La recherche en question (dépassée).

Dans le cadre du SITEM 2018  sis aux Docks – Cité de la mode et du design, 34, quai d’Austerlitz, 75013 Paris

la FFCR organise une conférence – table ronde le Mardi 23 janvier de 14h à 15h

salle Austerlitz, intitulée

« La recherche en conservation-restauration : une affaire de conservateurs-restaurateurs ? « 

Selon les termes des organisateurs, « cette table ronde [ …] vise à poser les grandes lignes du paysage actuel de la recherche du point de vue des conservateurs-restaurateurs. En décrivant les modes de financement existants, la compatibilité avec le fonctionnement des entreprises individuelles, la nature des sujets abordés et leur représentation dans les différentes disciplines, la Fédération Française des professionnels de la Conservation-Restauration (FFCR) espère susciter des discussions et proposer des perspectives ».

A cette table ronde, sont conviés 4 conservateurs-restaurateurs diplômés de l’Université  Paris I (Clémentine Bollard, modératrice), de l’INP (Gaël Quintric & Annabelle Sansalone), de l’ESBAT ( Olivier Rolland)  et  la cheffe du département de restauration au C2RMF depuis septembre 2013 (Lorraine Mailho-Daboussi).

Selon la logique de représentativité des quatre formations habilitées, on aura noté l’absence d’un(e) diplômé(e) de l’ESAA.  A croire qu’on n’a pas sollicité les ressortissants du cursus avignonnais parce qu’on a supposé qu’ils ne se posaient pas la question, qu’ils connaissaient déjà la réponse, ou  encore, que cette éminente  réflexion menée au galop et en si haut lieu devait leur être épargnée.

Par contre, les organisateurs n’auront pas omis d’inviter une prestigieuse figure tutélaire de l’Institution, par déférence il faut croire.  Car qui peut penser que des modalités  de réflexion publique aussi piteuses  à partir d’une question périmée peuvent laisser   « […] espère(r) susciter des discussions et proposer des perspectives », dans le seul pays industrialisé qui ne compte pas encore d’école doctorale en conservation-restauration ? L’urgence commanderait, opportunément en présence de la cheffe du département de restauration au C2RMF, que l’on se demandât plutôt le pourquoi de cette situation.

Après la part étriquée ( 2 X 1,5 heures sur trois jours !) réservée à la conservation-restauration les 18, 19 et 20 décembre prochains lors des « Assises des métiers des musées » à l’auditorium de l’INHA auxquelles  participera un seul organe de représentation, celui  des  « professionnels de la conservation-restauration », voici la ration indigente de ce nouveau rendez-vous: 1 heure, notamment pour « poser les grandes lignes du paysage actuel de la recherche … » . A quoi cela rime-t-il ? La seule représentation « habilitée » de la conservation – restauration n’est-elle plus   capable que de faire bonne figure, ou pire, de la figuration seulement là où et quand on lui dit qu’elle peut ? Ce faisant, ne voit-elle pas qu’elle fait le jeu du statu quo en France en servant d’alibi de représentativité professionnelle, du reste plus symbolique qu’effective, dans des colloques oiseux phagocytés par une kyrielle de fonctionnaires institutionnels toujours en mesure d’occuper le terrain quand les conservateurs-restaurateurs n’en ont jamais eu vraiment les moyens ?

Une note interne du Ministère de la Culture du 22 février 2016 appelait à « un plan d’action indispensable à la survie » de la profession. « La profession de restaurateur du patrimoine est en grande souffrance. Au  bord du gouffre. De plus en plus nombreux sont ceux qui abandonnent le métier, les commandes publiques se raréfient, les revenus sont en chute libre », clamait publiquement en Mars 2016 une cohorte de conservateurs, artistes, conservateurs-restaurateurs, et acteurs institutionnels de renom  pour alerter les pouvoirs et l’opinion publics. Qu’en est-il aujourd’hui, presque deux ans après ? Quelle est la réponse  des pouvoirs publics ?

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *