Une réflexion après la journée d’étude « conservation-restauration de l’art contemporain » au Carré d’Art de Nîmes

Qu’est ce que la conservation-restauration ?

par Eva Georgy, L2 CR.

Est-il nécessaire d’en définir les contours par le biais de critères professionnalisants ? Lors de cette conférence, plusieurs intervenant.e.s ont parlé de leur travail, par une approche théorique ou pratique. Mais toutes les interventions étaient éloignées les unes des autres. Aucune ne pouvait s’associer à une autre de manière homologue, si ce n’est de manière générale, en ce que toutes visent à pérenniser un bien doté du sens qu’il possède dans le temps. L’idée de transmission serait donc le moteur de cette profession. Mais elle peut prendre plusieurs formes.

L’intervention de Laetitia Thevenot-Piris était très intéressante, et j’y ai trouvé écho dans un métier déjà très ancien, celui de scribe recopieur. En effet, le support vidéo évolue de manière si rapide que le seul moyen de conserver la trace de ce qui a été gravé dessus, est de le recopier sur un support plus récent. Il en était de même lorsqu’un livre vieillissait et qu’on le recopiait pour ne pas en perdre le contenu. Cependant, cette course frénétique à la conservation pose problème:  que faire de tous les vieux supports ? Une œuvre existe-elle dans son intégralité sur son support d’origine ? Et est-ce qu’il est nécessaire de conserver ces œuvres en les transposant indéfiniment sur des supports déjà dépassés ? L’idée de documenter une vidéo serait peut-être tout aussi importante, ainsi on en garderait une trace, mais on ne « tordrait » pas l’œuvre dans des supports numériques sans fin …

Doit-on conserver toutes les œuvres ? Et pourquoi ? Et si les musées n’étaient remplis que de documents ? Les performances sont documentées, et on en acquiert la documentation car on ne peut pas placer pas un  corps humain dans une boîte pour ensuite le ressortir 20 ans plus tard. Mais alors pourquoi fait-on cela avec des objets ? C’est leur aura qui nous empêche de les détruire, ou de transvaser leur matérialité et leur immatérialité sous forme documentaire. Pourquoi ne scannons-nous pas tous les objets pour faire des musées virtuels ?

Je pense qu’on inflige une certaine violence, comme si on arrachait l’objet à son droit au « repos » (éternel), à toujours vouloir rentoiler, changer de support vidéo, refixer … L’objet existe dans une matérialité temporelle qui le caractérise. Lui ôter ces attributs matériels progressivement pour le garder lisible, beau peut être contradictoire. Conserve-t’on son aura ? Pourquoi ne restaure-on pas l’immatériel d’une œuvre ? Si c’est la transmissibilité qui importe, la viabilité du message que veut transmettre l’objet d’art, alors il faut en changer sa représentation. Les codes évoluent avec le temps, alors pourquoi ne pas les substituer, comme on le fait déjà avec le support de ces artefacts ?

On conserve sans limite, mais, dans les maisons, les lieux de stockage sont des espaces stagnants où ne circule plus la vie, comme le grenier …  Les pièces à vivre de subissent pas cet encombrement, alors pourquoi les musées en sont l’exemple même ? Est-ce que l’essence de l’art doit se limiter à l’aura des objets, leur matérialité obsolète, ou évoluer vers une transmission de sens ?

L’art contemporain est-il essence ? Et quels dispositifs la profession de conservateur.trice va employer à l’avenir ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *