PROGRAMME DE RECHERCHE EN CONSERVATION-RESTAURATION A L’ESAA: II° & III° CYCLES

 PROGRAMME DE RECHERCHE EN CONSERVATION -RESTAURATION D’ARTEFACTS CULTURELS, ARTISTIQUES CONTEMPORAINS , ETHNOGRAPHIQUES, SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES.

_« Art et artefactualité »_

pour les II° & III° cycles de l’ESA d’Avignon préparant l’un au DNSEP option art, mention conservation-restauration, l’autre au DSRA, option art, mention conservation-restauration. 

Sommaire (16 pages).

INTRODUCTION

I • PRESENTATION DU PROGRAMME DE RECHERCHE      p. 3

I.1 – Cadre

I.2 – Contenu

I.3 – Méthodologie

I.4 – Finalité

II • BÉNÉFICIAIRES DU PROGRAMME       p. 6

III.1 – En II° cycle

III.2 – En III° cycle

III • UNITE DE RECHERCHE INTERDISCIPLINAIRE (URI-CR)         p. 6

II.1 – Équipe permanente

II.2 – Équipe associée

II.3 – Renforts en prévision

IV • MODALITES DE LA RECHERCHE        p. 7

IV.1 – II° cycle

IV.2 – III° cycle

V • EVALUATION DE LA RECHERCHE        p. 12

IV.1 – II° cycle

IV.2 – III° cycle

VI • VALIDATION DU PROGRAMME DE RECHERCHE        p. 14

VII • BIBLIO / WEBOGRAPHIE EN II° CYCLE          p. 14

CONCLUSION

___________________

INTRODUCTION

Ce document présente les contenus d’un programme de recherche qui possède une antériorité expérimentale en tant qu’adossement à la recherche en II° cycle de la mention conservation-restauration de l’option Art   au sein de l’École Supérieure d’Art d’Avignon.

Il décrit également son prolongement potentiel dans un III°cycle de trois années dont la finalité, outre l’obtention du Diplôme Supérieur de Recherche en Art (DSRA)  tel que la Direction des Arts Plastiques du Ministère de la Culture et de la Communication le prévoit, celle d’un doctorat universitaire.

L’enjeu de ce prolongement est multiple.

D’abord, il est historique puisque c’est l’existence du premier III° cycle pour la discipline de la conservation-restauration en France, en école supérieure d’art de surcroît. Il existe désormais partout en Europe et au-delà, des laboratoires doctoraux universitaires de la discipline « conservation-restauration ». En France, ne sont possibles que des thèses de doctorat à son sujet, mais hébergées et « chapeautées » par des laboratoires de disciplines connexes ou relatives à son application (histoire de l’art, archéologie, arts plastiques, sciences dures).

Il vient aussi conforter une coexistence et une congruence rares déjà anciennes avec la création artistique au sein du modèle français de l’ESA, dont la pertinence et les effets ne sont plus à démontrer, mais requièrent une formulation explicite, une visibilité et une diffusion beaucoup plus larges.

Enfin, aussi bien pour affirmer sa place dans la diversité des formations françaises à la conservation-restauration  que pour s’affranchir du cloisonnement et les insularités qui affectent encore le modèle universitaire, il propose au contact étroit de la création en apprentissage, une méthodologie de recherche fondée sur une interdisciplinarité élargie à d’autres sciences humaines et sociales que l’histoire de l’art, .

I • PRESENTATION DU PROGRAMME DE RECHERCHE

I.1 – Cadre

Dans le panorama français des formations homologues, l’École Supérieure d’Art d’Avignon (ESAA) a choisi d’axer une activité prospective fondée sur l’enquête héritée du pragmatisme à propos de l’ontologie d’oeuvres d’art et de biens culturels, leur pérennisation et leur transmission par les moyens de la conservation-restauration. Le double objectif de cet adossement à la recherche, ne veut pas oblitérer une autre composante,  à vocation technique et technologique celle-là, et qui constitue l’enjeu originel de l’activité.

Cette visée converge nécessairement avec celle de la création-instauration, l’autre versant de la formation à l’ESAA. Bien que poursuivant des finalités propres, ces activités sont de nature à s’alimenter mutuellement et communiquer dans une relation dialectique à propos d’interrogations communes. Constituant la trame du programme, elles font en effet écho à une situation qui est aussi celle de l’art, caractérisée par les paradoxes qu’induisent la présence et le statut des objets au sein des démarches artistiques. Qu’ils interviennent dans des pratiques centrées sur l’action ou l’interaction, ou encore à la faveur des formes de déplacement et de migration qui brouillent les frontières de l’art et de la vie ordinaire, les « objets » et les différents artefacts culturels ont à nouveau investi le champ de l’art après l’avoir initialement déserté sous l’effet d’un processus de formalisation et d’abstraction caractéristiques. Les analyses que réclame cette situation apparaissent à bien des égards comme une exigence commune au conservateur-restaurateur, à l’artiste et au critique.

I.2 – Contenu

Les questionnements et propositions de réponses concernent principalement les moyens, enjeux et objectifs de la conservation-restauration en fonction de la nature, du statut, de l’ontologie, et du régime des objets que celle-ci est appelée à prendre en charge pour sa part. Les interrogations alimentent aussi un réexamen critique des attendus ce cette discipline – récemment  redéfinie  à l’échelon international par un consensus obtenu dans le cadre de  l’ICOM1 — , à partir des problèmes ontologiques posés, à la fois par la variété croissante d’artefacts actuels, patrimonialisés et/ou muséalisés qui entrent dans le champ d’application de la conservation-restauration, et par l’ébranlement des paradigmes qu’elle provoque.

Les facteurs qui entrent en jeu sont multiples, qu’il s’agisse d’objets/oeuvres artistiques ou d’artefacts ethnographiques, scientifiques et techniques  ; ils requièrent une attention particulière et déterminent pour une large part les approches et les hypothèses envisageables, autant que les exigences auxquelles le conservateur-restaurateur doit faire face. En l’état actuel des pratiques artistiques, muséographiques, d’expositions, et de la recherche théorique, des reconceptions s’avèrent nécessaires, et la réception des œuvres, leurs conditions d’accessibilité, leur statut traditionnel et institutionnalisé, appellent une reconsidération qui en intègre les principaux aspects et les conséquences.

I.3 – Méthodologie

NB: Ici, méthodologie est définie comme une réflexion de nature analytique, critique et épistémologique concernant toutes les méthodes, procédures et transformations ayant cours dans une démarche de recherche.

Depuis la professionnalisation de son activité à la fin du XVIII° siècle, le (conservateur-) restaurateur a sans cesse eu recours à d’autres domaines pour constituer et étoffer son arsenal technique et technologique. De la même façon, l’analyse critique ne s’interdit le transfert d’aucun des savoir-faire des sciences humaines et sociales qui puisse servir utilement un argumentaire. L’enquête ethnographique, socio-historique, documentaire et de terrain, biographique le comparatisme et l’observation participante de l’anthropologie, voire la métacritique, sont mis à profit aujourd’hui. Ce sont ces moyens qui permettent à l’enquêteur d’élaborer une proposition de réponse aux questions et aux problèmes posés.

Les outils exploitables sont essentiellement des notions clés et des concepts à partir de choix épistémologiques significatifs. Tout l‘enjeu réside dans la validité des ressources mobilisées et leur adaptation à la réalité d’une situation. La mobilisation de concepts ou de notions en usage dans la philosophie et l’histoire de l’art, l’esthétique et autres sciences de l’homme  à la lumière de leurs perspectives et méthodes, s’avèrent tout autant propices à une démarche pragmatique pertinente. Elles doivent servir à la mise en lumière du milieu social où est produit, échangé et transmis un artefact, de même qu’à l’éclairage de ses usages culturels et sociaux, anciens et contemporains.

L’expérience des cinq dernières années a permis de croiser des questionnements sans s’arrêter aux frontières disciplinaires et de cultiver un intérêt pour le dialogue et l’échange.

A la différence de celle du « chercheur indisciplinaire » en création artistique, l’ expérience d’analyse et d’interprétation d’un ou plusieurs artefacts artistiques existants, veut se situer sur un autre plan que celui du vécu, des affects, de l’émotion individuelle. Elle vise à ce que son examen des concepts, usages et comportements, participe à alimenter une réflexion à caractère interdisciplinaire débouchant sur des applications concrètes en conservation-restauration, dans sa relation à d’autres activités patrimoniales sur les lieux de son exercice.

I.3 a. en II° cycle

En premier lieu, il s’agit de choisir un objet physique, appartenant à une collection publique ou susceptible de devenir bien culturel, à même de révéler les questionnements et problèmes qui seront à l’origine de la formulation par l’étudiant d’une problématique nécessitant un travail de recherche. Il s’agit de se situer clairement par rapport aux phénomènes que l’on veut décrire et analyser, depuis la discipline de la conservation-restauration, par les méthodes et outils aussi bien théoriques que techniques dont elle peut se doter. L’enjeu de cette recherche consiste ensuite en la capacité d’un l’étudiant à émettre une proposition d’intervention, fortement conditionnée par son approche réflexive et critique à l’endroit de l’artefact en question, en prenant en compte les facteurs environnementaux, à la fois physiques, biologiques, historiques et sociaux qui en conditionnent sa signification, sa fonction et son usage.

Bien évidemment, il faut être en mesure de faire état de la relation particulière qu’entretient le conservateur-restaurateur avec les biens qu’il prend en charge, en franchissement des limites de leur mise à distance, notamment dans un rapport désacralisé, la macro-vision comme ses sens tactile et olfactif étant utilement mis à contribution.

I.3 b. en III° cycle

A ce niveau, le projet de recherche s’élabore par la précision et l’ énonciation d’ hypothèses à vérifier. La recherche débute donc par la constitution d’une bibliographie, puis de fiches bibliographiques et analytiques d’où les réflexions d’un auteur ou encore le sujet de recherche d’un autre, peuvent être à l’origine de la formulation d’une hypothèse.

L’analyse réflexive qui vise avant tout à rendre compte de la réalité, repose autant sur les façons d’observer la situation réelle d’un corpus d’artefacts, les faits et relations qui s’y rapportent, que sur l’utilisation d’un discours analytique permettant d’en rendre compte explicitement.

L’enjeu de la recherche consiste donc essentiellement à pouvoir établir une relation dialectique entre la collecte des faits expérimentaux, leur interprétation et leur traduction dans l’échafaudage d’un cadre théorique permettant la proposition d’une pratique modifiée ou nouvelle à l’intention d’un corpus d’artefacts..

Dans la dernière phase du processus de recherche, il s’agit de présenter le travail d’analyse sous ses différentes formes, selon ses méthodes et dans ses dimensions à la fois théoriques et pratiques. Par méthode, on entend l’ensemble des moyens et procédures spécifiques mobilisés au cours de la recherche. C’est la démarche analytique qui consiste à évaluer l’utilisation et le rendement de chacun d’eux.

I.4 – Finalité

Que ce soit en II° cycle ou en III° cycle, le travail de recherche vise la mise en application  de méthodes, règles ou processus qui permettent de transformer les analyses en moyens d’action précis et pratiques sur les situations décrites que l’on propose ainsi d’améliorer.

Cette démarche prospective a aussi pour objectif de permettre au conservateur-restaurateur professionnel, de mieux construire et argumenter un discours propre à la place et au rapport spécifiques (on a très souvent parlé d’une intimité unique2 ) qu’il installe auprès des objets dont il s’occupe. En effet, historiquement tantôt confiné à l’invisibilité et au mutisme3, à un effacement derrière l’oeuvre et son auteur, tantôt en capacité ou prétention de « se glisser dans la peau » de celui-ci, il aspire aujourd’hui à prendre lui-même en charge l’expression de son approche critique émancipée de toute tutelle, et d’une compétence, non plus considérée comme seulement technicienne, mais relevant de son caractère libéral et d’une discipline à part entière.

II • BÉNÉFICIAIRES DU PROGRAMME

IV.1 – En II° cycle

Le programme de II°cycle est accessible à tout étudiant titulaire d’une licence ou diplôme équivalent, ayant été admis par la Commission d’accès en II° cycle de la mention conservation-restauration, et autorisé par le directeur d’établissement.

IV.2 – En III° cycle

Le programme de III°cycle est accessible à tout titulaire d’un master ou diplôme équivalent, inscrit à l’ESAA  après sélection de son projet de recherche par la Commission d’accès en III° cycle de la mention conservation-restauration, et autorisé par le directeur d’établissement.

Cette année, le III° est accessible à un étudiant au minimum, 3 au maximum, sauf dérogation accordée par le chef d’établissement, en accord avec l’URI-CR.

III • UNITE DE RECHERCHE INTERDISCIPLINAIRE (URI-CR)

III. 1 – Équipe permanente :

Stéphanie ELARBI, conservatrice-restauratrice, Chef du département de conservation-restauration du Musée du Quai Branly, co-fondatrice de l’Atelier Boronali, enseignante à l’ESAA.

Line HERBERT-ARNAUD, historienne de l’art et commissaire d’exposition, docteure en histoire de l’art, enseignante à l’ESAA,

Pierre LAGRANGE, sociologue des sciences et croyances, docteur en sociologie, enseignant à l’ESAA,

Gaspard SALATKO, ethno-anthropologue, docteur en anthropologie sociale et ethnologie, enseignant à l’ESAA,

Cathy VIEILLESCAZES, chimiste, directrice de l’IMBE (Université d’Avignon), enseignante à l’ESAA,

Marc MAIRE, conservateur-restaurateur, enseignant à l’ESAA (coordinateur du programme).

III. 2 – Équipe associée 

Jean-Pierre COMETTI, philosophe de l’art, du langage, esthéticien et écrivain, docteur en philosophie HDR,

Benoît COUTANCIER, Conservateur en chef du patrimoine (Musées de Marseille), docteur en histoire,

Thierry DUTOIT, biologiste et restaurateur- écologue, (IMBE / Université d’Avignon, Directeur de recherches au CNRS / UMR CNRS-IRD, 

Roger POUIVET, philosophe des sciences (Archives Poincaré / Université de Nancy),

Gaspard SALATKO, ethno-sociologue (Centre Norbert Elias / EHESS Marseille), docteur en ethno-sociologie,

III.3 – Renforts en prévision (sous réserve de leur disponibilité/accord)

Bernadette BENSAUDE-VINCENT, historienne des sciences et philosophe,

Marie BERDUCOU, docteur en archéologie, Maître de conférence à l’Université Paris I,

Régis BERTHOLON, docteur en archéologie, Directeur des études en Conservation-restauration à la Haute École de Neuchâtel,

Gaël DE GUICHEN, ingénieur chimiste, Conseiller spécial à l’ICCROM,

Roland MAY, conservateur en chef du patrimoine, Directeur du CICRP de Marseille.

IV • MODALITES DE LA RECHERCHE

IV.1 – En II° cycle

Les différentes modalités de la recherche en II° cycle sont conçues pour aborder les aspects de cette situation, avec le souci d’examiner, de réexaminer et éventuellement d’introduire, les notions qui sont au cœur des démarches actuelles du conservateur-restaurateur ; mais aussi des finalités professionnelles qu’il poursuit et des problèmes qui s’y posent, en regard des perspectives et mutations qui se profilent.

Les finalités de la recherche en conservation-restauration s’élaborent et se déterminent selon 7 modalités complémentaires suivantes:

 investigation autonome,

 rédaction individuelle,

 tutorats individuel de recherche (l’un pour le projet, l’autre pour le mémoire)

 Coordination méthodologique M1 s1, M2 s3/s4,

 séminaire « art et artefactualité » M1 s1, M2 s3/s4,

 stage en institution, M1 S2,

 publication.

IV.1 a – Investigation autonome

La démarche de recherche en II° cycle CR se fixe pour objectif une tentative de résolution des problèmes de type théorique et technique posés par la nature, le genre, le statut et/ou la médiation d’un artefact culturel ou d’une collection, qui incombent au conservateur-restaurateur et nécessitent une reconsidération de type épistémologique, à la fois des attendus de sa discipline et de son enquête.

Elle doit se traduire dans un travail axé sur des problèmes et leurs enjeux clairement mis au jour, permettant de délimiter un champ d’investigation précis ainsi qu’une démarche susceptible d’être appréciée à la lumière d’une capacité d’argumentation propre et de résultats à même de proposer une clarification ou un éclairage nouveau des problèmes posés et leurs enjeux.

Sa valeur en sera principalement liée à la proposition d’intervention pour l’objet considéré, par la capacité de s’engager dans l’examen approfondi de sa situation et des questions qu’elle soulève, par la mise en oeuvre d’une démarche clairement définie, et enfin par le recours à des théories et concepts corrélatifs de ces questions, comme à un corpus idoine.

IV.1 b – Rédaction individuelle

Le mémoire de recherche proprement dit consiste en un document écrit et imagé d’environ 30 pages comportant 2500 signes chacune, doté d’informations annexes dont un dossier d’examen comportant l’identification, le constat d’état et le diagnostic de l’objet ou la collection considérés.

L’évaluation du mémoire repose sur les 7 critères suivants:

 clarté et précision dans la présentation de la problématique et de ses enjeux ;

 clarté et pertinence de la démarche dans son ensemble ;

 conscience de la portée des choix effectués ;

 richesse des connaissances et des points de vue mobilisés (sur le plan artistique et théorique) ;

 pertinence des arguments : originalité du propos et des idées, ainsi que de la proposition de traitement suggérée ;

 qualité de la langue ;

 pertinence/originalité des conclusions.

IV.1 c – Tutorats 4 individuels de recherche

 Tutorat de projet

Il est impérativement assuré par l’un des conservateur-restaurateurs enseignant à l’ESAA ou en relation étroite de partenariat avec elle.

Son objectif principal est un accompagnement individualisé, en M1 CR de la quête d’un stage en institution au semestre 2, et en M2 CR, du processus d’élaboration déontologique d’une ou plusieurs propositions de traitements prévus et parfois réalisés à l’endroit de l’objet qui en est sujet, en concertation avec le maître d’ouvrage, et qui satisfassent des attendus de résultats de qualité professionnelle.

 Tutorat de mémoire

Dès l’année M1 CR, elle est prioritairement assurée par un enseignant théoricien de l’ESAA.

Son objectif principal est un accompagnement individualisé de l’élaboration et de la rédaction d’un mémoire qui rende compte de la recherche menée à partir de l’étude et de l’examen d’un artefact culturel ou d’une collection.

IV.1 d – Coordination méthodologique M1 et M2

 Coordination M1

L’objectif de ce travail collectif est de réfléchir sur les enjeux méthodologiques et théoriques soulevés par la démarche de recherche.

Cette réunion mensuelle est dédiée aux questions de méthodologie de la recherche pour les étudiants de M1 CR. Il s’agit en préalable, de s’assurer de la compréhension des textes qui affichent les intentions et activités du programme de recherche. Puis, d’établir un questionnement, déterminer des ressources potentielles, humaines, documentaires, théoriques, ainsi que les moyens de les exploiter dans une démarche d’enquête, en vue de faire apparaître nettement les problèmes, faire des choix et formuler des hypothèses en résolution(s) que l’on s’attachera à argumenter selon la construction pertinente d’un discours, depuis la discipline de la conservation-restauration.

 Coordination M2

Ce sont les étudiants de M2 CR qui composent ce rendez-vous collectif d’une séance mensuelle, aux semestres 3 et 4, animée par deux à trois enseignants de l’ESAA, l’un conservateur-restaurateur, les autres théoriciens et titulaires d’un doctorat. Il s’agit d’un accompagnement des étudiants pour les aider à déterminer un positionnement réflexif et prospectif depuis la discipline de la conservation-restauration et dans son champ d’application.

Cette coordination ne concurrence ni ne se substitue à la relation de chaque étudiant avec ses tuteurs de projet et de mémoire, mais vise à soutenir par un regard collectif, la conduite méthodologique d’une démarche descriptive, réflexive et analytique, entamée par un questionnement émergé de l’examen d’un artefact culturel ou d’une collection en vue de sa transmission.

Elle convie donc à un exercice de réflexion et discussion collectives qui veut mettre à distance des savoirs reçus et des notions mobilisées sans discernement critique suffisant pour leur mise en perspective, à l’aune de théories et concepts de la philosophie de l’art, de l’esthétique, de l’histoire, de l’archéologie et d’autres sciences humaines comme sociales.

Par l’expression orale tour à tour, chacun des participants expose l’état et les atermoiements de sa progression. Alors, des idées, explications, exemples tirés de l’expérience, réponses, références bibliographiques, questions nouvelles ou meilleures à creuser, lui sont proposés.

Equipe 2013-14:

Jean-Pierre COMETTI, professeur (des universités HDR) de philosophie de l’art et d’esthétique à l’ESAA, au titre de la recherche en conservation-restauration,

Marc MAIRE , professeur (d’enseignement artistique) de conservation-restauration à l’ESAA.

Invités 2013-14:

Stéphanie ELARBI, chef du service de conservation-restauration au Musée du Quai Branly,

Pierre LAGRANGE, professeur (PhD) de socio-anthropologie à l’ESAA.

IV.1 e – Stage en institution

Au semestre 2 du II° cycle, chaque étudiant de M1 CR est tenu d’effectuer un stage d’immersion, de préférence à l’étranger, d’au moins trois mois en institution, à la fois professionnel et prospectif, susceptible de contribuer à préciser un champ d’investigation déjà déterminé, et de rencontrer une pluralité d’ artefacts culturels propices à l’émergence de questions auxquelles il pourra se confronter.

Sous la houlette d’un maître de stage choisi à dessein, il trouve là une occasion privilégiée d’appréhender et expérimenter une réalité concrète et des situations de terrain. Cette expérience donne lieu à un rapport de stage qui comporte une dimension critique, et à son évaluation par l’enseignant de l’ESAA tuteur de projet.

IV.1 f – Séminaire « art et artefactualité »

Ce séminaire est organisé à l’ESAA, dans la continuité d’une pratique similaire initiée et affinée depuis plus de cinq ans pour ancrer la dimension de la recherche en II° cycle dans la formation en conservation-restauration, coexistante  avec celle en création-instauration dans un parallélisme voulu osmotique, et constituant la singularité de l’établissement dans le paysage des ESA françaises.

Il constitue le coeur à la fois méthodologique, théorique et pratique du programme, et se déploie sur neuf sessions mensuelles, d’Octobre à Juin inclus. Il s’attache à poursuivre, élargir et approfondir des réflexions entamées depuis 2010-2011.

Il vise à interroger le champ d’intervention de la conservation-restauration  au carrefour de la philosophie de l’art , de l’esthétique, de l’histoire de l’art et des sciences humaines comme sociales, en fonction du statut, de l’ontologie et du régime des objets que celle-ci est appelée à prendre en charge.

Le séminaire art et artefactualité ambitionne précisément de fournir un cadre théorique et méthodologique permettant l’étude d’un objet dans sa variabilité relationnelle, diachronique et synchronique. Ce cadre est établi à partir d’une approche technologique doublée d’une caractérisation fonctionnelle et sociologique.  Il vise une lecture anthropologique des objets, à la fois culturelle, historique  et sociologique.

Par un travail de définition et de clarification, le séminaire envisage ce cadre théorique et un outillage conceptuel, comme l’exigence d’une approche critique – tant des objets pris en charge que de la conservation-restauration elle-même – et de son expression, toutes deux propres au conservateur-restaurateur. Ceux-ci ne peuvent se définir qu’en relation avec les questions abordées autour de la problématique et de l’ontologie d’un objet concerné. C’est pourquoi, la réflexion est menée par référence à des objets ou à des oeuvres tenus pour significatifs des questions et problèmes examinés, spécifiquement choisis et présents lors de chaque séance.

Son cycle animé par une équipe constituante, s’adresse non seulement aux étudiants de M1 et M2 CR, mais ouvre ses portes aussi à tous les autres et de tout cursus d’enseignement supérieur. Dans ce cadre, sont organisées aussi des interventions ou conférences thématiques suivies de discussions, avec des chercheurs invités en fonction des thèmes choisis et d’opportunités.

Equipe 2013-14:

Jean-Pierre COMETTI,

Marc MAIRE.

Invités 2013-14:

Stéphanie ELARBI, chef du service de conservation-restauration au Musée du Quai Branly,

Pierre LAGRANGE, professeur de socio-anthropologie à l’ESAA,

Gaspard SALATKO, docteur en socio-anthropologie, Centre Norbert Elias / EHESS Marseille,

Roger POUIVET, professeur de philosophie à l’université de Nancy, directeur des Archives Poincaré/ Université de Nancy.

IV.1 g – Publication

Les séances de séminaire, ainsi que le travail de définition devant aboutir à un lexique, voudraient déboucher sur des publications, et le séminaire art et artefactualité donner lieu à l’édition de volumes thématiques. D’autres travaux tels que ceux de recherche des étudiants seront très prochainement diffusés sous forme d’article dans une nouvelle revue en ligne candidate à l’hébergement sur la plate-forme www.openedition.org, SeminR ©, publication semestrielle , et intergénérationnelle, consacrée à la recherche interdisciplinaire en  et sur  la conservation-restauration des artefacts culturels.

La revue spécialisée en ligne  CeroArt consacre chaque année un numéro spécial et international, aux travaux de recherches de jeunes diplômés parrainés par un professeur de leur cursus de formation, et a déjà été le lieu de diffusion d’articles de plusieurs anciennes étudiantes de l’ESAA.

Enfin, l’ensemble des activités d’étude et de recherche fait désormais l’objet d’une information parcellaire, diffusée en ligne dans un champ spécifique du site de l’ESAA (http://www.esaavignon.fr) et dans un carnet de recherche et de séminaire dédié à ce programme, accessible par le lien http://www.seminesaa.hypotheses.org

IV.2 – En III° cycle

IV.2 a – Temporalité 

La durée de référence du III°cycle et de la préparation d’une thèse est de trois ans. Durant cette période, chaque porteur de projet de thèse accepté est doté d’un directeur de recherche qui dirigera son travail, en lien aussi avec l’URI-CR de l’ESAA.

IV.2 b – Projet de thèse

C’est le projet de thèse mis au point avec le directeur de thèse qui servira dans les demandes de financement .

La problématique générale d’où émergera ultérieurement le sujet précis ou qui permettra de le cerner, doit être clairement posée, étayée par des éléments de faisabilité et/ou de références bibliographiques. Elle peut découler d’une ou plusieurs expériences antérieures, en formation ou en situation professionnelle, et doit absolument faire l’objet d’un examen critique du directeur de thèse jusqu’à sa finalisation.

Contenu du projet de thèse :

•  Un CV d’une page environ, présentant le parcours dans l’enseignement supérieur et professionnel,

•  les renseignements administratifsprécisant les identités du thésard et de son directeur de thèse,

•  l’exposé de la motivation, de la pertinence, de la nouveauté de la thèse,

la présentation du sujet ou des éléments de sa délimitation, du plan et des méthodes de travail,

la bibliographie de référence fondatrice du projet de thèse, et les travaux d’auteurs qui peuvent lui servir de base.

IV.2 c –Financement

Selon son profil de compétences, et s’il ne bénéficie d’aucune ressource ou allocation financière pour sa recherche, il pourra être proposé à chaque thésard un contrat de travail pour des prestations de monitorat, de tutorat ou des vacations à l’ESAA à destination d’étudiants ou de publics non étudiants, rétribuées par un salaire mensuel.

IV.2 d – Participation au séminaire

Le thésard est tenu de participer à toutes les sessions de séminaire organisées par l’URI-CR, dont le nombre, les thèmes, les enseignants-chercheurs et le calendrier seront déterminés en temps utile en fonction des projets de recherches retenus et en cours.

IV.2 e – Enquête(s) de terrain

Elle(s) s’effectue(nt) dans une ou plusieurs institutions publiques et/ou privées, susceptibles de fournir matière au projet de thèse.

IV.2 f – Conférences / Publications

Le thésard est tenu de publier au moins un article dans une revue à comité de lecture, pendant la durée du III° cycle. Il a tout loisir de le faire dans la revue Sémin R de l’ESAA en tant qu’auteur ou coauteur pour contribuer à son dynamisme.

De même il est encouragé à donner une ou des conférences, à l’occasion de colloques.

IV.2 g – Soutenance de thèse

Le mémoire de thèse comportera 100 à 175 pages. Celle-ci donnera lieu à une soutenance devant un jury composé au minimum du directeur de thèse et 3 membres extérieurs à l’ESAA choisis en concertation avec ce dernier et l’URI-CR. A la fin de la 2° année, l’échéance prévisible de soutenance doit être envisagée et discutée selon l’avancement du travail de recherche. Une prolongation peut être accordée, par dérogation sur demande motivée du doctorant, après avis du directeur de thèse. Elle est sollicitée auprès du directeur d’établissement sur avis du responsable du laboratoire de III° cycle après un entretien entre le thésard et son directeur de thèse.

V • ÉVALUATION DE LA RECHERCHE

V.1 – II° cycle

Les modalités d’évaluation se divisent comme suit.

V.1 a. M1 

La participation aux sessions de coordination méthodologique M1 et du séminaire Art et artefactualité, les lectures ainsi que la rédaction de résumés ou compte-rendus critiques selon une forme normalisée ( x 3 au semestre 7), constituent les éléments obligatoires donnant lieu à évaluation.

ÉVALUATION DE LA RECHERCHE EN

M1

PONDÉRATION

Semestre 7

Semestre 8

%

Crédits

%

Crédits

Stage en institution

40 

8

Rapport(s) critique(s) de stage(s)

60 

12

Participation à la coordination M1

25 

5

Participation au séminaire

25 

5

Résumés critiques

 30

6

Projet collaboratif

20 

4

Total

100 %

20

100 %

20

V.1 b. M2 

La participation aux sessions de coordination méthodologique M2 et du séminaire Art et artefactualité, ainsi que le travail rédactionnel piloté par les directeurs de mémoire individuels (3 rendus avant la livraison finale fin Avril), constituent les éléments obligatoires donnant lieu à évaluation au semestre 9, les modalités du DNSEP option Art, mention conservation-restauration, au semestre 10.

ÉVALUATION DE LA RECHERCHE EN

M2

PONDÉRATION

Semestre 9

Semestre 10

%

Crédits

%

Crédits

Mémoire + sa soutenance orale

16,6

5

Soutenance orale du projet

83,4

25

Participation à la coordination M2

30 

9

conditions d’obtention du DNSEP

Participation au séminaire

30

9

Evolution de la recherche

 40

12

Total

100 %

30

100 %

30

V.2 – III° cycle

Le troisième cycle est principalement une démarche de recherche autonome, dirigée par un directeur de recherche et encadrée par l’URI-CR au sein de l’ESAA. Celle-ci organise chaque année un programme de séminaires obligatoires auxquels le thésard doit contribuer par la production de contenus en rapport avec leurs thèmes.

Chaque thésard fixe avec son directeur de recherche un calendrier de l’évolution de ses démarches, jusqu’à la soutenance dont la date est déterminée en accord avec le Conseil de la recherche et le Directeur de l’ESAA.

EVALUATION DE LA RECHERCHE EN

III°cycle

Année 1

Année 2

Année 3

Année 4

Direction de thèse

Participation au séminaire

Enquête(s) de terrain

Conférences / Publications

Soutenance de thèse

DSRA

VI • VALIDATION DU PROGRAMME DE RECHERCHE

En l’état actuel de la situation de l’ESAA, la pertinence et la validation de ce programme reposent sur

les rapports d’évaluation des Jurys du DNSEP option art, mention conservation-restauration depuis les cinq dernières années,

les effets mesurables de son ancienneté auprès des jeunes diplômés récemment insérés dans le monde professionnel,

celle, à la fois du Conseil d’administration de l’établissement (EPCC), et

de la Direction Générale de la Création Artistique (tutelle pédagogique) du Ministère de la Culture et de la Communication, par son agrément du DSRA et un soutien financier.

VII • BIBLIO / WEBOGRAPHIE EN II°CYCLE

Prérequis

BELTING, H., Le Chef-d’œuvre invisible, J. Chambon / Rayon art, [1998] 2003

http://critiquedart.revues.org/1749

http://www.r-f-e.net/articles/notionmoderneoeuvre.pdf

COMETTI, J.P., MORIZOT J., POUIVET R. , Questions d’esthétique, PUF, 2000

http://www.r-f-e.net/entretiendefinitionsart.php

DEWEY, J., L’art comme expérience, Farrago, [1934] 2004

http://www.uqtr.ca/AE/Vol_13/recension/Bastien.html

DANTO, A., La transfiguration du banal, Seuil, [1981] 1989

https://www.franceculture.fr/oeuvre-la-transfiguration-du-banal-une-philosophie-de-l-art-de-arthur-danto

GOODMAN, N., L’art en théorie et en action, éditions de l’éclat,1996

http://www.lyber-eclat.net/lyber/cometti/2goodman.html

HEINICH, N., Du peintre à l’artiste. Artisans et Académiciens à l’âge classique, Minuit, 1993

Le triple jeu de l’art contemporain, Minuit, 1998

https://www.franceculture.fr/oeuvre-le-triple-jeu-de-l-art-contemporain-de-nathalie-heinich.html

MORIZOT J., POUIVET, R., Dictionnaire d’esthétique et de philosophie de l’art, 2° édition revue et augmentée, Armand Colin , 2012

POUIVET, R., Philosophie contemporaine, PUF, 2008

http://www.puf.com/puf_wiki/images/c/ce/Philo_contemporaine_%26_Philo_politique.pdf

http://jeanjadin.blogspot.fr/2009/06/note-de-lecture-roger-pouivet.html

http://ceroart.revues.org/2792

Prospective

COMETTI, J.P., La force d’un malentendu, Questions d’esthétique, 2009

Art et facteurs d’art. Ontologies friables, PUR, 2012

ECO, U. Interprétation et surinterprétation, PUF, 2001

GELL, A., L’art et ses agents, Presses du réel, 2009

HEINICH, N., L’art contemporain exposé aux rejets, J. Chambon, 1998

De l’artification. Enquête sur le passage à l’art, éd. EHESS, 2012

MUNOZ-VINAS, Contemporary theory of conservation, Elsevier, 2004

POUIVET, R., L’oeuvre d’art à l’âge de sa mondialisation, La lettre volée, 2003

http://www.seminesaa.hypotheses.org

https://www.librarything.com/home

http://ceroart.revues.org/1235

                                                                                            CONCLUSION

L’originalité de ce programme de recherche en conservation-restauration d’artefacts culturels repose principalement sur son inscription adjacente au cursus de création-instauration au sein de l’ESA d’Avignon, relation que des travaux devraient en outre s’attacher à décrire, analyser et expliciter plus précisément.

Or la singularité et la pertinence déjà anciennes de cette contiguïté ont produit des effets qui se mesurent à la qualité des diplômés en fin de II° cycle et à celle de leur insertion professionnelle. Ils permettent aujourd’hui d’envisager un prolongement de la recherche en III° cycle à l’ESAA, lui aussi et simultanément corollaire d’une entreprise similaire pour la création artistique.

Des modèles proposés en II° et III° cycles, somme toute structurellement comparables à ceux de l’université, on discernera et retiendra plusieurs aspects qui légitiment leur mise en œuvre au sein d’une ESA.

Tout d’abord, il faut souligner le caractère interdisciplinaire des équipes et partenaires enseignants, acteurs et accompagnateurs de la recherche, pour une émergence de la conservation-restauration en tant que démarche non plus préférentiellement technique, mais critique et épistémologique, à la fois envers les artefacts culturels qu’elle prend en charge, et sa propre pratique.

On aura noté aussi l’accent très important mis sur la pratique et l’action, à la fois comme modalités et enjeux de la recherche, conférant ainsi à celle-ci un caractère résolument pragmatique fondé sur l’enquête, au point aussi d’irriguer à terme l’enseignement du I° cycle.

Enfin, à l’heure où se profilent de nouveaux enjeux pour le patrimoine culturel sur fond de globalisation dessinant de nouveaux contours identitaires, la mise en place de ce programme de recherche dans une formation à la conservation-restauration en école supérieure d’art, soutenue par ses tutelles publiques, apparaît on ne peut mieux fondée en considération de la contribution radicale de cette discipline au destin des artefacts culturels comme à celui des œuvres d’art.

__________________________________

NB : ce texte a été rédigé par Marc MAIRE en Juin 2014, avec les contributions de Jean-Pierre COMETTI, Pierre LAGRANGE, Gaspard SALATKO et Cathy VIEILLESCAZES qui constituent le noyau réflexif de ce programme de recherche à l’ESAA.

1 Sa définition normative a été adoptée par l’ICOM à Shangaï en 2010.

2 A l’instar de C. Brandi dont on peut relever dans sa Théorie de la restauration, (Centre des Monuments Nationaux, 2001), une caractérisation de l’oeuvre d’art comme quasi-sujet.

3 Pierre Leveau, L’évolution du concept de restauration aux XIXe et XXe siècles, revueCRBC, N°25, 2007-2008

4 Le terme tutorat est préféré à celui de directeur, car la compétence, relevant de disciplines et activités différentes des personnes qui endossent ce rôle eu égard aux exigences diverses du travail fourni par les étudiants, s’en trouve limitée.


3 réflexions au sujet de « PROGRAMME DE RECHERCHE EN CONSERVATION-RESTAURATION A L’ESAA: II° & III° CYCLES »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *