aux nouvelles technologies, du crayon à l’imprimante 3D en passant par les logiciels graphiques, les artistes utilisent les techniques de façons plus ou moins orthodoxes. Une des particularités de la formation en conservation-restauration, réside dans l’exigence d’équipement et de qualité de ses ateliers dédiés. Les enseignants spécialisés sont en effet particulièrement engagés dans la transmission de savoirs et savoir faire techniques, tant anciens qu’actuels. Les ateliers sont le lieu de cours d’initiation comme de perfectionnement à des techniques traditionnelles et à celles appropriées à la conservation-restauration. L’articulation entre dessein ou conception et réalisation, doit pouvoir se réaliser au sein des ateliers techniques dédiés, en passant par l’expérimentation, sans qu’ils ne soient hermétiques au passage de tout visiteur de l’école et à l’échange avec lui, qu’il soit enseignant ou étudiant.

2.4. Recherche

La sensibilisation à la recherche durant le parcours du premier cycle de la conduisant au DNA / mention conservation-restauration, est déjà une composante du niveau licence. Les enseignements théoriques, méthodologiques et techniques lui confèrent une dimension particulière de par la place prépondérante accordée à la pratique et à l’expérience au contact d’artefacts culturels dès la L2. L’organisation de semaines consacrées à des projets ouverts sur des rencontres avec des partenaires professionnels extérieurs, ainsi qu’au moins un stage obligatoire à partir de la L2, y contribuent de manière déterminante.

2.5. Professionnalisation

Le programme prévoit des exercices à celui de la conservation-restauration, dès la L2 CR. D’abord à l’école, en atelier dédié, au contact de biens culturels, avec des tâches pilotées par au moins un enseignant-conservateur-restaurateur (tous ceux qui interviennent à l’école, sont habilités en regard du droit du patrimoine). Très vite ensuite, en « chantier-école permanent », au sein des institutions publiques muséales à grande proximité avec qui des conventions de partenariat ont été contractées. C’est aussi lors d’un stage obligatoire d’au moins deux semaines pleines à réaliser en entreprise ou institution, durant l’année de L2 ou avant la fin du semestre 5 de l’année  L3. Les étudiant-e-s sont ainsi amené-e-s à être très vite immergé-e-s dans des environnements professionnels qui leur donnent accès à tous les maillons de la chaîne patrimoniale, que constituent toutes les missions qui contribuent à la transmission des biens culturels au public.

2.6. Artistique

L’un des particularismes du cursus de formation d’étudiant-e-s à la conservation-restauration de l’ESAA unique en France, réside dans leur engagement à une pratique au contact d’enseignants-artistes et d’étudiants de la mention instauration-création. Il leur est ainsi proposé de partager les préoccupations, les questionnements, les incertitudes, les processus , les rythmes, les processus poïétiques de la création en train de se faire. Tous les étudiants bénéficient aussi de la venue d’artistes reconnus, invités à transmettre des savoirs et expériences dans une temporalité et selon un mode différents.

2.7. Extérieur

L’année scolaire est rythmée par des conférences, des rencontres avec des intervenants extérieurs divers, artistes, théoriciens, professionnels, lors de rendez-vous qui ouvrent sur des complémentarités venant alimenter le parcours de l’étudiant. Ces temps particuliers sont aussi l’opportunité de nouer des liens privilégiés pour de futures collaborations.

L3 mention CR

3.0. Diplôme au grade de licence

La troisième et dernière année du premier cycle se conclut par un grand oral devant un jury à même d’apprécier le parcours d’un-e  candidat-e  et sa projection dans le futur. Son enjeu est l’attribution du Diplôme National d’Arts (DNA) au grade de la licence.

Lors de cet oral, l’étudiant-e se présente à sa manière et  expose le travail effectué tout au long de l’année par une focalisation sur un bien culturel. Le jury est constitué par une personnalité du monde artistique, un représentant des métiers du patrimoine (conservateur ou conservateur-restaurateur) ainsi que par le coordinateur de la mention CR de l’année L3. Sa composition est  identique pour la mention ci, excepté le coordinateur d’année. Cette finalité correspond à un postulat : le DNA n’est pas à proprement parlé un diplôme de compétence professionnelle en conservation- restauration. S’il ne l’est pas, c’est tout d’abord pour éviter la confusion. Ce DNA acquis en fin de trois années de formation, ne peut valoir un diplôme en conservation-restauration obtenu au bout de cinq années d’études qui confère à son titulaire une compétence et une habilitation professionnelles selon le Code du patrimoine .  Il ne l’est pas non plus car nombre d’étudiants, après obtention de ce DNA, s’orientent vers d’autres métiers du patrimoine (régisseur, assistant de conservation, médiateur du patrimoine, ….), des métiers artistiques ou métiers d’art (assistant d’artiste, etc.) . Ce diplôme doit donc aussi permettre l’ouverture sur d’autres filières et la meilleure adaptation possible des étudiant-e-s à d’autres contextes.L’obtention du diplôme dépend donc de ce grand oral et aucun écrit n’est officiellement pris en compte par le jury. Que doit donc mettre en évidence un-e candidat-e lors de cet oral ?

3.2. Capacités acquises en fin de premier cycle

En bref, on mentionnera l’intelligence, l’éclectisme, la richesse et la sensibilité du regard sur un objet patrimonial, la qualité de l’ enquête et la rigueur de la démarche analytique, critique et synthétique. En fin ce compte, la pertinence du positionnement à son propos et celle de la proposition de traitement.

Afin de mettre en évidence ces qualités, chaque étudiant-e de L3-CR devra sélectionner un objet, l’étudier, et définir un objectif d’intervention en termes de conservation et/ou de restauration, de présentation, de conditionnement.

3.3. Choix déterminant d’un bien culturel

Le choix d’un bien culturel appartient aux étudiant-e-s et représente déjà un défi pour eux/elles. En effet, il est souvent motivé initialement par une affinité avec sa nature, son type, son contexte d’usage. Ce choix par un-e étudiant-e va bien souvent marquer assez fortement la suite de ses études et son parcours professionnel. Il est donc souvent conditionné par son identité personnelle et professionnelle. Les étudiant-e-s sont accompagné-e-s dans ce choix par un encadrement pédagogique susceptible d’indiquer des pistes mais aussi d’aider à la détermination de ses propres motivations. C’est un travail de maïeutique tout à fait essentiel à la maturation et à l’ épanouissement.

Le choix doit bien sûr correspondre au corpus de biens culturels sur lequel la mention CR de l’ESAA se positionne. Il s’agit essentiellement d’objets ayant un caractère ethnographique ou technique et d’œuvres d’art contemporain. L’intérêt étant pour chaque chaque promotion d’étudiant-e-s, de se voir confié une diversité d’objets de genres pouvant inclure des œuvres performatives ou conceptuelles, des dispositifs d’installation,  ainsi que des nouveaux médias qui génèrent des problématiques de conservation spécifiques. L’enrichissement de chacun-e des étudiant-e-s de dépend de ce panachage.

3.4. Interrogations et problèmes posés

Ces objets doivent poser, au mieux , des problèmes liés à leur nature matérielle composite. Les prêts par les institutions ou  les collectionneurs qui confient ces biens culturels à l’ESAA pour étude , sont souvent motivés par un état de conservation préoccupant ou des difficultés de  présentation (méconnaissance du protocole d’exposition, pertes d’informations, état esthétique, dysfonctionnement, œuvres dont la confection n’a  pas visé la pérennité, problématiques d’obsolescence programmée, …). Les dépositaires de ces biens acceptent les propositions d’études en échange d’un cahier des charges en vue de leur traitement, fourni en fin d’année par les étudiant-e-s et donnant lieu à l’attribution de crédits (ECTS).

3.5. Enquête critique, recherche

Une fois l’objet choisi, l’étudiant entame un travail d’enquête et d’analyse pluridisciplinaire. L’exploration de l’objet, sa re-connaissance, sa compréhension passe par tous les regards possibles pour en déterminer les propriétés, les usages, les fonctions, les valeurs, toutes les potentialités relationnelles en somme, en fonction de sa biographie et de ses caractères  physiques. Ces qualités doivent être  non seulement déterminées, mais surtout pondérées et justifiées en fonction de la situation de présentation de l’objet. 

L’étudiant-e s’attache donc à l’entreprise d’une analyse critique de l’objet sur  un plan technique, technologique, matériel, et scientifique (constat d’état, identification matérielle), sur un plan historique (genèse, origine, parcours, glissement de sens en fonction des contextes antérieurs), patrimonial, anthropologique, ethnographique, artistique, esthétique (etc). Il doit mettre en évidence toutes les analogies, et formelles, et sémantiques que l’objet peut générer tout en faisant valoir sa propre perception. Un travail créatif en résonance avec l’objet peut parfois même accompagner cette investigation. C’est elle qui va permettre de mesurer les potentialités d’un objet. Or cet objet issu d’une collection publique, la plupart du temps, s’inscrit donc dans un parti-pris de présentation globale en côtoyant  d’autres objets avec lesquels il peut « dialoguer ». C’est aussi cette compréhension qui va permettre à l’étudiant-e  de définir quels potentiels ou qualités de l’objet doivent être révélées, corrigées, mis en évidence, favorisés, en fonction de son usage prévu.

3.6. Proposition de traitement

Toute intervention, même mineure sur l’objet va générer une plus-value mais causer aussi des sacrifices matériels. Ce sont finalement eux qui doivent être envisagés et mesurés de manière très scrupuleuse, car même la poussière par exemple, peut être signifiante dans certains cas et un dépoussiérage ne peut pas se programmer a priori ,  sans conscience.

L’étudiant-e va ainsi dessiner, décrire le plus finement possible quels forme, état de l’objet sont les  plus adéquats en fonction des impératifs conservatoires et de ce qu’il doit exprimer. Cette méthodologie peut permette de justifier parfois une certaine radicalité. La conservation de l’objet n’est pas un impératif si sa « mort » est inéluctable, de même que la restauration peut passer, si elle est justifiée, par des formes nouvelles capables de témoigner de l’objet (traces, répliques, témoignages…).

3.7. Objets polysémiques, cas particuliers

La formation met donc l’accent avant tout sur les significations de l’objet, sur l’argumentaire du projet de conservation-restauration qui doit avant tout éviter le contresens. La conservation-restauration doit être définie par cette conception, et la mise en œuvre de l’intervention physique doit répondre à cet objectif de finalité formelle. Par ce travail critique, l’étudiant-e réalise qu’une intervention de conservation-restauration ne va jamais de soi, n’est pas innocente, transparente, mécanique et aussi objective que l’on pourrait ou voudrait le croire. Elle/il doit prendre conscience de la portée de son acte sur le discours patrimonial . Celui-ci est politique si l’on considère que le patrimoine définit une identité, une histoire commune et contribue souvent au lien social.

3.8. Cadre patrimonial et scolaire

C’est donc dans le cadre patrimonial que la complexité de l’analyse et la nécessité de compromis sont les plus cornéliens ; c’est dans ce cadre qu’un travail spécifique de conservation-restauration permet le mieux d’exprimer un savoir être, une pertinence, un positionnement et in fine, un savoir-faire. Il est vrai que ce dernier aspect, la mise en œuvre, n’est pas une priorité dans le cadre d’un DNA mais l’expérimentation, les propositions techniques sont cependant encouragées sans pour autant constituer un impératif. L’encadrement des étudiant-e-s est effectué d’abord par les enseignants permanents de l’école, mais aussi par des professionnels spécialistes réguliers ou ceux qui sont invités spécialement pour traiter un sujet.

Le travail est coordonné par le coordinateur de l’année L3-CR qui siègera aussi au jury du DNA / mention CR.

Un compte-rendu des JERI 2016

Journée Étude Recherche Innovation

Conservation-Restauration

Rennes, novembre 2016

par Clothilde STALLONI, étudiante de L2 cr.

La Journée d’Etude de Recherche et d’Innovation en conservation-restauration des biens culturels est une manifestation annuelle initialement créée par les délégations régionales de la Fédération Française des professionnels de la Conservation-Restauration Aquitaine (FFCR-2CRA) et Midi-Pyrénées. Elle consiste en l’échange, la communication et la découverte de nouvelles recherches dans le domaine de la conservation-restauration des biens culturels. Ainsi, la JERI se déroule en une suite de conférences – ouvertes à tous, sous-inscription – permettant de communiquer sur les dernières avancés, études et recherches en matière de conservation-restauration. Même si l’événement est ouvert à un large public, il est surtout l’occasion pour les professionnels et étudiants des quatre formations françaises en conservation-restauration (Écoles Supérieures d’Art d’Avignon et des Beaux-arts de Tours, INP et Master CRBC) de se rencontrer et d’échanger sur la discipline et la profession.

En cette année 2016, la septième édition de JERI s’est déroulée le vendredi 18 novembre dans la ville de Rennes. Elle a été coorganisée par Hélène Champagnac, Gwenola Corbin, Géraldine Fray, Natacha Frenkel, Gwenola Furic, Emilie Heddebaux, Guylaine Mary et deux fraîchement diplômées de l’École Supérieure d’Art d’Avignon, membres de l’association Fil à Fil, Héléna Bülow et Mélanie Paul-Hazard.

Aussi au programme de la rencontre, deux journées au cœur de la ville de Rennes. La première consacrée aux conférences dans l’auditorium des Archives départementales d’Ille-et -Vilaine. La seconde, une journée de visites dans les musées de la ville partenaires de l’événement.

Le vendredi 18 novembre à l’auditorium du FRAC Bretagne, six présentations variées ont été proposées ; allant de la recherche jusqu’à des présentations de conservations/restaurations sur des artefacts aux contraintes et problématiques diverses. Elles ont été réalisées notamment dans le cadre de mémoires de fin de second cycle par des diplômés des écoles de La Cambre Bruxelles, l’ESA Avignon, et l’INP Paris.

Plus précisément, la journée a débuté avec la présentation de Olivia Barani diplômée de l’école de La Cambre en Belgique sur « Les peintures acryliques en dispersion et le fixage de leur film ». Puis ce fut l’exposé du mémoire d’Héléna Bülow, diplômée de l’ESA Avignon sur « La conservation et la réinstallation d’une œuvre contemporaine complexe, évolutive et interactive :  Fichier Poïpoï de 1963 à maintenant » avec « un questionnement sur l’adaptation de la pratique du conservateur-restaurateur face à ce type de création ». Ensuite la question de « l’apport du numérique » en conservation-restauration a été posée « dans le cadre du projet de restauration de la tour de Nankin du Musée des Beaux-Arts de Rennes » par la conservatrice-restauratrice Marie-Cécile Cusson et le dirigeant Philippe Cusson. Puis, a été illustrée une « Etude historique et scientifique des pâtes à modeler, conservation-restauration des bustes d’Auguste Rodin » par les conservatrices-restauratrices : Héléné Bluzat, Agnès Cascio, Guylaine Mary. Par la suite, une réflexion sur le rôle du « restaurateur face à la matérialité des œuvres sur supports numériques » a été menée. Enfin une étude sur la sphinge dite « au parapluie », une sculpture d’extérieure en béton armée par Claire Brière diplômée de l’INP, qui pour son mémoire a effectué une recherche sur le « contrôle de la corrosion des armatures métalliques par protection cathodique avec anodes sacrificielles ».

C’est Olivia Barani qui entame la journée par une conférence sur : « les peintures acryliques en dispersion et le fixage de leur film». Cette diplômée de l’école de La Cambre en Belgique présente sa recherche sur les peintures acryliques en dispersion aqueuse. Elle explique « Ces matériaux synthétiques relativement récents sont réputés pour leur stabilité aux rayonnement ultraviolets, leur bonne flexibilité à température ambiante, et sont généralement peu enclins à se craqueler. Cependant, des altérations de cohésion et d’adhérence on été constatées sur des œuvres peintes à l’acrylique, notamment sur la toile ». Dès lors elle se pose la question du (re)fixage de la matière. C’est par l’expression de ses expériences en laboratoire qu’Olivia Barani a partagé sa recherche. A partir de son travail sur la thématique du (re)fixage sur les peintures acryliques en dispersion, on note la difficulté d’intervention sur de telles matières, encore peu connues. Et on réalise la nécessité de développer les études scientifiques autour de ces médiums.

C’est ensuite, Héléna Bülow diplômée de l’ESA Avignon qui prend la parole. Elle présente son sujet de mémoire : « la conservation et la réinstallation d’une œuvres contemporaine complexe, évolutive et interactive : « Fichier Poïpoï de 1963 à maintenant. Un questionnement sur l’adaptation de la pratique du conservateur-restaurateur face à ce type de création ». C’est à travers l’exemple du traitement de l’œuvre de Joachim Pfeufeur Fichier Poïpoï de 1963 à maintenant qu’Héléna Bülow montre concrètement les difficultés et les principales interrogations de conservation, gestion et réinstallation posées lors du traitement d’œuvres contemporaines évolutives et interactives. Réalisé en 1994 en rapport avec un projet artistique crée en collaboration avec Robert Filliou, cette oeuvre est une installation constituée de 149 éléments différents et de 277 fichiers papier dont le nombre est exponentiel puisque l’œuvre est interactive et évolutive. L’installation dont son auteur Joachim Pfeufeur reste propriétaire, est en dépôt depuis 2003 au musée des Beaux-arts de Nantes. L’œuvre qui n’a jamais été présentée de la même façon est toujours installée par l’artiste lorsqu’elle est exposée au musée. Cette œuvre contemporaine pose des problèmes de réinstallation, documentation et traitement des éléments hétéroclites qui composent l’œuvre. Les difficultés quant au traitement de cette œuvre ont permis à Héléna Bülow de mettre en lumière l’importance du rôle du conservateur-restaurateur dans la documentation technique de conservation, de réinstallation des œuvres (surtout lorsque comme dans le cas de Fichier Poïpoï de 1963 à maintenant, l’artiste supervise chaque installation) mais aussi de la nécessité de son insertion dans la chaîne patrimoniale pour aider à une gestion quotidienne de ce types d’œuvres. Elle met également en avant la capacité du conservateur-restaurateur à être un médiateur entre l’institution et l’artiste pour réaliser des documents techniques utilisables au quotidien. De plus, elle précise qu’une connaissance sur un ensemble de matériaux afin de réaliser une première étude technique de hiérarchisation des risques et des traitements, est nécessaire. Enfin, la restauration nécessitant souvent l’intervention d’autres restaurateurs ou d’autres secteurs d’activité, le conservateur-restaurateur doit endosser le rôle de coordinateur afin de coordonner les interventions et de préserver une cohérence quant à l’esthétique de l’œuvre.

Vient ensuite une présentation sur « l’apport du numérique dans le cadre du projet de restauration de la tour de Nankin du Musée des Beaux-Arts de Rennes » proposé par la conservatrice-Rrstauratrice Marie-Cécile Cusson et le dirigeant Philippe Cusson. Dans cette étude il est question d’utiliser les possibilités numériques pour penser la reconstitution puis la restauration de la tour de Nankin. La tour de Nankin du musée des Beaux-arts de Rennes fait partie de la collection Robien. C’est une maquette de pagode chinoise en provenance de Canton (actuel Guangzhou) et daté de la fin du XVIIème siècle. Pour l’instant, l’objet se présente sous formes de pièces détachées. L’assemblage est composé de pièces complexes mais répétitives en bois, nacre et sous-verre. Le musée s’était donné pour mission de rendre compte de la conservation de la tour en la remontant numériquement, grâce à un logiciel de conception 3D, puis de proposer une restauration envisageable financièrement. La reconstitution virtuelle permettrait alors d’illustrer la technique de fabrication, de visualiser les pièces manquantes ainsi que les pièces cassées à restaurer mais aussi de proposer des hypothèses de reconstitution. Dès lors, le musée disposerait d’un support de communication visuel pour une recherche de financement, ainsi qu’un support de réflexion pour envisager une restauration. C’est avec le logiciel Solid Edge que l’équipe muséale aidée d’un ingénieur, a réalisé l’assemblage des pièces de la tour numériquement recréée. Ainsi la maquette a pu être présentée totalement remontée et plusieurs scénarios de restauration ont pu être envisagés. Allant de la restauration artisanale traditionnelle à la restauration minimale en passant par une restauration hybride, où pièces artisanales côtoieraient des pièces de technologie additive (impression 3D). Cette étude à permit de cerner les avantages qu’apporte l’outil numérique à la restauration. L’outil de modélisation a en effet facilité dans un premier temps la compréhension de l’objet. Car elle a permis de visualiser l’aspect d’ensemble de l’objet ainsi que des détails d’assemblages donnant des précisions sur son futur montage. Mais aussi de donner à voir dans un délais très court des volumes hypothétiques. Si l’outil numérique semble participer à la meilleure compréhension de l’objet ainsi qu’être un gain de temps pour les conservateurs-restaurateurs, Marie-Cécile Cusson tempère néanmoins son propos en affirmant qu’il est nécessaire de ne pas perdre de vue la matérialité de l’œuvre. Et que ces outils doivent être utilisés à bon escient.

Puis est illustré une « Etude historique et scientifique des pâtes à modeler, conservation-restauration des bustes d’Auguste Rodin » par les conservatrices-restauratrices : Héléné Bluzat, Agnès Cascio, Guylaine Mary. Cette présentation expose le détail d’une recherche concernant les pâtes à modeler utilisées par Auguste Rodin notamment pour ses deux bustes d’Hanako et Clemenceau. Les bustes datés du début du XXème siècle sont des œuvres en plâtre composé d’une grande part de pâte à modeler. L’objectif des restauratrices soutenues par le C2RMF et le ESRF (European Synchrotron Radiation Facility) était d’ identifier précisément la composition de la pâte à modeler, très peu étudiée jusqu’à présent et de comprendre ses processus de dégradation. Après une présentation historique de la pâte à modeler, aussi appelée commercialement Plastiline, dans l’histoire de l’art et chez Rodin, l’étude met en avant les aspects innovants concernant les méthodes scientifiquess utilisé pour l’identification des pâtes à modeler et leurs altérations. Puis, elles présentent un protocole de tests en atelier portant sur le nettoyage, le fixage, et le collage mis en oeuvre sur les bustes. La recherche a permis de déterminer la composition des différentes pâtes à modeler. Deux groupes principaux ont été identifiés. Le groupe 1 constitué majoritairement d’oléate de zinc, de sulfure natif et de charges minérales. Le groupe 2 est un mélange de paraffine et de matière grasse (comme des carboxylates) avec une charge, du carbonate de calcium. Les différences de compositions des pâtes à modeler génèrent des altération différentes et spécifiques telles que des retraits de matière pour le groupe 1 et des craquelures, écaillages et une épaisse couche noire en surface pour le groupe 2 (pâtes utilisées par Rodin).

Fait suite une réflexion sur le rôle du « restaurateur face à la matérialité des œuvres sur supports numériques »par Alexandre Michaan diplômé de l’INP spécialisé en photographie et multimédia. Dans le cadre se son mémoire Alexandre Michaan traite de la matérialité complexe mais réelle des œuvres sur support numérique. Après une introduction sur l’obsolescence technologique du dispositif employé pour transmettre l’œuvre ex : un ordinateur, il montre le lien certain qui lit l’œuvre à son dispositif. Puisque, enffet, l’une ne peut pas être présentée sans l’autre. Il soutient dans sa présentation que le conservateur-restaurateur doit modéré ces actions quant à la migration d’une œuvre d’un support vétuste à un nouveau ainsi que limiter la réactualisation car ces actions transforme l’œuvre.

Enfin c’est Claire Brière diplômée dans la spécialité « sculpture » de l’INP qui clôture la journée de conférences. Elle présente son intervention sur la sphinge dite « au parapluie », une sculpture d’extérieur en béton armé ainsi que sa recherche sur le contrôle de la corrosion des armatures métalliques par protection cathodique avec anodes sacrificielles. La Sphinge dite « au parapluie » est une épreuve en béton de chaux armé. Elle est conservée dans la cour de l’hôtel particulier de Lamarck à Paris. Son armature ferreuse s’est oxydée et a augmenté de volume provoquant l’éclatement du béton. L’œuvre était alors parcourues de fissures et plusieurs éléments étaient tombés. Dans ce cas, il s’agissait de stabiliser les éléments ferreux. Cependant les armatures ne pouvaient pas être traitées ou supprimées. L’auteure à donc entreprit des recherches sur le contrôle de la corrosion pour aboutir à une étude sur la protection cathodique avec anodes sacrificielles, technique qui a fait ses preuves dans le domaine de la restauration des monuments historiques. Néanmoins à différence d’échelle, le procédé nécessite d’adapter les traitements. Cette étude permet de révéler un procédé technique déjà utilisé, qui appliqué aux sculptures en extérieurs peut totalement être efficace pour prévenir de la corrosion.

Dans le cadre de la JERI, le samedi 19 février a été envisagé comme une journée de visites dans les musées de la ville de Rennes. Équipés de leur badge JERI, les participants ont pu visiter le FRAC Bretagne, le Musée des Beaux-Arts, et assister à une visite guidée des réserves du musée de Bretagne.

Le Programme de la JERI était très complet. Le public a pu assister à des présentations très diversifiées et sur des sujets d’actualité tels que les œuvres contemporaines ou à composantes numériques. L’enchaînement entre les six présentations a été bien mené, même si la journée très riche nécessitait une grande attention de la part de l’auditoire. Par ailleurs, le discours s’adressant à des initiés, toutes les subtilités des études n’ont pu être comprises notamment sur les questions scientifiques. Après une journée de conférences, l’organisation d’une journée de visites était la bienvenue et à permis au public de découvrir le patrimoine breton.

 

En marge de la petite philosophie du constat d’état de Jean Pierre Cometti

par Marjorie Caveribère.

          Le constat d’état justifie et ordonne la pratique de la conservation et restauration des objets reconnus comme patrimoniaux. C’est en effet à l’issue de l’analyse d’un « état donné » observable par rapport à un état initial non observable et de la mesure de leur dissemblance que l’on prendra telle ou telle décision : à savoir sa conservation (maintien de l’état actuel) ou sa restauration (mise en un certain état, de référence). La Petite philosophie du constat d’état en annexe de l’ouvrage de Jean Pierre Cometti Conserver/ restaurer 1  soutient que ce diagnostic, qui comporte l’évidence de la description prétendue objective, se fonde en fait sur un ensemble de croyances issues de l’empirisme. Le conservateur – restaurateur endosserait sans le savoir une philosophie implicite. Cette philosophie repose sur la possibilité de simplement référer à un monde empirique pour produire des énoncés purement descriptifs. Elle opère un partage entre « faits » et « valeurs ». Les premiers sont observables, les seconds sont discutables.

Le constat d’état qui est une description matérielle intègre l’évidence reconnue aux choses observables. Dès lors que celle-ci est contestée, que devient le constat d’état dans la démarche de conservation-restauration ? Quelle valeur a-t-il ? Que faire si « l’appel à des faits » n’est plus cet « excellent moyen de légitimer des choix soustraits à un examen critique préalable »2 ? Différents arguments sont avancés et dispersés dans ce petit texte critique. L’auteur rappelle que le scientisme qui a fait son entrée dans cette discipline afin de lui apporter tout à la fois son prestige et la satisfaction de pouvoir dire des choses vraies et solides parce que confirmées par des données mesurables, a été dans de nombreux domaines mis à la porte, y compris de la science elle-même. Sur ce point il fait un raccourci comme seuls les philosophes osent en faire en renvoyant le lecteur à un savoir partagé : « les conditions de l’observation dans les sciences ont fait l’objet de suffisamment de commentaires à ce sujet pour qu’il soit utile de s’y attarder »3. Or les discussions balayées d’un revers de main furent notamment celles qui accompagnèrent la naissance de la mécanique quantique. Le statut de la chose observable à l’échelle atomique fut ébranlée au point de sabrer toute possibilité de connaissance réelle – si cette idée pouvait encore avoir un sens. Pour l’auteur il n’y a ni fait pur ni oeil innocent : les faits sont investis de valeurs y compris dans les sciences elles-mêmes où les hypothèses sont assujetties à des principes esthétiques ou économiques (entre deux hypothèses choisir la plus simple et la plus élégante) 4. Puis nous passons aussitôt à un deuxième type de constat peu évident et problématique puisqu’il s’agit des objets ethnographiques. La difficulté ou l’impossibilité de produire quelque chose qui soit un « état initial » est parfaitement admise, reconnue sans que par ailleurs, il semble que cela ait quelques conséquences quant aux décisions prises pour leur conservation ou restauration . Le flou ou les partis pris ne gênent en rien l’idée que cette pratique pourrait être scientifique et donc neutre.

Cet angle d’attaque – partir de l’idée commune rarement prise en compte en pratique que l’observable n’est pas du donné mais du construit – est fait pour scandaliser. L’on pourrait répondre: nous savons bien que les couleurs ne sont pas dans les choses mais nous nous ne pouvons pas ne pas les voir colorées. Aussi sont-elles pour nous colorées et cela ne fait aucune différence quant au résultat. C’est à cette conclusion assez mesurée que l’auteur parvient – semble-t-il – avec un peu d’humour car alors, tout ce qui précède, à savoir le corps entier du livre est frappé du même relativisme. Bien entendu l’objection antique faite au relativisme d’être auto-réfutant est écartée avec la notion wittgensteinne de « jeu de langage ». Un jeu de langage est chez Wittgenstein une expérience de pensée qui vise à montrer l’enracinement de nos croyances dans nos usages qui ne se fondent pas sur des certitudes que l’on pourrait affirmer indépendamment de ce que nous sommes, mais impliquent ce que nous sommes. Aussi ne pouvons-nous pas y renoncer sans renoncer du même coup à être partie prenante au sein d’une communauté de points de vues et d’actions. Le partage d’un univers commun est conséquent d’un jeu de langage auquel nous participons et non antérieur à son établissement. Un jeu de langage tel qu’un ensemble de directives auxquelles j’obéis par exemple, ne se justifie qu’après coup et dès lors que j’y suis impliquée. Étant pour nous très familier, ordinaire et commun, il échappe à la critique car elle n’impliquerait pas seulement un simple renoncement à une croyance fausse mais l’abandon d’une « forme de vie ». En mettant l’accent sur ce point Jean Pierre Cometti offre à l’activité de la conservation-restauration les moyens de produire quant à elle-même, une critique de ce qu’elle fait et l’oblige moins à se débarrasser de ses habitudes qu’à montrer le lieu d’où elles tirent leurs justifications. Dans ce cas elles proviennent d’un ensemble de principes qui prend la forme d’une pseudo-théorie en raison de la manière dont ils se formulent (constat d’état, critère d’intégrité, de lisibilité et d’authenticité) et non en raison de leur adéquation à la réalité à laquelle le conservateur / restaurateur se confronte.

Le constat d’état – pierre angulaire de la C/R – qui s’auréole de la neutralité et de la vérité que l’on accorde aux choses soumises à un examen technique, tend à s’investir d’une autorité usurpée car c’est moins la vérité que je décèle en disant les altérations qu’un objet a subies au cours du temps, que l’intérêt que nous avons pour certaines propriétés eu égard à certains points de vue : la matière même des choses quand celle-ci est sujette à des mesures objectives. Faire passer les objets du patrimoine par le crible de la science et l’épreuve d’un tribunal habilité à porter son verdict, montre la place que joue dans nos sociétés une science dont Poincaré disait qu’elle ne mesurait que ses instruments de mesure. Il n’y a pas à s’étonner de sa fiabilité et de la constance de ses résultats, mais de voir que le souci de la conservation de notre mémoire en quelque domaine que ce soit, passe par une analyse et un traitement physico-chimique de l’objet qui en est le témoin et le support. Une telle mémoire est vide de contenu. C’est un cabinet de curiosités où chaque chose détient sa valeur en raison de sa rareté et mobilise notre attention par l’effet de surprise qu’elle produit. Aussi, il importe en effet qu’elle soit en bon état pour satisfaire aux critères esthétiques et « plaire à la vue »5. À suivre les croyances d’une petite philosophie empiriste, l’on adopte une version atomiste du monde où chaque chose est à sa place, revêtue de ses qualités propres et sa valeur est supposée intrinsèque. Elle le devient dans une économie de marché de l’art où le bien patrimonial n’a ni valeur d’usage ni valeur d’échange. S’il est incomparable, il se prête à une libre spéculation qui suit le caprice de la demande. Aussi la valeur esthétique prise en charge par le constat d’état répond à cette entreprise de valorisation marchande et c’est cette dernière qu’il s’agit de maximiser.

En ébranlant l’objectivité du constat d’état Jean-Pierre Cometti retire le tapis sous les pieds du conservateur-restaurateur, tapis qu’il avait en outre la charge de « restaurer ». Il produit le malheureux désagrément de le priver d’assise. Aussi ne reste-t-il plus qu’à le rouler sous son bras ou le mettre dans un placard à l’abri des mites en attendant d’avoir sur cet objet singulier, de plus amples informations. Voilà donc une autre philosophie qui surgit, celle produite par la complexité du monde contemporain et les manières critiques de l’aborder. Une philosophie qui s’apparente à l’anthropologie, car elle ne dissocie et n’isole en aucun système autonome, un ordre de valeurs particulier. C’est plus leur confrontation qu’elle réalise, dans leurs déterminations et indéterminations mutuelles. Elle les envisage comme singularités étrangères à notre monde afin d’en repérer les caractéristiques qui nous sont invisibles, non parce qu’elles seraient ailleurs, mais précisément parce qu’elles sont là où nous sommes. Aussi avons-nous de cette seconde philosophie dite « pragmatiste », une mise en application dans l’ouvrage même. L’on n’y trouvera pas des principes, tels ceux énoncés par Brandi, mais une méthode qui en appelle aux exemples, cas, singularités, lesquels montrent l’essentiel de la discipline : sa capacité à mobiliser un ensemble de savoir ouverts et interdisciplinaires. Cet ensemble de connaissances que ces objets exigent à leur compréhension pourtant toujours incomplète, ne constitue pas une doctrine mais induit une manière de faire. Cette manière emprunte à la pensée wittgensteinne, à la philosophie analytique, au pragmatisme et d’une manière générale, s’efforce de ne pas omettre les facteurs qui font qu’il y a pour nous un monde de la culture, un patrimoine et des biens dont la valeur est économiquement fluctuante.

De plus, le constat d’état fait l’hypothèse de l’existence d’un tout identifiable matériellement, mais aucune des parties de ce tout ne se signale comme partie et cette partie n’implique pas l’existence d’autres parties qui lui sont nécessairement reliées. L’ensemble des parties est ouvert selon une relation de proximité et non de nécessité de type biologique. Cuvier prétendait qu’il pouvait reconstruire une espèce animale à partir d’une dent, en l’occurrence celle d’un mastodonte. Il arrive que l’on découvre n’avoir affaire qu’à une partie d’un tableau. On pensera à la possibilité de le restaurer en joignant les différentes parties de ce même tableau. Mais ce tableau unifié est une partie d’une œuvre: l’ensemble des tableaux peints par tel artiste ou telle école. Tel artiste ou école est alors en relation avec l’esprit d’une époque à laquelle le tableau réfère pourrait-on penser, et non pas de manière accidentelle, mais essentielle à sa compréhension ou appréciation. Aussi l’idée d’un tout que formerait l’objet est-il une limite que nous nous imposons de suivre ainsi que l’on suit un chemin qui conduit d’une ville à une autre à travers la campagne. Les deux villes sont pourtant dans une solution de continuité et la route tracée est celle que l’on suit par habitude mais sans que cela soit  la seule manière d’atteindre la ville.

Imaginons un service à thé ayant appartenu à Napoléon par exemple. Il manque une tasse. Le constat d’état établira que le service est incomplet. Dira-t-on que la nappe manque ? Que la table manque ? Que la salle à manger manque ? Que Napoléon manque ? Non nous ne le dirons pas. Pourtant ce service à thé tient sa valeur d’avoir appartenu à Napoléon. Son nom entre dans la description de ce service à thé. Personne pourtant ne s’attend à la restauration de Napoléon sous quelque forme que ce soit. Or l’on entend bien conserver précisément avec ce service à thé, la partie « Napoléon » laquelle échappe pourtant au constat d’état. Le service pourrait être ébréché, la partie « Napoléon » ne l’est pas. L’intégrité de l’objet qu’il s’agit de préserver passe par son identification. Or cette identification en apparence naturelle est pour un bien culturel problématique. Il entre dans un réseau de relations qui permet son identification et hors duquel il se présente comme fragment sans que nous puissions nous-mêmes le reconnaître comme fragment à simplement le regarder. Le constat d’état présente une double insuffisance eu égard aux attentes de la conservation – restauration. D’une part n’étant pas prescriptif, on ne peut espérer à partir de son établissement supposé objectif, formuler des protocoles de restaurations automatiques, et d’autre part, notre idée de la discipline outrepasse ce que le constat d’état pourrait prendre en charge : la part dite immatérielle.

Après avoir évincé la neutralité objective du constat d’état, Jean -Pierre Cometti écarte l’appel fait, en art, à l’intention de l’artiste : « s‘il s’agit de décrire un état antérieur de l’oeuvre, le témoignage de l’artiste est du même ordre que celui de n’importe quel témoin, aux qualifications et à l’engagement près ». 6 Ceci ne semble pas poser de problème. Il est quant à ce qu’il a produit un observateur qui se présente à égalité avec n’importe quel observateur. Sa description obéit au style de la description et il peut être dans cet exercice maladroit, imprécis ou inexact. La suite est bien plus choquante  et se veut telle : « En revanche, s’il s’agit d’apporter un tout autre type de témoignage, celui des « intentions » qui ont présidé à l’émergence de l’oeuvre et de son élaboration, alors, contrairement à ce que l’on est tenté de croire, il n’est pas le meilleur témoin mais au contraire, le moins fiable »7. Comment peut-on ainsi retirer l’appui que forme pour le conservateur – restaurateur le recours aux intentions de l’artiste et même à la nécessité de les expliciter pour éviter de produire dans son intervention un contresens?

Pour cela il faut revenir à un classique de la philosophie analytique, le livre d’ E. Anscombe, L’Intention 8. Elle propose une critique de l’intentionnalité comme donnée mentale à laquelle l’on peut référer de manière univoque. L’intention est un moment dans un schéma descriptif très flexible et qui ne se laisse pas identifier comme cause d’une action, celle que l’on serait en train de faire. L’on ne peut séparer réellement d’un côté l’action et de l’autre l’intention. Pour le dire d’une manière très simplifiée et quelque peu inexacte: l’intention de l’artiste c’est l’oeuvre. Aussi préciser son intention revient à avouer un échec dans la réalisation de l’oeuvre. Il en est de l’intention comme du « vouloir dire ». Il est postérieur au dire. Il succède à une méprise auquel le dire donnerait lieu. Le psychanalyste ne s’y trompe pas. Ce que vous avez dit est bien ce que vous vouliez dire et précisément parce que vous déniez qu’il soit, ce dire, ce que vous vouliez dire. Pourquoi suivre des intentions formulées après coup et qui seraient comme des repentirs ? L’artiste devient alors « le moins fiable » car en énonçant ses intentions, il propose une interprétation et en écarte d’autres. La sienne n’est pourtant pas, sur le seul critère d’être la sienne, plus juste. Le critique d’art, l’amateur, le collectionneur, d’autres artistes, un visiteur engagent leur appréciation et compréhension dans un univers symbolique commun à part égale avec celui de l’artiste. Aussi, à s’en tenir à la seule intention de l’artiste, on néglige la caractéristique essentielle de l’oeuvre d’art : sa publicité. Elle est publique et s’expose à la critique plurielle. Elle tend à produire un accord et une appréciation ainsi que le soutient Kant : universelle 9. Le sens de l’oeuvre se multiplie et se fixe dans l’échange et le partage des diverses appréciations, dans une intersubjectivité.

Le témoignage d’auteurs comme Umberto Eco ou Samuel Beckett intègre le détachement vis-à-vis de l’oeuvre produite. Ce dernier répondit par exemple à Michel Polac dans une lettre du 23 janvier 1952  au sujet de « ses idées » sur En attendant Godot : « je ne sais pas plus sur cette pièce que celui qui arrive à la lire avec attention. Je ne sais pas dans quel esprit je l’ai écrite. Je ne sais pas plus sur les personnages que ce qu’ils disent, ce qu’ils font et ce qui leur arrive. De leur aspect j’ai dû indiquer le peu que j’ai pu entrevoir. Les chapeaux melons par exemple. Je ne sais pas qui est Godot. Je ne sais même pas s’il existe[…] tout ce que j’ai pu savoir je l’ai montré. Ce n’est pas beaucoup. Mais ça me suffit, et largement. Je dirai même que je me serais contenté de moins ». Voilà qui va à l’encontre de ce que l’on attend aujourd’hui des artistes : qu’ils disent ce qu’ils font, ont fait ou voulu faire. Le conservateur- restaurateur croit devoir suivre à la lettre les intentions de l’artiste comme s’il pouvait en devenir l’agent ou artisan. Il peut les prendre en compte sous la condition de mesurer la part d’invention et de création qui devient alors la sienne. Or le recours à l’intention vise précisément à satisfaire à la fidélité ou l’exactitude quant au sens à donner à l’objet. Mais c’est une illusion. L’intention s’énonce à partir d’un état de l’oeuvre. Elle est une simple interprétation. Pour le conservateur-restaurateur, elle devient alors une option qui se justifie autrement que par l’argument d’autorité que l’on accorde habituellement à la parole de l’artiste. Aussi lui faut-il revenir à l’analyse des différentes actualisations ou activations de l’oeuvre et faire un choix pertinent dans ce nouveau contexte, celui qui n’est plus limité à l’atelier de l’artiste. C’est encore la théorie de l’enquête telle que l’entend John Dewey 10 et c’est en adoptant une typologie non ontologique conforme aux pratiques actuelles en art que le conservateur-restaurateur peut espérer juger de ce qui est pertinent de faire ou de ne pas faire, pour telle ou telle raison.

Le constat d’état présente deux faces: sur l’une l’on imagine pouvoir observer la partie matérielle (son état physique), sur l’autre, la partie immatérielle (son sens). Il admet cette dichotomie qui n’est que conceptuelle et prêterait même à malentendu à les supposer séparées et autonomes. De plus, l’on suppose que l’une des deux parties (le sens) pourrait venir à la rescousse de l’autre (la matière) ou vice-versa. Or ce sont des tours de passe passe, des manières d’expliciter des choses qui tiennent leurs raisons ailleurs. L’intention de conservation ou de restauration est préalable à la description de l’objet et c’est sous cet angle qu’il est décrit. On cherche à le voir tel qu’il a pu être afin de dire ce qui lui manque ou ce qui a été altéré. Si l’on suit Wittgenstein dans ses remarques sur l’acte de comparer, ce processus est difficilement compréhensible. Nous n’opérons pas réellement une comparaison dans l’esprit en superposant deux images – l’image mentale ( « l’objet tel qu’il a été ») à ce que nous percevons (« l’objet tel qu’il est »), tout simplement parce que nous ne percevons pas la la différence comme différence. Nous relevons des caractéristiques telles que : «  là il y a là une tache, là une fissure, là une usure ». Nous relevons des défauts qui ne nécessitent que rarement la connaissance d’un état original – à savoir une représentation de l’objet au temps initial – car nous avons déjà une idée des altérations habituelles produites par le temps sur la matière dans des conditions normales. Le constat d’état pourrait donner l’illusion de se fonder sur cette possibilité de comparaison et même l’exiger pour assurer son exactitude. Or il s’en passe si bien que la restauration comme retour à un état initial produit bien plus un effet de surprise que de reconnaissance. A présent la patine du temps entre dans la valeur de l’objet, aussi évite-t-on de revenir à un état jugé initial. Jusqu’à un certain point, l’ancienneté des objets fait précisément une de leurs valeurs Celle dont Aloïs Riegl avait prédit l’importance au XXème siècle.

L’enquête et non le constat d’état est première. Elle s’apparente à l’enquête policièr11 et ordonne les voies d’une conservation-restauration . Le premier moment de l’enquête vise à rendre à l’objet un minimum d’intelligibilité : de quoi est-il fait ? A quoi servait-il ? Comment le conserver ou le restaurer tout en préservant ses propriétés actuelles ? Il peut valider un certain type de restauration, celui qui accorde à l’apparence de l’objet ou à sa fonctionnalité, sa valeur patrimoniale. Le choix esthétique ou artistique permet de répondre au fétichisme de la marchandise, mais il néglige des potentialités de compréhension, d’appréciation et de valorisation inédites et bien plus fructueuses. Le travail d’ Eloïse Quétel sur des tatouages d’un supposé légionnaire, a emprunté la voie de la visibilité et d’un examen critique lors de l’exposition Partage d’exotisme de la biennale de Lyon en 2000. Une nouvelle question se pose: quel genre de société peut sensément produire ce genre d’exhibition ? Que fait et quel sens donner à la peau tatouée « du corps d’un inconnu déposé entre 1930 et 1950 dans les congélateurs du laboratoire d’anatomie » du musée Testut-Latarget dans ce contexte artistique ? Cette question dépasse le cadre de ces remarques sur le constat d’état, mais elle a l’avantage de souligner l’indéniable étrangeté de nos pratiques quand elles se déplacent d’un champ à l’autre.

          Les aller-retours entre la part matérielle et la part non matérielle de l’artefact, l’une visant à corriger l’autre, permettent de justifier après coup des partis-pris qui proviennent d’un tout autre domaine. La faiblesse de la justification de ceux-ci (l’analyse physique et le sens explicité) et même leur inadéquation aux objectifs énoncés par la discipline (intégrité, lisibilité et authenticité) , constituent le point essentiel de la critique de l’auteur. Il propose ainsi avec une richesse et une érudition rare, un point de vue critique sur la pratique de la conservation-restauration. Celle-ci peut trouver dans cette critique les moyens de saisir les enjeux auxquels elle donne prise. Cet ouvrage permet – au-delà de la petite philosophie du constat d’état qui ébranle les deux colonnes du temple – de se saisir de ces enjeux afin de donner à cette discipline les moyens de s’exercer de manière critique. Aussi cet ouvrage d’écriture classique est en filigrane révolutionnaire, car il ôte à cette discipline toute possibilité de se fonder sur des principes, des catégories, des protocoles ou des recettes de cuisine. Il en appelle à une réflexion plus générale sur la patrimonialisation, la mémoire et le temps.

_______________Notes_________________________________________________ 1 Conserver, Restaurer, l’oeuvre d’art à l’époque de sa préservation technique, Paris, Gallimard, 2016

2 Idem p.217

3 L’on sait à présent que les résultats qu’elle nous sert sont à prendre relativement à un contexte donné. Aussi est-ce le contexte qui est informatif. L’objet observé est un élément variable de ce contexte qui ne peut pas prétendre avoir des propriétés réelles, à savoir des propriétés qui seraient toujours les siennes sous n’importe quelles conditions. p.221

4 Nous renvoyons à l’ouvrage de Hilary Putnam traduit par l’auteur : Fait/valeur : la fin d’un dogme, éd de l’Eclat, 2004. Les valeurs objectives relèvent procède d’une critique de nos évaluations. Celles-ci sont « sont incessantes et inséparables de toutes nos activités, y compris les activités « scientifiques » » (p. 113)

5 C’est l’une des définition du beau et la plus traditionnelle, proposée par saint Thomas. La vue est dans nos sociétés le sens esthétique par excellence.

6 p.220

7 Idem

8 Traduit de l’anglais par Mathieu Maurice et Cyrille Michon, éd. Gallimard, 2002.

9 L’on comprend habituellement les critères du jugement de goût chez Kant comme étant descriptifs (« ce qui plait universellement, sans concept.) Or l’on peut l’entendre dans un contexte linguistique : un jugement de goût ne se formule que sous la croyance d’être partagé. C’est en ce sens qu’il est universel. Nous supposons pouvoir nous entendre. (Thierry de Duve a également proposé cette interprétation du texte de Kant)

10 Voir le compte rendu de Marc Maire pour une présentation de l’abduction qui soutient le procès et progrès de l’enquête, https://seminesaa.hypotheses.org/8014

11 Gaspard Salatko, séminaire du 04 décembre 2016

L’auteure :  Marjorie Caveribère est artiste, philosophe de formation et en exercice à ses heures. Elle collabore régulièrement avec des membres de l’URI-cr et Semin’R, en participant activement aux séminaires « art et artefactualité ».

Une bibliographie à propos des objets.

Du mode d’existence des objets techniques.

SIMONDON Gilbert, Du mode d’existence des objets techniques, Aubier,  {1958] 2012

Comment redonner à la technique le statut qui lui revient dans la culture et comprendre les vraies sources de l’aliénation dont on l’accuse d’être la cause ? Trop souvent, en effet, la réalité technique a été jugée selon l’opposition entre contemplation et action, théorie et pratique, loisir et travail. Ces oppositions ne sont pas adéquates, car l’objet technique ne se définit pas essentiellement par son caractère utilitaire, mais par son fonctionnement opératoire. Il faut attribuer à l’objet technique un statut ontologique à côté de celui de l’objet esthétique ou de l’être vivant, en comprenant le sens de sa genèse. Il est alors possible d’étudier les relations de l’homme avec la réalité technique, notamment du point de vue de l’éducation et de la culture. Mais c’est aussi la genèse de la technicité elle-même qu’il faut comprendre, par l’analyse de l’ensemble des relations fondamentales de l’homme au monde. Cet ouvrage d’une extrême originalité a modifié de façon profonde et durable la réflexion philosophique sur la technique et il est devenu depuis 1958 une référence incontournable de la pensée actuelle.

Le système des objets,

BAUDRILLARD Jean,  Le système des objets,  Gallimard « Tel », [1968] 1978

«Les objets en particulier n’épuisent pas leur sens dans leur matérialité et leur fonction pratique. Leur diffusion au gré des finalités de la production, la ventilation incohérente des besoins dans le monde des objets, leur sujétion aux consignes versatiles de la mode : tout cela, apparent, ne doit pas nous cacher que les objets tendent à se constituer en un système cohérent de signes, à partir duquel seulement peut s’élaborer un concept de la consommation. C’est la logique et la stratégie de ce système d’objets, où se noue une complicité profonde entre les investissements psychologiques et les impératifs sociaux de prestige, entre les mécanismes projectifs et le jeu complexe des modèles et des séries, qui sont analysées ici.» Jean Baudrillard.

La vie des objets: d’ustensiles banals à objets de collection,

BONNOT Thierry, La vie des objets : d’ustensiles banals à objets de collection, Paris, Édition de la Maison des sciences de l’homme, 2002,

Peut-on retracer la biographie des objets ? L’ethnologue Thierry Bonnot, chercheur à l’écomusée du Creusot-Monceau, analyse en particulier le parcours de certaines céramiques de Saône-et-Loire : poteries en grès, bouteilles à encre, vases et cruchons à liqueur, etc. Il montre que l’épaisseur symbolique des objets, même les plus humbles d’apparence, est une construction sociale. Il n’y a pas d’objet strictement « utilitaire » ou qui se réduise à sa valeur commerciale. L’objet s’inscrit dans une trajectoire sociale, il passe de mains en mains : ancien ouvrier céramiste, amateur local, collectionneur, brocanteur, responsable de musée, etc.

Depuis la fabrication jusqu’à la conservation, la fonction, le mode d’appropriation et le statut de l’objet évoluent dans le temps et en fonction de celui qui le manipule.

L’attachement aux choses

BONNOT  Thierry, L’attachement aux choses, Paris, CNRS éditions, 2014.

L'attachement aux chosesLes sciences sociales ont souvent entretenu une vision strictement positiviste des objets, sorte d’échantillons de civilisation infaillibles et univoques. C’était la doctrine de l’objet-témoin. Passer d’une étude des objets en tant que sources d’un savoir sur les hommes en société à une étude des objets comme faits sociaux complexes, dans leur relation avec les hommes et dans leur influence sur les relations entre les hommes, tel est le pari de ce livre. En effectuant un tour d’horizon des travaux récents, l’auteur se propose de retracer l’évolution du traitement des objets par les sciences sociales et notamment par l’anthropologie. La méthode biographique met en évidence l’enchevêtrement des objets dans un réseau d’intérêts particuliers et d’enjeux collectifs, pour mieux saisir le devenir des objets par le jeu de leurs attachements aux acteurs sociaux. Un ensemble d’études de cas, issues d’enquêtes de terrain sur les objets en société, viendra illustrer cette démarche critique touchant à différents domaines de recherches traditionnellement distincts. Quelques propositions conceptuelles et méthodologiques complètent cet ouvrage, pensées comme des ouvertures de nouveaux chantiers et de zones d’échanges entre les savoirs. À l’heure d’un vaste remodelage du paysage muséal et de la dématérialisation annoncée du patrimoine comme de certaines pratiques quotidiennes, qu’en est-il des liens entre les hommes et les objets auxquels ils tiennent ?

Sémiotique des objets. La matière du temps,

BEYAERT-GESLIN Anne , Sémiotique des objets. La matière du temps, Presses Universitaires de Liège, 2015

Ce volume est une réflexion sur le temps représenté par les objets quotidiens. En sollicitant la phénoménologie, les sciences de l’information et de la communication et la sociologie, cette étude sémiotique montre comment une tasse ou une chaise saisissent le temps au passage, lui offrent un plan de manifestation, permettent de le penser et de le mesurer. L’ouvrage se décline en trois volets qui explicitent la relation que cette temporalité incarnée construit avec les usagers. Les objets nous ancrent dans le présent de l’expérience mais, lorsque nous les quittons, s’inscrivent aussi dans le passé de la mémoire où ils constituent des points de repère. Ils donnent alors accès au temps diachronique. Protagonistes de leur temps, ils viennent à nous sous la forme de la collection, du vintage , du kitsch ou du marqueur générationnel mais se dissolvent aussi dans ces ambiances du passé que nous aimons reconstituer. Ils élaborent ainsi un temps historique. Ils mesurent enfin le temps de l’expérience et, sollicitant le geste, dessinent des formes de vie. Ce temps du faire permet de distinguer, à partir de l’action, le statut des objets domestiques et artistiques. Cet ouvrage consacré à la temporalité incarnée poursuit une interrogation initiée avec Sémiotique du design, publié en 2012 aux Presses universitaires de France. Il accorde cependant aux objets domestiques une attention très spécifique qui, par la théorisation et les analyses, discute quelques concepts clés de la sémiotique actuelle, en premier lieu les valeurs. S’inscrivant lui-même à un moment précis de l’histoire des objets, le lendemain de la société de consommation, il accorde résolument son privilège aux valeurs de la passion.

La deuxième vie des objets. Recyclage et récupération dans les sociétés contemporaines.

Dir. : ANSTETT Elisabeth , ORTAR Nathalie , La deuxième vie des objets. Recyclage et récupération dans les sociétés contemporaines, Petra, 2015.

La deuxième vie des objetsLes crises économiques qui touchent les sociétés de consommation, les conséquences de la surexploitation des ressources naturelles, tout autant que l’émergence d’un impératif de développement durable ont partout favorisé l’apparition de pratiques de récupération et de réutilisation d’objets et de matériaux usagés. Malgré leur grand nombre et leur diversité, ces pratiques restent pourtant encore peu documentées et peu questionnées par les sciences humaines et sociales. Or les logiques qui président au tri, à la collecte et au réemploi de rebuts ou de matériaux déqualifiés, mettent en lumière la modification de rapports économiques ou sociaux tout autant que des changements de systèmes de valeurs. Elles amènent à se demander comment, où et quand l’on passe du déchet à l’objet ré-appropriable et selon quelles modalités notamment culturelles, sociales et sexuées s’effectuent ces transformations. Prenant appui sur des situations de recyclage observées en France, en Europe ou ailleurs dans le monde, cet ouvrage qui associe anthropologues, sociologues et géographes, propose de s’attacher à la « deuxième vie » des objets en montrant que ces pratiques de récupération et de réemploi sont révélatrices des transformations les plus récentes de nos sociétés.

(Résumés fournis par les éditeurs)

et encore :

  • LEROI-GOURHAN, André. Évolution et technique, tome 1 L’homme et la matière, Paris, Albin Michel, [1943] 1971, 367 p
  • LEROI-GOURHAN, André. Évolution et technique, Tome 2 Milieu et technique. Paris, Albin Michel, [1945] 1973, 475 p.
  • GLUCK. D. et VIRVILLE, M de. [et al.]. Système descriptif des objets domestiques français. Paris : MinisteÌre de la culture et de l’environnement. Editions des musées nationaux, c1977. 291p.
  • CHENHALL, Robert G. Nomenclature for Museum cataloging : a systeme for classifying man-made objects. Nashville, American Association for State and Local History, 1978, 512 p.
  • MARTINET, Chantal. « Objets de famille/objets de musée. Ethnologie ou muséologie » dans Ethnologie française, XII, 1982, 1. P. 62-71
  • VAN GIJSEGHEM, Hubert. La quête de l’objet : pour une psychologie du chercheur de trésor. LaSalle : Hurtubise HMH, 1985, 121p.
  • KOPYTOFF, Igor. « The Cultural Biography ou Things : commoditization as Process », dans Arjun APPADURAI (dir.), The Social Life of Things : Commodities in Cultural Perspective, Cambridge, Cambridge University Press, 1986, p. 64-91.
  • POMIAN, Krzysztof. Collectionneurs, amateurs et curieux; Paris, Venise XVIe-XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, 1987, 367 p.
  • CERTEAU, Michel de. L’invention du quotidien, Tome 1 : L’art de faire, Paris, Gallimard, 1990 (1980),
  • CERTEAU, Michel de, Luce GIARD et Pierre MAYOL. L’invention du quotidien, Tome 2 : Habiter, cuisiner, Paris, Gallimard, 1990 (1980). 416 p.
  • APPADURAI, Arjun. The Social Life of Things : Commodities in Cultural Perspectives, Cambridge, Cambridge University Press, 1986, 329 p.
  • KOPYTOFF Igor, « The Cultural Biography of Things : commoditization as process », dans Arjun Appadurai, The Social Life of Things, CUP, 1986,
  • MATHIEU, Jacques et al. « L’objet et ses contextes », Bulletin d’histoire de la culture matérielle, vol. 26, automne 1987, p.7-18
  • DUFLOS-PRIOT, Marie-Thérèse. Système descriptif du costume traditionnel français, typologies du vêtement et du couvre-chef, matières, morphologie, décor, aspects culturels. Paris : Ministère de la culture, de la communication, des grands travaux et du bicentenaire : Editions de la Réunion des musées nationaux, c1988, 164p.
  • PEARCE, Susan M. Objects of Knowledge. New Research in Museum Studies. London : Athlone, 1990, 235p.
  • POMIAN, Krysztof. « Patrimoine et musée », dans JEUDY, Henri-Pierre (dir.). Patrimoine en folie. Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 1990. p. 176-198.
  • PEARCE, Susan M. Museum Studies in material culture. Leicester : Leicester University Press, 1991, 174p.
  • CHEVALIER, Sophie. « Nous, on a rien de spécial… », sous la direction de Martine Ségalen et Beatrix Le Wita. Chez soi. Objets et décors. Des créations familiales ?. Paris : Autrement, 1993, p.86-10
  • CSIKSZENTMIHALYI, Mihaly. « Why we need things », dans Steven D. Lubar et W.D. Kingery (dir), History from things : essays on material culture. Washington, D.C., Smithsonian Institution Press, 1993, p, 20-29
  • PELLEGRIN, Nicole. « Le vêtement comme fait social total ». dans Christophe CHARLES, Histoire sociale, histoire globale?. Paris : Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 1993, p. 82-94
  • BERGERON, Yves. « Les collections : La quête des objets », Bernard GENEST (dir.), Guide d’inventaire des objets mobiliers. [Québec], Gouvernement du Québec, ministère de la Culture et des Communications, 1994, p.28-47,
  • GAGNON, Louise. « L’objet : le monde des choses » dans Bernard GENEST (dir.), Guide d’inventaire des objets mobiliers. [Québec], Gouvernement du Québec, ministère de la Culture et des Communications, 1994, p.11-25.
  • GENEST, Bernard. Guide d’inventaire des objets mobiliers. Québec, Gouvernement du Québec, Ministère de la Culture et des Communications. 1994, 247p.
  • LAMONTAGNE, Sophie-Laurence et GENEST, Bernard (dir.). Le patrimoine immatériel : méthodologie d’inventaire pour les savoirs, les savoir-faire et les porteurs de traditions. Québec, Gouvernement du Québec, Ministère de la Culture et des Communications, 1994, 132p.
  • LESSARD, Michel. « De l’utilité des catalogues commerciaux en ethnohistoire au Québec. » dans Le Cahier des dix. No 49, 1994, p. 213-251.
  • LESSARD, Michel. Objets anciens du Québec. Montréal : Éditions de l’Homme, 1994. 2volumes,
  • LENCLUD, Gérard. « Ethnologie et paysage » dans Paysage au pluriel. Pour une approche ethnologique des paysages. Paris : Éditions de la Maison des sciences de l’Homme, 1995, p. 3-17,
  • PEARCE, Susan M. On collecting : an investigation into collecting in the European tradition, Londres, Routledge, 1995, 440 p.
  • BAZIN, Jean.« Des clous dans la Joconde », Détours de l’objet. Paris/Montréal : L’Harmattan, 1996,
  • BAZIN, Jean, La description. Marseille : [Parenthèse], 1998, 160p.
  • BROMBERGER, Christian et Martine SEGALEN (dir.) Culture matérielle et modernité, Ethnologie française, vol. 26, no 1, 1996,
  • LE MÉNESTREL, Sara. « La collecte de l’objet contemporain: un défi posé au Musée de la civilisation à Québec », Ethnologie française, XXVI, 1, 1996, p. 74-91,
  • POCIUS, Gerald L. « La recherche en culture matérielle : Objets et valeurs esthétiques », dans Anne-Marie Desdouits et Laurier Turgeon (dir.), Ethnologies francophones de l’Amérique et d’ailleurs. Sainte-Foy : Presses de l’Université Laval, 1997, p. 239-252.
  • ROCHE, Daniel. Histoire des choses banales. Naissance de la consommation XVIIe siècle, Paris Fayard, 1997.
  • MILLER, Daniel (dir.). Material cultures; Why somethings matter. Chicago, University of Chicago Press, 1998, 243 p
  • DANT, Tim. Material culture in the social world : values, activities, lifestyles. BuckinghamPhiladelphia, Open University Press, 1999, 227 p.
  • JULIEN, Marie-Pierre et Jean-Pierre WARNIER (dir.). L’approche de la culture matérielle : corps à corps avec l’objet, Paris, L’Harmattan; Montéral, L’Harmattan Inc., 1999, 143 p.
  • LESSARD, Michel. Meubles anciens du Québec. Montréal : Éditions de l’Homme, 1999, 543p.
  • TISSERON, Serge. Comment l’esprit vient aux objets, Paris, Aubier, 1999, 231 p.
  • WARNIER, Jean-Pierre. Construire la culture matérielle : l’homme qui pensait avec ses doigts, Paris, Presses universitaires de France, 1999, 176 p.
  • DESJEUX Dominique et Isabelle GARABUAU-MOUSSAOUI (dir.). Objet social, objet banal, Paris, L’Harmattan; Montréal, L’Harmattan Inc, 2000, 256 p.
  • FRANÇOIS, Tine Vinje et DESJEUX, Dominique. « L’alchimie de la transmission sociale des objets : comment réchauffer, entretenir ou refroidir les objets affectifs en fonction des stratégies de transfert en générations » dans Isabelle Garabuau-Massaoui et Dominique Desjeux (dir.), Objet banal, objet social : Les objets quotidiens comme révélateurs des relations sociales. Paris/Montréal : L’Harmattan, 2000, p.83-116.
  • MILLER, Daniel (dir.) Home possessions : material culture behind closed doors, Oxford ; New York, Berg, 2001, 234 p.
  • MYERS, Fred R. The empire of things : regimes of value and material culture, Santa Fe, N.M., School of American Research Press, 2001, 353 p.
  • VINCENT, Sandrine. « Le rôle du jouet dans la mémoire familiale ou comment les jouets finissent-ils leur vie? » dans Dialogue, 154, 2001, p.99-106.
  • BLANDIN, Bernard. La construction du social par les objets, Paris, Presses universitaires de France, 2002, 279 p.,
  • BONNOT, Thierry. La vie des objets : d’ustensiles banals à objets de collection, Paris, Maison des sciences de l’homme, 2002, 246 p.,
  • LANGLOIS, Simon. « La société de consommation, avènement d’une nouvelle culture matérielle », dans LEMIEUX, Denise (éd.), Traité de la culture. Québec, Éditions de IQRC, 2002, p. 931-947.
  • LANGLOIS, Simon. « Nouvelles orientations en sociologie de la consommation » dans L’Année sociologique 2002/3, Vol. 52, p.83-103,
  • MATHIEU, Jocelyne. « À propos des manières d’habiter. Quelques réflexions sur le mobilier et la mentalité des Québécois » dans Les cahiers des dix, no 56, 2002, p. 297-315,
  • TURGEON, Laurier. Patrimoines métissés : contextes coloniaux et postcoloniaux. Paris/Québec :  Éditions de la Maison des Sciences de l’homme\Les Presses de l’Université Laval, 2003, 234p.
  • DEBARY, Octave et TELLIER, Arnaud. « Objets de peu. Les marchés de Réderis dans la Somme », L’Homme, 170, 2004, p.117-138.
  • KNELL, Simon J. (dir.). Museums and the future of collecting, Aldershot, Hampshire ; Burlington, Vt. , Ashgate, 2004, 266 p.
  • L’HOMME, numéro 170, Espèces d’objets , 2004
  • SCHAEFFER, Jean-Marie.« Objets esthétiques? » dans L’Homme, 2004/2, no 170 p.25-45.
  • FONTANILLE, Jacques et Alessandro ZINNA. Les objets au quotidien, Limoges, Presses de l’Université de Limoges, 2005, 203 p.
  • JULIEN, Marie-Pierre et Céline ROSSELIN. La culture matérielle, Paris, La découverte, 2005, 121 p.
  • PERROT, Martyne. Faire sien : emprunter, s’approprier, détourner. Paris : Seuil, 2005, 250p.
  • EDWARDS, Élisabeth et al. Sensible objects: colonialism, museums, and material culture, Oxford; New York, Berg. 2006 182p.
  • JULIEN, Marie-Pierre, ROSSELIN, Céline et WARNIER, Jean-Pierre. « Le corps : Matière à décrire. » dans Corps, 2006/1, no 1, p. 45-52
  • TREMBLAY, Nathalie. « L’objet domestique sacralisé », Thèse de maîtrise, Université Laval, 2006, 135 p.
  • DEBARY, Octave et Laurier TURGEON (dir.). Objets et mémoires, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme; Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2007, 249 p.
  • HENARE, Amiria, Martin HOLBRAAD et Sari WASTELL. Thinking throught things : therising artefacts ethnographically, Londres; New York, Routledge, 2007, 273 p.
  • LESSARD, Michel. La nouvelle encyclopédie des antiquités du Québec. Montréal : Éditions de l’Homme, 2007, 10103p.
  • PARROT, Fiona. Mais où a-t-on ranger ces souvenirs? » Dans Ethnologie française, 2007/2 (vol. 37)
  • ROUSTAN, Mélanie. Sous l’emprise des objets? Culture matérielle et autonomie, Paris, L’Harmattan, 2007, 241 p.
  • CHEVALLIER, Denis. « Collecter, exposer le contemporain au MUCEM » dans Ethnologie française, vol 38, 2008/4, p.631-637,
  • FOURNIER, Laurent Sébastien (dir.). Le « petit patrimoine » des Européens : objets et valeurs du quotidien, Paris, L’Harmattan, 2008, 300 p.
  • DASSIÉ, Véronique. « Les fils de l’intimité » dans Ethnologie française, 2009/1 (vol. 39),
  • JULIEN, Marie-Pierre et Céline ROSSELIN (dir.). Le sujet contre les objets…tout contre, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, 2009, 300 p.
  • SANTOS-GRANERO Fernando (éd.), The Occult Life of Things. Native Amazonian Theories of Materiality and Personhood. Tucson, The University of Arizona Press, 2009,
  • VANNINI, Phillip (dir.). Material Culture and Technology in Everyday Life, New York, Peter Lang, 2009, 253 p.
  • DASSIE Véronique, Objets d’affection. Une ethnologie de l’intime. Paris, Éditions du CTHS, 2010,
  • KING, Frances E., Material religion and popular culture, New York, Routledge, 2010, 182 p.
  • RENIER, Marie. « Classer, nommer, montrer. Histoire des collections canadiennes-françaises et amérindiennes (1933-1998) » dans Ethnologie française, 2010/3(vol. 40),
  • TURGEON, Laurier, « De matériel à l’immatériel. Nouveaux enjeux, nouveaux défis » dans Ethnologie française, XL, 2010, 3 p.289-399.
  • JOYCE Rosemary A. et Gillepsie Susan D. (eds), Things in Motion. Object Itineraries in Anthropological Practice, School for Advanced Research Press, Santa Fe, 2015.

Ecole Supérieure d'Art d'Avignon [ ESAA-cr ], Département de conservation-restauration