Des colles mentionnées dans un dictionnaire du XVIII° siècle.

COLLE –  matière factice et tenace qu’on emploie liquide pour unir deux ou plusieurs choses, de manière à ne pouvoir ensuite les sé- parer que plus ou moins difficilement selon la nature de la colle. Il y en a de différentes sortes en usage dans les arts qui font l’objet de ce dictionnaire. La colle d’Angleterre ou colle-forte est une préparation de cartilages, des nerfs, des pieds et des peaux des grands poissons des taureaux et des bœufs. On fait macérer ces matières dans de l’eau enfuite bouillir à un feu doux jusqu’àleur dissolution presqu’entière;  on coule ensuite la liqueur avec expression et on la fait épaissir fur le feu; puis on la jette sur des pierres plates et polies, ou dans des moules, où on la laisse sécher et durcir. On doit la choisir nette, claire luisante de couleur rouge- brune. Elle sert pour la peinture en détrempe.

COLLE DE FARINE – Elle se fait en délayant de la farine d’abord avec un peu d’eau; on en ajoute à mesure, jusqu’à ce que tout soit bien délayé, et que la composition soit comme de l’eau bien trouble et d’un blanc gris; on met ensuite le vase fur un feu doux, et l’on remue toujours l’eau, jusqu’à ce qu’elle soit épaissie sans cette précaution la farine qui se précipiteroit au fond du vase, s’épaissirait d’abord, et se cuirait sans former de la colle. Pour la rendre plus forte on y met de l’ail à proportion de la quantité et pour empê-cher les mittes de s’y mettre, on y verse quelques gouttes de vinaigre, quand elle commence à s’épaissir. Elle sert à apprêter les toiles pour les tableaux avant d’y mettre l’impression, et pour les rentoiler. Voir APPRET, RENTOILER.

COLLE DE FLANDRES – elle ne diffère de celle d’Angleterre qu’en ce qu’elle est moins tenace, plus mince plus transparente, et faite avec plus de choix et de propreté. On en fait le même usage pour la peinture on en fait aussi de la colle à bouche, pour coller le papier, en la faifant refondre, et en y ajoutant un peu d’eau et quatre onces de sucre-candi par livre de colle.

COLLE A DOREUR – Je mets ici cette colle parce que la dorure tient en quelque chose la peinture, à cause des bordures dont on pare si richement les tableaux. Elle se fait avec des peaux d’anguilles bouillies dans de l’eau; quand on veut l’appliquer, on y mêle du blanc d’oeufs battu; après l’avoir fait chauffer on en passe ensuite une couche sur l’assiette de blanc, et on y applique l’or, que l’on brunit quand il est sec ou que l’on laisse mat à volonté.

COLLE A MIEL –  autre colle de doreurs. Elle fe fait en mêlant du miel, dans de l’eau de colle avec un peu de vinaigre. On fait une couche du tout bien mêlé, qui par son gluant et fa tenacité attache fortement les feuilles d’or qu’on y applique. Quelques-uns font diffoudre de la gomme arabique dans de l’eau bouillante et quand elle est djssoute, ils y ajoutent un peu de vinaigre, et la couche comme la précédente, avant d’appliquer l’or.

COLLE DE GANDS – Pour la faire on coupe en petits morceaux des rognures de peau blanche, de laquelle on fait les gands; on les fait macérer pendant quelques heures dans de l’eau chaude, que l’on fait ensuite bouillir à petit feu jusqu’à ce que ces rognures soient dissoutes ou presque dissoutes. On coule le tout avec une forte expression à travers un linge clair, et l’on fait évaporer l’eau jusqu’à ce que la colle étant refroidie elle ait la consistance d’une gelée de viande. On peut la faire aussi avec des rognures de parchemin. Cette colle est la plus fine et la meilleure pour la peinture à gouache et à détrempe.

COLLE D’ORLEANS – C’est de la colle de poissons de la Manche, pure et nette, détrempée dans de l’eau de chaux bien claire pendant vingt-quatre heures;  on la retire, on la fait bouillir dans de l’eau commune et on l’emploie chaude.

COLLE A PIERRE ou DES SCULPTEURS –  C’est un mélange de poudre fine de marbre,  de colle forte et de poix résine; on réduit le tout en corps liquide dans laquelle on ajoute une couleur qui convienne aux marbres cassés, dont on veut rejoindre les morceaux. Voir. CIMENT.

COLLE DE POISSON – C’est  une espèce de colle que les Anglais et les Hollandais nous apportent de Moscovie où elle se fait avec les parties mucilagineuses, les nageoires, la peau, etc. , qui s’y trouve très communément. Quelques auteurs l’appellent Huso ou Exosis, et disent qu’on le voit aussi dans le Danube. Pour faire cette colle, on coupe en petits morceaux toutes les parties de ce poisson, que nous avons nommées, on les met à macérer dans de l’eau chaude on les fait bouillir à petit feu dans la même eau, jusqu’à ce qu’elles soient dissoutes en colle. Quand elle a acquis une certaine consistance un peu solide, on l’étend en feuilles et on en forme ensuite de petits pains, ou on la roule en cordons, auxquels on donne diverses figures. Il faut la choisir blanche, claire transparente en cordons menus, et fans odeur. Celle qui est en gros cordons est sujette à être remplie d’une colle jaune sèche et quelquefois de mauvaise odeur. Celle que l’on débite en petits livrets, n’est pas d’une si bonne qualité. Lorsqu’on veut la rendre plus forte, on la brise en petits morceaux à coups de marteau; on met ces morceaux dans un pot de fayence à col étroit, avec deux ou trois doigts de bonne eau-de-vie par dessus; on place le vase au bain Marie à un feu doux jusqu’à ce que la colle soit fondue; on la laisse ensuite refroidir, et on y ajoute de l’eau-de-vie en quantité suffisante, quand on veut l’employer.

Antoine-Joseph Pernety, Dictionnaire portatif de peinture, sculpture et gravure,  avec approbation et privilège du roi, 1757.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *