Archives de catégorie : ACTIVITE

Assises des métiers des musées

Assises des métiers des musées

18, 19 et 20 décembre 2017, à l’auditorium de l’INHA,

Les professionnels des musées, des administrations culturelles et les élus s’interrogeront sur l’évolution  des  pratiques, des formations et des carrières dans les musées d’aujourd’hui et de demain.

Illustration Assises des métiers des musées
Musée des Beaux-Arts de Lyon

A venir au Carré d’art / Nîmes

A l’occasion de l’exposition dossier sur les restaurations d’œuvres de la collection, Carré d’Art-Musée organise une journée d’étude sur la « Conservation et restauration de l’art contemporain ». Plusieurs conservateurs-restaurateurs agréés par l’Etat, interviendront sur les problématiques que posent les œuvres d’art contemporain en matière de conservation préventive et de restauration dans différentes spécialités : textiles, papiers, matériaux modernes et plastiques, supports numériques …

9h30  – introduction et présentation des intervenants


9h45 –  Le métier de Conservateur-restaurateur spécialisé « peintures ». Par Solenne Gout, Conservatrice-restauratrice du patrimoine, spécialisé en peinture

 

10h45 – Conservateur-restaurateur : présentation d’un poste pluridisciplinaire en institution muséale. Par Zoé Renaudie, Conservatrice-restauratrice des biens culturels, responsable de la conservation à la Collection Lambert en Avignon.


 11h45 – « La conservation-restauration à l‘épreuve de l’art contemporain : reconceptions et méthodologie ». Par Marc Maire, conservateur – restaurateur de biens culturels, coordinateur de l’Unité de Recherche Interdisciplinaire (URI-CR) Ecole Supérieure d’Art d’Avignon (ESAA) et Gaspard Salatko, enseignant en ethno – anthropologie (ESAA)


12h45 PAUSE DEJEUNER


14h15 – La conservation-restauration des œuvres photographiques
Par Estelle Rebourt,
conservateur-restaurateur du patrimoine spécialité « Photographies »


15h15 –  Gérer et conserver un Fonds d’art vidéo, Frac Occitanie Montpellier. Par Laetitia Thevenot-Piris, consultante indépendante en matière de gestion et conservation d’œuvre d’art vidéo ; chargée de production, collections et expositions au Frac Occitanie Montpellier.

16h15 – Conserver restaurer à l’ère de l’obsolescence technologique
Par Cécile Dazord, conservatrice du patrimoine, responsable du groupe Recherche – Art contemporain au C2RMF (Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France), spécialisée dans la problématique de l’obsolescence dans la conservation de l’art contemporain.


17h15-18h00 : suite et fin des questions

Salle de conférences. Niveau -1. Entrée libre dans la mesure des places disponibles

Journée d’étude sur la C-R de l’art contemporain: programme

CARRE D’ART / NIMES – Jeudi 23 Novembre 2017 à partir de 9 h30.

JOURNEE D’ETUDE « CONSERVATION  ET RESTAURATION DE L’ART CONTEMPORAIN »

A l’occasion de l’exposition concernant la conservation-restauration d’ œuvres du Carré d’art , celui-ci organise une journée d’étude consacrée à la « conservation et restauration de l’art contemporain ».


9h30 – 9h45 : ouverture et introduction du colloque

9h45 – 10h45 : Solenne Gout,   présentation de la profession de conservateur-restaurateur et la spécialité « peinture ».

10h45 – 11h45 : Zoë Renaudie, Collection Lambert, Particularité de la profession dans une institution et lien avec les métiers de cette même institution (commissaire, régie…).

11h45 – 12h45 : Marc Maire et Gaspard Salatko,  Ecole Supérieure d’Art d’Avignon, Conservation-restauration de l’art contemporain: méthodologie et recherche.

12h45 – 14h15 : pause.

14h15 – 15h15 : Estelle Rebourt, thématique sur la spécialité photographie.

15h15 – 16h15 : Laetitia Thévenot – Piris, thématique sur la spécialité vidéo et gestion du fonds video du FRAC Occitanie.

16h15-17h15 : Cécile Dazord, C2RMF, thématique sur la conservation préventive et l’obsolescence dans la conservation de l’art contemporain.

Conservator’s conference: Renovated, rebuilt, saved

Conservator’s conference: Renovated, rebuilt, saved – how they survived WWII. Conservation, preservation and prevention of items from the years 1939-1945

The Warsaw Rising Museum invites you to the „Conservator’s conference: Renovated, rebuilt, saved – how they survived WWII. Conservation, preservation and prevention of items from the years 1939-1945”

12-13 April 2018, Warsaw, Poland
Languages of the conference: Polish, English

Registration and abstract submission is now open.

Join us at a conference at the Warsaw Rising Museum on 12-13 April 2017, in Warsaw, Poland, exploring the challenges of the conservation and preservation of items from WWII.

Preserving items from WWII is often a challenging and demanding task for conservators and curators. Conservation and preservation of such items requires modern technologies but at the same time retaining some historical damages as witnesses of the past.

We encourage you to send proposals regarding, but not limited to, the following topics:
-research issues concerning the technology of manufacturing historical items from WWII
-case studies of challenging conservation treatments of WWII items
-challenges of preserving and exhibiting wartime items
-reception of the conservation treatment of wartime items by the museum visitors
-modern analytical techniques in examining the items from WWII

The deadline for submitting the abstracts is 20 December 2017.
Authors will be notified of the selection results by 31 January 2018.

Two day conference, over a dozen presentations in one of the best museums in Poland. We provide Polish-English and English-Polish translation to all participants.

Important dates and deadlines:
Abstract submission is open until 20 December 2017
Authors will be notified of the selection results by 31 January 2018
12-13 April 2018 conference at the Warsaw Rising Museum, Jan Nowak-Jeziorański Auditorium/Hall B Cinema Hall

more information here 
and conference Facebook Page:

For any queries, please contact at: konferencja2018@1944.pl

Des conférences mensuelles à Villeneuve-lez-Avignon

Pour l’année 2017-2018, la Conservation des musées du Gard continue son cycle annuel de conférences externalisées 1 heure / 1 œuvre , destinées à faire découvrir la diversité et la richesse des collections du musée d’art sacré du Gard, ainsi que des musées municipaux de Bagnols-sur-Cèze et Villeneuve-lès-Avignon. Ces conférences se focalisent sur une œuvre des collections ou sur un thème en rapport avec celles-ci. Ces conférences ont lieu le premier Dimanche du mois, d’Octobre à celui de Mai,  dans la salle de conférences de la Conservation des musées du Gard, à Pont-Saint-Esprit, et le Vendredi suivant au musée Pierre-de-Luxembourg à Villeneuve-lès-Avignon. L’entrée est gratuite dans la limite des places disponibles.

A venir: Vendredi 15 Décembre 2017 / 14h30 au Musée Pierre de Luxembourg à Villeneuve-lez-Avignon: Un masque rituel de chaman Inuit.

Programme de l’année ICI

Colloque APROA-BRK 2017

Choix et dilemmes en conservation-restauration

23 & 24 Novembre 2017

Avec le soutien de:

La conservation-restauration est une profession de choix successifs auxquels sont sans cesse confrontés les professionnels. Ces choix sont multiples et appartiennent à des domaines très variés, depuis la mise en œuvre d’un projet, le degré d’intervention possible ou le plus approprié pour chaque œuvre, jusqu’au choix des techniques et des matériaux à employer.

Parmi les choix techniques se pose le dilemme entre matériaux traditionnels et matériaux nouveaux. Peser le pour et le contre dans ces choix fait partie du quotidien du restaurateur, confronté à des recherches souvent très pointues, mais parfois trop peu explicites. Le recul par rapport aux produits « miracles » d’antan, aux effets parfois désastreux, met le restaurateur devant des choix difficiles.

Les choix éthiques sont tout aussi complexes. Le choix du traitement n’appartient pas toujours au seul restaurateur pour qui le traitement est avant tout déterminé par l’objet lui- même. Que se passe-t-il si les autres acteurs du projet font des choix différents : le donneur d’ordre, les services du gouvernement, l’architecte, le chef de la société dont le restaurateur dépend, la direction du musée ? D’autres arguments peuvent intervenir et doivent être évalués, comme la fonction de l’œuvre ou le changement d’usage, l’ampleur et la durée du traitement, le budget et les finances, le prestige de l’œuvre en question, les souhaits du propriétaire/client, la nature de l’objet (art qui n’est pas fait pour défier le temps, art éphémère ou périssable, installations temporaires).

A quels dilemmes sont confrontés les conservateur-restaurateurs aujourd’hui ? En quoi sont- ils différents de ceux du passé ? Que gagne l’œuvre avec certains choix ou que perd-elle ? Qu’implique par exemple le dégagement d’une polychromie originale, qui signifie aussi la perte irréversible des autres couches, et donc une partie de l’histoire de l’objet. L’enlèvement de surpeints ou d’ajouts ultérieurs sur des peintures ou des peintures murales est un acte irréversible. La suppression d’anciennes restaurations ou d’ajouts aux bâtiments ou objets d’art ne peut avoir lieu qu’une seule fois dans l’histoire de l’œuvre.

La prise en compte et la communication de ces choix et dilemmes de la part des professionnels de la conservation-restauration peuvent fournir l’occasion de réfléchir ensemble à ces actes essentiels qui doivent constituer la base de tout traitement.

PROGRAMMA / PROGRAMME

Choix et dilemmes en conservation-restauration / Keuzes en dilemma’s in de conservatie-restauratie

Brussel /Bruxelles, Auditorium Lippens, Koninklijke Bibliotheek / Bibliothèque Royale

Donderdag 23 november – Jeudi le 23 novembre 2017

9u Inschrijving en koffie / Inscriptions et café

9.45u David Lainé & Michael Van Gompen, Verwelkoming door de voorzitters BRK-APROA / Mot d’accueil par les présidents de l’APROA-BRK

Zittingvoorzitters / Présidents de séance : David Lainé & Michael van Gompen

10u Régis Bertholon, Analyser les enjeux et choisir les objectifs : le processus de conservation-restauration comme espace de discussion et base de décision (abstract)

10.30u Simone Habaru & Muriel Prieur, Le moindre mal? Traitement d ’un panneau peint suite à un choc climatique (abstract)

11u Marjan Buyle, Mission impossible? De conservatie van de muurschilderingen in de pastorie van Meerhout (abstract)

11.30u Christine De Herde, Restauration du carton de tapisserie ’Le martyre de saint Paul‘ de Pieter Coecke van Aelst. Plus de 18 mois d’intervention, jalonnés de choix et d’ajustements (abstract)

12u Broodjeslunch / Buffet sandwiches

Zittingvoorzitters / Présidents de séance:  Françoise Rosier & Judy De Roy

13u Eugénie Falise, Traitement des archives et gestion du nombre : l’exemple de la désinfection pour modéliser un processus décisionnel (abstract)

13.30u Johan Grootaers & Martijn Remmen, Antwerpse spreidselplafonds uit de 16de eeuw. Praktijkervaring bij restauratie-opties van beschermd en niet beschermd interieurerfgoed (abstract)

14u Eve Bouyer, Pourquoi choisir le non-illusionnisme? Sortir du dualisme esthétique/historique (abstract)

14.30u Koffiepauze / Pause café

15u Paula Cordeiro & Françoise Urban, Monument à Everaerd t’Serclaes: restauration ou copie? Un choix difficile (abstract)

15.30u Sara Mateu, What are we gluing here? Structural stability versus reversibility: the dilemma of the structural conservator of panel paintings (abstract)

16u Barbara Pêcheur & Fabian Rasson, Restauratie van de schilderingen van de Egyptische tempel in Antwerpen. Weinig opties, weinig marge (abstract)

16.30u Drink / Verre de l’amitié

———————

Vrijdag 24 november – Vendredi le 24 novembre 2017

9u Ontvangst en koffie / Accueil et café

Zittingvoorzitters / Présidents de séance: Marjan Buyle & Alain de Winiwarter

9.30u Isabelle Happart & Agnès Esquirol, Le Panorama de Waterloo: un défi de taille (abstract)

10u Emmanuelle Job & Françoise Boelens, Projet de réaffectation dans les bâtiments classés : quand restriction rime avec restauration. La maison Hap, un cas d’école (abstract)

10.30u Denis Bruyère, Conservation de l’authentique et lecture potentielle de l’origine. Le traitement particulier d’un cabinet William & Mary au château de Jehaye (abstract)

11u Koffiepauze / Pause café

11.30u Anoek De Paepe, Hoofddeksel met glaskralen uit Katanga van museumobject naar studieobject. Een evaluatie van drie verschillende methodes om gedegradeerde glaskralen te stabiliseren (abstract)

12u Isabel Garcia Gomez, Conserver ou effacer la trace dans la collection ethnographique. De la lecture des pages de vie de l’objet comme préalable de sa restauration (abstract)

12.30u Broodjeslunch / Buffet sandwiches

Zittingvoorzitters / Présidents de séance:  Linda Van Dijck & Pierre Masson

13.30u Lode Goukens, Life History of Artworks en de restauratiepraktijk (abstract)

14u Andreas Krupa, Reconstruction in conservation-restoration? Gloss and colour of the surfaces of a piece of furniture showing typical red mahogany aspect (abstract)

14.30u Cécile Mairy, L’Hôtel communal de Forest: enjeux d’une restauration ambitieuse. Des chiffres, des lettres, des notes (abstract)

15u Koffiepauze / Pause café

15.30u Barbara Van der Wee, Het Hôtel Winssinger in Brussel, gebouwd en verbouwd door Victor Horta. Het belang van het bouwhistorisch onderzoek bij de keuzes van de restauratieopties (abstract)

16u Proclamatie van de laureaat van de BRK-APROA Prijs / Proclamation du lauréat du Prix APROA-BRK

Voorstelling van het winnend project door de laureaat / Présentation du projet gagnant par le lauréat

16.30u Besluiten / Conclusions door / par Dominique Allard (Koning Boudewijn Stichting / Fondation Roi Baudouin)

17u Einde colloquium / Clôture du colloque

Inscription ICI

Programme complet  ICI

 

« Parlons en » au CICRP

Couleur sous lumière noire – Application du LEDµSF (spectrofluorimètre portable à LED) à l’étude des peintures anciennes,

Couleur sous lumière noire – Application du LEDµSF (spectrofluorimètre portable à LED) à l’étude des peintures anciennes

Par le Dr Aurélie Mounier

IRAMAT-CRPAA – Institut de Recherche sur les ArchéoMATériaux – UMR 5060 CNRS / Université Bordeaux Montaigne – Centre de Recherche en Physique Appliquée à l’Archéologie


23 Novembre 2017 – 13 h 30 / CICRP
Adresse : 21 Rue Guibal, 13003 Marseille
Téléphone : 04 91 08 23 39

NB : Le nombre de place étant limité, confirmer sa présence par courriel à l’adresse électronique suivante : info@cicrp.fr  


La fluorescence sous UV est depuis longtemps exploitée pour examiner les objets du patrimoine culturel, notamment pour révéler des repeints, des ajouts postérieurs ou les matériaux organiques. Récemment dans le cadre de nos recherches, elle a été utilisée pour localiser les traces d’anciens décors métalliques, aujourd’hui disparus, au sein des peintures murales médiévales.

Les spectrofluorimètres disponibles sur le marché ne permettent pas de travailler sur certaines œuvres fragiles du patrimoine (peintures de chevalet, manuscrits médiévaux,…) pour lesquels l’échantillonnage est interdit et leur déplacement vers les laboratoires, impossible. Un appareil portable à LED a donc été développé à l’IRAMAT-CRP2A1 en collaboration avec l’ISM2 pour l’identification des pigments et liants dans les peintures.

La légèreté, le caractère non invasif et mobile du LEDµSF3 ouvrent un champ d’étude important vers les objets de musée. La faible puissance des LED et la sensibilité de capteur  garantissent l’innocuité de la méthode à l’égard des objets fragiles. Dans le cadre de ce « Parlons-en », l’histoire du développement de ce nouvel outil sera illustrée d’applications (enluminures médiévales, estampes Japonaises…) montrant son intégration dans l’arsenal des méthodes d’analyse traditionnellement employées, dont elle est complémentaire en particulier pour l’analyse des composés organiques.


1 Institut de Recherche sur les ArchéoMATériaux, Centre de Recherche en Physique Appliquée à l’Archéologie, UMR 5060 CNRS – Université Bordeaux Montaigne, Maison de l’Archéologie, Esplanade des Antilles, 33607 PESSAC, France.

2 Institut des Sciences Moléculaires, UMR 5255 CNRS – Université de Bordeaux, Bâtiment A12, Université de Bordeaux, 351 Cours de la Libération, 33405 Talence.

3 Brevet déposé en France à l’INPI le 24/12/14 (FR 1463318) et extension à l’international le 23/12/15 (PCT/FR2015/053744).

« 23 tonnes » à la Biennale de Lyon: ce qu’en disent les médias

Des sons et des rythmes

A la Sucrière, […]. C’est la vidéo inhumaine qu’Hamid Maghraoui obtient en plaçant sa caméra sur une grue qui décrit un cercle : elle enregistre automatiquement un paysage ravagé par l’industrie.

Extrait de « 14e Biennale de Lyon : des songes et des sons branchés sur l’Univers », article paru dans Le Monde numérique le 19.09.2017.

L’art émancipateur

Moins dramatique, la vidéo de Hamid Maghraoui a un format vertical inhabituel. Les images ont été prises avec une GoPro posée sur le porte-à-faux d’une grue. Depuis ce nid de béton et de métal, à hauteur de nuages, on aperçoit au loin Avignon et ses abords, version contemporaine d’une peinture de paysage.

Extrait de « La Biennale de Lyon, une leçon d’évasion » , article paru dans LE TEMPS  le 29.09.2017.

« L’ Afrique des routes », à la croisée des chemins

« L’ Afrique des routes »             31 Janv. – 12 Nov. 2017              Musée du Quai Branly – J.Chirac  /  Lire ici

A vrai dire, « L’Afrique des routes » n’est plus à la croisée des chemins de l’histoire du continent africain. Elle a fait son choix en souhaitant résolument rompre avec une kyrielle de clichés et poncifs répandus à  propos de l’Afrique, qui en faussent la perception et la connaissance.  D’entrée  de  jeu, le visiteur est prévenu par  un avertissement   sans  frais  de  la  fausseté  de  nombreuses idées reçues et de l’obsolescence d’une terminologie encore en vigueur. Comme par exemple celles qui alimentent les notions de  primitivisme, d’ethnicité, de primarité et de l’isolement de l’Afrique. Du reste, il est recommandé de ne plus parler de l’Afrique, mais plutôt des Afriques.

L’exposition (dé)montre que depuis l’époque la plus reculée connue — environ 5000 avant JC — jusqu’à aujourd’hui, le continent africain n’a jamais été la contrée isolée et sauvage  si souvent stigmatisée comme telle. Les populations autochtones ont parfaitement su nouer des relations d’échanges – religieux, de savoir-faire, commerciaux, artistiques, stylistiques —  avec des voisins parfois même lointains, bien avant que les conquérants portugais ne débarquent sur les côtes africaines au milieu du XV ème siècle. Une quantité de documents très divers (cartes, écrits, photographie, dessins, etc.) témoignent de la création de voies de communication terrestres, fluviales, ou maritimes qui ont permis la circulation des biens et des personnes, de gré mais aussi de force.

L’un des grands mérites du parti-pris de l’exposition est d’y révéler une « agentivité »1 d’objets trop longtemps confinés à la représentation de la primitivité. Trop habituellement montrés ou perçus, plus ou moins consciemment, d’abord en tant qu’éléments significatifs de cultures sous développées ou curiosités pourvoyeuses d’exotisme, ils apparaissent ici sous un autre jour. Celui qui éclaire et met en exergue des faisceaux de relations auxquels ces artefacts participent et parfois dont ils occupent le coeur. De la sorte, ils échappent au sort et au dénuement de ces naufragés et épaves paraissant échoués sur des plages feutrées sans ressac, derrière les vitrines rutilantes aux lumières tamisées des temples de la diversité culturelle qui les détiennent comme otages du regard ethnocentré, seulement ethnoesthétique, doublé d’un fétichisme inculte et marchand, mais aussi comme apostrophes mutiques.

Le visiteur n’est plus convié seulement ou expressément à l’émoi de la fascination pour leur esthétique moderniste, leur étrangeté mystérieuse ou encore, pour un témoignage de notre antériorité civilisationnelle. Ce sont d’autres propriétés et valeurs – de fonctionnement, d’usage – de ces objets contributeurs d’un raffinement et une sophistication culturelles qui jurent avec les stéréotypes et les clichés encombrant encore beaucoup trop d’ imaginaires.

Le parti-pris est si efficace qu’on a le sentiment que tous les objets issus des cultures des autres autre-part ou disparues ne devraient plus être montrés autrement, dans la mesure où l’on possède suffisamment d’informations pour ce faire.

Sans détour et courageusement même, l’enjeu de l’exposition est aussi de pallier le manque cruel de visibilité de la part d’ombre de l’histoire coloniale, si peu glorieuse et parfois tellement sordide. La chronologie très succincte de la colonisation n’élude pas le trop longtemps occulté massacre de Thiaroye pendant le sommeil de tirailleurs sénégalais démobilisés, attendant la solde qui leur avait été promise dans un camp militaire non loin de Dakar, et qui fit 70 morts in fine selon le rapport du 5 décembre 1944 par le général Dagnan. En des temps de crise et de confrontation culturelle, identitaire, religieuse, martelées par les médias de masse, il n’est pas aisé d’ouvrir au grand jour des pages sombres de l’histoire nationale. C’est que les méfaits sanglants et d’une violence inouïe à l’égard de populations colonisées dont elles attestent, ne sont pas moins pires que ceux perpétrés par des terroristes se réclamant d’un Islam intégriste, extrémiste ou véritable.

La commissaire Gaêlle Baujean a truffé avec parcimonie le parcours d’oeuvres d’art moderne et contemporain afin qu’elles supportent la comparaison ou la confrontation avec les objets de l’autre, autre-part. Outre une résonance artistique,  elles peuvent être perçues aussi comme participant à la crédibilité d’une re-considération d’objets qui ont pu être infériorisés par la taxonomie muséale empreinte de la traditionnelle hiérarchie des productions artistiques. La plus remarquable d’entre elles – qui a suscité le plus de réactions d’incrédulité quand ce n’est pas de rejet catégorique si l’on en croît le livre d’or – est La réparation (The repair) de Kader Attia, appartenant aux collections du Centre Pompidou / Musée National d’Art Moderne. C’est un diptyque de 80 diapositives couleurs qui conclut l’exposition en montrant  de plein fouet sur un énorme  écran, des visages de gueules cassées par la Grande Guerre, juxtaposés à des ustensiles divers, tous ostensiblement et grossièrement recousus. La vision des têtes de ces « pauvres bougres » réchappés de la grande boucherie, véritablement scarifiés  et vilainement balafrés, est d’une brutalité telle qu’elle peut faire oublier la proposition de leur parallèle avec des objets exotiques réparés, voire même le sentiment de plénitude procuré par l’exposition. La radicalité choquante de l’oeuvre a peut-être été choisie à dessein, pour exhorter le visiteur à une vigilance au récit historique de la colonisation, et peut-être encore dans la perspective d’une réparation au moins symbolique de ses méfaits, dont l’ ostracisme  qui frappe encore la plupart des pays d’Afrique noire longtemps considérés comme dénués d’une histoire.

1 Le terme fait référence à l’agentivité d’Alfred Gell,  L’art et ses agents [Art and agency], Les Presses du Réel, 1998.

Journée d’étude sur la conservation-restauration de l’art contemporain.

CARRE D’ART / NIMES – Jeudi 23 Novembre 2017 à partir de 9 h.

JOURNEE D’ETUDE « CONSERVATION  ET RESTAURATION DE L’ART CONTEMPORAIN »

A l’occasion de la future exposition concernant la conservation-restauration d’ œuvres du Carré d’art , celui-ci organise une journée d’étude consacrée à la « conservation et restauration de l’art contemporain ».

Plusieurs   conférenciers   seront  annoncés  sous peu selon un programme à   paraître   bientôt.  Tous  les étudiants  de  la  mention conservation-restauration  de l’ESAA sont invités à réserver dès que possible leur place en ligne pour participer à cette  journée.

Participation et interaction dans l’art contemporain

Praticable. De la participation à l’interaction dans l’art contemporain

( Paris, 10 octobre 2017)

Comment concevoir des œuvres d’art réalisées avec l’implication physique de leurs spectateurs, des œuvres à même de provoquer des expériences esthétiques autant que pratiques ? Entre deux registres d’activité a priori opposés, la contemplation et l’usage, comment proposer une troisième voie : celle d’œuvres « praticables », constituées pour et avec l’action du public ? En s’appuyant sur le récent ouvrage Practicable. From Participation to Interaction in Contemporary Art édité chez MIT Press par Samuel Bianchini et Erik Verhagen, une quinzaine de contributeurs – artistes, historiens et théoriciens de l’art – reviendront sur cette problématique aussi bien historique qu’actuelle, de la naissance de la cybernétique aux dispositifs socio-techniques contemporains.

En partenariat avec l’EnsadLab, laboratoire de l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs – PSL University, Paris, La Chaire « arts et sciences » de l’École Polytechnique, de l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs – PSL, et de la Fondation Daniel et Nina Carasso et la Maison européenne des sciences de l’homme et de la société (MESHS-CNRS, Lille)

 Comité scientifique

  • Samuel Bianchini (EnsadLab – École nationale supérieure des Arts Décoratifs, PSL Research University)
  • Erik Verhagen (université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis)

Intervenants (sous réserve)

  • Samuel Bianchini (artiste et maître de conférences habilité à diriger des recherches, École nationale supérieure des Arts Décoratifs – PSL Research University)
  • Jean-Louis Boissier (artiste et professeur émérite des universités, université Paris 8)
  • Valérie Châtelet (architecte et urbaniste, docteure de l’Université Harvard)
  • Anna Dezeuze (historienne de l’art, enseignante à l’École Supérieure d’Art et de Design Marseille-Méditerranée in Marseille)
  • Jean-Paul Fourmentraux (sociologue, professeur des universités, université Aix-Marseille)
  • Marion Hohlfeldt (historienne de l’art, maître de conférences à l’université Rennes 2)
  • Frédérik Lesage (maître de conférences en information et communication à l’Université Simon Fraser, Canada)
  • Emanuele Quinz (historien de l’art et du design, maître de conférences à l’université Paris 8 et à l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs – PSL Research University)
  • Margit Rosen (historienne de l’art et curatrice au ZKM, Centre d’art et de technologie des médias de Karlsruhe)
  • Frederik Schikowski (historien de l’art, docteur de l’Université libre de Berlin)
  • Vanessa Theodoropoulou (historienne de l’art, enseignante à l’École supérieure des beaux-arts de Tours Angers Le Mans)
  • Peter Weibel (artiste et curateur au ZKM, Centre d’art et de technologie des médias de Karlsruhe)
  • Erik Verhagen (Historien d’art, maître de conférences habilité à diriger des recherches à l’Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis)

___

Informations pratiques

10 octobre 2017 – 9H-20H

Galerie Colbert, auditorium
Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne ou 6 rue des Petits Champs
75002 Paris

entrée libre

Pour en savoir plus : bit.ly/inha-JDE_praticable

Suzanne Hetzel expose au Musée Angladon

Le Musée Angladon, ancien Hôtel de Massilian datant du XVIII ème siècle et ayant appartenu à des amateurs d’art, propose l’exposition permanente d’une collection mise à disposition par les héritiers de Jacques Doucet. Outre les œuvres originales de très grands artistes des XIX ème et XX ème siècles rassemblées par le grand couturier parisien, la directrice du lieu, Lauren Laz, a laissé les coudées franches à l’artiste plasticienne Suzanne Hetzel pour investir le musée du 16 Septembre au 31 Décembre 2017. Artiste invitée en résidence  de Septembre 2016 à Septembre 2017, celle-ci « s’est inspirée de l’esprit profondément studieux des fondateurs du musée Jean et Paulette Angladon, artistes et collectionneurs»,(extrait du texte de présentation du musée). En témoigne son parti-pris d’intégrer ses productions (photographies, objets, installations) au coeur même de la muséographie pérenne: l’exposition s’intitule « Au premier, Au deuxième … (Installations de Suzanne Hetzel). »

S. Hetzel en travail de construction. © 2017 Artothèque Antonin Artaud / Marseille.

L’oeuvre de Suzanne Hetzel se compose principalement de photographies, de vidéos et d’autres objets divers. Ses travaux la conduisent à explorer les manières qu’a l’homme d’investir des lieux et à relever l’empreinte que ceux-ci  laissent sur lui, ses relations, sa langue, sa culture. Dans les images pourtant fixes qu’elle dévoile, apparaissent en filigrane des éléments mouvants, dynamiques, tels que des liaisons interpersonnelles et des connexions entre les choses sous l’emprise du temps, de la mémoire et de l’oubli. L’exposition se veut un tableau de chasse. Suzanne Hetzel montre ses captures d’un mobilisme que vanta déjà Héraclite en son temps. Il fut le chantre d’une représentation du monde où toutes choses changent et se meuvent perpétuellement, ces changements relatifs s’inscrivant dans l’unité de toutes choses.

Rappelons que Suzanne Hetzel vit à Arles et travaille à Marseille depuis qu’elle est diplômée de l’ École supérieure d’art et de design de la capitale phocéenne. Un certain nombre d’étudiants des deux mentions de l’ESAA n’ont certainement pas oublié sa prestation en tant que présidente du remarquable jury du Diplôme National d’Arts Plastiques de Juin 2016, composé aussi de la philosophe & artiste, Marjorie Caveribère, et du vénérable Hervé Giocanti. Celles et ceux qui sont encore  à l’ESAA, et les autres qui y sont entrés postérieurement, ne manqueront pas de courir au Musée Angladon pour y voir son travail plastique, et peut-être, revoir ou découvrir l’artiste en chair et en os lors de ses venues les 28 Septembre et 21 Décembre prochains.

Ouverture : du Mardi au Dimanche de 13 h à 18 h.

Visites commentées de l’exposition : Samedi 16 et Dimanche 17 Septembre à 15h.

Rencontres et discussions avec l’artiste : les 28 Septembre et 21 Décembre 2017 à 18 h 30.

Tarif unique 3€ – Gratuit – 25 ans

Accessibilité handicapés moteurs

Adresse : 5 rue Laboureur

Tél. public : 04.90.82.29.03 Site internet

Journée d’étude au MNAM

Le Magasin de Ben : une œuvre en perspectives. Une journée d’étude organisée dans le cadre du projet de recherche du Labex CAP, Écologie des collections. Nouvelles perspectives sur les pratiques muséales.

Mardi 12 septembre 2017,

Musée national d’art moderne

10h30 – 18h00

Contact : yael.kreplak@centrepompidou.fr

Ben, Magasin (1958-1973) © Museum Tinguely. Photo : Daniel Spehr.

Cette journée sera consacrée à l’œuvre Le Magasin de Ben, conservée au MNAM, qu’onabordera comme une pièce emblématique de la collection contemporaine et des enjeux soulevés par les œuvres dites complexes de la collection. En rassemblant, dans une logique interdisciplinaire, des professionnels du musée étant intervenus sur différents aspects de l’œuvre (sa conservation, son exposition, sa restauration, sa documentation…), des chercheurs et des professionnels de la conservation, il s’agira de rendre compte de la multiplicité des perspectives sur l’œuvre.

La matinée se déroulera en salle d’exposition, face à l’œuvre, avec des interventions des professionnels du musée ayant été impliqués dans les différentes étapes du travail sur l’œuvre. On reviendra ainsi sur le processus de travail, d’un bout à l’autre de la chaîne.

L’après-midi rassemblera des chercheurs et des professionnels de la conservation susceptibles d’apporter un éclairage complémentaire sur l’œuvre et les enjeux relatifs à sa conservation. La journée est ainsi conçue, dans son ensemble, comme un temps de travail, de réflexion et d’échanges collectifs sur l’œuvre et les pratiques de conservation.

* * *

PROGRAMME

Matinée, 10h30-12h30, en salle d’exposition En présence de : Sophie Duplaix (conservatrice en chef des collections contemporaines), Astrid Lorenzen et Lucille Royan (restauratrices), Odile Rousseau (documentaliste). Attention : la jauge étant limitée, la participation à la matinée se fera uniquement sur inscription, dans la limite des places disponibles. Rdv à l’entrée du personnel, au coin de la rue du Renard et de la rue Saint-Merri, à 10h15. Pour s’inscrire : yael.kreplak@centrepompidou.fr (avant le 9 septembre)

Après-midi, 14h-18h00, en salle Triangle. La salle Triangle se trouve en bas sur la droite de la piazza du Centre Pompidou, à côté de l’ascenseur rouge – l’entrée se fait directement par la piazza, pas par l’intérieur du Centre.

Entrée dans la limite des places disponibles.14h -14h45 : Lorenza Mondada (Université de Bâle). Manipuler avec précaution : coordination de l’action et attention aux détails lors du déplacement d’objets d’art. La présentation reviendra sur le montage de l’œuvre à Bâle, dans le contexte de la rétrospective de Ben qui s’est tenue au Musée Tinguely en 2015-2016. Elle s’appuiera sur des enregistrements vidéo du montage pour analyser l’organisation collective du travail et la coordination des différents participants.

14h45-15h30 : Yaël Kreplak (Fondation des sciences du patrimoine – Patrima). Quelle sorte d’entité matérielle est une œuvre d’art ? Le cas du Magasin. Cette intervention proposera une synthèse des observations effectuées au MNAM dans le cadre de l’ethnographie de la conservation des pièces contemporaines réalisée depuis 2015. En revenant sur les différentes étapes du travail sur Le Magasin et en rendant compte des différentes médiations qui constituent l’œuvre, il s’agira de réfléchir à la notion d’œuvre complexe.

15h30-16h15 : Isabelle Merly (ingénieur d’études, collections contemporaines, MNAM). L’étude préalable du Magasin. Isabelle Merly présentera le travail effectué ces dernières années sur Le Magasin à travers la réalisation de son « étude préalable », en revenant sur les modalités de réalisation et d’usage de cette documentation spécifique, qui se présente comme un inventaire et une analyse structurée de l’œuvre, et conçue comme un outil de travail collectif en vue de sa réinstallation.

16h15-16h30 : Pause

16h30-17h15 : Jean-Roch Boullier (conservateur chargé de l’art contemporain au Mucem) & Marie-Charlotte Calafat (adjointe au département des collections et des ressources documentaires du Mucem). Unités écologiques et installation : convergences théoriques et pratiques ? Cette intervention ouvrira la réflexion sur les enjeux de la conservation des œuvres complexes, à travers une comparaison entre les installations contemporaines et les unités écologiques conservées dans les collections du Mucem.

17h15 : Sophie Duplaix et Yaël Kreplak. Conclusion de la journée et ouverture de la discussion collective.

Hamid Maghraoui présent à la Biennale de Lyon 2017

Nous nous réjouissons de la sélection  d’une oeuvre récente de notre collègue enseignant et ami Hamid Maghraoui, 23 tonnes, par les commissaires de la 14ème Biennale de Lyon de 2017 qui a pour thème « les mondes flottants ». Elle sera exposée à partir du 20 Septembre 2017 jusqu’au 07Janvier 2018 à la Sucrière, à proximité d’oeuvres des trois artistes, Lara Almarcegui, Hans Harp et Hans Haacke.

Né en 1973 à Nîmes, vivant et travaillant entre Nîmes, Avignon et Paris, l’artiste plasticien Hamid Maghraoui est un observateur sagace de la quotidienneté et de la domesticité impliquant des objets banals en prise avec l’univers collectif. Il parvient à discerner des fragments de l’ordinaire pour les transcender en usant de l’insolite comme du paradoxe. Après avoir décortiqué et trituré subtilement  la trivialité du visible, il en extrait l’oracle d’un  insoupçonnable insu révélé par des figurations relevant toujours de la litote, parfois de la boutade ou encore de l’allégorie. Doté de cette clairvoyance déjà briguée par d’illustres précurseurs du surréalisme pour percevoir la face cachée des choses, Hamid Maghraoui lui, pourvoit une véritable anthropologie plastique de l’aliénation. En singularisant et fictionnalisant certaines formes audiovisuelles dans des configurations inaccoutumées, il s’est fait remarquer par sa mise à l’index de comportements consuméristes et mécanisés, notamment conditionnés par la toute puissance des médias de masse.

La vidéo perpétuelle et muette 23 tonnes (2016) présentée à la Sucrière, montre un panorama ciblé par un curieux ajour statique. Dans ce viseur au premier plan, un ciel cotonneux toujours changeant semble mis en joue : il défile par à-coups dans un sens puis dans l’autre.  Ce dispositif de visée indéterminé est un couloir en béton jalonné d’armatures métalliques qui jure avec l’organique du paysage. C’est que l’œil d’une caméra fixe et autonome a été placé au creux du contrepoids de 23 tonnes attenant à la flèche d’une grue de chantier. Sa mobilité axiale n’est perceptible qu’après sa visualisation mentale. Au gré des allers-retours pilotés par le grutier au travail, tel un balayage de scanner, une ligne de mire menaçante  insinue à 37 mètres de hauteur, l’inexorable emprise de l’urbanisation sur l’espace vital.

Avec ses instruments de capture, Hamid Maghraoui ose investir des perspectives et points de vue saugrenus pour en extorquer des visions qui brouillent les codes de détermination. Outre leur esthétique visuelle, les expédients et objets qu’ il  mobilise interloquent à  propos de la  perception de l’environnement spatial et social. Son travail recèle des rapprochements avec d’autres genres artistiques dont le regardeur peut prendre acte pour entrevoir et méditer une réalité qui n’est jamais restreinte ni astreinte,  mais multiple et transformable.

[ …] A la Sucrière, c’est le lac souterrain que l’on croirait, d’après sa couleur opalescente, né de la fonte d’un glacier, dans lequel Doug Aitken fait tomber du plafond des filets d’eau chantants. C’est la vidéo inhumaine qu’Hamid Maghraoui obtient en plaçant sa caméra sur une grue qui décrit un cercle : elle enregistre automatiquement un paysage ravagé par l’industrie. [ …] (extrait de l’ article du Monde du 19.09 par Emmanuelle LEQUEUXHarry BELLET et Philippe DAGEN)

« .