L’oeuvre d’art à l’ère de sa reproductibilité indifférenciable: la fin de l’unicité artistique ?

Des clones tridimensionnels de chefs d’oeuvre célèbres de Vincent Van Gogh exposés dans un palace de Dubaï.

La société FUJI a reçu l’autorisation du Musée Van Gogh d’Amsterdam, à coup sûr grassement monnayée,  pour effectuer une duplication en trois dimensions parfaitement illusionniste de neuf chefs d’oeuvre de l’artiste hollandais. Les reproductions à l’identique sont installées sous les feux des projecteurs depuis le 26 février jusqu’au 31 mars 2015 au Fairmont the palm de Dubaï. Le vernissage de l’exposition s’est déroulé en présence de l’arrière petit-neveu de l’artiste, Vincent Willem Van Gogh,  et du directeur du musée du même nom, Axel Rüger, venus apporter ainsi une caution morale – contre une autre sonnante et trébuchante celle-là – à l’initiative toujours plus osée.

Le procédé de copie par impression en ultra haute résolution après un scannage laser, développé par FUJI, est époustouflant au point de se casser le nez pour distinguer la copie de l’original: la moindre trace, le moindre relief, la moindre chiure de mouche sont reproduits à la perfection. Ce procédé est déjà utilisé par une société chinoise basée à Shenzen* (Chine), aussi spécialisée dans  l’impression de livres d’art de luxe pour des clients du monde entier. Elle possède une galerie d’exposition permanente que nous avions arpentée en 2011, où les cimaises supportent une série de tableaux jumeaux destinés à éprouver  sa capacité visuelle de différenciation par le client potentiel. Le prix de vente de la copie est indexé sur la valeur marchande de l’original. Ce produit de ladite société est susceptible d’intéresser tout « collectionneur »  de tableaux souscrivant déjà une coûteuse police d’assurance contre le vol. Ainsi, il peut désormais envisager de jouir à domicile en toute tranquillité de son investissement tant financier que social   et de s’en gargariser incognito auprès de ses invités pendant que les originaux dorment à l’abri dans un coffre de banque.

A Dubaï, après la monstration de cette collection baptisée Relievo, une vente prochaine en édition limitée offrira la possibilité à un collectionneur de posséder une copie parfaitement identique à la peinture originale. Les neuf orignaux de Van Gogh ont été reproduits 260 fois chacun et seront vendu à 25.000 euros pièce. Un événement en commémoration cynique du 125e anniversaire de  la mort tragique de l’artiste maudit qui fera date sans aucun doute et qui contribue à l’emprise toujours plus grande du Marché, à une marchandisation effrénée de l’art, et à l’érosion de la catégorie des oeuvres autographiques non reproductibles selon Nelson Goodman.

Après que l’oeuvre d’art fut parvenue à l’ère de sa reproductibilité technique altérant son aura – « l’unique apparition d’un lointain si proche soit-il » – , voici venu avec la production de clones indifférenciables, l’âge funèbre de son anéantissement et de la fin de son expérience esthétique hic et nunc .

Au même moment, dans des musées irakiens, on détruit à la masse des sculptures et d’autres vestiges de  cultures pré-islamiques vieux de plusieurs siècles avant JC pour en effacer la trace …

dafen

*  Shenzen est déjà considérée comme la capitale mondiale de la copie manuelle de tableaux: un quartier de la ville, Dafen    (大芬社区) au nord-est de la ville, dans le district de Longgang, est localement appelé Oil Painting Village.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *