ALERTE ! LES RESTAURATEURS DU PATRIMOINE ET LES OEUVRES D’ART SONT EN DANGER

« La profession de restaurateur du patrimoine est en grande souffrance. Au bord du gouffre. De plus en plus nombreux sont ceux qui abandonnent le métier, les commandes publiques se raréfient, les revenus sont en chute libre. 40 ans après la création des formations supérieures, très exigeantes, voulues par l’Etat, les professionnels de la conservation-restauration n’ont toujours pas de titre protégé, ni de fonctions permanentes dans les institutions publiques sauf de rares exceptions, les marchés publics ignorent la spécificité de leurs prestations, les dimensions scientifique et intellectuelle du métier continuent à être méconnues. Deux rapports très complets établis en 2003 et 2006 sur la profession sont restés lettre morte. Les avis et recommandations des organisations professionnelles française et européenne sont ignorés. Aujourd’hui, une note interne du ministère de la culture du 22 février 2016 appelle à « un plan d’action indispensable à la survie » de la profession. Sans les professionnels de la conservation – restauration, il n’y aura plus d’expositions, plus de partage, plus de transmission des œuvres de l’esprit, ni aujourd’hui ni demain. Le patrimoine et sa démocratisation sont menacés. Nous, artistes, conservateurs, universitaires, professionnels de la conservation-restauration, défenseurs du patrimoine, demandons avec force que les compétences spécifiques et la nécessaire haute qualification (master) des restaurateurs des biens culturels soient pleinement reconnues et les conditions d’exercice de leur profession, modifiées. Alors que la restauration du patrimoine, qui n’est pas un métier de création, vient d’être autoritairement et contre toute logique incorporée aux métiers d’art par arrêté publié au JO du 31 janvier 2016, et qu’une loi relative à la création, à l’architecture et au patrimoine est sur le point d’être votée sans aucune référence à l’indispensable rôle des professionnels de la conservation- restauration dans la gestion du patrimoine, nous attendons des clarifications et des initiatives immédiates afin de sauver cette profession d’excellence sur laquelle reposent l’intégrité et la pérennité des œuvres et objets d’art. Nous demandons que lui soit donnée toute la dignité nécessaire au sein des institutions culturelles publiques. »

Premiers signataires :

Christian Boltanski, artiste

Daniel Buren, artiste,

Hervé di Rosa, artiste

Gérard Fromanger, artiste

Fabrice Hyber, artiste

Annette Messager, artiste

Ernest Pignon – Ernest, artiste

Pierre Soulages, artiste

Hervé Télémaque, artiste

Maria van Berge-Gerbaud, ancienne directrice de la Fondation Custodia

Ségolène Bergeon Langle, conservateur général du patrimoine honoraire, ancienne présidente de l’ICCROM (centre international pour la conservation/restauration des biens culturels)

Eric Blanchegorge, directeur des musées de Troyes

Jean – Pierre Cuzin, ancien directeur du département des Peintures du musée du Louvre

Françoise Guichon, conservatrice du patrimoine honoraire, ancienne directrice du CIRVA, Marseille

Fabrice Hergott, directeur du musée d’art moderne de la Ville de Paris

Michel Hilaire, directeur du Musée Fabre de Montpellier Méditerranée Métropole

Alfred Pacquement, ancien directeur du Musée national d’art moderne, Centre Georges Pompidou

Joêlle Pijaudier – Cabot, conservatrice en chef du patrimoine

Florence Viguier, directrice du Musée Ingres, Montauban

Laurence Bertrand – Dorléac, professeure des universités

Giovanna Capitelli, professeure des universités

Pierre Encrevé, professeur des universités

Silvia Fabrizio Costa, professeure des universités

Roland Recht, membre de l’Institut

Jean Claude Schmitt, directeur d’études à l’EHESS, ancien président du conseil scientifique de l’INP

Federica Toniolo, professeure des universités, Padoue

Gennaro Toscano, historien de l’art, professeur des universités

David Cueco, ancien président de la Fédération Française des professionnels de la conservation–restauration

Pauline de La Grandière, restauratrice du patrimoine

Juliette Lévy, restauratrice du patrimoine, responsable de l’atelier Sculpture au département des restaurateurs de l’Institut national du patrimoine

Caterina Bon Valsassina, ancienne directrice de l’Istituto superiore per la conservazione ed il restauro, Rome, directrice générale Education et Recherche, ministère des biens culturels, Italie

Geneviève Gallot, ancienne directrice de l’Institut national du patrimoine (INP)

Eric Gross, ancien directeur de l’Institut national du patrimoine (INP)

… / …

Cette réaction très « institutionnelle » intervient en connaissance du processus de déliquescence de la profession de conservateur-restaurateur (ou de restaurateur du patrimoine  selon l’INP) et des conditions de son exercice en France. Trois remarques …
  • Il est symptomatique et atterrant que cette pétition n’émane pas  d’abord de la FFCR qui n’est que signataire tardive de la pétition. Du reste et sans vouloir tirer sur l’ambulance, quand cette instance en fut réduite (en 2009) pour l’amélioration de son train de vie à envisager l’adhésion d’étudiants des quatre formations « habilitées », plus grand monde ne se fait guère d’illusion sur sa capacité de représentativité et de remise en question. Pourquoi diable ne pas encore avoir muté en un syndicat professionnel potentiellement attributaire de subventions publiques dédiées ? Où en est le projet émis depuis belle lurette, d’organisation avec les formations et toutes les associations professionnelles  satellites, des « états généraux de la conservation-restauration » ?
  • La bienveillance de cette pétition élitaire signée « prioritairement » par BORN TO CLEANpléthore d’acteurs « institutionnels » et de renom, mais elliptique de ses principaux intéressés, les mal nommés et approximatifs « professionnels » de la conservation-restauration (sauf quelques rares adoubés), est tout aussi révélatrice d’une profession en France qui demeure statutairement et économiquement précaire, de même qu’ invisible derrière les objets dont elle s’occupe. Si l’on compare avec la plupart des situations européennes semblables, elle est victime de son histoire et de sa tradition en étant étonnamment toujours sous tutelle scientifique et « paternaliste » d’autres professions installées et stabilisées dans les institutions muséales ou patrimoniales. 
  • Parallèlement à la déchéance  entamée depuis déjà longtemps, d’une activité que les pouvoirs publics n’auront jamais voulu ou  su sanctuariser à juste titre et à son juste titre , le niveau de financement des formations à la conservation-restauration de l’enseignement supérieur contrôlé, baisse inéluctablement et dangereusement jusqu’à laisser penser que  le seuil critique sera bientôt atteint . Faudra-t-il attendre la catastrophe pour réveiller les consciences décisionnaires, ou est-on en train de vivre un changement de paradigme du patrimoine, insidieux parce qu’ inavouable , et le début d’un abandon inéluctable de ses attachements  ?        

NB: les éléments soulignés du texte correspondent à des ajouts suite à des remarques ou des critiques reçues par l’auteur a posteriori.

        M. Maire, signataire (avec regret) de la pétition le 14.03.2016 à 17h13.

Lundi 14 Mars à 15h21: Réception en fichier joint .pdf du  texte pétitionnaire ci-dessus, anonyme mais dont on peut raisonnablement penser qu’il émane d’un ou plusieurs auteurs en lien avec l’INP.  David Cueco, vice-président de la FFCR y apparaît signataire à la 28 ème place.

Jeudi 17 Mars à 8h21: La liste des signataires diffusée encore  la veille à été « tripatouillée » *. David Cueco apparaît comme par enchantement dans le trio des auteurs de la pétition,  tandis que certaines candidatures à sa signature, dont la mienne envoyée le 14 Mars à 17h13, ont été « oubliées » … A quoi tout cela rime-t-il ?

Jeudi 17 Mars à 18h21: la pétition apparaît rouverte en ligne, avec plus de 450 noms dont beaucoup de « professionnels de la c-r ». Tout est rentré dans l’ordre …

* Tripatouiller = Apporter  à  quelque  chose  des  changements,  en particulier de manière illicite ou à l’insu de tous (Dictionnaire Larousse en ligne).

   La deuxième pétition en  cliquant ici    ______________________________________________

David CUECO,  ancien président de la FFCR a souhaité exercer un droit de réponse aux propos tenus à son égard.  (Le texte ci-dessous est extrait d’un courriel adressé à l’auteur de la tribune, le 18 Mars, hormis les éléments de communication de nature privée et hors sujet ).
Cher Marc.
Je suis effectivement co-auteur de ce texte peu amène et un rien décalé qui s’appelle aujourd’hui pétition, mais il est quand même assez juste et mobilisateur quant  à l’alerte et les soucis des collègues, surtout pour essayer de récupérer un rendez vous avec des décideurs … Pour la loi LCAP …  Avant qu’elle ne soit votée. Ça , c’est l’enjeu.
Notre contact à l’Assemblée nationale Sophie Dessus est morte il y a 15 jours. Cela a compté aussi. Et l’inscription dans la liste des métiers d’art ne semble pas te concerner ? Tu peux penser comme nous que la restauration du patrimoine ne nous concerne pas et que nous exerçons la conservation-restauration mais comme personne à part nous ne le comprend comme ça. Ni le législateur , ni les services qui l’ont décidé, ni le commun des mortels, si on ne leur fait pas d’abord une explication de dix minutes … Donc , nous sommes donc bien dans la liste des métiers d’art, sans avoir eu de réelles réponses du MCC et du Minefe sur les réelles implications pourtant redoutables; Du coup ce texte n’avait pas vocation à devenir une pétition mais à être une  lettre de soutien de quelques personnalités repérables par les politiques pour ouvrir une ou des portes de cabinet pour pouvoir discuter en urgence.
C’est l’initiative d’une collègue dont je ne pense pas qu’elle ait jamais été membre de la FFCR qui a mis le feu à une liste très courte par choix, en faisant circuler un appel par mail renvoyant chez Geneviève Gallot. Du coup cette liste a évolué en 4 jours pour gonfler de 30 personnalités à plus de 500 noms arrivés par mail un par un … dont les derniers n’ont même pas été versés dans l »envoi officiel  par manque de temps et pour déposer une version à Matignon, rue de Valois et à L’Elysée, hier le 15 mars. Et si j’apparais dans des positions changées et sous des titres différents, ce n’est pas mon choix ni de mon fait mais manifestement ça va encore aider quelque bien penseurs à me soupçonner de quelque malversation; ça me fatigue, et ce n’est pas correct de sous entendre n’importe quoi, s’il te plait ?
Alors maintenant que tu puisses penser que la FFCR ait un peu tardé est plus compliqué à éclaircir. Elle hésitait à prendre à son compte un texte qu’elle n’avait pas écrit elle même et dont l »initiative, si elle avait vocation à la servir, ne lui revenait pas.
Cela a fait débat 4 jours. Le gonflement de la liste heures après  heures a encore compliqué le choix alors que pour leurs 3 auteurs, il était clair que cela revenait à la FFCR d’aller discuter si l’occasion d’un rendez vous se présentait ? Et nous y comptons bien. Le fait que le chose soit devenue virale n’a pas été recherché, ou en tout cas, pas à ce moment là … mais faut il se plaindre qu’elle le soit devenue ? Il était donc normal que cela fasse débat, en interne au CA; Mais aussi que cela atterrisse clé une vraie pétition sur un site en ligne pour continuer à mobiliser professionnels et proches du milieu de la Culture pour faire de ce sujet une chose un peu plus visible, à un niveau que je ne me rappelle pas avoir beaucoup vu depuis que je milite. Pour autant les choses ne sont pas faites et le plus dur est encore devant. Nous espérons ton soutien pour avancer plutôt que cet esprit d’insatisfaction que l’on peut comprendre mais qui en ces heures d’urgence fait plus de mal que de bien.
Il est quand même intéressant que ces sujets soient à Nouveau sur les tables, non ? Les états généraux, idée travaillée l’an passé et très chère à Anne Elisabeth Rouault et à la FFCR, sont passées au second plan en 2015, vu le travail sur la lOi LCAP malheureusement inabouti jusque là….. Alors pour les états généraux, c’est une super idée de vouloir y contribuer mais encore faut il se servir du cadre associatif qui existe plutôt que tirer dedans en se drapant dans ce qu’il suffirait de faire. Bien à toi et à bientôt de t’entendre. (D.Cueco)


3 réflexions au sujet de « ALERTE ! LES RESTAURATEURS DU PATRIMOINE ET LES OEUVRES D’ART SONT EN DANGER »

  1. Le manque de reconnaissance dont cette profession fait l’objet est significatif du peu de réflexion et de place que notre société accorde à la culture. C’est tragique.

  2. Sì espérons! Il est rassurant de constater que, après des années pendant lesquels nous, les conservateurs – restaurateurs, nous nous sommes époumonés à le dire aux quatre vents, la chose est enfin prise au sérieux . Par qui … on verra

  3. Enfin !
    Espérons que cette tribune aura un impact auprès du ministère de la culture, qui après nous avoir offert une formation d’excellence (INP pour ma part, mais je constate sur ce site le dynamisme actuel de l’ESAA), ne s’est jamais vraiment inquiété de notre sort post-études…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *