Archives de catégorie : Tribunes

Un autre écho à la recension du dernier livre de J.-P. Cometti, parue dans CRBC

Tristes topiques


Introduction « Que s’est-il donc passé ? » se demande Pierre Leveau au bout d’un peu plus d’une page de sa recension jusque là rigoureuse et fidèle, de l’essai philosophique Conserver / Restaurer. L’oeuvre d’art à l’époque de sa préservation technique  paru chez Gallimard en Février 2016, un mois et demi après la disparition de son auteur, Jean-Pierre Cometti. Or c’est la même question que l’on voudrait retourner à son émetteur (p.49), quand son propos prend une tournure vindicative et même une tonalité polémique tout à fait inappropriées. Quelle mouche a bien pu piquer Pierre Leveau pour qu’il se lance dans une opération de sape en règle, tout à fait indélicate en l’occurrence contre la production d’un auteur en incapacité définitive de se défendre ? Le plaidoyer qui suit — initialement sollicité  en droit de réponse à « Existe-t-il une philosophie de la conservation-restauration ? »1 auprès du comité de rédaction de la revue CRBC puis rétracté, son prochain opus prévu à la fin de l’année passant de l’édition papier au numérique — ne prétend pas épuiser son sujet. Même si la discipline de la conservation-restauration en aurait peut-être bien besoin pour crever des abcès qui la gangrènent, le propos ne se veut pas, lui, matière à polémique en l’absence de Jean-Pierre Cometti. Il vise d’abord à souligner et réparer au moyen d’arguments didactiques, des inexactitudes préjudiciables au crédit du philosophe pragmatiste et de ses collègues de l’Ecole Supérieure d’Art d’Avignon, aussi mis en cause . « La philosophie est un véritable champ de bataille» avait-il lancé un jour en séminaire. Mais il n’avait certainement pas imaginé qu’un émule oserait venir lui tailler un costume jusque dans sa tombe.

Que s’est-il donc passé 2 ?

L’incipit de Pierre Leveau surprend déjà par son caractère sévèrement et laconiquement réducteur (p.49). Aurait-t-il pris ombrage  lorsque Jean-Pierre Cometti « plaide, […] pour une reconception qui permette de ne pas enfermer la restauration dans une métaphysique que les pratiques artistiques ont largement battue en brèche et qui, dans les circonstances actuelles, ne seraient absolument d’aucun secours » (p.211) ? S’est-il senti incriminé parmi « les spécialistes de la conservation-restauration » (p.49) — dont il eut été judicieux de fournir l’identité de même que celle des « … conservateurs-restaurateurs dont les contributions philosophiques sont oubliées. (p.50)) »que Jean-Pierre Cometti aurait désignés sur un ton trop impérieux ? Il est vrai qu’il ne cachait pas  son rejet catégorique du genre de philosophie d’autorité à laquelle s’adonne Pierre Leveau depuis un peu plus d’une décennie. Celle de l’exégèse théorique et nominaliste des pratiques, tour à tour et parfois confusément, de la conservation et de la conservation-restauration plutôt qu’à celle de la clarification conceptuelle et de la résolution des problèmes de cette dernière par l’entremise d’une philosophie émancipatrice dans et par l’action dont Jean-Pierre Cometti s’était fait le chantre, notamment au contact d’ artefacts culturels et de praticiens. Si l’on distingue les démarches respectives en ces termes, ne s’agirait-il pas de la vieille opposition « philosophie continentale » versus « philosophie analytique » qui apparaît en filigrane sous la plume acerbe du (re)censeur ? Pierre Leveau y va d’une contre-vérité flagrante; il écrit « Sachant son essai inachevé, … »  (p.49) alors que nous avons  tenu entre nos mains  le manuscrit déjà en Décembre 2014 prévu originellement pour son édition  aux Presses Universitaires de Rennes dans le courant de 2015 ! Du commentaire précis et rigoureusement paginé, on passe au truchement artificieux de la manipulation de citations empruntées à au moins trois pages différentes et de leur combinaison alambiquée qui prêtent à Jean-Pierre Cometti des intentions et des significations qui n’ont jamais été les siennes.   Malgré sa trouvaille d’une « instrumentalisation mutuelle» dont la réciprocité est a priori séduisante, mais qui fait preuve d’une insinuation désobligeante, Pierre Leveau se trompe grossièrement avec dédain dans une double erreur de postulat. D’abord, qui peut croire que le philosophe pragmatiste en acte, Jean-Pierre Cometti, « cherchait [encore, à l’automne de sa carrière d’enseignant-chercheur à plus de soixante dix ans ! , et après l’ampleur de la production philosophique et littéraire qui fut la sienne] « une pratique à l’appui de sa théorie sur les propriétés esthétiques … » ?  C’est faire fi de sa proximité ancienne avec de nombreux artistes et ne pas être au faîte de l’anthropologie philosophique de l’art — dans un sens wittgensteinien 3 qu’il pratiquait régulièrement en confrontation directe avec les œuvres et leurs problèmes traités par les étudiants de Master, dans leur accompagnement méthodologique et heuristique. C’est passer outre le fait que Jean-Pierre Cometti fut appelé à l’ESAA par son directeur dès 2010 en tant qu’expert de la recherche en enseignement supérieur, pour effectuer un audit devant déboucher sur une proposition de mesures d’aménagement des programmes dans le sens des préconisations émises par la Direction Générale des Enseignements Artistiques du Ministère de la Culture et de la communication. C’est aussi négliger la délivrance de son cours d’histoire des avant-garde, d’esthétique et de philosophie de l’art à l’attention d’étudiants de la mention création-instauration dont il a même dirigé des mémoires. C’est encore omettre qu’il ne concourait pas à une philosophie recroquevillée sur l’autorité suprême dont elle croit pouvoir jouir depuis qu’elle est créditée d’avoir supplanté la religion pour une quête sécularisée de la vérité, et sur laquelle auraient compté les enseignants de l’ESAA afin d’ obtenir une théorisation de leur pratique. L’autodidaxie à laquelle Jean-Pierre Cometti avouait volontiers n’avoir jamais renoncé, l’avait conduit à une réflexion et un pragmatisme qui, outre son recours à de solides acquis en histoire de l’art et à un outillage emprunté aux sciences du langages, excédaient la philosophie pour recouvrir la sociologie, l’ethnologie et l’anthropologie. C’est enfin faire fausse route que d’imaginer une attente par les enseignants de l’ESAA, d’ « une théorie pour appuyer les pratiques de leurs étudiants qui travaillent sur des objets composites …». Il suffit pour s’en convaincre, de lire sur leur plateforme en ligne Semin’R, les textes qui décrivent leurs intentions et leur programme d’enseignement4. Leur visée est bien moins ambitieuse, seulement pragmatique. Très laconiquement en une phrase, il s’agit pour eux de fournir concrètement des outils permettant aux étudiants de concevoir et argumenter des réponses aux problèmes posés par l’application de la conservation-restauration à des productions de l’art contemporain et à des objets dits ethnographiques qui réclament une reconsidération de leur matérialité5 et de leur identité.

Sortie de route

Dans une inversion consternante des rôles, le propos devient même cinglant et fait alors penser à celui d’un correcteur de copie posthume, infatué jusqu’à faire la leçon à l’élève Cometti, lui pour le coup définitivement quitte de tout désarroi. Un maître qui pousse le bouchon jusqu’à l’autopromotion de sa personne et de son propre travail en référents suprêmes d’une philosophie es conservation-restauration. Or sauf des éclairages intéressants de nature historique ou épistémologique sur l’évolution de cette activité en prise avec les instances et les phénomènes doxiques qui la régissent, cette production certes besogneuse n’a guère produit jusqu’ici plus que matière docte à publications, conférences et rencontres scientifiques somme toute confidentielles pour une audience de conservateurs-restaurateurs très limitée. Est-ce parce qu’ils seraient déjà détenteurs d’une pensée de leur pratique que la plupart des « professionnels aguerris » ou les « praticiens » (p.50) ne les fréquentent pas ou si peu6 ? Ou parce qu’ils déplorent des digressions hors-sol, sibyllines et oiseuses sans effet sur le réel ? A notre connaissance, cette sorte de théorétique pontifianteétymologiquement, qui ne fait que contempler, observer du dehorsvisant à une connaissance conceptuelle et au savoir pour lui-même, n’a guère d’impact sinon sur un lectorat très minime de conservateurs-restaurateurs peu enclins ou disposés à y consacrer de leur temps, n’y trouvant aucun secours pour améliorer leurs condition, pratique ou résultats. Au demeurant, combien d’entre eux possèdent les clefs idoines en philosophie pour être en mesure d’exercer un œil critique sur de telles digressions intellectualistes et vérifier leur portée ou leur défaut en regard de l’exercice de leur activité ? La philosophie et le bilan de Jean-Pierre Cometti sont tout autres. Partisan d’une philosophie de l’action « à contre-courant des essentialismes déclarés ou larvés qui encombrent l’histoire et la philosophie de l’art »7, la sienne s’oppose à la précédente mais n’engage ni n’entretient pas de conflit avec elle. La perspective pragmatique incite à penser une chose seulement après avoir identifié l’ensemble de ses implications pratiques. La vérité n’existe pas a priori et si elle peut apparaître, ce n’est que progressivement par l’expérience. En enseignant même à des étudiants non-aguerris, ce dernier a effectivement contribué à faire émerger un autre genre de l’espèce des « conservateurs-restaurateurs », certes encore très réduit mais dont la reconnaissance et l’insertion professionnelles, notamment en lien avec des institutions muséales, sont déjà patentes. Son enseignement n’a jamais eu la prétention de s’affirmer ni de se positionner en concurrence ou mépris de la génération de leurs aînés « aguerris », comme il lui en est fait le reproche. Simplement dit, il n’est question que de la proposition et sa mise à l’épreuve8 d’une approche conçue à partir des œuvres d’art contemporain, des objets ethnographiques et des problèmes qu’ils posent, en complément de celles déjà en vigueur. Pierre Leveau finit par s’égarer. Jean-Pierre Cometti qui aurait « … sans doute pris tardivement conscience de l’importance du travail que l’on attendait de lui. » (p.49), n’a jamais « pris position » dans le champ de la conservation-restauration comme le prétend le recenseur (p.50). Il n’a  jamais eu non plus l’intention de «  plaquer sur leur activité [des conservateurs-restaurateurs] un protocole préfabriqué – allant de l’hypothèse au test et à la norme – lui-même fondé sur un projet prédéfini visant à rompre avec l’ontologie .» Si c’est à l’ontologie « substantialiste » d’origine aristotélicienne qu’il est fait référence, une ontologie de l’art « séparée » et relative au présupposé philosophique de son autonomie qui s’est répandu comme vulgate depuis la fin du XVIII ème siècle et  fut mis à mal par les avant-garde, alors oui, effectivement, Jean-Pierre Cometti en affirme sa friabilité9 et réfute toute ontologie de l’art et des œuvres d’art qui ne prendrait pas en compte leurs modes de production ou de composition, d’activation, de réception et de reconnaissance ; en somme, leurs conditions d’usage et de fonctionnement. Cette conception autorise tout au plus une ontologie éphémère  se déclinant au pluriel, puisque à la merci de conditions de fonctionnement de l’œuvre d’art, activées ou non. Encore une fois, c’est se méprendre sur son obédience philosophique et sur la nature du travail effectué en lien étroit avec l’ESAA. Pour être exact, il aurait fallu développer le concept d’abduction10 décrit plusieurs fois dans le livre et du « … processus récursif  [le constat d’état] qui se contrôle à la faveur des allers-retours qu’il exige et des équilibres qu’il autorise. » (p.224). Pourquoi ne pas avoir rendu compte de la Petite philosophie du constat d’état (p. 217-225) qui constitue l’Annexe du livre et apporte sans doute les éclairages les plus intéressants, à la fois pour le conservateur-restaurateur et le philosophe ? N’est-il pas saugrenu de prétendre ostensiblement que Jean-Pierre Cometti aurait compris « la logique d’enquête  du conservateur-restaurateur », quand à l’inverse c’est son enseignement de celle-ci11, de ses modalités et leur développement dans son livre testamentaire qui l’a faite valoir en tant que socle et maître-mot de la posture pragmatiste ? Précisons que l’enquête de type pragmatique débute dans le doute par le recensement des éléments qui posent problème. Elle se poursuit par la formulation d’hypothèses à partir des premières observations qui deviennent des idées dès lors qu’elles sont à même de contribuer à la résolution du problème. Selon John Dewey7, une hypothèse doit être développée jusqu’à ce qu’elle acquière une forme telle qu’elle peut conduire (à) une expérimentation – susceptible d’indiquer des modifications de l’hypothèse – qui mettra en évidence les conditions nécessaires à l’acceptation de l’hypothèse ou son rejet. L’enquête prend fin quand on a trouvé la solution au problème. Cela signifie qu’on a déterminé les conditions qui éloignent toute indétermination pour qu’il y ait assertabilité garantie. On est loin de l’interprétation de Pierre Leveau … En fin de son texte, celui-ci prête à Jean-Pierre Cometti « … l’idée qu’il partageait curieusement avec lui [Cesare Brandi] que cette philosophie [celle « de la conservation-restauration que l’on attend d’un seul homme, … »]devait être l’oeuvre d’un seul théoricien …». Cet avis relève de l’aberration tant sa teneur n’est pas plausible pour les raisons que nous avons déjà fournies plus haut. Et faut-il encore le rappeler, Jean-Pierre Cometti ne s’intéressait ni ne s’attelait qu’à la résolution de problèmes afférents à des œuvres et leurs situations singulières, et affirmait mesurer ce que la conservation-restauration fait à la philosophie. Oui « Jean-Pierre Cometti est [bien] décédé le 04 Janvier 2016 ». Mais il n’a pas totalement disparu puisque au terme de l’année scolaire 2014 coïncidant avec l’achèvement de son essai, ne souhaitant pas continuer, il avait désigné son successeur en la personne de Gaspard Salatko, anthropologue de l’art et du patrimoine et non pas philosophe, pour reprendre le flambeau du séminaire « art et artefactualité » dont il fut l’initiateur dès 2011, et non pas seulement « en 2013 et 2014 » (p.49) comme l’écrit Pierre Leveau. C’est bien qu’il n’a jamais eu pour visée «  la philosophie de la conservation-restauration que l’on attend à tort d’un seul homme, Godot, qui ne viendra pas, (p.50), … », et que « les enseignants de l’ESAA » ne comptent parmi eux ni Vladimir, ni Estragon, ni croyant au Père Noël non plus. Depuis belle lurette, ils se sont rangés à « … l’idée que la conservation et la restauration puissent avoir à faire avec la philosophie ne va nullement de soi. » (p.194) Paradoxalement c’est Pierre Leveau qui formule une extravagante ambition prométhéenne dont on ne peut s’empêcher de flairer la vanité: « … en hommage à Jean-Pierre, j’espère avoir un jour l’occasion de décrire le fonctionnement intellectuel des professionnels de la conservation … ». Cette velléité est assez symptomatique d’une propension à s’arroger la légitimité d’une capacité descriptive et analytique qui, en fin de compte, s’inscrit dans la continuité d’une appropriation de la pensée sur la (conservation-) restauration par la tutelle institutionnelle. Celle-ci étant à l’origine d’un modèle d’organisation particulièrement tenace en France, hiérarchisé et archaïque en regard des définitions internationales. Le (conservateur-) restaurateur y est quasiment exclu de l’institution12 et toujours subordonné13 selon la distinction traditionnelle entre travail intellectuel et travail manuel, réactivée au XVII ème siècle d’après l’antique démarcation du droit romain entre operae liberales et operae illiberales14. Or et approximativement depuis les années soixante, la conservation-restauration s’est érigée à l’échelle internationale en tant qu’activité libérale, au point qu’elle a été admise en France comme telle par l’administration fiscale en 1991. C’est particulièrement grâce à la rédaction et à la diffusion de chartes déontologiques qui ont nettement fait apparaître la dimension intellectuelle de leur activité et la responsabilité propre à ses ressortissants aspirant légitimement à une autonomie au moins relative. Au lieu d’un paternalisme ou d’un assujettissement philosophique, la discipline et la profession pourraient par exemple tirer parti de lumières, à l’heure d’une marchandisation des biens culturels de plus en plus flagrante, pouvant éclairer la piste d’une idéologie professionnelle qui, fondée précisément sur l’idée du désintéressement15 en substance d’une stratégie refusant toutes subordination scientifique et soumission au marché, vise l’appui du public.

De la recherche en France

La situation de la recherche en conservation-restauration est tellement exsangue en France en regard de ses voisins européens, que Pierre Leveau peut apparaître aujourd’hui comme le seul philosophe16 es conservation-restauration. Une petite sphère patentée de « spécialistes » et d’ « experts » plutôt concentrée à Paris, lui octroie une place et une parole qui manquent hélas de concurrence17. Serait-ce la raison pour laquelle il se livre à des représailles envers un Jean-Pierre Cometti qui aurait osé se fendre d’un ouvrage philosophique à propos de conservation-restauration sans adoubement par les détenteurs de l’autorité compétente ?  La teneur et la manière nourrissent cette impression, d’autant plus décevante que pareille animadversion exprimée ouvertement eut été peu probable18 du vivant de Jean-Pierre Cometti, encore moins sous couvert dune privauté collégiale qui l’autorise post mortem. A l’attraction d’un gotha de la conservation-restauration très centralisé et à la fréquentation de minuscules cercles autorisés qui feraient la recherche française en réservant un strapontin de premier ou même de seul philosophe français es conservation-restauration, il y a de quoi se sentir pousser des ailes. Mais ne risque-t-on pas d’en laisser des plumes voire d’y abîmer son âme comme beaucoup de ces experts médiatiques, domestiqués et commodes, qui, se croyant parvenus au sommet, savent faire preuve de retenue, de docilité et de cécité critiques vis à vis d’une pensée unique ou d’une doxa et de ses tenants, en s’institutionnalisant et en finissant par ne plus que se professer eux-mêmes en véritables gourous ? Las, la course à la première place et à une exclusivité d’audience fausse la vue et n’est jamais gage de qualité d’examen ni d’expertise mesurée. N’a-t-elle pas conduit ici à la pratique de l’oracle qui trahit une immodération de certitude prédictive, dédaigneuse et parfaitement déplacée notamment à trois reprises20 (p.49) dénotant un acharnement tout à fait incongru ?  Jean-Pierre Cometti, a contrario, se l’était interdit: « Ce n’est pas le lieu de faire ici des prophéties ni de se laisser aller à des vaticinations (p.214). » Quoiqu’il en soit, « La méthode plus historique et laborieuse » de Pierre Leveau ne lui a visiblement pas permis d’être assez regardant ni exigeant sur la teneur, l’actualité, la pertinence ou la paternité des travaux de recherche français qu’il cite pour faire feu de si peu de bois, quand leur valeur et audience sont datées et à peu près nulles sur le plan international. « Peu de philosophes se sont intéressés » aux questions de la conservation et de la restauration, écrit à raison Jean-Pierre Cometti (p.194). Pourquoi ne pas avoir déjà recensé les écrits21 de ces quelques-uns, aussi modestes soient-ils, pour les mettre en lumière et les discuter, avec une intention didactique et non pas seulement doctorale ? S’il y avait un regain et une actualité de la recherche à souligner qui touchent plus ou moins directement la conservation-restauration, ce n’est certainement pas à la philosophie qu’on les doit 22. Hormis ceux produits sous les auspices de Thierry Lalot 23, c’est sans aucun doute bien plus aux travaux de divers sociologues et/ou anthropologues tels que, dans le désordre, Léonie Hénaut, Noémie Etienne, Gaspard Salatko, Thierry Bonnot, Christelle Patin, Yaël Kreplak, et quelques autres encore – exceptée Nathalie Heinich dont l’ouvragre cité bien mal à propos par Pierre Leveau 24 tant son couplet sur la conservation-restauration est particulièrement élimé voire même parfois erroné 25. Il est fait reproche à Jean-Pierre Cometti de ne « pas [avoir] pris en compte [] le travail de réflexion et de conceptualisation fait à l’INCCA, à l’ECCO, à l’ICCROM-CC (?), à l’ICOM, au CEN/TC346 ou à l’ARAAFU [par « les « spécialistes »]production et leurs auteurs dont, soit dit en passant, on eut apprécié les références. Tous les acronymes de cette sélection exempte de ses critères, ne désignent pas des instances dont les objets et enjeux principaux26 recoupent ceux du livre incriminé. Seul l’ICOM-CC, dédié à la visibilité de la recherche mondiale en conservation-restauration, offre un accès qui a son prix à des travaux de Master et troisième cycle en rapport avec le champ des biens concernés, et dont Jean-Pierre Cometti avait parfaitement connaissance 27. Les foyers de recherche les plus prolifiques et les plus influents concernant notamment la préservation de l’art contemporain ne sont pas francophones. Ils sont sans conteste en Hollande, notamment aux Universités de Maastricht et d’Amsterdam, en Allemagne à Karlsruhe et Berlin, et en Grande Bretagne à l’ University College de Londres et à l’Université de Glasgow, en Italie à l’Université de Turin. Hélas la recherche française à l’existence végétative que fait valoir Pierre Leveau n’en a que le nom ou la prétention, tant elle est indigente et à la traîne, à la remorque ou loin de ce qui est produit ne serait-ce qu’en Europe 28. A regret, les noms et lieux cités ne comptent absolument pas à l’échelon international et si peu sur le plan national. Pourquoi ne pas avoir plutôt cité des équipes et lieux en France où se mènent des projets dynamiques, des initiatives originales et novatrices de recherche interdisciplinaire digne de ce nom en ce qu’elle s’en donne les moyens et les compétences: Musée du Quai Branly, Musée National d’Art Moderne, Université Paris I, Villa Arson, Musée d’Art Contemporain du Val de Marne, Atelier Boronali, entre autres ? « La conservation-restauration [… ] a-t-elle besoin de philosophie pour évoluer ? » questionne Pierre Leveau avec la fausse incertitude de celui qui est déjà persuadé de la réponse affirmative. « […] il suffirait peut-être que les experts présentent les leurs [pratiques] à des philosophes , spécialistes des relations abstraites [des ergologues29 par exemple ?], pour qu’ils en tirent ensemble la théorie attendue,  […] » Or il napparaît pas que ce fut une urgence ni même une attente exprimée par quelque collectif de conservateur-restaurateurs que ce soit dont le portrait en creux est pour Pierre Leveau, celui de praticiens incapables de prendre en charge la réflexion et la détermination de leur propre discipline. Mais celui qui est  capable de dire ce qui « … irritera les professionnels …  » (p.50)  et de quoi   » … les conservateurs-restaurateurs [qui] ne se satisferont pas …  » (p.49), sait: « Ce qui manque à la [conservation-] restauration, … » [c’est la] «  … production des connaissances par l’institution qui profite à l’ensemble du secteur  … » (p.50) Le salut viendrait d’une philosophie institutionnelle selon la diagnose de Pierre Leveau qui pose ainsi la primauté, si ce n’est l’exclusivité, de la philosophie et de l’institution pour la détermination de la conservation-restauration, perpétuant ainsi un modèle doublement tutélaire de surcroît. A contrario selon nous, une nouvelle allégeance scientifique n’est pas nécessaire quand le besoin essentiel et primordialen passant par un « état de l’art » que du reste Pierre Leveau concède – se résume en deux points. Premièrement l’amélioration des conditions précaires de son exercice par des professionnels dépourvus de statut et quasiment exclus de l’institution, à l’égard de biens patrimoniaux soumis au code des marchés publics sans véritable discernement de leur exception 30. Deuxièmement, en corollaire du premier, la création d'(au moins) une école doctorale 31 propre à la conservation-restauration 32 prise en tant que discipline académique autonome comme dans la plupart des pays occidentaux et même du sud. L’enjeu est aujourd’hui la survie de la profession en vertu de ses principes établis à l’échelle internationale et la fin de toute subordination à quelque tutelle scientifique que ce soit, afin qu’elle puisse trouver sa place comme en Allemagne par exemple, au coeur de l’institution et d’une véritable interdisciplinarité élargie.

Conclusion A partir d’une analyse altérée par des contresens, implicites, sous-entendus, et dépourvue de dimension dialectique, débouchant finalement sur des jugements péremptoires fallacieux, Pierre Leveau s’est appuyé sur des références lacunaires  pour produire une démonstration floue semblant asservie au statu quo. Il s’est tristement fourvoyé dans un mauvais procès irrecevable, tant celui-ci est dénué de la pertinence et de la valeur scientifique qu’on pouvait raisonnablement attendre. Ce qu’il a pris pour une nouvelle théorie de la restauration pâtissant de  « … lacunes abyssales de la bibliographie … » (p.49) dont la sienne, est en réalité un essai philosophique que son auteur a toujours voulu comme tel.  Au constat de dévoiements de sens, d’une détraction posthume déloyale en méconnaissance, incompréhension ou mépris de l’ampleur et de la portée du livre de Jean-Pierre Cometti, la recension du philosophe-ergologue laisse un goût amer d’anathème inique et sans vergogne. Certes « Jean-Pierre Cometti est décédé … », mais n’en déplaise à une critique opportuniste, insuffisamment scrupuleuse à bien des égards et manifestement tombée dans l’excès tant de surplomb que d’aplomb, ses propositions font dorénavant école.   [MM — Juillet 2017]


Notes

1 « Existe-t-il une philosophie de la conservation-restauration ? », CRBC n°34 / décembre 2016, p.48-50.

On ne cédera pas à la tentation de s’aventurer dans l’explication de nature psychanalytique, même si la recension de Pierre Leveau, digne d’un brûlot, suggère un affrontement post mortem visant au meurtre symbolique du père, devant permettre in extremis une émancipation de l’émule/rival par laffranchissement du regard comettien.

3  L’anthropologie philosophique au sens wittgensteinien, décrit de manière pragmatique l’art comme un jeu de langage non isolable, connecté à d’autres jeux de langage, et inscrit dans des formes de vie.

5 Ici, il est fait allusion à une matérialité qui excède la « physicalité » ou la consistance matérielle.

6 Seuls quelques-uns , toujours les mêmes notamment cités par Pierre Leveau, parce que quasi-institutionnalisés ou en situation économique favorable, ont ce privilège.

8un peu comme dans les expériences de pensée, lorsqu’on se demande comment les choses apparaîtraient pour peu qu’on modifie sensiblement les hypothèses ou les données auxquelles elles sont subordonnées. », ibid.

9 Jean-Pierre Cometti, Art et facteurs d’art : ontologies friables, Rennes, Presses Universitaires de Rennes / Aesthetica, 2012, 217p.

10 L’abduction est entendue ici comme un mode ou processus de raisonnement logique inférentiel utilisé notamment pour la production de diagnostics. A partir d’un fait observé dont on connaît une cause vraisemblable, il consiste à conclure que cette cause hypothétique est la plus probable (hypothèse heuristique).

11 Sur la base de celle de John Dewey, Logique (La théorie de l’enquête), Paris, PUF.

12 Ibid.

13 A titre de comparaison avec l’Allemagne à laquelle on aime se livrer par ailleurs, le directeur du Doerner Institut, l’équivalent du C2RMF, fut dès 1974 ! … un (conservateur-) restaurateur, Hubertus von Sonnenburg. En 1991, il fut même nommé parallèlement, chairman du département de conservation-restauration du plus grand musée du monde, le Metropolitan Museum de New York, et directeur général de la collection fédérale des peintures de Bavière.

14 Si ce modèle offrit jadis l’avantage de garantir à une poignée de professionnels un monopole, il les soumettait à une hiérarchie bureaucratique. Inversement, la libéralisation totale du marché, même soumise à conditions de qualification, les livre aujourd’hui aux aléas de la demande et à une concurrence effrénée dont les conséquences inéluctables sont le dumping budgétaire et la baisse de qualité des prestations.

16 Le restaurateur traîne en effet, depuis le XVIIIème une réputation suspecte de détenteur de secrets, de sorcier, de magicien et de faussaire en puissance. cf. « Artiste, faussaire, expert : les identités du restaurateur », in L’Histoire à l’atelier : restaurer les œuvres d’art (XVIIIe-XXIe siècles) sous la dir. de Noémie Etienne, & Léonie Hénaut, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 2012, 418 p.

17 Il ne cite pas Thierry Lalot ni Alfredo Vega Cardenas, ni d’autres chercheurs.

18 Pierre Leveau a participé à plusieurs sessions du séminaire « art et artefactualité », mais nous n’avons pas souvenir qu’il ait formulé ouvertement quelque critique à quiconque sur la nature ou l’enjeu de la démarche poursuivie.

19  « […] ce livre,  […] intéressera peut-être les étudiants, […] mais irritera les professionnels, qu’il néglige à tort. » ; « C’est pourquoi l’ouvrage décevra autant les philosophes, qui n’y appendront rien de plus que de dans le précédent [livre] que les conservateurs-restaurateurs ne se satisferont pas d’apprendre que l’auteur « a l’impression […] d’enfoncer des portes ouvertes » » ; « Ce choix a nui à son entreprise et décevra les spécialistes, […] ».

20 J. Baudrillard Le système des objets, G. Genette, L’oeuvre de l’art, …

21 Si les propositions de Muriel Verbeeck, docteur en philosophie et enseignante à l’Ecole d’art de Saint-Luc ( Liège) sont volontairement passées sous silence, c’est que parce qu’elles nous paraissent relever plus d’une recherche méthodologique et théorique en conservation-restauration, qu’à proprement parler philosophique.

22  Responsable de la mention Conservation-Restauration des Biens Culturels , du pôle de recherche en préservation des biens culturels, composante de l’équipe d’accueil 4100 Histoire culturelle et sociale de l’art (HiCSA) sous la direction de Philippe Dagen à l’ UFR 03 Histoire de l’art et archéologie de Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, du Centre de Recherche en Préservation des Biens Culturels (CRPBC), et qui prend sous son aile toutes les thèses en conservation-restauration au titre de membre de l’Ecole Doctorale d’histoire de l’art ED 441 sous la direction de Dominique Poulot à l’ Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

23 Heinich Nathalie, Le paradigme de l’art contemporain. Structures d’une révolution artistique, Paris, nrf Gallimard, 2014.

24  L’art contemporain selon un nouveau paradigme.

25 L’INCCA est une base de données internationale alimentée par de multiples sources, l’ECCO un lobby professionnel européen, l’ICCROM un centre de documentation et de formation continue, l’ARAAFU une association corporatiste de professionnels français formés à l’université, et le CEN/TC346 voué à la normalisation terminologique de la conservation-restauration.

26 Preprints ICOM-CC/Lisbonne 2011, ICOM-CC/Melbourne 2014

27  Tout un pan de la recherche s’inscrit dans un courant de pensée post « tournant matériel » (‘material turn’) qui réfute notamment les partages catégoriels comme forme/matière, image /support, matériel/immatériel visant à une des reconceptions en conservation-restauration.

28  Pierre Leveau s’identifie comme Chercheur associé, rattaché au Centre d’Épistémologie et d’Ergologie Comparatives, Aix Marseille Université ED. 356.

30 En l’état actuel du paysage français des formations, celle-ci pourrait éclore à partir de la réunion des tenants d’une recherche interdisciplinaire et indépendante ou non institutionnelle, qui existe déjà en école supérieure d’art et à l’université.

31 Voir T. Lalot, « Bilan et perspectives de trente années de formation universitaire en conservation-restauration . Les chantiers de la formation : vers une discipline reconnue et une recherche active », Institut National d’Histoire de l’Art, Paris, 27 septembre 2008.

Un écho à la recension du dernier livre de J.-P. Cometti, parue dans CRBC

Jean-Pierre Cometti restauré par Pierre Leveau : un exemple de l’esprit conservateur

par Marjorie Caveribère, philosophe et artiste, membre du séminaire « art et artefactualité ».

Après une présentation fidèle du livre de Jean-Pierre Cometti, Conserver / restaurer. L’oeuvre d’art à l’époque de sa préservation technique paru chez Gallimard en Février 2016, Pierre Leveau 1 en vient à découvrir l’existence d’un programme projeté par l’auteur, énoncé à la page 47 de son livre. Il consisterait en « une analyse théorique du statut des propriétés, susceptible de justifier l’abandon d’une ontologie fondée sur celle-ci ; un ensemble de tests susceptibles de justifier une pratique de la conservation-restauration qui en intègre le paradigme ; une recherche destinée à forger une terminologie adéquate ». Cette pensée programmatique se confirmerait en d’autres endroits du livre. L’auteur aurait ainsi balisé cette « voie  en donnant à ses lecteurs une série de repères ( pages 38, 118-119 et à la page 211) ». Remarquons que cette citation renvoie à ce qui précède dans le chapitre intitulé « Des embarras avec l’oeuvre ». Par là nous devons entendre que les « hypothèses » (sur l’identité ou les propriétés des œuvres) formulées méritent « d’un point de vue philosophique » d’être prolongées selon trois directions : 1) ontologique (qu’en est-il des propriétés qui justifient « l’abandon d’une ontologie » stable ?) 2) pratique (comment intégrer ce paradigme à l’activité du conservateur-restaurateur ?) et 3) sémantique (proposer une terminologie)2. Il ajoute « faute de nous y engager ici, tournons nous pour conclure ce chapitre vers trois de leurs implications ». Ce programme, apprenons-nous, n’a pu être réalisé en raison du décès de l’auteur.

La citation suivante est un patchwork cousu de trois fragments empruntés aux pages 71, 80 et 209. L’extrait 209, comme empreint de la fragilité syntaxique du balbutiement, apparaît comme l’ultime volonté d’un mourant:   «   qu’une réponse, si l’on devait en donner une, réclamerait un réexamen que je ne suis plus en mesure de tenter ». Or dans ce passage l’auteur envisage le cas des reconstitutions d’oeuvres qui ne relèvent pas, à proprement parler, de la conservation-restauration. En envisageant cette possibilité inédite dans la conclusion, il précise qu’il ne peut y revenir dans le corps de l’ouvrage. Pour Pierre Leveau ces paroles éclairent une question posée à la page 80 où l’auteur dit qu’il « ne souhaite « pas insister d’avantage sur la question». Laquelle est-elle ? « L’identité des œuvres » écrit Pierre Leveau. Or, le point sur lequel Jean-Pierre Cometti ne désire pas s’appesantir est celui des copies de copies telles que Lascaux 1 et 2. Il juge la situation si simple qu’elle ne mérite pas d’être plus longuement présentée. Les deux fragments sont introduits par cette capture sémantique (p.71):  « l’impression […] d’enfoncer des portes ouvertes ». Quel est donc le contexte ? Les qualifications d’un objet ou sa reconnaissance, par exemple le fait qu’un fauteuil soit un fauteuil, ne reposent pas seulement sur ses propriétés physiques mais aussi sur son usage. Voilà qui est, lui semble-t-il, une évidence. Le montage donne la phrase suivante : « c’est pourquoi l’ouvrage décevra les philosophes, qui n’y apprendront rien de plus que dans le précédent, que les conservateurs-restaurateurs, qui ne se satisferont pas d’apprendre que l’auteur a « l’impression […] d’enfoncer des portes ouvertes (p.71)» et qu’il ne souhaite « pas insister d’avantage sur la question (p.80)» de l’identité des œuvres parce « qu’une réponse s’il l’on devait en donner une, réclamerait un réexamen qu’[il n’est] plus en mesure de tenter (p.209)». Voilà qui est remarquable.

Mais plus remarquable encore : l’explication produite par Pierre Leveau après ce méticuleux travail de « restauration » d’un texte qui n’était pas dégradé et n’offrait aucune difficulté quant à sa compréhension. D’après lui, le livre serait « inachevé ». Ce verdict est confirmé par la conscience qu’en aurait eu l’auteur lui-même : « sachant son essai inachevé, il avait accepté quelques mois avant sa mort de contribuer à un numéro thématique, etc. » Or, en quoi l’écriture d’un article dans une revue implique l’inachèvement d’un livre ? Le défaut d’explication qu’on peut déplorer est surmonté par l’argument « le sort en a décidé autrement ». Ce serait donc l’adversité qui a mis « cette machine de guerre, à la fois cathartique, heuristique et pédagogique » entre les mains des enseignants et étudiants de l’ESAA. Et « l’ouvrage posthume qu’il nous laisse reste marqué par l’instrumentalisation mutuelle qui le fit naître ». Puisque « le grand soir » écrit-il lyrique, « n’eut pas lieu ». Faut-il comprendre que cette « machine de guerre », inspirée par des esprits irréguliers, pèche pour être tombée entre de mauvaises mains ? Le bilan devient subitement négatif: l’auteur est coupable d’ignorance (il méconnaît « le terrain de l’expérience », « la méthode de l’enquête », etc.), il « aurait gagné à connaître les théories contemporaines du champ où il prit position », il est sujet à une partialité néfaste qui « nuit à son entreprise », sa bibliographie comporte des « lacunes abyssales », il donne une mauvaise image du métier de conservateur- restaurateur et il « irrite les professionnels qu’il néglige à tort ». Soit.

Notons que Pierre Leveau remploie des questions ou expressions de l’auteur sans que le statut de citation soit indiqué3. Il titre, par exemple: « existe-t-il une philosophie de la restauration ? » tandis que Jean-Pierre Cometti écrit en sous-titre4 : « existe-t-il une philosophie de la restauration ? » La question n’est pourtant pas la même. Chez Jean-Pierre Cometti la question porte moins sur son existence que sur son unicité : en existe-t-il une ? Il en déduit qu’il en existe plusieurs et qu’elles ne sont pas conciliables. Pour Pierre Leveau la question porte sur l’existence : y en a-t-il une ? Oui, il y en a une : « la philosophie de la conservation-restauration existe déjà ». Certes, il y en a une puisqu’il y en a plusieurs. Cela se déduit. L’inconvénient est la difficulté que Pierre Leveau éprouve à l’énoncer. Elle est « immanente » précise-t-il et il faudrait la rendre apparente. Le geste n’est rien moins que l’extraction d’un buste antique hors du lit d’un fleuve. « La » – article défini – philosophie de la conservation-restauration sortirait, unique et complète, de l’esprit de quelques « spécialistes des relations abstraites », telle Athéna du crâne de Jupiter.

Il en vient à définir « la tâche du philosophe ». Elle consisterait à être attentif aux pratiques des experts et se limiterait au travail d’exhumation du « noyau dur de leurs programmes de recherche [ceux des experts] en parcourant le champ – du matériel à l’immatériel, en passant par le naturel, le culturel, le scientifique technique et industriel – pour en tracer la carte et la donner aux praticiens afin qu’ils la complètent en précisant leurs positions, sans se positionner soi-même, sinon comme observateur, cartographe et analyste ». Cette carte imaginée pour compléter et parfaire le supposé programme de Jean-Pierre Cometti ne risque-t-elle pas fort d’avoir un usage limité aux seuls individus qui l’auraient dessinée ?  Il propose pour éviter cet écueil « de demander à différents laboratoires de recherche (sans dire lesquels) de présenter le leur [programme] dans un « lieu institutionnel » afin « d’en tirer la philosophie de la conservation-restauration que l’on attend à tort d’un seul homme ». Cette précision « un seul homme » permet de conclure le raisonnement par cette autre confidence : Jean-Pierre Cometti aurait désiré prendre la place de Cesare Brandi car il croyait en « l’idée que cette philosophie devait être l’oeuvre d’un seul théoricien »5.

Le « noyau dur » a une longue pente à remonter à cause de ce livre qui dérange en manifestant ce qui est parfaitement connu des conservateurs-restaurateurs : l’unité de leur discipline ne relèverait pas de la « pratique » ou de l’« apprentissage » (ce qui signifie que chacun bricole à sa manière et dans son coin) mais d’un « type de fonctionnement intellectuel ». Cette expression opaque aussi bien pour celui qui l’énonce que pour celui qui l’entend, laisse entrevoir un esprit de corps alerté par la crainte de voir disputés ses droits de propriétés. D’où ce remède à l’ouvrage de Jean-Pierre Cometti : écrire un livre qui porterait curieusement sur « ce type de fonctionnement intellectuel des professionnels de la conservation qui relève d’une logique d’enquête ». Pierre Leveau en vient à confondre l’objet soumis à une logique de l’enquête – expression empruntée à John Dewey – avec l’esprit du conservateur-restaurateur lequel ne fait l’objet d’aucune enquête, du moins à notre connaissance.

Finalement, nous en venons à la question posée par l’existence de cet essai : « la conservation-restauration ne doit-elle pas évoluer ? » Pierre Leveau la pose et il suppose que Jean-Pierre Cometti a fait de même – « à bon droit » dans son livre. Il se peut qu’elle se pose « à bon droit » pour le conservateur-restaurateur, mais elle ne se pose pas pour le philosophe. Pierre Leveau semble avoir pris conscience de l’existence d’idoles barbares et baroques, les objets ethnographiques, non seulement « récalcitrants » aux formes de la ritualisation qui lui sont familières, mais également propres à les mettre en péril. Aussi la pratique de la conservation-restauration se trouve-t-elle à présent dans la même posture que le baron de Münchhausen. Elle ne doit qu’ à la faiblesse de son esprit, l’élévation qu’elle préserve et place en la formidable traction exercée sur elle-même. La matière soulevée par les ficelles de l’identité, l’authenticité, la lisibilité, la réversibilité menace de s’effondrer dans le monde des réalités « composites » et ajouterons-nous, « contingentes ». Cette dernière caractéristique ne les rend pas pour autant « illégitimes » mais révisables. Point de détail. Pierre Leveau semble croire que la contingence et l’illégitimité vont de pairs. Il s’agit donc de remonter la marionnette qui fonctionne comme telle sans rien perdre de notre croyance en son animation naturelle. Voilà le tour de passe passe qu’entend entreprendre Pierre Leveau : faire du pragmatisme un dogmatisme et ainsi prolonger une pensée qui l’embarrasse en en inversant les conséquences.

Expliquons-nous. Si la pensée pragmatique est tenue par tous comme étant celle qu’il faut suivre, alors elle offre la possibilité d’universaliser des pratiques et des usages ; lesquels deviendraient des normes. On obtient – selon l’expression paradoxale de Saul Kripke – du nécessaire a posteriori. Il suffit d’injecter du prescriptif (ce qu’il faut faire) dans le descriptif (ce qui est, moyennant la prise en compte d’un contexte d’usage). La pensée de Jean-Pierre Cometti descriptive et critique est contraire à l’idée d’une normalisation des pratiques ou des usages. Cet essai n’est pas simplement un appel à une prise en compte des contextes d’usage et donc de la plasticité des objets, mais surtout la reconnaissance de l’insoutenable liberté et la part d’inventivité fructueuse qui se présentent devant tout choix. Le pragmatisme ne dit pas seulement : les choses fonctionnent ainsi, il dit également : elles pourraient fonctionner autrement. Cette inventivité concédée au conservateur-restaurateur est redoutable car alors dans l’actualisation d’une plasticité intrinsèque, on pourrait voir surgir des idées et des valeurs sans retombées économiques ou pire, qui pourraient entraîner une réévaluation de notre patrimoine et ce – pour de bonnes raisons.

_______________Notes_________________________________________________________

CCCRBC n°34, décembre 2016, p. 48-50.

Par terminologie nous pouvons penser que l’auteur avait en vue Langages de l’art de Nelson Goodman à titre de modèle ; ainsi que Quand y-a-t-il art ? du même auteur.

3  Pierre Leveau en Pierre Ménard qui eut le désir de réécrire le Quichotte dans la nouvelle du même nom de Borgès.

4  chapitre IX « philosophie(s) de la restauration »

5  Ces croyances et désirs attribués à l’auteur par Pierre Leveau ne sont ni des citations, ni des confidences.

Restitutions de biens culturels africains à leurs pays d’origine (suite)

Dans un billet paru en Septembre 2016, nous écrivions à raison « La liste s’allonge au fur et à mesure que des pays redécouvrent leur patrimoine et font de lui un critère de leur essor. Il semble que la demande de restitutions d’objets culturels à leur pays d’origine aille grandissante. […] ». Par contre nous supposions un peu vite qu’ « … il n’est pas certain par exemple, que le gouvernement sénégalais ne tenant pas à raviver  le souvenir de la sécession en Casamance, réclame de sitôt les restes du roi des Flup de Casamance, Sihalébé Diatta,  capturé puis emprisonné à Sédhiou par les français, et mort en détention après une grève de la faim  en 1903 ». [« Le transfert de Sihalébé fut pour les Flup un acte sacrilège d’une gravité exceptionnelle que l’administrateur supérieur ne soupçonna pas. Le roi, personnage religieux et sacré, ne pouvait selon la coutume abandonner son territoire. Il était l’intermédiaire vivant et indispensable entre les forces invisibles et ses sujets qui ne l’avaient jamais vu ni boire, ni manger. Incarcéré avec plusieurs d’entre eux à Séju, il se laissa mourir de faim, devant ses gardiens stupéfaits » (Roche, p. 282) ]

Chronique de demandes de restitution – épisode 1

Dans la réserve des crânes.
Réserve des crânes . Crédits Musée de l’Homme / Paris.

Car en décembre 2011, le président de la République Abdoulaye Wade avait  demandé au gouvernement sénégalais de constituer une première commission à même « de se rapprocher des autorités coutumières et religieuses de la Basse–Casamance (extrême sud –ouest du Sénégal) notamment, le roi d’Oussouye et les autorités de Cabrousse, afin de solliciter leur avis sur le bien-fondé du rapatriement les restes  d’Aline Sitoé Diatta (1920-1944), surnommée aussi « la Jeanne d’Arc africaine », jeune résistante enlevée puis déportée à Tombouctou au Mali où elle est décédée et enterrée ‘dans un modeste cimetière. En cas d’avis défavorable à son rapatriement – le président de la République ayant déjà obtenu l’accord du président du Mali pour un éventuel retour  des restes d’Aline Sitoé Diatta – , avait  indiqué que  » le Sénégal demanderait alors au Mali une concession afin d’ y édifier un symbole digne du rang de notre héroïne nationale’’. Tout en prétendant « avoir déjà entrepris des démarches en ce sens avec les plus hautes autorités françaises’’, le président Wade avait sollicité la mise en place d’une deuxième commission chargée d’obtenir le retour en provenance du Musée de l’Homme à Paris, du corps du roi casamançais Sihalébé Diatta déporté par les colons à Sédhiou où il mourut par inanition. Aujourd’hui l’initiative de la réclamation de restitution émanant d’un responsable politique casamançais anti-indépendantiste et chantre de la paix, pourrait bien forcer la main au chef de l’Etat Macky Sall.

Peu auparavant en Octobre 2011, enfin et déjà,  plusieurs milliers de namibiens dont le Premier ministre avaient accueilli très émus à l’aéroport de Windhoek, les crânes de guerriers hereros et namas massacrés en 1904 (Collectif, 2017), rapatriés d’Allemagne après plus d’un siècle. Leurs cercueils furent exposés dans les jardins du parlement pour un dernier hommage de la population avant leur transfert au Carré des héros pour une cérémonie officielle en présence du président namibien Hifikepunye Pohamba. Ces crânes font partie de quelque 300 têtes exportées à des fins « scientifiques » (Maire, pp. 611-612)  par l’Allemagne après l’extermination d’indigènes namibiens soulevés en 1904 contre les colons allemands en Afrique du Sud-Ouest contrôlée par Berlin de 1884 à 1915.

Image associée
Survivants hereros, autour de 1907.

En 2004, lors d’une commémoration en Namibie du centenaire, la ministre allemande de la Coopération Heidemarie Wieczorek-Zeul n’avait pas hésité à déclarer que les atrocités commises « seraient désormais appelées génocide ». Cette abomination est effectivement considérée par beaucoup d’historiens comme le premier génocide du XXe siècle, estimant que  sur 80.000 hereros vivant alors dans la région,  seulement 15.000 survécurent (Gewald, 2004). Ces exactions ne sont pas isolées au tournant du XIXe siècle où les colonisateurs font toujours preuve de violences exacerbées. Des répressions sanglantes sont encore menées par les Français à Madagascar,  par les Belges au Congo, et par les Britanniques à l’encontre des Zoulous en Afrique du Sud .

Toujours en 2011, l’anthropologue et historien Farid Belkadi avait retrouvé la trace des crânes des insurgés algériens, massacrés par l’armée française en 1849 à l’issue de la célèbre bataille de l’oasis de Zaatcha. Le combat opposa ses habitants à un corps expéditionnaire aux ordres du général Herbillon. Il se solda par une extermination et d’insoutenables atrocités notamment sur les femmes et les enfants. Condamnés à mort, les chefs de la résistance, furent décapités et  leurs têtes exhibées à titre d’exemple :  « … pour qu’il ne restât aucun doute aux Arabes sur le sort justement mérité des principaux fauteurs de l’insurrection, leurs têtes furent exposées dans le camp de M. le général Herbillon » (Le Moniteur algérien, édition du 30 novembre 1849). Les têtes furent collectionnées d’abord par des « amateurs »,  avant de rejoindre les réserves du Musée de l’Homme à Paris. Les crânes y sont encore conservés aujourd’hui, eux-aussi, rangés à l’intérieur de boîtes numérotées. Farid Belkadi avait  décidé à l’époque d’alerter les pouvoirs publics algériens et de lancer une pétition demandant la restitution de ces têtes , dont celles des chefs de l’insurrection des Zibans inventoriées dans les registres du musée : Bou Amar Ben Kedida, crâne n° 5943  Boubaghla, crâne n° 5940. Mokhtar Al Titraoui, crâne n° 5944. Cheikh Bouziane, crâne n° 5941. Si Moussa Al Darkaoui, crâne n° 5942. Aïssa Al Hamadi, lieutenant de Boubaghla, tête momifiée n° 5939. Ses deux démarches avaient finalement fait chou blanc, la pétition étant restée lettre morte  et les autorités algériennes, muettes.

Résultat de recherche d'images pour "Ataï"
Masque mortuaire du chef Ataï exposition « Kanak, l’art est une parole » du Musée du Quai Branly ,14 .10.13 – 26.01.14 © Cécile Baquey

Les accords dits de Matignon du 26 juin 1988 signés par les représentants Kanak et caldoche, stipulaient dans leur préambule, que la tête du grand chef Ataï devait être restituée aux Kanaks.Tranchée à coups de hache, puis volée  et vendue, cette tête fantomatique hante les relations entre Paris et Nouméa depuis plus d’un siècle. Ataï avait fomenté l’insurrection kanak de 1878, où des dizaines de colons et de Mélanésiens trouvèrent la mort. Le premier ministre, Michel Rocard, l’a fait rechercher, vainement. Depuis que son masque mortuaire fut exhibé lors de l’Exposition universelle de Paris en 1889, plus de trace. pourtant l’image d’Ataï reste vivace dans les esprits et constitue depuis 1968, un symbole de l’indépendance et de la résistance kanak. De nombreuses pétitions demandant le rapatriement sur sa terre natale de la tête du héros néo-calédonien,  n’y suffiront pas non plus. Jusqu’à ce jour de 2011, où un anthropologue confie discrètement à l’écrivain Didier Daeninckx, auteur du roman d’anticipation Le Retour d’Ataï, la présence du crâne d’Ataï officiellement égaré, dans les réserves du Musée de l’Homme, mais transférées au jardin des Plantes pendant ses travaux de rénovation,  « sans jamais avoir été exposé au public ni perdu. En fait, explique Didier Daeninckx, on a cherché  au mauvais endroit; il s’agissait du crâne décharné d’Ataï, pas de sa tête« . En réalité, les autorités se sont longtemps retranchée derrière le fait qu’elle n’avaient pas reçu de demande officielle, en bonne et due forme. En outre le crâne n’était pas précisément inventorié au Musée de l’Homme. Il appartenait à un ensemble de pièces kanakes non répertoriées de la collection de l’océaniste Paul Broca, laquelle avait été versée impudemment au musée Dupuytren, dédié aux pathologies anatomiques et relevant de l’Université Pierre et Marie Curie.

Chronique de demandes de restitution – épisode 2

Le chef Mindia © DR

Même après que le Musée du quai Branly eut organisé en 2008 un colloque sur les « restes humains » qui conclut à ce qu’ils devaient être considérés comme appartenant aux descendants des disparus, les restes ne furent pas rendus en 2011. La confidence de Michel Van Praët, le directeur du Musée de l’Homme à un journaliste du Monde, est éloquente : « Au départ, les responsables du patrimoine craignaient que la France soit contrainte de restituer toutes les reliques détenues dans ses musées. » Finalement, le 28 août 2014 à Paris, après quelques atermoiements, le Muséum National d’Histoire Naturelle a restitué à leurs descendants, les crânes du chef de guerre Ataï et de son guérisseur, le « Méche », tous deux tués lors de l’insurrection indigène de 1878.

Le 18 mai 2016, pour conjurer l’oubli de la période de la oonquête coloniale – un refoulement partagé sur les deux rives de la Méditerranée -, le journaliste,  écrivain et maître de conférence à l’Université de Cergy-Pontoise  Brahim Senouci, algérien résident en France a lancé  une pétition qui réunit aujourd’hui plus de vingt-cinq mille signataires. Elle réclame à l’État français le rapatriement en Algérie des crânes des résistants algériens,  « afin qu’ils y reçoivent une digne sépulture ! ». Selon une déclaration en Septembre 2016 du porte-parole de  son  ministère  des affaires étrangères, « la France attend la demande officielle de l’Algérie sur ce sujet, qui permet de déclencher ensuite la procédure législative » faisant  référence à la loi n° 2010-501  du 18 mai 2010, visant à autoriser la restitution par la France  des têtes  maories  à la Nouvelle-Zélande et relative à la gestion des collections. Elle stipule la  restitution des  biens culturels à l’étranger, après  que   la commission scientifique  nationale (française) des collections  » 1 ait du  » remettre au Parlement un rapport sur ses orientations en matière de déclassement ou de cession des biens » .

Image associée

Le 15 Avril 2017 à la Maison de la Culture Douta Seck, dans le quartier de la Medina à Dakar, l’historien et conseiller technique du Médiateur de la République, Ibrahima Ama Diémé, a tenu une conférence en souvenir de Kuhito, « de son vrai nom Igna – Silholo Diatta » . Le récit a évoqué  le parcours de l’enfant, de l’adolescente, de la jeune femme , de l’épouse, puis  de la mère et enfin de la reine qu’elle fut jusqu’à sa mort en 1968, à Tendouck, chef-lieu de son royaume. En guise de commentaire, le Secrétaire Général du Mouvement des Forces Démocratiques de la Casamance (MFDC), Abdou Elinkine Diatta, a considéré à l’instar du conférencier que « Kuhito appartenait non seulement à Tendouck, mais aussi au Blouf, à Bignona, à la Casamance, au Sénégal, à l’Afrique. Exactement comme la reine Aline Sitowé Diatta de Cabrousse et le roi Sihalébé Diatta d’Oussouye, entre autres figures de la résistance en Casamance ». « Or, qu’est-ce que c’est qu’honorer nos héroïnes et nos héros, sinon les réclamer ? N’est-ce pas, en l’occurrence, les honorer que de réclamer la restitution à la Casamance – et donc au Sénégal – des restes de la reine Aline Sitowé Diatta portée disparue à Tombouctou, et de ceux du roi Sihalébé Diatta qui trônent en  « bonne place » ( ou plutôt mauvaise) au Musée de l’Homme à Paris sous le numéro 19822 (la reine Kuhito ayant été inhumée à Tendouck avec tous les honneurs qui lui étaient dus) », a renchéri Jean-Marie François Biagui, l’un des leaders historiques de la cause casamançaise et président-fondateur du Mouvement pour le Fédéralisme et la Démocratie Constitutionnels (MFDC-fédéraliste).

Le feuilleton de la réparation sénégalaise bégaie ses équivalents algérien et kanak, tous trois concourant à la restitution d’ossements mortuaires et de leur mémoire coloniale. En exprimant ses regrets à l’égard du peuple namibien et en reconnaissant comme tel le génocide des Namas et des Hereros, l’Allemagne semble s’inscrire dans une continuité de refus de l’élision de sa mémoire et de son histoire les plus sordides. Elle en est d’autant plus capable qu’elle fut déjà contrainte par les Alliés de se confronter à son passé au lendemain de la deuxième guerre mondiale.  En instaurant un « devoir de mémoire » et un sens de la responsabilité politique  tel que l’a défini Karl Jaspers 2(1990), ce pays  est l’un des rares au monde à avoir véritablement accompli un «travail» sur son passé pour mettre un terme à une période de mutisme,  de refoulement, de mauvaise conscience, de frustration et à un processus collectif décrit comme une « incapacité de porter le deuil » (Mitscherlisch, 1972) . En France, ni les plus hautes autorités, ni aucune intelligentsia n’ont  fait une priorité, loin de là, de la sortie de l’impasse où conduit la persistance du hiatus irréductible entre le discours émancipateur universaliste le plus vertueux, clamé à la planète entière, et la barbarie la plus extrême dont on voudrait encore laisser croire qu’elle n’a jamais eu lieu, et qu’on évite de purger en fustigeant la repentance dans le déni d’une certaine part de responsabilité 3; la raison en étant que  les  abominations commises sont incompatibles avec l’image et les valeurs supérieurement « civilisées » de l’homme blanc  ainsi qu’avec le rapport de domination qu’il  persiste à vouloir imposer symboliquement au monde globalisé, et qui justifierait encore une « présence conseillère » ou une « influence bienveillante » française dans son ancien pré-carré colonial 4. Hélas, même s’il va dans le bon sens, on peut néanmoins douter que l’événement officiel qui suit, représente une étape liminaire dans la mise en oeuvre d’une véritable politique réparatrice.

Image associée
De g. à d., Ousmane Badji et son petit frère Daouda Faye Badji qui ont combattu cinq ans ensemble pour la France en Algérie © Christophe Petit Tesson, AFP

De tous les « tirailleurs sénégalais » 5 qui furent plus de deux cent mille lors de la première guerre mondiale, cent cinquante mille pour la seconde, soixante mille en Algérie et Indochine, seuls vingt-huit nés entre 1927 et 1939 et restés vivre en France pour pouvoir faire vivre leur famille, seuls vingt huit ont très récemment recouvré  la nationalité français 6, perdue en 1960 à l’indépendance des colonies . Après qu’une pétition ait abouti en recueillant quelques soixante trois mille signatures, ils sont redevenus français avant quelques dizaines de bénéficiaires potentiels encore « en reconnaissance de l’engagement et du courage des tirailleurs sénégalais issus de l’Afrique subsaharienne, qui ont combattu pour la France dans les différentes opérations militaires entre 1857 et 1960 ».

Sous une pression multiple exponentielle, et enjoint par l’exemple de son voisin et partenaire européen privilégié, on voit mal comment l’Etat français pourrait se soustraire à son devoir de réparation et ne pas mettre fin au séquestre de ces reliquats mortuaires au Musée [des restes] de l’Homme. Il semble que les derniers présidents de la république française, mieux que la restitution  à la requête d’un homologue, pratiquent la transmission de la patate chaude à leur successeur. Tandis qu’une bonne part de la classe politique française, très exhortative ces temps-ci à la recouvrance d’une fierté nationale et d’une grandeur française perdues, est moins prompte à vouloir exhumer les pages noires de son histoire mises sous le boisseau, qu’à ergoter sur la qualification de « crime contre l’humanité » à propos  de la colonisation.

______________Notes_______________________________________________________

1 Article L115-2, créé par LOI n°2010-501 du 18 mai 2010 – art. 2 La commission scientifique nationale des collections comprend un député et un sénateur nommés par  leur  assemblée  respective,  des  représentants  de l’Etat  et  des collectivités territoriales,  des professionnels  de  la  conservation  des  biens concernés et des personnalités qualifiées. Un décret en Conseil d’Etat précise sa composition et fixe ses modalités de fonctionnement.

2 En 1946, Karl Jaspers a distingué quatre modalités de la culpabilité. La culpabilité criminelle ou juridique, la culpabilité morale, la culpabilité métaphysique et la culpabilité politique. Dans ce dernier type, le citoyen appartenant à un Etat doit assumer les actes accomplis par cet Etat. Selon le philosophe, chaque individu porte une part de responsabilité dans la manière dont l’Etat est gouverné.

3 Pour preuve, et après les conclusions de la mission d’information parlementaire (Enquête sur la tragédie rwandaise (1990-1994), Rapport d’information n°1271, 1998) sur le Rwanda chargée d’évaluer l’implication de l’Etat français, son incapacité  à assumer au moins une part de responsabilité malgré les nombreux faits et témoignages récoltés. (cf.bibliographie et  http://www.liberation.fr/planete/2012/01/11/les-dix-huit-ans-d-intoxication-d-une-enquete-a-sens-unique_787472)

4 Souvenons nous du discours de Dakar du président Sarkozy prononcé le 26 Juillet 2007, dont l’indignité restera dans les annales .

5 La dénomination « tirailleurs sénégalais » correspond aux premiers régiments d’incorporés au Sénégal, mais les militaires portant  le célèbre chéchia rouge étaient en fait originaires de toutes les colonies françaises, de l’Afrique occidentale et centrale jusqu’à Madagascar.

6 La cérémonie de naturalisation présidée par François Hollande, s’est déroulée le 15 Avril au palais de l’Elysée.

______________Bibliographie__________________________________________________

Collectif, « Le premier génocide du XXe siècle. Herero et Nama dans le Sud-Ouest africain allemand, 1904-1908 » exposition au Mémorial de la Shoah à Paris, du 25 novembre 2016 au 12 mars 2017

DAENINCKX, D., Le retour d’Ataï, Gallimard, Paris, 2001

DESFORGES A., Aucun témoin ne doit survivre, Le génocide au Rwanda, HRW / FIDH, Karthala, 1999

GEWALD, J. B., « The Herero and Nama Genocides, 1904-1908 », in Encyclopedia  of Genocides ans Crimes Against Humanity, New York ,Mac Millan Reference vol.1 [A-H], 2004

GOUTEUX J.-P., La nuit rwandaise. L’implication française dans le dernier génocide du siècle, L’esprit frappeur, 2002

GRANER F., Le sabre et la machette,Tribord, 2014

JASPERS, K., La culpabilité allemande, Paris, Ed. de Minuit, 1990

LA PRADELLE (de) G., Imprescriptible, l’implication française dans le génocide tutsi portée devant les tribunaux, Les Arènes, 2005

MAIRE, M.,  » La Passion, noire et animiste, selon Brett Bailey. Une expérience et une re-connaissance critique d‘Exhibit B « , Cahiers d’Etudes Africaines, n°223, 2016/3 , pp. 607-636

MELVERN L., Complicités de génocide. Comment le monde a trahi le Rwanda, Karthala, 2010

MITSCHERLISCH, A. et M., Le Deuil impossible: les fondements du comportement collectif, Paris, Payot, 1972

MOREL J., La France au coeur du génocide des Tutsi, L’esprit frappeur, 2010

ROCHE, C., Histoire de la Casamance. Conquête et résistance : 1850-1920, Paris, Karthala, 1985, p. 282

SAINT-EXUPERY (de) P., Complices de l’inavouable. La France au Rwanda, Les Arènes, 2009

VERSCHAVE F.-X., Complicité de génocide? La politique de la France au Rwanda , La Découverte, 1994

VERSCHAVE F.-X. et CORET L. (dir.), L’horreur qui nous prend au visage. L’Etat français et le génocide au Rwanda. Rapport de la CEC , Karthala, 2005

Pour approfondir: une conférence de Christelle Patin;

[Crânes évoqués: 1:22:30 -1:23:30]

Articles et extraits d’ouvrages

« Petite rhétorique narrative des restes humains muséaux », Techné,  Archives de l’humanité – Les restes humains patrimonialisés, n°44, 2016, pp. 14-18.

«  Le Musée vivant face au défit de l’éducation populaire »,Le Musée de l’Homme, Histoire d’un musée laboratoire, Claude Blanckaert (dir.), Musée de l’Homme et Art Lys ed., 2015, pp.210- 233.

.

 


.

 

 

Réaction au programme de la journée d’étude sur la profession de conservateur-restaurateur.

Le 07 Avril prochain, la section fédérée PACA de l’Association Générale des Conservateurs des Collections Publiques Françaises (AGCCPF) et la Fédération Française des professionnels de la Conservation-Restauration (FFCR), organisent une journée d’étude ayant pour intitulé, « Conservateur-restaurateur : une profession en questions »  (voir ici), consacrée « aux enjeux de la reconnaissance de la profession de conservateur-restaurateur ».

A la lecture du pré-programme, il y a de quoi être extrêmement déçu et même exaspéré en voyant à quel point la parole est accaparée par les tenants de ce qui apparaît comme une véritable coterie largement parisienne et institutionnelle. Or ce n’est ni dans la capitale ou en région parisienne,  ni sous statut public, ni encore en situation économiquement convenable qu’exerce aujourd’hui la grande majorité des conservateurs-restaurateurs habilités dont il doit être question lors de cette journée. Ceux-là même pour qui une note interne du Ministère de la Culture du 22 février 2016 appelle à « un plan d’action indispensable à la survie » de la profession.

Alors que cette rencontre se déroule à Marseille avec le soutien financier de la Région PACA, le département de conservation-restauration de l’Ecole Supérieure  d’Art d’Avignon (ESAA), l’une des quatre formations publiques françaises à un exercice professionnel habilité au sein des musées de France et la seule implantée en PACA, n’a même pas été sollicitée pour y contribuer ! Certains de ses représentants et diplômés étaient pourtant susceptibles de fédérer et faire entendre des voix diverses et rares,  concernant par exemple ,

  • la reconnaissance  de la conservation-restauration en tant que véritable discipline, en remplacement d’une activité seulement auxiliaire de l’histoire, de l’histoire de l’art ou de l’archéologie à laquelle elle est encore confinée en France,
  • l’absence d’école doctorale en conservation-restauration quand toutes les vieilles nations d’Europe occidentale en sont dotées,

  • la spécificité de la formation à la discipline en école supérieure d’art,

  • son orientation à Avignon vers un modèle d’ingénierie de la conservation-restauration et ses perspectives en considération des nouveaux usages du patrimoine qui ont  déjà cours,

  • les effets des restrictions budgétaires subies récemment avec grand bruit, ayant conduit à la fragilisation extrême de la formation avignonnaise,

  • ou  dans un registre plus revendicatif, les difficultés d’insertion professionnelle des jeunes diplômés dans le marché, 

  • et la mesure rapide de la baisse de la TVA pour relancer la commande.

Au lieu de cela, il est prévu une prestation de la responsable de la formation initiale du département des restaurateurs de l’Institut National du Patrimoine (INP) qui se place ainsi en position hégémonique avec, apparemment, la bénédiction de la section fédérée PACA de l’AGCCPF et de la FFCR. Son sujet  fort peu à propos de surcroît,  traite de « la pédagogie  à l’INP, comme outil pour la reconnaissance des domaines d’expertise du conservateur-restaurateur ». Or personne* n’oserait se permettre aujourd’hui une remise en question des domaines d’expertise du conservateur-restaurateur.  C’est le manque de sa reconnaissance statutaire qui pose problème à la profession, et qui n’est pas sans conséquences néfastes pour le patrimoine !

* Excepté le rapport « Musées du XXIème siècle » coordonné par la conservatrice générale du patrimoine, Jacqueline Eidelman, dont il sera question plus loin.

La présidente de la FFCR  jouit, elle, du privilège de deux temps de parole dans la journée, – on se demande bien pourquoi -, tandis qu’un membre de son conseil d’administration propose de questionner la solution d’« une liste des métiers du patrimoine », laquelle a déjà été émise et argumentée il y a un an dans une colonne  de Semin’R : « La meilleure solution serait certainement de créer une liste de métiers et professions dédiés à la sauvegarde des objets d’art et du patrimoine, où artisans des métiers d’art, artisans et professions libérales  pourraient parfaitement être définis et cohabiter en bonne intelligence et en mutualisation d’expériences ». (voir ici)

Si ce n’est pas une volonté délibérée de monopole du discours, alors c’est un flagrant délit de cynisme et  de manquement à un devoir de responsabilité autant que de solidarité les plus élémentaires de la part des organisateurs, dont la FFCR / Paris & PACA. Bien qu’elle compte encore parmi ses adhérents des étudiants de l’ESAA, elle donne hélas raison pour le coup à ses détracteurs qui l’accusent de centralisme voire de parisianisme.

Incapable de se déprendre d’une subordination tutélaire, elle était déjà taxée d’un manque patent de vigueur et de fermeté dans la revendication publique. Ce défaut sapant la crédibilité d’une volonté de rupture radicale avec le régime inique auquel sont réduits les conservateurs-restaurateurs,  et avec le système des marchés publics qui les précarisent toujours un peu plus.

Afin d’espérer une meilleure représentativité quantitative de la profession, peut-être la FFCR devrait-elle commencer par une mesure « restauratrice » tout à fait dans ses cordes: celle à la fois historique et symbolique de rétablir dans l’intitulé de son objet, l’appellation normative « conservateur-restaurateur » qui fut inconsidérément escamotée dans le courant des années  2000  pour des raisons peu avouables  et qui  ont  porté préjudice à la reconnaissance de la profession.

Et suite à une actualité très récente, sans doute le rapport de la mission « Musées du XXIe siècle » remis il y peu à la Ministre de la Culture et de la Communication devrait-il a minima donner lieu à un courrier public de protestation, au vu du passage affligeant évoquant les (conservateurs-) restaurateurs. Car outre son indigence pathétique en comparaison des précédents rapports, celui-ci constitue une véritable avanie pour les conservateurs-restaurateurs  et  tous ceux qui réclamaient dans une lettre ouverte il y a tout juste un an pour la profession, « que lui soit donnée toute la dignité nécessaire au sein des institutions culturelles publiques. »

La rencontre du 07 Avril, n’était-elle pas une bonne opportunité  de discuter de l’extrait du rapport ministériel: « Mais sans aller jusqu’à la fonctionnarisation, les grands musées gagneraient à créer des services de restauration internes. Certains conservateurs pensent toutefois que cette solution n’est pas sans danger (cf. système anglo-saxon) » ?

Du reste, il est très peu probable au vu de la suite du contenu de la journée, qu’assez de temps puisse être consacré aux difficultés statutaires et économiques du plus grand nombre des conservateurs-restaurateurs  professionnels. « La profession de restaurateur du patrimoine est en grande souffrance. Au  bord du gouffre. De plus en plus nombreux sont ceux qui abandonnent le métier, les commandes publiques se raréfient, les revenus sont en chute libre », clamait publiquement en Mars 2016 une cohorte de conservateurs, artistes, conservateurs-restaurateurs, et acteurs institutionnels de renom  pour alerter les pouvoirs et l’opinion publics. Hélas, tout juste un an après, cette réunion s’apparente au modèle de la journée auto-promotionnelle en vase clos. Car elle s’annonce surtout comme une sempiternelle présentation de vitrines de structures publiques ou privées, très peu représentatives du cadre professionnel de la grande majorité des conservateurs-restaurateurs, où chaque laudateur s’efforcera d’y vanter et proclamer le haut niveau de compétence et de capacité de complémentarité du conservateur-restaurateur dans le meilleur des mondes « de la chaîne patrimoniale; ».

Très joli tout cela et suffisamment varié sur le papier, dispensé par des personnes certainement pleines de bonne volonté, mais qui vont meubler un temps de parole qui aurait pu être employé  pour aborder de front les problèmes graves rencontrés par les conservateurs-restaurateurs professionnels, entrepreneurs privés  livrés à la dureté impitoyable des marchés publics dans la situation d’austérité économique actuelle. Car personne ne peut être sans savoir qu’il n’est pas courant pour eux de pouvoir bénéficier d’un soutien des pouvoirs publics leur permettant de débattre ne serait-ce qu’une journée avec leurs partenaires privilégiés, les conservateurs du patrimoine, de leurs problèmes et d’envisager solidairement des solutions ainsi que des perspectives d’amélioration de leurs conditions d’exercice.

De la lecture de ce pré-programme, il ressort un arrière goût de déjà-vu et l’amère impression que sa teneur a été conçue dans un entre-soi en dépit de la gravité de la situation et de son urgence à l’infléchir. Combien de conservateurs-restaurateurs libéraux ou entrepreneurs individuels seront enclins et en capacité économique de sacrifier une journée pour assister à cette rencontre où si peu de temps sera consacré à leurs préoccupations les plus cruciales ?

S’agissait-il d’apaiser une mauvaise conscience et/ou d’oeuvrer pour la postérité après les remous causés par la pétition en ligne de Mars 2016 « Alerte, les restaurateurs français du patrimoine sont en danger. Les oeuvres d’art sont en danger » signée par près de sept mille individus ? Car on pourra toujours retenir que l’AGCCPF/PACA et la FFCR auront organisé de concert une journée dédiée au questionnement sur les conditions statutaires et d’exercice de la profession de conservateur-restaurateur. Mais en réalité, les organisateurs auront donné le change en évitant délibérément d’aborder les véritables problèmes et enjeux, l’exclusivité de l’expression ayant été réservée à des conservateurs-restaurateurs en situation professionnelle privilégiée et en relative sécurité économique, soit  au sein d’institutions publiques, soit en bonne santé professionnelle.

C’est à prédire finalement, que la journée d’étude prévue cette année, risque fort de rester sans effet et de ne pas parvenir à prolonger ni même à bégayer celle, fameuse, organisée en Octobre 2009 sous la houlette de Thierry Martel, qui avait pour thème, « Actualités des pratiques de la restauration en France et en Europe », et dont la grande qualité des interventions de locuteurs peu habituels est entrée dans les annales.

Pourquoi ne pas avoir convié au moins quelques orateurs représentatifs des conservateurs-restaurateurs en grande précarité statutaire et économique, à même d’énoncer eux-mêmes et mieux que quiconque leur situation calamiteuse et les effets répercutés sur le patrimoine ?

Les conservateurs-restaurateurs méprisés dans un rapport du Ministère de la Culture.

Un article de la Tribune de l’art fustige le rapport remis au  Ministère de la Culture sur les musées du XXIéme siècle, pour son mépris des conservateurs-restaurateurs. Ce rapport d’une mission confiée à Jacqueline Eidelman, fait état des résultats d’une réflexion d’un comité de pilotage composé de 20 personnalités du monde des musées, dont  » les objectifs étaient d’identifier les enjeux du musées pour les prochaines décennies et de proposer les axes directeurs d’une évolution de son modèle ». 

On peut y lire page 99-100   dans le volume II des « Rapports des groupes de travail », au minuscule chapitre

Restauration et régie des oeuvres:

« Les restaurateurs du patrimoine constituent eux aussi une profession en crise. Les restaurateurs sont pris entre deux feux. Il ont une position assez revendicative: les institutions ne leur donnent pas la place qu’ils pensent qu’ils devraient avoir. Il est parfois demandé par des commanditaires publics, des prestations estimées relativement simples : ces commanditaires ne pensent pas nécessaires que les personnes recherchées aient été diplômées au plus haut niveau (INP, Ecole de Tours…). Le modèle de formation développé par l’INP peut être considéré comme trop intellectuel ou trop théorique, pas assez dans le geste, dans l’habileté manuelle. Ph. Barbat ne croit pas à une fonctionnarisation des restaurateurs. Ils ne sont pas des chefs de travaux d’art. Mais sans aller jusqu’à la fonctionnarisation, les grands musées gagneraient à créer des services de restauration internes. Certains conservateurs pensent toutefois que cette solution n’est pas sans danger (cf. système anglo-saxon).

Les régisseurs ont gagné, pour leur part, une place centrale dans le dispositif de la vie des collections. Anne Henry, régisseur au Musée d’art et d’industrie de Saint-Etienne, a donné un témoignage de travail en équipe, qui montrait la place du régisseur, comme force de proposition sur les expositions, les acquisitions. Du point de vue de la formation, elle a souligné une lacune du point de vue de la gestion de projet. On ne peut nier de la part des restaurateurs une certaine amertume, parfois, par rapport aux régisseurs, mais la montée en puissance de cette profession correspond à un principe de réalité: les oeuvres circulent de par le monde de plus en plus, cette mobilité impose des compétences fortes du point de vue de la préservation du patrimoine.

29. L’élévation du niveau des restaurateurs est globalement très satisfaisant, leur reconnaissance comme partenaire scientifique plus que comme prestataire laisse encore à désirer.

30. Les régisseurs sont à présent installés dans le paysage des métiers et la formation est reconnue.

_________________

Hélas ce n’est pas un cauchemar ! Non ce lamentable diagnostic, consternant de méconnaissance de la compétence dont il est question et d’une étroitesse de vue impensable à ce niveau d’expertise et de responsabilité, ne date pas du XIXème siècle. Il suffisait pourtant de jeter un oeil sur la place et le rôle du conservateur-restaurateur dans tous les musées des pays développés. A pleurer de dépit …

 

Restitutions de biens culturels africains à leurs pays d’origine.

Une première historique: un pays d’Afrique subsaharienne, le Bénin ancien Dahomey a demandé à la France par un communiqué du porte-parole de la présidence le 27 juillet dernier, la restitution des objets d’art pillés pendant la colonisation. « Le ministre de la culture et du tourisme a engagé des négociations avec les autorités françaises et l’Unesco pour le retour au Bénin de ces biens culturels ». C’est le Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN), militant notamment pour la réparation des crimes liés à l’esclavage et à la colonisation dont la restitution est l’une des formes, qui a encouragé et soutient le gouvernement béninois sur cette voie.

tin
Louis-Georges TIN, président du CRAN

Selon Aminata Traoré, ancienne ministre de la culture du Mali, 95 % du patrimoine culturel matériel africain n’est plus en Afrique. Plusieurs milliers de ces objets volés ou pillés sur le territoire béninois à partir de 1892  sont aujourd’hui conservées au Musée du Quai Branly et dans d’autres musées, après qu’ils aient été ramenés comme trophées  puis légués par différents propriétaires dans le cadre de donations ou dations. Les pièces maîtresses de ces trésors, visibles au Musée du Quai Branly, sont des statues anthropomorphes des derniers rois d’Abomey, une dynastie qui a régné au Bénin jusqu’à la fin du XIXe siècle dans ce qu’on appelait alors le royaume du Dahomey. « D’autres objets d’une très grande valeur patrimoniale, plusieurs « récades » (sceptres royaux), des trônes, ou encore les portes sacrées du palais d’Abomey, ont été pillées par le général Dodds et ses troupes, qui ont conquis le pays entre 1892 et 1894 », précise Louis-Georges Trin.

Cette demande d’état à état pose le problème de la mémoire coloniale, des biens mal acquis, de leur réparation et même de la continuité de la Françafrique. Aucune réglementation internationale n’oblige la France à donner suite à cette demande, et la loi française interdit toute cession des biens muséaux publics du fait de l’ inaliénabilité des collections françaises, sauf à passer par une procédure légale de déclassement engagée par un vote de l’Assemblée Nationale. Dans un passé relativement récent, il y eut des précédents : en 2012, seize têtes maories à la Nouvelle Zélande et les  restes de la Vénus hottentote à l’Afrique du Sud, en 2014 les crânes du chef insurgé kanak Ataï et de son guérisseur aux clans de l’aire coutumière concernée (Xaracuu), des manuscrits à la Corée du Sud.  Mais il n’est pas certain par exemple, que le gouvernement sénégalais ne tenant pas à raviver  le souvenir de la sécession en Casamance, réclame de sitôt les restes du roi des Flup de Casamance, Sihalébé Diatta,  capturé puis emprisonné à Sédhiou par les français, et mort en détention après une grève de la faim  en 1903. [« Le transfert de Sihalébé fut pour les Flup un acte sacrilège d’une gravité exceptionnelle que l’administrateur supérieur ne soupçonna pas. Le roi, personnage religieux et sacré, ne pouvait selon la coutume abandonner son territoire. Il était l’intermédiaire vivant et indispensable entre les forces invisibles et ses sujets qui ne l’avaient jamais vu ni boire, ni manger. Incarcéré avec plusieurs d’entre eux à Séju, il se laissa mourir de faim, devant ses gardiens stupéfaits » (Christian Roche, Histoire de la Casamance. Conquête et résistance : 1850-1920, Paris, Karthala, 1985, p. 282.)]

«Nous avons senti une évolution de l’Élysée, qui se montre désormais plus ouvert sur ces questions de restitutions et de réparations post coloniales », confie Louis-Georges Tin, en se basant hollsur l’annonce faite par le président de la république le 10 mai dernier, lors de la journée de commémoration de l’esclavage, de la création d’un musée de l’esclavage et d’une fondation pour la mémoire de l’esclavage. «Les jeunes Béninois doivent pouvoir admirer ces pièces chez eux, elles sont les témoins de leur riche passé, elles ont un rôle à jouer sur le plan mémoriel. C’est un peu comme si des œuvres fondamentales du patrimoine français étaient exposées à Berlin», clame  Louis-Georges Tin pour qui ces objets n’ont plus rien à faire au sein d’un musée parisien.

.Aujourd’hui, de plus en plus de  pays spoliés réclament leurs trésors. On sait que la Grèce réclame les fresques du Parthénon au British Museum ou encore la Venus de Milo au Louvre. L’Egypte quant à elle, réclame la pierre de Rosette au British Museum (L’Egypte réclame le retour de la pierre de Rosette, Libération, décembre 2009 ), des fragments de fresques pharaoniques au Louvre ainsi que le buste de Nefertiti au Neues Museum de Berlin (L’Egypte réclame la restitution du buste de Néfertiti, Le Point, janvier 2011). Les pays émergents eux-aussi sont de plus en plus virulents pour récupérer des biens culturels qu’ils estiment leur revenir. La Chine tente de récupérer des manuscrits volés et des pièces de musée dispersées dans le monde entier. Le Nigeria a sollicité le British Museum. Le Pérou veut récupérer des oeuvres provenant de la cité inca de Machu Pichu, etc.. La liste s’allonge au fur et à mesure que des pays redécouvrent leur patrimoine et font de lui un critère de leur essor. Il semble que la demande de restitutions d’objets culturels à leur pays d’origine aille grandissante.

Appel pour la restitution des biens mal acquis du musée du Quai Branly, pillés pendant la colonisation,

par Nicephore Soglo (Ancien président du Benin)  & Louis-Georges Tin (président du CRAN).

En 1894, se trouvant face à ses derniers fidèles, le roi Béhanzin leur fit ses adieux en ces termes bouleversants :
« Et déjà ma voix éplorée n’éveille plus d’écho. Où sont maintenant les ardentes Amazones qu’enflammait une sainte colère ? (…) Qui chantera leurs splendides sacrifices ? Qui dira leur générosité ? Non ! A mon destin je ne tournerai plus le dos. Je ferai face et je marcherai. »

Vaincu par les armées coloniales, Béhanzin, roi d’Abomey, fut ensuite déporté en Martinique, puis à Blida, où il mourut, solitaire, le 10 décembre 1906. Les trésors de son palais furent pillés et mis à sac par les soldats français.
En ce 10 décembre 2013 (date anniversaire de la mort de Béhanzin et journée internationale des droits de l’Homme), nous ne voulons pas seulement rendre hommage au roi Béhanzin. Nous souhaitons que les trésors d’Abomey soient rendus à la famille royale et au peuple béninois auxquels ils appartiennent légitimement : au musée du Quai Branly se trouvent les récades royales, le trône de Glélé, les portes sacrées du palais et plusieurs autres objets de grande valeur issus du pillage de 1894. Tous ces biens mal acquis doivent retourner dans leur pays d’origine, où se trouve leur place véritable.

Le 18 novembre 2005, déjà, une députée française avait saisi le premier ministre à ce sujet en lui adressant une question écrite :
Gbéhanzin, roi du Dahomey a lutté farouchement pour préserver l’indépendance et l’intégrité territoriale du Dahomey. Malgré sa glorieuse résistance face aux troupes françaises pour s’opposer aux conquêtes coloniales, il a dû signer sa reddition le 25 janvier 1894. L’Unesco, au sein de laquelle la France occupe une place de choix, postule qu’il appartient à chaque État de gérer son propre patrimoine culturel et historique. Le peuple du Bénin très attaché à sa culture ne comprendrait pas un refus de la France à restituer les traces de son histoire glorieuse. Les liens qui unissent le Bénin à la France militent pour la restitution de ces oeuvres d’art.

Malheureusement, cette demande est jusqu’ici restée lettre morte. Cette députée s’appelait… Christiane Taubira. Et peut-être pourrons bénéficier  du soutien de celle qui est désormais ministre de la justice. Il faudrait de fait que le ministère de la culture et le ministère de l’enseignement supérieur (qui ont la tutelle sur le musée du Quai Branly) organisent cette restitution, tout à fait possible légalement. C’est ainsi, par exemple, que le sceau du dey d’Alger, saisi par l’armée coloniale française en 1830, fut restitué à l’Algérie  en 2003.

Mais au-delà des trésors d’Abomey, ce sont de très nombreux autres biens qui, pendant la colonisation, ont été volés, voire pillés, ou à tout le moins acquis dans des conditions très discutables. Ils ont ensuite rempli les collections privées et les musées publics de la France. Dans son Afrique fantôme, il y a longtemps déjà, Michel Leiris a évoqué les violences et les « manipulations » qui ont rendu possibles ces acquisitions souvent douteuses. Ces objets ont une valeur patrimoniale, artistique, culturelle et spirituelle considérables. Refuser toute restitution, ce serait être coupable de recel, ce serait se rendre complice objectivement des méfaits du passé.

« Quand nos enfants voient dans ces musées les trésors de l’Afrique dépouillée, ainsi exposés comme des butins de guerre, comment leur expliquer que nos peuples sont amis malgré tout ? Il y a mille et une façons de réparer les crimes du passé colonial. L’une d’entre elles serait de restituer les biens mal acquis de la France. C’est pourquoi nous demandons que les autorités françaises réalisent un inventaire national de tous ces biens, et qu’elles engagent un dialogue constructif avec les pays concernés en vue de leur restitution. La politique du dialogue interculturel ne saurait s’accommoder du pillage interculturel. »

Ecouter l’émission de France Culture.

Remarques sur l’offre de formation en CR

T Martel 02par Thierry Martel, diplômé de l’IFROA (ex INP), directeur de DEP’art (Ecole préparatoire aux concours des écoles d’art et des formations en conservation-restauration des biens culturels.), membre du Comité scientifique de la revue CeROArt.

 

Le texte ci-dessous a été publié le 26 juillet 2016  dans un post sur LinkedIn. Eu égard au profil de son auteur (il est enseignant  et fut professeur de CR à l'ESAA)  et à la teneur  de  cette  tribune,  Semin'R  lui a proposé de la relayer.

Dernièrement, lors d’une journée d’étude organisée conjointement par la FFCR-PACA et l’AGCCPF-PACA, sur le thème « De l’utilité des études préalables : définitions, réflexions et retours d’expérience », nous avions souligné l’importance d’une remise en question du contenu des formations des conservateurs-restaurateurs afin d’être en adéquation avec les évolutions du métiers. L’exercice de notre profession peut être très classique ou s’étendre et évoluer vers des projets de très grandes envergures (Réalisation d’études, de récolements ou de missions de conseils, avec des budgets élevés et la constitution de groupements d’un nombre important de spécialistes, etc.). Ces nouvelles conditions opérationnelles nécessitent un approfondissement des compétences.

Si toutes ces demandes correspondent aux compétences attendues par un spécialiste diplômé, nous pouvons nous interroger sur la pertinence des contenus de nos formations et du niveau atteint par les étudiants en fin de cursus autant sur le plan de la technique, que de l’administration, de la gestion des entreprises et de la communication.

Or les changements observés dans les quatre formations supérieures par la mise en conformité avec le système LMD et l’obtention du grade de Master de niveau I, n’ont peut-être pas suffisamment pris en compte cette évolution professionnelle.

Il ne s’agit pas là de voir à cours terme, mais d’appréhender ces modifications pour les vingt prochaines années. Et l’actualité très récente de l’Ecole Supérieure d’Art d’Avignon, nous montre que le devenir des formations n’est pas un long fleuve tranquille.

Après des décennies de réflexions, en dix ans, de 1973 à 1983, nous avons vu en France la création de la Maîtrise des Sciences et Techniques (MST) à Paris I ; puis l’Institut Français de Restauration des œuvres d’Art (IFROA) ; la création de départements de restauration au sein des écoles des Beaux-Arts d’Avignon de Tours, et de Clermont-Ferrand. Deux autres entités avaient vu le jour au début des années soixante dix, l’une à l’Ecole régionale des Beaux-Arts de Valence Valence, l’autre à Châteaurenard .

Après une mission d’étude et une décision du Ministère de la Culture  au début des années quatre vingt dix, l’offre des formations publiques fut réduite à quatre. Elles sont à ce jour les seules conformes à l’Arrêté du 3 mai 2016 relatif aux qualifications requises pour procéder à la restauration d’un bien faisant partie des collections des musées de France. Nous pouvons naturellement nous interroger sur l’évolution de l’offre de formation d’ici quelques années !

Pour que cette offre de formations perdure et qu’une dynamique professionnelle soit satisfaisante, il faut pouvoir attirer un nombre suffisant d’étudiants. L’intérêt que nous pouvons porter à l’exercice de notre métier ne peut pas, sous prétexte de « concurrence », opérer un frein permanent à la formation de futurs spécialistes. Car, faute de candidats, les formations seront dans un premier temps réduites puis fermées ! Un autre modèle pourrait alors s’installer …

Actuellement, nous disposons de quatre diplômes différents :

  • Titre Université Paris I Panthéon-Sorbonne : Licence Préservation des Biens Culturels / Master de  Conservation-restauration des Biens Culturels
  • Titre Institut National du Patrimoine : Restaurateur du Patrimoine (RNCP)
, au grade de Master
  • Titre Ecole Supérieure d’Art d’Avignon : Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique, Option Art, mention Conservation-Restauration
, au grade de Master
  • Titre Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Tours, Angers, Le Mans : Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique, Option Art, mention Conservation-Restauration des Oeuvres Sculptées, au grade de Master.

Récemment (21 janvier 2016), l’Université Paris I a présenté un nouveau règlement des connaissances Master 1 et 2 dans trois parcours type : Conservation Préventive du Patrimoine, Méthodologie et Pratique de la Conservation-Restauration, Valeurs et matérialité des Biens Culturels. (L’accès au M1 CRBC dominante « Méthodologie et pratique de la conservation-restauration » (MPCR) est conditionnée par la validation du parcours « Préservation des biens culturels » de la licence Histoire de l’art et Archéologie, ou par d’un parcours de licence équivalent).

Pour l’INP, nous notons le développement d’un « programme d’égalité des chances » dans le secteur culturel avec la mise en place d’une préparation au concours pour des étudiants de DMA et BTS ou leur entrée en classe préparatoire à Paris Ouest Nanterre – Ecole du Louvre (L3). Si pour l’INP l’accès au concours se situe en principe à l’entrée dans le supérieur, nous constatons en fait, qu’une préférence est donnée aux étudiants de niveau BAC+2. Ce qui est confirmé par les statistiques des résultats du concours 2015 : 122 candidats présents dont 49 > Bac+2, en fin de concours, 14 des 19 lauréats sont issus de formations supérieures à Bac+2 et 14 résidant à Paris ou en région parisienne !

Il est certain que le profil idéal d’un candidat requiert des aptitudes pratiques, une capacité de réflexion et un minimum de connaissance du milieu professionnel. Mais ces statistiques peuvent effrayer les jeunes bacheliers ! D’autant que l’accès à l’Université Paris I nécessite une première année (L1) en Histoire, Histoire de l’Art ou Sciences.

Donc, le Bac en poche, le choix peut être relativement restreint : soit s’orienter vers l’ESBA TALM, mais l’offre unique et limitée (5 places) pour la spécialité sculpture qui ne pourra satisfaire l’ensemble des candidats – soit choisir l’ESAA, où l’offre en oeuvres d’art contemporain et  objets ethnographiques, balaie un champs plus large.

Malheureusement, cette année, le concours d’entrée a été supprimé et les perspectives de cette formation semblent compromises.

Alors que l’on contraint les élèves de lycée à faire des choix d’orientation très tôt dans leur scolarité, que les propositions APB ne sont pas adaptées à notre domaine, que l’offre de formation est très hétérogène, nous pouvons poser les questions suivantes :

– L’offre de formation est-elle / sera-t-elle vraiment adaptée sur le plan national et international ?

– Est-elle suffisante, attractive et assez dynamique pour maintenir une qualification supérieure ?

– Quid de la situation européenne ?

Ne faudrait-il pas partager une réflexion nationale pour mieux définir et construire une proposition relativement homogénéisée et plus adaptée aux évolutions professionnelles. Développer des niveaux différents (du Bac au Doctorat) permettant à un plus grand nombre de tenter l’aventure tout en pouvant prendre un autre chemin si cela ne convient pas ?

Qu’en pensez-vous ? Des idées ?

Les 4 formations publiques françaises à la conservation-restauration

Voici ci-dessous comment le MCC présente de bien piètre manière, la discipline de la conservation-restauration et les 4 formations initiales permettant d’accéder à un diplôme au grade de Master.    ICI  
L’appellation « restaurateur du patrimoine » est celle choisie par l’INP pour ses diplômés,  en dépit de la définition de la profession établie par l’ICOM-CC depuis 1984 et par le code de déontologie des musées voté initialement lors de la 15 ème assemblée de l’ICOM en 1986 à Buenos Aires,  Le conservateur-restaurateur : une définition de la profession   et de la   résolution 7    adoptée lors de sa 27 ème  assemblée en 2010 à Shangaï [ « La conservation-restauration est complexe et exige la collaboration de professionnels qualifiés dans les divers domaines pertinents. En particulier, tout projet impliquant des actions directes sur le patrimoine culturel requiert un conservateur-restaurateur. (réf. définition de la profession par ICOM-CC, Copenhague, 1984, et Code de déontologie de l’ICOM).  » ] Au nom de quelle « exception française » le site du ministère, éludant les   Règles professionnelles de l’ECCO   adoptées par l’Assemblée Générale de l’ECCO, le 11 juin 1993 et modifiées par l’Assemblée Générale de l’ECCO, le 1er mars 2002, persiste à imposer « restaurateur du patrimoine » comme appellation générique ? Pourquoi le MCC cautionne-t-il cet isolationnisme, en France même, malgré la ratification française des textes de l’ICOM ?

Telle qu’elle est cantonnée à une intervention matérielle en vue d’une transmission dans le futur, la définition sommaire de l’activité est inexplicablement erronée. On conserve et on restaure aussi, et certainement d’abord, pour une transmission au présent !

En limitant l’intervention de  cette activité à la matière des biens culturels, elle passe notamment sous silence le travail d’enquête, d’étude préliminaire et de documentation pour appréhender les situations passées et actuelles des  biens culturels pris en charge, ainsi que les dimensions critique et de conception de cette discipline qui constituent un préalable sans lequel aucun traitement n’est envisageable.  De même, la conservation préventive qui n’agit précisément pas sur la matière des biens culturels, mais plutôt autour , est complètement éludée.

Celà fait tout de même beaucoup sur le site public français de référence et on peut s’en étonner. Pourquoi ne pas s’être référé tout bonnement à la définition internationale de l’ICOM adoptée à Shangaï en 2010 et qui fait consensus ?

En outre, les descriptifs de formation ne bénéficient pas du même souci du détail que celui du cursus et du diplôme de l’INP, alors que les quatre diplômes revêtent le grade de Master et procurent la même habilitation en regard du droit du patrimoine. Pourquoi donc ?

Pour finir, on ose affirmer que « Certains restaurateurs exercent leurs fonctions dans le secteur privé. » alors qu’il s’agit de la plupart. Plus loin, on laisse entendre qu’ « Ils peuvent intégrer un grand laboratoire ou une importante institution patrimoniale ». Certes quelques rares opportunités de cette sorte existent, mais cette précision devient saugrenue en regard de la très grande majorité des conservateurs-restaurateurs qui exercent en entreprises privées, (chacun-e) en tant que salarié-e, entrepreneur (artisan) ou profession libérale.

Cela fait décidément beaucoup de points à revoir pour réparer cette présentation inexacte et indigente.

 

Ce qui suit est visible sur le site du MCC :

Restaurateur du patrimoine

Les restaurateurs interviennent sur la matière des œuvres et objets ayant une valeur patrimoniale, afin de les transmettre aux générations futures. Ils agissent lorsque cette matière est menacée et que le vieillissement, les accidents, les remaniements ont fragilisé les œuvres, perverti ou masqué leur image. Certains restaurateurs exercent leurs fonctions dans le secteur privé. Ils peuvent intégrer un grand laboratoire ou une importante institution patrimoniale .

  • L’École d’Art d’Avignon – ESAA combine l’enseignement de la création avec celui de la préservation des biens culturels et forme en 5 ans au Diplôme national supérieur d’expression plastique (DNSEP), option Art, mention conservation-restauration.
  • L’École supérieure des beaux-arts Tours, Angers, Le Mans – Esba TALM propose, sur le site de Tours, un cycle long spécialisé en Conservation-restauration des oeuvres sculptées.
  • L’Institut national du patrimoine – Inp assure une formation qui conduit en 5 ans au diplôme de restaurateur du patrimoine et confère le grade de master à ses titulaires. Admis sur concours, les élèves restaurateurs acquièrent les bases théoriques, scientifiques et pratiques nécessaires à la restauration d’œuvres et objets patrimoniaux. Sept spécialités sont ouvertes : arts du feu, arts graphiques et livre, arts textiles, mobilier, peinture, photographie, sculpture. Le cursus prévoit de nombreux stages et chantiers-école, tant en France qu’à l’étranger.
  • L’Université Paris 1 propose deux masters en conservation-restauration :

Ecole d’art ou tutelle managériale en crise ?

Non, rien n’a changé …

A nos regards  incorrigiblement bourgeois, il est bien possible que le capitalisme offre un visage moins convulsé que le stalinisme, mais quel visage offre-t-il aux mineurs de fond, aux fonctionnaires sanctionnés pour faits de grève, aux Malgaches torturés par la police, aux Vietnamiens nettoyés au napalm, aux Tunisiens ratissés par la Légion ? ” (F. Jeanson, « Les Temps Modernes », Mai 1952) … aux anti-barrage de Sivens et anti-aéroport de Nantes, aux migrants des jungles de Sangate et Calais, aux grévistes de sociétés insuffisamment rentables pour leurs actionnaires, aux agriculteurs exsangues en colère, aux manifestants contre la loi El Khomri, et récemment encore, aux étudiants des Beaux-arts de Paris bâtisseurs de châteaux en Espagne dans la « nuit debout », tous  canardés, gazés ou  bastonnés par les CRS ?

Incorporéités

Résultat de recherche d'images pour "école d'art d'avignon"
Quand des étudiantes en appellent à leur incarnation

Les acteurs de l’Ecole Supérieure d’Art d’ Avignon, eux, n’aspiraient qu’à entrer en relation,  de personnes à personnes, avec les élus de la Ville et autres représentants publics. Au lieu du dialogue, les autorités de tutelle ont asséné de la polémique: « descente » inopinée à l’école du directeur des affaires culturelles de la Ville avec un huissier de justice, stigmatisation des acteurs de l’ESAA par la Conseillère municipale déléguée aux établissements d’enseignement supérieur lors du dernier Conseil Municipal, ou de  la propagande  par prescription  du 09 Mai de la Vice-Présidente de l’EPCC-ESAA. Or ces formes de communication ne sont en fait que deux sortes de monologue faisant fi de tout interlocuteur, pis, des méthodes d’intimidation. On use pour cela de l’abstraction propre au monde de la puissance publique et du calcul pour écraser les vraies passions qui sont, elles, du domaine de la chair et de l’irrationnel. Les étudiants parlent « de création, d’amour, de projet et de destin », on leur rétorque « production, doctrine, norme, stratégie territoriale  », en utilisant de nouveau la réduction,  de données cette fois  après celle du budget.

Réductions

Outre la diminution financière, la réduction est la substitution d’un petit nombre de paramètres, à un ensemble d’observations,  de caractéristiques ou de résultats. Elle vient saper la compréhension à tous les niveaux: entre acteurs de l’école et élus municipaux, comme  chez tout contribuable intéressé à un problème municipal. Or sans compréhension, point de civilisation possible. Ceux qui s’adonnent à la réduction pour marteler ensuite de fausses simplifications, nient le processus et l’éthique de la compréhension. Inconsidérément, ils font d’elle le terreau de l’extrémisme et le lit de la barbarie présents aujourd’hui à nos portes, et qu’ils prétendent combattre. Encore drapés dans les oripeaux des valeurs de gauche à qui ils doivent leur mandat, ils finissent d’achever l’anéantissement de celles-ci. C’est notamment contre les mêmes réductions exigées et opérées aussi par les médias de masse, qui divisent les sexes, les peuples, les nations, les religions, que des mouvements citoyens s’indignent dans la rue.

Impostures

Le simulacre municipal des tenants d’un projet culturel et artistique à courte vue, soit-disant  prioritaire pour les jeunes, se dissout dans l’inanité d’un discours populiste et démagogique qui est aussi servi à l’ESAA par la prédication radoteuse d’un catéchisme managérial, rudimentaire, bureaucrate et finalement inepte (cf. rapport).  Lui aussi se veut menaçant si on lui résiste, insidieux et visant presque tous les acteurs de l’établissement avec l’arme de la précarité  : de leur programme d’enseignements approximativement bidouillé contre les étudiants, de leur emploi contre les  enseignants contractuels, de leurs prérogatives contre tous les professeurs. Ce sont l’entretien permanent d’une insécurité perverse de l’emploi du temps augmentée d’un dénigrement des aptitudes de chacun,  tous deux surajoutés à l’anxiété inhérente aux indéterminations de l’art, qui instillent perfidement la crainte dans un milieu déjà convalescent. Seuls y prospèrent sans scrupules l’attentisme et l’opportunisme encouragés de quelques laquais .  

Les deux soliloques décrivent finalement assez bien un pouvoir exercé par des fantômes décharnés et de médiocres commis zélés à leur solde, tous fantoches cyniques asservis au pouvoir.

Pour celles et ceux qui ont peur,  lire    ici  

https://etudiantsesaa.wordpress.com/

Une réaction à la pétition « Alerte ! les restaurateurs du patrimoine sont en danger « 

Estimant nécessaire de nourrir le débat par d’autres positions que celle de la FFCR, la rédaction a proposé à son  auteure de publier intégralement sa lettre ouverte ci-dessous datant du 21 Mars, en réaction à la pétition « Alerte ! Les restaurateurs du patrimoine sont en danger « . Semin’R la remercie pour sa générosité.

Chers collègues,

Je réagis à la pétition dont il a été largement question ces derniers jours.

Arrivée un dimanche, avec des indications de réponse urgente… j’ai longuement hésité avant de signer ce document. Je l’ai fait (pour la version papier) et je le regrette.

En effet, si j’adhère complètement au premier paragraphe qui décrit une situation économique difficile bien réelle, le problème du titre et celui des marchés publics, en revanche, je ne suis absolument pas d’accord avec la positioncon cernant les métiers d’art.

Ce que j’ai pu entendre à la radio sur France Culture m’a proprement révoltée. Comment peut-on se croire aussi imbus de soi-même pour décrier de la sorte les « métiers d’art » ? Je ne me reconnais pas dans cette façon de déconsidérer 200 professions d’un coup parce que nous serions les seuls à avoir des qualités intellectuelles, les seuls à avoir été formés « à haut niveau ». Mais quelle est cette catégorie socio-professionnelle qui se permet de dénigrer toutes les autres ?

Je suis au contraire intimement persuadée qu’être intégrés aux métiers d’art est une véritable opportunité pour notre profession : opportunité d’être reconnue, valorisée et défendue. Car oui, depuis la définition des métiers d’art comme domaine à part entière par le ministère du travail, des démarches de valorisation et de définition ont étéconduites en leur faveur. En témoignent aujourd’hui, le site internet de l’INMA (http://www.institut-metiersdart.org/), les aides diverses, les prix et distinctions, la communication et les médias. Les moyens déployés sont importants et me semblent aller dans la bonne direction.

Pour le grand public, que certains le veuillent ou pas, nous sommes un « métier d’art ». Simplement parce qu’on nous reconnaît un « savoir-faire » et que nous travaillons « dans le domaine de l’art ». Cette définition est simpleet, selon moi, juste.

Car en effet, il n’est pas question de création dans notre activité quotidienne. Mais, contrairement à ce que certains avancent, les métiers d’art ne se définissent pas par cet aspect. Et le ministère de la Culture qui m’a remis un titre de maître d’art en 2015 en avait pleinement conscience. Il a récompensé un savoir-faire rare et saluer une démarche de transmission. On ne m’a jamais demandé de me lancer dans la création !

Je crois que notre métier, nos spécialités, peuvent trouver leur place dans cette catégorie socio-professionnelle et justement y valoriser leurs diplômes et leurs connaissances. Pour cela, il est question de dialogue et d’ouverture d’esprit. Et à ma connaissance, il y a  eu de longue date une politique de la main tendue en direction de la FFCR. Alors je ne crois pas aux démarches « autoritaires et contre toute logique » qui ont été mentionnées dans la lettre.

Vouloir à tout prix s’installer sur un piédestal, c’est se statufier et mourir.

Je suis fière d’être conservatrice-restauratrice de cuir et je ne pense pas qu’un bottier soit moins compétent ou important que moi, nous sommes simplement complémentaires.

Bien à vous,

Céline BONNOT-DICONNE

Maître d’Art 2015

Ancienne Pensionnaire à l’Académie de France à Rome – Villa Médicis

2CRC – Centre de Conservation et de Restauration du Cuir

 

 

 

Cliquez ici pour Répondre, Répon

Droit de réponse exercé par la FFCR

​A la demande du conseil d’administration de la FFCR, en la personne de Madame Anne-Elizabeth Rouault sa présidente,  un droit de réponse aux propos tenus dans la tribune Alerte ! Les restaurateurs du patrimoine sont en danger lui est légitimement accordé.  Celle-ci consiste en un texte transmis à la rédaction par courriel, le Lundi 21 Mars 2016 repris intégralement ci-dessous.
Afficher l'image d'origine

« La lettre diffusée dans un premier temps n’était pas destinée à être une pétition, elle devait être signée de quelques personnalités du monde de l’art et du patrimoine et être adressée à la ministre de la culture dans un délai restreint (d’où le premier délai précisé dans le texte qui a circulé). Par le hasard incontrôlable de la circulation numérique, la lettre dûment signée par quelques éminences culturelles fortes est devenue pétition sauvage par mail, récoltant en 4 jours près de 500 signatures, arrivées en 500 mails, d’où un problème d’enregistrement des signatures et la décision de basculer ce texte en pétition en ligne.

Le conseil d’administration de la FFCR a décidé de s’associer à ce texte dès le lundi 14 mars, soit le lendemain du début de sa diffusion, et s’est chargé de sa mise en ligne. Depuis il se mobilise fortement pour sa gestion et sa diffusion, voir par exemple cet article :  http://www.journalistes-patrimoine.org/etre-conservateur-restaurateur—-un-diplome-une-competence-une-ethique-9552.html «

ALERTE ! LES RESTAURATEURS DU PATRIMOINE ET LES OEUVRES D’ART SONT EN DANGER

« La profession de restaurateur du patrimoine est en grande souffrance. Au bord du gouffre. De plus en plus nombreux sont ceux qui abandonnent le métier, les commandes publiques se raréfient, les revenus sont en chute libre. 40 ans après la création des formations supérieures, très exigeantes, voulues par l’Etat, les professionnels de la conservation-restauration n’ont toujours pas de titre protégé, ni de fonctions permanentes dans les institutions publiques sauf de rares exceptions, les marchés publics ignorent la spécificité de leurs prestations, les dimensions scientifique et intellectuelle du métier continuent à être méconnues. Deux rapports très complets établis en 2003 et 2006 sur la profession sont restés lettre morte. Les avis et recommandations des organisations professionnelles française et européenne sont ignorés. Aujourd’hui, une note interne du ministère de la culture du 22 février 2016 appelle à « un plan d’action indispensable à la survie » de la profession. Sans les professionnels de la conservation – restauration, il n’y aura plus d’expositions, plus de partage, plus de transmission des œuvres de l’esprit, ni aujourd’hui ni demain. Le patrimoine et sa démocratisation sont menacés. Nous, artistes, conservateurs, universitaires, professionnels de la conservation-restauration, défenseurs du patrimoine, demandons avec force que les compétences spécifiques et la nécessaire haute qualification (master) des restaurateurs des biens culturels soient pleinement reconnues et les conditions d’exercice de leur profession, modifiées. Alors que la restauration du patrimoine, qui n’est pas un métier de création, vient d’être autoritairement et contre toute logique incorporée aux métiers d’art par arrêté publié au JO du 31 janvier 2016, et qu’une loi relative à la création, à l’architecture et au patrimoine est sur le point d’être votée sans aucune référence à l’indispensable rôle des professionnels de la conservation- restauration dans la gestion du patrimoine, nous attendons des clarifications et des initiatives immédiates afin de sauver cette profession d’excellence sur laquelle reposent l’intégrité et la pérennité des œuvres et objets d’art. Nous demandons que lui soit donnée toute la dignité nécessaire au sein des institutions culturelles publiques. »

Premiers signataires :

Christian Boltanski, artiste

Daniel Buren, artiste,

Hervé di Rosa, artiste

Gérard Fromanger, artiste

Fabrice Hyber, artiste

Annette Messager, artiste

Ernest Pignon – Ernest, artiste

Pierre Soulages, artiste

Hervé Télémaque, artiste

Maria van Berge-Gerbaud, ancienne directrice de la Fondation Custodia

Ségolène Bergeon Langle, conservateur général du patrimoine honoraire, ancienne présidente de l’ICCROM (centre international pour la conservation/restauration des biens culturels)

Eric Blanchegorge, directeur des musées de Troyes

Jean – Pierre Cuzin, ancien directeur du département des Peintures du musée du Louvre

Françoise Guichon, conservatrice du patrimoine honoraire, ancienne directrice du CIRVA, Marseille

Fabrice Hergott, directeur du musée d’art moderne de la Ville de Paris

Michel Hilaire, directeur du Musée Fabre de Montpellier Méditerranée Métropole

Alfred Pacquement, ancien directeur du Musée national d’art moderne, Centre Georges Pompidou

Joêlle Pijaudier – Cabot, conservatrice en chef du patrimoine

Florence Viguier, directrice du Musée Ingres, Montauban

Laurence Bertrand – Dorléac, professeure des universités

Giovanna Capitelli, professeure des universités

Pierre Encrevé, professeur des universités

Silvia Fabrizio Costa, professeure des universités

Roland Recht, membre de l’Institut

Jean Claude Schmitt, directeur d’études à l’EHESS, ancien président du conseil scientifique de l’INP

Federica Toniolo, professeure des universités, Padoue

Gennaro Toscano, historien de l’art, professeur des universités

David Cueco, ancien président de la Fédération Française des professionnels de la conservation–restauration

Pauline de La Grandière, restauratrice du patrimoine

Juliette Lévy, restauratrice du patrimoine, responsable de l’atelier Sculpture au département des restaurateurs de l’Institut national du patrimoine

Caterina Bon Valsassina, ancienne directrice de l’Istituto superiore per la conservazione ed il restauro, Rome, directrice générale Education et Recherche, ministère des biens culturels, Italie

Geneviève Gallot, ancienne directrice de l’Institut national du patrimoine (INP)

Eric Gross, ancien directeur de l’Institut national du patrimoine (INP)

… / …

Cette réaction très « institutionnelle » intervient en connaissance du processus de déliquescence de la profession de conservateur-restaurateur (ou de restaurateur du patrimoine  selon l’INP) et des conditions de son exercice en France. Trois remarques …
  • Il est symptomatique et atterrant que cette pétition n’émane pas  d’abord de la FFCR qui n’est que signataire tardive de la pétition. Du reste et sans vouloir tirer sur l’ambulance, quand cette instance en fut réduite (en 2009) pour l’amélioration de son train de vie à envisager l’adhésion d’étudiants des quatre formations « habilitées », plus grand monde ne se fait guère d’illusion sur sa capacité de représentativité et de remise en question. Pourquoi diable ne pas encore avoir muté en un syndicat professionnel potentiellement attributaire de subventions publiques dédiées ? Où en est le projet émis depuis belle lurette, d’organisation avec les formations et toutes les associations professionnelles  satellites, des « états généraux de la conservation-restauration » ?
  • La bienveillance de cette pétition élitaire signée « prioritairement » par BORN TO CLEANpléthore d’acteurs « institutionnels » et de renom, mais elliptique de ses principaux intéressés, les mal nommés et approximatifs « professionnels » de la conservation-restauration (sauf quelques rares adoubés), est tout aussi révélatrice d’une profession en France qui demeure statutairement et économiquement précaire, de même qu’ invisible derrière les objets dont elle s’occupe. Si l’on compare avec la plupart des situations européennes semblables, elle est victime de son histoire et de sa tradition en étant étonnamment toujours sous tutelle scientifique et « paternaliste » d’autres professions installées et stabilisées dans les institutions muséales ou patrimoniales. 
  • Parallèlement à la déchéance  entamée depuis déjà longtemps, d’une activité que les pouvoirs publics n’auront jamais voulu ou  su sanctuariser à juste titre et à son juste titre , le niveau de financement des formations à la conservation-restauration de l’enseignement supérieur contrôlé, baisse inéluctablement et dangereusement jusqu’à laisser penser que  le seuil critique sera bientôt atteint . Faudra-t-il attendre la catastrophe pour réveiller les consciences décisionnaires, ou est-on en train de vivre un changement de paradigme du patrimoine, insidieux parce qu’ inavouable , et le début d’un abandon inéluctable de ses attachements  ?        

NB: les éléments soulignés du texte correspondent à des ajouts suite à des remarques ou des critiques reçues par l’auteur a posteriori.

        M. Maire, signataire (avec regret) de la pétition le 14.03.2016 à 17h13.

Lundi 14 Mars à 15h21: Réception en fichier joint .pdf du  texte pétitionnaire ci-dessus, anonyme mais dont on peut raisonnablement penser qu’il émane d’un ou plusieurs auteurs en lien avec l’INP.  David Cueco, vice-président de la FFCR y apparaît signataire à la 28 ème place.

Jeudi 17 Mars à 8h21: La liste des signataires diffusée encore  la veille à été « tripatouillée » *. David Cueco apparaît comme par enchantement dans le trio des auteurs de la pétition,  tandis que certaines candidatures à sa signature, dont la mienne envoyée le 14 Mars à 17h13, ont été « oubliées » … A quoi tout cela rime-t-il ?

Jeudi 17 Mars à 18h21: la pétition apparaît rouverte en ligne, avec plus de 450 noms dont beaucoup de « professionnels de la c-r ». Tout est rentré dans l’ordre …

* Tripatouiller = Apporter  à  quelque  chose  des  changements,  en particulier de manière illicite ou à l’insu de tous (Dictionnaire Larousse en ligne).

   La deuxième pétition en  cliquant ici    ______________________________________________

David CUECO,  ancien président de la FFCR a souhaité exercer un droit de réponse aux propos tenus à son égard.  (Le texte ci-dessous est extrait d’un courriel adressé à l’auteur de la tribune, le 18 Mars, hormis les éléments de communication de nature privée et hors sujet ).
Cher Marc.
Je suis effectivement co-auteur de ce texte peu amène et un rien décalé qui s’appelle aujourd’hui pétition, mais il est quand même assez juste et mobilisateur quant  à l’alerte et les soucis des collègues, surtout pour essayer de récupérer un rendez vous avec des décideurs … Pour la loi LCAP …  Avant qu’elle ne soit votée. Ça , c’est l’enjeu.
Notre contact à l’Assemblée nationale Sophie Dessus est morte il y a 15 jours. Cela a compté aussi. Et l’inscription dans la liste des métiers d’art ne semble pas te concerner ? Tu peux penser comme nous que la restauration du patrimoine ne nous concerne pas et que nous exerçons la conservation-restauration mais comme personne à part nous ne le comprend comme ça. Ni le législateur , ni les services qui l’ont décidé, ni le commun des mortels, si on ne leur fait pas d’abord une explication de dix minutes … Donc , nous sommes donc bien dans la liste des métiers d’art, sans avoir eu de réelles réponses du MCC et du Minefe sur les réelles implications pourtant redoutables; Du coup ce texte n’avait pas vocation à devenir une pétition mais à être une  lettre de soutien de quelques personnalités repérables par les politiques pour ouvrir une ou des portes de cabinet pour pouvoir discuter en urgence.
C’est l’initiative d’une collègue dont je ne pense pas qu’elle ait jamais été membre de la FFCR qui a mis le feu à une liste très courte par choix, en faisant circuler un appel par mail renvoyant chez Geneviève Gallot. Du coup cette liste a évolué en 4 jours pour gonfler de 30 personnalités à plus de 500 noms arrivés par mail un par un … dont les derniers n’ont même pas été versés dans l »envoi officiel  par manque de temps et pour déposer une version à Matignon, rue de Valois et à L’Elysée, hier le 15 mars. Et si j’apparais dans des positions changées et sous des titres différents, ce n’est pas mon choix ni de mon fait mais manifestement ça va encore aider quelque bien penseurs à me soupçonner de quelque malversation; ça me fatigue, et ce n’est pas correct de sous entendre n’importe quoi, s’il te plait ?
Alors maintenant que tu puisses penser que la FFCR ait un peu tardé est plus compliqué à éclaircir. Elle hésitait à prendre à son compte un texte qu’elle n’avait pas écrit elle même et dont l »initiative, si elle avait vocation à la servir, ne lui revenait pas.
Cela a fait débat 4 jours. Le gonflement de la liste heures après  heures a encore compliqué le choix alors que pour leurs 3 auteurs, il était clair que cela revenait à la FFCR d’aller discuter si l’occasion d’un rendez vous se présentait ? Et nous y comptons bien. Le fait que le chose soit devenue virale n’a pas été recherché, ou en tout cas, pas à ce moment là … mais faut il se plaindre qu’elle le soit devenue ? Il était donc normal que cela fasse débat, en interne au CA; Mais aussi que cela atterrisse clé une vraie pétition sur un site en ligne pour continuer à mobiliser professionnels et proches du milieu de la Culture pour faire de ce sujet une chose un peu plus visible, à un niveau que je ne me rappelle pas avoir beaucoup vu depuis que je milite. Pour autant les choses ne sont pas faites et le plus dur est encore devant. Nous espérons ton soutien pour avancer plutôt que cet esprit d’insatisfaction que l’on peut comprendre mais qui en ces heures d’urgence fait plus de mal que de bien.
Il est quand même intéressant que ces sujets soient à Nouveau sur les tables, non ? Les états généraux, idée travaillée l’an passé et très chère à Anne Elisabeth Rouault et à la FFCR, sont passées au second plan en 2015, vu le travail sur la lOi LCAP malheureusement inabouti jusque là….. Alors pour les états généraux, c’est une super idée de vouloir y contribuer mais encore faut il se servir du cadre associatif qui existe plutôt que tirer dedans en se drapant dans ce qu’il suffirait de faire. Bien à toi et à bientôt de t’entendre. (D.Cueco)

Jean-Pierre Cometti (1944 -2016)

Tout ce qui peut être en somme pensé, peut être clairement pensé. Tout ce qui se laisse exprimer, se laisse clairement exprimer.

Ludwig Wittgenstein, Tractatus logico-philosophicus /4. 116

Avignon le 05.01.2016

C’est avec une profonde tristesse que nous venons d’apprendre le décès brutal la nuit dernière de Jean-Pierre Cometti. La perte de notre ami affecte tous ceux qui ont eu la chance de le croiser, de recevoir son enseignement ou d’assister aux conférences qu’il avait données ces dernières années notamment à l’École Supérieure d’Art d’Avignon.

En ces circonstances, il nous importe de dire l’admiration et la dette que nous avons à son égard : un de ses livres doit prochainement paraître photo_JP_Comettichez Gallimard, sur l’analyse qu’il avait tirée de son expérience à l’École où il avait accepté de diriger la Recherche avant de catalyser un enseignement d’excellence dans le domaine de la conservation-restauration des biens culturels. Nous devons beaucoup à Jean-Pierre et au travail inlassable de réflexion critique, comme de clarification méthodologique et notionnelle qu’il a accompli au sein de l’École. Les étudiants et collègues qui l’ont côtoyé se souviendront de sa disponibilité humble, de la qualité de son d’écoute toujours bienveillante, de la puissance de ses analyses et de l’étendue de son savoir au service d’une pensée rigoureuse, ainsi que de son infini sens de l’humour.

Jean-Pierre avait auparavant dirigé l’enseignement de philosophie de l’université de Provence. Il était l’un des très grands philosophes spécialiste du pragmatisme et notamment de la pensée de John Dewey, l’un des plus importants philosophes de ce courant avec Charles S. Peirce et William James, dont Jean-Pierre avait fait traduire les œuvres en français. Il avait aussi traduit des ouvrages de Richard Rorty, Hilary Putnam, autres éminents représentants du pragmatisme et permis la publication et la diffusion de bien d’autres philosophes et écrivains importants (Robert Musil, Ludwig Wittgenstein, David Lewis, Nelson Goodman, etc.). Mais surtout, Jean-Pierre était lui-même un des piliers et des passeurs du pragmatisme.

Pédagogue sensible, attentif et exigeant, Jean-Pierre nous avait inspiré plusieurs projets autour notamment de la publication des travaux des élèves de Master, dont il disait apprécier la modestie autant que le sérieux, et qui ont atteint grâce à lui un niveau qu’on ne rencontre pas ailleurs. Nous sommes dévastés par la nouvelle de sa disparition et à l’idée que nous n’aurons plus l’occasion d’échanger avec lui alors que nous attendions tant d’éclaircissements de sa part. Par chance, l’œuvre ainsi que le souvenir qu’il laisse nous permettront encore longtemps d’apprendre et de nous inspirer, des paroles et des actes, de celui qui fut pour nous un collègue et qui demeurera un maître autant qu’un ami, aussi cher l’un que l’autre.

Pierre Lagrange, Marc Maire, Gaspard Salatko.

Jean-Pierre Cometti était professeur honoraire de philosophie à l’université de Provence (Aix-Marseille I). En 1989, il fonda la collection “Tiré à part” aux Éditions de l’Éclat dont il assurera la responsabilité jusqu’en 2009. Il y a publié des auteurs américains, ressortissants de la philosophie analytique, du pragmatisme et peu lus en France. On lui doit par ailleurs plusieurs ouvrages consacrés à Ludwig Wittgenstein, à Robert Musil, au pragmatisme américain et à des questions d’esthétique. Il avait aussi une activité de traducteur de l’anglais, de l’allemand et de l’italien, qui l’a conduit notamment à traduire en français John Dewey, Nelson Goodman, Robert Musil, Richard Rorty, Ludwig Wittgenstein, Hilary Putnam, David Lewis (De la pluralité des mondes, Éditions de L’Éclat, coll. “Tiré à part”, 2007 – en collaboration avec Marjorie Caveribère), Robert Brandom (L’Articulation des raisons. Introduction à l’inférentialisme, Éditions du Cerf, coll. “Passages”, 2009 – en collaboration avec Claudine Tiercelin). Il fut l’introducteur d’Aldo G. Gargani en France (L’Étonnement et le Hasard, Chemin de ronde/Éditions de L’Éclat, 1988). Son oeuvre compte : Robert Musil ou l’alternative romanesque, Presses universitaires de France, coll. “Perspectives critiques”, 1985 ; Philosopher avec Wittgenstein (Presses universitaires de France, coll. “l’Interrogation philosophique”, 1996 ; Farrago , 2001) ; L’Homme exact. Essai sur Robert Musil, Éditions du Seuil, coll. “Le Don des langues”, 1997 ; La Maison de Wittgenstein, Presses universitaires de France, coll. “Perspectives critiques”, 1998 ; L’Art sans qualités, Farrago, 1999 ; Questions d’esthétique, Presses universitaires de France, coll. “Premier Cycle”, 2000 (avec Jacques Morizot et Roger Pouivet) ; Art, modes d’emploi. Esquisses d’une philosophie de l’usage, La Lettre volée, 2001 ;Musil philosophe. L’utopie de l’essayisme, Éditions du Seuil, coll. “Le Don des langues”, 2002 ; Art, représentation, expression, Presses universitaires de France, coll. “Philosophies”, 2002 ; Wittgenstein et la philosophie de la psychologie, Presses universitaires de France, coll. “L’Interrogation philosophique”, 2004 ; Les Arts de masse en question (dir.), La Lettre volée, 2007, ainsi qu’une nouvelle édition deL’Homme sans qualités de Robert Musil, parue aux Éditions du Seuil (coll. “Le Don des langues”) en 2004. Dernières publications : La Force d’un malentendu. Essais sur l’art et la philosophie de l’art, Questions théoriques, coll. “Saggio Casino”, 2009, Qu’est-ce que le pragmatisme ?, Gallimard, coll. “Folio/Essais”, 2010, Qu’est-ce qu’une règle ?, Vrin, coll. « Chemins philosophiques, 2011 et Art et Facteurs d’art. Ontologies friables, Presses universitaires de Rennes, coll. « Æsthetica », 2012. Jean-Pierre Cometti avait récemment traduit pour le compte des éditions Questions théoriques, le classique de Peter Bürger, Théorie de l’avant-garde (coll. « Saggio Casino », 2013). Son dernier livre à paraître en février 2016 dans la collection « Essais » chez Gallimard viendra clore une intense oeuvre littéraire et philosophique. En ultime soutien à la formation de l’ESAA, Conserver / restaurer: l’oeuvre d’art à l’époque de sa préservation technique fait figure de testament philosophique de sa dernière expérience d’enseignement supérieur.

With a profound sadness, we have just knew the rough death last night of Jean-Pierre Cometti. The loss of our friend affects all those who had the opportunity  to receive his teaching or to attend the conferences which he had given these last years in particular to the Avignon’ High School of Art. In these circumstances, it is important for us to say the admiration and the debt which we have towards him: one of its books soon has to appear at the Gallimard publications, on the analysis which he had pulled of his experience to the School where he had agreed to manage the Research before catalysing an excellent teaching in the field of the conservation(-restoration) of cultural Heritage. We owe to Jean-Pierre and to the indefatigable work of critical reflection a lot, as of methodological and notional clarification that he (achieved within the School. The students and the colleagues who were went alongside to him will remember his humble availability, the quality of sound of always friendly listening, the power of its analyses and the extent of its knowledge in the service of a rigorous thought.

Jean-Pierre Cometti has taught philosophy and aesthetics at Université de Provence and at Avignon’ School for High Studies in Art. As director of « Collection Tiré-à-part », at Éditions de l’Éclat, he has translated and published works by many american authors on analytical philosophy and pragmatism. Amongst other works, he is also the author of L’homme exact (1997), La maison de Wittgenstein (1998), L’Art sans qualités (1999), Questions d’esthétique (2000, with J. Morizot et R. Pouivet), Art, modes d’emplois : Esquisses d’une philosophie de l’usage (2001), Musil philosophe (2002), Art, représentation, expression (2002), Wittgenstein et la philosophie de la psychologie (2004), and more recently La force d’un malentendu (2009). 2011 and Art et facteurs d’art. Ontologies friables, Presses universitaires de Rennes, coll. « Æsthetica », on 2012. Jean-Pierre Cometti had recently translated for the editions  Questions théoriques, the classic of Peter Bürger, Theory of the Avant-garde (coll. « Saggio Casino », on 2013). His last book to appear in February, 2016 in the collection « Essais » at Gallimard, will come to close plentiful one literary and philosophic work. In ultimate support for the training of the ESAA, Conserver / restaurer: l’oeuvre d’art à l’époque de sa préservation technique makes figure of will of its last experience of higher education. MM

 

« Plains-toi ! »

L’ambivalence du sexisme et en particulier de la « drague » : un terreau pour le déni des agressions sexuelles dans l’espace public.

par Ségolène Roy / juin 2014
(posté dans le blog du site Stopaudeni.com)
Pourquoi est-il si difficile de faire reconnaître la réalité du harcèlement sexuel dans les lieux publics, en particulier les transports et la rue ? Parce qu’on ne veut pas entendre la parole des femmes, qui représentent l’immense majorité des victimes (ou faudrait-il dire des proies ?), et finissent en conséquence par se taire, y compris sur les aspects les plus brutaux et les plus perturbants de ce phénomène ? Parce qu’en face la quasi-totalité des agresseurs sont des hommes, et que cette répartition des rôles soulève évidemment des questions dérangeantes sur les comportements que l’on valorise chez la gent masculine comme chez la gent féminine, et leurs conséquences ? Parce que cela révèle au grand jour à quel point la « séduction » ou la « drague » à la française est trop souvent un rapport essentiellement inégalitaire, dont le sous-texte équivoque rend compliquée la dénonciation de ses manifestations les plus agressives ? Parce que beaucoup d’entre nous préfèrent ne pas prendre toute la conscience de l’ambivalence fondamentale de cette « séduction », lieu d’expression d’un sexisme autrement plus large, qu’il s’agirait alors d’identifier, de dénoncer et de combattre ?
1. RECONNAISSANCE DE LA RÉALITÉ DU HARCÈLEMENT SEXUEL DANS L’ESPACE PUBLIC
Rappelons que ce qu’on appelle – depuis peu, et c’est une belle avancée que le phénomène porte un nom – « harcèlement de rue », est un ensemble d’attitudes, verbales ou non verbales, tenues dans l’espace public et à caractère sexuel, dont les hommes représentent la quasi-totalité des auteurs, et les femmes (surtout jeunes, et ça commence dès la puberté), la grande majorité des victimes. C’est vrai y compris quand elles sont en couple avec une femme, et les hommes présumés homosexuels par les harceleurs sont aussi la cible du harcèlement de rue, véritable manifestation de la police de genre.
Ces attitudes passent par tous les grades d’intrusion : des regards qui déshabillent et déshumanisent, des gestes obscènes, des compliments portant en général sur l’apparence de la victime, qui peuvent rapidement dégénérer en insultes en cas de refus de sa part de remercier leur auteur ou d’accéder à ses demandes, des commentaires désobligeants sur l’apparence, la démarche, le physique de la victime ou la manière dont elle est vêtue, des propositions obscènes, des insultes, le fait de la suivre. Il est la facette socialement acceptée (parce que niée en grande partie) d’un harcèlement qui peut aller jusqu’à l’agression sexuelle (le fait de se frotter contre la victime, exhibition, attouchements). Liste non exhaustive.
Ces comportement sont extrêmement dérangeants, et pourtant si fréquents que les femmes, en particulier dans les grandes villes, en ont intégré la réalité quotidienne : elles finissent par « s’adapter » (puisqu’il est trop souvent considéré comme de leur responsabilité de faire en sorte d’éviter de se faire agresser) en adoptant un comportement particulier dont elles espèrent qu’il leur épargnera toute forme d’intrusion et a fortiori d’agression (on connaît la valeur punitive du viol, comme l’utilisation de la violence à l’encontre de celles et ceux qui ne se soumettent pas aux injonctions hétérosexistes). Marcher vite, regarder par terre ou droit devant soi (mais dans tous les cas éviter de regarder les hommes dans les yeux), sourire ou remercier poliment en cas de compliment, se taire et poursuivre sa route l’air de rien en cas d’insulte ou de propos obscènes.Certaines se préparent à réagir à une agression. D’autres répliquent à leurs risques et périls.
Or, en cas d’agression physique, l’intériorisation de la responsabilité de l’agression, et donc de la culpabilité entretenue par notre société, est telle que la honte ou la peur du scandale qui éventuellement pourrait se retourner contre la victime, de la non-réaction des gens présents, du déni de l’agression qu’elle vient de vivre, l’empêche bien souvent de parler, de faire savoir ce qu’elle vient de vivre, y compris quand ça se passe dans la foule.
Il y a quelques années, le seul terme à notre disposition pour décrire ce phénomène était celui de « drague », qualifiée éventuellement de « lourde ». Rien de grave. Aujourd’hui le terme de « harcèlement » va de pair avec une description, une définition qui montrent bien à quel point la perception du phénomène relevait du déni de la réalité du sexisme et des violences quotidiennes qu’il inflige.
Pour lutter contre ce déni, quelques sites (commeHollaback ou Je connais un violeur) ont été créés, sur lesquels les femmes, en particulier, sont appelées à témoigner de ces violences, d’un extrême à l’autre du spectre de l’agression, rendant le phénomène plus visible à ceux à qui par définition il apparaît le moins – les hommes –, mais aussi à toutes les personnes qui préfèrent ne pas y croire, et à toutes celles qui y trouveront le réconfort de mesurer qu’elles sont bien face à un phénomène réel, et non à une vue de leur esprit paranoïaque.
Des campagnes de sensibilisation sont menées dans la rue, toujours le « fief des mâles » (le collectif Stop Harcèlement de rue crée des zones « antirelou »), comme les marches de nuit, lancées dans les années 1970, qui n’ont malheureusement pas perdu de leur actualité ni de leur pertinence.
Certain·e·s s’emploient à proposer des conseils sur différentes manières de réagir dans des situations de harcèlement, que l’on soit victime ou témoin, pour qu’elles ne soient plus une fatalité et que les agresseurs ne se sentent pas dans leur bon droit.
2. RÉPARTITION DES RÔLES
 
Dans l’immense majorité des cas, les femmes sont les victimes de ce harcèlement sexuel, et les hommes les auteurs. Qu’est-ce que cela nous dit de notre société et de la manière dont les unes et les autres sont éduqué·e·s, des comportements valorisés en fonction du sexe de la personne qui le manifeste ?
Les garçons apprennent très tôt qu’ils détiennent ce pouvoir d’autant plus efficace qu’il est ambivalent. Le pouvoir de désirer, d’exprimer son désir, de réduire une personne à son apparence, à l’identité d’objet de désir. Leur légitimité est d’autant plus forte dans ce domaine que ce comportement est valorisé comme indicateur de virilité (hétérosexuelle, il va sans dire), et largement diffusé dans la publicité et les médias de manière générale. Être un homme, selon l’idéologie sexiste, c’est agir, et, dans les relations amoureuses ou sexuelles, c’est désirer, faire connaître son désir, considérer son désir et le fait de le faire connaître, voire de l’imposer, comme légitimes. C’est multiplier les « conquêtes ».
Être une femme, toujours du point de vue sexiste, c’est voir son champ d’action se résumer au fait de chercher à ou d’espérer devenir l’objet du désir d’autrui (un homme dans notre société où l’hétérosexualité est considérée comme la norme), au lieu d’identifier le sien et éventuellement de l’exprimer (ce qui lui vaudrait des qualificatifs injurieux qui n’ont pas d’équivalent au masculin).  C’est voir son « pouvoir » réduit à la passivité, à la conformité aux normes sociales, au fait d’accéder ou non à des sollicitations, dont on a vu qu’elles pouvaient prendre des tournures très agressives et intimidantes.
Sortir de ce jeu de rôles pervers, c’est libérer les hommes et les femmes d’un rapport de domination aux effets particulièrement violents. C’est libérer les hommes du devoir de l’initiative, du devoir de désir et d’activité sexuels. C’est permettre aux femmes de libérer leur propre désir. C’est offrir à chacun·e les conditions d’une séduction égalitaire,libérée de la violence, entre sujets dont la partition n’est pas écrite.
Un des pires effets de cette répartition des rôles – très présent dans le déni du harcèlement et des agressions sexuelles –, est de laisser penser que le désir féminin est par nature inintelligible, et qu’il demande un décryptage de la part des hommes. C’est de laisser penser qu’il est confus. De fait ce « jeu » de rôles est de nature à entretenir la confusion dans la tête des jeunes filles puis des femmes, en empêchant l’affirmation de soi, en les objectivant, en ne les valorisant pas dans le rôle de sujets, en ne les incitant pas à identifier et encore moins à exprimer leur désir. Suite à quoi agresseurs et violeurs croient pouvoir se dédouaner de leur responsabilité en arguant du fait que leur victime était consentante (voire demandeuse !), même si elle n’a montré aucun désir. Même si elle a dit non.
Cette idée que l’interprétation de la réalité du désir ou du non-désir ressenti par une femme est entre les mains des hommes – pire, que la résistance serait une stratégie de séduction féminine – est malheureusement largement diffusée par le cinéma, la littérature, la télévision, etc., figeant les rôles dans des rapports de séduction hétérosexuels devenus rapports de pouvoir et de domination.
La valeur du désir est soumise à un double standard. Le désir masculin n’est pas seulement valorisé, il est considéré comme incontrôlable, alors que c’est son expression qui est encouragée à outrance, comme le signe d’une virilité qu’il participe à définir. Au XVIIe siècle, ce sont les femmes dont on disait que le désir sexuel était incontrôlable, mais c’était alors prétexte à les éloigner de toute possibilité d’exercer le pouvoir.
C’est en partie en revoyant l’éducation des garçons, mais aussi celle des filles, à l’origine de ces rôles, qu’on sortira de ce jeu pervers.
3. AMBIVALENCE DU SEXISME
C’est plus ou moins insidieusement que les personnes de sexe féminin sont renvoyées à une place bien spécifique : elles sont trop souvent des filles et des femmes avant d’être des personnes. Leur apparence, et l’avis des autres – en particulier celui des hommes sur celle-ci – serait primordiale pour leur confiance en elles. Toute parole flatteuse sur leur apparence serait de ce fait à considérer comme un compliment dont il leur incomberait de remercier l’auteur.
Qu’on se plaigne de se faire accoster dans la rue et on recevra des ricanements sous-entendant que plaire aux hommes est pour une femme… quoi, le grand accomplissement de sa vie ? Or, pour beaucoup de femmes, être ramenée à sa plastique et à son adéquation ou non avec les goûts de parfaits inconnus dont l’avis n’a aucunement été sollicité et est pourtant émis à haute voix et en public, n’a rien d’agréable, et elles peuvent même s’en sentir insultées et agressées, plus que complimentées.
Quand la peur de l’insulte, de l’agression sexuelle et du viol planent – et elle est très présente dans l’espace public –, les femmes s’adaptent, en adoptant des attitudes qu’elles apprennent très vite à s’approprier à leurs dépens, l’insulte tenant lieu d’intimidation pour exiger la soumission : si elles ne répondent pas au compliment de l’homme, il arrive bien souvent qu’il se charge de leur éducation en les insultant ou en leur réclamant son dû.
Ce type de réaction impose, dans l’interaction, la valorisation récurrente du regard de l’homme sur la femme, qui mène pourtant à… l’aliénation. Quelle femme n’a pas ressenti du plaisir à se voir complimentée, voire un manque à ne pas l’être, sans que s’évanouisse toutefois le sentiment d’être ramenée à son enveloppe corporelle et au jugement de celui qui a le pouvoir de l’émettre et de le faire respecter ?
Et voilà les femmes encore et toujours coincées par un sexisme qui fait mine de les valoriser pour mieux les maintenir à une place subalterne.
Ce peut être sous le prétexte d’exalter leur beauté ou leur condition d’objet de désir. Bien loin d’être une source de confiance en soi, les comportements et propos qui réduisent les femmes à leur apparence ont des conséquences tangibles et dramatiques en termes de confiance en soi, d’acceptation de son corps, de santé, d’affirmation dans la sphère professionnelle, etc., chez les filles, les adolescentes et les femmes. C’est ce qu’on appelle l’« objectivation » des femmes, le fait de les renvoyer au statut d’objet (de désir, dit-on, mais ce désir ne serait-il pas plutôt désir de dominer ?), que ce soit dans les médias, au travail, dans la sphère privée ou dans la rue. La bonne nouvelle, c’est qu’on a quelques idées sur la manière d’en sortir.
Ce peut être sous le prétexte de glorifier la maternité (au croisement du racisme et du sexisme), ou les prétendus douceurs et altruismes féminins, une bonne manière de les cantonner à des rôles sociaux bien particuliers et bien plus réduits, exclus des modalités de reconnaissance sociale que reçoivent les hommes (travail, salaire, statut…).
Ce peut être encore sous le prétexte de défendre leur libération sexuelle, dont Simone de Beauvoir évoque le renversement à l’avantage de la domination sexiste – car la domination masculine parvient à retourner même les conquêtes féministes contre les femmes – quand au lieu de respecter le désir des femmes, des hommes exigent d’elles qu’elles se montrent « libérées », c’est-à-dire qu’elles répondent à leurs exigences sexuelles à eux.
Les modalités même de cette prétendue valorisation sapent les bases d’une confiance en soi digne de ce nom, des conditions d’accession aux places que peuvent revendiquer les hommes avec beaucoup plus de légitimité et de crédibilité dans la société.
4. RESPONSABILITÉ COLLECTIVE
Refuser d’entendre ce que ressent une femme quand on la traite comme on traite les femmes dans notre société, c’est-à-dire trop souvent comme une catégorie de la population destinée à (com)plaire à une autre, c’est faire preuve de sexisme, et ce n’est certainement pas être ouvert·e à en entendre davantage, sous peine de voir s’effondrer une bonne dose d’évidences encore trop confortables.
Au-delà de la responsabilité écrasante des agresseurs, interrogeons-nous sur celle, plus insidieuse, des personnes qui se montrent incapables d’entendre la parole des femmes quand elles expriment leur malaise devant ce phénomène, et qui par là même protègent leurs auteurs. En ricanant quand une femme affirme ne plus supporter que des inconnus s’adressent à elle dans la rue, y compris pour la complimenter sur son physique, en minimisant son ressenti, elles dénigrent sa parole. Et s’interdisent d’en entendre plus. Parce qu’ayons-en bien conscience : peu de gens parlent de but en blanc des agressions les plus dérangeantes qu’ils ont subies. Cela suppose de se sentir en confiance. De se sentir écouté·e. Entendu·e. Reconnu·e. Soutenu·e.
Si l’interlocuteur ou l’interlocutrice ne peut entendre cette parole, alors, pour ces femmes, la confiance est rompue. Comment parler de tout le reste ? Des regards qui salissent, des attitudes qui font peur, des hommes qui les suivent, des gestes obscènes, des attouchements ? Quand on n’est pas entendu·e, on finit par se taire.
Question subsidiaire : quand bien même les victimes parleraient à profusion des pires agressions, ce type de témoignage change-t-il quelque chose à la compréhension de l’arrière-plan ? La dénonciation du sexisme gagne-t-elle à évoquer les sujets le plus graves, dans un contexte de déni massif ? Ne se sert-on pas du « pire » pour le circonscrire à des soi-disant monstres dont on ne veut en aucun cas croire qu’ils puissent être le produit de notre société sexiste ? Pour faire passerun fait de société pour un fait divers ?
Ce refus d’entendre est une belle preuve de la non-légitimité de la parole des femmes, pourtant la plus apte à dénoncer la domination que représente le sexisme.
Enfin, s’il est question de responsabilité collective au sens où nous constituons toutes et tous la société dans laquelle nous vivons, il est essentiel de ne pas perdre de vue que tout système de domination, qu’il s’appuie sur le sexe, la race, la classe, l’orientation sexuelle, etc., crée deux groupes sociaux : celui des bénéficiaires d’un côté, celui de ceux (en l’occurrence celles) qui en subissent les préjudices de l’autre. Or un rapport de domination ne peut perdurer sans la complicité de ses bénéficiaires – en l’espèce, ne pas le combattre, c’est le laisser perdurer, et continuer à en tirer profit.
En ce sens il est important que les hommes prennent conscience que leur responsabilité est engagée, en tant que classe sociale dominante dans le rapport de domination sexiste, dans la lutte contre la domination et les violences sexistes, dans la définition de la masculinité. Il leur revientd’interroger cette place de dominants qui est la leur, qu’ils le veuillent ou non : comment exercent-ils, individuellement, le pouvoir, comment participent-ils, concrètement, dans leurs actes, leurs paroles, leur comportement – ou au contraire leur absence –, à la domination ? Pour ce faire,faire preuve d’écoute et d’empathie vis-à-vis du vécu des femmes est essentiel.
5. OMNIPRÉSENCE DU SEXISME
Quiconque a essayé d’expliciter le lien, dans le domaine du non-respect des femmes, entre l’apparemment anodin (le commentaire d’un inconnu à une femme sur son physique) et le gravissime (l’agression sexuelle, le viol), pour en montrer l’arrière-plan commun, l’obstacle réel – le sexisme –, s’est heurté à des ricanements (« On t’a dit que tu étais belle, plains-toi ! » – ou le déni sous la forme de la minimisation), et à des cris d’orfraie censés témoigner de l’indignation face à ce que trop de personnes considèrent comme une horrible mise dans le même panier de tous les hommes avec des monstres (ou le déni sous la forme de l’indignation face un soi-disant sexisme inversé, alors qu’il est question de révéler un phénomène d’ordre social : 98 % des agresseurs sont des hommes, et la plupart des violeurs sont des « monsieur tout le monde ». Mais encore faut-il accepter, pour le mesurer et s’y attaquer, deregarder ce phénomène en face, et d’en déconstruire les mythes.
S’agit-il de simples malentendus ? Ou d’un refus farouche de prendre acte de la réalité des manifestations et des conséquences les plus graves et les plus sordides du sexisme, toujours au hit parade des discriminations les plus féroces, rendues anodines à grand renfort d’humour (plus souvent oppressif que libérateur)… et de déni. De l’insulte sexiste au viol, la différence n’est pas de nature, mais de degré.
Quand acceptera-t-on de voir que le sexisme est partout, qu’il peut prendre les formes les plus bienveillantes, toujours pernicieuses (la galanterie, la drague à sens unique, l’exaltation de la beauté, de la maternité, de la douceur « féminine »), comme les plus brutales (le viol, la violence conjugale) ou les plus institutionnalisées (l’orientation professionnelle limitée, la discrimination à l’embauche, la différence de salaires, de retraites, l’incroyable disproportion de la représentation des femmes – 52 % de la population française, faut-il le rappeler – dans les lieux de pouvoir, qu’il s’agisse de politique, d’économie, de culture, d’art, de religion, de sport, de sciences…).
Et le harcèlement de rue est sans doute exemplaire du caractère profondément ancré, trouble et insidieux du sexisme, qui, en se rendant socialement acceptable dans certaines situations, permet et fait admettre le pire par des mécanismes subtils et très puissants.
Adulation et discrimination, compliment et insulte, deux facettes de la même médaille : on valorise les femmes dans le rôle auquel on les limite.
Le sexisme est partout et il est – toujours, encore – temps d’arrêter de le nier, de refuser de le voir. Oui, cela demande un changement total de perspective, une remise à plat de beaucoup de nos évidences, une remise en question d’une bonne partie de nos comportements. Et puis d’agir et de réagir, chacun·e à sa mesure, dans la rue, dans le travail, auprès des enfants, au cours d’une conversation avec ses ami·e·s…
Cela demande, pour commencer, tout simplement, de l’information et de l’écoute.
Auteure : Ségolène Roy

RÉFÉRENCES

1. Reconnaissance de la réalité du harcèlement sexuel dans l’espace public
– Laure Salmona « Harcèlement sexuel “ordinaireˮ », campagne Stop au déni, 2014.
– Antisexisme, « L’objectivation sexuelle des femmes : un puissant outil du patriarcat – le regard masculin », 12 juillet 2014.
– Sébastien Hervieu, « En Afrique du Sud, les lesbiennes sont violées pour être guéries », Le Monde, 10 mai 2011.
– Elsa Dorlin, « Les violences de genre et la police de genre », L’Autre campagne, 2007.
– Renée Greusard, « Peur dans la ville : oui messieurs, si vous pouviez changer de trottoir… », Rue 89 / Le Nouvel Obs, 12 février 2014.
– Muriel Salmona, « La victime, c’est la coupable », blog Mediapart, 5 septembre 2011.
– Antisexisme, « Les cultures enclines au viol et les cultures sans viol. Les études interculturelles », 9 janvier 2013.
– Antisexisme, « Les mythes autour du viol et leurs conséquences », 4 décembre 2011.
– Chaotique neutre, ressources sur la culture du viol.
– Hollaback France http://france.ihollaback.org, déclinaison française du mouvement international Hollaback contre le harcèlement de rue.
– Je connais un violeur.
– Fanny Arlandis, « La rue, fief des mâles », Le Monde, 4 octobre 2012
– Rage de Nuit, à l’initiative de marches de nuit féministes, Les mots sont importants, 20 novembre 2010.
– Thomas Mathieu, Projet crocodiles.
– Irène Zeilinger, Non c’est non. Petit manuel d’autodéfense à l’usage de toutes les femmes qui en ont marre de se faire emmerder sans rien dire, Paris : éditions Zones, 2008. Disponible en ligne.
2. Répartition des rôles
– Les Questions composent, « La terreur du râteau », dernière partie : « Le pouvoir féminin », 25 février 2012.
– Florence Montreynaud, « La prétendue séduction à la française n’est que de la violence sexuelle », Le Monde, 28 août 2011.
– Maïa Mazaurette, « Laisse pas traîner tes fils », GQ Magazine, 2 août 2013.
– Alyssa Goldstein, « Quand les femmes avaient nettement plus besoin de sexe que les hommes. Et comment le stéréotype s’est inversé » (When women wanted sex much more than men. And how the stereotype flipped), trad. Audren Le Rioual, Les fesses de la crémière, 7 avril 2013.
– A contrario, « Lutter contre le viol ? Nos fils adolescents, violeurs potentiels. Notre refus de l’admettre, et de les élever autrement », 30 janvier 2014.
– Antisexisme, « Comment s’assurer qu’elle est consentante et désirante. Un guide pour les hommes qui ne veulent pas violer », 31 janvier 2014.
3. Ambivalence du sexisme
– Crêpe Georgette, « Le trottoirgate ou comment la peur vint aux femmes », 5 février 2014.
– Caroline Heldman, « The sexy lie », conférence TEDx Youth@sanDiego (en anglais).
– Antisexisme, « L’objectivation sexuelles des femmes : un puissant outil du partriarcat. Le regard masculin », 12 janvier 2014.
– Elsa Dorlin, « Généalogie du sexisme et du racisme : la construction des inégalités », conférence, 24 janvier 2013.
– Interview télévisée de Simone de Beauvoir, « Pourquoi je suis féministe », Le Questionnaire, 6 avril 1975.
4. Responsabilité collective
– Les questions composent, « Harcèlement de rue », 2 août 2012.
– Muriel Salmona, « Tuerie d’Isla Vista en Californie : c’est un crime sexiste, un féminicide, il faut le dire », Le Plus Nouvel Obs, 28 mai 2014.
– Audrey Guiller et Nolwenn Weiler, « Le viol dans les médias, un fait divers, Acrimed, 21 novembre 2011.
– Antisexisme, « Les attributs du pouvoir et leur confiscation aux femmes. Le genre et la parole », 8 juillet 2012.
– Jackson Katz, conférence TEDx « Violence againt women, it’s a men issue » (Violence envers les femmes : un problème d’hommes), en anglais sous-titré, novembre 2012.
– Préface de Christine Delphy au livre de John Stoltenberg, Refuser d’être un homme. Pour en finir avec la virilité, Entre les lignes, entre les mots, 19 mars 2013.
– Léo Thiers-Vidal, « De la masculinité à l’anti-masculinisme : penser les rapports sociaux de sexe à partir d’une position sociale oppressive, article paru dans Nouvelles Questions Féministes, vol. 21, n° 3, p. 71-83, décembre 2002
5. Omniprésence du sexisme
– Muriel Salmona, « Le viol, crime absolu », site de l’association Mémoire traumatique, en particulier p. 6-7, article paru dans le dossier sur « Le traumatisme du viol » de la Revue de la santé mentale n° 176, mars 2013.
– Antisexisme, « Les mythes sur le viol », 4 décembre 2011.
– Myroie, « L’humour est une arme », site Égalitariste, 21 avril 2013.
– Ministère des droits des femmes, Chiffres-clefs de l’égalité entre les femmes et les hommes 2012.

Ecole Supérieure d'Art d'Avignon [ ESAA-cr ], Département de conservation-restauration