Restitutions de biens culturels africains à leurs pays d’origine.

Une première historique: un pays d’Afrique subsaharienne, le Bénin ancien Dahomey a demandé à la France par un communiqué du porte-parole de la présidence le 27 juillet dernier, la restitution des objets d’art pillés pendant la colonisation. « Le ministre de la culture et du tourisme a engagé des négociations avec les autorités françaises et l’Unesco pour le retour au Bénin de ces biens culturels ». C’est le Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN), militant notamment pour la réparation des crimes liés à l’esclavage et à la colonisation dont la restitution est l’une des formes, qui a encouragé et soutient le gouvernement béninois sur cette voie.

tin
Louis-Georges TIN, président du CRAN

Selon Aminata Traoré, ancienne ministre de la culture du Mali, 95 % du patrimoine culturel matériel africain n’est plus en Afrique. Plusieurs milliers de ces objets volés ou pillés sur le territoire béninois à partir de 1892  sont aujourd’hui conservées au Musée du Quai Branly et dans d’autres musées, après qu’ils aient été ramenés comme trophées  puis légués par différents propriétaires dans le cadre de donations ou dations. Les pièces maîtresses de ces trésors, visibles au Musée du Quai Branly, sont des statues anthropomorphes des derniers rois d’Abomey, une dynastie qui a régné au Bénin jusqu’à la fin du XIXe siècle dans ce qu’on appelait alors le royaume du Dahomey. « D’autres objets d’une très grande valeur patrimoniale, plusieurs « récades » (sceptres royaux), des trônes, ou encore les portes sacrées du palais d’Abomey, ont été pillées par le général Dodds et ses troupes, qui ont conquis le pays entre 1892 et 1894 », précise Louis-Georges Trin.

Cette demande d’état à état pose le problème de la mémoire coloniale, des biens mal acquis, de leur réparation et même de la continuité de la Françafrique. Aucune réglementation internationale n’oblige la France à donner suite à cette demande, et la loi française interdit toute cession des biens muséaux publics du fait de l’ inaliénabilité des collections françaises, sauf à passer par une procédure légale de déclassement engagée par un vote de l’Assemblée Nationale. Dans un passé relativement récent, il y eut des précédents : en 2012, seize têtes maories à la Nouvelle Zélande et les  restes de la Vénus hottentote à l’Afrique du Sud, en 2014 les crânes du chef insurgé kanak Ataï et de son guérisseur aux clans de l’aire coutumière concernée (Xaracuu), des manuscrits à la Corée du Sud.  Mais il n’est pas certain par exemple, que le gouvernement sénégalais ne tenant pas à raviver  le souvenir de la sécession en Casamance, réclame de sitôt les restes du roi des Flup de Casamance, Sihalébé Diatta,  capturé puis emprisonné à Sédhiou par les français, et mort en détention après une grève de la faim  en 1903. [« Le transfert de Sihalébé fut pour les Flup un acte sacrilège d’une gravité exceptionnelle que l’administrateur supérieur ne soupçonna pas. Le roi, personnage religieux et sacré, ne pouvait selon la coutume abandonner son territoire. Il était l’intermédiaire vivant et indispensable entre les forces invisibles et ses sujets qui ne l’avaient jamais vu ni boire, ni manger. Incarcéré avec plusieurs d’entre eux à Séju, il se laissa mourir de faim, devant ses gardiens stupéfaits » (Christian Roche, Histoire de la Casamance. Conquête et résistance : 1850-1920, Paris, Karthala, 1985, p. 282.)]

«Nous avons senti une évolution de l’Élysée, qui se montre désormais plus ouvert sur ces questions de restitutions et de réparations post coloniales », confie Louis-Georges Tin, en se basant hollsur l’annonce faite par le président de la république le 10 mai dernier, lors de la journée de commémoration de l’esclavage, de la création d’un musée de l’esclavage et d’une fondation pour la mémoire de l’esclavage. «Les jeunes Béninois doivent pouvoir admirer ces pièces chez eux, elles sont les témoins de leur riche passé, elles ont un rôle à jouer sur le plan mémoriel. C’est un peu comme si des œuvres fondamentales du patrimoine français étaient exposées à Berlin», clame  Louis-Georges Tin pour qui ces objets n’ont plus rien à faire au sein d’un musée parisien.

.Aujourd’hui, de plus en plus de  pays spoliés réclament leurs trésors. On sait que la Grèce réclame les fresques du Parthénon au British Museum ou encore la Venus de Milo au Louvre. L’Egypte quant à elle, réclame la pierre de Rosette au British Museum (L’Egypte réclame le retour de la pierre de Rosette, Libération, décembre 2009 ), des fragments de fresques pharaoniques au Louvre ainsi que le buste de Nefertiti au Neues Museum de Berlin (L’Egypte réclame la restitution du buste de Néfertiti, Le Point, janvier 2011). Les pays émergents eux-aussi sont de plus en plus virulents pour récupérer des biens culturels qu’ils estiment leur revenir. La Chine tente de récupérer des manuscrits volés et des pièces de musée dispersées dans le monde entier. Le Nigeria a sollicité le British Museum. Le Pérou veut récupérer des oeuvres provenant de la cité inca de Machu Pichu, etc.. La liste s’allonge au fur et à mesure que des pays redécouvrent leur patrimoine et font de lui un critère de leur essor. Il semble que la demande de restitutions d’objets culturels à leur pays d’origine aille grandissante.

Appel pour la restitution des biens mal acquis du musée du Quai Branly, pillés pendant la colonisation,

par Nicephore Soglo (Ancien président du Benin)  & Louis-Georges Tin (président du CRAN).

En 1894, se trouvant face à ses derniers fidèles, le roi Béhanzin leur fit ses adieux en ces termes bouleversants :
« Et déjà ma voix éplorée n’éveille plus d’écho. Où sont maintenant les ardentes Amazones qu’enflammait une sainte colère ? (…) Qui chantera leurs splendides sacrifices ? Qui dira leur générosité ? Non ! A mon destin je ne tournerai plus le dos. Je ferai face et je marcherai. »

Vaincu par les armées coloniales, Béhanzin, roi d’Abomey, fut ensuite déporté en Martinique, puis à Blida, où il mourut, solitaire, le 10 décembre 1906. Les trésors de son palais furent pillés et mis à sac par les soldats français.
En ce 10 décembre 2013 (date anniversaire de la mort de Béhanzin et journée internationale des droits de l’Homme), nous ne voulons pas seulement rendre hommage au roi Béhanzin. Nous souhaitons que les trésors d’Abomey soient rendus à la famille royale et au peuple béninois auxquels ils appartiennent légitimement : au musée du Quai Branly se trouvent les récades royales, le trône de Glélé, les portes sacrées du palais et plusieurs autres objets de grande valeur issus du pillage de 1894. Tous ces biens mal acquis doivent retourner dans leur pays d’origine, où se trouve leur place véritable.

Le 18 novembre 2005, déjà, une députée française avait saisi le premier ministre à ce sujet en lui adressant une question écrite :
Gbéhanzin, roi du Dahomey a lutté farouchement pour préserver l’indépendance et l’intégrité territoriale du Dahomey. Malgré sa glorieuse résistance face aux troupes françaises pour s’opposer aux conquêtes coloniales, il a dû signer sa reddition le 25 janvier 1894. L’Unesco, au sein de laquelle la France occupe une place de choix, postule qu’il appartient à chaque État de gérer son propre patrimoine culturel et historique. Le peuple du Bénin très attaché à sa culture ne comprendrait pas un refus de la France à restituer les traces de son histoire glorieuse. Les liens qui unissent le Bénin à la France militent pour la restitution de ces oeuvres d’art.

Malheureusement, cette demande est jusqu’ici restée lettre morte. Cette députée s’appelait… Christiane Taubira. Et peut-être pourrons bénéficier  du soutien de celle qui est désormais ministre de la justice. Il faudrait de fait que le ministère de la culture et le ministère de l’enseignement supérieur (qui ont la tutelle sur le musée du Quai Branly) organisent cette restitution, tout à fait possible légalement. C’est ainsi, par exemple, que le sceau du dey d’Alger, saisi par l’armée coloniale française en 1830, fut restitué à l’Algérie  en 2003.

Mais au-delà des trésors d’Abomey, ce sont de très nombreux autres biens qui, pendant la colonisation, ont été volés, voire pillés, ou à tout le moins acquis dans des conditions très discutables. Ils ont ensuite rempli les collections privées et les musées publics de la France. Dans son Afrique fantôme, il y a longtemps déjà, Michel Leiris a évoqué les violences et les « manipulations » qui ont rendu possibles ces acquisitions souvent douteuses. Ces objets ont une valeur patrimoniale, artistique, culturelle et spirituelle considérables. Refuser toute restitution, ce serait être coupable de recel, ce serait se rendre complice objectivement des méfaits du passé.

« Quand nos enfants voient dans ces musées les trésors de l’Afrique dépouillée, ainsi exposés comme des butins de guerre, comment leur expliquer que nos peuples sont amis malgré tout ? Il y a mille et une façons de réparer les crimes du passé colonial. L’une d’entre elles serait de restituer les biens mal acquis de la France. C’est pourquoi nous demandons que les autorités françaises réalisent un inventaire national de tous ces biens, et qu’elles engagent un dialogue constructif avec les pays concernés en vue de leur restitution. La politique du dialogue interculturel ne saurait s’accommoder du pillage interculturel. »

Ecouter l’émission de France Culture.


2 réflexions au sujet de « Restitutions de biens culturels africains à leurs pays d’origine. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *