Archives de catégorie : Expositions

Un peu d’Afrique beaucoup à Paris

« L’ Afrique des routes »             31 Janv. – 12 Nov. 2017              Musée du Quai Branly – J.Chirac  Lire ici

Alexis Peskine • Le radeau de la Méduse • 2015

 

« Afriques Capitales »                 29 Mars – 28 Mai 2017            Grande Halle de la Villette        Lire ici

« Trésors de l’islam en Afrique »                                                 De Tombouctou à Zanzibar Institut du monde arabe          14 avril30 juillet 2017         Lire ici
image « Le nouvel atelier »                     26 Avril – 28 Août 2017            Fondation Louis Vuitton      Lire ici

« Ikonikat » expérimente le parcours visuel sur les images artistiques

Des chercheurs du CNRS ont mis au point une application qui permet d’étudier les différents comportements des regardeurs de tableaux. Le projet ikonikat (Ikonik Analysis Toolkit) ambitionne de découvrir ce que l’on perçoit face à une œuvre d’art. Du 22 mars au 26 juin 2017, l’application sera à disposition des visiteurs de l’exposition « Le Mystère Le Nain », au musée du Louvre-Lens.

Elle associe pour la première fois des sociologues et historiens de l’art en comportant deux colloques-ateliers (du 28 au 31 mars à Lille et à Lens, les 5 et 6 mai à Lens). Son point d’orgue est une expérimentation dans l’exposition, de l’application Ikonikat avec appareils d’oculométrie cognitive et tablettes qui mettent en œuvre le procédé sur sept tableaux des frères Le Nain.

Par des aller-retour successifs, les yeux des visiteurs passeront des peintures accrochées aux cimaises à leurs reproductions numériques sur une tablette, et vice versa ; puis avec leurs doigts, ils pourront cerner virtuellement les visages, tracer par frottement des lignes courbes ou droites avec un  gros trait rouge – un peu comme sur Snapchat pour les plus jeunes, ou sur Paint mais sans l’aide d’une souris pour les autres. L’objectif étant de permettre aux chercheurs de  mieux étudier  la réception des images artistiques.

Interface de l'application Ikonikat affichant le tableau Famille de paysans, de Louis Le Nain. © RMN-Grand Palais (musée du Louvre)/Jean-Gilles Berizzi/Julien Wylleman/Sarah Landel/Ikonikat
Interface de l’application Ikonikat affichant le tableau « Famille de paysans », de Louis Le Nain. © RMN-Grand Palais (musée du Louvre)/Jean-Gilles Berizzi/Julien Wylleman/Sarah Landel/Ikonikat

Les manipulations de chaque visiteur seront collectées par l’application, de même que leurs réponses à un questionnaire sociologique. Leur exploitation devrait permettre de vérifier si l’attention du public se porte réellement sur les éléments jugés les plus importants par les professionnels des musées et les historiens de l’art. Ou encore de comprendre de quelle manière le contexte social et culturel (visites en famille, groupe scolaire, etc.) ou l’ordre dans lequel les œuvres sont présentées, influence leur perception par les visiteurs. Par ailleurs, l’exposition sera la première consacrée aux frères Le Nain depuis plus de quarante ans.
Selon le commissaire d’exposition, Nicolas Milovanovic, « L’interdisciplinarité est encore rare en histoire de l’art et c’est une chance de pouvoir la mettre en pratique à l’occasion d’une exposition au Louvre-Lens ». Cette expérience devrait permettre « de mieux comprendre comment le public appréhende les œuvres, quels sont les cheminements du regard et comment mieux adapter aux différents publics le discours des conservateurs, des conférenciers et des médiateurs. »

Cette expérimentation renvoie au travail d’Amaël Rivoal-Mourelot, diplômée de l’INP en 2012 et à son mémoire « L’oculométrie cognitive ou la perception d’une image. Le cas d’une œuvre lacunaire : La vie de Saint-André, panneau peint catalan, fin XIIIème siècle (Paris musée des Arts décoratifs) présenté lors des JERI 2014. Gaelle Baudry, aujourd’hui diplômée de l’ESAA, avait fait alors un commentaire critique pour Semin’R, de « cette méthode expérimentale, comme une manière de pallier l’absence d’approche scientifique dans le choix de réintégration des lacunes pour la restauration des peintures ». […] « L’oculométrie cognitive est une technique permettant l’enregistrement du mouvement des yeux par un repérage en temps réel de la position du regard. Ce système capte la réflexion de rayons infrarouges envoyés sur la cornée oculaire. Les modes d’enregistrement varient mais dans le cas présent Amaël R-M a utilisé des lunettes dotées de caméras. Les informations récoltées permettent de connaître le temps de fixation d’un individu, le temps d’intérêt et le nombre de fixations par zone sur un support donné. On retrouve l’utilisation de cette technologie dans des études psychologiques, marketing, simulations virtuelles etc… Les usages sont nombreux et même une étude a été menée par la Tate Britain en soumettant à la perception du public deux types de restaurations (monochrome ou illusionniste). »

Du reste, le procédé  Ikonokat pourrait bien servir à d’autres applications de recherche. Le CHispa qui est soutenu par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR-13-JSH3-0006ANR ), est destiné à élaborer des outils numériques permettant d’exploiter des corpus d’archives et de manuscrits. En tant que projet expérimental, il prend appui sur des corpus particuliers d’archives  dont les ayants-droits ont accepté la mise à disposition pour la recherche. Le CHispa vise ainsi à développer des méthodologies pour faciliter l’exploitation, grâce aux outils numériques, des archives des écrivains contemporains. Dans ce  cadre CHispa poursuit également une recherche sur la valorisation par le numérique des Arts performatifs.

Lire aussi : « Ikonokat, un autre regard sur l’art »

 

A voir ou à revoir …

 

© Elodie Henaff / CDP29

Voyant, devin, tireuse de cartes, sorcier : ces mots convoquent immanquablement des images d’Épinal, depuis les sorcières du Moyen Âge jusqu’aux marabouts d’Afrique. Pourtant, les pratiques dites magiques n’ont pas disparu en France, en ville comme à la campagne. L’Abbaye de Daoulas s’associe avec le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Mucem) pour traiter de la magie et de la sorcellerie dans notre monde contemporain.

Conçue comme un retour sur nos représentations face aux incertitudes du présent et du futur, l’exposition invite à s’interroger sur notre propre position entre rationalité et croyance. Amulettes, supports d’envoûtement, films documentaires – ou encore la reconstitution du cabinet d’un célèbre voyant des années 70, Marcel Belline – matérialisent l’invisible et l’impalpable et nous plongent au cœur d’une autre vision du monde.

BONNE FORTUNE & MAUVAIS SORT AU CINEMA L’IMAGE DE PLOUGASTEL DAOULAS
En partenariat avec l’Abbaye de Daoulas, Le cinéma l’Image de Plougastel Daoulas, propose de septembre à décembre différents films à voir ou revoir en lien avec l’exposition Bonne fortune & mauvais sort. Magie, communication avec l’au-delà, pouvoirs magiques sont au programme.

Plus d’info dans le programme cinéma l’Image en téléchargement ci-dessous.


* CYCLE DES CROYANCES *
Cette année, trois de nos sites partagent en outre le même thème des
croyances. Vous êtes invités à cheminer depuis la foi bretonne du 16e siècle, catholique et préservée des contestations, avec Il était une foi au Château de Kerjean, jusqu’à ces petits arrangements avec le rationnel que raconte l’Abbaye de Daoulas et qui peuvent nous pousser chez les diseuses de bonne aventure ou à croire au mauvais sort. Le Manoir de Kernault, fidèle à son habitude n’en a pas fini de nous raconter des histoires, de celles qui sont peuplées d’êtres immortels, de vampires ou de fées avec Même pas peur ! Voyages dans d’autres mondes.

Chemins du patrimoine en Finistère

abbaye_de_daoulas_1

Une exposition monographique d’Hamid Maghraoui

Hamid Maghraoui* s’emploie  à façonner minutieusement et produire  des « oeuvres d’art » qui veulent interpeller ses congénères  à  propos  de  leur  perception  du   réel,  de ses représentations et de ses médiations. Son regard d’artiste y capte d’autres visions, y perçoit des sons, des images au-delà des apparences, insolites, insoupçonnées et qui bouleversent les codes de détermination. Afin de les saisir avec ses instruments de capture, la photographie et la vidéo sonore,  il entrevoit des perspectives et ose investir des points de vue complètement improbables mais Dresscode © Hamid Maghraoui pourtant banals. Finalement pour en transmettre les fruits, il utilise tout type de supports de l’image, qu’ils soient utilisés  dans l’univers collectif ou domestique.  Parallèlement à cette démarche et dans une configuration inaccoutumée, il présente des objets familiers dont il a enfreint l’artefactualité  et modifié la fonctionnalité originelles avec l’imagination farfelue d’un enfant qui (ré)invente et  (re)fait un monde à sa manière.

FRAC LR – photo P. Schwartz

Avec son troisième oeil, Hamid Maghraoui est un éclaireur indien qui lève le voile sur des évidences sous – jacentes, occultes, parallèles, en creux, capables de transcender la trivialité du réel. Le but étant d’en inverser les ressorts, d’en montrer la poésie et l’artisticité  ou encore d’autres composantes cryptiques qui semblent inépuisables. En messager de la Création, il vient révéler que la réalité n’est pas restreinte ni astreinte,  mais multiple et à produire ! Avec des objets du quotidien, il en fait la preuve en donnant des images à méditer à la portée de tous les regardeurs. C’est un art direct et désireux de les apprivoiser dans les lieux réservés et intimidants qui sacralisent l’oeuvre. Or, l’artiste ne livre-t-il pas de la sorte une confidence inavouable en laissant déceler « innocemment » une forme d’iconoclasme latent vis à vis de l’exposition et de l’art lui-même ?

Photo:  Les "sucettes" publicitaires vantent des images de magazines agrandies par l'artiste parce qu'elles ont été raturées à Dubaï par des préposés au contrôle de la décence. Comme au temps de la Contre-Réforme  et des repeints  de  pudeur apposés sur les peintures en Europe  dans le   courant  du  XVIème siècle, ce sont ici des traces énergiques de marqueur noir laissées à même le papier glacé des images, qui biffent  des parties de corps humain jugées trop dénudées. Or l'exposition propose avec malice un renversement sémantique de ces retouches graphiques: elles sont mises en exergue sur des détails photographiques comme pour exalter un habillage vestimentaire digne d'une véritable "griffe" de styliste.

 * H. Maghraoui est enseignant à l’ESA d’Avignon et un consultant  régulier de Semin’R.
Merci à Emmanuel Latreille, directeur du FRAC LR, dont le rôle décisif aura permis (enfin et très justement !) une exposition monographique de cette envergure, en fidélité et soutien à un jeune artiste installé sur le territoire.
DRESSCODE – Hamid Maghraoui
Du 10 mars au 14 mai 2016 au FRAC LR
Du 1 mars au 17 avril 2016 à la Chartreuse et à la Tour Philippe-le-Bel de Villeneuve-lez-Avignon

 

10 expériences de La vie moderne à la 13° biennale de Lyon

Moins de pièces  pour cette biennale au Mac et à la Sucrière  qu’il y a deux ans. Plus d’espace pour chaque oeuvre, plus de temps pour le visiteur de passer de l’une à l’autre. La rédaction de semin’R a particulièrement apprécié successivement, d’abord au MAC …

  • une installation du congolais Sammy Baloji qui se compose de :

The Album
Collages photos, 40 x 55 cm
Sculpture en métal, 400 x 550 cm

Hunting & Collecting
Livre d’artiste, 32 page, 37.5 x 31 cm
Impressions photos, dimensions variable
Photos d’archive

crédits photos © M.Maire 2015

Courtesy American Museum of Natural History, New York, and Royal Museum for Central Africa, Tervuren

BALOJI_02
crédits photos © M.Maire 2015

Au MAC de Lyon, Sammy Baloji érige une structure monumentale, une sorte de pergola métallique qui rappelle celle des dioramas des muséums d’histoire naturelle. L’artiste a récemment collaboré avec Chrispin Mvano, journaliste du Nord-Kivu  dévasté par la guerre sur un album contenant d’anciennes photographies coloniales prises par le commandant belge Henri Pauwels lors de son expédition au Congo entre 1911 et 1913. L’artiste s’en inspire pour rassembler, dans de nouveaux montages, des photos prises par Mvano que jouxtent ses propres clichés prises dans la ville de Goma. A côté, une quinzaine d’images et aquarelles reproduites à partir de la collection du Museum américain d’histoire naturelle de New York, retracent l’une des expéditions au Congo Belge du célèbre taxidermiste Carl Akeley, ainsi que les images de la construction du diorama destiné à accueillir « The Old Man of Mikeno », l’un des premiers gorilles naturalisés au monde.

crédits photos © M.Maire 2015
crédits photos © M.Maire 2015

Suivent un livre de 32 pages, contenant le dessin du parcours en Afrique du commandant Pauwels la carte réalisée par Chrispin Mvano et utilisée par Carl Akeley lors de l’une de ses expéditions en Afrique, ainsi que les dessins des études minéralogiques effectuées par la compagnie minière congolaise Gécamines. Sur le mur du fond, 371 noms d’organisations dédiées à la condition humaine.

crédits photos M.Maire
crédits photos © M.Maire 2015
crédits © Blaise Adilon
  • Un film en 3D de Cyprien GaillardNightlife, 2015, qui débute par la vision de la sculpture en bronze du Penseur de Rodin, endommagée par un attentat en 1970 à Cleveland, puis se termine  à Los Angeles et Berlin avant de retourner à Cleveland pour s’achever sur le seul des quatre chênes encore vivants qui furent offerts à Jesse Owens pour chacune de ses quatre médailles d’or aux Jeux Olympiques de Berlin en 1936. Une psalmodie lancinante et répétitive constitue la bande-son créée à partir des samples de deux versions de la même chanson d’Alton Ellis, mêlant le célèbre I was born a loser, tiré de la version Blackman’s World de 1969, et celle de la version de 1971, Black Man’s Pride, dont le refrain était entre-temps devenu I was born a winner. On retiendra particulièrement les images superbes d’arbres et de végétaux secoués par un vent en furie, et celles filmées à l’intérieur d’un feu d’artifice par une camera embarquée sur un drone.
crédits © Cyprien GAILLARD 2015

Soundtrack :
© BLACK MAN’S WORLD
Performed by Alton Ellis, (P) 1970 Sanctuary Records Ltd., a BMG Company, Courtesy of BMG Rights Management GmbH
Written and composed by Alton N. Ellis, published by Haka Taka Music, Courtesy of Melodie der Welt GmbH & Co. KG.
© BLACK MAN’S PRIDE
featuring the performance of Alton Ellis is licensed by Jamaica Recording and Publishing Studio Limited,
13 Studio One Boulevard, Kingston 5, Jamaica
Written and composed by Alton Ellis, published byThird Side Music o/b/o Jamrec Music,
Courtesy of Rückbank Musikverlag Mark Chung

Copyright Cyprien Gaillard
Courtesy de l’artiste et Sprüth Magers, Berlin

  •  Une oeuvre de Massinissa SelmaniSouvenir du vide, 2011-2015,  qui est un film d’animation projeté sur des cubes de papier calque translucide. Des images diverses aussi tragiques qu’humoristiques constituent une sorte de rébus indéchiffrable.
crédits © Blaise Adilon
  • Un cout métrage de Cecilia Bengolea et Jeremy Deller , Rhythmasspoetry, (Création Biennale 2015) qui ont collaboré pour la première fois pour parcourir ensemble l’agglomération de Lyon – ses quartiers périphériques, ses contrastes et sa diversité. IAprès qu’ils rencontrent Denis Trouxe, l’ancien adjoint au maire, chargé de la culture et du patrimoine à la ville de Lyon, Cecilia Bengolea compose avec lui un rap à la fois loufoque et sciemment caricatural.
    Rhythmasspoetry
    crédits © Cecilia Bengolea & Jeremy Deller

    Denis Trouxe accepte de l’interpréter dans sa villa cossue de Champagne-au-Mont-d’Or (une banlieue plutôt cossue de l’ouest lyonnais) – accompagné par Domy Caramel, Latys Shye et Sarah, trois danseuses de dancehall originaires de Vaulx-en-Velin, une banlieue « sensible » à l’est de Lyon. On a droit à un vidéoclip surprenant, qui rappelle le caractère suranné de ceux à petits moyens de chanteuses et chanteurs africains, et où se côtoient des représentants de classes sociales très peu enclins à se rencontrer dans la vie courante.

Courtesy des artistes et Art:Concept, Paris

  • Puis à la Sucrière,  une série de photographies de George OsodiOil Rich Niger Delta et Rois du Nigeria,
    crédits photos © M.Maire 2015

    qui réfèrent indirectement à l’exploitation du pétrole dans le delta du fleuve Niger, qui produit à la fois richesse et malheur . HRM Benjamin Ikenchuku Keaborekuzi 1, Dein of AgborLa série Oil Rich Niger Delta est constituée de deux cents images témoignant des dégradations de l’écosystème du fleuve et les conséquences de la pollution sur la population locale. Selon George Osodi, « le début du commerce du pétrole a signé le début d’un drame visuel » qui provoque pauvreté, corruption et violence.

    Ogoni Boy

    Pour la Biennale, l’artiste a souhaité inclure quelques-uns des cent portraits de sa série des Rois du Nigeria : le projet est destiné à montrer la complexité de l’histoire du Nigeria. iiiii_05

    Il se réfère au rattachement voilà cent ans des parties Nord et Sud du pays et souligne l’unité possible d’un pays pourtant déchiré par les attentats de Boko Haram et de nombreux conflits ethniques et religieux.

HRM Agbogidi Obi James Ikechukwu Anyasi ll, Obi of Idumuje Unor

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • la sculpture  d’Andreas Lolis,  Permanent Residence, (Création Biennale 2015). On s’attend à trouver une cabane faite d’un asemblage approximatif de  cartons et palettes en bois de SDF. Mais à proximité,  il s’agit de marbres précieux et sculptés à la perfection en trompe l’oeil. L’artiste grec joue du paradoxe en sculptant le marbre, matériau étroitement lié à l’architecture  et à la sculpture glorieuses de la Grèce antique, pour construire une structure précaire référant à la pauvreté et à la situation économique désastreuse de la péninsule héllénistique contemporaine.

Permanent Residence

Permanent Residence
crédits © Blaise Adilon

Courtesy de l’artiste et The Breeder, Athènes

  •  Un film d’animation de David Shrigley, Start/Finish, 2015,qui est une version modifiée du jeu d’arcade de Sega des années 80, Out Run. Le spectateur assiste à la conduite d’un pilote tenant un volant à deux mains, se maintenant sur une route où apparaissent soudainement des personnages réclamant vainement du secours. Pas question de s’arrêter et comme dit l’artiste: « Peut-être est-ce une réinterprétation de la parabole du Bon Samaritain », qui met en scène un voyageur, attaqué et laissé pour mort par des bandits sans que personne ou presque ne se préoccupe de lui…
Start/Finish
crédits © Blaise Adilon

Courtesy de l’artiste et Anton Kern Gallery, New York ; BQ Gallery, Berlin ; Stephen Friedman, Londres et Nicolai Wallner Gallery, Copenhague

  • Une installation d’Hicham Berrada, Mesk-Ellil, qui présente, dans une lumière bleutée, sombre, un environnement nocturne, une sorte de jardin botanique en clair-obscur où poussent du mesk-ellil ,
Mesk-ellil
crédits © Blaise Adilon

(« musc de la nuit » en arabe, « cestrum nocturnum » en latin, « jasmin de nuit » en français) dont la particularité est de s’ouvrir uniquement la nuit en libérant un parfum très intense. Cette installation inverse le cycle jour/nuit de la plante afin que les visiteurs puissent faire l’expérience olfactive et sensorielle d’un jardin de nuit, pendant les heures d’ouverture de la Biennale. La nuit (la vraie), lorsque la Biennale est close, un éclairage horticole permet aux plantes de rester en floraison et de bénéficier de la lumière du jour.

Courtesy kamel mennour, Paris

  • Une autre installation de Otobong NkangaWetin You Go Do ?, (Création Biennale 2015) composée de boules de béton de différentes dimensions, peintes en bleu et reliées entre elles par des cordages, tandis qu’une bande-son envahit l’espace. Otobong Nkanga dit utiliser sa voix et son corps comme medium de ses idées, qu’elle incarne dans des performances ou des installations. Ici, telles des planètes, les boules sont une sorte de raccourci des différents usages et valeurs culturelles que nous associons aux ressources naturelles. Trois boules diffusent chacune un monologue, créant une mélopée qui rebondit dans l’espace et crée de facto une sorte de dialogue.

Courtesy de l’artiste

crédits © Blaise Adilon
  • Un parcours non obligé proposé par  Kader Attia, Les oxymores de la Raison / Reason’s oxymoron, (Création Biennale 2015)

    S’il veut franchir le passage d’une salle à l’autre, le visiteur se retrouve face à un parcours labyrinthique composé de petits bureaux disposés en open space et tous dédiés à l’archivage et l’archive. Réparer l’irréparable est constitué de 18 vidéos qui alimentent un essai sur la pathologie psychiatrique telle qu’elle est perçue dans les cultures extra-occidentales traditionnelles d’une part, et dans les sociétés occidentales modernes d’autre part. Le visiteur peut visionner sur un écran dans chaque « station » du parcours, une série interviews de psychiatres, psychanalystes, philosophes, ethnologues, historiens, musicologues, de guérisseurs et féticheurs, de marabouts et griots, et même de patients, où alternent explications rationnelles et représentations irrationnelles de ce que l’Occident nomme la psychiatrie.  « L’œuvre s’intéresse particulièrement à la question de l’irréparable, inhérente à celle de la réparation, et interroge l’ambivalence de la psyché des sociétés modernes occidentales par rapport aux sociétés extra-occidentales traditionnelles. » (présentation de l’oeuvre sur le site de la biennale)

    Galleria Continua, Les Moulins

Les oxymores de la Raison
crédits © Blaise Adilon

 

 

 

 

 

L’art et la machine au Musée des confluences de Lyon.

art_machine_affiche_300Du 13 octobre 2015 au 24 janvier 2016, l’exposition“L’art et la machine” voudrait mettre en lumière les relations étroites entre le regard de l’artiste sur la machine et l’évolution des technologies industrielles et mécaniques, depuis les planches techniques de l’Encyclopédie au XVIIIe siècle, jusqu’, à l’ère électronique à partir de la fin du XX° siècle. 

Le compte-rendu est à venir.

AFFICHES DE CINEMA RESTAUREES A PERPIGNAN

L’Institut Jean Vigo est une cinémathèque euro-régionale établie à Perpignan  qui oeuvre pour la sauvegarde, la conservation et la transmission du patrimoine cinématographique. Sa collection compte plus de 56 000 pièces, dont un fond d’affiches de cinéma qui est le 3ème plus important de France.

Dans les grandes salles royales de la citadelle du Palais des Rois de Majorque, cette exposition met en lumière 38 affiches de cinéma d’origine française, mais aussi américaine, italienne ou allemande. Ces affiches ont toutes été restaurées et numérisées  par la Cinémathèque Française.

A  voir du 20 juin au 30 août 2015 au Palais des Rois de Majorque à Perpignan. Informations: 04 68 34 48 29. www.cg66.fr

Le Musée du Prado célèbre la restauration du « Calvaire » de Rogier Van der Weyden

Le Musée du Prado célèbre la restauration du Calvaire  de Van der Weyden (34 x 194 cmà l’occasion d’une  exposition unique. C’est en effet la première fois que sont réunis exceptionnellement les trois tableaux « qui peuvent être attribués en toute certitude  à la main de l’artiste », affirme Lorne Campbell, le commissaire de l’exposition et l’un des plus grands spécialistes mondiaux du peintre né Rogier de le Pasture à Tournai vers 1400, décédé Rogier Van der Weyden à Bruxelles en 1464, et qui n’a lui-même jamais possédé ces trois tableaux ensemble.

Miraflores

Les    deux   autres    tableaux     accompagnant   le  Calvaire     sont    le Triptyque de Miraflores (71 × 43 cm (x3))  offert par le roi Juan II de Castille à la Cartuja de Miraflores à Burgos,  propriété aujourd’hui de la Gemäldegalerie de Berlin,  et La descente de croix conservée (220 × 259 cm) au Musée du Prado, qui fut peint pour l’église de Notre-Dame de Louvain hors-les-murs sur commande de la corporation des arbalétriers, aux alentours de 1435 selon Lorne Campbell.

Confié par le Monastère de San Lorenzo du Palais de l’Escorial et après un processus de conservation-restauration commencé voilà trois ans avec le soutien de la fondation Iberdrola, le Calvaire, d’un poids de plus de 200 kg  principalement du à quatorze panneaux de chêne balte, peint entre 1457 et 1464, année de la mort de l’artiste, sera exposé au Prado à partir du 24 Mars.

Exposition au Prado du 24 mars 2015 au 28 juin 2015

contact :

museo.nacional@museodelprado.es
http://www.museodelprado.es
Tél. +34 902107077
Tél. +34 913302800
Fax +34 913302856

 » RENDEZ-VOUS au coeur de l’art, exactement « 

La galerie rue Visconti * est heureuse de vous inviter au lancement de la revue

RENDEZ-VOUS

en présence de Michel Nuridsany, rédacteur en chef, des auteurs et des artistes Le jeudi 5 mars de 18h à 22h : Lecture d’Annie Zadek de 19h30 à 20h Cette soirée inaugurera une exposition des œuvres de Carlos Kusnir, Lionel Sabatté et Claude Lévêque

Exposition du vendredi 6 au samedi 14 mars 2015 de 14h à 19h

On est artiste d’abord, puis on se spécialise dans le roman, la peinture, la musique, la chorégraphie, l’architecture. C’est sur cette idée que se fonde la revue « Rendez-vous ». Corollaire : l’envie ou la nécessité de troubler les genres, de les ignorer, de les transgresser pour mettre à vif ce que Henry James nomme « la folie de l’art ». Des artistes parlent donc d’autres artistes sans se soucier des frontières qui défendent une supposée intégrité de chaque territoire. Au-delà de l’actualité et des modes, voici donc un aujourd’hui autre. Au cœur de l’art, exactement. Michel Nuridsany PEINTURE Carlos Kusnir (enseignant à l’ESAA) « Buenos Aires Paris-Marseille » Dialogue avec Gaspar Noé, réalisateur Éric Fabre, galeriste, envoie une lettre de Bruxelles VIDÉO Lionel Sabatté « Dessins animés » Par Philippe Orrico, chef de quatre restaurants à Kowloon BD Adolpho Avril et Olivier Deprez « Après la mort, après la vie » Par Gustavo Giacosa, chorégraphe CINÉMA Vivianne Perelmuter « Le Vertige des possibles » Par elle-même DANSE Eric Arnal Burtschy « Ciguë » Par Michel Nuridsany, écrivain ARTS DE LA SCÈNE Yoann Bourgeois « L’Art de la fugue » Par lui-même MUSIQUE CONTEMPORAINE Yann Robin « Fterá » Par Alain Fleischer, réalisateur, photographe, écrivain RAP Eminem « 313 » Par Claude Lévêque, artiste LITTÉRATURE Pierre Guyotat « Joyeux animaux de la misère » Par Stanislas Nordey, metteur en scène Par Jacques Kebadian, cinéaste POÉSIE « Horoscope », inédit d’Annie Zadek

contact@rendezvousrevue.com

Parcours de l’Art 2014

parcours /processus une exposition d’étudiants et diplômés de l’ESAA

Dans le cadre de la 20e édition du Parcours de l’Art d’ Avignon, plusieurs étudiants de Master ou diplômés de l’ESAA exposent des œuvres, tous médias, conçues à partir d’une réflexion sur  la notion de parcours et de processus.

Drôles ou graves, interrogeant l’écrit, la matière, le corps et l’imaginaire, toutes ces pièces témoignent d’un art en train de se faire.

Etudiants-artistes : Margaux Berry, Aurélie Binet, Léa Barrier, Julie Larouer, Jessica Noris, Anais Sardou, Eve Woda.

Exposition au 4 au 25 octobre, du mardi au dimanche de 14h à 18h30 à l’Espace Vaucluse : Place de l’Horloge 84000 Avignon
Vernissage lundi 6 octobre à 18h30

Dans le cadre de parcours/processus, l’école vous convie à Open ESAA une rencontre avec les acteurs de l’ESAA : etudiants artistes, enseignants… mercredi 22 octobre 2014 à 18h

Exposition Jean LAUBE à Marseille

9 octobre – 27 novembre 2014
• Artistes :
Stéphane Bordarier,
Marie-Claude Bugeaud,
Didier Demozay,
Jean Laube,
Ulrich Wellmann,
• Vernissage: jeudi 9 octobre 2014
à partir de 18h en présence des artistes.
• Visites du mercredi au samedi
de 13h à 19h ou sur rendez-vous.
On annonce la couleur ! La galerie Béa-Ba ouvre ses portes avec des artistes que la peinture abstraite anime depuis longtemps. L’exposition Color Abstr(Act) relève de la volonté de présenter à Marseille, un ensemble de peintres dont l’acte abstrait s’accomplit dans et avec la couleur. Les œuvres de Marie-Claude Bugeaud, Ulrich Wellmann, Stéphane Bordarier, Jean Laube et Didier Demozay soulèvent toutes la question de l’occupation de l’espace, dans une peinture où le mouvement coloré est invariablement sujet au débordement et à l’expansion. Par la simplicité et la franchise des rapports chromatiques s’exprime une pensée de la fabrication du tableau.La couleur existe dans sa matérialité et s’appuie sur un geste élémentaire sans cesse recommencé. Loin de l’abstraction géométrique, chacun assume une sensibilité de la couleur.Déjouant alors ce qui fait les joliesses de la peinture, son artificielle séduction, les œuvres se confrontent ici directement à la réalité physique de la couleur afin que des surfaces éclosent des champs de tensions ininterrompus.Il s’agit d’affirmer, avec cette première exposition, notre volonté de galeristes de défendre la peinture abstraite aujourd’hui. L’usage que les artistes font de la couleur est un marqueur essentiel de la force de la peinture actuellement.
www.galerie-bea-ba.com
Balerie bea ba
Galerie Béa-Ba – Béatrice Le Tirilly et Barbara Satre
122 rue Sainte – 13007 Marseille (à 10 mn à pied du Métro Vieux Port)
tel : 09 67 25 68 89 Ouvert du mercredi au samedi de 13h à 19h ou sur Rendez-vous

Avignon / Exposition « Chef d’œuvre »

« Chef d’œuvre » 
une double exposition de   Léo Robin

 à Avignon :

Casa HAS – Poste Restante – Galerie MyArtGoesBoom
voir en pièces jointes l’article et la photo du lieu
5 bis Avenue du Blanchissage (à gauche juste avant le tunnel de Champfleury).

vernissage samedi 4 oct de 14 à 16h.
• à Nîmes:

Galerie MyArtGoesBoom
529 bis Chemin du Mas Baron.

vernissage samedi 4 oct à 18H30

Les deux expositions seront visibles 15 jours sur rdv 06 23 75 37 21

Léo Robin est étudiant en 4 ème année à l’école d’Arts de Nîmes. Il a participé à plusieurs expositions collectives et était responsable de la programmation de la galerie 16 qu’il tenait en plein centre-ville de Nîmes avec notamment une collaboration lors d’un workshop avec l’artiste/galeriste Alun Williams qui tient la Parker’s Box à New-York. Grâce à cette énergie et son engagement dans des projets culturels variés il est aujourd’hui président de l’association des étudiants de l’école.
Ses influences artistiques variées vont du Dadaïsme au Pop Art en passant par Fluxus. Ses médiums de prédilections sont le dessin, la peinture, l’installation, la vidéo et la photographie.
« Chefs d’œuvre » est une exposition de dessins dans laquelle Léo Robin nous invite à redécouvrir les grands classiques de la peinture sous une plastique nouvelle, et différemment charmante par le truchement d’un changement d’échelle, de technique et de support. Autrement dit une invitation à voir la copie comme une valeur ajoutée.
(Joris Brantuas)

Vous pouvez suivre la galerie MyArtGoesBoom en vous abonnant à sa chaîne YouTube
et sur Facebook :

A voir ou revoir cet été : conservation-restauration de « la garde civique de Saint-Adrien à Haarlem » du peintre Cornelis ENGELSZ

 

Affiche de l'exposition
Affiche de l’expositi

   Du 15 mars au 02 novembre 2014

Depuis 1895, date de son achat, le Musée des Beaux-arts de Strasbourg conserve une importante peinture de Cornelis Engelsz. (Gouda, 1574 ou 1575- Haarlem, 1650) montrant la Garde civique de Saint-Adrien à Haarlem. La toile degrand format (178 x 510 cm), porte le monogramme de l’artiste et la date de 1612.

Il s’agit de l’unique peinture de ce genre conservée dans un musée français. Malheureusement, elle a souffert au cours des vicissitudes de l’histoire : ne pouvant être déplacé, le tableau a été endommagé au moment du bombardement de 1944, et une restauration fondamentale a été nécessaire pour le présenter à nouveau au public.

Bénéficiant du mécénat de BNP Paribas, cette intervention, qui a débuté en 2008, en fait un des fleurons -ô combien spectaculaire- de l’ensemble des peintures nordiques du Musée des Beaux-arts de Strasbourg. Un dispositif pédagogique complète cette présentation et met en lumière les enjeux de la restauration.

Pour prolonger la réflexion autour de l’œuvre et de sa restauration, deux espaces sont présentés en vis-à-vis dans la Galerie Heitz : « L’atelier du peintre au XVIIe siècle » et « L’atelier du restaurateur au XXIe siècle » ; deux mondes opposés mais présents aux deux extrémités de l’histoire du tableau.

D’autre part, une grande reproduction de la toile avant sa restauration permet au public de confronter l’état ancien de l’œuvre à son aspect actuel et de révéler la somme du travail effectué. Des détails isolés permettent également de découvrir certains mystères de la composition.

Enfin, un film réalisé au cours de derniers mois permet d’assister à l’impressionnant transfert de cette toile monumentale depuis l’atelier du restaurateur jusqu’à son espace d’exposition, à la Galerie Heitz.

Commissariat : Dominique Jacquot, conservateur en chef du Musée des Beaux-arts.

texte de présentation du site

EXPOSITION « Objets restaurés, patrimoine exposé » au CNAM / Paris

objets_restaures_CNAM

Objets restaurés, patrimoine exposé.

Du mardi 29 avril 2014 au dimanche 21 septembre 2014.
Cette exposition-dossier met en lumière les missions de sauvegarde et d’étude des biens que le musée conserve et montre le travail des conservateurs et (conservateurs-)restaurateurs, réalisé en coulisse, sur les collections.
La présentation privilégie le volet documentaire pour expliquer  et les enjeux patrimoniaux et les techniques de conservation-restauration qui en découlent. Installée dans la salle d’actualités et au sein de l’exposition permanente, Objets restaurés, patrimoine exposé aborde le thème de la conservation-restauration autour de trois problématiques, avec des exemples concrets d’objets restaurés.
Une première partie expose les raisons de la restauration, ses objectifs et les examens préliminaires qu’elle implique ; sont ensuite évoquées la question de la spécificité du patrimoine technique et les différentes manières de restituer un objet technique dans son authenticité. La troisième cimaise fait le point sur l’environnement et la conservation préventive et rappelle leur rôle pour améliorer les conditions de vie des œuvres et retarder l’intervention sur l’objet. Les films diffusés dans la salle d’actualité et le reportage photographique mettent en scène les gestes des restaurateurs et des moments de vie dans les réserves du musée.
Le parcours dans l’exposition permanente continue l’exposition avec une cinquantaine d’objets, chacun documenté par un texte dévoilant la campagne de restauration accomplie.                                cliquer ici