Un article du JDA

Le Journal des Arts n° 454 – 1 avril 2016

Profession – Les restaurateurs se rebiffent

Le ras-le-bol des conservateurs-restaurateurs

Confusion de leur statut, baisse de revenus, multiplication des mises en concurrence, les conservateurs-restaurateurs tirent la sonnette d’alarme, soutenus par les artistes et les professionnels des musées

Pour agrandir ou diminuer le texte, utilisez la molette de votre souris + appuyer sur la touche Ctrl de votre clavierEnvoyer à un amiImprimerTwitterGoogle PlusPartagez sur facebook

C’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Les 1 500 conservateurs-restaurateurs, dont le titre n’est pas protégé, ne veulent pas figurer sur la liste des métiers d’art publiée récemment par l’État. Et alors que la technicité de leur travail ne cesse d’augmenter, leurs revenus ont fortement baissé en raison d’une mise en concurrence accrue qui favorise les moins-disants.

PARIS – Les conservateurs-restaurateurs du patrimoine sont en colère. Le 31 janvier, la publication au Journal Officiel de la liste des métiers d’art a été le faux-pas de trop pour une profession indépendante qui se sent incomprise et délaissée par la loi relative à la liberté de création, à l’architecture et au patrimoine, soumise ces jours-ci à la navette parlementaire entre Assemblée et Sénat. « C’est une double actualité très inquiétante, qui jette encore plus la confusion sur notre pratique », s’insurge […]

L’accès à l’intégralité de l’article est réservé aux su abonné(e)s leJournaldesArts.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *