A visit to the London Contemporary African Art Fair

La deuxième édition de l’AFRICAN CONTEMPORARY ART FAIR du Salon 1:54 , deuxième plus grand salon d’art contemporain du monde, a eu lieu à Londres comme tous les ans en octobre pendant la FRIEZE ART FAIR. Je m’y suis rendue dans le cadre de mon travail avec la Fondation Blachère 1 afin d’y rencontrer des artistes et de créer un contact avec les galeries africaines et londoniennes.

Le studio 1:54 qui organise cet événement, est une plate-forme pour des galeries, des artistes, des conservateurs, des centres d’art et musées impliqués dans des projets liés à l’art africain. Ce studio spécialisé dans l’art contemporain africain vise à promouvoir l’art en Afrique ainsi que de nouveaux talents internationaux. Initiée par Touria El Glaoui 2 , cette foire d’art contemporain a eu lieu à l’East Wing et la West Wing de la Somerset House, un bâtiment historique qui est un des principal centre culturel et artistique du cœur de Londres. L’African Art Fair est un événement qui met en vedette un nombre limité de 24 galeries, sélectionnées avec soin pour chaque édition.

 somerset

Somerset House, source photographique : http://jands.com/archive-347/somerset-house-light-up-at-night/

Tirant son nom des 54 pays du continent africain, et avec des exposants sélectionnés au Kenya, en Afrique du Sud, en France, en Italie, en Allemagne, aux USA, elle présente en tout plus de 100 artistes émergents ou encore d’anciens participants. Coïncidant avec la Frieze Week 3, le nouveau salon bâti sur la popularité naissante de l’art africain contemporain se présente comme une occasion d’explorer un marché de l’art contemporain en plein essor.

2

Photographie extraite du website 1:54.com

1:54 met en valeur le travail de 24 galeries sélectionnées et de grandes organisations de la scène mondiale de l’art afin de le mettre en lumière à Londres, pour révéler une section transversale, un aperçu de l’art du continent. Le programme comprend des conférences, des rencontres avec des artistes, des projections de films et des débats présentés par des conservateurs, des artistes et des experts dans le domaine. Avec des sujets de discussion tels que la trajectoire actuelle de la production de l’art africain contemporain et sa pratique dans un contexte global, de façon rétrospective et théorique. 4

Liste des Galeries

Afronova, Johannesburg; Art 21, Lagos; Art Lab Afrique, Nairobi; Galerie ARTCO, Herzogenrath; Carpe Diem, Ségou; Galerie Anne de Villepoix, Paris; Galerie Cécile Fakhoury, Abidjan; Galerie Imane Farès, Paris; Galerie Mikael Andersen, Berlin; In Situ Fabienne Leclerc, Paris; Jack Bell Gallery, Londres; Chevalier Galerie Webb, Londres; Galerie M.I.A, Seattle; Magnin-A, Paris; La galerie d’Octobre, Londres; Galerie Omenka, Lagos; Primo Galerie Marella, Milan; Purdy Hicks Gallery, Londres; Selma Feriani Gallery, Londres; Sitor Senghor, Paris; Galerie d’art SMAC, Le Cap; Taymour Grahne, New York; Voice Gallery, Marrakech; WHATIFTHEWORLD, Cape Town.

Liste des artistes

Aboudia, Derrick Adams, Armen Agop, Raja Aissa, Mustapha Akrim, Péju Alatise; Joel Andrianomearisoa, Mohamed Arejdal, duc Asidere, Omar Ba, Younes Baba-Ali, Fayçal Baghriche, Roger Ballen, Sammy Baloji, Steve Bandoma, Wayne Barker, Vitshois Mwilambwe Bondo, Armand Boua, Frédéric Bruly Bouabré, Serigne Mbaye Camara, Soly Cissé, Bruce Clarke, Nestor Da, Xiomara De Oliver, Sidi Diallo, Harandane Dicko, Omar Victor Diop, Amahigueré Dolo, Godfried Donkor, Melvin Edwards, Mohamed El Baz, Rafik El Kamel, Meschac Gaba, François-Xavier GBRE, Maïmouna Guerresi, Romuald Hazoumè, Ayana V. Jackson, Kiripi Katembo, Yashua Klos, Jems Robert Koko Bi, Abdoulaye Konaté, Nicène Kossentini, Marcia Kure, Moshekwa Langa, Laurent Lemaoana, John Liebenberg, Gonçalo Mabunda, Hamidou Maiga, Mustafa Maluka, Ernest Mancoba, Abu Bakarr Mansaray, Megumi Matsubara, Vincent Michéa, Fabrice Monteiro, Joel mPAH Dooh, Afi Nayo, Cheikh Ndiaye, Otobong Nkanga, Nongoma, Cédric Nunn, Musa Nxumalo, Boris Nzebo, Adjani Okpu-Egbe, Mauro Pinto, Cameron Platter, Younès Rahmoun, Ricardo Rangel, Athi Patra Ruga-Virginie Ryan, Chéri Samba, Amadou Sanogo, Kura Shomali, Malick Sidibé, Paul Sika, Ki Siriky, Ransome Stanley, Houda Terjuman, Barthélémy Toguo, Pathy Tshindele, Eric Van Hove, Ouattara Watts, Billie Zangewa, Dominique Zinkpè, Sandile Zulu

Les galeries et les artistes étant très nombreux, il est difficile de s’attacher à une galerie, ou à un thème quelconque comme nous avons l’habitude de le faire en visitant les expositions. Ici des univers et des artistes très différents cohabitent. Il faut déambuler et tenter de faire abstraction du monde et de l’espace. Les galeries réussissent le tour de force de mettre en valeur les artistes qu’ils représentent, même si parfois les travaux sont aux antipodes les uns des autres. La foire d’un 1:54 laisse tout de même une impression intimiste en comparaison de l’immense foire mondiale Frieze Art Fair. Contrairement à celle-ci, l’espace se prête aux échanges, les gens sont ici pour découvrir de nouveaux artistes, une nouvelle vision du monde de l’art Africain.

L’exemple de la galerie Whatiftheworld d’Afrique du Sud et de ses artistes .

Les foires d’art font face à des contraintes particulières, en matière d’accrochage, place restreinte avec beaucoup de passage, ou encore un nombre trop nombreux d’artistes pour l’espace. Il s’agit donc d’effectuer un accrochage dans un but pratique qui permette une lecture facile et globalisante du travail des artistes. La galerie nommée Whatiftheworld de Cape Town en Afrique du Sud exposait quatre de ses artistes, ainsi que trois autres sur une base rotative. Le but de leur exposition était de mettre en valeur la diversité des artistes de différents pays et groupes raciaux. Whatiftheworld tente de briser les frontières, et d’exposer l’art pour les dialogues qu’ils créent et non pas pour alimenter les stéréotypes raciaux.

 4

Photographie de la galerie Whatiftheworld, source :http://www.contemporaryand.com/fr/place/whatiftheworldgallery/© WHATIFTHEWORLD/Gallery

L’artiste Dan Halter, un Zimbabwéen blanc né en 1977, qui vit maintenant en Afrique du Sud, travaille autour des idées d’identités disloquées par l’intermédiaire de « l’imagerie de l’artisanat ». En travaillant avec la sculpture sur pierre, le tissage, la couture, et d’autres formes de stratégies visuelles locales de manière conceptuelle, il abolit les frontières entre les objets de curiosité / d’artisanat et les « fine art ». Il inclut dans le tissu de l’histoire « africaine », l’histoire coloniale, l’abus de pouvoir, l’idée d’États-nations, et sa propre histoire, comme un homme coincé entre ce que signifie être européen et africain. Halter a participé à de nombreuses expositions collectives, y compris aux États-Unis à la South African National Gallery et en 2009 au Musée national Smithsonian d’art africain de Washington DC.

5

Photographie de Dan Halter. Source : http://danhalter.com/

Given another chance in the colonies, Dan Halter

Un autre artiste représenté par la Galerie Whatiftheworld, nommé Athi Patra Ruga est de Umtata en Afrique du Sud. La ville où Nelson Mandela est né et qui abrite l’une des seules universités noires ouverte pendant l’apartheid. Son histoire est visible dans son travail. Il explore l’idée de cartes, de frontières-zones entre toutes les variétés de l’art visuel. Comme dans le cas dans la plupart du continent africain, les conflits modernes sont dus à des limites arbitraires imposées par les puissances coloniales, provoquant la migration forcée et l’exode de masse. Ruga travaille avec cette idée de privation des droits civiques créé par des mécanismes culturels / politiques du gouvernement et de nationalisme. En réponse, Ruga créé son propre gouvernement, presque utopique; celui où l’identité culturelle des personnes n’est pas limité par les frontières géographiques ou de par leur ascendants. Il est en train de changer ce que les gens pensent quand ils pensent à l’Afrique. Son travail permet aux gens d’envisager l’art en Afrique sous un angle légèrement différent. Son esthétique est colorée et exubérante, il puise son inspiration dans le monde de la mode.

6

Athi Patra Ruga

Uzuko | 2013 |
Wool, thread & artificial flowers on tapestry canvas | 200 x 180 cm

source : http://10and5.com/2013/11/28/untamed-creatives-athi-patra-ruga/

Le photographe nigérian de 27 ans, Lakin Ogunbanwo, vit à Lagos. Il allie l’esthétique de la photographie de mode et le portrait classique afin de contester des notions sociétales, le tout avec de fortes nuances érotiques et sensuelles. Ses photographies sont principalement des jeunes hommes Lagosian drapés dans l’ombre ou mis en évidence avec des blocs de couleurs profondes, rappelant la photographie de studio africaine des années 60 et 70. L’éclat de la peau est renforcée par huilage et en juxtaposant le nu avec le vêtu. Les sujets photographiques de Ogunbanwo sont sculptés par la lumière et encadrés comme des objets qui rappelle Robert Mapplethorp ou Man Ray. Plutôt que la couleur, c’est la lumière qui définit les images de ce jeune artiste. Le travail de Ogunbanwo est un excellent exemple de l’importance de la mode en Afrique et comment elle influence les photographes et les artistes à travers le continent. La photographie de Ogunbanwo a transformée la photographie commerciale et de la mode en œuvre d’art.

7

Source : http://www.okayafrica.com/news/african-fashion-my-africa-is-the-lagos-chronicles-lakin-ogunbanwo/

8

sans titre, Lakin Ogunbanwo.

Cameron Platter fait partie de l’exposition tournante de Whatiftheworld. Il est l’un des artistes très prolifiques de la galerie. Il travaille avec des outils rudimentaires pour créer des tableaux-textiles et des sculptures tissées. Ses matériaux représentatifs de la société africaine traditionnelle, donnent à son travail un sentiment de naïveté. Mais sous cette apparente candeur se cachent des thèmes complexes tels que les barrières culturelles entre les riches et les pauvres, et les méfaits du consumérisme dans le monde.

9

Source : http://www.itsnicethat.com/articles/2945-cameron-platter

10

Oeuvre de Cameron Platter, extraite de l’exposition Fucking Hell.© Galerie Whatiftheworld.

Le Salon 1:54 n’est pas sans avoir été critiqué, principalement en ce qu’il organiserait une « ghettoïsation » de l’art africain contemporain, ainsi mis à part du reste de l’art contemporain. D’aucuns objectent qu’organiser une foire dédiée à « l’art africain » peut stimuler le jugement quant à la forme de l’art. On pourrait qualifier le Salon 1:54 de foire qualitative. Pour Paul Hewitt, directeur stratégique des nouveaux marchés chez Christie’s, le message est clair : « Le fait que 1:54, première foire internationale jamais consacrée à l’art africain, ait lieu à Londres durant la Frieze, envoie un message clair : l’art africain est aujourd’hui un marché à la croissance rapide. »

Cette foire a pour objectif de s’exporter dans le monde et surtout en Afrique, mais pour l’instant les organisateurs regrettent que les infrastructures pour ce faire, comme au Nigéria par exemple, y soient trop faibles ; en attendant, elle pourrait voyager à New York prochainement.

Quoiqu’il en soit, rendez-vous à Londres, l’an prochain à la même date.

 11

Lors de l’ouverture de 1:54, Contemporary African Art Fair, le 15 octobre. En fond, une oeuvre d’Abdoulaye Konaté. © Nicolas Michel / J.A.

1Fondation d’Art Africain Contemporain depuis 2004, à Apt dans le Vaucluse.

2Fille de l’artiste marocain Hassan El Glaoui, et est membre du comité exécutif de la Biennale de Marrakech.

3Une des plus grande foire d’art contemporain au monde qui a lieu tous les ans à Regent’s park à Londres en octobre.

4Lien vers les vidéos de la foire : http://1-54.com/.

Laetitia DUFOUR, ESAA / M2 CR, contact: l_dufour@hotmail.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *