Une exposition monographique d’Hamid Maghraoui

Hamid Maghraoui* s’emploie  à façonner minutieusement et produire  des « oeuvres d’art » qui veulent interpeller ses congénères  à  propos  de  leur  perception  du   réel,  de ses représentations et de ses médiations. Son regard d’artiste y capte d’autres visions, y perçoit des sons, des images au-delà des apparences, insolites, insoupçonnées et qui bouleversent les codes de détermination. Afin de les saisir avec ses instruments de capture, la photographie et la vidéo sonore,  il entrevoit des perspectives et ose investir des points de vue complètement improbables mais Dresscode © Hamid Maghraoui pourtant banals. Finalement pour en transmettre les fruits, il utilise tout type de supports de l’image, qu’ils soient utilisés  dans l’univers collectif ou domestique.  Parallèlement à cette démarche et dans une configuration inaccoutumée, il présente des objets familiers dont il a enfreint l’artefactualité  et modifié la fonctionnalité originelles avec l’imagination farfelue d’un enfant qui (ré)invente et  (re)fait un monde à sa manière.

FRAC LR – photo P. Schwartz

Avec son troisième oeil, Hamid Maghraoui est un éclaireur indien qui lève le voile sur des évidences sous – jacentes, occultes, parallèles, en creux, capables de transcender la trivialité du réel. Le but étant d’en inverser les ressorts, d’en montrer la poésie et l’artisticité  ou encore d’autres composantes cryptiques qui semblent inépuisables. En messager de la Création, il vient révéler que la réalité n’est pas restreinte ni astreinte,  mais multiple et à produire ! Avec des objets du quotidien, il en fait la preuve en donnant des images à méditer à la portée de tous les regardeurs. C’est un art direct et désireux de les apprivoiser dans les lieux réservés et intimidants qui sacralisent l’oeuvre. Or, l’artiste ne livre-t-il pas de la sorte une confidence inavouable en laissant déceler « innocemment » une forme d’iconoclasme latent vis à vis de l’exposition et de l’art lui-même ?

Photo:  Les "sucettes" publicitaires vantent des images de magazines agrandies par l'artiste parce qu'elles ont été raturées à Dubaï par des préposés au contrôle de la décence. Comme au temps de la Contre-Réforme  et des repeints  de  pudeur apposés sur les peintures en Europe  dans le   courant  du  XVIème siècle, ce sont ici des traces énergiques de marqueur noir laissées à même le papier glacé des images, qui biffent  des parties de corps humain jugées trop dénudées. Or l'exposition propose avec malice un renversement sémantique de ces retouches graphiques: elles sont mises en exergue sur des détails photographiques comme pour exalter un habillage vestimentaire digne d'une véritable "griffe" de styliste.

 * H. Maghraoui est enseignant à l’ESA d’Avignon et un consultant  régulier de Semin’R.
Merci à Emmanuel Latreille, directeur du FRAC LR, dont le rôle décisif aura permis (enfin et très justement !) une exposition monographique de cette envergure, en fidélité et soutien à un jeune artiste installé sur le territoire.
DRESSCODE – Hamid Maghraoui
Du 10 mars au 14 mai 2016 au FRAC LR
Du 1 mars au 17 avril 2016 à la Chartreuse et à la Tour Philippe-le-Bel de Villeneuve-lez-Avignon

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *