Archives de catégorie : PUBLICATIONS

Kit de Survie (KEME)

Chacun d’entre nous a déjà entendu parler  d’ ethnocentrisme, ou d’européocentrisme constituant des écueils dans l’approche critique des biens culturels, et dont il faut tenter de se départir. Jean-Pierre Cometti n’avait pas manqué pas de relever le risque d’ethnocentrisme inhérent aux pratiques, non seulement de la conservation-restauration, mais aussi de la muséographie (Conserver / restaurer. L’oeuvre d’art à l’époque de sa préservation technique, 2016, Paris, nrf Gallimard, p. 116).

Même si ces notions ne présentent pas de grande difficulté de compréhension intellectuelle, il n’est pas toujours aisé depuis notre situation, d’en mesurer la gravité des effets. A contrario, les ressortissants des cultures mal traitées, victimes collatérales de ce travers, sont mieux à même de le faire. Sans être tenu d’aller s’immerger dans un groupe social pour en connaître le plus justement la culture , il est possible d’entamer un travail d’examen et de déconstruction de cette vision faussée.

Aussi il est proposé ci-dessous un Kit Elémentaire de Mesure de l’Ehtnocentrisme (KEME) en 5 étapes, (à titre d’exemple  vis à vis de l’Afrique Noire), pour tous ceux qui admettent son caractère embarrassant voire intolérable.

1. Entretenir des relations étroites et soutenues,  avec des ressortissants de pays et cultures africains vivant à proximité de nous mais trop peu visibles et audibles à nos yeux et entendement.

2. Lire  de la littérature négro-africaine produite exclusivement par des auteurs africains francophones ou autres (dans un premier temps, surtout pas par les « spécialistes de l’Afrique » occidentaux). fichier .pdf pour un premier repérage géographique et thématique

Investir et commencer par l’achat du Dictionnaire de la négritude, par Mongo Beti et Odile Tobner, Paris, L’Harmattan, réédit. 2000,

Poursuivre par des ouvrages capables de faire  apparaître les comportements, stéréotypes et clichés qui constituent la vision étriquée et erronée de l’Afrique qui nous est inculquée en France notamment. (cf. p.75). Poursuivre encore par exemple avec ce lien

3. Consulter des sites web africains

Think tank, Télévision , …

4. Ecouter de la musique venue du continent africain pour  en mesurer l’influence sur d’autres cultures : L’Afrique enchantée

 5. Aller quelque part en Afrique, le plus souvent possible  (pas dans un club Med ou autre lieu de cet acabit) pour y rencontrer des cultures et « être au monde » différents.

Bon voyage avec le KEME, quelque soit votre étape sans jamais vous démunir d’une carte du contient africain

Muséoscopie, ou l’arraisonnement d’un musée et son public.

Résumé « Les musées sont des cimetières !» avaient proclamé les futuristes au début du XXème siècle. Dans leur sillage, les avant-garde ont fustigé l’institution muséale qui a pourtant absorbé leurs œuvres. A l’invitation de leurs responsables, les artistes deviennent à la fin des années 60, les curateurs éphémères de collections muséales. Puis à partir des années 90, ils acceptent d’intégrer les musées pour s’immiscer à plus ou moins long terme dans leurs collections avec des propositions plus ou moins caustiques. Par ailleurs, la grande diversité transgenre des productions de l’art contemporain et le rejet d’une anthropologie ethnocentrée ont enjoint la restauration proprement dite1 à une reconception méthodologique. Celle-ci envisage des interventions, non plus exclusivement sur le corps des objets, mais autour d’eux. Le projet « Muséoscopie » a prévu de convoquer dans un musée avignonnais ces démarches a priori différentes, mais qui pourraient bien révéler l’intérêt de leur congruence.


Cet article voudrait rendre compte d’un projet initié cette année dans le cadre des programmes d’enseignement de l’ESAA, et dans la continuité d’une démarche prospective déjà entamée. L’intitulé du projet stipule un arraisonnement qui s’avère chronologiquement double. Dans un premier temps, il est proposé d’investir un musée avignonnais, d’en questionner la mission et la muséographie, et d’enquêter sur ses collections et leur relation à ses publics. Dans un second temps il s’agira d’envisager et implanter des ajouts qui suscitent chez le visiteur une réflexion sur sa relation aux modalités  de monstration d’une certaine façon, de réception, et qui puissent revêtir un caractère événementiel pour le musée. Pour l’ESAA, l’enjeu de ce projet est multiple. D’un point de vue didactique, il est une occasion de rendre plus concrètement effective la relation dialogique et dialectique entre les étudiants des mentions création-instauration et conservation-restauration. Les diverses propositions pourront témoigner à la fois d’une tendance à l’utilisation du musée traditionnel comme site d’interventions artistiques, et de propositions expérimentales qui excèdent la conception de la restauration conventionnelle. Plus prosaïquement aussi, il permet de concrétiser un rôle utilitaire et partenaire de ses services pour son principal bailleur, la Ville d’Avignon, sur son territoire. En outre, les budgets affectés à la conception et l’organisation d’expositions ayant été fortement réduits pour raison d’austérité économique, le projet propose d’initier une dynamique à long terme avec une économie de moyens dans les musées d’Avignon. L’un des principaux intérêts du workshop étant de favoriser une relation de travail extrascolaire avec des professionnels sur leurs lieux d’activité, il est prévu des rencontres avec un panel composé d’ artistes, de conservateurs, de professionnels des sciences humaines sociales et objectives, de régisseurs, de gardiens, etc.

Le musée mis à l’index

Avec le marché, la critique, la pratique, les collectionneurs et l’histoire de l’art, le musée fait partie des « mondes de l’art » dépeints par Howard Becker et arpentés par bon nombre de sociologues de l’art. Depuis les années 1970, le modèle du musée s’est émancipé de sa conformité traditionnelle prévoyant qu’il « incarne l’accord entre les pouvoirs et l’art, au nom d’une conception selon laquelle l’art est indispensable à la grandeur des États, voire à la paix sociale et à la prospérité des manufactures, tandis que, inversement, le génie requiert la reconnaissance publique. » Les stratégies des musées se sont orientées prioritairement vers les attentes des publics et se traduisent par l’idée partout essaimée d’un autre type de lieu : le musée-forum. Après qu’on lui ait assigné de nouvelles fonctions, faisant place aux spectacles vivants comme aux débats de société, il est appelé à endosser des tâches qui outrepassent les missions établies par l’instance normative suprême que représente l’ICOM : l’acquisition, la préservation, l’exposition, la promotion du patrimoine culturel et des connaissances. Mais, malgré ses tentatives de reconfiguration et d’adaptation particulièrement en regard de l’art contemporain, il subit toujours une crise de confiance. Même à considérer qu’il fut toujours une source continuelle d’inspiration et d’alimentation de la création, et qu’il fonde la légitimité de la discipline de l’histoire de l’art en ce qu’il offre une manière de voir unique, le pouvoir du musée est mis question quand ce n’est pas en accusation pour ses liens avec les puissances publique, industrielle et financière. « Les musées sont des cimetières! » s’étaient déjà exclamés les futuristes au début du siècle dernier. Leur protestation venait s’inscrire dans le prolongement de celle du mouvement Dada, précurseur de la critique institutionnelle qui n’a pas empêché leurs œuvres d’intégrer le musée. Ce n’est que depuis les années 60 que des discours et projets interactifs ont investi les musées : Fluxus, les happenings, l’art-performance, et des installations spécifiques hic et nunc ont permis aux artistes de critiquer directement le musée de l’intérieur. Mais comme pour leurs prédécesseurs, les vestiges de ces actions artistiques ont finalement atterri dans les collections de nombreux musées. Malgré les nouveaux moyens de communication actuels, la parole critique de l’artiste autrefois vindicative semble s’être atténuée, voire éteinte.  Même si  on a pu relever ces derniers temps ici et là des coups de neuf correspondant à une injonction économique et visant à redynamiser la fréquentation des musées, le public local traîne encore des pieds. L’un des changements notoires est le retour de la collection au choeur du programme d’exposition qui implique un facteur de spécificité du site et reflète l’origine du musée. Cependant, même si on a déployé de la créativité pour souligner la variété de la collection et agrémenté le parcours muséographique d’outils numériques, le public préfère le caractère événementiel des expositions qui font valoir des célébrités. En pariant sur des noms familiers, les visiteurs misent sur la garantie de ne pas être déçus. Outre leur stratégie d’acquisition de conservation et d’exposition, les musées visent la démocratisation des connaissances liées à leurs collections et on initié différentes méthodes d’implication ainsi que de nouveaux concepts curatoriaux tels que montrer la collection sous un jour ou un angle différent et faire dialoguer l’historique avec le contemporain.

« Section des Figures » © Marcel Broodthaers
« Raid the Icebox with Andy Warhol » © Museum  of Art, Rhode Island School of Design, 1969-70

C’est sans doute Le Musée d’art moderne, Département des Aigles 2 de Marcel Broodthaers qui demeure l’expérience la plus emblématique et absolue d’un projet mené sur plusieurs années à partir de 1968, dont la démarche critique fut concentrée sur le musée et l’ensemble de ses pratiques muséales : le transport, la conservation, l’exposition, la collection, la taxonomie, l’arhivage. Un an plus tard, Andy Warhol fut invité par le Rhode Island School of Design à Providence pour organiser une exposition « Raid theIcebox 1»3 (1969-70) à partir des œuvres de la collection du musée. Malgré les  recommandations du conservateur, l’artiste montrait la collection complète de chaussures sous forme d’une installation absolument non conventionnelle qui ressemblait à une garde-robe personnelle. Ces projets constitue des cas d’espèce, précurseurs de la coutume ultérieure d’inviter des artistes en tant que curateurs éphémères. Aujourd’hui, difficile d’imaginer un responsable de musée qui ne reconnaîtrait pas aux artistes contemporains une sensibilité particulière à la perception et à la présentation des collections muséales.

Modes of transport 1770-1910

Au point  que  depuis  au moins les années 90, ils sont invités régulièrement à venir endosser le rôle de véritable curateur ou commissaire d’exposition pour jeter leur dévolu sur des biens culturels issus de collections publiques et les reconsidérer à leur guise. Les interventions de l’artiste afro-américain Fred Wilson interagissent fortement avec les collections.

Detail of Ku Ku Klan hood © Fred Wilson

Par le biais de «Mining the Museum»4 (1992-93) dans la Maryland Historical Society de Baltimore, il a été invité à agir en tant que commissaire de l’exposition et créateur d’une installation spécifique au lieu, les deux référant à l’histoire de la collection et de l’esclavage.

Le musée arraisonné

  Mais en deça du modèle de l’exposition intégrale, ils ont notamment l’opportunité de proposer une réinterprétation,une intrusion, un aménagement, un dispositif, une installation supplémentaires, plus ou moins ponctuels dans le parcours muséographique qui produisent une alternative à sa fixité habituelle. Leur dévolu correspond à des critères qui leur sont propres, émanant d’un choix idiosyncrasique elliptique des systèmes classificatoires conventionnels et contre l’idée prévalente du musée fondée sur le temple ou le mausolée évoquant le pouvoir, la religion, et la permanence. Les artistes peuvent parfois même être autorisés à puiser dans les réserves et dans le corpus des items dépréciés par la hiérarchie décrétée, afin de proposer des combinaisons, des rapprochements, des télescopages, des usages insolites, etc. Les insertions d’œuvres d’art contemporain dans des collections historiques, qui peuvent consister en des objets de collection eux-mêmes, sont souvent permanentes ; tandis que les interventions d’artistes dans des collections sont généralement éphémères. Toutes provoquent des relations inattendues entre passé et présent, en insufflant de nouvelles interprétations. Le musée, ses collections et son mobilier, en tout ou partie, deviennent ainsi à la fois médium et matériau d’un processus de sélection, d’accommodement, de disposition, de signalétique, tous personnels et ayant pour effet d’excéder les frontières  qui séparent  la muséographie de l’installation artistique. Par extrapolation et en miniature, cette démarche est véritablement une pierre de touche de l’art contemporain quant à sa capacité à transformer le monde. Tout près de nous, au Musée Angladon et après y avoir été accueillie en résidence, Suzanne Hetzel 1 a voulu « s’inspirer  de l’esprit profondément studieux des fondateurs du musée » pour distribuer « Au premier, au deuxième » ses créations au sein de la muséographie « en écho » aux objets de la collection. Comme elle, d’autres artistes ont relevé tout l’intérêt de la photographie  comme un  excellent biais pour  étudier la relation entre le musée et ses publics : Dario Lanzardo, Zoë Leonard, Louise Lawler, etc. Dans une autre perspective, plus critique celle-là, certains plasticiens se sont attachés à examiner les systèmes et parti-pris hiérarchiques, catégoriels, muséographiques des institutions. Ils s’intéressent tous et à leur manière, aux formes de présentations qui sont autant de cadres normatifs instillant un certain type type de considération et de réception des biens culturels. Leur but est de susciter chez le public  une  prise  de  conscience  des  limites exclusives du modèle d’interprétation décrété par le musée et de renoncer à une passivité trop souvent infligée par celui-ci.

Theatrum Mundi: Armadium © Guggenheim Bilbao
Research Building © Wesley Meuris

Parmi eux, Mark Dion qui se passionne pour le modèle du cabinet de curiosités. Dans Theatrum Mundi: Armarium 6 (2001), basée sur une collaboration avec des professeurs de l’Université de Cambridge, il a rempli avec son collègue deux vitrines quasiment identiques avec des objets illustratifs des systèmes de croyances de deux cosmologues, Ramon Llull (Palma de Majorque, 1232-Palma  de Majorque,1315), et Robert Fludd (Kent, 1574 – Londres, 1637). Wesley Meuris poursuit un travail au croisement de l’architecture et des systèmes scientifiques de recollements et de classifications. Il est tout à la fois sculpteur, dessinateur, graphiste, éditeur, mais sa ligne inspiratrice principale est « l’exposition, ses formats, ses savoirs et ses institutions». Le début de sa  carrière consiste en une production de sculptures en série  renvoyant  toutes  à  leur  manière  au  contrôle  du corps, à l’enfermement, à l’hygiénisme, et à la classification des savoirs. Puis l’artiste donne un autre cap à son travail qui prend une dimension fictionnelle et passe au crible les modalités matérielles et conceptuelles de l’exposition. Ainsi en 2010 et à partir de la collection privée d’artefacts originaires d’Afrique centrale (aire congolaise) appartenant à Joseph Schelfhout, il réalise « Research Building »7 une organisation spatiale monumentale qui recouvre quasiment toute la superficie du Centre Culturel de Knokke-le-Zoute. C’est une architecture fictionnelle de musée qu’il nomme Research Building et qui distribue tous les espaces dédiés à l’information du public, aux réunions, aux réserves, aux ateliers de conservation-restauration, aux examens scientifiques comme la radiographie, à la documentation, etc. A première vue, il s’agit d’une muséographie très élégante et attentionnée par la caution d’un artiste en vue pour magnifier le caractère esthétique des pièces montrées. Mais en filigrane, on peut y voir la critique acerbe d’une stratégie surannée d’escamotage au prix d’une esthétisation exagérée à la fois de la primitivité et de la modernité. Les dispositifs de présentation au design épuré, baignés d’un éclairage à la fois tamisé et puissamment focalisé dans une ambiance feutrée et cosy – en vigueur par exemple dans l’exposition permanente du Musée du Quai Branly – donnent le change à un public distrait de la nécessité pour lui d’être informé de l’usage, des relations contextuelles, des origines culturelles, et des conditions politiques troubles d’objets récoltés notamment dans une ancienne colonie propriété du seul roi des belges.

Beau doublé Mr le marquis ! © Sophie Call

En 2017 le musée de la Chasse et de la Nature a proposé à Sophie Calle et son invitée, Serena Carone avec « Beau doublé Monsieur le marquis ! »8  d’ investir ses salles pour en faire son « territoire ». Elle y a inséré ses propres travaux et propose au visiteur une nouvelle appréhension, l’incite à traquer dans la profusion décorative des salles ce qui relève de son expérience intime. Construites à cheval sur les limites entre autobiographie et récit fictionnel, les œuvres de Sophie Calle abordent notamment la question existentielle du regard et l’exposition. Bien d’autres exemples existent et le workshop voudrait en déployer l’éventail en recensant des œuvres et initiant des propositions par les étudiants.

Le musée et la restauration périphérique

D’un autre côté et dans le cadre réglementaire du droit du patrimoine, la plupart des musées, du moins en France, doit faire appel à des conservateurs-restaurateurs privés dès lors qu’au moins un bien de leurs collections est en « dérangement ». Autrement dit, ces professionnels très spécialisés sont à même de permettre le rétablissement de la « fonction muséale » des objets conservés. Depuis plus de dix ans aujourd’hui, les recherches menées en second cycle par des étudiants de la formation en conservation-restauration de l’ESAA, ont notamment exploré l’idée d’une restauration périphérique. Plutôt que de se résoudre à concevoir un traitement de modification à même la matière, le « corps » des œuvres, cette démarche visant à assurer leur plus grande intelligibilité ou à l’améliorer, envisage et met en oeuvre des modalités, non plus dans ou sur, mais autour des artefacts. Cet idée se fonde aussi sur le fait que certains d’entre eux, ne concentrant pas la totalité de leur artisticité dans le strict périmètre de leur consistance physique, ne sont pas considérés comme étant à eux seuls des œuvres d’art à part entière. Dans le sillage de Marcel Duchamp, d’aucuns tels que des artistes regroupés au sein de l’art conceptuel, établissent une dichotomie entre conception et réalisation, et estiment même que la dimension artistique réside entièrement dans la conception. Pour John Dewey, l’art se manifeste par l’expérience de l’oeuvre, dans un entre-deux9 objet/spectateur. Si l’on en croît Alfred Gell10 , l’art relèverait plus d’une relation sociale qui passe par l’entremise d’un artefact, indice de l’agentivité des personnes, de leur capacité à agir et réagir. Ainsi, de même que des traitements de conservation curative ont pu être évités grâce à des mesures de conservation  préventive autour d’un bien culturel en étant en étant prises  à temps,  des  interventions  de restauration proprement dites pourraient ne pas s’effectuer exclusivement à même un bien, mais agir dans sa périphérie immédiate sur l’entremise ou l’agentivité.

Le Heidentor à Petronell-Carnuntum (Autriche) Gryffindor

Plusieurs exemples lllustrent cette voie. En architecture, c’est le cas du Heidentor 11 , un arc de triomphe romain du IVème siècle en ruine, appartenant au complexe antique du Carnuntum, situé près de la ville autrichienne de Bad Deutsch-Altenburg. L’aménagement du site propose une solution très simple – et très économique de surcroît –: il s’agit d’un panneau vertical  en matière plastique transparente sur lequel est dessinée au trait l’architecture complète du monument.  Le   dessin est  fixé  au  sommet d’un poteau métallique, l’ensemble s’apparentant à un panneau indicateur. Ce moyen permet au visiteur de « restaurer » lui-même la construction antique, en alignant le panneau transparent  sur le restant de la construction selon un certain angle de vue. La restauration a lieu lorsqu’il y a superposition du dessin sur l’image de l’arc de triomphe.

Portrait of Dorian Gray by Ivan Albright , 215,9 x 106,7 cm © The Art Institute of Chicago.

 En peinture, le portrait de Dorian Gray  peint par Ivan Albright en 1943-44, réalisé pour le film éponyme réalisé par Albert Lewin en 1945 et conservé aujourd’hui à l’Art Institute de Chicago, à fait l’objet pour sa restauration, d’une proposition 12 d’aménagement particulier. Afin que l’oeil du spectateur se trouve à même hauteur que celui du personnage peint, un rehausseur réglable de niveau de vision, disposé à une distance déterminée du mur, a été préconisé. La restauration périphérique repose donc sur l’aménagement de conditions de regard et de perception du regardeur, plutôt que sur une transformation matérielle de l’objet regardé.

Le musée au croisement de la création et de la restauration

L’artiste en train d’installer ses pans de papier © Sonia Boyce 1995

Dans la perspective de ce projet, une œuvre a particulièrement retenu l’attention. Son auteure Sonia Boyce d’origine jamaïcaine et recommandée par l’ Institute of International Visual Arts, a travaillé sur la collection d’art et d’ethnographie non-occidentale du musée de Brighton en 1995. Explorant les thèmes de l’observation, de l’interprétation et de l’identification avec un passé ancestral, l’artiste a produit une installation intitulée « Peep »13 . Elle avait d’abord soigneusement tracé sur une large bande de papier calque épais, le contour de l’ombre portée de chaque sculpture ethnographique montrée derrière une vitrine du musée. Puis elle en avait découpé la forme, ajourant ainsi la bande de papier avant de la placer contre la vitrine, masquant ainsi partiellement chaque artefact exposé. Le regard du visiteur n’étant plus permis que par l’ajour créé dans le papier opaque qui habillait toutes les vitres selon le même principe. Ce dispositif de masquage des objets exposés obligeait le visiteur à s’approcher très près des vitres, comme un voyeur, s’il voulait distinguer les objets à travers la silhouette de leur ombre découpée dans le papier. L’artiste voulait provoquer de la sorte une prise de conscience d’un certain voyeurisme sous couvert d’exotisme, de l’occident vis à vis des cultures non occidentales, tout en faisant allusion à la « part d’ombre », à son histoire non dite, de chaque objet. On voit bien ici, que le dispositif artistique pourrait parfaitement relever d’une démarche de restauration périphérique de ces objets, en ce qu’ils possédèrent pour beaucoup une dimension sacrée et ne peuvent pas être « exhibés » ostensiblement en vitrines.

      Comme on le sait, les profils de créateurs et conservateurs-restaurateurs, tous deux acteurs dans le musée à divers titres et moments, correspondent à des finalités professionnelles des mentions création-instauration et conservation-restauration qui coexistent à l’ESAA depuis plus de trente ans. Or, la démarche qui est proposée ici aux uns et aux autres selon leur approche respective, poïétique et subjectivée pour les uns, méthodologique et objectivée pour les autres, devrait conduire à des propositions qu’il sera très intéressant de comparer. Cet examen devrait permettre d’en tirer des éléments susceptibles de mesurer effectivement l’intérêt d’une contiguïté des deux mentions en vigueur à l’ESAA

______________Notes_________________________________________________

1 Restauration – L’ensemble des actions directement entreprises sur un bien culturel, singulier et en état stable, ayant pour objectif d’en améliorer l’appréciation, la compréhension et l’usage. Ces actions ne sont mises en oeuvre que lorsque le bien a perdu une part de sa signification ou de sa fonction du fait de détériorations ou de remaniements passés. Elles se fondent sur le respect des matériaux originaux. Le plus souvent, de telles actions modifient l’apparence du bien. (ICOM Shangaï 2010)

2 « Musée d’art moderne, Département des Aigles » (1968-72), Marcel Broodthaers

3 « Raid theIcebox 1 » (1969-70), Andy Warhol

4 « Mining the Museum » (1992), Fred Wilson

5 « Au premier, au deuxième », (2017), Suzanne Hetzel

6 « Theatrum Mundi: Armadium », (2001), Mark Dion,

 7 « Research building », (2010-11), Wesley Meuris

8 « Beau doublé Monsieur le marquis ! » (2017), Sophie Calle et son invitée Serena Carone

9 Dewey, John, L’art comme expérience, Farrago, Pau, 2006 [Art as experience, 1934]

10 Gell, Alfred, L’art et ses agents, Les pressses du Réel, Dijon, 2009 [Art and Agency. An Anthropological Theory, Oxford University Press, 1998].

11 Heidentor (1998-2001),

12 Setton, Jeremy, Le portrait de Dorian Gray, Mémoire de diplôme (4 cahiers et un hors champ), bibliothèque de l’ ESAA, Avignon, 2004

13 « Peep », Sonia Boyce (1995)

 

Le prix du musée européen de l’année EMYA

Le Prix du Musée Européen de l’Année (EMYA) a été fondé en 1977 sous les auspices du Conseil de l’Europe, dans le but de reconnaître l’excellence de la scène muséale européenne et d’encourager les processus innovants dans le monde muséal. L’EMYA exerce une influence positive sur la vie de nombreux professionnels des musées et permet de faire apparaître au premier plan de petits musées aux contenus hautement innovants, qui autrement n’auraient pas été reconnus au niveau européen. L’EMYA permet aussi d’attirer l’attention des autorités publiques sur des initiatives émanant de leurs propres pays. Tous les musées concourent à égalité, qu’ils soient publics ou privés, petits ou grands. Quel que soit leur sujet ou leur nationalité, ils sont évalués sur la base de ce qui est considéré comme une qualité publique exceptionnelle. Seuls quatre établissements muséaux français ont été lauréats : Le Musée de la Camargue d’Arles en 1979, le Musée d’art et d’histoire de Saint-Denis en 1982, l’écomusée de Fourmies-Tréflon en 1990 et le Musée Français de la carte à jouer d’Issy-les-Moulineaux en 1999. Depuis, plus rien. Le Musée du quai Branly de Paris et le Musée des Confluences de Lyon, nominés respectivement en 2016 et 2017, ont finalement tous deux échoué. Le prix est revenu cette année au magnifique Musée d’ethnographie de Genève dont le nouveau bâtiment a été inauguré en 2014. Cette distinction vient s’ajouter à celle obtenue en 2015. En effet, le MEG avait  été alors  récompensé d’un Red Dot Award par le Design Zentrum Nordrhein Westfalen en raison de la qualité et de l’originalité de la muséographie de son exposition permanente.

Photo: MEG, B. Glauser

 

 

De la pratique de l’enquête

Howard Becker

Conférence

III. Art et sociologie : partager des pratiques d’enquête

25 octobre, 19h –21h 

Conférence Tout se transforme

Cycle « des œuvres enquêtes » proposé par Franck Leibovici

Dans son livre Comment parler de la société ?, Howard Becker estime que l’art et la recherche scientifique sont deux activités qui produisent des représentations de notre société. Quelles sont les pratiques mobilisées pour y arriver ? Où les choses divergent-elles ? La conversation cherchera à repérer les « astuces » et « ficelles » inventées de part et d’autre pendant les processus d’enquête.

Cycle « des œuvres enquêtes » proposé par Franck Leibovici

ADRESSE

Fondation Calouste Gulbenkian – Délégation en France

39 Boulevard de la Tour-Maubourg

75007 Paris

Afficher la carte

Un petit film sur la préservation d’arts médiatiques basés sur le temps

 
Cildo Meireles ‘Babel’ 2001 © Cildo Meireles

Le changement des choses est un court documentaire qui traite des défis de la préservation de media basés sur le temps dans le contexte d’un musée. Les œuvres médiatiques basées sur le temps peuvent avoir comme médium du film , des diapositives, la vidéo, de l’audio, de la performance performance ou un logiciel;  elles peuvent être analogiques ou numériques et elles ont la dimension du temps.

Things Change is a short documentary that addresses the challenges of preserving time-based media art in the context of a museum. Time-based media artworks may have as their medium film, slides, video, audio, performance or software, they can be analogue or digital and they have the dimension of time.

Dans la vidéo, certains conservateurs-restaurateurs et techniciens de Tate nous racontent comment ils traitent des œuvres d’art qui sont performatives, multidimensionnelles et immersives. De Charles Atlas Joints 4tet Ensemble 1971-2010, à Daria Martin Birds 2001, ou à John Gerrard Sow Farm 2009, la préservation de l’art médiatique basé sur le temps offre une occasion unique aux  départements de collaborer ensemble   et de poursuivre la recherche au sein du musée.

In the video, some of Tate’s conservators and technicians tell us about how they deal with artworks that are performative, multi-dimensional and immersive. From Charles Atlas Joints 4tet Ensemble 1971–2010, to Daria Martin Birds 2001, or to John Gerrard Sow Farm 2009, the preservation of time-based media art offers a unique opportunity to collaborate between departments and to push ahead the research within the museum.

Cette vidéo a été réalisée dans le cadre d’un projet de quatre ans, PERICLES,  qui a montré  les défis que constitue la surveillance de l’accessibilité et la compréhension d’un  contenu numérique. PERICLES a reçu un financement de l’ European Union’s Seventh Framework Programme for research, technological development and demonstration, en vertu de l’ accord de subvention numéro 601138.

This video has been realised within the context of PERICLES, a four-year project addressing the challenges of ensuring that digital content remains accessible and understandable. PERICLES has received funding from the European Union’s Seventh Framework Programme for research, technological development and demonstration under grant agreement no 601138. [source: INCCA, 26.09.17]

Video

 

Programme des séminaires de Master 2 C-R / 2017-18

M2  Art et artefactualité Semestre 9
Session 1  – Mardi 10 octobre
Conserver-restaurer : un état des paradigmes en présence.
Session 2 – Mardi 7 novembre Enquête, description et catégories : les jalons d’un programme de recherche. 
Session 3 – Mardi 5 décembre
Décrire un artefact : « Physicalité » de l’objet et constat d’état en question.
Session 4 – Mardi 9 Janvier
L’objet situé : conditions et finalités de l’enquête en conservation-restauration. 
Session 5 – Mardi 6 février Comment et pourquoi écrire la « biographie » d’un objet ?
Session spéciale de fin de semestre 1 –  Mardi 13 février (à préciser) ance de coordination supplémentaire donnant lieu à validation des crédits.
 M2  Art et artefactualité

Semestre 10

Session 6 – Mardi 6 mars
Conserver-restaurer : une pratique historiquement située ?
Session 7 – Mardi 10 avril Conserver-restaurer : une pratique culturellement située ?
Session 8 – Mardi 15 mai
La conservation- restauration et les sciences sociales face à la question des valeurs. Une commune approche ?
Session spéciale de fin de semestre 2 –  Mardi 12 juin Séance supplémentaire de coordination en présence de Marie Boyer, en vue de la préparation des soutenances.

 

Un autre écho à la recension du dernier livre de J.-P. Cometti, parue dans CRBC

Tristes topiques


Introduction « Que s’est-il donc passé ? » se demande Pierre Leveau au bout d’un peu plus d’une page de sa recension jusque là rigoureuse et fidèle, de l’essai philosophique Conserver / Restaurer. L’oeuvre d’art à l’époque de sa préservation technique  paru chez Gallimard en Février 2016, un mois et demi après la disparition de son auteur, Jean-Pierre Cometti. Or c’est la même question que l’on voudrait retourner à son émetteur (p.49), quand son propos prend une tournure vindicative et même une tonalité polémique tout à fait inappropriées. Quelle mouche a bien pu piquer Pierre Leveau pour qu’il se lance dans une opération de sape en règle, tout à fait indélicate en l’occurrence contre la production d’un auteur en incapacité définitive de se défendre ? Le plaidoyer qui suit — initialement sollicité  en droit de réponse à « Existe-t-il une philosophie de la conservation-restauration ? »1 auprès du comité de rédaction de la revue CRBC puis rétracté, son prochain opus prévu à la fin de l’année passant de l’édition papier au numérique — ne prétend pas épuiser son sujet. Même si la discipline de la conservation-restauration en aurait peut-être bien besoin pour crever des abcès qui la gangrènent, le propos ne se veut pas, lui, matière à polémique en l’absence de Jean-Pierre Cometti. Il vise d’abord à souligner et réparer au moyen d’arguments didactiques, des inexactitudes préjudiciables au crédit du philosophe pragmatiste et de ses collègues de l’Ecole Supérieure d’Art d’Avignon, aussi mis en cause . « La philosophie est un véritable champ de bataille» avait-il lancé un jour en séminaire. Mais il n’avait certainement pas imaginé qu’un émule oserait venir lui tailler un costume jusque dans sa tombe.

Que s’est-il donc passé 2 ?

L’incipit de Pierre Leveau surprend déjà par son caractère sévèrement et laconiquement réducteur (p.49). Aurait-t-il pris ombrage  lorsque Jean-Pierre Cometti « plaide, […] pour une reconception qui permette de ne pas enfermer la restauration dans une métaphysique que les pratiques artistiques ont largement battue en brèche et qui, dans les circonstances actuelles, ne seraient absolument d’aucun secours » (p.211) ? S’est-il senti incriminé parmi « les spécialistes de la conservation-restauration » (p.49) — dont il eut été judicieux de fournir l’identité de même que celle des « … conservateurs-restaurateurs dont les contributions philosophiques sont oubliées. (p.50)) »que Jean-Pierre Cometti aurait désignés sur un ton trop impérieux ? Il est vrai qu’il ne cachait pas  son rejet catégorique du genre de philosophie d’autorité à laquelle s’adonne Pierre Leveau depuis un peu plus d’une décennie. Celle de l’exégèse théorique et nominaliste des pratiques, tour à tour et parfois confusément, de la conservation et de la conservation-restauration plutôt qu’à celle de la clarification conceptuelle et de la résolution des problèmes de cette dernière par l’entremise d’une philosophie émancipatrice dans et par l’action dont Jean-Pierre Cometti s’était fait le chantre, notamment au contact d’ artefacts culturels et de praticiens. Si l’on distingue les démarches respectives en ces termes, ne s’agirait-il pas de la vieille opposition « philosophie continentale » versus « philosophie analytique » qui apparaît en filigrane sous la plume acerbe du (re)censeur ? Pierre Leveau y va d’une contre-vérité flagrante; il écrit « Sachant son essai inachevé, … »  (p.49) alors que nous avons  tenu entre nos mains  le manuscrit déjà en Décembre 2014 prévu originellement pour son édition  aux Presses Universitaires de Rennes dans le courant de 2015 ! Du commentaire précis et rigoureusement paginé, on passe au truchement artificieux de la manipulation de citations empruntées à au moins trois pages différentes et de leur combinaison alambiquée qui prêtent à Jean-Pierre Cometti des intentions et des significations qui n’ont jamais été les siennes.   Malgré sa trouvaille d’une « instrumentalisation mutuelle» dont la réciprocité est a priori séduisante, mais qui fait preuve d’une insinuation désobligeante, Pierre Leveau se trompe grossièrement avec dédain dans une double erreur de postulat. D’abord, qui peut croire que le philosophe pragmatiste en acte, Jean-Pierre Cometti, « cherchait [encore, à l’automne de sa carrière d’enseignant-chercheur à plus de soixante dix ans ! , et après l’ampleur de la production philosophique et littéraire qui fut la sienne] « une pratique à l’appui de sa théorie sur les propriétés esthétiques … » ?  C’est faire fi de sa proximité ancienne avec de nombreux artistes et ne pas être au faîte de l’anthropologie philosophique de l’art — dans un sens wittgensteinien 3 qu’il pratiquait régulièrement en confrontation directe avec les œuvres et leurs problèmes traités par les étudiants de Master, dans leur accompagnement méthodologique et heuristique. C’est passer outre le fait que Jean-Pierre Cometti fut appelé à l’ESAA par son directeur dès 2010 en tant qu’expert de la recherche en enseignement supérieur, pour effectuer un audit devant déboucher sur une proposition de mesures d’aménagement des programmes dans le sens des préconisations émises par la Direction Générale des Enseignements Artistiques du Ministère de la Culture et de la communication. C’est aussi négliger la délivrance de son cours d’histoire des avant-garde, d’esthétique et de philosophie de l’art à l’attention d’étudiants de la mention création-instauration dont il a même dirigé des mémoires. C’est encore omettre qu’il ne concourait pas à une philosophie recroquevillée sur l’autorité suprême dont elle croit pouvoir jouir depuis qu’elle est créditée d’avoir supplanté la religion pour une quête sécularisée de la vérité, et sur laquelle auraient compté les enseignants de l’ESAA afin d’ obtenir une théorisation de leur pratique. L’autodidaxie à laquelle Jean-Pierre Cometti avouait volontiers n’avoir jamais renoncé, l’avait conduit à une réflexion et un pragmatisme qui, outre son recours à de solides acquis en histoire de l’art et à un outillage emprunté aux sciences du langages, excédaient la philosophie pour recouvrir la sociologie, l’ethnologie et l’anthropologie. C’est enfin faire fausse route que d’imaginer une attente par les enseignants de l’ESAA, d’ « une théorie pour appuyer les pratiques de leurs étudiants qui travaillent sur des objets composites …». Il suffit pour s’en convaincre, de lire sur leur plateforme en ligne Semin’R, les textes qui décrivent leurs intentions et leur programme d’enseignement4. Leur visée est bien moins ambitieuse, seulement pragmatique. Très laconiquement en une phrase, il s’agit pour eux de fournir concrètement des outils permettant aux étudiants de concevoir et argumenter des réponses aux problèmes posés par l’application de la conservation-restauration à des productions de l’art contemporain et à des objets dits ethnographiques qui réclament une reconsidération de leur matérialité5 et de leur identité.

Sortie de route

Dans une inversion consternante des rôles, le propos devient même cinglant et fait alors penser à celui d’un correcteur de copie posthume, infatué jusqu’à faire la leçon à l’élève Cometti, lui pour le coup définitivement quitte de tout désarroi. Un maître qui pousse le bouchon jusqu’à l’autopromotion de sa personne et de son propre travail en référents suprêmes d’une philosophie es conservation-restauration. Or sauf des éclairages intéressants de nature historique ou épistémologique sur l’évolution de cette activité en prise avec les instances et les phénomènes doxiques qui la régissent, cette production certes besogneuse n’a guère produit jusqu’ici plus que matière docte à publications, conférences et rencontres scientifiques somme toute confidentielles pour une audience de conservateurs-restaurateurs très limitée. Est-ce parce qu’ils seraient déjà détenteurs d’une pensée de leur pratique que la plupart des « professionnels aguerris » ou les « praticiens » (p.50) ne les fréquentent pas ou si peu6 ? Ou parce qu’ils déplorent des digressions hors-sol, sibyllines et oiseuses sans effet sur le réel ? A notre connaissance, cette sorte de théorétique pontifianteétymologiquement, qui ne fait que contempler, observer du dehorsvisant à une connaissance conceptuelle et au savoir pour lui-même, n’a guère d’impact sinon sur un lectorat très minime de conservateurs-restaurateurs peu enclins ou disposés à y consacrer de leur temps, n’y trouvant aucun secours pour améliorer leurs condition, pratique ou résultats. Au demeurant, combien d’entre eux possèdent les clefs idoines en philosophie pour être en mesure d’exercer un œil critique sur de telles digressions intellectualistes et vérifier leur portée ou leur défaut en regard de l’exercice de leur activité ? La philosophie et le bilan de Jean-Pierre Cometti sont tout autres. Partisan d’une philosophie de l’action « à contre-courant des essentialismes déclarés ou larvés qui encombrent l’histoire et la philosophie de l’art »7, la sienne s’oppose à la précédente mais n’engage ni n’entretient pas de conflit avec elle. La perspective pragmatique incite à penser une chose seulement après avoir identifié l’ensemble de ses implications pratiques. La vérité n’existe pas a priori et si elle peut apparaître, ce n’est que progressivement par l’expérience. En enseignant même à des étudiants non-aguerris, ce dernier a effectivement contribué à faire émerger un autre genre de l’espèce des « conservateurs-restaurateurs », certes encore très réduit mais dont la reconnaissance et l’insertion professionnelles, notamment en lien avec des institutions muséales, sont déjà patentes. Son enseignement n’a jamais eu la prétention de s’affirmer ni de se positionner en concurrence ou mépris de la génération de leurs aînés « aguerris », comme il lui en est fait le reproche. Simplement dit, il n’est question que de la proposition et sa mise à l’épreuve8 d’une approche conçue à partir des œuvres d’art contemporain, des objets ethnographiques et des problèmes qu’ils posent, en complément de celles déjà en vigueur. Pierre Leveau finit par s’égarer. Jean-Pierre Cometti qui aurait « … sans doute pris tardivement conscience de l’importance du travail que l’on attendait de lui. » (p.49), n’a jamais « pris position » dans le champ de la conservation-restauration comme le prétend le recenseur (p.50). Il n’a  jamais eu non plus l’intention de «  plaquer sur leur activité [des conservateurs-restaurateurs] un protocole préfabriqué – allant de l’hypothèse au test et à la norme – lui-même fondé sur un projet prédéfini visant à rompre avec l’ontologie .» Si c’est à l’ontologie « substantialiste » d’origine aristotélicienne qu’il est fait référence, une ontologie de l’art « séparée » et relative au présupposé philosophique de son autonomie qui s’est répandu comme vulgate depuis la fin du XVIII ème siècle et  fut mis à mal par les avant-garde, alors oui, effectivement, Jean-Pierre Cometti en affirme sa friabilité9 et réfute toute ontologie de l’art et des œuvres d’art qui ne prendrait pas en compte leurs modes de production ou de composition, d’activation, de réception et de reconnaissance ; en somme, leurs conditions d’usage et de fonctionnement. Cette conception autorise tout au plus une ontologie éphémère  se déclinant au pluriel, puisque à la merci de conditions de fonctionnement de l’œuvre d’art, activées ou non. Encore une fois, c’est se méprendre sur son obédience philosophique et sur la nature du travail effectué en lien étroit avec l’ESAA. Pour être exact, il aurait fallu développer le concept d’abduction10 décrit plusieurs fois dans le livre et du « … processus récursif  [le constat d’état] qui se contrôle à la faveur des allers-retours qu’il exige et des équilibres qu’il autorise. » (p.224). Pourquoi ne pas avoir rendu compte de la Petite philosophie du constat d’état (p. 217-225) qui constitue l’Annexe du livre et apporte sans doute les éclairages les plus intéressants, à la fois pour le conservateur-restaurateur et le philosophe ? N’est-il pas saugrenu de prétendre ostensiblement que Jean-Pierre Cometti aurait compris « la logique d’enquête  du conservateur-restaurateur », quand à l’inverse c’est son enseignement de celle-ci11, de ses modalités et leur développement dans son livre testamentaire qui l’a faite valoir en tant que socle et maître-mot de la posture pragmatiste ? Précisons que l’enquête de type pragmatique débute dans le doute par le recensement des éléments qui posent problème. Elle se poursuit par la formulation d’hypothèses à partir des premières observations qui deviennent des idées dès lors qu’elles sont à même de contribuer à la résolution du problème. Selon John Dewey7, une hypothèse doit être développée jusqu’à ce qu’elle acquière une forme telle qu’elle peut conduire (à) une expérimentation – susceptible d’indiquer des modifications de l’hypothèse – qui mettra en évidence les conditions nécessaires à l’acceptation de l’hypothèse ou son rejet. L’enquête prend fin quand on a trouvé la solution au problème. Cela signifie qu’on a déterminé les conditions qui éloignent toute indétermination pour qu’il y ait assertabilité garantie. On est loin de l’interprétation de Pierre Leveau … En fin de son texte, celui-ci prête à Jean-Pierre Cometti « … l’idée qu’il partageait curieusement avec lui [Cesare Brandi] que cette philosophie [celle « de la conservation-restauration que l’on attend d’un seul homme, … »]devait être l’oeuvre d’un seul théoricien …». Cet avis relève de l’aberration tant sa teneur n’est pas plausible pour les raisons que nous avons déjà fournies plus haut. Et faut-il encore le rappeler, Jean-Pierre Cometti ne s’intéressait ni ne s’attelait qu’à la résolution de problèmes afférents à des œuvres et leurs situations singulières, et affirmait mesurer ce que la conservation-restauration fait à la philosophie. Oui « Jean-Pierre Cometti est [bien] décédé le 04 Janvier 2016 ». Mais il n’a pas totalement disparu puisque au terme de l’année scolaire 2014 coïncidant avec l’achèvement de son essai, ne souhaitant pas continuer, il avait désigné son successeur en la personne de Gaspard Salatko, anthropologue de l’art et du patrimoine et non pas philosophe, pour reprendre le flambeau du séminaire « art et artefactualité » dont il fut l’initiateur dès 2011, et non pas seulement « en 2013 et 2014 » (p.49) comme l’écrit Pierre Leveau. C’est bien qu’il n’a jamais eu pour visée «  la philosophie de la conservation-restauration que l’on attend à tort d’un seul homme, Godot, qui ne viendra pas, (p.50), … », et que « les enseignants de l’ESAA » ne comptent parmi eux ni Vladimir, ni Estragon, ni croyant au Père Noël non plus. Depuis belle lurette, ils se sont rangés à « … l’idée que la conservation et la restauration puissent avoir à faire avec la philosophie ne va nullement de soi. » (p.194) Paradoxalement c’est Pierre Leveau qui formule une extravagante ambition prométhéenne dont on ne peut s’empêcher de flairer la vanité: « … en hommage à Jean-Pierre, j’espère avoir un jour l’occasion de décrire le fonctionnement intellectuel des professionnels de la conservation … ». Cette velléité est assez symptomatique d’une propension à s’arroger la légitimité d’une capacité descriptive et analytique qui, en fin de compte, s’inscrit dans la continuité d’une appropriation de la pensée sur la (conservation-) restauration par la tutelle institutionnelle. Celle-ci étant à l’origine d’un modèle d’organisation particulièrement tenace en France, hiérarchisé et archaïque en regard des définitions internationales. Le (conservateur-) restaurateur y est quasiment exclu de l’institution12 et toujours subordonné13 selon la distinction traditionnelle entre travail intellectuel et travail manuel, réactivée au XVII ème siècle d’après l’antique démarcation du droit romain entre operae liberales et operae illiberales14. Or et approximativement depuis les années soixante, la conservation-restauration s’est érigée à l’échelle internationale en tant qu’activité libérale, au point qu’elle a été admise en France comme telle par l’administration fiscale en 1991. C’est particulièrement grâce à la rédaction et à la diffusion de chartes déontologiques qui ont nettement fait apparaître la dimension intellectuelle de leur activité et la responsabilité propre à ses ressortissants aspirant légitimement à une autonomie au moins relative. Au lieu d’un paternalisme ou d’un assujettissement philosophique, la discipline et la profession pourraient par exemple tirer parti de lumières, à l’heure d’une marchandisation des biens culturels de plus en plus flagrante, pouvant éclairer la piste d’une idéologie professionnelle qui, fondée précisément sur l’idée du désintéressement15 en substance d’une stratégie refusant toutes subordination scientifique et soumission au marché, vise l’appui du public.

De la recherche en France

La situation de la recherche en conservation-restauration est tellement exsangue en France en regard de ses voisins européens, que Pierre Leveau peut apparaître aujourd’hui comme le seul philosophe16 es conservation-restauration. Une petite sphère patentée de « spécialistes » et d’ « experts » plutôt concentrée à Paris, lui octroie une place et une parole qui manquent hélas de concurrence17. Serait-ce la raison pour laquelle il se livre à des représailles envers un Jean-Pierre Cometti qui aurait osé se fendre d’un ouvrage philosophique à propos de conservation-restauration sans adoubement par les détenteurs de l’autorité compétente ?  La teneur et la manière nourrissent cette impression, d’autant plus décevante que pareille animadversion exprimée ouvertement eut été peu probable18 du vivant de Jean-Pierre Cometti, encore moins sous couvert dune privauté collégiale qui l’autorise post mortem. A l’attraction d’un gotha de la conservation-restauration très centralisé et à la fréquentation de minuscules cercles autorisés qui feraient la recherche française en réservant un strapontin de premier ou même de seul philosophe français es conservation-restauration, il y a de quoi se sentir pousser des ailes. Mais ne risque-t-on pas d’en laisser des plumes voire d’y abîmer son âme comme beaucoup de ces experts médiatiques, domestiqués et commodes, qui, se croyant parvenus au sommet, savent faire preuve de retenue, de docilité et de cécité critiques vis à vis d’une pensée unique ou d’une doxa et de ses tenants, en s’institutionnalisant et en finissant par ne plus que se professer eux-mêmes en véritables gourous ? Las, la course à la première place et à une exclusivité d’audience fausse la vue et n’est jamais gage de qualité d’examen ni d’expertise mesurée. N’a-t-elle pas conduit ici à la pratique de l’oracle qui trahit une immodération de certitude prédictive, dédaigneuse et parfaitement déplacée notamment à trois reprises20 (p.49) dénotant un acharnement tout à fait incongru ?  Jean-Pierre Cometti, a contrario, se l’était interdit: « Ce n’est pas le lieu de faire ici des prophéties ni de se laisser aller à des vaticinations (p.214). » Quoiqu’il en soit, « La méthode plus historique et laborieuse » de Pierre Leveau ne lui a visiblement pas permis d’être assez regardant ni exigeant sur la teneur, l’actualité, la pertinence ou la paternité des travaux de recherche français qu’il cite pour faire feu de si peu de bois, quand leur valeur et audience sont datées et à peu près nulles sur le plan international. « Peu de philosophes se sont intéressés » aux questions de la conservation et de la restauration, écrit à raison Jean-Pierre Cometti (p.194). Pourquoi ne pas avoir déjà recensé les écrits21 de ces quelques-uns, aussi modestes soient-ils, pour les mettre en lumière et les discuter, avec une intention didactique et non pas seulement doctorale ? S’il y avait un regain et une actualité de la recherche à souligner qui touchent plus ou moins directement la conservation-restauration, ce n’est certainement pas à la philosophie qu’on les doit 22. Hormis ceux produits sous les auspices de Thierry Lalot 23, c’est sans aucun doute bien plus aux travaux de divers sociologues et/ou anthropologues tels que, dans le désordre, Léonie Hénaut, Noémie Etienne, Gaspard Salatko, Thierry Bonnot, Christelle Patin, Yaël Kreplak, et quelques autres encore – exceptée Nathalie Heinich dont l’ouvragre cité bien mal à propos par Pierre Leveau 24 tant son couplet sur la conservation-restauration est particulièrement élimé voire même parfois erroné 25. Il est fait reproche à Jean-Pierre Cometti de ne « pas [avoir] pris en compte [] le travail de réflexion et de conceptualisation fait à l’INCCA, à l’ECCO, à l’ICCROM-CC (?), à l’ICOM, au CEN/TC346 ou à l’ARAAFU [par « les « spécialistes »]production et leurs auteurs dont, soit dit en passant, on eut apprécié les références. Tous les acronymes de cette sélection exempte de ses critères, ne désignent pas des instances dont les objets et enjeux principaux26 recoupent ceux du livre incriminé. Seul l’ICOM-CC, dédié à la visibilité de la recherche mondiale en conservation-restauration, offre un accès qui a son prix à des travaux de Master et troisième cycle en rapport avec le champ des biens concernés, et dont Jean-Pierre Cometti avait parfaitement connaissance 27. Les foyers de recherche les plus prolifiques et les plus influents concernant notamment la préservation de l’art contemporain ne sont pas francophones. Ils sont sans conteste en Hollande, notamment aux Universités de Maastricht et d’Amsterdam, en Allemagne à Karlsruhe et Berlin, et en Grande Bretagne à l’ University College de Londres et à l’Université de Glasgow, en Italie à l’Université de Turin. Hélas la recherche française à l’existence végétative que fait valoir Pierre Leveau n’en a que le nom ou la prétention, tant elle est indigente et à la traîne, à la remorque ou loin de ce qui est produit ne serait-ce qu’en Europe 28. A regret, les noms et lieux cités ne comptent absolument pas à l’échelon international et si peu sur le plan national. Pourquoi ne pas avoir plutôt cité des équipes et lieux en France où se mènent des projets dynamiques, des initiatives originales et novatrices de recherche interdisciplinaire digne de ce nom en ce qu’elle s’en donne les moyens et les compétences: Musée du Quai Branly, Musée National d’Art Moderne, Université Paris I, Villa Arson, Musée d’Art Contemporain du Val de Marne, Atelier Boronali, entre autres ? « La conservation-restauration [… ] a-t-elle besoin de philosophie pour évoluer ? » questionne Pierre Leveau avec la fausse incertitude de celui qui est déjà persuadé de la réponse affirmative. « […] il suffirait peut-être que les experts présentent les leurs [pratiques] à des philosophes , spécialistes des relations abstraites [des ergologues29 par exemple ?], pour qu’ils en tirent ensemble la théorie attendue,  […] » Or il napparaît pas que ce fut une urgence ni même une attente exprimée par quelque collectif de conservateur-restaurateurs que ce soit dont le portrait en creux est pour Pierre Leveau, celui de praticiens incapables de prendre en charge la réflexion et la détermination de leur propre discipline. Mais celui qui est  capable de dire ce qui « … irritera les professionnels …  » (p.50)  et de quoi   » … les conservateurs-restaurateurs [qui] ne se satisferont pas …  » (p.49), sait: « Ce qui manque à la [conservation-] restauration, … » [c’est la] «  … production des connaissances par l’institution qui profite à l’ensemble du secteur  … » (p.50) Le salut viendrait d’une philosophie institutionnelle selon la diagnose de Pierre Leveau qui pose ainsi la primauté, si ce n’est l’exclusivité, de la philosophie et de l’institution pour la détermination de la conservation-restauration, perpétuant ainsi un modèle doublement tutélaire de surcroît. A contrario selon nous, une nouvelle allégeance scientifique n’est pas nécessaire quand le besoin essentiel et primordialen passant par un « état de l’art » que du reste Pierre Leveau concède – se résume en deux points. Premièrement l’amélioration des conditions précaires de son exercice par des professionnels dépourvus de statut et quasiment exclus de l’institution, à l’égard de biens patrimoniaux soumis au code des marchés publics sans véritable discernement de leur exception 30. Deuxièmement, en corollaire du premier, la création d'(au moins) une école doctorale 31 propre à la conservation-restauration 32 prise en tant que discipline académique autonome comme dans la plupart des pays occidentaux et même du sud. L’enjeu est aujourd’hui la survie de la profession en vertu de ses principes établis à l’échelle internationale et la fin de toute subordination à quelque tutelle scientifique que ce soit, afin qu’elle puisse trouver sa place comme en Allemagne par exemple, au coeur de l’institution et d’une véritable interdisciplinarité élargie.

Conclusion A partir d’une analyse altérée par des contresens, implicites, sous-entendus, et dépourvue de dimension dialectique, débouchant finalement sur des jugements péremptoires fallacieux, Pierre Leveau s’est appuyé sur des références lacunaires  pour produire une démonstration floue semblant asservie au statu quo. Il s’est tristement fourvoyé dans un mauvais procès irrecevable, tant celui-ci est dénué de la pertinence et de la valeur scientifique qu’on pouvait raisonnablement attendre. Ce qu’il a pris pour une nouvelle théorie de la restauration pâtissant de  « … lacunes abyssales de la bibliographie … » (p.49) dont la sienne, est en réalité un essai philosophique que son auteur a toujours voulu comme tel.  Au constat de dévoiements de sens, d’une détraction posthume déloyale en méconnaissance, incompréhension ou mépris de l’ampleur et de la portée du livre de Jean-Pierre Cometti, la recension du philosophe-ergologue laisse un goût amer d’anathème inique et sans vergogne. Certes « Jean-Pierre Cometti est décédé … », mais n’en déplaise à une critique opportuniste, insuffisamment scrupuleuse à bien des égards et manifestement tombée dans l’excès tant de surplomb que d’aplomb, ses propositions font dorénavant école.   [MM — Juillet 2017]


Notes

1 « Existe-t-il une philosophie de la conservation-restauration ? », CRBC n°34 / décembre 2016, p.48-50.

On ne cédera pas à la tentation de s’aventurer dans l’explication de nature psychanalytique, même si la recension de Pierre Leveau, digne d’un brûlot, suggère un affrontement post mortem visant au meurtre symbolique du père, devant permettre in extremis une émancipation de l’émule/rival par laffranchissement du regard comettien.

3  L’anthropologie philosophique au sens wittgensteinien, décrit de manière pragmatique l’art comme un jeu de langage non isolable, connecté à d’autres jeux de langage, et inscrit dans des formes de vie.

5 Ici, il est fait allusion à une matérialité qui excède la « physicalité » ou la consistance matérielle.

6 Seuls quelques-uns , toujours les mêmes notamment cités par Pierre Leveau, parce que quasi-institutionnalisés ou en situation économique favorable, ont ce privilège.

8un peu comme dans les expériences de pensée, lorsqu’on se demande comment les choses apparaîtraient pour peu qu’on modifie sensiblement les hypothèses ou les données auxquelles elles sont subordonnées. », ibid.

9 Jean-Pierre Cometti, Art et facteurs d’art : ontologies friables, Rennes, Presses Universitaires de Rennes / Aesthetica, 2012, 217p.

10 L’abduction est entendue ici comme un mode ou processus de raisonnement logique inférentiel utilisé notamment pour la production de diagnostics. A partir d’un fait observé dont on connaît une cause vraisemblable, il consiste à conclure que cette cause hypothétique est la plus probable (hypothèse heuristique).

11 Sur la base de celle de John Dewey, Logique (La théorie de l’enquête), Paris, PUF.

12 Ibid.

13 A titre de comparaison avec l’Allemagne à laquelle on aime se livrer par ailleurs, le directeur du Doerner Institut, l’équivalent du C2RMF, fut dès 1974 ! … un (conservateur-) restaurateur, Hubertus von Sonnenburg. En 1991, il fut même nommé parallèlement, chairman du département de conservation-restauration du plus grand musée du monde, le Metropolitan Museum de New York, et directeur général de la collection fédérale des peintures de Bavière.

14 Si ce modèle offrit jadis l’avantage de garantir à une poignée de professionnels un monopole, il les soumettait à une hiérarchie bureaucratique. Inversement, la libéralisation totale du marché, même soumise à conditions de qualification, les livre aujourd’hui aux aléas de la demande et à une concurrence effrénée dont les conséquences inéluctables sont le dumping budgétaire et la baisse de qualité des prestations.

16 Le restaurateur traîne en effet, depuis le XVIIIème une réputation suspecte de détenteur de secrets, de sorcier, de magicien et de faussaire en puissance. cf. « Artiste, faussaire, expert : les identités du restaurateur », in L’Histoire à l’atelier : restaurer les œuvres d’art (XVIIIe-XXIe siècles) sous la dir. de Noémie Etienne, & Léonie Hénaut, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 2012, 418 p.

17 Il ne cite pas Thierry Lalot ni Alfredo Vega Cardenas, ni d’autres chercheurs.

18 Pierre Leveau a participé à plusieurs sessions du séminaire « art et artefactualité », mais nous n’avons pas souvenir qu’il ait formulé ouvertement quelque critique à quiconque sur la nature ou l’enjeu de la démarche poursuivie.

19  « […] ce livre,  […] intéressera peut-être les étudiants, […] mais irritera les professionnels, qu’il néglige à tort. » ; « C’est pourquoi l’ouvrage décevra autant les philosophes, qui n’y appendront rien de plus que de dans le précédent [livre] que les conservateurs-restaurateurs ne se satisferont pas d’apprendre que l’auteur « a l’impression […] d’enfoncer des portes ouvertes » » ; « Ce choix a nui à son entreprise et décevra les spécialistes, […] ».

20 J. Baudrillard Le système des objets, G. Genette, L’oeuvre de l’art, …

21 Si les propositions de Muriel Verbeeck, docteur en philosophie et enseignante à l’Ecole d’art de Saint-Luc ( Liège) sont volontairement passées sous silence, c’est que parce qu’elles nous paraissent relever plus d’une recherche méthodologique et théorique en conservation-restauration, qu’à proprement parler philosophique.

22  Responsable de la mention Conservation-Restauration des Biens Culturels , du pôle de recherche en préservation des biens culturels, composante de l’équipe d’accueil 4100 Histoire culturelle et sociale de l’art (HiCSA) sous la direction de Philippe Dagen à l’ UFR 03 Histoire de l’art et archéologie de Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, du Centre de Recherche en Préservation des Biens Culturels (CRPBC), et qui prend sous son aile toutes les thèses en conservation-restauration au titre de membre de l’Ecole Doctorale d’histoire de l’art ED 441 sous la direction de Dominique Poulot à l’ Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

23 Heinich Nathalie, Le paradigme de l’art contemporain. Structures d’une révolution artistique, Paris, nrf Gallimard, 2014.

24  L’art contemporain selon un nouveau paradigme.

25 L’INCCA est une base de données internationale alimentée par de multiples sources, l’ECCO un lobby professionnel européen, l’ICCROM un centre de documentation et de formation continue, l’ARAAFU une association corporatiste de professionnels français formés à l’université, et le CEN/TC346 voué à la normalisation terminologique de la conservation-restauration.

26 Preprints ICOM-CC/Lisbonne 2011, ICOM-CC/Melbourne 2014

27  Tout un pan de la recherche s’inscrit dans un courant de pensée post « tournant matériel » (‘material turn’) qui réfute notamment les partages catégoriels comme forme/matière, image /support, matériel/immatériel visant à une des reconceptions en conservation-restauration.

28  Pierre Leveau s’identifie comme Chercheur associé, rattaché au Centre d’Épistémologie et d’Ergologie Comparatives, Aix Marseille Université ED. 356.

30 En l’état actuel du paysage français des formations, celle-ci pourrait éclore à partir de la réunion des tenants d’une recherche interdisciplinaire et indépendante ou non institutionnelle, qui existe déjà en école supérieure d’art et à l’université.

31 Voir T. Lalot, « Bilan et perspectives de trente années de formation universitaire en conservation-restauration . Les chantiers de la formation : vers une discipline reconnue et une recherche active », Institut National d’Histoire de l’Art, Paris, 27 septembre 2008.

Appel à publications pour EGG – CerOArt

(Version Française)

EGG – 2016-2017

Le hors-série EGG (European Graduate Generation in conservation-restoration), publiera début d’hiver 2017  les premiers articles de jeunes diplômés des années 2016 et 2017. Ceux-ci peuvent porter indistinctement sur des études de cas, des recherches ou des réalisations pratiques dans le cadre de jurys et mémoires ou thèse de doctorat, pour autant qu’elles aient été présentées avec succès au sein des différentes formations.

Par la poursuite de ce projet, nous voulons réaffirmer l’importance, pour de jeunes conservateurs-restaurateurs, de partager leurs recherches et travaux sous forme de publication scientifique. En effet, la somme de savoirs accumulée dans la « littérature grise » (non publiée) des dossiers d’intervention, mémoires de fin d’études et thèses doctorales est phénoménale. La divulgation des résultats stimule les recherches, et leur complémentarité peut déboucher sur des projets communs au niveau européen. L’initiative donne, en outre, une meilleure visibilité aux différentes formations au sein des Hautes Écoles et Universités.

Modalités

Chaque étudiant ou diplômé désireux de soumettre un article doit préalablement contacter, au sein de l’établissement où il étudie, un enseignant faisant office de personne de référence et qui sera son intermédiaire vis-à-vis de CeROArt. La personne de contact est chargée du suivi de l’article scientifique (de l’élaboration à sa version finale), et veille à sa conformité par rapport à la charte éditoriale ;  elle est à même de procéder à la relecture d’un article émanant d’une autre institution; enfin elle vérifie les informations relatives à la formation et à l’École ou Université qu’elle représente, et qui seront publiées.

Les textes peuvent être soumis en français, en anglais, ou dans les deux langues. Les textes en anglais doivent impérativement relus par un native English speaker. CeROArt n’assume pas les traductions.

Site et Charte éditoriale la revue

Calendrier

Envoi des articles avant le 1 novembre 2017. Ceux-ci pour être pris en compte doivent respecter la charte éditoriale et être vérifiés (cf check list).

Information complémentaire: muriel.verbeeck(at)ceroart.org

 English version

EGG – 2016-2017

In winter 2017, special issue EGG (European Graduate Generation in conservation-restoration), will publish the first articles by young graduates (2016 and 2017). These may be case studies, research or dissertations, provided that they have been successfully presented in the various trainings.

By this project, we wish to reaffirm the importance, for young conservators-restorers, of sharing their research and work in scientific form. There is in fact an exceptional amount of knowledge accumulated in the (unpublished) “grey literature” of intervention files, end-of-study dissertations and doctoral theses. The dissemination of the results stimulates research and their complementarity can lead to joint projects. In addition, the initiative gives greater visibility to the different types of training within Colleges of Arts and Universities.

Modalities

Each student or graduate wishing to submit an article must make prior contact with a teacher in the establishment in which he is studying, who will act as a reference person and be his intermediary with regard to CeROArt. The contact person is responsible for supervising the scientific article (from drafting to final version), and ensures that it complies with the editorial charter; this person is also able to proofread an article from a different institution; finally, he checks the information to be published regarding training and the College of Arts or University he represents.

Texts may be submitted in French, in English or in both languages. Texts in English must be proofread by a native English speaker. CeROArt will not provide translations.

Website: http://ceroart.revues.org/ (for English version, click on the upper right button)

Publishing Policy: http://ceroart.revues.org/index87.html

Check list: https://ceroart.revues.org/5198?file=1

Schedule

Papers’ submission: before November 1st 2017.

Additional information : muriel.verbeeck(at)ceroart.org

Un écho à la recension du dernier livre de J.-P. Cometti, parue dans CRBC

Jean-Pierre Cometti restauré par Pierre Leveau : un exemple de l’esprit conservateur

par Marjorie Caveribère, philosophe et artiste, membre du séminaire « art et artefactualité ».

Après une présentation fidèle du livre de Jean-Pierre Cometti, Conserver / restaurer. L’oeuvre d’art à l’époque de sa préservation technique paru chez Gallimard en Février 2016, Pierre Leveau 1 en vient à découvrir l’existence d’un programme projeté par l’auteur, énoncé à la page 47 de son livre. Il consisterait en « une analyse théorique du statut des propriétés, susceptible de justifier l’abandon d’une ontologie fondée sur celle-ci ; un ensemble de tests susceptibles de justifier une pratique de la conservation-restauration qui en intègre le paradigme ; une recherche destinée à forger une terminologie adéquate ». Cette pensée programmatique se confirmerait en d’autres endroits du livre. L’auteur aurait ainsi balisé cette « voie  en donnant à ses lecteurs une série de repères ( pages 38, 118-119 et à la page 211) ». Remarquons que cette citation renvoie à ce qui précède dans le chapitre intitulé « Des embarras avec l’oeuvre ». Par là nous devons entendre que les « hypothèses » (sur l’identité ou les propriétés des œuvres) formulées méritent « d’un point de vue philosophique » d’être prolongées selon trois directions : 1) ontologique (qu’en est-il des propriétés qui justifient « l’abandon d’une ontologie » stable ?) 2) pratique (comment intégrer ce paradigme à l’activité du conservateur-restaurateur ?) et 3) sémantique (proposer une terminologie)2. Il ajoute « faute de nous y engager ici, tournons nous pour conclure ce chapitre vers trois de leurs implications ». Ce programme, apprenons-nous, n’a pu être réalisé en raison du décès de l’auteur.

La citation suivante est un patchwork cousu de trois fragments empruntés aux pages 71, 80 et 209. L’extrait 209, comme empreint de la fragilité syntaxique du balbutiement, apparaît comme l’ultime volonté d’un mourant:   «   qu’une réponse, si l’on devait en donner une, réclamerait un réexamen que je ne suis plus en mesure de tenter ». Or dans ce passage l’auteur envisage le cas des reconstitutions d’oeuvres qui ne relèvent pas, à proprement parler, de la conservation-restauration. En envisageant cette possibilité inédite dans la conclusion, il précise qu’il ne peut y revenir dans le corps de l’ouvrage. Pour Pierre Leveau ces paroles éclairent une question posée à la page 80 où l’auteur dit qu’il « ne souhaite « pas insister d’avantage sur la question». Laquelle est-elle ? « L’identité des œuvres » écrit Pierre Leveau. Or, le point sur lequel Jean-Pierre Cometti ne désire pas s’appesantir est celui des copies de copies telles que Lascaux 1 et 2. Il juge la situation si simple qu’elle ne mérite pas d’être plus longuement présentée. Les deux fragments sont introduits par cette capture sémantique (p.71):  « l’impression […] d’enfoncer des portes ouvertes ». Quel est donc le contexte ? Les qualifications d’un objet ou sa reconnaissance, par exemple le fait qu’un fauteuil soit un fauteuil, ne reposent pas seulement sur ses propriétés physiques mais aussi sur son usage. Voilà qui est, lui semble-t-il, une évidence. Le montage donne la phrase suivante : « c’est pourquoi l’ouvrage décevra les philosophes, qui n’y apprendront rien de plus que dans le précédent, que les conservateurs-restaurateurs, qui ne se satisferont pas d’apprendre que l’auteur a « l’impression […] d’enfoncer des portes ouvertes (p.71)» et qu’il ne souhaite « pas insister d’avantage sur la question (p.80)» de l’identité des œuvres parce « qu’une réponse s’il l’on devait en donner une, réclamerait un réexamen qu’[il n’est] plus en mesure de tenter (p.209)». Voilà qui est remarquable.

Mais plus remarquable encore : l’explication produite par Pierre Leveau après ce méticuleux travail de « restauration » d’un texte qui n’était pas dégradé et n’offrait aucune difficulté quant à sa compréhension. D’après lui, le livre serait « inachevé ». Ce verdict est confirmé par la conscience qu’en aurait eu l’auteur lui-même : « sachant son essai inachevé, il avait accepté quelques mois avant sa mort de contribuer à un numéro thématique, etc. » Or, en quoi l’écriture d’un article dans une revue implique l’inachèvement d’un livre ? Le défaut d’explication qu’on peut déplorer est surmonté par l’argument « le sort en a décidé autrement ». Ce serait donc l’adversité qui a mis « cette machine de guerre, à la fois cathartique, heuristique et pédagogique » entre les mains des enseignants et étudiants de l’ESAA. Et « l’ouvrage posthume qu’il nous laisse reste marqué par l’instrumentalisation mutuelle qui le fit naître ». Puisque « le grand soir » écrit-il lyrique, « n’eut pas lieu ». Faut-il comprendre que cette « machine de guerre », inspirée par des esprits irréguliers, pèche pour être tombée entre de mauvaises mains ? Le bilan devient subitement négatif: l’auteur est coupable d’ignorance (il méconnaît « le terrain de l’expérience », « la méthode de l’enquête », etc.), il « aurait gagné à connaître les théories contemporaines du champ où il prit position », il est sujet à une partialité néfaste qui « nuit à son entreprise », sa bibliographie comporte des « lacunes abyssales », il donne une mauvaise image du métier de conservateur- restaurateur et il « irrite les professionnels qu’il néglige à tort ». Soit.

Notons que Pierre Leveau remploie des questions ou expressions de l’auteur sans que le statut de citation soit indiqué3. Il titre, par exemple: « existe-t-il une philosophie de la restauration ? » tandis que Jean-Pierre Cometti écrit en sous-titre4 : « existe-t-il une philosophie de la restauration ? » La question n’est pourtant pas la même. Chez Jean-Pierre Cometti la question porte moins sur son existence que sur son unicité : en existe-t-il une ? Il en déduit qu’il en existe plusieurs et qu’elles ne sont pas conciliables. Pour Pierre Leveau la question porte sur l’existence : y en a-t-il une ? Oui, il y en a une : « la philosophie de la conservation-restauration existe déjà ». Certes, il y en a une puisqu’il y en a plusieurs. Cela se déduit. L’inconvénient est la difficulté que Pierre Leveau éprouve à l’énoncer. Elle est « immanente » précise-t-il et il faudrait la rendre apparente. Le geste n’est rien moins que l’extraction d’un buste antique hors du lit d’un fleuve. « La » – article défini – philosophie de la conservation-restauration sortirait, unique et complète, de l’esprit de quelques « spécialistes des relations abstraites », telle Athéna du crâne de Jupiter.

Il en vient à définir « la tâche du philosophe ». Elle consisterait à être attentif aux pratiques des experts et se limiterait au travail d’exhumation du « noyau dur de leurs programmes de recherche [ceux des experts] en parcourant le champ – du matériel à l’immatériel, en passant par le naturel, le culturel, le scientifique technique et industriel – pour en tracer la carte et la donner aux praticiens afin qu’ils la complètent en précisant leurs positions, sans se positionner soi-même, sinon comme observateur, cartographe et analyste ». Cette carte imaginée pour compléter et parfaire le supposé programme de Jean-Pierre Cometti ne risque-t-elle pas fort d’avoir un usage limité aux seuls individus qui l’auraient dessinée ?  Il propose pour éviter cet écueil « de demander à différents laboratoires de recherche (sans dire lesquels) de présenter le leur [programme] dans un « lieu institutionnel » afin « d’en tirer la philosophie de la conservation-restauration que l’on attend à tort d’un seul homme ». Cette précision « un seul homme » permet de conclure le raisonnement par cette autre confidence : Jean-Pierre Cometti aurait désiré prendre la place de Cesare Brandi car il croyait en « l’idée que cette philosophie devait être l’oeuvre d’un seul théoricien »5.

Le « noyau dur » a une longue pente à remonter à cause de ce livre qui dérange en manifestant ce qui est parfaitement connu des conservateurs-restaurateurs : l’unité de leur discipline ne relèverait pas de la « pratique » ou de l’« apprentissage » (ce qui signifie que chacun bricole à sa manière et dans son coin) mais d’un « type de fonctionnement intellectuel ». Cette expression opaque aussi bien pour celui qui l’énonce que pour celui qui l’entend, laisse entrevoir un esprit de corps alerté par la crainte de voir disputés ses droits de propriétés. D’où ce remède à l’ouvrage de Jean-Pierre Cometti : écrire un livre qui porterait curieusement sur « ce type de fonctionnement intellectuel des professionnels de la conservation qui relève d’une logique d’enquête ». Pierre Leveau en vient à confondre l’objet soumis à une logique de l’enquête – expression empruntée à John Dewey – avec l’esprit du conservateur-restaurateur lequel ne fait l’objet d’aucune enquête, du moins à notre connaissance.

Finalement, nous en venons à la question posée par l’existence de cet essai : « la conservation-restauration ne doit-elle pas évoluer ? » Pierre Leveau la pose et il suppose que Jean-Pierre Cometti a fait de même – « à bon droit » dans son livre. Il se peut qu’elle se pose « à bon droit » pour le conservateur-restaurateur, mais elle ne se pose pas pour le philosophe. Pierre Leveau semble avoir pris conscience de l’existence d’idoles barbares et baroques, les objets ethnographiques, non seulement « récalcitrants » aux formes de la ritualisation qui lui sont familières, mais également propres à les mettre en péril. Aussi la pratique de la conservation-restauration se trouve-t-elle à présent dans la même posture que le baron de Münchhausen. Elle ne doit qu’ à la faiblesse de son esprit, l’élévation qu’elle préserve et place en la formidable traction exercée sur elle-même. La matière soulevée par les ficelles de l’identité, l’authenticité, la lisibilité, la réversibilité menace de s’effondrer dans le monde des réalités « composites » et ajouterons-nous, « contingentes ». Cette dernière caractéristique ne les rend pas pour autant « illégitimes » mais révisables. Point de détail. Pierre Leveau semble croire que la contingence et l’illégitimité vont de pairs. Il s’agit donc de remonter la marionnette qui fonctionne comme telle sans rien perdre de notre croyance en son animation naturelle. Voilà le tour de passe passe qu’entend entreprendre Pierre Leveau : faire du pragmatisme un dogmatisme et ainsi prolonger une pensée qui l’embarrasse en en inversant les conséquences.

Expliquons-nous. Si la pensée pragmatique est tenue par tous comme étant celle qu’il faut suivre, alors elle offre la possibilité d’universaliser des pratiques et des usages ; lesquels deviendraient des normes. On obtient – selon l’expression paradoxale de Saul Kripke – du nécessaire a posteriori. Il suffit d’injecter du prescriptif (ce qu’il faut faire) dans le descriptif (ce qui est, moyennant la prise en compte d’un contexte d’usage). La pensée de Jean-Pierre Cometti descriptive et critique est contraire à l’idée d’une normalisation des pratiques ou des usages. Cet essai n’est pas simplement un appel à une prise en compte des contextes d’usage et donc de la plasticité des objets, mais surtout la reconnaissance de l’insoutenable liberté et la part d’inventivité fructueuse qui se présentent devant tout choix. Le pragmatisme ne dit pas seulement : les choses fonctionnent ainsi, il dit également : elles pourraient fonctionner autrement. Cette inventivité concédée au conservateur-restaurateur est redoutable car alors dans l’actualisation d’une plasticité intrinsèque, on pourrait voir surgir des idées et des valeurs sans retombées économiques ou pire, qui pourraient entraîner une réévaluation de notre patrimoine et ce – pour de bonnes raisons.

_______________Notes_________________________________________________________

CCCRBC n°34, décembre 2016, p. 48-50.

Par terminologie nous pouvons penser que l’auteur avait en vue Langages de l’art de Nelson Goodman à titre de modèle ; ainsi que Quand y-a-t-il art ? du même auteur.

3  Pierre Leveau en Pierre Ménard qui eut le désir de réécrire le Quichotte dans la nouvelle du même nom de Borgès.

4  chapitre IX « philosophie(s) de la restauration »

5  Ces croyances et désirs attribués à l’auteur par Pierre Leveau ne sont ni des citations, ni des confidences.

Hamid Maghraoui présent à la Biennale de Lyon 2017

Nous nous réjouissons de la sélection  d’une oeuvre récente de notre collègue enseignant et ami Hamid Maghraoui, 23 tonnes, par les commissaires de la 14ème Biennale de Lyon de 2017 qui a pour thème « les mondes flottants ». Elle sera exposée à partir du 20 Septembre 2017 jusqu’au 07Janvier 2018 à la Sucrière, à proximité d’oeuvres des trois artistes, Lara Almarcegui, Hans Harp et Hans Haacke.

Né en 1973 à Nîmes, vivant et travaillant entre Nîmes, Avignon et Paris, l’artiste plasticien Hamid Maghraoui est un observateur sagace de la quotidienneté et de la domesticité impliquant des objets banals en prise avec l’univers collectif. Il parvient à discerner des fragments de l’ordinaire pour les transcender en usant de l’insolite comme du paradoxe. Après avoir décortiqué et trituré subtilement  la trivialité du visible, il en extrait l’oracle d’un  insoupçonnable insu révélé par des figurations relevant toujours de la litote, parfois de la boutade ou encore de l’allégorie. Doté de cette clairvoyance déjà briguée par d’illustres précurseurs du surréalisme pour percevoir la face cachée des choses, Hamid Maghraoui lui, pourvoit une véritable anthropologie plastique de l’aliénation. En singularisant et fictionnalisant certaines formes audiovisuelles dans des configurations inaccoutumées, il s’est fait remarquer par sa mise à l’index de comportements consuméristes et mécanisés, notamment conditionnés par la toute puissance des médias de masse.

La vidéo perpétuelle et muette 23 tonnes (2016) présentée à la Sucrière, montre un panorama ciblé par un curieux ajour statique. Dans ce viseur au premier plan, un ciel cotonneux toujours changeant semble mis en joue : il défile par à-coups dans un sens puis dans l’autre.  Ce dispositif de visée indéterminé est un couloir en béton jalonné d’armatures métalliques qui jure avec l’organique du paysage. C’est que l’œil d’une caméra fixe et autonome a été placé au creux du contrepoids de 23 tonnes attenant à la flèche d’une grue de chantier. Sa mobilité axiale n’est perceptible qu’après sa visualisation mentale. Au gré des allers-retours pilotés par le grutier au travail, tel un balayage de scanner, une ligne de mire menaçante  insinue à 37 mètres de hauteur, l’inexorable emprise de l’urbanisation sur l’espace vital.

Avec ses instruments de capture, Hamid Maghraoui ose investir des perspectives et points de vue saugrenus pour en extorquer des visions qui brouillent les codes de détermination. Outre leur esthétique visuelle, les expédients et objets qu’ il  mobilise interloquent à  propos de la  perception de l’environnement spatial et social. Son travail recèle des rapprochements avec d’autres genres artistiques dont le regardeur peut prendre acte pour entrevoir et méditer une réalité qui n’est jamais restreinte ni astreinte,  mais multiple et transformable.

[ …] A la Sucrière, c’est le lac souterrain que l’on croirait, d’après sa couleur opalescente, né de la fonte d’un glacier, dans lequel Doug Aitken fait tomber du plafond des filets d’eau chantants. C’est la vidéo inhumaine qu’Hamid Maghraoui obtient en plaçant sa caméra sur une grue qui décrit un cercle : elle enregistre automatiquement un paysage ravagé par l’industrie. [ …] (extrait de l’ article du Monde du 19.09 par Emmanuelle LEQUEUXHarry BELLET et Philippe DAGEN)

« .

Formation complémentaire du CIPAC

Humanité mégapolitaine, aux Rencontres d’Arles

« La vie dans les villes » selon Michael Wolf,

Rencontres d’Arles, Eglise des Frères prêcheurs

3 juillet – 27 Août, 10H00 – 19H30,

10 euros (sans pass) , tarif réduit pour les étudiants.

Logée dans l‘espace architectural gothique de l’église désaffectée des frères-prêcheurs dominicains, cette exposition qui se termine ce jour, a été produite en collaboration avec le musée de la photographie de La Haye. Elle avait  pour ambition de présenter un aperçu général du travail de création de Michael Wolf. Depuis son origine, la démarche artistique et véritablement socio-anthropologique de cet artiste allemand passé par les Etats-Unis et émigré à Hong kong où il a travaillé pendant huit ans à partir de 1994 pour le magazine Stern, s’est focalisée sur la condition humaine, à la campagne au début, puis à la ville. Il sait si bien adopter des points de vue différents qu’il est en mesure de faire ressortir de ses clichés, des dualités déconcertantes de  l’aliénation métropolitaine entre opacité et transparence,  macroscopie et microscopie, hideur et esthétique, vernaculaire et globalisé, rebut et fétiche,  utilitaire et artistique, fascination et répulsion.

Dès l’accès à la nef,  un parti-pris scénographique bien agencé tout en accordant une déambulation aléatoire, se fait sentir. On a pensé et su mettre à profit toute l’ordonnance architecturale pour concevoir dans l’espace, une cohérence d’ensemble, chronologique et à plusieurs facettes. Le choeur, les chapelles latérales, la nef et même le contraste à échelles différentes du style gothique avec la rectitude  des tours et barres de béton photographiées, concourent à la mise en lumière du cheminement artistique de Michael Wolf comme  de la variété des perspectives et des effets qu’offre le genre de la photographie attelé au sujet somme toute banal de La vie dans les villes.

À droite de l’entrée, une petite chapelle isolée expose la série Bottrop-Ebel , une suite de photographies en noir et blanc réalisées dans un petit village minier de la Ruhr. Michael Wolf est encore à l’université et travaille alors sous l’égide de son mentor Otto Steinert.

Installée verticalement en un en arc de cercle panoramique contre le mur du coeur de l’église, l’oeuvre phare de l’exposition et qui aspire le regard dès l’entrée, est l’installation The Real Toy Story (2004). Elle a mobilisé et  aggloméré une myriade de plus de 20 000 jouets et figurines en plastiques produits en masse par la Chine, et que l’artiste a glanés dans différents lieux de second hand aux États-Unis. Insérés comme les lucarnes d’un calendrier de l’avent aléatoirement au milieu de cette débauche hallucinante de jouets d’enfants, le visiteur découvre des portraits solitaires ou en groupe d’ouvriers chinois livides, au regard las, asservis aux chaînes d’assemblage de ces biens de grande consommation.

Dans la nef de l’église, un accrochage de grands tirages en couleur rendent compte du projet Architecture of Density mené entre 2003 et 2014.  Celui-ci a pour cible  des façades de gratte-ciels prolétariens qui concentrent des cages à poules et  occultent tout l’horizon en saturant le cadre. Vues de loin elles n’apparaissent plus qu’en verticales  et horizontales colorées plus ou moins larges et contrastées au point de créer l’illusion de tableaux géométriques de l’art moderne. Mais dès que l’on se rapproche, l’oeil distingue de plus en plus une condition humaine de séjour compressé en cage à poule. Une structure cubique rapportée abrite une oeuvre tridimensionnelle , 100 x 100 (2006) qui permet au visiteur  d’intégrer l’un des 100 appartements de Skep Kip Mei Estate. Celui-ci fait partie des plus anciens complexes d’habitat social de Hong Kong et compte des logis mesurant chacun exactement 10 X 10 pieds, soit à peu près 3 X 3 mètres. La visite permet d’expérimenter la promiscuité dont l’impression est augmentée par un tapissage à l’intérieur du cube, d’images de ces appartements habités et de leurs occupants qui fixent l’objectif de l’appareil photographique.

Les images de la série Transparent City (2006) contrastent avec celles des barres de béton. Ici Michael Wolf met en exergue la transparence de l’architecture de la ville de Chicago. Après un long séjour en Asie, Chicago lui apparaît comme une opportunité contextuelle contrastée dans la poursuite de son étude documentaire de l’humanité citadine .  La ville est bien moins dense, et offre une vision plus aérée, plus en profondeur. La troisième dimension est présente dans les images. La transparence des gratte-ciel dont les façades comportent plus d’ouvertures et de verre, permet d’y voir à l’intérieur.

Avec Tokyo Compression, Michael Wolf continue son observation voyeuriste déjà à l’oeuvre dans Transparent City. Mais cette fois, il vise singulièrement des passagers compressés dans le métro bondé de Tokyo, leurs joues écrasées contre les vitres. Il s’agit pour lui de montrer cette captivité passagère (aux deux sens du terme).  Les effets de la promiscuité et de la  concentration humaine sont traduits dans le style photographique « no exit » déjà employé dans Architecture of Density. Chaque cliché est un entonnoir destiné à piéger le regard du visiteur dans son cadre au moment précis où chaque passager l’est aussi, en incapacité de se soustraire au confinement de cette véritable geôle transitoire.  Les images suggèrent l’inconfort des corps oppressés et contorsionnés jusqu‘à sortir du champ et quitter le cadre. Même les  yeux clos  sont des tentatives vaines d’évasion mentale et d’échappatoire à l’objectif du photographe.

Pendant les six derniers mois de 2014, Michael Wolf a pris de la hauteur pour trouver des points de vue originaux en haut d’ immeubles, de terrasses et de cheminées pour réaliser la  série Paris Rooftops. La vision proposée est frontale au point d’annihiler la profondeur et confère aux images une puissance d’abstraction géométrique insoupçonnable de l’architecture faîtière parisienne.  Les photographies  conjuguent des verticales de murs avec des arêtes obliques de cheminées ou de perspective et des horizontales de terrasses de toit qui alternent selon une distribution secrète autours des aplats de couleurs formés par des pans de façades.

Montré dans l’abside de la chapelle dédiée jadis à Saint Dominique, le projet Hong Kong Corner Houses (2005-2011) traite de la survivance des immeubles d’angle à Hong. Pour la plupart, Ils ont été construits durant les années 1950 et 1960 dans le quartier de Kowloon et abritent tant des activités commerciales que des espaces résidentiels. Datant de la période d’austérité des années d’après-guerre, ils ont été rafistolés et transformés souvent illégalement, de telle sorte qu’ils se  raréfient aujourd’hui et sont parfaitement uniques. Ils constituent une espèce architecturale en voie d’extinction, chaque fois qu’ils sont un peu plus  démolis et remplacés par de nouveaux immeubles dans une mégapole en proie à une frénésie immobilière sur un territoire non extensible, telle qu’elle sévit  à moindre échelle en principauté de Monaco.

Avec Informal Solutions, Michael Wolf a commencé en 2003 une véritable collection photographique et même physique d’objets observés et parfois récoltés quand il le pouvait dans des rues populaires de Hong Kong, que les médias ne s’attachent jamais à montrer. Celle-ci met en valeur la part d’ombre de la ville lumière, le revers de la médaille d’une grande mégapole toujours vantée pour son dynamisme économique. Or au coeur de l’indigence, s’active une ingéniosité et une inventivité de solutions adoptées par des habitants en proie à un grand dénuement. Ces photographies et ces objets constituent ensemble une sorte de cabinet de curiosités dont la préciosité repose toujours sur la rareté, mais cette fois, celle d’objets ayant appartenu à des gueux citadins contemporains : gants, chaussures, serpillières mis à sécher sur des structures improbables, sièges hybrides rafistolés et réaffectés, labyrinthes chaotiques formés par les tuyaux de canalisation et de ventilation, objets ready made décoratifs et même artistiques à partir de formes accidentelles.

Au pays de la production de masse, la Chine, Michael Wolf a repéré et collecté des chaises bâtardes qui constituent un ensemble de plus de 100 Bastard chairs (2001 – 2006). Chacune d’elles est un unicum qui a sa propre histoire. Rafistolées, bricolées à partir d’épaves, 10 appartenant à sa collection sont exposées sur une estrade blanche qui fait office de socle, comme de véritables ready made auxquels s’attache une esthétique de la survivance du rebut. Puisée chez le plus gros producteur d’objets utilitaires domestiques, difficile d’imaginer une récolte et une conservation quasi fétichistes d’objets aussi détériorés.

Hong Kong Assemblage Deconstructed (2015) témoigne d’une nouvelle orientation influencée par le mode de la collection. Ayant photographié un des assemblages urbains de Hong Kong fait d’objets dont des « oeuvres  » artistiques, Michael Wolf a décidé d’ exposer une installation de cintres, ficelles, parapluies, sacs en plastique, ciseaux, ou encore agrafes métalliques afin qu’elle jouxte une photographie ancienne de cet assemblage.

L’issue de l’exposition n’est pas sans provoquer un certain embarras causé par une ultime dualité. Celle d’un plaisir esthétique abondamment nourri par l’efficacité artistique du photographe, mais à la condition d’une permissivité voyeuriste  à bonne distance des affres d’une urbanité effroyable.

Crédits photographiques: Rencontres de la Photographie, Arles 2017.

De la conservation-restauration des peintures sur France Culture

La  première moitié de l’interview  de  Véronique Sorano – Stedman  dans le cadre de l’émission « secret professionnel » sur France culture, est  consacrée à  l’avènement de la discipline,  l’autre  au cas de la peinture « Il ne faut pas voir la réalité telle que je suis » de Max Ernst.

Le propos est celui d’une des rarissimes professionnels intégrés en institution muséale, en l’occurrence le MNAM / Centre Pompidou. Faute de temps imparti, on entendra d’abord un récit aussi sommaire qu’ approximatif de l’avènement la « restauration ». On notera que l‘appellation « conservation-restauration » pourtant la plus  idoine et normalisée à l’échelle internationale de surcroît , n’est pas prononcée tout au long de l’émission. On se demande d’ailleurs bien pourquoi aujourd’hui encore par une professionnelle à un tel niveau de responsabilité en France. Ne faut-il pas y voir là, un signe de regain du modèle qui prévoit dans les musées une position de la restauration (activité technicienne, métier artisanal) subalterne de la conservation (profession libérale) ? Les développements en réponses aux questions posées et qui se veulent vulgarisateurs, laissent assez clairement transparaître la doxa française basée sur une esthétique des œuvres autant essentialiste qu’ intentionnaliste qui permettrait l’accès  à une signification univoque des œuvres. On perçoit aussi dans le discours, une conception de la restauration en tant qu’une approche assignée à la matière des  œuvres non dénuée d’un relent positiviste. C’est encore une fois l’idée du recours prédominant aux outils des sciences dures qui est propagée au détriment de l’évocation de ceux procurés par les sciences humaines et sociales — exceptée l’histoire de l’art, référence exclusive et tutelle scientifique — et qui supposent d’envisager a contrario une oeuvre contextualisée riche d’un faisceau de significations potentielles.

Le récit de l’origine du tableau de Max Ernst  qui sert d’exemple d’application de la restauration, raconte un défaut de conscience critique flagrant chez ceux qui commandèrent, réalisèrent et concédèrent dans les murs en plâtre de la maison à Eaubonne (près de Paris) jadis occupée par le trio conjugal formé par Ernst, Gala, Eluard, la découpe  aléatoire de « tableaux » et  leur  transposition dans  des   formats arbitraires sur toile tendue sur châssis. Car après le départ des trois occupants en 1932, c’est en effet le restaurateur Guillaumard qui, à partir de 1967 sur ordre de Cécile Eluard, la fille du poète avec l’aval de l’artiste dans un but de dispersion mercantile et de fructification d’un décor mural daté originellement de 1923 et attaché à la configuration d’un lieu (on pourrait dire site specific avant l’heure), a procédé à une opération de morcellement en règle et de conversion générique tous deux hérétiques et contraires à l’éthique en vigueur aujourd’hui. Même les portes peintes participant au décor furent prélevées et par le plus grand des hasards, j’eus la fortune de croiser l’une d’elles à mon grand étonnement dans un atelier du Landesmuseum de Hanovre   lors d’un stage de formation en 1977. Ce procédé de transposition (appelé aussi « transfert ») depuis le mur jusque sur la toile, de transmutation transgenre d’une peinture murale en peinture de chevalet, ne fut pas seulement en vigueur à partir du XIX ème siècle, mais bien avant et tout au long du XVIII ème siècle. En effet, cette technique dut sa mise au point et son perfectionnement notamment à l’engouement pour les fouilles archéologiques (sur le site d’Herculanum à partir de sa découverte en 1709 jusqu’à la fouille proprement dite en 1738, et sur celui de Pompéi fouillé à partir de 1748) et au trafic clandestin qu’elles générèrent dans toute l’Europe (cf. Noémie Etienne et Léonie Hénaut (dir.), L’histoire à l’atelier. Restaurer les œuvres d’art , XVIIIe-XXIe siècles, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2012, 418 p.,).

On est loin du portrait idéaliste  fait en introduction de l’émission, de ceux (aujourd’hui, il faudrait plus justement dire « celles » tant les femmes sont très majoritairement représentées dans la profession )  » … moins vaniteux et plus intelligents que tant de philosophes … » qui assurent la perpétuation des oeuvres de l’esprit contre leur propension à l’extinction naturelle, et de celui du visionnaire Toussaint-Hacquin qui, autour de 1730,  prônait déjà la prudence et la réversibilité en raison de la faillibilité humaine notamment par excès d’amour propre.

Aujourd’hui, à une carence de la recherche disciplinaire et au déclin budgétaire subi par la formation, s’ajoute la précarité économique endurée par bon nombre des professionnels privés. A l’aune de cette situation actuelle dramatique éludée par l’émission, la « restauration » française sera-t-elle en mesure d’évoluer  quant à sa capacité de remise en question de son modèle  idéologique et systémique en visée de conditions d’exercice plus en adéquation avec les chartes internationales de la conservation-restauration et plus dignes pour ses ressortissants ?


Pulsions urbaines aux Rencontres d’Arles

« Pulsions urbaines »
Photographie latino-américaine, 1960-2016
Rencontres d’Arles, 3 juillet – 24 septembre, 10H00 – 19H30, 12 euros (sans pass) , tarif réduit pour les étudiants.

L’exposition Pulsions urbaines, est l’un des événements phares de l’édition 2017 des rencontres d’Arles. Très dense en termes d’items et d’occupation des objets sur les murs blancs, elle se déploie dans  trois grandes salles  sur deux niveaux de l’Espace Van Gogh. A partir de plusieurs centaines d’images prélevées dans la collection constituée par le célèbre couple Leticia Carcano et Stanislas Poniatowski, elle a pour ambition d’embrasser un peu plus d’un demi-siècle de photographie latino-américaine.

Prisonero encadenado (1979) 375 x 597, par Jorge Brantmayer (1954).

L’expographie égrène plusieurs thématiques qui se succèdent comme les chapitres d’un essai à la fois historique et anthropologique mais  ici visuel. Plus ou moins en filigrane, le parti-pris de l’exposition, dont un découpage typologique n’est heureusement  qu’optionnel à la faveur d’ un bornage signalétique discret, est clairement celui de l’homme latino-américain dans sa quête d’une nouvelle identité, hybride, métisse, qui doit conjuguer la mémoire populaire rurale avec l’attractivité métropolitaine et ses avatars. Tout porte à croire que les points de vues des photographes se sont attachés à fixer des singularités humaines dans la ville. Les uns et les unes sont pris en étau, tantôt entre leur double antériorité culturelle préhispanique et coloniale, tantôt entre les dualités et antagonismes nés d’une vie sociale diurne et de son pendant nocturne.  La collision s’aggrave de l’émergence des nouvelles identités sexuelles et sociales permises ou imposées,  et des incompatibilités entre ruralité et urbanité. Toute cette coercition n’est pas moins  violente mais peut-être plus pernicieuse que celle induite par l’alternance des régimes autoritaire et démocratique qui s’y rajoute et contribue à produire  des mutants en proie à une globalisation culturelle et économique galopante.

La surabondance et la succession brutale d’ images de nature et intentions différentes concourent certainement à faire ressortir et ressentir une sorte de tension permanente propre à un monde dystopique. On peut en percevoir des ressorts qui marquent beaucoup de regards hallucinés d’un mélange d’inquiétude, d’hébétude et de gravité.   De ce monde citadin sud-américain, il émane une impression de  violence chaotique, d’ explosivité latente même, telles que les médias occidentaux en relatent inexorablement les affres. Malgré son intention indéniablement louable, l’exposition pourra provoquer une impression de remplissage inconsidéré où l’on passe sans transition ni vergogne de la lutte syndicale et politique à la condition interlope principalement noctambule des transsexuels, puis d’une  une esthétique « musicale » liée à de vieux couples danseurs de tango argentin — qui soit dit en passant, ne parvient pas à s’exonérer d’un galvaudage exotique qui a sévi en Europe –, à encore d’autres thématiques ou esthétismes plastiques tout aussi contrastés. Au point de procurer un sentiment oppressant de trop plein émotif, voire de saturation.

« La vie dans les villes » selon Michael Wolf,

Rencontres d’Arles, Eglise des Frères prêcheurs

3 juillet – 24 septembre, 10H00 – 19H30,

10 euros (sans pass) , tarif réduit pour les étudiants.

Logée dans l‘espace architectural gothique de l’église désaffectée des frères-prêcheurs dominicains, cette exposition produite en collaboration avec le musée de la photographie de La Haye. Elle a pour ambition de présenter une vue générale du travail de création de Michael Wolf. Depuis son origine, la démarche artistique et véritablement socio-anthropologique de cet artiste allemand passé par les Etats-Unis et émigré à Hong kong où il a travaillé pendant huit ans pour le magazine Stern, s’est focalisée sur la condition humaine, d’abord à la campagne, puis à la ville. Il sait si bien adopter des points de vue différents qu’il est en mesure de faire ressortir de ses clichés, des dualités déconcertantes de  l’aliénation métropolitaine, entre opacité et transparence,  macroscopie et microscopie, hideur et esthétique, vernaculaire et globalisé, rebut et fétiche,  utilitaire et artistique, fascination et répulsion.

Dès l’accès à la nef,  un parti-pris scénographique bien agencé tout en accordant une déambulation aléatoire, se fait sentir. On a pensé et su mettre à profit toute l’ordonnance architecturale pour concevoir dans l’espace, une cohérence d’ensemble, chronologique et à plusieurs facettes. Le choeur, les chapelles latérales, la nef et même le contraste à échelles comparables du style gothique avec la rectitude des tours et barres de béton, concourent à la mise en lumière du cheminement artistique de Michael Wolf comme  de la variété des perspectives et des effets qu’offre le genre de la photographie attelé au sujet somme toute banal de La vie dans les villes.

À droite de l’entrée, une petite chapelle isolée expose la série Bottrop-Ebel , une suite de photographies en noir et blanc réalisées dans un petit village minier de la Ruhr. Michael Wolf est encore à l’université et travaille alors sous l’égide de son mentor Otto Steinert.

Installée verticalement en un en arc de cercle panoramique contre le mur du coeur de l’église, l’oeuvre phare de l’exposition et qui aspire le regard dès l’entrée, est l’installation The Real Toy Story (2004). Elle a mobilisé et  aggloméré une myriade de plus de 20 000 jouets et figurines en plastiques produits en masse par la Chine, et que l’artiste a glanés dans différents lieux de second hand aux États-Unis. Insérés comme les lucarnes d’un calendrier de l’avent aléatoirement au milieu de cette débauche hallucinante de jouets d’enfants, le visiteur découvre des portraits solitaires ou en groupe d’ouvriers chinois livides, au regard las, asservis aux chaînes d’assemblage de ces biens de grande consommation.

Dans la nef de l’église, un accrochage de grands tirages en couleur rendent compte du projet Architecture of Density mené entre 2003 et 2014.  Celui-ci a pour cible  des façades de gratte-ciels prolétariens qui concentrent des cages à poules et  occultent tout horizon en saturant le cadre. Vues de loin elles n’apparaissent plus qu’en verticales  et horizontales colorées plus ou moins larges et contrastées au point de créer l’illusion de tableaux géométriques de l’art moderne. Mais dès que l’on se rapproche, l’oeil distingue de plus en plus une condition humaine de séjour compressé en cage à poule. Une structure cubique rapportée abrite une oeuvre tridimensionnelle , 100 x 100 (2006) qui au visiteur permet d’intégrer l’un des 100 appartements de Skep Kip Mei Estate. Celui-ci fait partie des plus anciens complexes d’habitat social de Hong Kong et compte des logis mesurant chacun exactement 10 X 10 pieds, soit à peu près 3 X 3 mètres. La visite permet d’expérimenter la promiscuité dont l’impression est augmentée par un tapissage à l’intérieur du cube, d’images de ces appartements habités et de leurs occupants qui fixent l’objectif de l’appareil photographique.

Les images de la série Transparent City (2006) contrastent avex celles des barres de béton. Ici Michael Wolf met en exergue la transparence de l’architecture de la ville de Chicago. Après un long séjour en Asie, Chicago lui apparaît comme une opportunité contextuelle contrastée dans la poursuite de son étude documentaire de l’humanité citadine .  La ville est bien moins dense, et offre une vision plus aérée, plus en profondeur. La troisième dimension est présente dans les images.  tandis que la transparence des gratte-ciel dont les façades comportent plus d’ouvertures et de verre, permet dy voir à l’intérieur.

Avec Tokyo Compression, Michael Wolf continue son observation voyeuriste déjà à l’oeuvre dans Transparent City. Mais cette fois, il vise singulièrement des passagers captifs, compressés dans le métro bondé de Tokyo, leurs joues écrasées contre les vitres. Il s’agit ici pour lui de montrer les effets de la concentration humaine dans le style photographique « no exit » déjà employé dans Architecture of Density. Chaque cliché est un entonnoir destiné à piéger le regard du visiteur dans son cadre au moment précis où chaque passager l’est aussi, dans l’incapacité de se soustraire au confinement de cette geôle temporaire. Les images suggèrent l’inconfort des corps contorsionnés jusqu‘à sortir du champ et quitter le cadre. Même les  yeux clos  sont des tentatives d’évasion mentale et d’échappatoire à l’objectif du photographe vouées à l’échec

Pendant les six derniers mois de 2014, Michael Wolf a pris de la hauteur pour trouver des points de vue originaux en hauts d’ immeubles, de terrasses et de cheminées pour réaliser la  série Paris Rooftops. La vision proposée est frontale au point d’annihiler la profondeur et confère aux images une puissance d’abstraction géométrique insoupçonnable de l’architecture parisienne. Les photographies  conjuguent des verticales de murs avec des arêtes obliques de cheminées ou de perspective et des horizontales de terrasses qui alternent selon une distribution magique autours des aplats de couleurs formés par des pans de façades.

Montré dans l’abside de la chapelle dédiée jadis à Saint Dominique, le projet Hong Kong Corner Houses (2005-2011) traite de la survivance des immeubles d’angle à Hong. Pour la plupart, Ils ont été construits durant les années 1950 et 1960 dans le quartier de Kowloon et abritent tant des activités commerciales que des espaces résidentiels. Datant de la période d’austérité des années d’après-guerre, ils ont été rafistolés et transformés souvent illégalement, de telle sorte qu’ils sont aujourd’hui rares et parfaitement uniques. Ils constituent une espèce toujours plus en voie de raréfaction voire d’extinction, chaque fois qu’ils sont un peu plus  démolis et remplacés par de nouveaux immeubles dans une mégapole en proie à une frénésie immobilière sur un territoire non extensible telle qu’elle sévit à Monaco et à une moindre échelle.

Avec Informal Solutions, Michael Wolf a commencé en 2003 une véritable collection photographique et même physique d’objets observés et parfois récoltés dans des rues populaires de Hong Kong que les médias ne s’attachent jamais à montrer d’une grande mégapole économique. Celle-ci met en valeur le revers de la médaille, la part d’ombre de la ville lumière. Or au coeur de l’indigence, s’active une ingéniosité et une inventivité de solutions adoptées par des habitants en proie à un grand dénuement . Ces photographies et ces objets constituent ensemble une sorte de cabinet de curiosités dont la préciosité repose toujours sur la rareté, mais cette fois, celle des gueux contemporains: gants, chaussures, serpillières au séchage sur des structures improbables, sièges hybrides rafistolés et réaffectés, labyrinthes chaotiques formés par les tuyaux de canalisation et de ventilation, objets ready made décoratifs et même artistiques à partir de formes accidentelles.

Au pays de la production de masse, la Chine, Michael Wolf a repéré et collecté des chaises bâtardes qui constituent une ensemble de plus de 100 Bastard chairs. Chacune d’elles est un unicum qui a sa propre histoire. Rafistolées, bricolées à partir d’épaves, 10 appartenant à sa collection sont exposées sur une estrade blanche qui fait office de socle, comme de véritables ready made auxquels s’attache une esthétique de la survivance du rebut. Chez le plus gros producteur d’objets utilitaires domestiques, difficile d’imaginer une conservation quasi fétichiste d’objets aussi détériorés.

Hong Kong Assemblage Deconstructed (2015) témoigne d’une nouvelle orientation influencé par la collection. Ayant photographié un des assemblages urbains de Hong Kong fait d’objets dont des, Michael Wolf a décidé d’ exposer une installation de cintres, ficelles, parapluies, sacs en plastique, ciseaux, ou encore agrafes métalliques afin qu’elle jouxte une photographie ancienne de cet assemblage.

L’issue de l’exposition n’est pas sans provoquer un certain embarras causé par une ultime dualité. Celle d’un grand plaisir esthétique abondamment nourri par l’efficacité artistique du photographe, mais à la condition d’une intrusion voyeuriste et indécente à bonne distance des affres d’une urbanité effroyable.

 

Soutenances des élèves du Master « Restaurateur du patrimoine » à l’INP

Du 7 au 13 septembre 2017

Accès libre dans la limite des places disponibles.

Le master « restaurateur du patrimoine » donne lieu la dernière année à un travail de recherche et de restauration dans la spécialité choisie – arts du feu, arts graphiques et livre, arts textiles, mobilier, peinture, photographie et sculpture. Ce travail aboutit à la rédaction d’un mémoire et d’une soutenance publique face au jury suivant:

  • Dominique de Font-Réaulx, conservatrice générale du patrimoine, directrice du musée national Eugène Delacroix, présidente,
  • Valérie Kozlowski, conservatrice du patrimoine, Musée de l’Homme,
  • Emilie Lebourg, ingénieure d’études en physique-chimie,
  • Cédric Lelièvre, restaurateur du patrimoine (arts graphiques et livre),
  • Dominique Robcis, restaurateur du patrimoine (arts du feu, spécialité métal), Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF), département restauration, filière arts décoratifs,
  • Myriam Serck-Dewaide, conservatrice-restauratrice de sculptures, directrice générale honoraire de l’Institut royal du Patrimoine artistique (IRPA, Bruxelles).

Voir le programme