Archives de catégorie : Session 08

L’art (contemporain) et ses oeuvres en manque de définition

La dernière session du séminaire a défini les notions  de trajectoire sociale et de biographie culturelle des objets, avant de  tenter de montrer les intérêts de leur usage pour l’enquête en conservation-restauration. En fin de session, la discussion a fait émerger une question qui prête à réflexion et à réponses multiples. Si l’on a bien compris son efficience à propos des objets dits « ethnographiques », en quoi l’approche biographique peut-elle concerner les œuvres d’art contemporain en tant que telles ? Que peuvent apporter les regards croisés de la philosophie et de l’ethno-anthropologie sur les ontologies des oeuvres d’art ?

Un « tournant ontologique »

Aujourd’hui, comme  on le sait, il n’existe pas de définition satisfaisante, univoque et consensuelle de l’art et, par conséquent, de l’oeuvre d’art, malgré toutes les tentatives restées vaines. Aucune définition traditionnelle n’est plus capable de prendre en charge les grandes ruptures des avant-garde et de la modernité. Ni aucune position théorique n’est susceptible d’assigner au concept d’art, un contenu positif consistant en un ensemble de propriétés nécessaires et suffisantes permettant d’enclore ou non un objet quelconque sous ce même concept d’art. La philosophie de l’art n’est pas parvenue à proposer et énoncer une essence de l’art en subsomption de la diversité empirique de toutes les formes d’arts et des œuvres, telle que les supposaient les définitions traditionnelles de l’esthétique continentale, comme celles de Kant et Hegel notamment, jusqu’à leur critique par Heidegger et Adorno. Dès lors qu’il pose la question « Quand y a-t-il art ? »1, Goodman contourne l’obstacle d’une définition essentialiste de l’art et de l’oeuvre d’art selon l’idée qu’il existerait une essence de l’art, une et homogène. Il remplace « Qu’est-ce que l’art ? » ou « Qu’est-ce qu’une œuvre d’art ? » par sa formulation (autrement dite) « Quand un objet parvient-il à fonctionner comme de l’art ? ». Par cette substitution, Goodman laisse entendre que le statut d’art d’un objet serait non plus substantiel, mais entièrement dépendant de circonstances ou conditions, de facteurs2 de son fonctionnement artistique effectif dans l’actualité et l’expérience de la réception. Pour Genette 3, la distinction des statuts autographique et allographique établie par Goodman ne suffit pas à rendre compte de l’existence de toutes les œuvres, la plupart transcendant4 leur objet matériel ou idéal en n’étant pas réductibles à leur manifestation ou leur immanence, et en fonction de conditions de réception. A l’instar de ses homologues, Cometti réfute une ontologie qui élude les modes de fabrication, de production, d’activation et de reconnaissance des œuvres d’art. Procédant d’une philosophie des usages, il fait apparaître les limites d’une ontologie de l’art fondée sur le présupposé philosophique de son autonomie5, particulièrement flagrante dans la pratique de l’exposition et qui s’est propagée comme vulgate depuis la fin du XVIIIe siècle. Il argumente en faveur d’une manifestation de l’art et son concept qui dépendent des conditions d’usage et de fonctionnement, et qui sont autant de « manières de faire » et de « penser » institutionnellement et socialement déterminées.  En prenant appui sur l’exemple des œuvres d’arts performatifs, interactifs et numériques devenus processus et événements situés, Cometti émet une suggestion. Si l’ existence de ces œuvres dépend de leurs conditions d’activation et l’art étant relatif à des contextes socio-culturels, alors elles révèlent un statut qui n’accrédite pas plus qu’une « ontologie éphémère ».

… / …

______Notes de bas de page_______________________________________________

1 Nelson Goodman, «When Is Art?», The Arts and Cognition, dir. David Perkins, Johns Hopkins UP, 1977, repris dans Ways of Worldmaking, Hackett, Indianapolis, 1978; «Quand y a-t-il art?», Manières de faire des mondes, M.-D. Popelard (tr.), Nîmes, Chambon, 1992, p.79-96

2 Jean-Pierre Cometti, Art et facteurs d’art. Ontologies friables, Presses Universitaires de Rennes, 2012, 217p.

3 Gérard Genette, L’oeuvre de l’art, (tome 1), Immanence et transcendance, Seuil, 1994, p.10

4 Il faut entendre ici « transcendance » , non pas dans son sens spirituel, mais dans celui d’ « idéalité » que possède par exemple la partition en regard de l’éxécution, et plus généralement, l’oeuvre elle-même par rapport à sa réception.

5 L’art autonome qui est à lui-même sa propre fin, contrairement aux objets utiles, est « achevé en soi ». Il suscite un plaisir érudit, sérieux, désintéressé, et se constitue comme tel en réaction à un « art de masse », et vice versa, dans un mouvement de rejet mutuel.

 

Sessions du séminaire à venir

G. SalatkoLes deux prochaines séances de séminaire se dérouleront le mardi 25 avril et le mardi 02 mai. Elles concluront le cycle de séminaire initié cette année sur les relations que la conservation-restauration et les sciences sociales nouent dans l’enquête. Depuis plus de trente ans, les sciences sociales se livrent à un examen attentif de la place que les sociétés humaines assignent aux objets. En rupture avec la tradition structuraliste, qui assignait aux artefacts un rôle relativement contingent, le « tournant matériel »​ (material turn) nous engage à saisir les artefacts à travers leur propriétés sensibles aussi bien qu’au prisme des usages, des théories et des systèmes de représentation qui leur sont associés. Dans un premier temps (session du 25 avril), nous verrons comment l’histoire des techniques, la psychologie sociale, la sociologie des sciences, de l’anthropologie des religions, de l’art et du patrimoine ont contribué à stabiliser et à mettre en usage un ensemble de notions (affordance *, images, médiation, trajectoire et biographie d’objet) qui permettent de penser les propriétés relationnelles des objets. Dans un second temps, (session du 02 mai), nous tenterons de mesurer les apports possibles de ces approches à la conservation-restauration en envisageant les façons dont les régimes d’arte​factualité introduits par les sciences sociales sont à même de redéfinir les routines descriptives du conservateur-restaurateur, et par là même de réévaluer la portée du constat d’état. Pour conclure, nous questionnerons en retour l’intérêt heuristique de la conservation-restauration pour les sciences sociales. 

PS. Une séance supplémentaire est prévue le mardi 6 juin. Elle sera consacrée à la question des soutenances de leur déroulement, de leurs enjeux, et de leur préparation.

___Note_________________________________________________________

*  Deux grandes voies de définition d’  » affordance  » ont cours aujourd’hui :

  1. en psychologie, elle désigne la propriété d’un objet ou la caractéristique de son environnement immédiat à indiquer l’utilisation de l’objet.
  2. en ergonomie, elle se réfère aux capacités d’un objet à suggérer sa propre utilisation.

___Bibliographie de référence________________________________________

Appadurai, A. (éd.), The Social Life of Things. Commodities in Cultural perspective, London-New York, Cambridge University press,1986, 329 p.

Appadurai, A.,« Les marchandises et les politiques de la valeur », (trad. J.-P. Warnier), Sociétés politiques comparées, n°11, Janvier 2009

Barthe Y.et al., « Sociologie pragmatique : mode d’emploi », Politix, n°103, p.175-204, 2013

Bartholeyns G., Dierkens A. & Golsenne Th., La Performance des images, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2010

Baschet G., « Inventivité et sérialité des images médiévales. Pour une approche iconographique élargie », Annales histoire, sciences sociales, 1996, n° 51-1, p. 93-133.

Baudrillard, J., Le système des objets, Paris, coll. Tel – Gallimard, 1978 [1968], 294 p.

Bazin J. & Bensa A. (dir.), « Les objets et les choses », Genèses, 1994, n° 17

Belting H., Pour une anthropologie des images, Paris, Gallimard, 2003

Bonnot, T., L’attachement aux choses, Paris, CNRS éditions, 2014, 239 p.

Bonnot, T., La vie des objets, Paris, Editions de la maison des sciences de l’homme, 2002, 246 p.

Brandi C., Théorie de la restauration, Paris, Éd. Allia, 2011

Bromberger, C., Carrières d’objets. Innovations et relances, Paris, coll. Ethnologie de la France n°13, Mission du patrimoine, ethnologique de la France / Maison des Sciences de Homme, 2000

Delage Ch., Guigueno V. & Gunthert A., La Fabrique des images contemporaines, Paris, Éditions du Cercle d’art, 2007

Descola Ph., La fabrique des images. Visions du monde et formes de la représentation, Paris, Musée du qui Branly, Somogy, 2010

Didi-Huberman G., Ce que nous voyons, ce qui nous regarde, Paris, Les Éditions de Minuit, 1992

Etienne N. & Hénaut L., L’Histoire à l’atelier, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2012,

Freedberg D., The Power of images : Studies in the history and theory of response, Chicago, University of Chicago Press,1991

Gaydon, L., « Pour réitérer La Vieille neuve sans la travestir. Conservation- restauration d’une installation de Pascale Marthine Tayou », (dir. Marc Maire), Avignon / ESAA, 2013,

Gell A., Art and agency : An anthropological theory, Oxford, New York, Clarendon Press, 1998

Gellereau, M., « Le récit de témoignage sur les usages comme reconstruction du sens des objets », Culture & Musée, n°18, 2011, pp.75-97

Goodman N, Ways of worldmaking, Indianapolis, Hackett Publishing Co., 1978

Goody J.,  La raison graphique, Paris, Les Éditions de minuit,1979 [1977]

Goody J., La peur des représentations, Paris, La Découverte, 2006 [1997]

Hartog F., Régimes d’historicité. Présentisme et expérience du temps, Paris, Seuil, 2003

Heinich N. & Shapiro R. (dir), De l’artification. Enquêtes sur le passage à l’art, Paris, Editions de l’EHESS), 2012

Hölling, H., « The Explicit Material: On the Intersections of Conservation, Art History and Human Sciences », Simulacrum, Stichting Simulacrum, Kunsthistorisch Instituut, University of Amsterdam, 2014, N°1 / p. 22-27, traduction ICI

Kopytoff , I. « The cultural biography of things : commoditization as process, » in Appadurai , A. (ed.), The Social Life of Things : Commodities in Cultural Perspective, London-New York, Cambridge University Press,1986

Latour B., Sur le culte moderne des dieux faîtiches suivi de Iconoclash, Paris, La Découverte, 2009

Maire, A., « De la réparation à la restauration d’un masque Mossi, pour sa survivance », (dir. Marc Maire), Avignon / ESAA, 2009

Prado, P., Territoire de l’objet, Paris, Editions des archives contemporaines, 2003, 149 p.

Riegl, A., Le Culte moderne des monuments : Son essence, sa genèse, Paris, L’harmattan, 2003 [1903]

Roitman J. & Warnier J.-P., « La politique de la valeur », Journal des Africanistes, 76-1, 2006, pp. 205-216

Schmitt J.-C., Le corps des images : Essais sur la culture visuelle au Moyen-Âge, Paris, Gallimard, 2002

Severi C., « Pour une anthropologie des images. Histoire de l’art, esthétique et anthropologie », L’Homme 2003, n° 165, p. 7-9.

Speranza G. (dir.), Objets blessés : la réparation en Afrique, [exposition, Paris, Musée du quai Branly, 19 juin-16 septembre 2007], Paris, Musée du quai Branly, Milan, 5 continent, 2007, p. 19‑23.

Thévenot L., « Essai sur les objets usuels », Raisons pratiques, n° 4, p. 85-111, 1993

Van Eck C., 2014, François Lemée et la statue de Louis XIV. Les origines des théories ethnologiques du fétichisme, Paris, Éditions de la MSH, 2014

_____________________________

Gaspard Salatko, 14.04.17