L’ESAA-CR très peinée et endeuillée

Résultat de recherche d'images pour "avis de décès"La communauté des conservateurs-restaurateurs de l’ESAA est bouleversée de faire part ici du décès hier matin dans un hôpital de Lyon, de Pascale DELODDERE emportée par un cancer à l’âge de 49 ans malgré un combat plus qu’archané contre la maladie  qui force le respect. Etudiante de 1988 à 1993 à la rue des Lices, puis installée à Ambutrix dans l’Ain depuis 1994, elle a exercé jusqu’au bout dans la spécialité « peintures » avec les perpétuelles bonne humeur et gentillesse qui ne la quittaient jamais. Pascale fut une conservatrice-restauratrice appréciée, et par les commanditaires publics, et par ses pairs, exigente et engagée pour la reconnaissance de sa discipline comme de ses consoeurs et confrères. Pour meilleure preuve, l’Arrêt Deloddère qui porte son nom depuis que le Tribunal administratif de Grenoble l’a prononcé en Novembre 2014, afin de clarifier les qualifications professionnelles exigées réglementairement par la procédure des marchés publics. Investie aussi à l’échelon municipal où elle fut aux affaires des Butrians en tant que conseillère durant deux mandats. Enfin, beaucoup de diplômées et professionnelles qui lui doivent l’ouverture de son atelier pour un stage initial ou de perfectionnement, ne sont pas près d’oublier  non plus sa générosité, son professionnalisme, et toujours … son intenable légèreté d’âme.

Très affecté par sa disparition prématurée, l’ensemble de toutes celles et ceux qui l’ont connue et aimée s’associent au chagrin de sa famille, de ses amis, et de ses coéquipier(e)s de chantier,  en leur adressant leurs condoléances les plus sincères.

———————————————————————

A Lou et Solal.

A quoi,  à qui  bon encore, vainement, bégayer chagrin et abattement, lustrer un éloge de celle qui n’en eût cure, sinon pour appaiser la morsure, soutenir l’ébranlement, combler la désolation des survivants ? Sauf à ses enfants pour qu’ils sachent que leur sémillante mère fut aussi et à sa manière une fleur inattendue, une musique joviale, … une amitié définitive pour beaucoup l’ayant croisée, connue et aimée. 

Belles, justement dites, il est des personnes  si luminescentes qu’ on n’imagine pas qu’elles puissent ne pas être portées en son coeur sitôt connues.  Au point qu’on éprouve quelque embarras à le dire à leur sujet, comme pour ne pas en altérer l’évidence, le prodige, ou le secret … Sans doute aussi pour préserver leur simplicité, leur pudeur et leur modestie naturelles, perpétuelles.

Celles-là vivent et surviennent plus longtemps dans les coeurs, au firmament des souvenirs comme les étoiles qui luisent encore après qu’elles se fussent éteintes. Certainement au détour d’un parfum ou d’un mêt préféré. Peut-être aussi au milieu d’un banal champ de coquelicots ou d’un ballet de nuages annonçant la mousson, par le chant d’un oiseau siffleur ou l’onde musicale d’un ruisseau de montagne.

Dans le déferlement sonore des rouleaux d’un océan, pourquoi pas, même si elle n’aimait pas se baigner … Mais à coup sûr dans quelque filon de vagues à l’âme ! Alors soyez-y de patients chercheurs d’or, les prospecteurs attentifs de la mère précieuse et éternelle que vous y découvrirez. Heureux les aimants de la vie, du monde et de l’Autre, les scruteurs de strato-nimbus et de voûtes célestes, ceux qui sauront reconnaître leur héritage. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *