Un compte-rendu des JERI 2016

Journée Étude Recherche Innovation

Conservation-Restauration

Rennes,  novembre 2016

par Clothilde STALLONI, étudiante de L2 cr.

La Journée d’Etude de Recherche et d’Innovation en conservation-restauration des biens culturels est une manifestation annuelle initialement créée par les délégations régionales de la Fédération Française des professionnels de la Conservation-Restauration Aquitaine (FFCR-2CRA) et Midi-Pyrénées. Elle consiste en l’échange, la communication et la découverte de nouvelles recherches dans le domaine de la conservation-restauration des biens culturels. Ainsi, la JERI se déroule en une suite de conférences – ouvertes à tous, sous-inscription – permettant de communiquer sur les dernières avancés, études et recherches en matière de conservation-restauration. Même si l’événement est ouvert à un large public, il est surtout l’occasion pour les professionnels et étudiants des quatre formations françaises en conservation-restauration (Écoles Supérieures d’Art d’Avignon et des Beaux-arts de Tours, INP et Master CRBC) de se rencontrer et d’échanger sur la discipline et la profession.

En cette année 2016, la septième édition de JERI s’est déroulée le vendredi 18 novembre dans la ville de Rennes. Elle a été coorganisée par Hélène Champagnac, Gwenola Corbin, Géraldine Fray, Natacha Frenkel, Gwenola Furic, Emilie Heddebaux, Guylaine Mary et deux fraîchement diplômées de l’École Supérieure d’Art d’Avignon, membres de l’association Fil à Fil, Héléna Bülow et Mélanie Paul-Hazard.

Aussi au programme de la rencontre, deux journées au cœur de la ville de Rennes. La première consacrée aux conférences dans l’auditorium des Archives départementales d’Ille-et -Vilaine. La seconde, une journée de visites dans les musées de la ville partenaires de l’événement.

Le vendredi 18 novembre à l’auditorium du FRAC Bretagne, six présentations variées ont été proposées ; allant de la recherche jusqu’à des présentations de conservations/restaurations sur des artefacts aux contraintes et problématiques diverses. Elles ont été réalisées notamment dans le cadre de mémoires de fin de second cycle par des diplômés des écoles de La Cambre Bruxelles, l’ESA Avignon, et l’INP Paris.

Plus précisément, la journée a débuté avec la présentation de Olivia Barani diplômée de l’école de La Cambre en Belgique sur « Les peintures acryliques en dispersion et le fixage de leur film ». Puis ce fut l’exposé du mémoire d’Héléna Bülow, diplômée de l’ESA Avignon sur « La conservation et la réinstallation d’une œuvre contemporaine complexe, évolutive et interactive :  Fichier Poïpoï de 1963 à maintenant » avec « un questionnement sur l’adaptation de la pratique du conservateur-restaurateur face à ce type de création ». Ensuite la question de « l’apport du numérique » en conservation-restauration a été posée « dans le cadre du projet de restauration de la tour de Nankin du Musée des Beaux-Arts de Rennes » par la conservatrice-restauratrice Marie-Cécile Cusson et le dirigeant Philippe Cusson. Puis, a été illustrée une « Etude historique et scientifique des pâtes à modeler, conservation-restauration des bustes d’Auguste Rodin » par les conservatrices-restauratrices : Héléné Bluzat, Agnès Cascio, Guylaine Mary. Par la suite, une réflexion sur le rôle du « restaurateur face à la matérialité des œuvres sur supports numériques » a été menée. Enfin une étude sur la sphinge dite « au parapluie », une sculpture d’extérieure en béton armée par Claire Brière diplômée de l’INP, qui pour son mémoire a effectué une recherche sur le « contrôle de la corrosion des armatures métalliques par protection cathodique avec anodes sacrificielles ».

C’est Olivia Barani qui entame la journée par une conférence sur : « les peintures acryliques en dispersion et le fixage de leur film». Cette diplômée de l’école de La Cambre en Belgique présente sa recherche sur les peintures acryliques en dispersion aqueuse. Elle explique « Ces matériaux synthétiques relativement récents sont réputés pour leur stabilité aux rayonnement ultraviolets, leur bonne flexibilité à température ambiante, et sont généralement peu enclins à se craqueler. Cependant, des altérations de cohésion et d’adhérence on été constatées sur des œuvres peintes à l’acrylique, notamment sur la toile ». Dès lors elle se pose la question du (re)fixage de la matière. C’est par l’expression de ses expériences en laboratoire qu’Olivia Barani a partagé sa recherche. A partir de son travail sur la thématique du (re)fixage sur les peintures acryliques en dispersion, on note la difficulté d’intervention sur de telles matières, encore peu connues. Et on réalise la nécessité de développer les études scientifiques autour de ces médiums.

C’est ensuite, Héléna Bülow diplômée de l’ESA Avignon qui prend la parole. Elle présente son sujet de mémoire : « la conservation et la réinstallation d’une œuvres contemporaine complexe, évolutive et interactive : « Fichier Poïpoï de 1963 à maintenant. Un questionnement sur l’adaptation de la pratique du conservateur-restaurateur face à ce type de création ». C’est à travers l’exemple du traitement de l’œuvre de Joachim Pfeufeur Fichier Poïpoï de 1963 à maintenant qu’Héléna Bülow montre concrètement les difficultés et les principales interrogations de conservation, gestion et réinstallation posées lors du traitement d’œuvres contemporaines évolutives et interactives. Réalisé en 1994 en rapport avec un projet artistique crée en collaboration avec Robert Filliou, cette oeuvre est une installation constituée de 149 éléments différents et de 277 fichiers papier dont le nombre est exponentiel puisque l’œuvre est interactive et évolutive. L’installation dont son auteur Joachim Pfeufeur reste propriétaire, est en dépôt depuis 2003 au musée des Beaux-arts de Nantes. L’œuvre qui n’a jamais été présentée de la même façon est toujours installée par l’artiste lorsqu’elle est exposée au musée. Cette œuvre contemporaine pose des problèmes de réinstallation, documentation et traitement des éléments hétéroclites qui composent l’œuvre. Les difficultés quant au traitement de cette œuvre ont permis à Héléna Bülow de mettre en lumière l’importance du rôle du conservateur-restaurateur dans la documentation technique de conservation, de réinstallation des œuvres (surtout lorsque comme dans le cas de Fichier Poïpoï de 1963 à maintenant, l’artiste supervise chaque installation) mais aussi de la nécessité de son insertion dans la chaîne patrimoniale pour aider à une gestion quotidienne de ce types d’œuvres. Elle met également en avant la capacité du conservateur-restaurateur à être un médiateur entre l’institution et l’artiste pour réaliser des documents techniques utilisables au quotidien. De plus, elle précise qu’une connaissance sur un ensemble de matériaux afin de réaliser une première étude technique de hiérarchisation des risques et des traitements, est nécessaire. Enfin, la restauration nécessitant souvent l’intervention d’autres restaurateurs ou d’autres secteurs d’activité, le conservateur-restaurateur doit endosser le rôle de coordinateur afin de coordonner les interventions et de préserver une cohérence quant à l’esthétique de l’œuvre.

Vient ensuite une présentation sur « l’apport du numérique dans le cadre du projet de restauration de la tour de Nankin du Musée des Beaux-Arts de Rennes » proposé par la conservatrice-Rrstauratrice Marie-Cécile Cusson et le dirigeant Philippe Cusson. Dans cette étude il est question d’utiliser les possibilités numériques pour penser la reconstitution puis la restauration de la tour de Nankin. La tour de Nankin du musée des Beaux-arts de Rennes fait partie de la collection Robien. C’est une maquette de pagode chinoise en provenance de Canton (actuel Guangzhou) et daté de la fin du XVIIème siècle. Pour l’instant, l’objet se présente sous formes de pièces détachées. L’assemblage est composé de pièces complexes mais répétitives en bois, nacre et sous-verre. Le musée s’était donné pour mission de rendre compte de la conservation de la tour en la remontant numériquement, grâce à un logiciel de conception 3D, puis de proposer une restauration envisageable financièrement. La reconstitution virtuelle permettrait alors d’illustrer la technique de fabrication, de visualiser les pièces manquantes ainsi que les pièces cassées à restaurer mais aussi de proposer des hypothèses de reconstitution. Dès lors, le musée disposerait d’un support de communication visuel pour une recherche de financement, ainsi qu’un support de réflexion pour envisager une restauration. C’est avec le logiciel Solid Edge que l’équipe muséale aidée d’un ingénieur, a réalisé l’assemblage des pièces de la tour numériquement recréée. Ainsi la maquette a pu être présentée totalement remontée et plusieurs scénarios de restauration ont pu être envisagés. Allant de la restauration artisanale traditionnelle à la restauration minimale en passant par une restauration hybride, où pièces artisanales côtoieraient des pièces de technologie additive (impression 3D). Cette étude à permit de cerner les avantages qu’apporte l’outil numérique à la restauration. L’outil de modélisation a en effet facilité dans un premier temps la compréhension de l’objet. Car elle a permis de visualiser l’aspect d’ensemble de l’objet ainsi que des détails d’assemblages donnant des précisions sur son futur montage. Mais aussi de donner à voir dans un délais très court des volumes hypothétiques. Si l’outil numérique semble participer à la meilleure compréhension de l’objet ainsi qu’être un gain de temps pour les conservateurs-restaurateurs, Marie-Cécile Cusson tempère néanmoins son propos en affirmant qu’il est nécessaire de ne pas perdre de vue la matérialité de l’œuvre. Et que ces outils doivent être utilisés à bon escient.

Puis est illustré une « Etude historique et scientifique des pâtes à modeler, conservation-restauration des bustes d’Auguste Rodin » par les conservatrices-restauratrices : Héléné Bluzat, Agnès Cascio, Guylaine Mary. Cette présentation expose le détail d’une recherche concernant les pâtes à modeler utilisées par Auguste Rodin notamment pour ses deux bustes d’Hanako et Clemenceau. Les bustes datés du début du XXème siècle sont des œuvres en plâtre composé d’une grande part de pâte à modeler. L’objectif des restauratrices soutenues par le C2RMF et le ESRF (European Synchrotron Radiation Facility) était d’ identifier précisément la composition de la pâte à modeler, très peu étudiée jusqu’à présent et de comprendre ses processus de dégradation. Après une présentation historique de la pâte à modeler, aussi appelée commercialement Plastiline, dans l’histoire de l’art et chez Rodin, l’étude met en avant les aspects innovants concernant les méthodes scientifiquess utilisé pour l’identification des pâtes à modeler et leurs altérations. Puis, elles présentent un protocole de tests en atelier portant sur le nettoyage, le fixage, et le collage mis en oeuvre sur les bustes. La recherche a permis de déterminer la composition des différentes pâtes à modeler. Deux groupes principaux ont été identifiés. Le groupe 1 constitué majoritairement d’oléate de zinc, de sulfure natif et de charges minérales. Le groupe 2 est un mélange de paraffine et de matière grasse (comme des carboxylates) avec une charge, du carbonate de calcium. Les différences de compositions des pâtes à modeler génèrent des altération différentes et spécifiques telles que des retraits de matière pour le groupe 1 et des craquelures, écaillages et une épaisse couche noire en surface pour le groupe 2 (pâtes utilisées par Rodin).

Fait suite une réflexion sur le rôle du « restaurateur face à la matérialité des œuvres sur supports numériques »par Alexandre Michaan diplômé de l’INP spécialisé en photographie et multimédia. Dans le cadre se son mémoire Alexandre Michaan traite de la matérialité complexe mais réelle des œuvres sur support numérique. Après une introduction sur l’obsolescence technologique du dispositif employé pour transmettre l’œuvre ex : un ordinateur, il montre le lien certain qui lit l’œuvre à son dispositif. Puisque, enffet, l’une ne peut pas être présentée sans l’autre. Il soutient dans sa présentation que le conservateur-restaurateur doit modéré ces actions quant à la migration d’une œuvre d’un support vétuste à un nouveau ainsi que limiter la réactualisation car ces actions transforme l’œuvre.

Enfin c’est Claire Brière diplômée dans la spécialité « sculpture » de l’INP qui clôture la journée de conférences. Elle présente son intervention sur la sphinge dite « au parapluie », une sculpture d’extérieur en béton armé ainsi que sa recherche sur le contrôle de la corrosion des armatures métalliques par protection cathodique avec anodes sacrificielles. La Sphinge dite « au parapluie » est une épreuve en béton de chaux armé. Elle est conservée dans la cour de l’hôtel particulier de Lamarck à Paris. Son armature ferreuse s’est oxydée et a augmenté de volume provoquant l’éclatement du béton. L’œuvre était alors parcourues de fissures et plusieurs éléments étaient tombés. Dans ce cas, il s’agissait de stabiliser les éléments ferreux. Cependant les armatures ne pouvaient pas être traitées ou supprimées. L’auteure à donc entreprit des recherches sur le contrôle de la corrosion pour aboutir à une étude sur la protection cathodique avec anodes sacrificielles, technique qui a fait ses preuves dans le domaine de la restauration des monuments historiques. Néanmoins à différence d’échelle, le procédé nécessite d’adapter les traitements. Cette étude permet de révéler un procédé technique déjà utilisé, qui appliqué aux sculptures en extérieurs peut totalement être efficace pour prévenir de la corrosion.

Dans le cadre de la JERI, le samedi 19 février a été envisagé comme une journée de visites dans les musées de la ville de Rennes. Équipés de leur badge JERI, les participants ont pu visiter le FRAC Bretagne, le Musée des Beaux-Arts, et assister à une visite guidée des réserves du musée de Bretagne.

Le Programme de la JERI était très complet. Le public a pu assister à des présentations très diversifiées et sur des sujets d’actualité tels que les œuvres contemporaines ou à composantes numériques. L’enchaînement entre les six présentations a été bien mené, même si la journée très riche nécessitait une grande attention de la part de l’auditoire. Par ailleurs, le discours s’adressant à des initiés, toutes les subtilités des études n’ont pu être comprises notamment sur les questions scientifiques. Après une journée de conférences, l’organisation d’une journée de visites était la bienvenue et à permis au public de découvrir le patrimoine breton.

Une interview des organisatrices ICI

Les actes anciens  ICI

 


Une réflexion au sujet de « Un compte-rendu des JERI 2016 »

  1. Article intéressant et bien construit; je n’ai pas pu me rendre aux JERI, ce compte rendu m’a donc été très utile !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *