Un III° cycle pour la discipline de la conservation-restauration (enfin !) en France .

L’Ecole Supérieure d’Art d’Avignon initie le premier III° cycle en France pour la discipline de la conservation-restauration de biens culturels, permettant de postuler au Diplôme Supérieur de la Recherche en Art, mention c-r, très prochainement agréé par le Ministère de la Culture et de la Communication. Ce diplôme susceptible  d’obtenir à terme le grade de Doctorat, à l’instar du Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique doté de celui de Master depuis 2011, pourra être décerné à des étudiants-chercheurs en école supérieure d’art après un cycle de recherche de trois ans.

APPEL A CANDIDATURE AU DSRA mention CR (3e cycle) de l’ESAA  : 2 places ouvertes pour 2014-15 
Description du DSRA de l’ESAA
L’Ecole Supérieure d’Art d’Avignon (ESAA) met en place à la rentrée 2014 un Diplôme Supérieur de Recherche en Art (DSRA).
1. Qu’est-ce que le DSRA ?
Le DSRA est un diplôme d’établissement de troisième cycle, reconnu par le Ministère de la Culture et de la Communication.
Il se déroule sur 3 ans avec possibilité d’extension sur 1 ou 2 années (après accord du Conseil de la Recherche de l’ESAA, institué à la rentrée 2014-15).
Le DSRA de l’ESAA comporte trois mentions :
– Création (2 places)
– Conservation-Restauration (2 places)
– Préservation et archéologie des arts médiatiques et numériques (2 places)
 Statut des étudiants-chercheurs
Les étudiants bénéficient d’un statut d’étudiants-chercheurs, d’un espace de travail et d’un ensemble de ressources pour développer leur travail. Ils sont obligatoirement rattachés à l’une des trois unités de recherche de l’ESAA et profitent de son activité continue, de son réseau, de ses partenaires, mais aussi des capacités techniques de la structure de production qu’est l’ESAA.
Pour financer leur recherche, dans le cadre de ce DSRA, les étudiants-chercheurs reçoivent une allocation annuelle de recherche (2000,- €), et pourront bénéficier, selon leur situation et aptitudes, d’une rémunération mensuelle en contrepartie d’une activité de tutorat ou de monitorat à destination d’étudiants ou autre(s) public(s) au sein de l’ESAA.
Les étudiants-chercheurs peuvent être inscrits dans le 3ème cycle d’un autre établissement d’enseignement supérieur partenaire.
Modalités de la recherche
Inscrits pendant trois ans, les étudiants-chercheurs sont placés sous la responsabilité d’un directeur de recherche rattaché à l’une des trois unités de recherche de l’école, afin de déployer un projet de recherche dans le respect des méthodologies et pratiques propres à chaque unité de recherche mais dont le contenu est propre à l’étudiant-chercheur.
Ils participent activement aux actions des unités de recherche (séminaire, publications, expositions, actions, conférences, colloques…) ainsi qu’aux actions transversales du troisième cycle.
Le projet de recherche prend des formes différentes selon les mentions.
Concernant la mention « conservation-restauration, le format demandé est une thèse de 100 à 175 pages qui donnera lieu à une soutenance devant un jury composé d’au moins trois membres extérieurs à l’unité et du directeur de recherche.
Description de l’ Unité Interdisciplinaire de Recherche pour la mention conservation-restauration, « Art et Artefactualité ».
Cette  unité   prépare  au  DSRA  mention  conservation-restauration
Equipe :  Stéphanie Elarbi,  conservatrice-restauratrice, Line Herbert-Arnaud, historienne de l’art, Pierre Lagrange,  socio-anthropologue, Marc Maire, conservateur-restaurateur (responsable), Gaspard Salatko, ethno-anthropologue, Cathy Viellescazes, chimiste.

Cette unité de recherche prépare au DSRA mention Conservation-Restauration . Ce troisième cycle s’adresse à des conservateurs-restaurateurs confirmés comme à de jeunes diplômés désireux de soutenir une thèse dans le premier laboratoire français de leur discipline.

Méthodologie de la recherche

À l’instar des démarches du conservateur-restaurateur pour constituer et affiner son arsenal technique et technologique, telles qu’elles se sont développées depuis le début de sa professionnalisation de son activité au XVIII° siècle, ce cycle de formation est ouvert à une pluralité de voies destinées à promouvoir la réflexion analytique, épistémologique et métacritique sur la conservation-restauration, au croisement d’autres disciplines impliquées elles aussi dans la préservation et la transmission des biens culturels.

L’ examen des  usages, comportements et concepts qui réclame une enquête à la fois documentaire et de terrain, est destiné à nourrir une réflexion de caractère interdisciplinaire, qui vise à proposer ou modifier des applications concrètes en conservation-restauration sur les lieux de son exercice,

L’inspiration comparatiste et métacritique, l’expérimentation méthodologique comme de concepts en usage dans la philosophie et l’histoire de l’art, l’ esthétique, l’anthropologie ou l’ archéologie et plus généralement dans les sciences humaines et sociales, doivent être ici au cœur des perspectives et des méthodes mobilisées en faveur d’une telle recherche.

• Sujet de thèse

Le projet de recherche s’élabore par la précision et l’énonciation d’une hypothèse à vérifier. La recherche débute donc par la constitution d’une bibliographie, puis de fiches bibliographiques et analytiques de nature à faire des réflexions, des thèmes ou sujets d’étude d’auteurs,   la source d’une hypothèse et le sujet de la thèse.

• Méthodes

Puis la description et l’analyse réflexive contribuent à rendre compte d’un état des lieux, en reposant autant sur les façons d’observer des situations réelles formant un corpus d’exemples choisis à dessein, les faits et relations qui s’y rapportent, que sur l’utilisation d’un langage analytique permettant une explicitation efficiente.

Dans la dernière phase du processus de recherche, il s’agit de présenter le travail d’analyse sous ses différentes formes, à la fois quant à ses méthodes et dans ses dimensions à la fois théoriques et pratiques. Par méthode, on entend l’ensemble des moyens et procédures spécifiques mobilisés au cours de la recherche. C’est à la démarche analytique qu’il appartient d’en évaluer l’utilisation et le rendement.

NB : À la différence de celle du chercheur en création artistique, l’analyse et l’interprétation des exemples choisis, entendent se situer sur un autre plan que celui du vécu, des affects et de l’émotion individuelle.

• Les candidats au DSRA doivent être titulaires d’un diplôme de deuxième cycle (DNSEP ou Master 2).
Il est important de bien prendre connaissance des pré-requis demandés par l’unité de recherche souhaitée avant de s’y engager. (cf. Programme de recherche , dans la rubrique PUBLICATIONS / Articles du présent carnet de recherches)
• Les candidats doivent s’inscrire obligatoirement dans une unité de recherche et son programme. Leur projet de recherche doit être cohérent avec les axes de ces programmes.
Pièces nécessaires pour faire acte de candidature (par envoi postal) :
* Le projet de recherche de deux ou trois pages maximum. Il expose la motivation de l’étudiant, la pertinence et la nouveauté de sa recherche, au regard aussi des axes de l’unité de recherche qu’il souhaite rejoindre. Il souligne ce qui dans ses études, ses expériences et ses recherches personnelles prédispose l’étudiant à suivre ce troisième cycle.
Concernant la mention « Conservation-Restauration » le projet de recherche prend la forme d’un projet de thèse, c’est-à-dire qu’il doit présenter le sujet de recherche ou des éléments de sa délimitation, du plan et des méthodes de travail. Il est également demandé une bibliographie de référence fondatrice du projet de thèse, et les travaux d’auteurs qui peuvent lui servir de base.
* Un CV succinct d’une page environ, présentant le parcours dans l’enseignement supérieur et professionnel. Si le candidat est en train de passer son diplôme (DNSEP ou équivalent Master 2) au moment de sa candidature, il doit transmettre une attestation de scolarité qui mentionne sa formation en cours et son niveau. Si sa candidature est retenue, son inscription ne sera définitivement confirmée que s’il a obtenu son diplôme. Il devra alors transmettre la copie de son diplôme.
* Une enveloppe affranchie, de format adéquat aux documents présentés, pour retour des dossiers des candidats non retenus. Sont considérés comme documentation les ouvrages, vidéos, supports numériques et autres supports visuels réunis pour illustrer ou référencer le dossier. Les autres éléments du dossier ne sont pas retournés (lettres, CV, projet personnel…). Préciser les documents à renvoyer à une adresse mise en évidence. Les candidats peuvent également venir récupérer leur dossier à l’issue de la sélection et ce
avant le 15 décembre de l’année de l’envoi, sur demande à l’ESAA.
* Le dossier complet et une lettre de candidature spécifiant le programme et l’unité de recherche souhaités doivent être adressés à la directrice d’établissement à l’adresse suivante :
ESAA – III° cycle, 500 Chemin de Baigne- Pieds,
84000 Avignon
Examen des candidatures
Les unités de recherches réunies collégialement au sein du Conseil de la Recherche étudient les demandes et établissent une liste courte. Les candidats pré-sélectionnés sont ensuite invités à présenter leur projet pendant 20 mn devant une commission d’admission à l’ESAA ou à distance (par Skype – dans ce cas mentionner l’adresse Skype dans le CV).
La commission arrêtera la liste définitive des admis.
Les inscriptions administratives ont lieu chaque année entre le 1er septembre et le 15 décembre.
Calendrier :
Date limite de réception des dossiers : 5 septembre 2014.
Entretiens les 16 et 17 septembre 2014.
Résultats de la commission : le 19 septembre 2014.
Début de la formation : dès le 13 octobre 2014 (il est possible de débuter la formation plus tardivement, jusqu’au 15 décembre).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *