Faut-il et comment banaliser ou patrimonialiser la banalyse ?

Hier soir, à la table d’un dîner entre amis, j’étais reçu en présence notoire d’ un humoriste qui fut très radio-médiatique dans les années quatre-vingts, habitant d’un petit village en Auvergne et festivalier à Avignon pour la dix-septième année non consécutive. Quoi de plus heureux mais banal au fond que des autochtones finissent par nouer des liens étroits sur place avec des gens de spectacle ou de théâtre issus des quatre coins de l’hexagone, le temps du festival d’Avignon prévu aussi à cet effet par Jean Villar. Or ce qui fit de la rencontre un événement  plutôt extraordinaire, précisément et après que ce chantre du ni ni  ( ni connu ni méconnu) eut expliqué à l’assemblée la teneur de son spectacle autant que de son humour se réclamant d’une filiation de l’absurde surréaliste, c’est quand je demandais au convive de marque s’il n’avait pas déjà eu vent d’une expérience néologique appelée banalyse, son premier théâtre d’opérations ayant été initié non loin de chez lui à la gare des Fades sur le parcours de l’omnibus reliant Montluçon à Clermont-Ferrand. Le Congrès ordinaire de banalyse fut fondé en 1982 et débuta donc à un arrêt ferroviaire facultatif d’une localité isolée du Puy-de-Dôme sise aux abords du peu banal viaduc des Fades. Celui-ci fut en effet rien moins que le plus haut du monde de 1909 à 1973. La seule activité de cette réunion inscrite dans le programme officiel joint à toute invitation était, pour l’assemblée générale des congressistes déjà arrivés, d’aller attendre et accueillir les autres éventuels congressistes à la descente de chacun des six trains journaliers. Le Congrès fut réitéré pendant dix ans, chaque troisième week-end de Juin, et suscita d’autres initiatives en France, en Belgique, aux Açores, en Tchéquie, au Canada, etc.

Il faut dire que cette question plutôt insolite pour la tablée, fut induite aussi par une insistance de l’humoriste à propos de son état d’esprit toujours relativiste des événements de la vie quels qu’ils soient et sur sa pratique de ce qu’il appelle une « philosophie rurale » qui ne s’embarrasse pas du sérieux … Incroyable surprise de l’assemblée dînatoire  lorsque le personnage lui aussi médusé, confia qu’il en était:  membre invité n°0488  de l’Annuaire des 1034Titulaires d’une Invitation au Congrès Ordinaire de Banalyse. Ce comptage fut ouvert fin 1984, en même temps que fut inscrit le viaduc à l’inventaire des Monuments historiques (arrêté du 28 Décembre 1984) et devint le document de référence recensant l’attribution des invitations personnelles au congrès annuel. Les trois raisons principales pouvant justifier le fait d’avoir été titulaire d’une invitation, sont:

  • l’avoir soi-même sollicité;
  • s’être soi-même rendu à un Congrès;
  • avoir été pressenti comme banalyste par les organisateurs ou par l’un ou l’autre de leurs multiples correspondants.

A noter qu’ont été et sont aussi banalystes, tous ceux qui ont eu au moins  une  fois l’intention de  se  rendre  à  un congrès  de  banalyse  sans   y  avoir  été  invités  ni avoir  pu  faire le voyage,   ou  ont  pu  le  faire  tout  en  gardant  l’anonymat.  Peuvent être  encore  banalystes   des    individus   qui   se  sont  fait   radier  de   l’annuaire,  ou   qui  même   n’ont    jamais    souhaité  faire  état   de  leur  adhésion  à  la  banalyse auprès de quiconque, considérant  que  mentionner cette  appartenance  identitaire  adepte  du  banal  et  de  l’ennui  qui  est absolument banale elle aussi, n’est pas en  adéquation  avec  la  banalyse.

Pour  en  savoir  plus   sur  ce  que  d’aucuns revendiquent comme  un « mouvement » quand d’autres parlent seulement d’expérience banalytique  qui n’est pas  sans faire penser  à des  intentions  pataphysiques  ou à des velléités situationnistes,  quoi  de plus   pratique  que  de  se  référer à l’article  très  explicite  d’ Alain Garric paru dans Libération le lundi 24 juin 1985 (extrait)  :

 [ … ] Se proposant annuellement une campagne d’observation du banal, elle est définie par ses fondateurs comme « l’agitation mentale, encore assez confuse, que provoque cette expérimentation peu raisonnable, mais exigeante, d’une réalité sans intérêt, mais problématique ».   [ … ]

Le 23 juin 1984, 13 h 36, premier accueil d’invités au Congrès ordinaire de banalyse. Cliché Polaroïd, Yves Hélias.

Éléments de banalyse dans les médias
(relevé non exhaustif fourni par le site  de l’éditeur http://www.lejeudelaregle.fr/2017/presseBanalyse.html)

Le Matricule des anges, novembre-décembre 2015 (article d’Éric Dussert).
Ouest France, 27 novembre 2015 (article de Raphaël Fresnais).
Épiphanot, décembre 2015 (article d’Eymeric Jacquot).
La Montagne, 20 décembre 2015 (article de Daniel Martin).
France Inter, « Carnets de campagne », 11 janvier 2016 (chronique de Philippe Bertrand).
France Culture, « Les Carnets de la création », 14 janvier 2016 (interview de Pierre Bazantay par Aude Lavigne).
Ouest France (toutes éditions), 25 février 2016 (article de Raphaël Fresnais).
La Manche libre (toutes éditions), 27 février 2016 (article d’Alain Fergent).
Livre/échange, CRL de Normandie, mars 2016 (article de Daniel-Claude Collin).
Charlie Hebdo, 20 avril 2016 (article de Marie Darrieussecq).
L’Alamblog, 2 mai 2016 (entretien avec Yves Hélias et Pierre Bazantay).
Critique d’art (site internet), mai 2016 (recension de Baptiste Brun).
Art press, juin 2016 (article d’Alice Laguarda).
Libération, 25-26 juin 2016 (article de Frédérique Roussel).
Diacritik, 11 juillet 2016 (article de Denis Seel).
Le Canard enchaîné, 13 juillet 2016 (note de Frédéric Pagès).
France Inter, « La Marche de l’histoire », 29 août 2016 (émission de Jean Lebrun avec comme invité Yves Hélias).
Infosurr, octobre 2016, numéro 127, recension de Richard Walter.
Viridis Candela, 9e série, numéro 10, 15 sable 144 E.P. (article de Stéphane Mahieu).

_________________________________

France Inter, « La Marche de l’histoire », 29 août 2016

Émission de Jean Lebrun avec comme invité Yves Hélias (28 min)

______________

France Culture, « Les Carnets de la création », 14 janvier 2016

Interview de Pierre Bazantay par Aude Lavigne (5 min)

______________

France Inter, « Carnets de campagne », 11 janvier 2016

Chronique de Philippe Bertrand (2 min)