Découverte d’une « Judith et Holopherne » du XVII° s. : un Caravage retrouvé ? (Episode 1)

C’est Mardi 12 Avril  à 9 h qu’un tableau de 144 x 173, 5 cm découvert en Avril 2014 chez lui par un particulier et supposé peint par Michelangelo Merisi (1571-1610) dit Le Caravage, sera dévoilé chez l’expert Éric Turquin, 69 rue Sainte-Anne dans le deuxième arrondissement de Paris.

Judith et Holopherne

On connaît une première version de Judith et Holopherne peinte par Le Caravage et conservée au palais Barberini de  Rome (Galerie Nationale).  On en sait une deuxième sur le même thème vers 1604-1605 car mentionnée en 1607 dans une lettre de Frans Pourbus le Jeune, mais perdue. A l’époque, ce peintre flamand est présent à Naples avec la mission d’authentifier les tableaux du prince Conca. On suppose que ce second tableau représentant Judith et Holopherne est alors la propriété de  deux de ses confrères et marchands  Abraham Vinck et Louis Finson. Grand admirateur du Caravage, la toile est d’ailleurs mentionnée en 1617 dans le testament de ce dernier,  qui avant de mourir, en a exécuté une copie fidèle mais légèrement plus petite, de 137 x 157 cm.  Elle  est encore exposée au palais Zevallos de Naples, au sein des collections du groupe bancaire européen Intesa San Paolo.

Comment diable le tableau s’est -il retrouvé dans les environs de Toulouse ?

C’est au milieu du XIXe siècle qu’il aurait été rapporté par un officier de l’armée napoléonienne dont est descendant le propriétaire actuel. Il y a tout juste deux ans, celui-ci relève un défaut d’étanchéité du toit de sa maison sise dans les environs de Toulouse. En cherchant la cause de la fuite d’eau dans les combles, il force l’entrée d’un recoin jamais visité et tombe sur le tableau surement « rangé »  et oublié là pendant des lustres, peut-être à cause de son caractère violemment sanguinaire.

Judith et Holopherne, de Michelangelo Merisi (1571-1610) dit le Caravage (DR).
crédits photo: Studio Sebert. Courtesy Cabinet  Eric Turquin, Paris.

Première campagne de photographies infrarouges diligentée par Éric Turquin. DR

© Collezione Intesa Sanpaolo « Judith et Holopherne », la copie  attribuée à Louis Finson

Le pour

L’expert en tableaux a fait réaliser une première série  de photographies sous rayonnement infrarouge (réflectographie infrarouge)  qui révèlent des informations très intéressantes.  La facture de mise en place des volumes anatomiques est virtuose, autant que les dernières touches de finition: les empâtements blancs distribués pour matérialiser les reflets de lumière, semblent éxécutés avec l’assurance d’un maître et ne paraissent pas être du fait d’un travail laborieux de copiste; à moins que le copiste ne soit lui-même un maître tel que Louis Finson ? Conformément à son habitude, le peintre est resté fidèle à la description biblique qui suggère les vêtements que la Judith séductrice arborait avant qu’elle ne porte ceux d’une jeune veuve. Les images sous infrarouge ne dévoilent aucun dessin ni trace  d’esquisse sur la préparation. Le Caravage est réputé pour exécuter ses huiles sans dessin préalable, même si on en trouve quand même dans certains tableaux, pratiqué avec le manche du pinceau pour délimiter des contours. Le tableau présente également des repentirs, ce qui est une sérieuse indication d’un original par rapport à une copie. On voit mal en effet un copiste effectuer une correction, sauf s’il se rendait compte a posteriori d’une erreur dimensionnelle. Ici il s’agit d’un doigt en filigrane entre l’index et le majeur  de la main droite du général de Nabuchodonosor et d’une autre modification au-dessus de la main gauche de Judith.

Le contre

Selon Le Quotidien de l’Art, la spécialiste de Caravage, Mina Gregori, élève de Roberto Longhi, a vu le tableau redécouvert en France. Elle ne l’a pas admis comme de la main de Caravage, mais a néanmoins reconnu en contrepartie « la qualité indéniable de l’oeuvre » et estimé que c’était le plus beau tableau italien redécouvert depuis trente ans. Or d’autres attributions récentes de l’historienne de l’art ont été fortement remises en question  comme celle du Sacrifice d’Isaac de la collection Barbara Piasecka Johnson à Princeton (États-Unis), qu’elle affirmait de la main du Caravage mais qui s’est finalement révélé être de celle de Bartolomeo Cavarozzi. En 2014, elle avait aussi déclaré dans la presse italienne qu’une Madeleine appartenant à une collection privée était « à cent pour cent » un original du Caravage, sans fournir aucun argument, ni aucune photo de la peinture, ni aucun accès non plus à celle-ci.

Bloqué en France

L’état français a interdit la sortie de la peinture « toulousaine » du territoire français.  « Par arrêté de la ministre de la Culture et de la Communication en date du 25 mars 2016, est refusé le certificat d’exportation demandé pour un tableau attribué possiblement à Michelangelo Merisi, dit le Caravage, Judith et Holopherne, huile sur toile, 1600-1610, cette œuvre récemment redécouverte et d’une grande valeur artistique, qui pourrait être identifiée comme une composition disparue du Caravage, connue jusqu’à présent par des éléments indirects, méritant d’être retenue sur le territoire comme un jalon très important du caravagisme, dont le parcours et l’attribution restent encore à approfondir ».   Il a trente mois pour trouver les 120 millions de sa mise à prix pour le préempter, avant sa vente au plus offrant …

  (à suivre   … / …)

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *