Stages

 Au contact d’artefacts patrimoniaux Kanak

par Marie BASTARD, ESAA / M1 CR         

            Dans le cadre de mon second cycle d’étude à l’École Supérieure d’Art d’Avignon, j’ai souhaité travailler sur des objets extra-européens provenant d’Océanie, et particulièrement sur le patrimoine Kanak. Il m’avait paru intéressant d’explorer, à travers l’étude d’un objet, la relation entre la Métropole et la Nouvelle-Calédonie mais aussi d’apporter une nouvelle documentation sur le savoir-faire et les techniques de fabrication. C’est pourquoi j’ai choisi d’effectuer deux stages : l’un au Musée d’Angoulême et l’autre au Musée de Nouvelle-Calédonie.

Le Musée d’Angoulême, mais aussi le Museum d’Histoire Naturelle de La Rochelle, le Musée de Rochefort et quelques autres musées de la région forment ce que Roger Boulay nomme « le triangle d’or des arts océaniens »1. En effet, l’ensemble est constitué de près de trois mille objets océaniens. Tous les types de collectes y sont représentées : cabinets de curiosité, trophés de la colonisation, souvenis d’explorations, prélèvements anthropologiques,… et certaines pièces ne possèdent parfois que de rares, sinon aucune équivalence dans les collections françaises. Ces trois musées ont également bénéficié d’un important programme de rénovation et d’une nouvelle scénographie dans la première décennie du début du siècle. J’ai donc pu y observer la manière dont étaient présentés au public ces objets extra-européens ainsi que le discours qui les accompagnait.

Le Musée d’Angoulême possède trois collections : archéologique, de beaux-arts et extra-européenne, chacune représentée au sein de l’exposition permanente. La collection ethnographique du musée a la particularité d’avoir été essentiellement constituée par le Dr Jules Lhomme (1879-1934) qui a rassemblé, sans jamais voyager, près de quatre mille artefacts dont la majeure partie provient d’Afrique. Les collections océaniennes regroupent aujourd’hui environ quatre cent objets dont une part importante provient de la Nouvelle-Calédonie.

Musée d'Angoulême

Durant mon stage au Musée d’Angoulême, j’ai pu effectuer de nombreuses missions telles que du conditionnement, du marquage, la préparation de la prochaine commission d’acquisition, l’inscription de nouvelles acquisitions à l’inventaire, la constitution de dossiers d’œuvres. J’ai eu l’occasion de participer, avec Emilie Salaberry, responsable des collections extra-européennes du musée, à la conception du catalogue de l’exposition temporaire « Afrique la croisée des mondes »2 dont elle est la commissaire. Les missions qui m’ont été confiées consistaient à effectuer des recherches et rédiger des articles, et j’ai eu l’opportunité d’observer la manière dont le catalogue était élaboré, du chemin de fer jusqu’à l’impression. Concevoir une exposition demande plusieurs années de recherches mais j’ai été surprise de voir que le catalogue et la scénographie s’effectuent dans un laps de temps très court (trois mois avant l’ouverture). C’est une quantité de travail importante car il faut collaborer avec les chercheurs, le muséographe, l’équipe du musée, démarcher d’autres musées pour obtenir l’iconographie et solliciter la contribution d’un photographe, tout cela en plus de la rédaction.

La recherche et la documentation d’œuvres ont été ma principale activité durant ce stage et m’ont permis de me familiariser avec les ouvrages de références concernant les œuvres provenant d’Océanie mais aussi d’Afrique (principalement subsaharienne). Le Musée d’Angoulême possède en effet une bibliothèque dont le fond, relativement complet, est en rapport étroit avec les collections. J’ai également pu observer le fonctionnement du musée et sa gestion des collections.

En tant que conservateur-restaurateur, il est toujours délicat de travailler sur un objet issu d’une autre culture que la sienne. Il faut en saisir le sens et avoir une connaissance de l’objet aussi complète que possible avant de définir un traitement en conservation-restauration. Une immersion dans le pays de création des objets que je souhaitais étudier me paraissait intéressante pour mener une réflexion dans cette perspective. C’est pour cela que j’ai effectué mon second stage au Musée de Nouvelle-Calédonie.

Musée Nouméa

Situé au cœur de Nouméa, le musée conserve une des plus importantes collections d’art océaniens3, et surtout du patrimoine culturel Kanak. Ses premières collections, entreprises en 1863 dans le but de faire la promotion de la France coloniale lors d’expositions en métropole et à l’étranger, se sont enrichies grâce à ses différents conservateurs. De leur origine, on retiendra particulièrement le dépôt de l’Institut Français d’Outre-mer (IFO) en 1963, constitué d’une quarantaine d’objets Kanak (en majorité des sculptures liées à la grande case) collectés par Maurice Leenhardt et Jean Guiart. Entre 1987 et 2005, la collection a été enrichie de deux mille objets, achetés pour la majorité dans les galeries calédoniennes, australiennes et parisiennes.

Le musée possède au sein de son service, une conservatrice-restauratrice, Marianne Tissandier et un laboratoire jouxtant les réserves dans lequel j’ai pu réaliser quelques conditionnements. J’ai eu l’opportunité d’intervenir sur quelques œuvres dont un tapa teint à l’indigo des îles Salomon qui a fait l’objet de consolidations et deux jupes monnaies de Nouvelle-Calédonie qui étaient partiellement et complètement déroulées. Ce dernier cas a soulevé beaucoup de questions concernant notamment le choix de les ré-enrouler, et pour lesquelles je n’ai pas eu de réponses par manque d’informations. J’ai donc choisi de poursuivre mon travail sur ce type d’objets et d’effectuer des recherches en Nouvelle-Calédonie. Ce travail, actuellement en cours, fera très certainement l’objet d’un prochain article sur SEMINESAA.

         Les deux stages que j’ai effectués ont été complémentaires. Ils m’ont permis d’effectuer des missions très diverses et de me familiariser avec ces types d’œuvres. J’ai pu découvrir des collections et des formes d’expositions différentes et comparer le fonctionnement de ces deux structures muséales.

_____ Notes __________________________________________________________________________________________________________

1 Boulay Roger, Le triangle d’or des arts océaniens, Tribal Art n°57 Automne 2010, p66

2 « Afrique, la croisée des mondes » est présentée du 16 mai 2015 au 3 janvier 2016 au musée d’Angoulême. L’exposition propose de poser un regard différent sur l’art Africain, trop souvent qualifié de « primitif » ou « premier », sous-entendant l’idée de peuples immuables, alors qu’ils portent au contraire, les traces des rencontres et des échanges avec le monde musulman, l’Asie, l’Europe et au sein du continent Africain même.

3 Voir Base documentaire Joconde [en ligne] http://www.culture.gouv.fr/documentation/joconde/fr/decouvrir/expositions/oceanie/oceanie_frames.htm

contact : bastard.marie(a)laposte.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ecole Supérieure d'Art d'Avignon [ ESAA-cr ], Département de conservation-restauration