Reconstitution de lacunes par le moulage

Le moulage pour la reconstitution des lacunes en restauration de la céramique et du verre,

L’article d’ Hélène Blanpain publié sur ceROArt, résumé ici par Alicia Hidoud (L2 CR)

Introduction

La reconstruction des lacunes par moulage est une technique de comblement rapide et précise mais peut s’avérer dangereuse pour un objet si elle est mal exécutée. Il existe différents procédés et matériaux de moulage, cependant cet article se penche sur les procédés permettant la prise d’empreinte de zones ou d’éléments susceptibles d’être reproduits en restauration de la céramique et du verre. L’auteure cite le silicone comme étant le matériau d’empreinte le plus approprié de part sa précision et son faible taux de rétraction.

Procédés de moulage pour la reconstitution des lacunes

La technique de réalisation d’un moule est une opération délicate qui nécessite la succession de plusieurs étapes devant être exécutées avec précision. Un moulage est la réalisation d’une empreinte d’une forme visant à la reproduire. Il existe différents procédés de reconstruction de lacunes par moulage : comme prendre l’empreinte d’une zone identique de l’objet ou d’un objet similaire, prendre l’empreinte d’une ancienne restauration ou modeler la forme manquante dans un matériau intermédiaire et procéder à son moulage.On compte 3 grandes techniques de moulage employées pour effectuer une prise d’empreinte et une reproduction d’éléments :

– le moule ouvert en une pièce (une face du modèle n’est pas recouverte par le matériau)

– le moule fermé en une pièce (il permet de prendre l’empreinte de toutes les faces de l’élément à mouler)

– le moule fermé en deux ou plusieurs pièces (il est nécessaire lorsque l’élément à mouler présente plusieurs contre-dépouilles, quand il présente des zones fragiles, fines…)

Comparaison et conclusion

Dans le cas d’un comblement en résine époxy, le moule fermé en une pièce est le plus approprié. (annexe : tableau comparatif et récapitulatif)

Matériaux de moulage : gros plan sur le silicone

Silicone de condensation et silicone d’addition

Le silicone est un élastomère à structure minérale. On peut en avoir sous différentes formes avec différentes fonctionnalités. Le silicone élastomère RTV à deux composants (une base et un catalyseur RTV2) est le plus utilisé en moulage. On en trouve deux types : ceux qui polymérisent par condensation et ceux qui polymérisent par addition (annexe : tableau comparatif des RTV2)

Incompatibilité avec certains matériaux de moulage

– Le silicone est sensible à un apport d’humidité pendant sa polymérisation. (cela peut entraîner la formation de bulles de gaz)

– Le silicone d’addition est sensible à certains contaminants. (tels que les amines, le souffre et les sels organo-étains qui peuvent entraîner l’inhibition de sa polymérisation)

– Le silicone de condensation est plus sensible aux résines époxy. (ces dernières attaquent les moules en silicone et peuvent adhérer au moule ou modifier ses dimensions)

Caractéristiques générales

On compte deux grandes consistances de silicones : liquide (plus ou moins visqueux) ou dit putty, ayant la consistance d’une pâte à modeler (annexe : tableau comparatif entre silicones liquides et putty). On trouve aussi des silicones transparents avantageux en cas de comblement en résine époxy. Les proportions de base et de catalyseur sont variables et modifient les propriétés du silicone. Il existe plusieurs types de catalyseurs présentant des caractéristiques différentes et l’emploi d’un catalyseur, particulièrement utile lorsque plusieurs couches de silicone sont appliquées. On peut également ajouter des additifs au mélange pour en faire varier la consistance. (annexe : tableau récapitulatif des avantages et inconvénients du silicone RTV2)

Quelques critères de sélection pour le choix des procédés et matériaux de moulage

Trois grands facteurs peuvent influencer le choix du procédé et des matériaux de moulage :

– la nature et la consistance du comblement final ; la nature du matériau de comblement est également importante,

– la forme de l’élément à mouler,

– la nature de l’élément à mouler ; la matière des œuvres n’est pas toujours compatible avec les matériaux de moulage employés.

Conclusion

Dans la réalisation d’une intervention de moulage, il n’y a pas de systématismes, de nombreux critères de sélection doivent être mis en place pour s’adapter à chaque situation. Les trois grandes techniques de moulage employées pour la reconstitution de lacunes sont le moule ouvert, le moule fermé en une pièce et le moule fermé en plusieurs pièces. Elle peuvent être utilisées pour la réalisation de comblement, de la petite lacune sans décor à une grande reconstitution de formes et décors complexes. Le silicone s’adapte à tous les procédés de moulage employés en restauration ce qui fait de lui le matériau d’empreinte le plus courant. Cependant, son coût élevé incite à s’intéresser à d’autres matériaux d’empreinte, comme le latex, ou des produits similaires, comme la réalisation de prothèses médicales.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *