Archives de catégorie : Rencontres

« Parlons en » au CICRP

Couleur sous lumière noire – Application du LEDµSF (spectrofluorimètre portable à LED) à l’étude des peintures anciennes,

Couleur sous lumière noire – Application du LEDµSF (spectrofluorimètre portable à LED) à l’étude des peintures anciennes

Par le Dr Aurélie Mounier

IRAMAT-CRPAA – Institut de Recherche sur les ArchéoMATériaux – UMR 5060 CNRS / Université Bordeaux Montaigne – Centre de Recherche en Physique Appliquée à l’Archéologie


23 Novembre 2017 – 13 h 30 / CICRP
Adresse : 21 Rue Guibal, 13003 Marseille
Téléphone : 04 91 08 23 39

NB : Le nombre de place étant limité, confirmer sa présence par courriel à l’adresse électronique suivante : info@cicrp.fr  


La fluorescence sous UV est depuis longtemps exploitée pour examiner les objets du patrimoine culturel, notamment pour révéler des repeints, des ajouts postérieurs ou les matériaux organiques. Récemment dans le cadre de nos recherches, elle a été utilisée pour localiser les traces d’anciens décors métalliques, aujourd’hui disparus, au sein des peintures murales médiévales.

Les spectrofluorimètres disponibles sur le marché ne permettent pas de travailler sur certaines œuvres fragiles du patrimoine (peintures de chevalet, manuscrits médiévaux,…) pour lesquels l’échantillonnage est interdit et leur déplacement vers les laboratoires, impossible. Un appareil portable à LED a donc été développé à l’IRAMAT-CRP2A1 en collaboration avec l’ISM2 pour l’identification des pigments et liants dans les peintures.

La légèreté, le caractère non invasif et mobile du LEDµSF3 ouvrent un champ d’étude important vers les objets de musée. La faible puissance des LED et la sensibilité de capteur  garantissent l’innocuité de la méthode à l’égard des objets fragiles. Dans le cadre de ce « Parlons-en », l’histoire du développement de ce nouvel outil sera illustrée d’applications (enluminures médiévales, estampes Japonaises…) montrant son intégration dans l’arsenal des méthodes d’analyse traditionnellement employées, dont elle est complémentaire en particulier pour l’analyse des composés organiques.


1 Institut de Recherche sur les ArchéoMATériaux, Centre de Recherche en Physique Appliquée à l’Archéologie, UMR 5060 CNRS – Université Bordeaux Montaigne, Maison de l’Archéologie, Esplanade des Antilles, 33607 PESSAC, France.

2 Institut des Sciences Moléculaires, UMR 5255 CNRS – Université de Bordeaux, Bâtiment A12, Université de Bordeaux, 351 Cours de la Libération, 33405 Talence.

3 Brevet déposé en France à l’INPI le 24/12/14 (FR 1463318) et extension à l’international le 23/12/15 (PCT/FR2015/053744).

Journée d’étude au MNAM

Le Magasin de Ben : une œuvre en perspectives. Une journée d’étude organisée dans le cadre du projet de recherche du Labex CAP, Écologie des collections. Nouvelles perspectives sur les pratiques muséales.

Mardi 12 septembre 2017,

Musée national d’art moderne

10h30 – 18h00

Contact : yael.kreplak@centrepompidou.fr

Ben, Magasin (1958-1973) © Museum Tinguely. Photo : Daniel Spehr.

Cette journée sera consacrée à l’œuvre Le Magasin de Ben, conservée au MNAM, qu’onabordera comme une pièce emblématique de la collection contemporaine et des enjeux soulevés par les œuvres dites complexes de la collection. En rassemblant, dans une logique interdisciplinaire, des professionnels du musée étant intervenus sur différents aspects de l’œuvre (sa conservation, son exposition, sa restauration, sa documentation…), des chercheurs et des professionnels de la conservation, il s’agira de rendre compte de la multiplicité des perspectives sur l’œuvre.

La matinée se déroulera en salle d’exposition, face à l’œuvre, avec des interventions des professionnels du musée ayant été impliqués dans les différentes étapes du travail sur l’œuvre. On reviendra ainsi sur le processus de travail, d’un bout à l’autre de la chaîne.

L’après-midi rassemblera des chercheurs et des professionnels de la conservation susceptibles d’apporter un éclairage complémentaire sur l’œuvre et les enjeux relatifs à sa conservation. La journée est ainsi conçue, dans son ensemble, comme un temps de travail, de réflexion et d’échanges collectifs sur l’œuvre et les pratiques de conservation.

* * *

PROGRAMME

Matinée, 10h30-12h30, en salle d’exposition En présence de : Sophie Duplaix (conservatrice en chef des collections contemporaines), Astrid Lorenzen et Lucille Royan (restauratrices), Odile Rousseau (documentaliste). Attention : la jauge étant limitée, la participation à la matinée se fera uniquement sur inscription, dans la limite des places disponibles. Rdv à l’entrée du personnel, au coin de la rue du Renard et de la rue Saint-Merri, à 10h15. Pour s’inscrire : yael.kreplak@centrepompidou.fr (avant le 9 septembre)

Après-midi, 14h-18h00, en salle Triangle. La salle Triangle se trouve en bas sur la droite de la piazza du Centre Pompidou, à côté de l’ascenseur rouge – l’entrée se fait directement par la piazza, pas par l’intérieur du Centre.

Entrée dans la limite des places disponibles.14h -14h45 : Lorenza Mondada (Université de Bâle). Manipuler avec précaution : coordination de l’action et attention aux détails lors du déplacement d’objets d’art. La présentation reviendra sur le montage de l’œuvre à Bâle, dans le contexte de la rétrospective de Ben qui s’est tenue au Musée Tinguely en 2015-2016. Elle s’appuiera sur des enregistrements vidéo du montage pour analyser l’organisation collective du travail et la coordination des différents participants.

14h45-15h30 : Yaël Kreplak (Fondation des sciences du patrimoine – Patrima). Quelle sorte d’entité matérielle est une œuvre d’art ? Le cas du Magasin. Cette intervention proposera une synthèse des observations effectuées au MNAM dans le cadre de l’ethnographie de la conservation des pièces contemporaines réalisée depuis 2015. En revenant sur les différentes étapes du travail sur Le Magasin et en rendant compte des différentes médiations qui constituent l’œuvre, il s’agira de réfléchir à la notion d’œuvre complexe.

15h30-16h15 : Isabelle Merly (ingénieur d’études, collections contemporaines, MNAM). L’étude préalable du Magasin. Isabelle Merly présentera le travail effectué ces dernières années sur Le Magasin à travers la réalisation de son « étude préalable », en revenant sur les modalités de réalisation et d’usage de cette documentation spécifique, qui se présente comme un inventaire et une analyse structurée de l’œuvre, et conçue comme un outil de travail collectif en vue de sa réinstallation.

16h15-16h30 : Pause

16h30-17h15 : Jean-Roch Boullier (conservateur chargé de l’art contemporain au Mucem) & Marie-Charlotte Calafat (adjointe au département des collections et des ressources documentaires du Mucem). Unités écologiques et installation : convergences théoriques et pratiques ? Cette intervention ouvrira la réflexion sur les enjeux de la conservation des œuvres complexes, à travers une comparaison entre les installations contemporaines et les unités écologiques conservées dans les collections du Mucem.

17h15 : Sophie Duplaix et Yaël Kreplak. Conclusion de la journée et ouverture de la discussion collective.

Journées européennes du patrimoine

Avignon 2017

le 14 Septembre

à la Salle des Fêtes de l’Hôtel de Ville de 9h à 17h30, : 3e Forum du Patrimoine – « Avignon, Jeunesse et Patrimoine ».

9h30 : ouverture du Forum par Mme le Maire..

Matinée : présentation des questions de liens entre les jeunes et les patrimoines, et exposés d’exemples réussis à Avignon et ailleurs.. Après-midi : deux ateliers participatifs. Atelier 1 : Pédagogie et médiations du patrimoine, présidé par Mme L. Abel Robert, Ajointe au Maire, Déléguée à la jeunesse, à l’Ecole et à l’Université. Atelier 2 : Les économies du patrimoine et la formation professionnelle, présidé par Mme I. Portefaix, Adjointe au Maire, Déléguée à la création d’emploi et d’activités économiques, à l’Economie sociale et solidaire, à la formation professionnelle.

les 16 & 17 septembre

Parmi les très nombreux lieux proposés à la visite, 5 suggestions de Semin’R :

L’Atelier Jean-Loup Bouvier, 9, rue du Ponant – 30133 Les Angles, 04 90 25 32 90 : Atelier de restauration de Monuments Historiques, sculpture statuaire et ornementale. Les 16 et 17/09 de 9h30 à 12h30 et de 14h à 18h30 : Visite libre ou guidée, l’Atelier Jean-Loup Bouvier excelle dans différentes techniques de restauration, de sculpture, de gypserie et de moulage, touchant toutes les époques de notre patrimoine. Gratuit.

Le Musée Vouland, 17 rue Victor Hugo, 04 90 86 03 79, www.vouland.com : Collection d’arts décoratifs (XVII e -XVIII e s.) et de peinture provençale. Jardin traversé par le Canal de Vaucluse. Les 16 et 17/09 :  de 14h à 19h : visite de l’exposition Hortus 2.0, art des nouveaux média. Une trentaine d’installations contemporaines, matérielles ou immatérielles, interactives ou génératives sur le thème du jardin, des relations entre l’homme et la nature (jusqu’au 1er/10 2017).- à 14 h 30 : Nature ?,  visite ludique en famille pour tous à partir de 7 ans (musée, exposition et jardin).- à 16 h 30 : Imagine un jardin, atelier pour tous à partir de 7 ans. Visite ludique  et atelier sur réservation.Tarif unique 2€ / Gratuit – de 25 ans

Le Palais du Roure réouvre ses portes, 3 rue Collège du Roure, 04 13 60 50 01 :  Ancien hôtel des Baroncelli de Javon (XVe-XXe s). Musée d’arts et traditions populaires et Centre de documentation ethnographique, provençale et arhcéologique.
– de 10h à 18h : Visites des expositions « Le Palais des Baroncelli – entre Provence et Toscane », travaux périscolaires de 2014 à 2017 ; et visite libre du 1er étage du musée.– 16/09 :. à 10h30 et 11h45 : visite guidée pour les enfants, du 2e étage du musée, par S. Dublange. Sans inscription, nombre limité à 15 enfants/visite. . à 11h30 : conférence Les travaux des restaurations du Palais du Roure de 2013 à 2017. Orientations, choix, difficultés, découvertes, par D. Repellin ou T. Bricheux, architectes des Monuments Historiques. Lancement du livret d’accompagnement des visites pour les 5-9 ans.. à 16h : inauguration des expositions.. à 16h45 : concert surprise dans la cour.– 16 et 17/09 : . à 10h30 et 11h45 : visite guidée pour les enfants, du 2e étage du musée, par S. Dublange.Sans inscription, nombre limité à 15 enfants/visite.. à 11h30 : conférence L’histoire du Palais du Roure à travers son architecture, par la Conservation.. après-midi : jeu de l’oie sur le Palais ouvert aux enfants. Sans inscription. Gratuit.

© Monuments Historiques / Martine Audibert

Les Bains Pommer, 25 rue du Four de la Terre : Etablissement de bains publics au style art-déo, véritable institution avignonnaise du début du XXe s racheté récemment par la Ville. Fermé depuis 1972, ce centre d’hydrothérapie avait été créé en 1892 par Auguste Pommer qui y recevait la bourgeoisie avignonnaise. Son établissement fut même fréquenté par Frédéric Mistral. Il a été classé monument historique en 1992. Gratuit.

L’École d’Avignon, 6 rue Grivolas, 04 90 85 59 82, www.ecole-avignon.com : Centre de ressources sur le bâti ancien, installé depuis 1983 dans l’hôtel du Roi René , né d’une ambition de caractérisation des compétences pour intervenir sur le patrimoine architectural. Se reporter à son site internet pour plus d’informations. Gratuit.

Accès à la déontologie : bilan et perspective des formations en France

Mercredi 17 mai 2017
Auditorium Colbert – 18h/21h

Le Comité national français de l’ICOM, acteur majeur de la réflexion sur la déontologie des musées, initie un cycle de débats méthodologiques sur l’accès à la déontologie.

Dans un cadre professionnel en perpétuelle évolution, de nombreuses questions émergent : ces formations sont-elles suffisantes ? Sont-elles adaptées à la diversité des profils ? Aux besoins des institutions ? Dans sa vie professionnelle, comment mettre en pratique au quotidien un enseignement académique ? Comment formaliser nos besoins en formation sur la déontologie afin d’y intéresser et de toucher le panel élargi des compétences nécessaires au fonctionnement d’une institution ?

Ces débats auront lieu en fin de journée, pour permettre aux professionnels en activité et aux étudiants d’y participer librement.

La première « Soirée déontologie », organisée en partenariat avec l’Institut national du patrimoine, se tiendra le 17 mai 2017 de 18h à 21h, dans l’auditorium Colbert, galerie Colbert, 2 rue Vivienne – 75002 Paris. Elle portera sur l’état des lieux des formations existantes en déontologie, forces et faiblesses du dispositif français.

Programme  ICI

Accès libre sur inscription ICI

Lieu de la rencontre ICI

Contact : icomfrance@wanadoo.fr

Accès à la déontologie : bilan et perspective des formations en France

Mercredi 17 mai 2017
Auditorium Colbert – 18h/21h

Le Comité national français de l’ICOM, acteur majeur de la réflexion sur la déontologie des musées, initie un cycle de débats méthodologiques sur l’accès à la déontologie.

Dans un cadre professionnel en perpétuelle évolution, de nombreuses questions émergent : ces formations sont-elles suffisantes ? Sont-elles adaptées à la diversité des profils ? Aux besoins des institutions ? Dans sa vie professionnelle, comment mettre en pratique au quotidien un enseignement académique ? Comment formaliser nos besoins en formation sur la déontologie afin d’y intéresser et de toucher le panel élargi des compétences nécessaires au fonctionnement d’une institution ?

Ces débats auront lieu en fin de journée, pour permettre aux professionnels en activité et aux étudiants d’y participer librement.

La première « Soirée déontologie », organisée en partenariat avec l’Institut national du patrimoine, se tiendra le 17 mai 2017 de 18h à 21h, dans l’auditorium Colbert, galerie Colbert, 2 rue Vivienne – 75002 Paris. Elle portera sur l’état des lieux des formations existantes en déontologie, forces et faiblesses du dispositif français.

Programme : bientôt disponible

Lieu de la rencontre ICI

Inscription avant le 15 Mai  ICI

Un entretien de Jean-Pierre Cometti avec Eric Mangion.

Cet entretien date de 2011.

EM. Vous êtes un des rares philosophes à fréquenter régulièrement des artistes contemporains, et même à enseigner dans une école d’art, comme à traduire de nombreux textes théoriques sur l’art, et pourtant vous estimez que ce n’est pas à la philosophie de légiférer sur l’interprétation et l’identification de l’art, pas même sous la forme d’une métacritique. J’y vois là un grand paradoxe. D’autres s’en chargent, non ?

JPC. La position des philosophes est ambiguë. L’intérêt qu’ils portent à l’art est toujours plus ou moins empreint de leurs démangeaisons propres, à quoi il faut ajouter leur propension à se donner l’avantage d’un accès privilégié à ce qui retient leur attention. Comme si toute chose recelait un sens qu’il s’agissait de déceler, de recueillir, et comme si la philosophie en était spécifiquement chargée. Mes intérêts, si j’en ai, ne sont pas de cette nature. Ce qui m’intrigue, c’est la manière dont les pratiques artistiques, et toutes sortes d’autres pratiques, sont investies d’un sens, identifiées et légitimées au regard de nos croyances et des institutions qui les orchestrent. En un sens, il n’y a pas d’art ; ce qu’il y a, ce sont des pratiques qui répondent à des conditions données et se voient accorder un sens et un statut particulier, distinct, même si elles communiquent, bien entendu, avec une multitude d’autres pratiques autrement cataloguées. L’ontologie, de ce point de vue, est toujours de trop. Ces conditions sont sociales ; en ce qui nous concerne, elles vont de pair avec le statut d’autonomie que l’art a acquis dans nos sociétés. Pour moi, la question est donc plus de savoir ce qui fait l’art et en même temps ce qu’il fait, plutôt que ce qu’il est. Il se peut que la philosophie y contribue, au même titre que d’autres facteurs culturels ; quant à statuer sur l’art, je ne crois pas que cela ait beaucoup de sens pour la philosophie, De quoi pourrait-elle se recommander ? Mais puisque vous parlez de « métacritique », je dirais que le type de réflexion que je crois praticable doit s’appliquer à la critique – la critique d’art, dans ce cas – en ce qu’elle participe de ce que j’appelle les « facteurs d’art »1 . La critique se situe au point d’insertion des pratiques artistiques dans l’espace public, c’est-à-dire de leur identification et de leur reconnaissance. Mais elle entre en relation, pour ne pas dire en concurrence, avec d’autres instances, ce qui devrait l’obliger à en prendre la mesure et à en tirer les conséquences. Le type d’analyse que cette situation permet d’entrevoir est d’ordre métacritique. Il relève des perspectives que j’ai évoquées il y a quelques instants, mais il concerne tout autant la critique elle-même que la philosophie. Une chose me paraît sûre : il existe une priorité de la critique sur la philosophie. Quelles que soient les options de cette dernière, elle ne peut pas faire l’économie d’une réflexion sur ce que la critique met en jeu, c’est-à-dire sur ce qui fait l’art, dans des conditions dont la critique patentée est partie prenante.

EM. Dans votre prochain ouvrage Art et facteurs d’art, vous évoquez justement l’évolution de ces « facteurs d’art ». En quoi ont-ils évolué et en quoi réduisent-ils l’autonomie ontologique de l’art ? Je pense notamment à ces « modalités pragmatiques et performatives impliquées dans l’identification et la reconnaissance auxquelles les oeuvres doivent leur statut » que vous évoquez.

JPC. L’autonomie artistique est un produit contingent de l’histoire. Elle coïncide avec l’émergence de ce que Peter Bürger appelle l’ « institution art », dans sa Théorie de l’avant-garde.2 Elle relève, en un sens, d’une manière d’être, indissociable de ces « facteurs d’art » auxquels j’ai fait allusion. Mais pas seulement de ces institutions que sont le musée, l’exposition, etc., comme on pourrait trop aisément le croire. Il y va des dispositions et des standards mobilisés sur le plan de la perception, des représentations et des croyances auxquelles elles se conjuguent, et bien entendu des dispositifs techniques qui y entrent selon des modalités diverses. C’est l’une des raisons pour lesquelles l’art et notre rapport à l’art ne jouissent qu’en apparence d’un statut autonome. Les croyances – et les théories – qui créditent l’art d’un tel statut (ces croyances sont présentes au sein des mouvements artistiques eux-mêmes depuis le romantisme notamment) reposent sur la transposition, à l’échelle des œuvres et des pratiques – et bien entendu de l’expérience esthétique – des conditions constitutives (d’un point de vue historique et social) d’un art séparé, c’est-à-dire de la constitution, dans le champ social, d’un domaine séparé d’activités, de productions et de comportements crédités de fins et d’une valeur propres. John Dewey, dans son livre de 1932, L’art comme expérience, en a établi le diagnostic. Sa notion d’expérience permet non seulement de comprendre en quoi l’art, que ce soit sur le plan de la production ou de la réception, s’inscrit dans un champ de dispositions et d’activités beaucoup plus large que ce que recouvre ordinairement le concept d’ « expérience esthétique », mais elle possède aussi cette vertu de placer sous un autre éclairage l’art et les pratiques artistiques comme telles, y compris là où elles se voient attribuer une signification autonome. Grosso modo, elle consiste notamment à réinscrire l’art et notre rapport à l’art dans le temps et dans le contexte plus large de nos interactions avec notre milieu, naturel, culturel et social. Ce rapport au temps ou à l’événement dont l’expérience est indissociable s’oublie dans la tendance à fixer dans des propriétés attribuables à des objets les caractéristiques qui en émergent ou en font partie. À cela tient le privilège des objets, et à cet égard il en va de l’art comme de tout le reste, bien que le paradigme de l’œuvre en illustre le parachèvement. Si vous substituez au concept d’art ou au concept d’œuvre celui d’expérience, vous changez complètement de sujet. Vous ne vous posez plus les questions irritantes et inutiles de ce qu’est une « œuvre », de ce qui la qualifie comme telle du point de vue de ses propriétés ou de ce qui en fait la valeur intrinsèque. Vous prenez davantage en considération ce qui a lieu, dans les conditions où cela se produit, et en pensant que vous n’avez aucune raison, hormis nos habitudes, d’en dissocier les objets qui semblent en recueillir toutes les vertus. Bien entendu, ce que je suggère ici pose toutes sortes de problèmes sur lesquels je ne m’attarderai pas, mais je ferai une dernière remarque en pensant à l’intérêt que vous portez vous-même à la performance. L’expérience, au sens de Dewey — c’est-à-dire de ce qui entre à un moment donné dans un champ d’interactions — correspond exactement à ce que nous appelons une performance en art. Mais nous aurions tort de faire de la performance un genre ou quelque chose comme cela. La performance ou l’expérience sont la dimension sous laquelle il y a ou peut y avoir « œuvre », selon l’usage ordinaire de ce mot. C’est à cela que renvoient les « modalités pragmatiques et performatives » auxquelles vous faisiez allusion.

1 Art et facteurs d’art, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012 (à paraître). 

2 Peter Bürger, Théorie de l’avant-garde, trad., Paris, éd. Questions théoriques, 2012 (à paraître).

La profession de conservateur-restaurateur en question

Journée d’étude « Conservateur-restaurateur : une profession en questions » (annoncée le 08/03/17)

La section fédérée Provence-Alpes-Côte d’Azur de l’Association générale des conservateurs des collections publiques de France (AGCCPF) et la Fédération française des professionnels de la conservation-restauration organisent, en partenariat avec les Archives municipales de Marseille, une journée d’étude consacrée aux enjeux de la reconnaissance de la profession de conservateur-restaurateur.
Au-delà des interventions menées couramment (conservation préventive, curative et restauration), des missions d’expertise, conseil, études préalables, recherche appliquée ou encore assistance à maîtrise d’ouvrage sont de plus en plus recherchées auprès des conservateurs-restaurateurs.
Malgré le rôle clé qu’ils peuvent être amenés à jouer dans la chaîne patrimoniale, les conservateurs-restaurateurs pâtissent d’un manque de reconnaissance professionnelle officielle (absence de postes dans les institutions, la fonction publique et territoriale ; inscription du domaine de la restauration dans la liste des métiers d’art).
. Quels sont les freins à cette reconnaissance et quelles en sont les conséquences pour la conservation des biens patrimoniaux ?
. Qu’en est-il dans les collections muséales, les archives, les monuments historiques ?
Ces questionnements viendront alimenter cette journée thématique.

Informations pratiques : 
L’inscription est obligatoire auprès de l’AGCCPF PACA.
Pour plus d’informations, veuillez contacter Laura Ribeiro, secrétaire :
agccpfpaca@free.fr / 06 34 04 02 72.

Consulter le pré-programme

Télécharger la fiche d’inscription

 

Restauration et remploi.

Journée d’étude : « Restauration et remploi »

Main Guard, achevé en 1674, Clonmel (Ireland) (exemple de remplois d’éléments romans dans des édifices élevés au XVIIe siècle en Ireland selon la recherche menée par Rachel Moss)

Type : Journée d’étude
Date : mercredi 24 mai 2017
Lieu : Ecole nationale des chartes, salle L. Delisle

Journée d’étude des doctorants du centre Jean-Mabillon (École nationale des chartes) en collaboration avec l’École pratique des hautes études.

Le centre Jean-Mabillon (École nationale des chartes) organise, en partenariat avec l’École pratique des hautes études, une journée des doctorants le 24 mai 2017. Cette journée est destinée à rassembler des doctorants français et étrangers afin qu’ils partagent leurs idées et leurs recherches autour d’un thème général qui sera, cette année, « Restauration et remploi ».

Présentation

Arnold Esch a proposé en 1998, dans un article consacré au reimpiego, de distinguer dans les objets archéologiques l’Überleben, la simple survie matérielle d’un objet, d’une ruine, et la Nachleben, véritable vie après la vie « par transformation continuée »[1] des vestiges du passé. Ces notions sont probablement importables – moyennant quelques adaptations – dans l’ensemble des disciplines historiques qui s’intéressent aux enjeux et aux formes de la mémoire : que ce soit l’histoire (politique, des idées, etc.), l’histoire de l’art et l’archéologie, ou la philologie et la littérature.

Dans la vie et la survie des objets, des documents, des idées, des œuvres du passé, on peut distinguer deux types d’intervention humaine. D’une part, l’homme a tenté, à plusieurs moments de son histoire, de retrouver et sauver les traces du passé qui subsistaient, que ce soit par des « fouilles archéologiques » ou par l’exploration d’archives, de manuscrits, de bibliothèques. Au sein de ces manœuvres de « sauvetage » des vestiges du passé, les opérations de restauration constituent un moment important et délicat, tant d’un point de vue technique que d’un point de vue déontologique. Il n’en reste pas moins que la restauration a participé, dans la majeure partie des cas, à la survie, l’Überleben des objets du passé. D’autre part, nombreuses sont les traces (matérielles ou textuelles) du passé qui ont trouvé une nouvelle vie (une Nachleben) au cours de leur voyage à travers le temps, notamment grâce à la pratique du remploi. Bon nombre d’édifices anciens ont pu servir de « carrière de pierres » aux époques ultérieures. Il ne manque pas dans les écrits historiographiques d’exemples d’intégration de matière plus ancienne (servant quelques fois à la réécriture de l’histoire). Enfin, on ne connaît pas de littérature qui ne soit faite de remplois (qu’il s’agisse de citations, de plagiats, de réécritures, etc.).

Au cours de cette journée d’étude, nous aimerions réunir des doctorants de domaines différents (archéologues, historiens de l’art, historiens, philologues, littéraires) autour d’une réflexion concernant ces deux pratiques, restauration et remploi, et les produits qu’elles ont pu engendrer jusqu’à nos jours.

Définir les pratiques

Dans la perspective d’ouvrir une discussion méthodologique, nous aimerions poser la question des définitions de ces deux pratiques et des débats qu’elles impliquent. Qu’est-ce que la « restauration » ? Quels sont les enjeux de sa définition ? Quels peuvent en être aujourd’hui les principes ? Doit-on tout restaurer ? Qu’est-ce que le remploi ? Quelle est la valeur symbolique de ce geste ?

Il pourrait être utile de poser également la question de la proximité de ces pratiques qui participent toutes deux d’un regain d’existence offert aux objets auxquels elles s’appliquent : dans quelle mesure remploi et restauration sont-ils liés ? Une restauration est-elle un remploi ? Et, inversement, le remploi pourrait-il être compris comme une « restauration partielle » de l’œuvre ?

Définir les « produits »

Un autre obstacle méthodologique est celui de la définition et du statut des objets issus de ces pratiques. Le résultat de chacun de ces processus est un objet qui présente une certaine complexité. Un vestige du passé soumis à un travail de restauration subit une modification. Quant à la matière (concrète ou textuelle) remployée, elle s’insère dans un nouveau contexte, elle évolue. Comment ces produits ont-ils été perçus dans le passé ? Comment les analyse-t-on aujourd’hui ?

Cerner les enjeux de ces pratiques hier et aujourd’hui

Enfin, nous aimerions proposer une ouverture dans la réflexion sur ces objets, touchant plus particulièrement à l’interprétation des gestes de restauration et de remploi. À quelles fins a-t-on restauré dans le passé ? À quels desseins restaure-t-on aujourd’hui ? Quels ont pu être les enjeux du remploi jadis? Ont-ils servi une idéologie ? Ont-ils répondu à un besoin d’actualisation, de mise à jour ? Ou ont-ils simplement satisfait au nouveau goût contemporain ? Et aujourd’hui ?

Modalités de soumission et contact

La journée d’étude est ouverte à tout doctorant ou jeune docteur, quelle que soit son école ou université de rattachement, désireux de participer à cet événement.

Les propositions de communication d’une page maximum sont à envoyer à l’adresse suivante je.doctorants.enc.ephe.2017@gmail.com jusqu’au 15 mars 2017, accompagnée de quelques mots-clés et précisions vous concernant (doctorant/jeune docteur, école/université, laboratoire, sujet de recherche). La réponse du comité scientifique sera notifiée dans le courant du mois d’avril.

Télécharger appel à communication

[1] Esch Arnold, « Reimpiego dell’Antico nel Medioevo : la prospettiva dell’archeologo, la prospettiva dello storico », dans Ideologie e pratiche nel reimpiego nell’alto Medioevo. Atti della Settimana di studio del Centro italiano di studi sull’altt Medioevo (Spoleto, 16-21 aprile 1998), Spolète, coll. « Settimane di studio del Centro italiano di studi sull’alto Medioevo », 46 (1999), 2 vol., t. I., p. 77-78.

Journée du groupe ICOM-Métal (France)

Journée ICOM Métal France 2017 sur le site de l’INP à Aubervilliers.

20 Janvier 2017

Programme prévisionnel

8H45-9H00 : Accueil des participants

9H00-9H10 : Mot d’accueil, présentation du programme

9H10-9H30 : Bilan récapitulatif de l’ICOM Metal 2016, New Delhi par Elodie Guilminot

9H30-10H00 : Exemple d’une collaboration fructueuse entre restaurateurs et scientifiques : « la corrosion soufrée des alliages cuivreux archéologiques à partir du cas du dépôt de l’âge du bronze de la Motte » par le CREAM, Luc Robiola et Celine Remazeilles

10H00-10H30 : Objets composites – Etudes scientifiques et exemples de traitement

10H00

Céline Remazeilles et al. « L’épave Lyon Saint-Georges 4, un composite grand format »

10H10

Aline Michel et al. « Conservation préventive d’objets composites : le cas des boîtes de conserve dans les collections »

10H20

Romain Jeanneret et al. « Entre innovation et tradition : La conservation-restauration du trésor de l’Abbaye de St-Maurice »

10H30-11H00 : Pause

11H00-12H : Objets composites – Cas des objets dorés

11H00

Cristina Chiavari. Projet Européen sur les bronzes dorés

11H20

Caroline Thomas et Dominique Robcis. Présentation des journées de la dorure au C2RMF

11H30-11H50 : Objets composites – Exemples

11H30

Michaela Florescu. « Conservation et restauration du Carrosse de Paul Arzens (musée des Arts et Métiers, en dépôt à la Cité de l’Automobile) : une œuvre composite, entre patrimoine automobile, design et sculpture contemporaine »

11H40

Alejandra Balboa. « Etude préalable à la restauration : « sin titulo b/3 », de Cristina Iglesias, appartenant au CAPC musée d’art contemporain de bordeaux. »

11H50-12H20 : Discussion et bilan de la session « Traitement des objets composites »

12H20-14H00 : Pause déjeuner

14H00 : Exemple d’une collaboration entre restaurateurs et scientifiques : « Le labcom LETRIP (Laboratoire d’Etude des Traitements et Revêtements Innovants pour le Patrimoine) : association d’un laboratoire public de recherche et d’une entreprise privée de conservation restauration » par Delphine Neff

14H15-16H00 : Les métaux décorés – Etudes scientifiques et exemples de traitement

14H15

Piero Baglioni ou Rodorico Giorgi. « Utilisation des gels en restauration »

14H55

Solenn Reguer et al. « Développement de stratégies de protection d’objets métallique peints : cas des collections scientifiques et techniques »

15H10

Françoise Mielcarek. «Exemple d’intervention sur un objet métallique décoré »

15H20

Loretta Rossetti. « Objets d’Art islamique à base fer »

15H30

Annick Texier et Carol Dusfour (LRMH) « Etude pour la restauration de tableaux peints sur aluminium de Nicolas Untersteller »

15H40

Charlotte Rerolle. « Altérations par des composés organiques volatiles des vaisselles de bidriware au musée Islamique de Sharjah, UAE »

15H50

Sabine Brechbühl (Bern, Suisse) « Des monnaies corrodées ensemble- comment les rendre lisibles ? »

16H00

Philippe DeVivies (A-Corros). «After Olympia : quand rouille et couche picturale se mélangent… »

16H10-16h30 : Pause

16H30-17H00 : Les métaux décorés – Exemples

16H30

Julie Sutter. « Exemples de restauration de couches picturales sur support métallique »

16H40

Ryma Hatahet. « Problématiques de réintégration colorée sur des objets design en métal peint. Le cas d’un objet de design contemporain présentant une peinture mate et unie sur alliage ferreux tubulaire et plat »

16H50

Olivier Morel « Interventions sur des sculptures de Not Vital »

17H00-17H30 : Discussion et bilan de la session « Restauration des métaux décorés »

Table ronde sur la restauration

 

Paris, INHA, Mercredi 7 décembre 2016
Table ronde sur la restauration
Revue de l’art – n° 194 – 2016

La Revue de l’Art, revue scientifique internationale consacrée à l’histoire de l’art occidental du Moyen Âge à nos jours (éditions Ophrys), organise une table ronde sur la restauration, à l’occasion de la sortie de son numéro spécial annuel, le mercredi 7 décembre à 18 h, Salle Giorgio Vasari à l’Institut national d’histoire de l’art, 2 rue Vivienne, 75002 Paris.

Paris, Orphys, n° 194/2016-4, 126 pages.
9782708014565
€ 25,00

Sommaire

Éditorial

  • Pierre Curie, La restauration, ou l’illusion de la permanence

Notes et Documents

  • Marie-Louise Sauerberg, Chronique des restaurations du Portrait de Richard II à l’abbaye de Westminster
  • Michel Hérold, Jean Hey peintre sur verre ? Le vitrail des Popillon à la collégiale de Moulins : bénéfices d’une restauration
  • Alexandra Gérard, Agathe Jagerschmidt, Yannick Vandenberghe, La restauration du Saint Georges d’Abbeville. Entre archives, analyses et histoire de l’art
  • Vincent Jolivet, La forêt des soupçons : la montagnola de Ferdinand de Médicis à Rome, entre réalités et fictions
  • Colette Di Matteo, Guillaume Kientz, La Galerie des Carrache au Palais Farnèse. De sa création à la restauration de 2013-2015
  • Larry Keith, Le Christ dans la maison de Marthe et Marie de Velázquez. Décoloration et restauration
  • Roberta Cortopassi, Frédéric Dassas, Frédéric Leblanc, La console de Bercy ou l’équilibre retrouvé
  • Pascal Labreuche, Marques et inscriptions apposées au revers des supports picturaux à l’occasion de restaurations
  • Isabelle Cahn, Christian Chatellier, Alix Laveau, Isolde Pludermacher, Le Remords sauvé de l’oubli. Un tableau de Louis-Marie Baader restauré au musée d’Orsay en 2016
  • Isabelle Cabillic, Brève histoire du nettoyage des peintures en France dans la première moitié du XXe siècle
  • Pierre-Antoine Gatier, Matériaux de la modernité et conservation d’une architecture éphémère
  • Nora W. Kennedy, Peter J. Mustardo, Orientations actuelles de la restauration de photographies

Bibliographie critique

Illustration de couverture : Louis-Marie Baader, Le Remords, 1875, huile sur toile, Paris, musée d’Orsay (détail). Tests d’allégement du vernis.

Réponse souhaitée auprès de Laurence de Pémille – 01 47 03 85 50

Table ronde

Paris, INHA, 7 décembre 2016
Table ronde sur la restauration
Revue de l’art – n° 194 – 2016

La Revue de l’Art, revue scientifique internationale consacrée à l’histoire de l’art occidental du Moyen Âge à nos jours (éditions Ophrys), organise une table ronde sur la restauration, à l’occasion de la sortie de son numéro spécial annuel, le mercredi 7 décembre à 18 h, Salle Giorgio Vasari à l’Institut national d’histoire de l’art, 2 rue Vivienne, 75002 Paris.

Réponse souhaitée auprès de Laurence de Pémille – 01 47 03 85 50

Séminaire au Musée du Quai Branly « ECOLOGIE DES COLLECTIONS »

SEMINAIRE « Ecologie des collections. Nouvelles perspectives sur les pratiques muséales »
musée du quai Branly-Jacques Chirac, 218 rue de l’Université, 75007 Paris

  • 3 novembre 2016,
  • 8 décembre 2016,
  • 19 janvier 2017,
  • 2 mars 2017,
  • 6 avril 2017,
  • 4 mai 2017,
  • 8 juin 2017.

La séance de janvier aura lieu le jeudi 19, 14h-17h
Salle de cours 1 (sauf séance 2, salle de cours Auvent, et séance 3, salle de cours 2)
Organisation : Tiziana Beltrame, Frédéric Keck, Yaël Kreplak
Contacts : belletrame@gmail.com, frederic.keck@quaibranly.fr, yael.kreplak@gmail.com
Séminaire organisé avec le soutien du Labex CAP
Argumentaire
Partant du constat d’un intérêt de plus en plus partagé aujourd’hui pour ce qui relevait des coulisses des institutions muséales, ce séminaire voudrait explorer l’hypothèse suivante : après les temps de la création et de la réception, désormais largement étudiés, s’impose la prise en compte d’un temps intermédiaire, celui de la conservation, comprise au sens large comme l’ensemble des pratiques d’étude, de valorisation et de préservation des objets des collections. Fondé sur le dialogue entre chercheurs (anthropologues, sociologues, historiens, philosophes) et professionnels (conservateurs, restaurateurs, documentalistes, archivistes, régisseurs), ce séminaire sera ainsi l’occasion d’esquisser les contours d’une nouvelle approche de l’institution muséale, caractérisée par une sensibilité aux pratiques concrètes – d’exposition, de documentation, de stockage, de restauration, de médiation. Au fil des séances, par des études de cas et dans une démarche comparative, il s’agira d’apporter un éclairage particulier sur les enjeux actuels auxquels sont confrontés les institutions muséales dans la gestion de leurs collections en mettant en œuvre une approche écologique, sensible aux relations entre les œuvres, les personnes, les infrastructures et les environnements. Chaque séance sera structurée autour de deux présentations, qui seront commentées par deux ou trois discutants, dans une perspective interdisciplinaire, avant une discussion plus large avec les participants du séminaire.
Programme (sous réserve de modifications)
Séance 1.    03/11/16
Ecologie des collections papier
Intervenant.e.s : Christine Jungen (LESC), Franck Leibovici (Archives Michaux)
Discutant.e.s : Mica Gherghescu (Bibliothèque Kandinsky / Centre Pompidou), Yann Potin (Archives Nationales) et Clothilde Roullier (Archives nationales)
Séance 2.    08/12/16 – La séance aura lieu en salle Auvent
La biosécurité dans les laboratoires et les musées : vers une écologie de la conservation
Intervenants : Frédéric Keck (LAS / musée du quai Branly), Morgan Meyer (Agro Paris Tech /LISIS)
Discutant.e.s : Sophie Houdart (LESC), (en cours de programmation)

Séance 3.    19/01/17- La séance aura lieu salle de cours 2, de 14h à 17h
Objets et avatars : autour de l’environnement numérique
Intervenants : Philippe Charlier (UVSQ), Christophe Moulhérat (MQB)
Discutants : Jérôme Denis (CSI), (en cours de programmation)
Pas de séance en février

Séance 4.    02/03/17
Autour de « Petite philosophie du constat d’état » (Cometti, 2016) : matérialité et intentionnalité
Intervenant.e.s : Yaël Kreplak (EHESS / CAP), Gaspard Salatko (EHESS)
Discutant.e.s : Arnaud Dubois (Musée des arts et métiers), Stéphanie Elarbi (MQB), PatriciaFalguières (EHESS)
Séance 5.    06/04/17
La conservation en pratiques : nouveaux regards sur les activités professionnelles
Intervenantes : Léonie Hénaut (CSO), Mélanie Roustan (MNHN)
Discutant.e.s : Etienne Anheim (EHESS), Sophie Duplaix (MNAM) (sous réserve)

Séance 6.   04/05/17
Ethnographie des musées d’ethnographie
Intervenantes : Tiziana Beltrame (LESC), Margareta von Oswald (EHESS / Humboldt Universität)
Discutants : (en cours de programmation)
Séance 7.   08/06/17
Bilan de l’année

Rencontre thématique au CICRP « Parlons en « 

La restauration du tableau  du Martyre de Saint Paul attribué à  Boeyermans, dans la restauration des grands formats d’Aix-en-Provence

Jeudi 10 Novembre 2016 : 13 h 30

par

  • Jean Fouace, responsable du pôle scientifique au CICRP ;
  • Brigitte Lam, conservatrice du patrimoine ;
  • Thierry Martel et Danièle Amoroso, conservateurs-restaurateurs du  patrimoine ;
  • Nicolas Bouillon, ingénieur d’études au CICRP
http://cicrp.info/wp-content/uploads/2016/10/Theodor-Boeyermans_Le_martyre_de_Saint_Paul_ensemble_face_apr%C3%A8s_restauration_photo_E.-Hubert.jpg
Theodor Boeyerman, Le martyre de Saint Paul, Ensemble face, après restauration – Photo : E. Hubert

L’année 2016 aura vu la fin de la restauration du tableau attribué à Boeyermans, Le martyre de Saint Paul de 5,53 m x 3, 58 m, commencée en 2014 par Danièle Amoroso et Thierry Martel. Cette œuvre, destinée à reprendre place dans l’église de la Madeleine d’Aix-en-Provence, a été attribuée tour à tour à Boeyermans, Gaspar de Crayer et même Rubens.

L’objet de ce Parlons-en consistera à montrer les choix adoptés pour la restauration tant sur le plan du support que de la couche picturale. Brigitte Lam, conservatrice du patrimoine à Aix-en-Provence, précisera le contexte de restauration de ce tableau dans la programmation des restaurations de la ville d’Aix-en-Provence et l’histoire de l’œuvre.  Thierry Martel et Danièle Amoroso, conservateurs-restaurateurs du patrimoine, nous feront pénétrer au cœur de la restauration en évoquant les réflexions suscitées par cette restauration, les choix adoptés et la manière d’y parvenir.

Au cours de ce travail, cette œuvre monumentale a pu bénéficier de l’assistance et d’une étude scientifique du CICRP de la part de Nicolas Bouillon et Sarah Boularand, ingénieurs d’études au CICRP.  La restauration de l’œuvre a livré une matière abîmée et permis de restituer l’esprit de la composition qu’une interprétation dans la restauration du XIXe siècle avait contribué à transformer.

Si sur le plan esthétique cette peinture est une découverte, on peut espérer que la restauration offrira aux historiens d’art les moyens d’en  préciser la main.

Le nombre de place étant limité, merci de confirmer votre présence par courriel à l’adresse électronique suivante : info@cicrp.fr

CICRP – 21, rue Guibal – 13003 Marseille

 

Rencontre : Conserver/restaurer des œuvres à caractère technologique.

nicolas-schoffer-affiche-18-10Deux journées d’étude

 » Conserver/restaurer des œuvres à caractère technologique « 

organisées par: L’Université de Liège (UR AAT) et l’ESA Saint-Luc de Liège,  en collaboration avec l’Association Internationale des Amis de Nicolas Schöffer (A.N.S.I. XXI) présidée par Mme Eléonore de Lavandeyra Schöffer avec le soutien du C2RMF,  d’INCCA-f et de CeROArt.

Date et lieu:

3 novembre 2016  et  2 février 2017,  Paris 

Nicolas Schöffer, français (1912, Kalocsa – Hongrie – 1992, Paris) illustre l’art dit « lumino-cinétique », programmé et « cybernétique ». A ce titre, il fait figure de pionnier en ce qui concerne l’inscription des  nouvelles technologies  dans les œuvres. L’atelier situé à Paris dans le 18ème arrondissement abrite une part importante de la collection de l’artiste (œuvres et archives) – gérée par Eléonore Schöffer, sa veuve. Plusieurs œuvres ont nécessité des interventions, réparations ou restaurations. La ville de Liège possède une œuvre monumentale de Nicolas Schöffer dans l’espace public : la Tour spatiodynamique et cybernétique, classée au patrimoine exceptionnel de la Wallonie. Cette œuvre unique en son genre (captation de différents facteurs variants de la ville et projections de sons et lumière modulés par  un programme spécifique) ne fonctionnait plus depuis les années 70. Elle a fait l’objet d’une récente campagne de restauration.

L’œuvre de Nicolas Schöffer est l’occasion de s’interroger sur les composantes technologiques des œuvres contemporaines, et d’étendre les interrogations aux problématiques les plus pointues, celles que posent l’art immédiat et l’intégration, entre autres, du numérique.

Objectifs des journées d’étude:

Echanger des expériences d’artistes, techniciens, responsables de collection et de conservateurs-restaurateurs en abordant les questions d’authenticité(s), substitutions et obsolescence technologique autour de cas pratiques (jour 1).

Dans un second temps, la collection, la conservation et la restauration d’œuvres à caractère technologique seront abordées de façon élargie en envisageant notamment la documentation et le devenir des œuvres (jour 2).

Portail de la Villa des ArtsProgramme de la journée

du 3 Novembre 2016

 

à la Villa des Arts

Atelier de Nicolas Schöffer

15 rue Hégésippe-Moreau

75018 Paris 

Métro La Fourche

 

Autour de la restauration des oeuvres de Nicolas Schöffer: études de cas.

13.30 : Accueil

13.45 : Introduction

14.00 : Santiago Torres Point de vue de l’artiste et assistant d’artiste – problématiques et expériences

14.30 : Manon D’haenens  – Authenticité, intention de l’artiste et extrapolation

15.00 : Cécile Dazord  – Conservation, restauration et obsolescence

15h30 : Eléonore Schöffer – Historique et variations de la restauration des œuvres de Nicolas Schöffer. Présentation de cas pratiques

16h : Discussion avec un panel et public spécialisés

Panel de discussion :

Cécile Dazord, Eléonore Schöffer, Santiago Torres + invités

17.30 : Fin

_______________________________________________________________________________

Programme de la journée du 2 février 2017

au C2RMF, Site Carrousel,

Palais du Louvre,
Porte des Lions, Escalier de l’Horloge
Paris
Afficher l'image d'origine

La conservation / restauration / documentation des œuvres à caractère technologique 

9h30 : Accueil

9h45 : Introduction

+ Présentation de la synthèse de la première journée

10h30: L’art technologique au musée – documentation, base de données

(intervenants à confirmer)

13h repas

14h: conservation-restauration de l’art technologique – conservation-restauration de l’art numérique – production/reproduction

(intervenants à confirmer)

17.00 : Discussion

18.00 : Fin

Inscription obligatoire

Le nombre de places étant limité et l’accès au site du C2RMF contrôlé, l’inscription préalable est obligatoire via l’adresse mail: ceroart@mac.com (nom, prénom, le cas échéant affiliation) en précisant le jour (3, 2 ou 3+2). L’inscription n’est effective qu’après réception du paiement sur le compte de CeROArt asbl IBAN: BE34651157400690 BIC: KEYTBEBB

03 Novembre 2016, (Villa des Arts): 15 € . Inscriptions en nombre limité – l’ordre d’inscription prévaut ; date limite: 31 octobre 2016.

02 février 2017 (C2RMF): 25 € (incluant le lunch). Date limite d’inscription: 15 janvier 2017.

Informations pratiques

03 Novembre 2016 : Villa des Arts (Atelier de Nicolas Schöffer), 15 Rue Hégésippe Moreau,  75018 Paris

02 février 2016 : C2RMF, Site du Carrousel, amphithéâtre Palissy, Palais du Louvre – Porte des Lions, Quai François Mitterrand, 14, 75001 Paris.

Ce message a été réalisé par Muriel Verbeek / CeROArt / http://ceroart.revues.org

___________________________________________________________________________

We are pleased to inform you about two study days in Paris:

 On Nicolas Schöffer:

Conserving/restoring works of a technological nature

Organised by  the University of Liège (UR AAT) and ESA Saint-Luc de Liège;

In collaboration with Association Internationale des Amis de Nicolas Schöffer (A.N.S.I. XXI) présidée par Mme Eléonore de Lavandeyra Schöffer 

With the support of C2RMF, CeROArt and INCCA-f

Dates and place:

November 3, 2016 and February 2, 2017, Paris

Nicolas Schöffer, French (1912, Kalocsa – Hungary – 1992, Paris) illustrates the so-called “lumino kinetic”, programmed and “cybernetic” art. As such, he acts as a pioneer as far as the role of new technologies in works is concerned.  The workshop located in Paris in the 18th arrondissement houses an important part of the artist’s collection (works and archives) – managed by Eléonore Schöffer, his widow. A few works required interventions, repairs or restorations.

The city of Liège owns a monumental work by Nicolas Schöffer in the public space: the Spatiodynamic and cybernetic tower, listed as Wallonia’s exceptional heritage. This unique work (it collects different varying information in the town and projects sounds and light orchestrated by a specific program) had not worked since the 70s. It was recently restored.

Nicolas Schöffer’s work is an opportunity to wonder about the technological components of contemporary works, and to extend the questions to the most specialized issues, those that immediate art and the integration, among other things, of digital technology raise.

Goals of the study day:

Discuss experiences of artists, technicians, curators and conservators-restorers while questioning the concepts of authenticity(ies), substitution, and technological obsolescence with the help of practical cases (day 1).

Subsequently, we will talk more broadly about collecting, conserving and restoring works of a technological nature, notably by envisaging the documentation and the becoming of works (day 2).

November 3, 2016, Villa des Arts, Paris

On Nicolas Schöffer’s works: case studies

13.30 : Welcome

13.45 : Introduction

14.00 : Santiago Torres  –The artist’s and the artist’s assistant’s point of view: issues and experiences – Presentation of practical cases

14.30 : Manon D’haenens –Authenticity, intentionality and extrapolations

15.00 : Cécile Dazord  –Conservation, restoration and obsolescence

15h30 : Eléonore Schöffer –History and variations of the restoration of Nicolas Schöffer’s works. Presentation of practical cases

 16h : Discussion with a specialized panel and audience

Panel:

Cécile Dazord, Eléonore Schöffer, Santiago Torres + guests

17.30 : End

February 2, 2017, (C2RMF, Carrousel du Louvre, Paris)  (provisional program)

The conservation / restoration / documentation of works of a technological nature

9h30 : Welcome

9h45 : Introduction + summary  of the first day

10h30: technological art in the museum – documentation, databases

(speakers to confirm)

13h lunch

14h: conservation-restoration of technological art – conservation-restoration of digital art – production/reproduction

(speakers to confirm)

17.00 : Discussion

18.00 : End

Registration required

The number of places is limited, so registration will be made in order of receipt. Registration by mail to: ceroart@mac.com (First name, last name, affiliation) specifying the day (3, 2 ou 3+2). The registration is only valid after reception of the registration fee.

Bank account: CeROArt asbl

IBAN: BE34651157400690 BIC: KEYTBEBB + Communication: First Name, Last name, day (2,3 or 2+3)

Practical informations

November 3 2016 (Villa des Arts) : 15 €

Number of places is limited

Registration before: 31th October 2016

Place : Villa des Arts, Rue Hégésippe Moreau, 15, 75018 Paris

February 2 2017 (C2RMF, site du Carrousel): 25 € (lunch provided)

Registration before: 15th  January 2017.

C2RMF, Site du Carrousel, amphithéâtre Palissy,

Palais du Louvre – Porte des Lions, Quai François Mitterrand, 14, 75001 Paris

This message has been prepared  by Muriel Verbeeck CeROArt http://ceroart.revues.org