Bienvenue à Hanna Hölling, professeure-chercheuse associée à Semin’R

Hanna devant « Spiral Jetty » de R. Smithson. (Courtesy of H. Hölling)

La rédaction de Semin’R ainsi que la modeste Unité de Recherche Interdisciplinaire en et sur la conservation-restauration de l’art contemporain et des objets ethnographiques de l’ESAA, sont très heureuses d’accueillir en leur rang,  Hanna Hölling qui a accepté avec enthousiasme de se joindre à leur entreprise. Elles tiennent à la remercier très chaleureusement pour sa confiance, sa marque de reconnaissance du travail accompli, et sa motivation pour contribuer  au partage, à distance à la fois géographique et linguistique depuis la prestigieuse University College of London (UCL) où elle officie au sein du département d’histoire de l’art.

Hanna est titulaire d’un doctorat de l’Université d’Amsterdam depuis 2013, après avoir soutenu une thèse sur les installations multimedia intitulée: Re:Paik: On Time, Changeability, and Identity in the Conservation of Nam June Paik’s Multimedia Installations .

En parfaite concordance avec l’orientation et les enjeux des recherches auxquelles Semin’R donne un éclairage, elle mène les siennes au croisement de l’histoire et de la théorie de l’art, des material culture studies, et de la conservation-restauration. Avant d’enseigner au Département d’Histoire de l’Art de l’University College London, Hanna fut  Professeure invitée de 2013 à 2015, dans le cadre de la bourse annuelle Andrew W. Mellon dédiée aux « Cultures of  Conservation » du Bard Graduate Center (Decorative Arts, Design History, Material Culture) à New York.

Des bourses et récompenses postdoctorales ont notamment permis à Hanna l’obtention très prochaine d’une résidence au Getty Conservation Institute de Los Angeles pour l’année scolaire 2016 – 2017, celle d’une résidence précédente  à l’Institut Max Planck pour l’histoire des sciences de Berlin en 2015, et lui ont valu le financement de quatre années d’études,  octroyé par la Netherlands Organization for Scientific Research de 2009 à 2013 à l’Université d’Amsterdam Hanna fut aussi par le passé, à la tête de la conservation au Zentrum für Kunst und Medientechnologie (ZKM) de Karlsruhe et  par ailleurs, elle a donné des conférences à l’Université d’Amsterdam, à la Staatliche Akademie der Bildenden Künste de Stuttgart, ainsi que dans diverses universités européennes et américaines.

Bienvenue à Semin’R, Hanna !

Lire aussi

 

Quel devenir pour le moulage du corps de la Vénus Hottentote ?

Tracey Rose, Vénus Baartman, 2001

En juillet 1994, une demande de restitution des restes de la dépouille de Saartjie (ou Sarah) Baartman dit la Vénus Hottentote est formulée à François Miterrand lors de sa visite officielle en Afrique du Sud reçue alors par Nelson Mandela. Puis elle est discutée une seconde fois en janvier 1996, au cours d’un entretien entre le docteur Ngubane, alors ministre sud-africain des arts, de la culture, de la science et de la technologie et Jacques Godfrain, le ministre français de la coopération, luis aussi  en visite officielle en Afrique du Sud. A la suite de cette entrevue, une mission d’étude pour l’examen de la possibilité d’une restitution et pour la détermination de ses modalités est  confiée à deux experts, l’un français, l’autre sud-africain: Henri de Lumley, directeur du laboratoire de préhistoire du Muséum national d’Histoire naturelle et  Philip Tobias, professeur au département des sciences anatomiques à l’université de Witwatersrand à Johanesburg. Rien ne se passe jusqu’à la réitération de la demande par un courrier du 6 octobre 2000  de Madame Skeweyiya, ambassadrice de la République d’Afrique du Sud auprès du Secrétaire général du Quai d’Orsay, à la suite du précédent créé par la restitution de la momie « El Negro » au gouvernement du Botswana par les autorités espagnoles et afin d’accélérer la procédure qui a rencontré des obstacles en France, notamment chez les conservateurs de musée.

La procédure diplomatique de restitution traînant en longueur, la demande est alors relayée par  l’intervention d’un sénateur, en l’occurrence docteur en médecine, Nicolas About, après qu’il fut saisi par son homologue sud-africain à double titre, le docteur Audrey Van Zyl, parlementaire sud-africain. Le 6 novembre 2001 au Sénat , Nicolas About interpelle à ce sujet , le secrétaire d’état au patrimoine et à la décentralisation culturelle, Michel Duffour. Dans la foulée, le 4 décembre 2001, Nicolas About dépose au Sénat une proposition de loi ainsi libellée :« Par dérogation à l’article L.52 du Code du domaine de l’Etat, il est procédé à la restitution par la France de la dépouille mortelle de Saartjie Baartman, dite « Vénus hottentote » à l’Afrique du Sud » . Après moult tergiversations, la proposition de loi est adoptée par le Sénat le 29 janvier 2002, un texte de loi transmis à l’Assemblée nationale le 30 janvier, adopté définitivement le 21 février et promulgué le 6 mars (JO du 7 mars 2002), décidant la restitution officielle par la France de la dépouille de Saartjie Baartman à l’Afrique du Sud.

Après qu’il fut évoqué un temps « l’hypothèse de funérailles nationales », le 9 mai 2002 jour de la journée nationale de la femme en Afrique du Sud,  la cérémonie a finalement lieu près du village de Hankey (Eastern Cape), conformément aux rites en vigueur dans sa communauté et à ceux de l’Église du Christ de Manchester (la jeune femme avait été baptisée dès son arrivée sur le sol anglais). La dépouille de la « Vénus hottentote » est partiellement incinérée, puis inhumée en présence des représentants de la communauté khoïsan, de ministres et du Président de la République d’Afrique du Sud, Thabo Mbeki.

Les pièces anatomiques reliées à la  « Vénus hottentote »  qui fut présentée au public sans discontinuation durant cent cinquante huit années, de 1816 à 1974, étaient constituées de son squelette, de ses viscères (NB: le cerveau en fait partie), de ses organes génitaux*, d’un moulage anatomique en plâtre et d’un portrait réalisé à la peinture à l’huile. Elles ont été d’abord versées tout à fait normalement dans les collections du Muséum National d’Histoire Naturelle à Paris au moment de leur création, avant d’être transférées dans celles du Musée de l’Homme, au moment de sa création de la création en 1937.

Sawtche-hollywood-sur-seine-beyonce-et-la-venus-hottentote

Paul Gauguin « Tehura », entre 1891 et 1893 masque en bois de pua polychrome H. 0.222 ; L. 0.078 ; P. 0.126 © Musée d’Orsay

Ce sont le squelette et le moulage qui étaient présentés au public, d’abord  dans une salle d’anatomie comparée du Muséum National d’Histoire Naturelle, puis dans la galerie d’anthropologie physique au musée d’ethnographie du palais du Trocadéro jusqu’en 1974. Les bocaux n’étant accessibles à des scientifiques que sur autorisation expresse du directeur d’établissement. Après cette date et là encore sur décision du directeur de l’établissement, le moulage fut mis en réserves et ne fut exposé que temporairement dans la salle de préhistoire, « à la demande du public », puis remisé une seconde fois dans les réserves du musée à compter de 1976. Mais en 1994,  dans le cadre d’une exposition temporaire « La sculpture ethnographique: de la Vénus hottentote à la Tehura de Gauguin », le moulage fut à nouveau présenté au Musée d’Orsay du 16 Mars au 12 Juin, à la demande de sa directrice Françoise Cachin, ainsi qu’ à Arles au Museon Arlaten du 5 Juillet au 4 Septembre. Ce furent les dernières présentations au public du moulage du corps de la Vénus hottentote. Car c’est en 1994 que fut formulée la première demande de restitution de la dépouille de Saartjie Baartman …

La conférence Griqua qui avait réclamé le retour des restes de Saartjie (Sarah) Baartman sur sa terre natale, aux fins de funérailles et crémation, n’a pas émis la demande de récupérer ce moulage ni les dessins ou peintures la représentant. Elle n’a pas non plus  exigé que ces objets soient détruits. Alors que vont-ils devenir ? Ont-ils conservés leur inaliénabilité aux yeux de la loi ? Où sont-ils remisés et à quel titre ?

_______________________

* GOULD, Stephen Jay, Le Sourire du Flamand Rose : Réflexions sur l’Histoire Naturelle, Paris : Seuil, 1985, p.267. Lors d’une visite des caves du Musée de l’Homme à Paris, Stephen Jay Gould , professeur de biologie, géologie et histoire des sciences à l’université de Harvard,  fait une découverte macabre. « Ces étagères contiennent un bric-à-brac indescriptible : des têtes coupées de Nouvelle-Calédonie, un exemple de ce que l’on faisait subir aux pieds des femmes chinoises — oui, vous avez bien lu, un morceau de jambe, sectionnée juste au-dessous du genou, et se terminant par un pied bandé. Et, sur l’étagère qui surplombait celle des cerveaux, je vis quelques-unes des pièces à conviction de l’histoire du racisme qui me plongèrent dans le bain de la mentalité du XIXe siècle et me procurèrent un frisson d’horreur : trois bocaux de plus petite taille contenant les organes sexuels disséqués de trois femmes du Tiers-monde. L’un des trois bocaux portait une étiquette avec la mention « Vénus Hottentote »

Bibliographie

Digital Art: who cares ? With a documentary on born-digital art

What is needed to be able to support museums and artists to sustain their digital born artworks for the future? This documentary has been created as part of the research project Transformation Digital Art’. A project about conservation strategies for digital art by The Foundation for the Conservation of Contemporary Art (SBMK) in collaboration with LIMA, Kröller Müller Museum and Gemeentemuseum Den Haag.

Ce film documentaire, créé dans le cadre du projet de recherche «Transformation Art numérique », date de Février 2016.  Ce projet concerne les stratégies de conservation de l’ art numérique et a été initié de mai 2014 à Novembre 2015 par la Fondation pour la conservation de l’ art contemporain (SBMK) en collaboration avec LIMA (lien LIMA), Kröller Müller Museum et Gemeentemuseum Den Haag.

A l’instar d’une société  de plus en plus imprégnée par le numérique et la technologie, les artistes contemporains font appel à ces ressources pour créer des œuvres qui  reflètent leur milieu. En manipulant des logiciels et même en créant les leurs, ils explorent de nouvelles fonctionnalités jusqu’aux limites du possible.

En conséquence, les institutions collectionneuses et les archives sont de plus en plus confrontées à des œuvres qui ne se caractérisent plus par un support physique, mais qui existent uniquement sous forme numérique: c’est l’art d’origine numérique  (born-digital art).

L’affichage et le stockage de de type d’art consistent en de nouveaux  défis, car les oeuvres dépendent d’un environnement technologique qui ne cesse d’évoluer rapidement: les logiciels et l’ équipement technologique se développent. Alors, soit les oeuvres sont capables d’ évoluer de la même manière, soit elles disparaissent pour toujours.

Résultat de recherche d'images pour "Peter Struycken timbre beatrix"

Peter Struycken, un pionnier dans l’ art numérique, est très connu en Hollande en tant  que le concepteur des timbres-postes  pointillistes de la Reine Beatrix, diffusés à partir des années 1980 jusqu’ aux années 2000. Ses oeuvres collectionnées et conservées par de nombreux musées néerlandais, sont typiques des  problèmes qui se posent à propos de la préservation de l’ art numérique. Ses recherches sont éclairantes pour le traitement de l’ art numérique aujourd’hui et dans l’avenir. Ce documentaire présente un certain nombre d’approches possibles.

Some links:

Des liens

Stedelijk Museum Amsterdam
Kröller-Müller Museum
Musée Boijmans Van Beuningen
Bonnefantenmuseum
Gemeentemuseum Den Haag
Van Abbemuseum
Museum De Pont
Centraal Museum
Dutch Cultural Heritage  Agency
Rijksmuseum Twenthe
Stedelijk Museum Schiedam
CODA Apeldoorn
Frans Hals | De Hallen
Musée Beelden aan zee
Museum Arnhem
Mu.Zee Oostende
EYE Film Insititute
Rijksmuseum Amsterdam
Art Foundation Akzo Nobel
Rabobank Kunstcollectie
ING Kunstcollectie
LIMA
INCCA
SRAL
Restauratoren Nederland
Inside Installations
CoOl
Variable media  network
STT
NIMk 
PH5
C-R training Univ. Amsterdam
Kunstenaarsmateriaal

Contrats et modèles

 

Colloque INHA

Colloque « Comportement mécanique des peintures » – 29 & 30 septembre 2016 – INHA, Paris

Les communications pourront porter sur des sujets variés, par exemple :
• mesures physiques, surveillance et prédiction
• mécanismesd’actions
• documentation et constats d’état
• solutions pratiques et stratégies de conservation

• études de cas…

Les auteurs qui souhaitent présenter un travail en cours ou achevé, une recherche ou un cas d’étude pertinent, sont invités à soumettre un résumé de 300 mots maximum avant fin février 2016.
Les auteurs retenus devront envoyer un résumé détaillé qui sera inclus dans le programme du colloque avant fin juin 2016.

Télécharger ici l’annonce complète

Contact : painting.mechanical.2016@gmail.com

Colloque organisé par les groupes de travail Conservation préventive, Documentation et Peintures de l’ICOM-CC en partenariat avec la fondation des sciences du patrimoine, l’Institut National du Patrimoine, l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. et le C2RMF.

Les 4 formations publiques françaises à la conservation-restauration

Voici ci-dessous comment le MCC présente de bien piètre manière, la discipline de la conservation-restauration et les 4 formations initiales permettant d’accéder à un diplôme au grade de Master.    ICI  
L’appellation « restaurateur du patrimoine » est celle choisie par l’INP pour ses diplômés,  en dépit de la définition de la profession établie par l’ICOM-CC depuis 1984 et par le code de déontologie des musées voté initialement lors de la 15 ème assemblée de l’ICOM en 1986 à Buenos Aires,  Le conservateur-restaurateur : une définition de la profession   et de la   résolution 7    adoptée lors de sa 27 ème  assemblée en 2010 à Shangaï [ « La conservation-restauration est complexe et exige la collaboration de professionnels qualifiés dans les divers domaines pertinents. En particulier, tout projet impliquant des actions directes sur le patrimoine culturel requiert un conservateur-restaurateur. (réf. définition de la profession par ICOM-CC, Copenhague, 1984, et Code de déontologie de l’ICOM).  » ] Au nom de quelle « exception française » le site du ministère, éludant les   Règles professionnelles de l’ECCO   adoptées par l’Assemblée Générale de l’ECCO, le 11 juin 1993 et modifiées par l’Assemblée Générale de l’ECCO, le 1er mars 2002, persiste à imposer « restaurateur du patrimoine » comme appellation générique ? Pourquoi le MCC cautionne-t-il cet isolationnisme, en France même, malgré la ratification française des textes de l’ICOM ?

Telle qu’elle est cantonnée à une intervention matérielle en vue d’une transmission dans le futur, la définition sommaire de l’activité est inexplicablement erronée. On conserve et on restaure aussi, et certainement d’abord, pour une transmission au présent !

En limitant l’intervention de  cette activité à la matière des biens culturels, elle passe notamment sous silence le travail d’enquête, d’étude préliminaire et de documentation pour appréhender les situations passées et actuelles des  biens culturels pris en charge, ainsi que les dimensions critique et de conception de cette discipline qui constituent un préalable sans lequel aucun traitement n’est envisageable.  De même, la conservation préventive qui n’agit précisément pas sur la matière des biens culturels, mais plutôt autour , est complètement éludée.

Celà fait tout de même beaucoup sur le site public français de référence et on peut s’en étonner. Pourquoi ne pas s’être référé tout bonnement à la définition internationale de l’ICOM adoptée à Shangaï en 2010 et qui fait consensus ?

En outre, les descriptifs de formation ne bénéficient pas du même souci du détail que celui du cursus et du diplôme de l’INP, alors que les quatre diplômes revêtent le grade de Master et procurent la même habilitation en regard du droit du patrimoine. Pourquoi donc ?

Pour finir, on ose affirmer que « Certains restaurateurs exercent leurs fonctions dans le secteur privé. » alors qu’il s’agit de la plupart. Plus loin, on laisse entendre qu’ « Ils peuvent intégrer un grand laboratoire ou une importante institution patrimoniale ». Certes quelques rares opportunités de cette sorte existent, mais cette précision devient saugrenue en regard de la très grande majorité des conservateurs-restaurateurs qui exercent en entreprises privées, (chacun-e) en tant que salarié-e, entrepreneur (artisan) ou profession libérale.

Cela fait décidément beaucoup de points à revoir pour réparer cette présentation inexacte et indigente.

 

Ce qui suit est visible sur le site du MCC :

Restaurateur du patrimoine

Les restaurateurs interviennent sur la matière des œuvres et objets ayant une valeur patrimoniale, afin de les transmettre aux générations futures. Ils agissent lorsque cette matière est menacée et que le vieillissement, les accidents, les remaniements ont fragilisé les œuvres, perverti ou masqué leur image. Certains restaurateurs exercent leurs fonctions dans le secteur privé. Ils peuvent intégrer un grand laboratoire ou une importante institution patrimoniale .

  • L’École d’Art d’Avignon – ESAA combine l’enseignement de la création avec celui de la préservation des biens culturels et forme en 5 ans au Diplôme national supérieur d’expression plastique (DNSEP), option Art, mention conservation-restauration.
  • L’École supérieure des beaux-arts Tours, Angers, Le Mans – Esba TALM propose, sur le site de Tours, un cycle long spécialisé en Conservation-restauration des oeuvres sculptées.
  • L’Institut national du patrimoine – Inp assure une formation qui conduit en 5 ans au diplôme de restaurateur du patrimoine et confère le grade de master à ses titulaires. Admis sur concours, les élèves restaurateurs acquièrent les bases théoriques, scientifiques et pratiques nécessaires à la restauration d’œuvres et objets patrimoniaux. Sept spécialités sont ouvertes : arts du feu, arts graphiques et livre, arts textiles, mobilier, peinture, photographie, sculpture. Le cursus prévoit de nombreux stages et chantiers-école, tant en France qu’à l’étranger.
  • L’Université Paris 1 propose deux masters en conservation-restauration :

DNSEP-CR 2016: résultats.

Ce Mardi 28 Juin 2016,  le jury présidé par Jean-Marc Prévost, directeur du Carré d’Art de Nîmes, composé de Yaël Kreplak, docteur en sociologie de l’art, Chloé Maquelin, conservatrice-restauratrice au Musée d’ethnologie de Neuchâtel,  Laurent Prexl, artiste et professeur à la Villa Arson, et Gaspard Salatko, docteur en socio-anthropologie et professeur à l’ESAA, a décerné  le DNSEP  option art, mention conservation-restauration de biens culturels  à

Elsa DECKER,

Marie BASTARD, avec félicitations,

Coline BOURGOUIN,

Gaelle BAUDRY, avec félicitations,

Timothée LECOUEDIC.

Leur réussite honorant  une fois de plus leur formation et ses acteurs impliqués,  tous les membres de l’ UIR-CR de l’ESAA leur adressent leurs congratulations, remerciements et encouragements pour la suite  .

Magistrale Gaelle.
Magistrale Gaelle.

SESSION 2016 DU DNSEP-CR DE L’ESAA

SESSION 2016 DU DNSEP DE L’ESAA

option art mention conservation-restauration de biens culturels

Soutenances publiques

Mardi 28 Juin 2016

  9 h – 18 h

sur le site de Baigne-pieds et sous réserve de places disponibles.

En 2016, cinq candidates postulent à l’obtention du DNSEP, option art, mention conservation-restauration des biens culturels. Pour rappel, deux épreuves sanctionnent l’accès à ce diplôme national au grade de Master II. Il s’agit, dans un premier temps , de soutenir le mémoire (le 21 Juin à huis clos); puis, dans un second temps, d’exposer  oralement la teneur du projet de conservation-restauration construit tout au long de cette cinquième année.

L’inflation contemporaine du panorama des biens culturels a pour effet de questionner le champ d’application de la conservation-restauration. Pour cette discipline, la résolution de problèmes ne se restreint pas à la matérialité d’artefacts, mais engage le conservateur-restaurateur à ne pas tenir pour autonomes les choses qui lui sont confiées. Elle engage le conservateur-restaurateur à ne pas tenir pour autonomes les choses qui lui sont confiées et à les envisager au regard de la pluralité des mondes et des modes d’existence dont elles témoignent.

Dans ces conditions, la commande institutionnelle de restaurer ne va pas de soi. Elle enjoint les conservateurs-restaurateurs à considérer au moins deux questions complémentaires.

D’une part, comment rendre compte des conditions d’activation et de réactivation des objets qui leur sont confiés, étant données les spécificités mêmes des institutions qui sont chargées d’en assurer la pérennité ?

Et, d’autre part, comment comprendre les prérogatives du conservateur-restaurateur et situer son intervention au contact des autres acteurs des mondes de l’art et du patrimoine ?

Les travaux réalisés cette année à l’École Supérieure d’Art d’Avignon illustrent et mettent en perspective la variété des situations où s’actualisent ces questions :

  • jupe monnaie 02Après un stage de plusieurs mois en Nouvelle-Calédonie, Marie BASTARD se propose d’envisager les conditions d’exposition de la collection de « jupes-monnaies » du Muséum d’histoire naturelle de la Rochelle. Témoins des bouleversements culturels à partir de la fin du 19e siècle, liés à la colonisation, ces objets à la fois vestimentaires et d’échanges matrimoniaux, ne sont plus confectionnés ni utilisés aujourd’hui. En sorte que la formulation d’une proposition de traitement non assujettie à une interprétation ethnocentrée de ces objets, requiert de rendre compte du point du point de vue Kanak aussi bien que du point de vue occidental.

    accords faisandés

  • Soucieuse de réfléchir au devenir des installations détenues par les Fonds régionaux d’art contemporain, Gaëlle BAUDRY envisage les conditions de réactivation d’Accord faisandé réalisée en 2013 par l’artiste Anthony Duchêne. Conservée par le Frac de Provence-Alpes-Côte d’azur, cette oeuvre n’a plus été exposée depuis son acquisition. Dès lors, comment donc fournir à l’institution les moyens de disposer cette installation dénuée de notice protocolaire, sans en trahir le sens tout en se passant de l’intervention de son auteur ?

  • Where the slaves liveLa recherche de Coline BOURGOIN prend appui sur Where the slaves live, une oeuvre de l’artiste Adrian Villar Rojas, réalisée en 2014 pour la Fondation Vuitton où elle est désormais exposée. La matérialité particulière de cette création, pour partie composée d’êtres vivants, éprouve la façon dont le conservateur-restaurateur peut se saisir, notamment par le biais du constat d’état, d’une sculpture « vivante », et donc,  évolutive et impermanente.

    Monuments aux sapins morts

  • En réfléchissant aux solutions de stockage, de transport et de présentation adaptées à Monument aux sapins morts de l’artiste Rodolph Huguet, Elsa DECKER propose de considérer la pratique du soclage comme un prolongement de l’activité du conservateur-restaurateur. Dans cette perspective, envisager les conditions de réactivation et de préservation de cette oeuvre – acquise en 2013 par le Frac de Franche-Comté – suppose au préalable de recueillir les témoignages et la documentation qui permettront de saisir les propriétés et les références constitutives de ce « monument » d’une extrême fragilité.

    conservatoire d'anatomie

  • Enfin le travail de Timothée LECOUEDIC porte sur une collection de spécimens tératologiques conservés en fluide au Conservatoire d’anatomie de la Faculté de médecine de Montpellier. La démarche qu’elle mobilise consiste tant à maintenir les solutions de conservation en fluide de ces restes humains qu’à valoriser et transmettre les objectifs scientifiques et pédagogiques aux fins desquelles cette collection a naguère été constituée.

   Chacune de ces recherches s’appuie sur une enquête dont l’enjeu vise à identifier les propriétés à la fois sensibles et cognitives qui sont attribuées aux objets, afin de proposer les solutions de traitement les mieux ajustées à leurs spécificités. En mettant l’accent sur la variété même des situations liées aux appréciations passées, présentes et à venir des objets qui leur ont été confiés, les candidates tracent une voie – tant méthodologique que déontologique – dont l’enjeu consiste à penser à nouveaux frais la conservation-restauration des collections d’art contemporain et ethnographiques.

crédits : GS, MM / 06.16

Les travaux présentés n’auraient pu être réalisés sans la contribution de toute l’équipe administrative et technique de l’ESAA, ni sans l’accueil et la confiance réservés aux cinq étudiantes de l’ESAA par les institutions suivantes  (par ordre alphabétique)Conservatoire d’anatomie / Montpellier, Fondation Louis Vuitton / Paris, FRAC Franche-Comté / Besançon, FRAC Provence-Alpes-Côte d’Azur / Marseille, Museum d’histoire naturelle / La Rochelle. 

Que leurs responsables et collaborateurs partenaires soient ici vivement remerciés.

__________________________

Le II° cycle de la mention c-r à l’ESAA: professionnalisation et recherche

[Actualisation: 29. 06.2016 / Crédits ESAA: MM]

Depuis la réforme issue des accords de Bologne et outre l’objectif de professionnalisation, le cursus de conservation-restauration de l’École Supérieure d’Art  d’Avignon a intégré la dimension de la recherche dans le parcours des étudiants à partir du second cycle. A des  enseignements conventionnels,  l’Unité de recherche interdisciplinaire en conservation-restauration de l’ESAA (URI-CR) adosse un programme de recherche – « art et artefactualité » – appliquée depuis un peu plus d’une quinzaine d’années, à la conservation -restauration des « oeuvres » de l’art contemporain1, et des artefacts « ethnographiques »conservés dans les institutions publiques. Concernant cette dernière catégorie, le cursus avignonnais est désormais le seul en France à lui dédier un enseignement spécial, après l’arrêt de celui du Master CRBC à l’Université Paris I – Sorbone.

Tout compte fait, le programme « art et artefactualité » propose l’exploration l’exploration des dimensions théoriques, méthodologiques et éthiques de la conservation-restauration de l’art contemporain et des objets ethnographiques en lien étroit avec sa pratique.

Les oeuvres contemporaines, qu’elles soient installées, performées ou interactives, ont pris une place grandissante dans les musées et dans d’autres collections publiques et privées. On a vu apparaître de plus en plus d’oeuvres dont les technologies hybrides et intermédiales suscitent des réflexions et questionnements au sujet de leur réitération. Parallèlement, une part croissante d’archives conservées par les institutions patrimoniales ont des supports sonores et visuels. Avec la multiplication des media de masse (cinéma, télévision, radios, internet, musiques, dispositifs sonores et multimedia), les usages et la préservation de ces archives, sous-estimés il y a peu encore sont devenus des enjeux actuels.

 Quoi ? 

Dans le panorama français des formations homologues, l’identité du cursus de conservation-restauration de l’ESAA se fonde sur la méthode mise en œuvre pour cette recherche. A partir de l’examen d’un artefact culturel et de la pluralité des attachements dont il est et fut le vecteur, une grande importance est accordée à l’enquête3. Celle-ci ne vise pas à pas oblitérer ou minimiser l’autre composante de la compétence en conservation-restauration, à vocation technique et technologique celle-là, constituant le présupposé de l’activité le plus communément admis. En réalité, si la dimension technique demeure toujours importante, celle, théorique, de l’histoire et de l’esthétique des formes préside à toute opération pratique. L’histoire propre aux documents et aux œuvres ainsi que l’étude des conditions matérielles et technologiques qui les ont produits ne sont pas dissociables de leur conservation et de leur restauration. L’enquête constitue donc le préalable de l’analyse critique donnant lieu à la construction de l’argumentaire propre au point de vue4 du conservateur-restaurateur, et à même de soutenir une proposition de traitement.

Toute la démarche est consignée dans un mémoire de fin de II° cycle. Les questionnements et propositions de réponses concernent principalement les moyens et objectifs de la conservation-restauration en fonction de la nature, du statut, de l’ontologie, du régime, de la pérennisation et de la transmission des objets que cette activité est appelée à prendre en charge.

 Comment ? 

La professionnalisation accélérée de son activité à la fin du XVIIIe siècle, a incité le conservateur-restaurateur à prélever progressivement des matériaux, outils et méthodes dans l’industrie pour constituer et augmenter un arsenal technique et technologique qui permette de faire valoir son efficacité et d’établir sa spécialité. Aujourd’hui et en l’absence de norme disciplinaire, le chercheur en conservation-restauration restauration s’autorise de la même façon, le recours à certains concepts et savoir-faire des sciences humaines et sociales5. Son enjeu est la capacité d’alimenter l’ argumentaire précis d’un parti-pris tant qualitatif que quantitatif de traitement, au delà de la seule injonction déontologique par défaut . Par la description et la démonstration, il s’agit de rendre compte tant des examens et de l’analyse d’un bien culturel en dérangement, que de justifier de propositions pour y remédier. Du reste, certains chercheurs affirment que la conservation-restauration est susceptible de fournir en retour, des éléments de reconsidération voire de reconception dans des disciplines des sciences humaines et sociales6  telles que notamment  la philosophie, l’esthétique, et l’histoire de l’art. Au moyen de la description, de l’investigation et de la démonstration, il s’agit de rendre compte tant des examens et de l’analyse d’un bien culturel en dérangement, que  de justifier de propositions pour y remédier.

En somme, la formation à la recherche vise essentiellement l’acquisition des capacités

  • d'examen et d'analyse matérielle de la forme et de la structure d'un artefact,
  • d'examen de ses propriétés de fonctionnement, d'usage et relationnelles dans une (des) situation(s) plus ou moins bien circonscrite(s),
  • de formulation d'un questionnement permettant de délimiter les contours d'une enquête,
  • de réflexion, d'analyse et de synthèse,
  • d'argumentation et de conceptualisation,
  • de connaissance, de compréhension et d'analyse de texte,
  • de familiarisation avec les outils méthodologiques de sciences humaines et sociales,
  • d'étude et de compréhension de l'argumentaire ou de la conceptualisation d'un auteur étudié,
  • d'étude du contexte intellectuel environnant d'un auteur étudié,
  • de maîtrise du discours oral et écrit.

 Exemples récents 

Diplômée en 2014, Laura GIRAUD a soutenu son mémoire de recherche intitulé « Conservation-restauration des publications sonores Lèpre Électrique et Léprothèque de Jean-Pierre Bobillot, K7, Tipp-Ex et Poésie ». Elle y démontre notamment que le transfert des archives sonores, visuelles et des oeuvres technologiques d’un support analogique à un support numérique ne consiste pas en une simple opération technique : il nécessite avant tout une analyse matérielle, philologique et esthétique. La notion même de source sonore a été ébranlée à la fois par l’introduction de nouvelles techniques et par la redécouverte de formats oubliés.

Quoique nous soyons contemporains d’un générateur Cockcroft-Walton et de la société qui l’a fait naître, il constitue désormais une altérité, la physique moderne demeurant opaque hors des laboratoires. Aussi, l’étude de faisabilité pour une préservation ex situ de cet artefact issu de la « Big Science », qui plus est à forte connotation esthétique, a supposé pour Rémy GEINDREAU, diplômé lui aussi en 2014, une étude interdisciplinaire – relatée dans son mémoire  » Contribution de la conservation-restauration au destin patrimonial d’un générateur Cockcroft-Walton » – en rapport avec des ex-usagers, physiciens, techniciens, historiens, anthropologues, … afin d’intégrer au mieux la rupture entre ses modes d’existence passés et son destin patrimonial.

Diplômée en 2015, Mathilde CHASSAGNEUX s’est penchée sur un film expérimental  d’artiste, dont il ne reste plus aujourd’hui que deux copies différemment incomplètes, mais qui permettent néanmoins d’envisager une restauration de l’occurrence originelle au prix de sacrifices mesurés. Son mémoire a pour titre « Une expérience cinématographique à l’épreuve du temps, sauvegarde et diffusion d’un film expérimental. Etude sur la conservation-restauration de Soft Collisions Dream of the Good Soldier de Yann Beauvais et Frederick Rock 1991″.

 Pour quoi ? 

Au delà du particularisme d’un programme spécialisé, la recherche envisagée constitue une fonction émancipatrice pour le conservateur-restaurateur professionnel en devenir. Celle de développer sa capacité de soutenir un discours propre au rapport spécifique7 qu’il entretient avec les objets qui lui sont confiés.  « Un dogme qui a longtemps présidé en Europe, la pratique de la restauration voulait que celle-ci fût absolument invisible, insoupçonnable. Ce dogme, sérieusement remis en question aujourd’hui (car les traces de l’histoire d’un objet ont également leur valeur), …  » 8. Par le passé, le résultat de son travail devant être imperceptible, le restaurateur était relégué à l’invisibilité et par conséquent,  au mutisme. Son aptitude à « se glisser dans la peau » d’un artiste l’acculait à l’effacement derrière l’oeuvre censément inaltérée. En regard de l’évolution et de la définition actuelle de sa discipline, le conservateur-restaurateur aspire aujourd’hui à endosser la responsabilité et l’expression d’une activité à caractère libéral9 non pas cantonnée à la technique, mais relevant aussi d’une aptitude à  la conception à partir d’une démarche critique.

Ce faisant, la réflexion et l’analyse alimentent ipso facto un réexamen critique des enjeux de cette discipline10, à partir de difficultés causées à la fois par la variété croissante d’artefacts actuels patrimonialisés ou muséalisés, et par l’ébranlement des conceptions établies qu’elle provoque. Conserver-restaurer ne peut pas consister en l’adéquation de traitements avec les aspects d’une déontologie essentiellement conçue en considération de genres artistiques traditionnels. Il aura fallu un peu plus d’un siècle d’expériences pour que le savoir-faire de la restauration analogique s’établisse. Or les productions des Avant-garde et les développements actuels du numérique recquièrent la détermination d’un cadre déontologique qui leur soient appropriés. Une reconception de la discipline est nécessaire eu égard à la mise à mal des réquisits de l‘authenticité, l’originalité, l’intégrité et la réversibilité par les productions de l’art contemporain et de cultures éloignées tant géographiquement que temporellement. Autrement dit, il ne s’agit pas de conserver-restaurer en vertu d’une déontologie définitive propre à cette activité, mais de se doter de règles éthiques révisées correspondant à la nature, la temporalité ontologique, le fonctionnement et l‘usage d’artefacts issus de l’art contemporain, de cultures exogènes ou de groupes sociaux modernes. Ces nouvelles prescriptions devront intégrer des changements de conception à la lumière de propositions émises par certains auteurs11, telle que, par exemple, les tenants d’une approche institutionnelle de l’art12.

 Pour qui ? 

cockroftCette visée converge nécessairement avec celle de la création-instauration, elle aussi « indisciplinaire », l’autre versant de la formation à l’ESA. En effet, pour entrevoir toute la complexité et la multidimensionnalité d’un bien culturel, il convient d’aller au-delà de l’inter-, la pluri- ou même la transdisciplinarité. Mais à la différence de celle du « chercheur » en création artistique, l’expérience d’analyse et d’interprétation d’un ou plusieurs artefact artistiques existants, veut se situer sur un autre plan que celui du vécu, des affects, de l’émotion individuelle. Elle ambitionne « Un cognitivisme à l’instar de celui qui rejette tous les clichés populaires qui mettent les arts (tenus pour évaluatifs, subjectifs, émotifs, supposant une contemplation passive produisant seulement du plaisir) en opposition avec les sciences, elles-mêmes factuelles, objectives, rationnelles, et supposant une recherche active de nature à produire un savoir nouveau. » (Goodman 1996, 62 – 63) Bien que poursuivant des finalités propres, ces activités sont de nature à s’alimenter mutuellement et à communiquer dans une relation dialectique à propos d’interrogations communes. Celles faisant en effet écho à une situation qui est aussi celle de l’art, caractérisée par les paradoxes qu’induisent la présence et le statut d’une multitude d’objets au sein des démarches artistiques.

L’entrée en second cycle mention c-r réservée aux titulaires du DNAP mention c-r de l’ESAA ou d’au moins une licence équivalente, est assujettie à l’acceptation de sa candidature par la commission d’accès en II° cycle. Elle suppose un engagement conséquent, tant par la quantité de travail à fournir que par la régularité de présence ou par l’implication personnelle durant les cours. Outre l’exigence d’assiduité et de ponctualité, le caractère professionnel de cette formation réclame une capacité de responsabilité et d’autonomie dans son rapport aux biens culturels pris en charge, aux autres, et à l’institution. La réussite des années M1 et M2 dépend largement du climat de respect, de partage et d’investissement. Il est fortement déconseillé de concilier ce cursus avec d’autres études ou un emploi alimentaire trop chronophage.

 Avec qui ? 

En plus des nombreuses institutions publiques dépositaires de biens culturels à l’ESAA, l’URI-CR a noué et entretient plusieurs partenariats locaux, régionaux, nationaux et internationaux, dans le cadre de différents projets de recherche et de développement.

Avignon Collection Lambert, ISTS, Campus technologique PG, Maison Jean Vilar, Musée Angladon, Musée Calvet, Musée lapidaire,Musée du Mont de Piété Musée du Petit Palais, Musée Requien, Palais du Roure, UAPV : Laboratoire culture et communication, Laboratoire d’histoire: Master patrimoines et archives historique, IMBE, Chimie des matériaux des objets d’art et d’archéologie, IMBE, restauration écologique,

régionaux CCR, Perpignan, CICRP,  Marseille, C2RMF, Paris , EHESS, Centre Norbert Elias, Marseille, FRAC-LR, Montpellier, FRAC-PACA, Marseille, Museon Arlatten, Arles, Carré d’art, Nîmes Musée d’art sacré, Pont-Saint-Esprit,,

nationaux Musée africain, Lyon, MUCEM, Marseille, Musée Jacques Chirac (Quai Branly), Paris, Musée des Confluences, Lyon, Musée des tissus, Lyon, Université Paris I, Master de conservation-restauration des biens culturels,

internationaux ABA, Guangzhou, ABA, Sarajevo, ABK, Stuttgart, ENSAV, Bruxelles, EPA, Porto Novo, Musée d’ethnographie, Neuchâtel.

 Pour quel devenir ? 

La reconnaissance des diplômes des établissements d’enseignement supérieur est désormais liée à la qualité et l’efficience de l’insertion de leurs diplômés. Le DNSEP option art, mention conservation-restauration au grade de Master II, a pour vocation une insertion professionnelle directe à un niveau bac+5 principalement dans le domaine de la sauvegarde de biens culturels, mais aussi dans d’autres secteurs, tels que la régie d’oeuvres d’art, la médiation culturelle, l’enseignement. Quels que soient les statuts endossés, le tableau ci-dessous montre une très bonne insertion professionnelle des diplômés des cinq dernières années.

Promotion

   Nombre

Entreprise individuelle

Société de Portage

Salarié(e) public, privé

Poursuite études sup.

Autre secteur

Sans exercice

2011

08

03

02

02

00

01

00

2012

06

02

02

01

00

01

00

2013

10

01

02

02

01

04

00

2014

12

04

03

01

01

03

00

2015

06

00

01

02

01

01

01

Une étude statistique approfondie sur les dix dernières années est en cours afin de permettre une actualisation et une précision de ces données.

 © Semin

Le carnet de recherche Semin’hébergé sur la plateforme Openedition13a pour vocation de rendre visible publiquement cette dynamique aussi prospective, notamment par l’entremise des productions autour du séminaire « art et artefactualité ».

 

_____Notes____________________________________

1. « Une œuvre d’art au sens classificatoire est  un artefact  tel qu’un ensemble de ses aspects fait que le statut de candidat à l’appréciation lui a été conféré par une personne ou un ensemble de personnes agissant au nom d’une certaine institution sociale (le monde de l’art) » in Georges Dickie, Art and the Aesthetic. An Institutional Analysis, Cornell University Press, 1974, p. 34. En plus des genres hérités de la tradition académique, l’art contemporain comprend notamment la catégorie générique des  « arts médiatiques  » (media art) qui  réfèrent à toute œuvre d’art dont le fonctionnement recquiert une composante technologique. Cette catégorie recense aujourd’hui l’art biotechnologique, l’art cinétique, le cyberart, l’art électronique, l’art informatique, l’art interactif, l’art multimédia, l’art numérique, l’art photographique, l’art du réseau (ou net art), l’art robotique, l’art sonore, l’art spatial, l’art technologique, l’art vidéo,  … On s’accorde généralement à considérer que ses débuts remondent à la fin de la deuxième guerre mondiale ou au début des années soixante.

2. Ces objets ne réfèrent plus seulement aux cultures dites « primitives  » par le passé. Ils comprennent aussi les objets « scientifiques  » et « techniques » qui relèvent d’une ethnographie des sociétés modernes, initiée au début du XXè siècle par les sociologues de l’Université de Chicago. L’ ethnographie sociologique de Chicago s’est développée tout au long du XXè siècle en privilégiant à la fois un fieldwork anthropologique et un travail sociologiquel au moyen des techniques du journalisme d’enquête. 

3.  Concernant les artefacts « artistiques » et « ethnographiques », cette enquête d’inspiration pragmatiste vise à réunir toutes les informations susceptibles de mettre en lumière tous les aspects et effets dont ils sont le vecteur dans des  situations données, de déterminer les conditions, intérêts et potentialités qui leur sont associés. 

4.   Au sens propre comme au figuré.

5.  La philosophie, l’esthétique, l’anthropologie, la sociologie, l’ethnologie, la sémiotique, …

6.  « Acknowledging the unquestionable importance of conservation science in providing analytic precision, I assert the importance of conservation theory and philosophy. This most important branch of conservation studies places itself at, and is reciprocally served by, the intersection of other human sciences such as philosophy, the social sciences, anthropology, history and art history. » , « The Explicit Material: On the Intersections of Conservation, Art History and Human Sciences », Simulacre, Stichting Simulacre, Kunsthistorisch Instituut, Université d’Amsterdam, 23/1. [trad. MM : Sans nier l’importance incontestable de la dimension scientifique de la conservation-restauration par son apport de précision analytique, j’affirme l’importance de la théorie et de la philosophie de la conservation-restauration. Cette dimension la plus importante des Conservation studies, s’inscrit au carrefour d’autres sciences humaines telles que la philosophie, les sciences sociales, l’anthropologie, l’histoire et l’histoire de l’art, de la même façon qu’elle est irriguée par elles en retour.]

7. On parle très souvent d’une « intimité unique ».

8. Pol Pierre Gossiaux, « Conserver, restaurer : écrire le temps en Afrique », CeROArt [En ligne], 1 | 2007, mis en ligne le 09 octobre 2008, URL : http://ceroart.revues.org/253

9.  Profession exercée sur la base de qualifications appropriées, à titre personnel, sous sa propre responsabilité et de façon professionnellement indépendante, en offrant des services intellectuels et conceptuels dans l’intérêt du client et du public. (Directive européenne relative à la reconnaissance des qualifications professionnelles, n°2005/36/CE, 43)

10. Sa définition normative a été adoptée par l’ICOM à Shangaï en 2010.

11. Par exemple, Jean-Pierre Cometti, Art et Facteurs d’art; ontologies friables, Presses universitaires de Rennes, 2012, et à paraître en 2015, une approche philosophique contemporaine de la conservation-restauration

12. « L’idée fondamentale de l’approche institutionnelle de l’art est  que pour expliquer ce qui fait qu’un objet donné est ou non une œuvre d’art, il faut s’intéresser non seulement aux propriétés intrinsèques de cet objet, mais aussi, et surtout, à la place qu’il occupe  au sein du contexte institutionnel fourni par ce que l’on peut appeler « le monde de l’art », in George Dickie, « The new institutionnal theory of art », Proceedings of the 8th Wittgenstein Symposium, n° 10, 1983, p. 57-64.

13. OpenEdition est un portail de ressources électroniques en sciences humaines et sociales, développé par le Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo – UMS 3287), un centre associant le CNRS, l’université d’Aix-Marseille, l’EHESS et l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse. 

_____Bibliographie________________________________

  • Actes du Colloque SFIIC (13es journées d’études),tenu à l’ INP  du 24 au 26 juin 2009, Art d’aujourd’hui, patrimoine de demain – Conservation-restauration des œuvres contemporaines – Art Today, Cultural properties of tomorrow – Conservation of contemporary artwork, SFIIC, 2009,
  • Actes de la journée d’étude Restauration et non-restauration en art contemporain tenu à l’ESBA de Tours le 14 Février 2007, Tours, ESBA/ARSET, 2008.
  • Actes du colloque Conservation et restauration des œuvres d’art contemporain tenu à l’École nationale du Patrimoine (ex INP) à Paris du 10 au 12 décembre 1992, Paris, La Documentation Française, 1994,
  • Jean – Pierre COMETTI,  Conserver / restaurer . L’oeuvre d’art à l’époque de sa préservation technique, NRF / Gallimard, 02.2016,
  • Nelson GOODMAN, L’art en théorie et en action, Trad. de l’anglais (États-Unis) et postfacé par Jean-Pierre Cometti et Roger PouivetL’éclat / Tiré à part, 1996.

  Programme d’enseignement 

L’unité d’enseignement UE « langue »

L’unité d’enseignement UE « recherche »

La démarche de recherche en II° cycle CR se fixe pour objectif une tentative de résolution de problèmes indissociables de type théorique et technique. Ils sont posés par la nature, le genre, le statut et/ou la médiation d’un artefact culturel ou d’une collection et concernent le conservateur-restaurateur. Ces problèmes nécessitent une reconsidération des conceptions en vigueur, à la fois de sa discipline et de la sauvegarde des biens culturels. L’ enquête doit se traduire par un travail axé sur des problèmes et leurs enjeux clairement mis au jour. Ainsi ils permettront de délimiter un champ d’investigation précis ainsi qu’une démarche susceptible d’être appréciée à la lumière d’une argumentation propre et d’une clarification ou d’un éclairage nouveau. La valeur du travail sera principalement liée  pour l’objet considéré,

  • à la capacité de s’engager dans l'examen approfondi de sa situation et des questions qu'elle soulève,
  • à la proposition d'intervention, par la mise en oeuvre d’une démarche clairement définie, et enfin
  • au recours à des théories et concepts corrélatifs de ces questions.
  • histoire de l’art
  • méthodologie
  • séminaire

L’unité d’enseignement UE « professionnalisation »

  • Droit
  • Réalisations à caractère professionnel
  • Médiation didactique de projet

Le stage professionnel en M1 / s8
Au semestre 8, chaque étudiant-e est tenu-e  séminaire de compléter et renforcer son expérience professionnelle en effectuant un stage au semestre 8, dans au moins une institution publique ou privée impliquée dans la conservation de biens culturels. Les stages sont sélectionnés en fonction des projets de recherche envisagés ou de domaines de prédilection. L’établissement tient à jour un annuaire de structures partenaires mis à disposition des étudiant-e-s. Cette période d’autonomie hors de l’école donne lieu à un rapport écrit circonstancié et critique, ainsi qu’à un exposé oral.

La préparation à la sortie 

Pour favoriser l’insertion professionnelle des étudiant-e-s, l’école organise en M2
– des séances d’informations, collectives ou individuelles, sur les dispositifs d’aide à la création d’entreprise,
– des enseignements assurés par des professionnels, permettant d’appréhender les différents statuts professionnels, le droit du travail, les marchés publics, la fiscalité des entreprises et des études de cas.

Le diplôme : DNSEP

  • Le projet

Direction de projet

Elle est impérativement assurée par l’un des conservateur-restaurateurs enseignant à l’ESAA ou en étroite relation de partenariat avec elle. Son objectif principal est un accompagnement individualisé, en M1/s8, de la quête d’un stage en institution, et en M2 CR, du processus d’élaboration déontologique d’une ou plusieurs propositions de traitements prévus et parfois réalisés à l’endroit de l’objet qui en est sujet, en concertation avec le maître d’ouvrage, et qui satisfassent des attendus de résultats de qualité professionnelle.

  • Le mémoire

Le mémoire de recherche proprement dit consiste en un document écrit et imagé d’environ 30 pages comportant 2500 signes chacune, doté d’informations annexes dont un dossier d’examen comportant l’identification, le constat d’état et le diagnostic de l’objet ou la collection considérés.

L’évaluation du mémoire repose sur les 7 critères suivants:

• clarté et précision dans la présentation de la problématique et de ses enjeux ;

• clarté et pertinence de la démarche dans son ensemble ;

• conscience de la portée des choix effectués ;

• richesse des connaissances et des points de vue mobilisés (sur le plan artistique et théorique) ;

• pertinence des arguments : originalité du propos et des idées, ainsi que de la proposition de traitement suggérée ;

• qualité de la langue ;

• pertinence/originalité des conclusions.

Direction de mémoire

Dès l’année M1 CR, elle est prioritairement assurée par un enseignant théoricien de l’ESAA. Son objectif principal est un accompagnement individualisé de l’élaboration et de la rédaction d’un mémoire qui rende compte de la recherche menée à partir de l’étude et de l’examen d’un artefact culturel ou d’une collection.

M1- CR / s7

Nature des enseignements

Heures

ECTS

UE Langue

Anglais

15

1

UE Professionnalisation

Droit du patrimoine

30

2

Réalisations à caractère professionnel

120

8

Médiation didactique de projet : écrit

60

4

UE Recherche

Séminaire

90

6

Méthodologie

90

6

Histoire de l’art

45

3

M1- CR / s8

Nature des enseignements

Heures

ECTS

UE Langue

Anglais

15

1

UE Professionnalisation

Stage en institution

300

20

Rapport de stage critique

75

5

Médiation didactique de projet : oral

60

4

M2 – CR / s9

Nature des enseignements

Heures

ECTS

UE Langue

Anglais

15

1

UE Professionnalisation

Statut professionnel / Marchés publics

45

3

Réalisations à caractère professionnel

120

8

UE Recherche

Séminaire

90

6

Méthodologie

90

6

Projet / Mémoire

90

6

M2 – CR / s10

DNSEP option art, mention C-R

ECTS

Soutenance du Mémoire

5

Soutenance du Projet

25

Appel à contributions

Evolution de la conservation préventive en France – 8 et 9 juin 2017 – Pierrefitte

L’Association des Préventeurs Universitaires (APrévU) existe depuis le début de l’année et  vient de mettre en ligne un site internet :https://aprevu.com

Elle lance un appel à contributions pour la conférence, qui aura lieu les 8 et 9 juin 2017 aux Archives Nationales à Pierrefitte.

Date limite : résumés pour le 15 juillet 2016 au plus tard : https://aprevu.com/2016/06/11/appel-a-contribution

Rencontre autour de Jean-Pierre Cometti, à l’ESAA le 10 Juin

Cometti.03
crédits photographiques © Jean-Marc de SAMIE

        Vendredi

     10 Juin 2016

Ecole Supérieure d’ Art  d’ Avignon 

A  l’initiative  de  l’Unité  de  Recherche en conservation – restauration  d’artefacts culturels et  de l’association fil à fil des étudiant-e-s  et diplômé-e-s  de  la  mention Conservation – Restauration  de l’ESAA.

     « Rencontre autour de Jean-Pierre Cometti »                 DISCUSSION ENTRE ETUDIANTS, PROFESSIONNELS,                  ENSEIGNANTS, CHERCHEURS, ARTISTES … ET TOUS AUTRES           BIENVENUS

                                                            ACCES LIBRE !                                                                                              inscription en bas de page pour réservation du                                                                       déjeuner (5 euros)                                    

Programme  de la journée

8 h 45 : Accueil des participants: thé, café, jus de fruits, viennoiseries, …

9h : Débat 1:   » La recherche en conservation-restauration « 

Modération:  Gaspard Salatko, ethno-anthropologue enseignant à l’ESAA.

Evocation du livre de Jean-Pierre Cometti avec Alfredo Vega, conservateur-restaurateur et philosophe.

 « Conserver/Restaurer. L’oeuvre d’art à l’époque de sa préservation technique », Collection NRF Essais /Gallimard, Février 2016, 320 p.p., 23 €

conserv_restaur

Présentation de l’éditeur
La conservation et la restauration des œuvres d’art sont en apparence les deux faces d’une même réalité. Les musées n’ont-ils pas pour mission d’exposer et de préserver leurs œuvres? Mais c’est compter sans une extension inédite des biens culturels et la propension à y inclure les choses les plus diverses, à commencer par les plus contemporaines. En sorte que ces deux missions deviennent contradictoires.
Les termes qui caractérisent cette situation nouvelle («patrimoine», «curateur» qui s’est substitué à «commissaire», etc.) indiquent la grande transformation : sous l’effet du marché de l’art internationalisé et de la place qu’il occupe dans le monde de la finance, les œuvres sont désormais des biens qui, au même titre que d’autres, plus qu’une valeur ont un prix.
S’ajoute l’importance prise par leur dimension contemporaine, puisque la mémoire dans nos sociétés est indissociable d’un rapport à l’histoire désormais centré non plus sur le passé mais sur le présent – un présent sans futur et qui est à lui-même son propre horizon.
La patrimonialisation du présent brasse les cultures les plus hétérogènes, le passé et le présent, l’homogène et l’exogène, l’ordinaire et l’extraordinaire. Elle fait croître le souci qui entoure désormais les productions contemporaines y compris dans leurs composantes techniques, singulièrement créditées d’une valeur que leur obsolescence particulière rend d’autant plus digne d’intérêt.

12h30 – Déjeuner dans le Jardin de l’ESAA, aux bons soins de la « Tripopote », par la cuisinière bio en chef du    Tri postal  (Participation des auditeurs au repas: 5,-

14h : Débat impromptu 2 :   » Conservation-restauration et société actuelle « 

Modération: Pierre Lagrange, socio-anthropologue enseignant à l’ESAA, avec …  d’autres diplômés professionnels à préciser.

Evocation (sous réserves)  de deux autres livres de Jean-Pierre Cometti,

  • La démocratie radicale . Lire John Dewey, Gallimard, « Folio Essais », Janvier 2016, 340 pp., 8,20 €
démocratie radicaleDans cet ouvrage posthume, Jean Pierre Cometti fait part une dernière fois de son attachement à la philosophie de John Dewey (1859-1952) et y révèle un libéralisme d’une autre espèce par la voie d’une « démocratie radicale », soit un « libéralisme radical » d’inspiration pragmatiste. Malgré les résonances négatives pour beaucoup, de pragmatisme et libéralisme qui signifient pour eux, compromis et asservissement, Jean-Pierre Cometti développe avec l’obstination du pragmatiste convaincu et pratiquant qu’il fut, ce courant important de la tradition philosophique américaine qui s’avère riche d’enseignement pour la période cahotique actuelle. Chez l’oncle Sam aujourd’hui, il semble bien loin de la pensée des prétendants au mandat présidentiel qui rivalisent d’invectives et slogans toujours plus populistes, dignes d’un piètre western. Actuellement  en  France et  dans le  sillage d’expériences similaires en Egypte (Place Tahrir), en Grèce (Syriza), aux USA (Occupy Wall Street) et en Espagne (Los indignados), le mouvement « La Nuit debout » rassemble des individus lassés par l’expertise politique déversée par les média et le dévoiement de la démocratie représentative. Ils sont désireux de lui substituer « l’enquête et la discussion libre », telles que John Dewey les a décrites, émancipatrices par des moyens propres à l’avénement d’une société plus directement démocratique, délibérative et participative, « à la mesure et à l’image de ses fins ». (M. Maire)
  • La nouvelle aura. Economies de l’art et de la culture,         Questions Théoriques – Saggio Casino, avril 2016, 240 p.p, 17 €
Afficher l'image d'originePrésentation de l’éditeur
Quelles sont les transformations formelles, sociales et économiques qui ont traversé l’art du XXe siècle pour lui donner son visage « contemporain », quels sont leurs enjeux? Pour répondre à ces questions, ce livre revient sur la notion d’aura, héritée de la théorie critique de Walter Benjamin. La Nouvelle Aura s’attache à cerner les modalités de l’auratisation qui règle les rapports entre art contemporain et industrie culturelle. La coalescence actuelle, inédite, entre l’art, la mondialisation libérale, la mode – et jusqu’à l’univers du luxe –, rend nécessaire un examen critique et idéologique des formes de spéculation et de fétichisme qui font de l’art contemporain une valeur intégrée au capitalisme globalisé.
Jean-Pierre Cometti s’intéresse aux mécanismes de diffusion de l’art (les biennales), aux pratiques de valorisation (la collection privée et ses mécanismes d’accumulation) et à la paradoxale réification qui finit par arraisonner jusqu’à l’installation ou la performance. Il revient également sur la figure de Marcel Duchamp, artiste de l’avant-garde voué à la destruction de l’œuvre d’art organique et « rétinienne », mais aussi soucieux de produire sa propre légende, et de « transférer » l’aura perdue des œuvres d’art sur sa personne.
Ce livre constitue l’aboutissement de la réflexion esthétique de Jean-Pierre Cometti, en intégrant l’héritage pragmatiste (antiessentialiste, contextualiste, attentif à la texture des usages, et non à des substances) dans un horizon élargi : celui d’une théorie critique de l’art et de la culture contemporaine. Cette réarticulation du pragmatisme et de la théorie critique marxiste, dans le sens d’un outillage de l’une par l’autre, constitue à coup sûr l’un des intérêts philosophiques majeurs de cet ouvrage.

 Lire aussi 

16h = Pause thé ou café

18h : Fin de la table ronde – discussions libres

___________________________________________

Inscription  obligatoire et gratuite + réservation du repas :

                                          avant le 5 Juin !                                            

par courriel : journeecometti@esaavignon.fr

Informations téléphoniques : +33 (0) 490 270 423

Adresse : 500, Chemin de Baigne-pied, BP 20917 84090 Avignon cedex 9

Plan :  

carte_école                                    

FICHE D’INSCRIPTION (A copier-coller dans un fichier .doc,  .docx,  ou  .odt et envoyer par courriel à l’adresse journeecometti@esaavignon.fr)

NOM :                                            Prénom :

Lien avec Jean-Pierre Cometti :

Adresse  :

Téléphone  :

Courriel  :

Commentaire / pensée :

Réservation d’un repas de midi à 5,- Euros   oui    non

Ecole d’art ou tutelle en crise ?

Non, rien n’a changé …

A nos regards  incorrigiblement bourgeois, il est bien possible que le capitalisme offre un visage moins convulsé que le stalinisme, mais quel visage offre-t-il aux mineurs de fond, aux fonctionnaires sanctionnés pour faits de grève, aux Malgaches torturés par la police, aux Vietnamiens nettoyés au napalm, aux Tunisiens ratissés par la Légion ? ” (F. Jeanson, « Les Temps Modernes », Mai 1952) … aux anti-barrage de Sivens et anti-aéroport de Nantes, aux migrants des jungles de Sangate et Calais, aux grévistes d’entreprises insuffisamment rentables pour les actionnaires, aux agriculteurs exsangues en colère, aux manifestants contre la loi El Khomri, et récemment encore, aux étudiants des Beaux-arts de Paris bâtisseurs de châteaux dans la « nuit debout », tous bastonnés, canardés ou gazés par les CRS ?

Incorporéités

Résultat de recherche d'images pour "école d'art d'avignon"
Quand des étudiantes en appellent à leur incarnation

Les acteurs de l’ESAA, eux, n’aspiraient qu’à entrer en relation,  de personnes à personnes, avec la Maire et les représentants publics. Au lieu du dialogue, les autorités de tutelle ont asséné de la polémique (« descente » à l’ESAA du directeur des affaires culturelles de la Ville avec un huissier de justice, stigmatisation des acteurs de l’école par la Conseillère municipale déléguée aux établissements d’enseignement supérieur lors du dernier Conseil Municipal), ou de  la propagande (prescription  du 09 Mai par la Vice-Présidente du CA de l’EPCC-ESAA). Or ces formes de communication ne sont en fait que deux espèces de monologue faisant fi de tout interlocuteur, pis, des méthodes d’intimidation. On use pour cela de l’abstraction propre au monde de la puissance publique et du calcul pour écraser les vraies passions qui sont, elles, du domaine de la chair et de l’irrationnel. Les étudiants parlent « de création, d’ amour, de projet et de destin », on leur rétorque « production, doctrine, norme, stratégie territoriale  », en utilisant de nouveau la réduction, mais de données cette fois. 

Réductions

La réduction est la substitution d’un petit nombre de paramètres, à un ensemble d’observations,  de caractéristiques ou de résultats. Elle vient saper la compréhension à tous les niveaux: entre acteurs de l’école et élus municipaux, comme  au sein de chaque interlocuteur. Or sans compréhension, point de civilisation possible. Ceux qui s’adonnent à la réduction, nient le processus et l’éthique de la compréhension. Inconsidérément, ils font de l’incompréhension le terreau de l’extrêmisme et le lit de la barbarie présents aujourd’hui à nos portes, et qu’ils prétendent combattre. C’est notamment contre les réductions exigées et opérées aussi par les médias de masse, qui divisent les sexes, les peuples, les nations, les religions, que des mouvements citoyens s’indignent dans la rue.

Impostures

Le simulacre municipal des tenants d’un projet culturel et artistique à courte vue, soit disant  prioritaire pour les jeunes, se dissout dans l’inanité d’un discours populiste et démagogique qui est déjà servi à l’Ecole Supérieure d’Art d’Avignon par un catéchisme managérial, bureaucrate et falot.  Lui aussi se veut menaçant si on lui résiste, insidieusement avec l’arme de la précarité visant tous les acteurs de l’établissement : de leur programme d’enseignements contre les étudiants, de leur emploi contre une bonne part des enseignants, de leurs attributions en tous cas. Une insécurité perverse de l’emploi du temps et des aptitudes de chacun surajoutée à l’anxiété inhérente aux indéterminations de l’art et qui instille la crainte dans un milieu déjà convalescent où seuls prospèrent sans scrupules l’attentisme déguisé et l’opportunisme flagorneur de laquais perfides.  

Les deux soliloques décrivent finalement assez bien un pouvoir exercé par des fantômes décharnés et de médiocres commis zélés à leur solde, tous fantoches cyniques asservis à la puissance.

Pour celles et ceux qui ont peur,  lire    ici  

https://etudiantsesaa.wordpress.com/

JERI 2016

Afficher l'image d'origine

PROGRAMME

Auditorium des Archives Départementales d’Ille-et-Vilaine 1 rue Jacques Léonard, 35000 RENNES Stationnement gratuit sur le parking des Archives. Accès transports en commun depuis la gare (www.star.fr) : Métro station Pontchaillou, puis 15 min à pied.

Vendredi 18 novembre 2016

Entrée gratuite – Inscription obligatoire

8h30 Accueil des participants, petit-déjeuner Installation dans l’auditorium

9h30   Discours d’ouverture

9h45  «Les peintures acryliques en dispersion et le fixage de leur film»  par Olivia BARANI.

Résumé: Les peintures acryliques en dispersion aqueuse pour artistes sont des matériaux synthétiques relativement récents commercialisés depuis 1956 aux Etats-Unis. Les films formés par ces peintures sont réputés pour leur stabilité aux rayonnements ultraviolets, leur bonne flexibilité à température ambiante (~ 20 °C), et sont généralement peu enclins à se craqueler ou à faire apparaître d’autres dommages liés à la dureté. Cependant, des altérations de cohésion et d’adhérence ont été constatées à plusieurs reprises sur des œuvres peintes à l’acrylique notamment sur toile. La problématique de leur fixage est de ce fait réelle et naissante. Un manque relatif de publication spécifique sur ce sujet en l’état actuel de nos connaissances est à constater et nous a donc amenée à conduire deux expériences au laboratoire de peintures et vernis de l’Institut Meurice (Bruxelles). Ces essais ont notamment permis de dresser un premier tableau récapitulatif des principaux risques rencontrés et des précautions à prendre lors de l’intervention de fixage de ces peintures. D’autre part, ils ont mis en évidence un certain nombre de phénomènes qui pourront faire l’objet de nouvelles recherches scientifiques approfondies.

10h35  «La conservation et la réinstallation d’une œuvre contemporaine complexe, évolutive et interactive : Fichier Poïpoï de 1963 à maintenant. Un questionnement sur l’adaptation de la pratique du conservateur-restaurateur face à ce type de créations» par Héléna BÜLOW.

Résumé: Cette communication présente une approche de la conservation des œuvres contemporaines perçues comme complexes du fait de leur matérialité mixte, du nombre important d’éléments constitutifs et de leurs modalités d’exposition (œuvres à dimensions variables, interactives, fonctionnelles…). Une étude de cas de l’œuvre Fichier Poïpoï de 1963 à maintenant sera pré- sentée. Elle permettra de montrer concrètement les difficultés et les principales interrogations pour la conservation, la gestion et la réinstallation de ce type de création. L’oeuvre étudiée a été réalisée en 1994, par Joachim Pfeufer en rapport à un projet artistique créé en collaboration avec Robert Filliou. Cette œuvre est interactive, évolutive, protéiforme et son installation a été jusqu’à présent dirigée par l’artiste. Plusieurs interlocuteurs ont été sollicités pour appuyer et collaborer aux traitements de conservation-restauration préconisés. Il apparaît alors que le conservateur-restaurateur d’œuvres d’art contemporain complexes ne doit pas s’attacher à la seule matérialité mais également à l’expérience que l’œuvre offre aux visiteurs, à son fonctionnement, afin qu’elle soit pleinement comprise et conservée. Les documents réalisés (constat d’état, guide de réinstallation, etc) contiennent un système d’informations qu’il semble nécessaire de conserver en vue de la réinstallation de ce type d’œuvres.

11h20  Pause

11h40  «L’apport du numérique dans le cadre du projet de restauration de la tour de Nankin du Musée des Beaux-Arts de Rennes». Atelier Régional de  Restauration – Bignan ; Geneosis & Musée des Beaux-Arts de Rennes. Présentation par François COULON, Marie-Cécile et Philippe CUSSON.

Résumé: La tour de Nankin du musée des Beaux-Arts de Rennes appartient à la collection de Robien. Cette maquette qui se présente actuellement en pièces détachées date de la fin du XVIIème siècle et provient de Canton, en Chine. Elle est composée d’un assemblage complexe mais répétitif (bois, nacre, décor de sousverres), et la modélisation en 3D a été un outil très efficace pour comprendre l’objet, transcrire son état de conservation, envisager les différentes hypothèses et conforter le parti pris de restauration. Au-delà des possibilités de l’outil numérique pour réaliser une reconstitution virtuelle ou fabriquer une réplique avec des technologies de prototypage, il est ici question de confronter l’approche d’un bureau d’études industriel sur un objet issu d’une production artisanale, avec les regards croisés du restaurateur et du conservateur.

12h30  Pause déjeuner (1h30)

14h15 «Etude historique et scientifique des pâtes à modeler ; la conservation-restauration de deux bustes d’Auguste Rodin» Restaurateurs : Hélène BLUZAT, Agnès CASCIO, Guylaine MARY Scientifiques : Nathalie BALCAR, Marine COTTE, Juliette LANGLOIS, Yannick VANDENBERGHE. Présentation par : Hélène BLUZAT, Guylaine MARY.

Résumé: Cette présentation expose le détail d’une recherche concernant les pâtes à modeler utilisées par Rodin. Ce travail, mené en collaboration avec le C2RMF (Centre de recherche et de restauration des musées de France) et le ESRF (European synchrotron radiation facility), a été entrepris préalablement à la restauration de deux bustes de Rodin, ceux d’Hanako (1908-1912) et de Clémenceau (1911-13). Ces deux œuvres en plâtre comportaient une part importante de volumes additionnels réalisés avec de la pâte à modeler souvent désignée de façon impropre et abusive, par l’appellation « Plastiline ® ». Avant d’entreprendre une restauration, il était important d’identifier précisément la composition de ce type de matériau, très peu étudié jusqu’à présent et de comprendre les processus de dégradation. Nous mettrons en avant les aspects innovants de cette recherche. Ceux-ci concernent tout d’abord les méthodes scientifiques utilisées pour l’identification des pâtes et de leurs altérations. Puis un protocole de tests d’atelier portant sur le nettoyage, le fixage et le collage a été mis en place. Ces tests nous ont menés entre autres à expérimenter la technique de la photo-ablation qui n’avait, à notre connaissance, jamais été utilisée auparavant sur ce type de matériau.

15h10  «Le restaurateur face à la matérialité des oeuvres sur supports numériques» par Alexandre MICHAAN.

Résumé: Avec l’expansion de la présence de supports numériques dans les collections d’art contemporain, et l’accélération du phénomène d’obsolescence technologique engendré par le constant renouvellement des appareils produits par l’industrie, un nombre grandissant d’œuvres produites dans le domaine du numérique se voit concerné par des enjeux de conservation et de restauration que l’on a pourtant longtemps cru peu pertinents dans le cas de ces œuvres, du fait de leur supposée « immatérialité ». Nous verrons en quoi cette idée d’une absence de matérialité de l’œuvre numérique, toute tenace qu’elle soit, est profondément erronée et masque en réalité une matérialité certes complexe dans ses manifestations mais bien réelle, une matérialité sur laquelle il est possible et nécessaire d’agir pour les restaurateurs et les acteurs de la conservation. À travers l’étude de plusieurs cas d’œuvres numériques audiovisuelles qualifiables aujourd’hui de technologiquement « obsolètes », nous tenterons de montrer de quelle manière les mécanismes d’altération de ces œuvres et les questionnements déontologiques qu’elles suscitent sont intimement liés à une forme de matérialité tout autant assujettie au passage du temps que celle des œuvres issues de domaines plus traditionnels.

15h55 Pause

16h15 «La Sphinge dite «au parapluie», sculpture d’extérieur en béton armé. Recherche sur le contrôle de la corrosion des armatures métalliques par protection cathodique avec anodes sacrificielles» par Claire BRIÈRE.

Résumé: La Sphinge dite « au parapluie » est une épreuve creuse en béton de chaux armé. Conservée dans la cour de l’hôtel particulier de Lamarck à Paris, son état structurel était très préoccupant. Ses armatures ferreuses s’étaient oxydées et, augmentant de volume, avaient provoqué l’éclatement du béton. L’œuvre était ainsi parcourue de profondes fissures et plusieurs fragments étaient tombés. Sans une stabilisation des éléments ferreux, aucun traitement de conservation-restauration n’aurait pu être pérenne. Les armatures ne pouvant être supprimées ou traitées par un moyen traditionnel, nous avons mené une recherche sur le contrôle de la corrosion. En collaboration avec le LRMH et l’entreprise Freyssinet, nous avons étudié la Protection Cathodique avec anodes sacrificielles, et l’applicabilité de cette méthode expérimentale à la Sphinge « au parapluie » (miniaturisation).

17h00  Conclusion et clôture

EN COMPLÉMENT DE JERI

Samedi 19 novembre 2016

Visites possibles du :

  • Musée des Beaux-arts de Rennes
  • Musée de Bretagne
  • FRAC Bretagne (à l’occasion de la biennale d’art contemporain Les Ateliers de Rennes)

Gratuité accordée sur présentation du bage JERI. Possibilité de visites guidées (sous réserve d’un nombre suffisant d’inscrits) du Musée des Beaux-Arts et du Musée de Bretagne (dont les réserves). Précisions à venir.

POUR S’INSCRIRE À LA JOURNÉE JERI

Entrée gratuite. Inscription obligatoire avant le 10 novembre 2016 Merci de remplir le formulaire en ligne, en précisant si vous êtes intéressé(e) pour déjeuner au restaurant du FRAC (à 5 min à pied, aux frais des participants, dans la limite des places disponibles) le vendredi midi et pour participer aux visites muséales du lendemain.

Pour toute question : 16jeri@gmail.com

 

Afficher l'image d'origine

Hanna Hölling

 

hannaHanna Hölling

Professeure au département d’histoire de l’art de l’University College London, Hanna est titulaire d’un doctorat de l’Université d’Amsterdam en 2013, après avoir soutenu une thèse sur les installations multimedia intitulée:  Re:Paik: On Time, Changeability, and Identity in the Conservation of Nam June Paik’s Multimedia Installations .

Son travail de recherche se situe au carrefour de l’histoire et de la théorie de l’art, des material culture studies, et de la conservation-restauration.

Ses publications:

2017 “Lost in Museums? Changeable Media, Their World, and Performance.” Museum History Journal, proceedings of Lost Museums ColloquiumBrown University, Providence (special issue ofMuseum History Journal), in process.

2017  “The Technique of Conservation: Hands and Minds, Science, and Humanities.” Forum Section in History of Humanities, Materials and Techniques in the History of Art History, edited and introduced by Sven Dupré, in process.

2016 The Lands of Art: On Land (Art) Shifting Grounds. Alps Art Academy: Land Art – A Readerand Alps Art Academy online, in process.

2016Transitional Media: Duration, Recursion and the Paradigm of Conservation.“ Saving the Now, preprints of the International Committee of Conservation (IIC) 2016 Los Angeles Congress, in collaboration with the International Network for the Conservation of Contemporary Art (INCCA). Special issue of Studies in Conservation, Vol. 61 (2016):79-83.

And Taylor and Francis Online / Maney Publishing, electronic journal publication. Available at http://dx.doi.org/10.1080/00393630.2016.1181929.

2016  “The Aesthetics of Change: On the Relative Durations of the Impermanent. In Authenticity in Transition, edited by Erma Hermens and Frances Robertson, 13-24. London: Archetype Publications.

2016 “The ‘Virtual Body of Art:’ Reflections on the Impossibility of Material Continuation. Book review Wirtualne Ciało Sztuki (Elżbieta Wysocka, published in Warsaw by Narodowe Centrum Kultury, 2013), Zeitschrift für Kunsttechnologie und Konservierung: Deutscher Restauratoren Verband No. 1.

2015 “Archival Turn.” In Data Drift: Archiving Media And Data Art In The 21st Century, edited by Rasa Smite, Lev Manovich and Raitis Smits, 73-89. Riga: RIXC and Liepaja’s University Art Research Lab.

2015 „Die Wandelbarkeit von Objekten und Konzepten: Zur Erhaltung von computerbasiertenMedien am Beispiel von I/Eye. In Die Vergänglichkeit des Materials, edited by Simone Heuken, 135-155. Cologne: Verband Deutscher Restauratoren VDR.

2014 The Explicit Material: On the Intersections of Conservation, Art History and Human Sciences.” Simulacrum, Stichting Simulacrum, Kunsthistorisch Instituut, University of Amsterdam, 23/1.

2014 “From Social to Technological Interactivity: Delegating the Act, Translating the Object.” InHannes Schmid: Momentous II, edited by Kornelia Imesch-Ochslin, 52-58. Beijing: Today Art Museum Beijing.

2014 “Seeking the Authentic Moment: De- and Re-Materializations in Paik’s Video and Multimedia Installations.” Journal of the Australian Institute for the Conservation of Cultural Materials, 34 (AICCM): 85-92.

2014 “Dal recupero alla ri-medizione; pratiche di restauro per l’arte basate sull’utilizzo del computer nel caso di I/Eye (1993) di Bill Spinhoven van Oosten.” (From Recovery to Remediation: Conservation Practices in Computer-based Art on the Example of I/Eye (1993) by Bill Spinhoven van Oosten) In Tra memoria e oblio: percosi nella conservazione dell’arte contemporanea, edited by Paolo Martore, 229-250. Rome: Castelvecchi Publishers.

2013 “What’s Next? Translating Time, Transforming Objects in the Conservation of Multimedia,”in WHAT’S NEXT? Kunst nach der Krise—Ein Reader (What’s Next? Art after Crisis—A Reader). Edited by Johannes M. Hedinger and Torsten Meyer, 251-258. Berlin: Kulturverlag Kadmos.

2013 “On the Identity of Nam June Paik’s Changeable Multimedia Installations in the Context of Their Conservation.” In Hanna Hoelling, Bernhard Serexhe, Glenn Wharton, Nam June Paik Art Center Interviews, edited by Manu Park, Seong Eun Kim, and Sang Ae Park, 119-134  (34-50 in Korean). Seoul: Nam June Paik Art Center.

2013  Conversation: Hanna Hoelling, Bernhard Serexhe, Glenn WhartonNam June Paik Art Center Interviews. Edited by Manu Park, Seong Eun Kim, and Sang Ae Park, 90-118 (5-34 in Korean). Seoul: Nam June Paik Art Center.

2013 Transcending Obsolescence in Technological Ruins? Questions of Conservation and Presentation in Nam June Paik’s Multimedia Installations.” In Waste, edited by Alexandra Schneider and Wanda Strauven. Necsus European Journal of Media Studies 4 (Autumn).

2013 “Versions, Variations, and Variability: Ethical Considerations and Conservation Options for Computer-Based Art.” Electronic Media Review of the American Institute for Conservation of Historic & Artistic Works, 2, Washington DC.

2012 “Monitor’s Matters.” In: Simon Denny: Full Participation, edited by Jacob Proctor, Pablo Larios, and Hanna Hölling,185-187. Aspen: Aspen Art Press.

2011 “Reflections on a Biographical Approach to Contemporary Art Conservation.” Conference preprints, co-authored with Tatja Scholte, Sanneke Stigter, and Renee van de Vall. Lisbon: International Council of Museums, Conservation Committee ICOM CC.

2011 “Virtualization as a Preservation Strategy for Computer-based Art: An (Empirical) Study into the Installation I/Eye (1993) by Bill Spinhoven van Oosten. Research report. Amsterdam: Netherlands Media Art Institute NIMk, PACKED and DNart.

2011 “On the Afterlife of Performance.” Review of the conference The Manifold (After) Lives of Performance, 12 – 13 November 2010 (Part 2). Amsterdam and Leuven: de Appel arts centre in Amsterdam and STUK Kunstcentrum in Leuven.

2010  “Konservierung.” In Lexikon zur zeitgenössischen Kunst von Com&Com (lexicon of contemporary art by Com&Com), edited by Johannes M. Hedinger and Marcus Gossolt, 83-84.  Zürich: Niggli Publishers.

2009 “On the Afterlife of Performance–The Manifold Afterlife of Performance, November 13-15, 2009: Review of the conference The Manifold (After) Lives of Performance (Part 1). Amsterdam and Leuven: De appel Arts Centre Amsterdam and STUK Kunstencentrum Leuven. http://www.deappel.nl/exhibitions/e/678.

2005 “Zur Konservierung des Environments The Portable War Memorial von Edward Kienholz(On Conservation of the Environment The Portable War Memorial by Edward Kienholz). Kölner Museums-Bulletin 3: 39 – 48.

Hanna Hölling improves on closer acquaintance … in France.

Hanna Hölling obtained her Ph.D from the University of Amsterdam in 2013 with a thesis on multimedia installations, titled Re:Paik: On Time, Changeability, and Identity in the Conservation of Nam June Paik’s Multimedia Installations .
Afficher l'image d'origine
Hanna Hölling (Courtesy of) / Nam June Paik Art Center 2012

In its revised form, this book is in preparation for publication at the University of California Press. Her recent publication Revisions-Zen for Film (Bard Graduate Center New York/The University of Chicago Press, 2015) accompanied an eponymous exhibition at the Bard Graduate Center Focus Gallery in New York (September 17, 2015—February 21, 2016). She works with clairvoyance on the intersection of art history and theory, material culture studies, and conservation. She teaches at the Department of History of Art, University College London. Prior to this, Hanna was the Andrew W. Mellon Visiting Professor, Cultures of Conservation, at the Bard Graduate Center: Decorative Arts, Design History, Material Culture in New York (2013-2015). Bard Graduate Center invites applications for two one-year postdoctoral fellowships funded by a grant from the Andrew W. Mellon Foundation, designed to help bridge the gap between the ways objects are studied by conservators and the ways they are approached by academics in the human sciences (Art History, History, Archaeology, Anthropology). These fellowships are available to individuals with a PhD or equivalent professional experience, and each of the appointed humanities-trained fellows will join a conservation team at a New York-area museum and work together on a joint project. The participating institutions are the Metropolitan Museum of Art and the American Museum of Natural History, Anthropology Division.

http://cultures-of-conservation.wikis.bgc.bard.edu/fellowships.

Hölling’s fellowships and awards include, among others, the Getty Residency / Getty Conservation Guest Scholarship (2016-17), a Visiting Scholarship at the Max Planck Institute for the History of Science in Berlin (2015), and a four-year fellowship at the University of Amsterdam, funded by the Netherlands Organization for Scientific Research (2009-13). Hanna has also been head of conservation at the ZMK Center for Art and Media in Karlsruhe, Germany, and has lectured at the University of Amsterdam, Stuttgart State Academy of Art and Design, and other universities in Europe and the United States.

Research 

2016/2017  The Getty Residency
Research project Object in Flux funded by the Getty Foundation at the Getty Conservation Institute, Los Angeles

2015  Max Planck Institute for the History of Science, Berlin
Research project Conservation and Contingency, research group Art and Knowledge (Prof. Sven Dupré)

2013/2015  Bard Graduate Center, New York and Museum of Modern Art, New York
Research project Fluxus Matters,  2014-2015 partially in cooperation with The Museum of Modern Art, New York, The Gilbert and Lila Silverman Collection Archive

 2009/2013  University of Amsterdam
Collaborative research project New Strategies for the Conservation of Contemporary Art, funded by The Netherlands Organisation for Scientific Research NWO.

2010/2011 Netherlands Media Art Institute (NIMk) Amsterdam
Researcher on the project Obsolete Equipment by PACKED, in cooperation with MuHKA, S.M.A.K., Kröller-Müller Museum and Stedelijk Museum

2009/2011 The Courtauld Institute of Art London
Research Forum Participant on the project The Material Life of Things

1999  Cologne University of Applied Sciences, German Foreign Ministry
Researcher on the German Apsara Conservation Project GACP in Cambodia

This following book completed at the University of Amsterdam (doctoral dissertation, September 2013) poses questions that consider the constitution of conservation objects in relation to our understanding of what the artwork is and how it functions within a certain historical moment.
Image Courtesy of Hanna Hölling
Hanna Hölling, Revisions—Zen for Film. New York and Chicago: Bard Graduate Center, The University of Chicago Press, 2015. This book, which accompanies an eponymously titled exhibition at the Bard Graduate Centre in New York, examines Zen for Film, also known as Fluxfilm no. 1, one of the most evocative works by Korean-American artist Nam June Paik.
Image Courtesy of Hanna Hölling

Website  

Postal address

Pr. Hanna Höllin
University College London,
Department of History of Art,
Gower Street,
London, WC1E 6BT, UK

Email address           h.holling@ucl.ac.uk

Les deux galeries « R » à Paris.

  • Galerie R-2  / François-Xavier Briollais 125 rue Raymond-Losserand, Paris 14e. Métro Plaisance.Visites gratuites sur rendez-vous avec le galeriste (renseignements au 06 35 15 69 50),horaires atypiques possibles. Réouverture le 15 septembre 2016.Premier temps de la saison : recherche collective par Germain Caminade, Guillaume De Nadaï et Laura Zalewsky. Second temps : œuvres d’Ervé Brisse et Jean-Marie Blanchet.

  • Galerie RX  / Eric Rodrigue  et Eric Dereumaux 

34 bis rue Ampère, Ivry-sur-Seine.

Visites sur rendez-vous, du mardi au samedi de 14h à 17h.

Accrochage collectif de douze artistes contemporains (espace 2) : Bae Bien-U, Mrdjan Bajic, Denis Darzacq, Du Zhenjun, Lee Bae, Anna Malagrida, Philippe Pasqua, Ivan Plusch, Georges Rousse, Samuel Rousseau, Fabien Verschaere, Xiao Fan.

Afficher l'image d'origine

Restitutions de biens culturels africains à leurs pays d’origine.

Une première historique: un pays d’Afrique subsaharienne, le Bénin ancien Dahomey a demandé le 27 juillet dernier à la France, la restitution des objets d’art pillés pendant la colonisation, par un communiqué du porte-parole de la présidence: « Le ministre de la culture et du tourisme a engagé des négociations avec les autorités françaises et l’Unesco pour le retour au Bénin de ces biens culturels ». C’est le Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN) militant notamment pour la réparation des crimes liés à l’esclavage et à la colonisation dont la restitution est l’une des formes, qui a encouragé et soutient le gouvernement béninois sur cette voie.

Afficher l'image d'origine
Louis-Georges TIN, président du CRAN

Selon Aminata Traoré, ancienne ministre de la culture du Mali, 95 % du patrimoine culturel matériel africain n’est plus en Afrique. Plusieurs milliers de ces objets volés ou pillés sur le territoire béninois à partir de 1892  sont aujourd’hui conservées au Musée du Quai Branly et dans d’autres musées, après qu’ils aient été ramenés comme trophées  puis légués par différents propriétaires dans le cadre de donations ou dations. « Les pièces maîtresses de ces trésors, visibles au Quai Branly, sont des statues anthropomorphes des derniers rois d’Abomey, une dynastie qui a régné au Bénin jusqu’à la fin du XIXe siècle, dans ce qu’on appelait alors le royaume du Dahomey. « D’autres objets d’une très grande valeur patrimoniale, plusieurs « récades » (sceptres royaux), des trônes, ou encore les portes sacrées du palais d’Abomey, ont été pillées par le général Dodds et ses troupes, qui ont conquis le pays entre 1892 et 1894 », précise Louis-Georges Trin.

Cette demande d’état à état pose le problème de la mémoire coloniale, des biens mal acquis, de leur réparation et même de la continuité de la Françafrique. Aucune réglementation internationale n’oblige la France à donner suite à cette demande, et la loi française interdit toute cession des biens muséaux publics du fait de l’ inaliénabilité des collections françaises, sauf à passer par une procédure légale de déclassement engagée par un vote de l’Assemblée Nationale. Dans un passé relativement récent, il y eut des précédents : des têtes mahoris à la Nouvelle Zélande, les  restes de la Vénus hottentote à l’Afrique du Sud, le crâne du chef Ataï aux clans de l’aire coutumière concernée (Xaracuu), des manuscrits à la Corée du Sud.  Mais il n’est pas certain par exemple, que le gouvernement sénégalais ne tenant pas à raviver  le souvenir de la sécession en Casamance, réclame de sitôt les restes du roi des Floup de Casamance, Sihalebe Diatta, mort en détention après une grève de la faim  en 1903.

«Nous avons senti une évolution de l’Élysée, qui se montre désormais plus ouvert sur ces questions de restitutions et de réparations post coloniales », confie Louis-Georges Tin, en se basant hollsur l’annonce faite par le président de la république le 10 mai dernier, lors de la journée de commémoration de l’esclavage, de la création d’un musée de l’esclavage et d’une fondation pour la mémoire de l’esclavage. «Les jeunes Béninois doivent pouvoir admirer ces pièces chez eux, elles sont les témoins de leur riche passé, elles ont un rôle à jouer sur le plan mémoriel. C’est un peu comme si des œuvres fondamentales du patrimoine français étaient exposées à Berlin», clame  Louis-Georges Tin pour qui ces objets n’ont plus rien à faire au sein d’un musée parisien.

.Aujourd’hui, de plus en plus de  pays spoliés réclament leurs trésors. On sait que la Grèce réclame les fresques du Parthénon au British Museum ou encore la Venus de Milo au Louvre. L’Egypte quant à elle, réclame la pierre de Rosette au British Museum (L’Egypte réclame le retour de la pierre de Rosette, Libération, décembre 2009 ), des fragments de fresques pharaoniques au Louvre ainsi que le buste de Nefertiti au Neues Museum de Berlin (L’Egypte réclame la restitution du buste de Néfertiti, le point, janvier 2011). Les pays émergents eux-aussi sont de plus en plus virulents pour récupérer des biens culturels qu’ils estiment leur revenir. La Chine tente de récupérer des manuscrits volés et des pièces de musée dispersées dans le monde entier. Le Nigeria a sollicité le British Museum. Le Pérou veut récupérer des oeuvres provenant de la cité inca de Machu Pichu, etc.. La liste s’allonge au fur et à mesure que des pays redécouvrent leur patrimoine et font de lui un critère de leur essor. Il semble que la demande de restitutions d’objets culturels à leur pays d’origine aille grandissante.

Appel pour la restitution des biens mal acquis du musée du Quai Branly, pillés pendant la colonisation,

par Nicephore Soglo (Ancien président du Benin)  & Louis-Georges Tin (président du CRAN).

En 1894, se trouvant face à ses derniers fidèles, le roi Béhanzin leur fit ses adieux en ces termes bouleversants :
« Et déjà ma voix éplorée n’éveille plus d’écho. Où sont maintenant les ardentes Amazones qu’enflammait une sainte colère ? (…) Qui chantera leurs splendides sacrifices ? Qui dira leur générosité ? Non ! A mon destin je ne tournerai plus le dos. Je ferai face et je marcherai. »

Vaincu par les armées coloniales, Béhanzin, roi d’Abomey, fut ensuite déporté en Martinique, puis à Blida, où il mourut, solitaire, le 10 décembre 1906. Les trésors de son palais furent pillés et mis à sac par les soldats français.
En ce 10 décembre 2013 (date anniversaire de la mort de Béhanzin et journée internationale des droits de l’Homme), nous ne voulons pas seulement rendre hommage au roi Béhanzin. Nous souhaitons que les trésors d’Abomey soient rendus à la famille royale et au peuple béninois auxquels ils appartiennent légitimement : au musée du Quai Branly se trouvent les récades royales, le trône de Glélé, les portes sacrées du palais et plusieurs autres objets de grande valeur issus du pillage de 1894. Tous ces biens mal acquis doivent retourner dans leur pays d’origine, où se trouve leur place véritable.

Le 18 novembre 2005, déjà, une députée française avait saisi le premier ministre à ce sujet en lui adressant une question écrite :
Gbéhanzin, roi du Dahomey a lutté farouchement pour préserver l’indépendance et l’intégrité territoriale du Dahomey. Malgré sa glorieuse résistance face aux troupes françaises pour s’opposer aux conquêtes coloniales, il a dû signer sa reddition le 25 janvier 1894. L’Unesco, au sein de laquelle la France occupe une place de choix, postule qu’il appartient à chaque État de gérer son propre patrimoine culturel et historique. Le peuple du Bénin très attaché à sa culture ne comprendrait pas un refus de la France à restituer les traces de son histoire glorieuse. Les liens qui unissent le Bénin à la France militent pour la restitution de ces oeuvres d’art.

Malheureusement, cette demande est jusqu’ici restée lettre morte. Cette députée s’appelait… Christiane Taubira. Et peut-être pourrons bénéficier  du soutien de celle qui est désormais ministre de la justice. Il faudrait de fait que le ministère de la culture et le ministère de l’enseignement supérieur (qui ont la tutelle sur le musée du Quai Branly) organisent cette restitution, tout à fait possible légalement. C’est ainsi, par exemple, que le sceau du dey d’Alger, saisi par l’armée coloniale française en 1830, fut restitué à l’Algérie  en 2003.

Mais au-delà des trésors d’Abomey, ce sont de très nombreux autres biens qui, pendant la colonisation, ont été volés, voire pillés, ou à tout le moins acquis dans des conditions très discutables. Ils ont ensuite rempli les collections privées et les musées publics de la France. Dans son Afrique fantôme, il y a longtemps déjà, Michel Leiris a évoqué les violences et les manipulations qui ont rendu possibles ces acquisitions souvent douteuses. Ces objets ont une valeur patrimoniale, artistique, culturelle et spirituelle considérables. Refuser toute restitution, ce serait être coupable de recel, ce serait se rendre complice objectivement des méfaits du passé.

Quand nos enfants voient dans ces musées les trésors de l’Afrique dépouillée, ainsi exposés comme des butins de guerre, comment leur expliquer que nos peuples sont amis malgré tout ? Il y a mille et une façons de réparer les crimes du passé colonial. L’une d’entre elles serait de restituer les biens mal acquis de la France. C’est pourquoi nous demandons que les autorités françaises réalisent un inventaire national des tous ces biens, et qu’elles engagent un dialogue constructif avec les pays concernés en vue de leur restitution. La politique du dialogue interculturel ne saurait s’accommoder du pillage interculturel.

Ecouter l’émission de France Culture.

L’art contemporain et son marché

L’art en placement 

Afficher l'image d'origine

Il est connu depuis longtemps que l’art est une valeur refuge. Selon les calculs historiques réalisés sur tout le XXème siècle (1900-2012) par Christophe Spaenjers, économiste de l’art et professeur à HEC, l’art rapporte 6,4% par an, contre 5,5 % pour les obligations, et 5,1% pour l’or. Seules les actions font mieux (9,4%). Toujours selon Christophe Spaenjers, quand les plus grandes fortunes de la planète — 0,1% de la population — voient leur revenu augmenter de 1%, les prix du marché de l’art, eux,  font un bond de 12%.

Evolution du prix de l'art par rapport à l'or, aux obligations d'Etat, aux actions et à l'immobilier, de janvier 2010 à mi-2014

Mais l’art a évolué au point de se transformer en produit de spéculation et en véritable marqueur social pour des centaines de nouveaux milliardaires asiatiques ou latino-américains, qui veulent en faire un signe extérieur de leurs ascension et réussite sociales et professionnelles. En témoigne depuis le milieu des années 2000, la progression fulgurante de 15 %/an du prix des oeuvres valant plus de 150 000 euros, correspondant à l’augmentation non moins rapide de la demande .

Art: la nouvelle ruée vers l'or

Les riches chinois achètent chinois

Le phénomène est dû à leurs circulation et  facilité de négociation toutes deux accrues grâce à Internet.

Afficher l'image d'origine

Les acheteurs chinois préfèrent les artistes de leur pays. Parmi eux, huit appartiennent désormais au peloton de tête des vingt artistes les plus cotés de la planète. Un peu plus d’un tiers (34%) des ventes d’oeuvres d’art est réalisé en Chine, avec des prix nettement plus élevés qu’ailleurs : 17% des pièces sont en effet vendues entre 50 000 et 1 million de dollars; par conséquent, déjà six maisons de vente chinoises figurent parmi les dix plus puissantes du monde, contre deux seulement en 2008.

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

Toujours plus de musées

Dans les cinq années qui viennent, la Chine aura construit 1 500 musées d’art contemporain. Chacun sait dans le milieu que, pour achalander les cimaises et piédestaux de ces nouveaux temples, un conservateur doit acheter autour de il faut environ 3 000 items, dont 150 exceptionnels susceptibles d’être des têtes de gondoles. « Il s’est créé plus de musées depuis le début du XXI ème siècle, entre 2000 et 2010, que pendant tout le XXe siècle », déclarait en 2014 le patron d’ Artprice, Thierry Ehrmann, dans le magazine L’expansion.  Car il s’agit bien d’une telle dynamique qui caractérise le marché de l’art contemporain.

Afficher l'image d'origine

Engouement des classes moyennes occidentales

Mais un autre phénomène est remarquable depuis peu. Outre la frénésie des nouveaux riches asiatiques et la forte dynamique d’acquisition des  musées, l’art contemporain attire les classes moyennes occidentales.

A noter que l’amateur d’art a rajeuni de vingt ans depuis les années 70. Des cadres à peine trentenaires souhaitent investir dans une collection avec 12 000 euros et, paradoxalement, vont acheter leur mobilier chez Ikea. C’est donc qu’il existe un art abordable devenu concurrentiel des accessoires de luxe.  En effet, face à cette forte demande, galeristes, marchands, et organisateurs de foires d’art ont su s’organiser à merveille pour affermir ce désir d’art à moindre coût. Les uns font « tourner » adroitement leur portefeuille d’artistes, les autres multiplient les expositions en parallèles de nouvelles biennales – telle que celle de Gwangju, en Corée du Sud, de Charjah aux Emirats arabes unis- ou de nouvelles foires. Le magazine The Art Newspaper a compté plus de 288 foires aujourd’hui quand il n’y an avait que  36 en 2000 ! La montée en puissance  de  l’Affordable Art Fair de Bruxelles témoigne bien de ce nouvel attrait de la classe moyenne. Il s’agit d’une foire d’artistes contemporains, mais d’un genre nouveau qui emprunte à la stratégie de marketing des grandes surfaces, comme lorsqu’elles organisent leur période de soldes: les oeuvres proposées ne dépassent 6 000 euros. Hormis la place de Paris curieusement absente de la liste, la formule cartonne à Hambourg, Mexico, New York, Stockholm et … Bruxelles. Dans la capitale belge, l’Affordable Air Fair a battu cette année son record de fréquentation en comptant 14 000 visiteurs pour un prix moyen d’achat inférieur à 1000 euros.

Les Français et l’art contemporain

Un sondage commandé en 2010 par Art Paris à l’institut BVA « Quel intérêt suscite l’art contemporain auprès des Français ? » , avait révélé quelques éléments éclairants. Questionnant un panel de mille Français, cette enquête a montré l’intérêt des sondés pour les musées, les foires et l’Internet. Encore très délaissées, les galeries de l’hexagone ont encore beaucoup à faire pour augmenter leur fréquentation pas une plus grande diversité.

Afficher l'image d'origine
FREQUENTATION | Combien de fois par an fréquentez-vous / parcourez-vous des lieux consacrés à l’art ?

Une nouvelle « aura » de l’art ?

En observateur attentif et fin analyste de l’époque, Jean-Pierre Cometti s’est attaché  à mettre à jour dans l’un de ses derniers livres*, les processus de diffusion de l’art,  de sa valorisation  et de sa réification, à l’ère du capitalisme globalisé. Le philosophe pointe judicieusement la connivence qui lie aujourd’hui et de manière inédite, l’art, la mondialisation libérale, l’univers du luxe et celui de la mode. Outre le changement de statut d’une grande part de l’art contemporain, c’est celui du rapport que nous entretenons avec ses productions qui est analysé. À contre courant de l’entreprise de trivialisation de l’art par la modernité et les avant-garde,  on ne peut que constater la résurgence d’un phénomène de sacralisation de ses productions. C’est leur nouvelle aura dont Jean-Pierre Cometti identifie l’emprise sur notre relation esthétique aux oeuvres, sur les lieux de leur ostentation, et sur les enchères des salles de vente, qui pourrait bien être l’origine de tous les phénomènes énumérés aux précédents.

Débouchés pour la CR

Il est indéniable que la conservation-restauration de l’art contemporain profite déjà et profitera encore de cette conjoncture favorable.  Il y a fort à parier que les futurs professionnels spécialisés dans ce champ artistique pourront bénéficier de nouvelles opportunités, mais à la condition qu’ils sachent intégrer dans leur grille d’analyse, les changements paradigmatiques et les nouveaux enjeux de l’art qui ont été évoqués ici.

_________________________

* Jean-Pierre Cometti, La nouvelle aura. Economie de l’art de de la culture, Editions Questions théoriques / Collection Saggio Casino,  04.2016

 

Par quelle « opération » un artefact obtient-il le statut d’œuvre d’art ?

Comment un objet banal peut-il passer du statut d’objet utilitaire, c’est à dire d’artefact qui a été produit pour rendre un service,  à celui d’œuvre d’art au même titre qu’un chef d’oeuvre de maître ou de génie ? Plus simplement, comment un ustensile peut-il devenir une oeuvre d’art ?
conference_auratisation
© Mediartivista 2014

A priori, une œuvre d’art n’a pas été produite à d’autre fin que celle d’exister pour ce qu’elle est. Elle est inutile dans le  sens où elle ne permet pas de faciliter ou réaliser une tâche, elle ne rend pas de service matériel. Mais dans le sens moral d’un point de vue philosophique, elle compte pour répondre à une attente mentale, un désir spirituel: celui d’élever l’âme, d’éclipser la trivialité des préoccupations du quotidien, et de susciter une émotion esthétique. Dès lors, l’expérience d’un poème, d’un opéra, d’un film, d’une architecture ou d’une performance artistique, peut permettre un sentiment de satisfaction ou de plaisir procuré à la fois par la connaissance et l’émotion. Ainsi, les oeuvres d’art sont des objets de l’esprit. (NB: le droit français les qualifie à juste titre d’ « oeuvres de l’esprit »).

Dans le cas de Fontaine par Marcel Duchamp,  ou de tout autre il est évident que ce ne sont pas ses qualités de forme, de style,  de rareté, d’originalité, de préciosité, …. , ni de facture qui en font une oeuvre d’art. L’objet en lui-même, son ustensilité,  relèvent  de la banalité la plus partagée. L’ artisticité de cette oeuvre n’est donc pas manifeste par la vision seule, ni par aucune tangibilité. Elle ne possède pas d’évidence qui puisse être révélée par le constat d’une nature intrinsèque, de signes d’appartenance à un genre, ni de propriétés ou qualités essentielles, mais nécessite plutôt d’être décelée après un cheminement auto-réflexif et introspectif, inévitablement à partir de l’interrogation « En quoi cet urinoir produit en série s’inscrit-il dans le champ de l’art ? » Tout objet (ou dispositif d’objets) présenté par son auteur, fabriqué spécialement ou détourné de sa fonction initiale,  peut se voir décerner le statut d’art, ou est susceptible d’être élevé au rang d’oeuvre d’art, à condition qu’on lui reconnaisse le pouvoir — le plus original possible — de déclencher la réaction émotionnelle du plaisir de la surprise, de la critique, de l’interrogation, de l’admiration, …, de l’expérience qui la procure. Si l’on ne devait formuler que deux qualités élémentaires, nécessaires et suffisantes de l’oeuvre d’art et de son utilité cérébrale, ce pourrait être celles de générer au moins la « fascination » et la « révélation ».

 

 

Module ARAAFU de conservation prédictive

L’Araafu propose la formation : La conservation prédictive : évaluation des risques et des facteurs de dégradation

Date : 2 jours, jeudi 1er et vendredi 2 décembre 2016

Horaires : 9h30-12h30 et 14-17h30

Lieu : Cité de la musique – Philharmonie de Paris, Paris

Vous trouverez, en fichier attaché, la plaquette de présentation du stage et le formulaire d’inscription

Date limite d’inscription : 20 novembre 2016
………………………..
Nous attirons votre attention sur le fait que les places seront attribuées par ordre de réception des réservations. Pensez à pré-réserver dès à présent par courriel ou téléphone !
 
vous pouvez pré-réserver immédiatement par retour de courriel puis confirmer avant le 20 novembre par courrier traditionnel en envoyant les éléments détaillés ci-dessous.

Les congés du secrétariat ayant lieu en septembre, les demandes de devis et inscriptions seront traitées après le 30/09.

POUR VOUS INSCRIRE :
– imprimer la plaquette,
– détacher le bulletin d’inscription, le remplir, le signer,
– et l’adresser au secrétariat :
ATTENTION, CHANGEMENT D’ADRESSE : 
ARAAFU (boite aux lettres : Blind) 21 rue d’Annam, 75020 Paris,
 
– accompagné de votre paiement (sauf organismes de formation et institutions payant a posteriori).
 
N.B. Les chèques servent de garantie à votre inscription mais ne seront encaissés qu’après la formation
Nous sommes désolées mais aucune réservation ne sera maintenue au delà du 20 novembre si elle n’est pas confirmée dans les temps par l’envoi par courrier postal de ces éléments.
Si vous souhaitez faire prendre en charge cette formation par un organisme de formation professionnelle, adressez-vous au secrétariat munis de la liste des pièces demandées (devis, convention, autre) avant le stage.
 
Pour le FIF-PL, nouvelle procédure, il faut me transmettre avant le stage le document « attestation de présence » correspondant à votre code NAF que vous pouvez trouver sur le site du FIF-PL : http://www.fifpl.fr/index.php?page=attestation_de_presence_et_de_reglement

Décès de Jacques Charvet

Afficher l'image d'origineLa rédaction de Semin’R et tous les personnels de l’ESA d’Avignon qui l’ont connu, veulent s’associer à la peine causée en particulier à son épouse et à sa famille par le décès de Jacques CHARVET, survenu le 03 Septembre dernier à l’âge de 72 ans. Architecte DPLG et Expert près la Cour d’Appel de Nîmes,  il fut aussi professeur à l’ESAA de 1972 à 2009 en ayant toujours été  très apprécié tout au long de son exercice, tant pour ses qualités humaines que professionnelles, comme en témoignent du reste  les liens de réseaux sociaux qu’il avait tenu à maintenir avec bon nombre d’enseignants et d’anciens étudiants. Sa modestie, sa retenue et son esprit avisé, comme le plaisir de le croiser parfois au détour d’une rue d’Avignon, aux alentours du Mont de Piété, manqueront à beaucoup.

Ses obsèques religieuses auront lieu le Mercredi 7  Septembre  2016
à 10 h 30 en l’Abbaye Saint-Victor de Marseille (7ème),  suivies de son inhumation au cimetière Saint-Véran d’ Avignon à 14h30.

La restauration fait-elle le patrimoine de demain ?

Si elle ne date pas d’hier, la restauration de films est devenue en quelques années un élément incontournable de la promotion /valorisation du patrimoine cinématographique. Largement mise en avant, elle semble donner une nouvelle direction aux archives. Une direction plus proche de la production et de la distribution que de la première mission de conservation ? Un tournant ? Le début d’un nouveau plan, comme le cinéma a connu dans les années 1990 un plan de sauvegarde français ? Ou la fin des (re)découvertes de cinémathèques sans passer par la case restauration ?                                                

IIC 2016 Los Angeles Congress Programme

Saving the Now: Crossing Boundaries to Conserve Contemporary Works
Sauver le présent: franchir les limites pour conserver-restaurer les oeuvres contemporaines.
Monday 12th September 2016 to Friday 16th September 2016
The Programme Overview below gives you the framework of the week; further down this page is the full Technical Programme, listing all papers and authors in the week’s timetable.

Provisional Programme Overview

Sunday, 11 September 2016
15.00 – 18.00 Registration and Information Desk Open
Monday 12 September 2016
08.00 – 18:30 Registration and Information Desk Open
08.00 – 09.00 Continental Breakfast
09.00 – 09.30 Opening Ceremony
09.30 – 10.40 Forbes Prize lecture: Carol Mancusi-Ungaro, The Falsification of Time
10.40 – 11.10 Coffee break
11.10 – 12.30 Presentation Session 1a
12.30 – 14.00 Lunch (not provided)
12:30 – 14:00 Lunch for Grant recipients
14.00 – 15.20 Presentation Session 1b
15.20 – 15.50 Afternoon break
15.50 – 17.10 Presentation Session 2
17.10 – 17.30 Announcement of 2018 Congress venue; end of session
15.00 – 18.00 Trade Fair and Poster Display Open
19.00 – 22.00 Welcome Reception at MOCA
Tuesday, 13 September 2016
08.00 – 18:00 Registration and Information Desk Open
08.00 – 18:00 Trade Fair and Poster Display Open
08.00 – 09.00 Continental breakfast
09.20 – 10.40 Presentation Session 3
10.40 – 11.10 Coffee break
11.10 – 12.30 Presentation Session 4a
12.30 – 14.00 Lunch (not provided)
12.30 – 14.00 Student meeting (times to be confirmed)
14.00 – 15.20 Presentation Session 4b
15.20 – 15.50 Afternoon break
15.50 – 17.10 Presentation Session 5
17.10 Announcements; end of session
Evening On Your Own
Wednesday, 14 September 2016
07.00 – 18:30 Registration and Information Desk Open
07.30 – 08.45 Breakfast with Exhibitors
08.45 – 18:30 Trade Fair and Poster Display Open
09.20 – 10.40 Presentation Session 6a
10.40 – 11.10 Coffee break
11.10 – 12.30 Presentation Session 6b
12.30 – 14.00 Lunch (not provided)
12.30 – 14.00 IIC Fellows meeting (times to be confirmed)
14.00 – 15.20 Presentation Session 7
15.20 – 15.50 Afternoon break
15.50 – 17.10 Panel discussion: Elephant in the Room
17.10 Announcements; end of session
19.00 – late Grand Event: Urban Light Night at LACMA
Thursday, 15 September 2016
08.00 – 18:30 Registration and Information Desk Open
08.00 – 12:30 Poster Display Open
08.00 – 09.00 Continental breakfast
09.00 – 09.40 Presentation Session 8: Invited speaker
09.40 – 10.10 Coffee break
10.10 – 11.30 Presentation Session 8 continued
11.30 – 11.50 Session panel discussion
11.50 End of Session
11:50 Tours (includes lunch; various end times)
12:00 Lunch on Your Own for those not on a Tour
Evening On Your Own
Friday, 16 September 2016
08.00 – 18:30 Registration and Information Desk Open
08:30 – 09:00 Continental Breakfast
09.20 – 10.40 Presentation Session 9a
10.40 – 11.10 Coffee break
11.10 – 12.30 Presentation Session 9b
12.30 – 14.00 Lunch (not provided)
14.00 – 15.20 Presentation Session 10
15.20 – 16.20 Closing Ceremony
16:20 – 18:00 Farewell Reception

Technical Programme – Preliminary schedule and timings

Monday, 12 September, 2016 – 09:30 – The Forbes Prize Lecture
Chair: Sarah Staniforth

  • Carol Mancusi-Ungaro ; Whitney Museum of American Art ; The Falsification of Time

Monday, 12 September, 2016 – 11:10 – Paper Session 1a: Overviews: theory and practice
Chair: Austin Nevin

  • Beerkens, Lydia ; Side by side: old and new standards in the conservation of modern art. A comparative studyon 20 year of modern art conservation practice
  • Kennedy, Nora W. ; Reiss, Meredith; Sanderson, Katherine ; The future is not what it used to be: Changing views on contemporary color photography
  • Verbeeck, Muriel ; “There is nothing more practical than a good theory”: Conceptual tools for conservation practice

Monday, 12 September, 2016 – 14:00 – Paper Session 1b: Overviews: theory and practice
Chair: Tatja Scholte

  • Hölling, Hanna ; Transitional media: duration, recursion and the paradigm of conservation
  • Liu, Angela Wai Sum ; Wong, Athena Kin-kam; Yeung, Evita So ; Challenges and approaches in conserving New Ink Art
  • Shashoua, Yvonne ; Mesocycles in conserving plastics

Monday, 12 September, 2016 – 15:50 – Paper Session 2: Artists’ materials and working practice
Chair: Tom Learner

  • Clark, Robin ; Barger, Michelle ; The Artist Initiative at San Francisco Museum of Modern Art
  • Nagy, Eleonora E. ; The industrial connections in Donald Judd’s art
  • Pugliese, Marina ; Ferriani, Barbara; Ratti, Iolanda ; Materiality and immateriality in Lucio Fontana’s environments: From documentary research to the reproduction of lost artworks

Tuesday, 13 September, 2016 – 09:20 – Paper Session 3: Conservation Issues: acquisitions and commissions
Chair: Mark Gilberg

  • Golfomitsou, Stavroula ; The role of conservation in new contemporary art installations in new contexts: The case of Richard Serra’s ‘East-West/West-East’ in Qatar
  • Ryan, Gwynne ; Considerations in the acquisition of contemporary artwork: Refabrication as a preservation strategy
  • Wild, Elizabeth ; Pagliarino, Amanda; Storer, Russell ; Conservation from conception: Commissioning an installation by Cai Guo-Qiang

Tuesday, 13 September, 2016 – 11:10 – Paper Session 4a: Case Studies: approaches and treatments
Chair: Jim Coddington

  • Ackerman, J. Luca ; Mustardo, Peter; Murata, Hanako; Cole, Tatiana ; Cindy Sherman: ‘A Play of Selves/’ A Collaborative Approach to Conservation
  • Nagle, Julia ; Morgan, Lyndsey ; Conservation of a contemporary lacquered screen: A collaborative, interdisciplinary, international project involving the artist, fabricators, and conservators from three different areas
  • Skelton, Samantha ; Rogge, Corina; Bomford, Zahira Véliz ; Testing the limits: The theoretical development and practical reality of a large-scale agarose gel treatment for a discolored Morris Louis

Tuesday, 13 September, 2016 – 14:00 – Paper Session 4b: Case Studies: approaches and treatments
Chair: Mirta Pavic

  • Baldomá, Gabriela ; Maier, Marta S. ; Challenges in the conservation of the work of León Ferrari
  • Moy, Sara A. ; ‘2004-6-16’ to 2014-8-1: The birth and death of a work by Gu Dexin
  • Randall, Megan ; Reality and illusion: Achieving a balance in the exhibition and treatment of Robert Gober’s Untitled wax legs

Tuesday, 13 September, 2016 – 15:50 – Paper Session 5: New Environments: museums conserving objects not intended for museums
Chair: Jo Kirby Atkinson

  • Doherty, Tiarna ; Ingalls, Helen; Kerr, Amber; Maynor, Catherine; Umberger, Leslie Conserving the self-taught artists collection at the Smithsonian American Art Museum
  • Graves, Kiernan ; Corda, Katey ; Conserving a boundary: The conservation and management of a Berlin Wall mural
  • Wielocha, Agnieszka ; Kędziorek, Aleksandra ; Preserving the ‘Open Form’. The Oskar and Zofia Hansen House in Szumin: Between architecture and contemporary art

Wednesday, 14 September, 2016 – 09:20 – Paper Session 6a: New Needs: documentation and archives
Chair: Magali Sehn

  • Nogueira, Andreia ; Macedo, Rita; Pires, Isabel ; Where contemporary art and contemporary music preservation practices meet: The case of ‘Salt Itinerary’
  • O’Reilly, Emily ; Miller, Rose; Bodor, Judit ; Curation, conservation and the artist in ‘Silent Explosion: Ivor Davies and Destruction in Art’
  • Wharton, Glenn ; Engel, Deena; Taylor, Marvin C. ; The ‘Artist Archives Project’: David Wojnarowicz

Wednesday, 14 September, 2016 – 11:10 – Paper Session 6b: New Needs: digital and participatory art
Chair: Pip Laurenson

  • Moomaw, Kate ; Collecting participatory art at the Denver Art Museum
  • Paterakis, Alice Boccia ; Price, Astra; Kapan, Hillary ; Walking the walk and the impact of space and place on new media art
  • Sommermeyer, Barbara ; van Haaften, Claartje ; Examining the digital future of analogue slide-based artworks at the Hamburger Kunsthalle

Wednesday, 14 September, 2016 – 14:00 – Paper Session 7: Maintaining Appearances: outdoor sculpture
Chair: Claudio Hernandez

  • Eng, Charlotte W. ; Preusser, Frank D.; Schaeffer, Terry T. ; Reflections on light monitoring: Evaluating museum lighting options for modern and contemporary art
  • Escarsega, John A. ; Mack, Abigail; Rivenc, Rachel; Learner, Tom ; Coat of arms: Dovetailing the needs of outdoor sculpture and military assets to develop more durable and adaptable paint systems
  • Lew, Nani ; Choi, Jihyun ; New paint, new challenges: Conservation of Roy Lichtenstein’s outdoor sculpture ‘House I’

Wednesday, 14 September, 2016 – 15:50 – Panel Discussion
Chair: Rachel Rivenc, Associate Scientist, GCI

  • The Elephant in the Room: the Influence of the Art Market on Conservation Decisions

    Panelists:

    • Paul Schimmel
      Partner and Vice President, Hauser Wirth & Schimmel
    • Marc Selwyn
      Owner, Marc Selwyn Fine Art
    • Sam Kahn
      Chief Registrar, Blum and Poe
    • Tatyana M. Thompson
      President, Tatyana M. Thompson & Associates, Inc

Thursday, 15 September, 2016 – 09:00 – Paper Session 8: Conserving Protest Art, Street Art and Murals – Invited Speaker
Chair: Amber Kerr

  • Poshyvailo, Ihor ; The Maidan Museum, Ukrainian Institute of National Remembrance, Kyiv ; Creativity of Freedom: Preserving Artistic Expressions of the Ukraine Revolution

Thursday, 15 September, 2016 – 10:10 – Paper Session 8 (continued): Conserving Protest Art, Street Art and Murals
Chair: Rosa Lowinger

  • Chatzidakis, Maria ; Street art conservation in Athens: Critical conservation in a time of crisis
  • Dickens, Jenny ; Rava, Antonio; Colombini, Maria Perla; Picollo, Marcello; Shank, Will; Keith Haring in Pisa and Melbourne: Controversy and conservation
  • Kyi, Caroline ; Tse, Nicole ; Khazam, Sandra ; The potential role of citizen conservation in re-shaping approaches to murals in an urban context
  • Shank, William J. ; Drescher, Tim ; Breaking the rules: A new life for Rescue Public Murals

Friday, 16 September, 2016 – 09:20 – Paper Session 9a: Approaches and decision-making
Chair: Jerry Podany

  • Stigter, Sanneke ; Autoethnography as a new approach in conservation
  • Lane, Robert Lazarus ; Wdowin-McGregor, Jessye ; This is so Contemporary? Mediums of exchange and conservation
  • Henderson, Jane ; Nakamoto, Tanya ; Dialogue in conservation decision-making

Friday, 16 September, 2016 – 11:10 – Paper Session 9b: Exploring Commonality: contemporary art and ethnographic collections
Chair: Mikkel Scharff

  • McHugh, Kelly ; Gunnison, Anne ; Finding common ground and inherent differences: Artist and community engagement in cultural material and contemporary art conservation
  • Peters, Renata F. ; The parallel paths of conservation of contemporary art and indigenous collections
  • Hornbeck, Stephanie E. ; Moffett, Dana L. ; Altered surfaces, taking the long view: Applications of ethnographic conservation practices to the conservation of contemporary art

Friday, 16 September, 2016 – 14:00 – Paper Session 10: After the Artist: issues of replicas and recreating works
Chair: Joyce Townsend

  • Lawson, Louise ; Cane, Simon ; Do conservators dream of electric sheep? Replicas and replication
  • Norton, Alison ; Migrating facsimiles: When copies disappear from conservation control
  • Shaftel, Ann ; Reincarnate Conservation

Icon Conference 2016: Turn and Face the Change

Icon Conference 2016: Turn and Face the Change

Conservation in the 21st Century

Location:
Aston University, Aston Triangle, Birmingham B4 7ET

From: Wednesday 15.06.16
at 6:00 pm
To: Friday 17.06.16
at 5:00 pm

Icon Conference 2016 is the premier event for conservation professionals

Icon’s conference brings together attendees from across the conservation profession to explore how conservation is placed in the 21st century. Icon Conference 2016 will discuss challenges facing the sector and explore the ways conservators are adapting to current and future trends.

Conference themes include: 

  • How is the conservation profession keeping up with current trends?
  • Is conservation relevant in a digital world?
  • What does a modern conservator look like?

Find out more about the Conference.

Groups:  Archaeology, Documentation Network, Book & Paper, Care of Collections, Ceramics & Glass, Ethnography, Furniture & Wood, Gilding & Decorative Surfaces, Historic Interiors, Metals, Paintings, Photographic Materials, Heritage Science, Scotland, Stained Glass, Stone & Wall Paintings, Textiles

Ecole Supérieure d'Art d'Avignon, Département de conservation-restauration / ESAA-cr