Réception critique de la (conservation-)restauration : XVIIIe – XXe siècles

 

Journée d’étude : Jeudi 27 octobre 2016

Institut national d’histoire de l’art Galerie Colbert – Salle Vasari

2 rue Vivienne 75002 Paris 9h – 18h / Entrée libre

PROGRAMME

8h45  Accueil

9h00 Introduction par Barbara Jouves

9h15 Notions d’altération et de conservation dans les Conférences de l’Académie royale de peinture et de sculpture (1752-1792), par Claire Betelu, conservatrice-restauratrice de peinture, docteur en histoire de l’art et ATER Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

9h45 Témoignages d’une condicio sine qua non. La réception des procédés de fixage des pastels dans la littérature artistique du XVIIIe siècle, par Alice Ottazzi, doctorante Università di Torino / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

10h15 Discussion, suivie d’une pause

11h00 La restauration des estampes et des livres au XIXe siècle, à travers l’exemple d’Alfred Bonnardot (1846-1858), parJuliette Parmentier-Courreau, doctorante Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

11h30 Giovanni Battista Cavalcaselle, acteur et critique de la restauration au XIXe siècle, par Gianmarco Raffaelli, doctorant École du Louvre / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

12h00 Choix de restauration et conséquences esthétiques sur les œuvres de la série des Cathédrales de Claude Monet, par Bénédicte Trémolières, restauratrice de peinture et doctorante Université de Rouen

12h30 : Discussion suivie d’un déjeuner

14h30 Francesco Borromini comme restaurateur, une approche historique et critique de la restauration par Max Dvořàk (1874-1921), par Matthieu Fantoni, classe préparatoire au concours de conservateur du patrimoine, École du Louvre

15h00 L’expertise technique comme enjeu médiatique  : débat autour de l’Olympia d’Édouard Manet (1923, 1932), parHadrien Viraben, doctorant Université de Rouen

15h30 Discussion, suivie d’une pause

16h15 Les articles portant sur la restauration du Palais des Papes d’Avignon au début du XXe siècle, influences et justifications par Camille Bidaud, doctorante Université Paris-Est

16h45 La reconstruction «  à l’identique  » d’un Monument Historique, pratiques et critiques – Saint-Sernin de Toulouse (restaurations 1860-1990), parLaurent Cathiard, doctorant École de Chaillot / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

17h15 Discussion, suivie d’une conclusion par Alric Delaporte.

Comité d’organisation : Alric Delaporte (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) Barbara Jouves (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) Contacts : alric.delaporte@gmail.com Barbara.Jouves@univ-paris1.fr Institut national d’histoire de l’art 2 rue Vivienne, 75 002 Paris Accès : 6 rue des Petits-Champs Métro : Bourse ou Palais Royal – Musée du Louvre Entrée libre dans la limite des places disponibles J

————————————————————————————-

Cette journée d’étude s’intéressera, à travers des sources manuscrites ou imprimées, aux regards portés sur une discipline, la restauration, constamment en évolution depuis le XVIIIe  siècle. Regards d’experts, de journalistes, d’écrivains, d’artistes et de restaurateurs seront confrontés afin de mettre en avant différents points de vue quant à l’évolution des interventions et des pratiques sur les œuvres d’art.

Il s’agira de se demander comment les restaurations des œuvres d’art sont appréciées depuis le XVIIIe   siècle  et quelle est la notoriété de leurs praticiens  ? Est-il nécessairement question de regards contemporains ou ceux-ci sont-ils postérieurs aux interventions  pratiquées tant sur des peintures, des œuvres d’arts graphiques, des sculptures que sur des édifices architecturaux  ? À travers cette approche, nous nous demanderons si les éléments récurrents dans ces observations, positives ou négatives, sont les restaurations ou les restaurateurs eux-mêmes.

Les réflexions quant au domaine de la restauration se concentrent généralement sur la définition de la discipline et du métier. Nous tenterons ici d’adopter une démarche différente : alors qu’il est d’une part possible d’isoler la figure du restaurateur, les pratiques, les œuvres restaurées et la notion même de restauration, il est d’autre part important de mettre en exergue les figures qui commentent ces points et de s’intéresser aux domaines dont ces auteurs sont issus. Considérée par certains comme à l’origine de nombreuses destructions et par d’autres comme garante de la survie du patrimoine, la restauration est également porteuse de réponses et se dote d’une signification sociale et culturelle.

Ces questions nous amèneront par ailleurs à concevoir s’il existe une variation de l’intérêt pour les procédés employés ainsi qu’envers les formations  des restaurateurs. Dans la mesure où le champ de la restauration est à la fois lié aux sciences humaines et aux sciences exactes, cette journée d’étude offrira l’occasion d’aborder la réception des expériences scientifiques et des méthodes d’expérimentation en restauration.


2 réflexions au sujet de « Réception critique de la (conservation-)restauration : XVIIIe – XXe siècles »

  1. Bonjour

    Je souhaiterais , dans la préparation de Boulle et d écoles de restauration d’oeuvres d art , rencontrer les membres de l équipe de cette journée.

    Et envisager des études de restaurateur / expert d oeuvres d art.

    À qui dois je m adresser ?

    Merci d avance

    Blanche Thil de Lestrange

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *