D’une marquise à un conte de griot

Le musée d’art et d’industrie André-Diligent « La Piscine » de Roubaix, vient d’acquérir pour 150 euros un ex voto un peu particulier. Il s’agit d’un vitrail en parfait état de 60 X 45 cm représentant un certain Mamadou N’Diaye en costume cravate, avec en arrière-plan, le drapeau  national   du  Sénégal  fixé sur une sagaie et un baobab surmonté d’un blason figurant un lion rugissant devant une croix étoilée.

Crédits: Anonyme « La piscine »

C’est Germain Hirselj, 34 ans, régisseur de musée et administrateur de la Société des Amis de La Piscine qui l’a déniché par hasard dans un dépôt-vente de Villeneuve-d’Ascq.« Je connaissait vaguement l’histoire de Mamadou. Mais mon père l’a connu et a même eu affaire à lui pour de grosses douleurs dans le dos. Mamadou a été un quelqu’un de très populaire ici » confie-t-il. Au bas du vitrail on peut lire lit la dédicace « Au cher Monsieur Mamadou qui m’a sauvé la vie. », signée la « Marquise ». On sait qui déposa l’hommage à ce monsieur dans la  brocante : il s’agit d’Agnès Sinko, une habitante de la commune voisine de Wattrelos, après qu’elle eut possédé cet objet pendant 32 ans. Elle l’avait acquis avec trois autres portraits lors de la vente aux enchères des affaires de Mamadou N’Diaye à sa mort, celui-ci étant sans héritier. Elle a raconté dans le quotidien local La Voix du Nord qu’« il avait soulagé mon mari après un tour de reins. Puis, quelques années plus tard, il a eu une entorse. Les médecins lui ont dit qu’il ne pourrait plus marcher normalement … Et là encore, Mamadou l’avait soulagé ». La découverte de ce bien culturel est une aubaine pour un musée soucieux de rendre compte aussi de l’histoire de l’immigration. Cependant, ce n’est qu’en octobre 2018, à la fin prévue des travaux du musée que le vitrail sera accessible au public, avec on peut l’espérer, la lumière faite sur l’identité de la mystérieuse commanditaire de l’ex-voto. Une enquête en direction des maîtres verriers locaux de l’époque est une bonne piste …

Mais qui était donc ce Mamadou N’Diaye,  célèbre rebouteux au point de recueillir la vénération de toute une population locale en un temps où les immigrés africains sont rares ? Sur sa tombe d’abord laissée à l’abandon au cimetière de Roubaix et dont une famille belge a repris la concession funéraire pour l’entretenir, on apprend qu’il est né en 1909 à Djourbel au Sénégal, la ville natale de Léopold Sédar Senghor. Originaire d’un pays dont les ressortissants sont très majoritairement musulmans, il semblerait qu’il fut chrétien.

Crédits : NORD ECLAIR / MAXPPP

Marin pendant neuf ans dans la marine marchande, il finit par s’installer à Roubaix au quartier du Pile en décembre 1931. Mamadou N’Diaye est âgé de 22 ans et fait partie des tout premiers Africains de la ville. Il s’adonne à la boxe au point de fonder plus tard, dans les années 1950, le Boxing Club Colonial de Roubaix.

Crédits : NORD ECLAIR / MAXPPP

On le surnomme de façon peu originale « la panthère noire » et il formera de nombreux boxeurs nordistes. Il se marie en 1951 avec Alice Viane, une employée de banque qui avait promis de l’épouser s’il parvenait à effacer ses douleurs ; ils n’auront pas d’enfant. Pendant le même temps, il exerce son talent de guérisseur spécialisé dans la chiropractie, une manipulation corporelle qui traite particulièrement les douleurs causées par des déplacements d’éléments du squelette. « D’un geste de la main, Mamadou vous remettait les vertèbres en place », raconte Germain Hirslej. Sa très bonne connaissance de l’anatomie lui venait certainement de sa pratique du noble art. Le bouche-à-oreille le rend célèbre au point qu’un grand nombre de patients insatisfaits par leurs consultations auprès de praticiens reconnus, affluent. De nombreux sportifs viennent de toute la région pour se faire soigner après leurs compétitions. Même les médecins orientent leurs patients vers Mamadou N’Diaye dès lors qu’ils ne parviennent plus à résoudre leurs maux. Sans autorisation ni aucun diplôme, il ouvre un cabinet de guérisseur au 22, place Carnot à Roubaix. Sa réputation grandit et dépasse la frontière, attirant des patients belges. « Ma grand-mère, qui habite depuis très longtemps le quartier du Pile, se souvient des nombreux véhicules belges qui se garaient sur la place », ravonte Germain Hirslej.

Crédits : NORD ECLAIR / MAXPPP

Hélas, son succès lui attire les foudres de l’ordre des médecins, qui porte plainte pour exercice illégal de la médecine. Au total, il sera poursuivi vingt-deux fois. En 1967 a lieu le dernier de ses procès devant la sixième chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Lille. Le rebouteux est défendu par un certain André Diligent qui sera sénateur et maire de Roubaix de 1983 à 1994, qui a du reste donné son nom au musée roubaisien de la « piscine ».

Près de 300 patients de Mamadou N’Diaye vinrent  » de Paris, de la Sarthe,  et surtout de Belgique pour le soutenir », nous apprend l’article du quotidien local Nord Eclair du 19 avril 1967. A la date du procès, le guérisseur a déjà délivré près de 23000 attestations médicales. L’audience permet à moult témoignages en sa faveur de s’exprimer. Un médecin est venu affirmer qu’il avait conseillé à des patients d’aller consulter Mamadou N’Diaye. Quatre fois en quinze ans, un prêtre s’est fait soigner chez lui. Le jury finira par être convaincu quand le guérisseur soulagera ipso facto la greffière qui souffrait de terribles douleurs au dos. «  On perçoit un craquement impressionnant. La greffière reste figée sur place. Elle est guérie  », rapporte la presse locale dès le lendemain. Le tribunal ordonne pourtant la fermeture de son cabinet. Mais finalement, en  appel le rebouteux ne  sera condamné  qu’à une peine symbolique de 2000 francs avec sursis et, contrairement aux sanctions prévues par la loi, son matériel lui sera restitué. Un encouragement à continuer son activité ! Mamadou N’Diaye poursuivra son exercice jusqu’à son décès en 1985, à l’âge de 75 ans, après avoir délivré en tout 54000 attestations médicales. Jusqu’à sa mort, les paroissiens de l’Eglise  du Très-Saint-Redempteur rendront hommage à Mamadou N’Diaye lors de messes d’action de grâce.

Après le bruit fait par la  réapparition  du vitrail, les trois tableaux, mentionnés plus haut, tous signés vraisemblablement par des artistes amateurs et représentant Mamadou N’Diaye, ont été mis en vente sur Ebay. L’association des Amis du musée « La Piscine »  les a aussitôt acquis puisqu’ils faisaient partie d’un ensemble comprenant le fameux vitrail. C’est en revendant le lot à un brocanteur, l’été dernier, qu’ Agnès Sinko a sans le vouloir remis en lumière cet homme au destin si singulier. «  J’ai l’habitude d’exercer une veille constante sur tous les objets pouvant intéresser le patrimoine roubaisien  » raconte Germain Hirselj qui ne voulait pas rater ce lot de trois tableaux. « Ceux-ci sont importants par ce qu’ils racontent de l’histoire de Mamadou, il était indispensable de recréer cet ensemble avec le vitrail  » .

Crédits: La voix du Nord

Il   aura   fallu   attendre   2017   et  la trouvaille   de  quatre  effigies   de  Mamadou N’Diaye,  l’illustre  rebouteux  nordiste, pour que le musée   de la piscine inaugure un espace  dédié    à   l’ immigration, notamment africaine. Un signe encourageant  à l’heure  d’un  rejet  du phénomène migratoire  par  une bonne partie  de la population européenne, et en   faveur  d’une    histoire   de  la contribution   des   immigrés   de  toutes origines  à  la  société  française,  encore  beaucoup  trop   absente  des consciences cet mémoires citoyennes.

Parutions de l’ARAAFU

Colloques de l’ARAAFU

L’ARAAFU organise des colloques et des Journées d’études sur des thématiques touchant la conservation-restauration et en publie les actes.

Dernière parution :

RETOURS D’EXPÉRIENCE ET REGARDS RÉTROSPECTIFS
6e COLLOQUE INTERNATIONAL DE L’ARAAFU
PARIS – CITÉ DE L’ARCHITECTURE ET DU PATRIMOINE
26, 27 ET 28 NOVEMBRE 2014

Édition numérique sur clé USB. Prix de vente : 35 € (hors frais de port).
ISBN 978 -2-907465-25-2
© ARAAFU, Paris 2017

——-

Télécharger le sommaire du colloque 2014
Télécharger le bon de commande des publications Araafu
Télécharger le catalogue des publications 2018

——-

Sommaire des actes du colloque 2014
RETOURS D’EXPÉRIENCE ET REGARDS RÉTROSPECTIFS

Histoire des institutions
Agnès Prévost ♦ L’atelier de restauration et de moulage des sceaux des Archives nationales :150 ans d’histoire et de techniques
Reyes Jiménez de Garnica ♦ 50 ans du musée Picasso de Barcelone : muséologie et méthodes de restauration…et leur impact sur les collections
Caroline Marchand ♦ Conservation préventive au musée canadien de l’Histoire :un passé, un présent, mais quel avenir ?
Claude Payer ♦ Sculpture ancienne du Québec : 30 ans de restauration et de recherche au CCQ

Support toile
Ana Macarrón, Ana Calvo, Rita Gil ♦ Cas d’étude des rentoilages historiques à la colle de pâte en Europe :documentation et évaluation
Jean-François Hulot ♦ Conservation-restauration structurelle des peintures sur toile : 30 années de réformes
David Aguilella Cueco ♦ Déchirures et réparations, regards rétrospectifs : de la structure des peintures de chevalet à celle de l’avion de Blériot XI qui a traversé la Manche le 25 juillet 1909

Support bois
Françoise Rosier, Hélène Dubois, Livia Depuydt, Bart Devolder,Nathalie Laquière, Jana Sanyova Institut royal du patrimoine artistique ♦ L’Agneau Mystique, 1950-2012 : regards critiques et perspectives futures
Dominique Faunières ♦ Résine Paraloïd B 72 ®, cire-résine et cire microcristalline employées en restauration de sculptures en bois polychromé : bilan après 22 ans

Philosophie, déontologie, partage institutionnel
Élisabeth Mognetti, Claude Badet ♦ La restauration est l’affaire de tous
Pierre Leveau ♦ Épistémologie de la conservation-restauration : définition, méthode et objectifs
Lorraine Mailho ♦ Les commissions scientifiques de restauration
Stéphane Charbit ♦ Regards sur une pratique méconnue – mais centrale – de conservation préventive : le contrôle scientifique et technique de l’État. Le cas des projets de musées de France
Roland May ♦ La conservation-restauration, regards et pratiques publiques trentenaires : empirisme ou schéma directeur ?

Arts graphiques
Ève Menei, Laurence Caylux ♦ La mise en dépassant des dessins au musée du Louvre : bilan d’une expérience de plusieurs décennies
Valérie Luquet ♦ La restauration des pastels du département des Arts graphiques au musée du Louvre t l’apport de l’histoire des techniques à la conservation et la restauration des œuvres

Instruments de musique
Jean-Philippe Echard ♦ Quinze ans d’analyses de la matière et des matériaux au laboratoire du musée de la Musique

Formation, publications, réseaux et rencontres
Guillaume Debout ♦ Le projet Naturalia en Basse-Normandie : un réseau transversal d’acteurs mobilisés pour la sauvegarde d’un patrimoine régional menacé
Muriel Verbeeck-Boutin ♦ Formation et information en conservation-restauration
Silvia Païn ♦ Les Journées des restaurateurs en archéologie, miroir de l’évolution d’un domaine professionnel.

Archéologie
Marie-Anne Loeper-Attia ♦La stabilisation des alliages ferreux : évolution du diagnostic et des traitements réalisés dans les laboratoires de restauration en France depuis 1998

Conservation préventive
Claire Guérin, Marina Biron ♦ Les caisses de transport : évolution et perspectives
Catherine Lebret, Sylvie Ramel Rouzet ♦ Regards croisés sur le réaménagement des réserves du musée d’Art moderne d Saint-Étienne métropole
Sylvie Grange ♦ Synthèse du colloque ARAAFU 2014, conservation-restauration des biens culturels. Retours d’expérience et regards rétrospectifs : un manifeste de démarche-métier réussie

——-

Copyright © *|2017|* *|Araafu|*, All rights reserved.
You are receiving this email because you opted in via our website.
Notre adresse :

Restaurateur d’œuvres technologiques et industrielles H/F

Détail de l’offre

Informations générales

Organisme de rattachement

Centre national d’art et de culture Georges Pompidou

Référence

2017-100720

Localisation

Paris Cedex 04

Date de fin de publication

31/03/2018

Description du poste

Catégorie

A

Domaine fonctionnel

Culture et patrimoine

Autres domaines fonctionnels

Affaires générales

Statut du poste

Vacant

Nature du poste recherché

Ouvert aux contractuels

Intitulé du poste

Responsable technique – Restaurateur d’œuvres technologiques et industrielles H/F

Descriptif de l’employeur

Institution culturelle pluridisciplinaire de rayonnement mondial, consacrée à toutes les formes d’art moderne et contemporain, le Centre national d’art et de culture Georges Pompidou accueille plus de 3 millions de visiteurs par an et emploie plus de mille collaborateurs.

Description du poste

Sous l’autorité du chef du service des ateliers et moyens techniques au sein de la direction de la production, vous concevez, organisez, coordonnez et assurez la mise en œuvre des opérations liées aux œuvres audiovisuelles : études de faisabilité, restaurations, maintenances d’œuvres du Musée national d’art moderne ou prêtées. Vous êtes également en charge de l’installation et du bon fonctionnement de ces appareils de diffusion soit au Centre Pompidou soit en dehors.

A ce titre, vous devez :

• étudier et expertiser la corrélation entre l’oeuvre et sa diffusion
• établir un diagnostic et apporter des conseils sur l’adéquation entre les options artistiques et les conditions objectives de mise en œuvre
• mettre en œuvre l’installation et le démontage des œuvres audiovisuelles
• assurer les mises en route quotidiennes
• assurer le convoiement technique des œuvres
• tester les matériels après le démontage des expositions
• procéder au dépoussiérage et à l’entretien courant
• diagnostiquer les pannes
• réparer les matériels et restaurer les systèmes technologiques et industriels des appareils de diffusion d’œuvres
• élaborer un constat d’état, avec photographies et fiche technique par œuvre
• participer à l’élaboration des dossiers techniques liés aux œuvres de la collection
• réaliser le compte-rendu des interventions pour mise à jour des dossiers techniques des oeuvres
• être une force de proposition pour apporter des modifications liées aux évolutions technologiques afin d’éviter l’obsolescence des œuvres.
• rechercher et consulter les fournisseurs et faire établir les devis nécessaires
• gérer les stocks et matériels de l’atelier

Par ailleurs, vous participez avec les conservateurs et les restaurateurs (pour chacun de leurs périmètres respectifs) à la création des dossiers techniques et leur mise à jour (dessins techniques, réalisation de schémas, montage, …).

Vous êtes amené, le cas échéant, à intervenir dans des colloques, conférences, tables rondes, axes d’études & recherches.

Conditions particulières d’exercice

Poste à pourvoir immédiatement, en contrat à durée indéterminée ou en détachement sur contrat d’établissement.
Horaires administratifs.
Déplacements en France et à l’étranger.

Descriptif du profil recherché

De formation supérieure dans les domaines scientifique et technique (Métiers de l’audiovisuel, techniques d’ingénierie et exploitation des équipements), vous justifiez d’une expérience d’au moins 5 années sur des fonctions similaires.

Vous êtes titulaire du Caces 3A ainsi que l’habilitation électrique BTA, B2 et BR.
Rigoureux et méthodique, vous savez organiser et planifier votre travail en fonction des contraintes, des délais et des objectifs et savez analyser sereinement l’ouvrage dont vous avez la charge.

Vous disposez de qualités relationnelles et organisationnelles ainsi qu’un sens avéré des responsabilités et du service public.

Vous possédez une bonne maîtrise des outils bureautiques standards ainsi que des outils de programmations (Labview, Crouzet) et autres produits de programmations d’automates, ainsi que les outils de CAO DAO.

Pour ce poste, la maîtrise de l’anglais serait appréciée.

Ouverts aux contractuels

Oui

Emploi ouvert aux militaires

Oui

Bloc personnalisable n°1

Informations complémentaires

Candidature (CV et lettre de motivation) à envoyer à l’attention de : Monsieur le Président du Centre Georges-Pompidou, par mail uniquement à : recrutement@centrepompidou.fr.

Dans le cadre de sa stratégie de responsabilité sociale des organisations (RSO), le ministère de la Culture et ses établissements publics s’engagent à promouvoir l’égalité professionnelle et la prévention des discriminations dans leurs activités de recrutement. Une cellule d’écoute, d’alerte et de traitement est mise à la disposition des candidats ou des agents qui estimeraient avoir fait l’objet d’une rupture d’égalité de traitement (contact Allodiscrim : n° vert gratuit 0800 10 27 46 / culture.allodiscrim@orange.fr / https://www.allodiscrim.fr).

Localisation du poste

Localisation du poste

Europe, France, Ile-de-France, Paris (75)

Lieu d’affectation (sans géolocalisation)

75003

Critères candidat

Niveau d’études min. requis

Niveau III : diplômes de niveau Bac plus 2 (DUT, BTS, DEUG, écoles des formations sanitaires ou soci

Langues

Anglais (Courant)

Demandeur

Poste à pourvoir le

01/01/2018

Personne à contacter (mail)

recrutement@centrepompidou.fr

Le prochain SIPPA en Mai 2018

Rendez-vous pour la 4ème édition du 16 au 18 mai 2018 à Arles

Le SIPPA s’installe comme le rendez-vous annuel des professionnels des patrimoines et s’ancre dans l’écrin du Parc des Ateliers à Arles.

Le programme est en cours de constitution, mais sachez déjà que les collaborations entre le Louvre et des professionnels arlésiens sur des monuments soudanais et des œuvres égyptiennes seront à l’honneur,

la restauration des décors peints, à travers l’exceptionnel exemple de l’hôtel Arlaten, ainsi que la thématique de la construction acier dans le patrimoine

De plus le SIPPA ouvre ses portes au grand public, avec le jeudi soir une conférence sur un sujet très prochainement dévoilé et qui devrait susciter un fort intérêt !

Et bien entendu, un panel de professionnels sera également présent sur des espaces de stands et des soirées networking pour présenter leurs compétences et leurs savoir-faire

Restitution des têtes des résistants algériens

L’initiateur de la pétition Restitution des têtes des résistants algériens, détenues par le Musée de l’Homme, Brahim SENOUCI, vient d’informer les quelques 30 000 signataires que le Président Macron a annoncé très officiellement, lors de son voyage en Algérie, que les crânes des martyrs algériens seront restitués à leurs ayant-droit.

Il s’agit de crânes aujourd’hui  rangés à l’intérieur de boîtes numérotées et conservés au Musée de l’Homme , dont celles des chefs de l’insurrection des Zibans : Bou Amar Ben Kedida, crâne n° 5943  Boubaghla, crâne n° 5940. Mokhtar Al Titraoui, crâne n° 5944. Cheikh Bouziane, crâne n° 5941. Si Moussa Al Darkaoui, crâne n° 5942. Aïssa Al Hamadi, lieutenant de Boubaghla, tête momifiée n° 5939.

 

 

Une réflexion après la journée d’étude « conservation-restauration de l’art contemporain » au Carré d’Art de Nîmes

Qu’est ce que la conservation-restauration ?

par Eva Georgy, L2 CR.

Est-il nécessaire d’en définir les contours par le biais de critères professionnalisants ? Lors de cette conférence, plusieurs intervenant.e.s ont parlé de leur travail, par une approche théorique ou pratique. Mais toutes les interventions étaient éloignées les unes des autres. Aucune ne pouvait s’associer à une autre de manière homologue, si ce n’est de manière générale, en ce que toutes visent à pérenniser un bien doté du sens qu’il possède dans le temps. L’idée de transmission serait donc le moteur de cette profession. Mais elle peut prendre plusieurs formes.

L’intervention de Laetitia Thevenot-Piris était très intéressante, et j’y ai trouvé écho dans un métier déjà très ancien, celui de scribe recopieur. En effet, le support vidéo évolue de manière si rapide que le seul moyen de conserver la trace de ce qui a été gravé dessus, est de le recopier sur un support plus récent. Il en était de même lorsqu’un livre vieillissait et qu’on le recopiait pour ne pas en perdre le contenu. Cependant, cette course frénétique à la conservation pose problème:  que faire de tous les vieux supports ? Une œuvre existe-elle dans son intégralité sur son support d’origine ? Et est-ce qu’il est nécessaire de conserver ces œuvres en les transposant indéfiniment sur des supports déjà dépassés ? L’idée de documenter une vidéo serait peut-être tout aussi importante, ainsi on en garderait une trace, mais on ne « tordrait » pas l’œuvre dans des supports numériques sans fin …

Doit-on conserver toutes les œuvres ? Et pourquoi ? Et si les musées n’étaient remplis que de documents ? Les performances sont documentées, et on en acquiert la documentation car on ne peut pas placer pas un  corps humain dans une boîte pour ensuite le ressortir 20 ans plus tard. Mais alors pourquoi fait-on cela avec des objets ? C’est leur aura qui nous empêche de les détruire, ou de transvaser leur matérialité et leur immatérialité sous forme documentaire. Pourquoi ne scannons-nous pas tous les objets pour faire des musées virtuels ?

Je pense qu’on inflige une certaine violence, comme si on arrachait l’objet à son droit au « repos » (éternel), à toujours vouloir rentoiler, changer de support vidéo, refixer … L’objet existe dans une matérialité temporelle qui le caractérise. Lui ôter ces attributs matériels progressivement pour le garder lisible, beau peut être contradictoire. Conserve-t’on son aura ? Pourquoi ne restaure-on pas l’immatériel d’une œuvre ? Si c’est la transmissibilité qui importe, la viabilité du message que veut transmettre l’objet d’art, alors il faut en changer sa représentation. Les codes évoluent avec le temps, alors pourquoi ne pas les substituer, comme on le fait déjà avec le support de ces artefacts ?

On conserve sans limite, mais, dans les maisons, les lieux de stockage sont des espaces stagnants où ne circule plus la vie, comme le grenier …  Les pièces à vivre de subissent pas cet encombrement, alors pourquoi les musées en sont l’exemple même ? Est-ce que l’essence de l’art doit se limiter à l’aura des objets, leur matérialité obsolète, ou évoluer vers une transmission de sens ?

L’art contemporain est-il essence ? Et quels dispositifs la profession de conservateur.trice va employer à l’avenir ?

Synthèse d’un mémoire de diplôme: une oeuvre interactive.

Je vais tenter, à travers cette synthèse, de rendre compte des différents points sur lesquels s’appuie Tiphaine Vialle pour mener à bien l’étude d’une œuvre qu’elle qualifie « d’œuvre à composantes numériques ». Tiphaine Vialle a réalisé une étude de l’œuvre Sweet Dream créée en 2007 par l’artiste Julie Morel, et explore des problématiques liées à la conservation-restauration d’arts numériques. En effet, elle met en lumière la difficulté d’évaluer les risques momentanés et futurs de matériel numérique, ce qui renvoie à la notion d’obsolescence. Elle questionne également l’environnement particulier dont les œuvres dépendent et qui sont sujettes à une autonomie complexe.

Sweet Dream est une œuvre d’art contemporain constituée de deux touches de clavier d’ordinateur sur lesquelles il  est inscrit « wake up » pour l’une et « sleep » pour l’autre. Ces deux touches écrits blanc sur noir sont reliées à l’aide de matériel numérique tel que des cartes arduino® , des mac mini (ordinateur) et modems wi-fi à une lampe de chevet qui s’allume et s’éteint par l’activation des touches.

C’est donc une installation qui met en relation deux lieux distincts par un geste, celui du « pratiqueur », qui interagit avec celle-ci  : une partie (les touches et une moitié du dispositif de câblage) est exposée, tandis que l’autre (l’autre partie du câblage et la lampe) se situe dans un espace d’intimité inaccessible à priori(appartement).

La nuance intéressante que met en avant Tiphaine dès le début de sa présentation est celle de l’utilisation d’Internet dans l’installation, qui n’aurait pu contenir et utiliser que de simples liens électriques afin d’y donner forme. Il y a donc une volonté d’utiliser le réseau internet puisqu’il est facile d’accès mais aussi de s’adresser à une communauté et non à des consommateurs comme aurait pu donner à réflexion l’utilisation d’un réseau électrique. C’est donc une histoire de communication et non de consommation. Il faut tout d’abord recontextualiser l’œuvre en 2007, à l’époque où les médias sociaux tels que Skype® ou Facebook® émergent. L’artiste a réalisé ce dispositif dans le but d’utiliser le réseau comme réseau social de pure communication plutôt que d’utiliser un réseau électrique ou énergétique. Le réseau internet en 2007 consiste essentiellement à transmettre des informations, à créer un échange, contrairement au réseau électrique qui correspond à une production et un fournissement énergétique à sens unique. Enfin, l’utilisation du réseau internet vise non pas à dialoguer avec des clients mais bien à interagir avec des internautes. Aujourd’hui la distinction n’est plus valable car le réseau internet et le consumérisme ont envahit le communautaire et l’héritage de cette œuvre ainsi que sa signification peuvent en être déformées.

Le motif de l’étude concerne le manque de certains éléments constitutifs du dispositif puisqu’il ne peut pas être assuré sans ceux-ci. L’obsolescence technologique de certains matériels et logiciels est d’ailleurs un problème au bon fonctionnement et à la pérennisation de l’œuvre.

Comment aborder l’œuvre Sweet Dream, selon Tiphaine Vialle : considère-t-on l’œuvre comme conceptuelle ou bien la considère-t-on dans son ensemble et donc, par la suite prend-on en compte le déploiement technique assurant le fonctionnement ?

Effectivement il est impossible, du point de vue du regardeur, de se douter de l’installation numérique présent en arrière plan et c’est donc à lui d’imaginer l’effet de son acte, lorsqu’il appuie sur une touche. Ou bien il est en droit de penser que son acte n’a aucun impact ou effet et dans ce cas, l’œuvre en est cantonnée à deux touches d’ordinateur sur un mur de galerie puisque c’est ce qui est formellement notable.

La question fondamentale est donc de savoir quel est le positionnement à adopter dans cette étude car si aucune indication n’est transmise quant à l’épaisseur technologique entretenant le bon fonctionnement de l’objet, celle-ci n’est pas considérée par le regardeur et n’est finalement pas nécessaire à une bonne expérience ou interaction de l’œuvre.

Cependant, dans le cas présent, l’artiste émet la volonté que son œuvre fonctionne car elle ferait partie intégrante de sa propre installation, se tenant à l’extrémité aux cotés de la lampe de chevet. Elle invite notamment des personnes à venir visiter son appartement afin de répondre à la frustration du spectateur.

Tiphaine Vialle en conclue donc que la partie émergée (visible) fait sens à elle seule, mais elle ne transmet pas la totalité du message artistique. En vue de la proposition de traitement, l’œuvre a besoin de fonctionner pour donner sens au concept présenté précédemment.

A ses yeux, il est primordial de préserver le fonctionnement de l’œuvre, sans quoi elle se résumerait à deux touches de clavier et à une expérience solitaire de celui qui participe en envoyant un signal ne menant à rien, ce qui revient à interagir avec une œuvre participative inerte.

Tiphaine Vialle conjecture ensuite trois propositions de traitement visant le même objectif : garder l’œuvre en état de fonctionnement et tendant à être pérenne.

La première serait de changer le matériel utiliser (mac mini et cartes arduino® ) qui pose problème et de la remplacer par deux raspberry pi®  ( nano ordinateurs sous la forme de circuit imprimé et ayant diverses entrées). Cette proposition permet une manipulation  du matériel très  légère et est stable dans le temps. Cependant, ce nouveau dispositif ferait abstraction de l’original puisqu’il en change les composants.

La deuxième consisterait à conserver la carte arduino®  en y intégrant un autre élément, un shield, qui correspond à une carte imprimée s’ajoutant à celle-ci et qui lui procure d’autres fonctionnalités. C’est ce shield qui remplacerait le mac mini et donc permettrait de gérer le réseau internet. Cette seconde proposition met en avant, comme la première, de remplacer du matériel informatique à cause de problèmes de compatibilité et d’obsolescence.

La troisième proposition serait de conserver l’œuvre pratiquement en l’état et de n’agir uniquement que sur les mac mini qui sont les éléments les plus problématiques car ils interfèrent avec le bon fonctionnement de celle-ci. L’idée que Tiphaine Vialle met en avant est de considérer l’élément ordinateur comme élément additionnel consommable. Il serait donc changé au fil du temps par des machines plus performantes et l’environnement logiciel de Sweet Dream serait conservé. On imagine que cela continuerait de fonctionner à l’aide d’une émulation du logiciel sur une nouvelle machine.

Concluant sur le fait qu’on ne puisse plus, à terme, intervenir et remplacer les éléments constitutifs de l’œuvre par d’autres qui auront le même aspect esthétique et les mêmes capacités faisant état de l’informatique de 2007, elle ouvre sur les questions suivantes : sera-t-il justifié de présenter l’œuvre non fonctionnelle, comme un objet historique ? Ou bien est-il plus juste d’actualiser ses composants afin d’en assurer le fonctionnement au détriment de l’historicité de celle-ci ?

Il s’agit en tout cas d’une conservation-restauration palliative, menant à accompagner respectueusement l’œuvre dans sa possible disparition car si elle est réactivée il s’agirait plutôt d’une nouvelle version de Sweet Dream qui fait état d’une autre époque technique et informatique.

La recherche en question (dépassée).

Dans le cadre du SITEM 2018  sis aux Docks – Cité de la mode et du design, 34, quai d’Austerlitz, 75013 Paris

la FFCR organise une conférence – table ronde le Mardi 23 janvier de 14h à 15h

salle Austerlitz, intitulée

« La recherche en conservation-restauration : une affaire de conservateurs-restaurateurs ? « 

Selon les termes des organisateurs, « cette table ronde [ …] vise à poser les grandes lignes du paysage actuel de la recherche du point de vue des conservateurs-restaurateurs. En décrivant les modes de financement existants, la compatibilité avec le fonctionnement des entreprises individuelles, la nature des sujets abordés et leur représentation dans les différentes disciplines, la Fédération Française des professionnels de la Conservation-Restauration (FFCR) espère susciter des discussions et proposer des perspectives ».

A cette table ronde, sont conviés 4 conservateurs-restaurateurs diplômés de l’Université  Paris I (Clémentine Bollard, modératrice), de l’INP (Gaël Quintric & Annabelle Sansalone), de l’ESBAT ( Olivier Rolland)  et  la cheffe du département de restauration au C2RMF depuis septembre 2013 (Lorraine Mailho-Daboussi).

Selon la logique de représentativité des quatre formations habilitées, on aura noté l’absence d’un(e) diplômé(e) de l’ESAA.  A croire qu’on n’a pas sollicité les ressortissants du cursus avignonnais parce qu’on a supposé qu’ils ne se posaient pas la question, qu’ils connaissaient déjà la réponse, ou  encore, que cette éminente  réflexion menée au galop et en si haut lieu devait leur être épargnée.

Par contre, les organisateurs n’auront pas omis d’inviter une prestigieuse figure tutélaire de l’Institution, par déférence il faut croire.  Car qui peut penser que des modalités  de réflexion publique aussi piteuses  à partir d’une question périmée peuvent laisser   « […] espère(r) susciter des discussions et proposer des perspectives », dans le seul pays industrialisé qui ne compte pas encore d’école doctorale en conservation-restauration ? L’urgence commanderait, opportunément en présence de la cheffe du département de restauration au C2RMF, que l’on se demandât plutôt le pourquoi de cette situation.

Après la part étriquée ( 2 X 1,5 heures sur trois jours !) réservée à la conservation-restauration les 18, 19 et 20 décembre prochains lors des « Assises des métiers des musées » à l’auditorium de l’INHA auxquelles  participera un seul organe de représentation, celui  des  « professionnels de la conservation-restauration », voici la ration indigente de ce nouveau rendez-vous: 1 heure, notamment pour « poser les grandes lignes du paysage actuel de la recherche … » . A quoi cela rime-t-il ? La seule représentation « habilitée » de la conservation – restauration n’est-elle plus   capable que de faire bonne figure, ou pire, de la figuration seulement là où et quand on lui dit qu’elle peut ? Ce faisant, ne voit-elle pas qu’elle fait le jeu du statu quo en France en servant d’alibi de représentativité professionnelle, du reste plus symbolique qu’effective, dans des colloques oiseux phagocytés par une kyrielle de fonctionnaires institutionnels toujours en mesure d’occuper le terrain quand les conservateurs-restaurateurs n’en ont jamais eu vraiment les moyens ?

Une note interne du Ministère de la Culture du 22 février 2016 appelait à « un plan d’action indispensable à la survie » de la profession. « La profession de restaurateur du patrimoine est en grande souffrance. Au  bord du gouffre. De plus en plus nombreux sont ceux qui abandonnent le métier, les commandes publiques se raréfient, les revenus sont en chute libre », clamait publiquement en Mars 2016 une cohorte de conservateurs, artistes, conservateurs-restaurateurs, et acteurs institutionnels de renom  pour alerter les pouvoirs et l’opinion publics. Qu’en est-il aujourd’hui, presque deux ans après ? Quelle est la réponse  des pouvoirs publics ?

 

 

 

Appel pour un colloque au MUCEM en prévision

Atelier(s) d’artiste(s), 4-5 octobre 2018, Marseille : Appel à communications

    Atelier(s) d’artiste(s)

Lieux et processus de production
Matériaux pauvres – Matériaux nobles

Marseille, MUCEM
4-5 octobre 2018

Porter son attention sur ces Atelier(s) d’artiste(s) que sont les lieux, les processus de production, les matériaux employés et les savoir-faire mis en œuvre …

Des pistes multiples que  la SFIIC se propose d’explorer de manière pluridisciplinaire en partenariat avec le MUCEM et le CICRP.

Deux thématiques seront abordées :

  • Lieux et processus de production aussi divers que l’espace public, l’atelier d’artiste ou d’artisans, les manufactures…, et les enjeux pour leur conservation…..
  • Matériaux nobles – matériaux pauvres : L’« atelier », où l’on perfectionne des matériaux et où s’affirment des savoir-faire

Un appel à communications est lancé sur la thématique
Matériaux nobles – matériaux pauvres.

Les propositions sont à adresser à contact@sfiic.com pour le 7 janvier 2018 au plus tard et seront examinées par un Comité scientifique.

  • Modalités de l’ appel [ ICI ]

Journée d’étude de la spécialité  » textiles »

Journée d’étude « Actualités de la conservation des textiles » : 26 janvier 2018

Le groupe Textile de la SFIIC tiendra sa prochaine journée d’étude le 26 janvier 2018, au Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF) Paris – Amphithéâtre Palissy : Plan d’accès au C2RMF.  (La dernière journée d’étude du groupe textile de la SFIIC s’était déroulée le vendredi 27 janvier 2017 déjà au C2RMF.)

  • Programme complet [  ICI ]

Pour des raisons de sécurité, l’inscription est obligatoire, avant le 20 janvier, en remplissant ce formulaire.

La journée est accessible gratuitement aux adhérents de la SFIIC,

Pour adhérer [ ICI ] ou  renouveler sa cotisation [ ICI ]

Journée d’étude « peinture  » en prévision

 Journée d’étude du groupe Peinture: Mercredi 28 mars 2018

La première journée d’étude du groupe Peinture de la SFIIC aura comme thème :

Actualités en conservation-restauration des peintures : regards croisés et approches complémentaires

Cette journée se tiendra à l’Institut national du patrimoine,
124, rue Henri Barbusse – 93300 Aubervilliers

 

Assises des métiers des musées

Les 18, 19 et 20 décembre 2017, à l’auditorium de l’INHA, les professionnels des musées, des administrations culturelles et les élus s’interrogeront sur l’évolution des pratiques, des formations et des carrières dans les musées d’aujourd’hui et de demain.
Attention ! Les inscriptions sont complètes. 

Illustration Assises des métiers des musées

À la suite de la mission Musées du XXIe siècle et de ses préconisations, le Ministère de la Culture, en collaboration avec l’Institut national du patrimoine, ICOM France, l’Association Générale des Conservateurs des Collections Publiques de France et des associations de professionnels, organisent trois journées de rencontres dédiées aux problématiques actuelles de l’écosystème professionnel muséal.

Trois journées, pour trois grandes thématiques

18 décembre : journée « Organisations et métiers »

  • 9h-10h : Ouverture des Assises
  • 10h-10h15 :  Définir les métiers des musées : du vocabulaire à la prospective
  • 10h15-12h : Organisation des services et mutualisations. Quels effets sur les métiers et leur évolution ?
  • 14h-14h15 – Introduction
  • 14h15-15h30 : Enjeux, contraintes, atouts et métiers dans les musées de droit privé
  • 15h30-17h : Modèles organisationnels et économiques. Quels recours à l’externalisation ?
  • 17h-17h15 – Synthèse de la journée
  • 17h15-17h30 – Clôture de la journée par la ministre de la Culture

19 décembre : journée « Formations »

  • 9h-9h30 : Séquence d’introduction
  • 9h30-10h45 : Enseigner la muséologie
  • 10h45-12h : Conservation-restauration et régie des collections
  • 14h-15h15 : Médiation des patrimoines muséaux
  • 15h15-16h30 : Les métiers de l’accueil des publics et de la surveillance
  • 16h30-17h45 : Diriger un musée, administrer un musée
  • 17h45-18h – Synthèse de la journée

20 décembre : journée « Carrières et parcours professionnels »

  • 9h-9h45 : Séquence d’introduction
  • 9h45-11h : Premier poste et prise de fonctions
  • 11h-12h30 : Formation permanente et continue
  • 14h15-15h45 : Mobilités au sein des musées publics
  • 16h-17h30 : Perspectives de carrières hors des musées publics
  • 17h30-17h45 – Synthèse de la journée
  • 17h45-18h – Conclusion des Assises