Ecole d’art ou tutelle managériale en crise ?

Non, rien n’a changé …

A nos regards  incorrigiblement bourgeois, il est bien possible que le capitalisme offre un visage moins convulsé que le stalinisme, mais quel visage offre-t-il aux mineurs de fond, aux fonctionnaires sanctionnés pour faits de grève, aux Malgaches torturés par la police, aux Vietnamiens nettoyés au napalm, aux Tunisiens ratissés par la Légion ? ” (F. Jeanson, « Les Temps Modernes », Mai 1952) … aux anti-barrage de Sivens et anti-aéroport de Nantes, aux migrants des jungles de Sangate et Calais, aux grévistes de sociétés insuffisamment rentables pour leurs actionnaires, aux agriculteurs exsangues en colère, aux manifestants contre la loi El Khomri, et récemment encore, aux étudiants des Beaux-arts de Paris bâtisseurs de châteaux en Espagne dans la « nuit debout », tous  canardés, gazés ou  bastonnés par les CRS ?

Incorporéités

Résultat de recherche d'images pour "école d'art d'avignon"
Quand des étudiantes en appellent à leur incarnation

Les acteurs de l’Ecole Supérieure d’Art d’ Avignon, eux, n’aspiraient qu’à entrer en relation,  de personnes à personnes, avec les élus de la Ville et autres représentants publics. Au lieu du dialogue, les autorités de tutelle ont asséné de la polémique: « descente » inopinée à l’école du directeur des affaires culturelles de la Ville avec un huissier de justice, stigmatisation des acteurs de l’ESAA par la Conseillère municipale déléguée aux établissements d’enseignement supérieur lors du dernier Conseil Municipal, ou de  la propagande  par prescription  du 09 Mai de la Vice-Présidente de l’EPCC-ESAA. Or ces formes de communication ne sont en fait que deux sortes de monologue faisant fi de tout interlocuteur, pis, des méthodes d’intimidation. On use pour cela de l’abstraction propre au monde de la puissance publique et du calcul pour écraser les vraies passions qui sont, elles, du domaine de la chair et de l’irrationnel. Les étudiants parlent « de création, d’amour, de projet et de destin », on leur rétorque « production, doctrine, norme, stratégie territoriale  », en utilisant de nouveau la réduction,  de données cette fois  après celle du budget.

Réductions

Outre la diminution financière, la réduction est la substitution d’un petit nombre de paramètres, à un ensemble d’observations,  de caractéristiques ou de résultats. Elle vient saper la compréhension à tous les niveaux: entre acteurs de l’école et élus municipaux, comme  chez tout contribuable intéressé à un problème municipal. Or sans compréhension, point de civilisation possible. Ceux qui s’adonnent à la réduction pour marteler ensuite de fausses simplifications, nient le processus et l’éthique de la compréhension. Inconsidérément, ils font d’elle le terreau de l’extrémisme et le lit de la barbarie présents aujourd’hui à nos portes, et qu’ils prétendent combattre. Encore drapés dans les oripeaux des valeurs de gauche à qui ils doivent leur mandat, ils finissent d’achever l’anéantissement de celles-ci. C’est notamment contre les mêmes réductions exigées et opérées aussi par les médias de masse, qui divisent les sexes, les peuples, les nations, les religions, que des mouvements citoyens s’indignent dans la rue.

Impostures

Le simulacre municipal des tenants d’un projet culturel et artistique à courte vue, soit-disant  prioritaire pour les jeunes, se dissout dans l’inanité d’un discours populiste et démagogique qui est aussi servi à l’ESAA par la prédication radoteuse d’un catéchisme managérial, rudimentaire, bureaucrate et finalement inepte (cf. rapport).  Lui aussi se veut menaçant si on lui résiste, insidieux et visant presque tous les acteurs de l’établissement avec l’arme de la précarité  : de leur programme d’enseignements approximativement bidouillé contre les étudiants, de leur emploi contre les  enseignants contractuels, de leurs prérogatives contre tous les professeurs. Ce sont l’entretien permanent d’une insécurité perverse de l’emploi du temps augmentée d’un dénigrement des aptitudes de chacun,  tous deux surajoutés à l’anxiété inhérente aux indéterminations de l’art, qui instillent perfidement la crainte dans un milieu déjà convalescent. Seuls y prospèrent sans scrupules l’attentisme et l’opportunisme encouragés de quelques laquais .  

Les deux soliloques décrivent finalement assez bien un pouvoir exercé par des fantômes décharnés et de médiocres commis zélés à leur solde, tous fantoches cyniques asservis au pouvoir.

Pour celles et ceux qui ont peur,  lire    ici  

https://etudiantsesaa.wordpress.com/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *