Archives par mot-clé : DNSEP

Une présentation succincte de l’ESAA

Une école d’art en réseau …

Avec 44 autres stuctures similaires réparties sur le territoire français de métropole et d’outre-mer, l’Ecole Supérieure d’Art d’Avignon (ESAA) est un établissement public de coopération culturelle (EPCC) relevant du ministère de la Culture et de la Communication. Il est soutenu financièrement et administrativement par la Ville pour une large part et par l’État.

Résultat de recherche d'images pour "écoles d'art avignon"Outre sa mission essentielle d’enseignement supérieur et de formation initiale, l’ESAA s’inscrit sur un territoire à la fois proche et plus élargi. En nouant des liens de partenariats aussi bien avec des organisations éclectiques qu’avec des institutions plus renommées, de dimensions locale,  nationale et internationale, elle vise à entretenir une dynamique de recherche productive en termes de projets et de prospective.

Elle fait partie aujourd’hui du réseau « les écoles du sud » qui regroupe en région Provence-Alpes-Côte d’Azur & Monaco, les établissements

° Villa Arson
° École Nationale Supérieure de la Photographie
° ESADMM-Ecole supérieure d’art & de design Marseille Méditerranée
° École supérieure d’art d’Aix-en-Provence
° Ecole Supérieure d’Art et Design Toulon Provence Méditerranée
° Ecole Supérieure d’Art Avignon
° Pavillon Bosio, Ecole Supérieure d’Arts Plastiques de la Ville de Monaco

… avec deux spécialisations …

« Pélerinage » au Musée Pierre de Luxembourg, Villeneuve-lez-Avignon

Depuis 1981, l’ESAA poursuit sa mission principale de formation initiale avec une identité duale qui en fait sa singularité dans le paysage français: l’option art y est déclinée en deux mentions spécialisées: la création-instauration et la conservation-restauration.

Comme on le sait, le propre des écoles supérieures d’art est le temps important qui est consacré à la pratique de la création, en séances collectives et régime de plus en plus autonome. Aujourd’hui, toute connaissance, tout matériau, tout médium, tout ready made et même l’usage  de son propre corps peuvent donner lieu à une production artistique, comme des produits sélectionnés et des gestes maîtrisés, à la conservation-restauration d’un artefact patrimonial. Or il ne s’agit pas de les utiliser aux seules fins de l’expression spontanée et géniale d’un moi pour seulement soi, ni d’autre part, en application habile d’un savoir-faire anonyme sous couvert de la notoriété d’un chef d’oeuvre et/ou la sacralité d’une relique.  L’enjeu est bien plus la manifestation d’un être au monde dont la singularité de la proposition sera d’autant plus appréciable qu’une multitude pourra s’y re-connaître à la faveur d’une capacité de mobilisation et de critique d’expériences, de références et concepts tant acquis que partageables.

  • création-instauration

Le mot création renvoie à la pratique de créer ex nihilo, aux médiums et genres artistiques classiques. Il est accolé à instauration, qui désigne lui, l’acte de « faire exister pour la première fois » (E. Souriau, Vocabulaire d’esthétique, PUF, 1990), comme Marcel Duchamp s’y est employé dans le champ de l’art avec ses ready-made.

La mention  » création-instauration » se focalise particulièrement sur trois axes opérationnels que sont les arts plastiques (objets / dispositifs), les arts performatifs / pratiques scéniques, et les arts médiatiques.

  • conservation-restauration

La locution conservation-restauration est la formulation normalisée à l’échelle internationale (ICOM, 2010) qui désigne une discipline académique et une activité professionnelle en faveur de la sauvegarde de biens culturels matériels. Très synthétiquement dit, la conservation vise d’abord à stabiliser un objet en l’état, puis la restauration à améliorer son appréciation.

Les productions de l’art contemporain et les artefacts ethnographiques du patrimoine conservé dans les institutions publiques, constituent prioritairement le champ  de questionnement et d’application, ainsi que l’enjeup rivilégiés par la mention  conservation-restauration.

NB : la formation de l’ESAA demeure aujourd’hui la seule en France dédiée à la conservation-restauration des artefacts ethnographiques après l’arrêt de celle du Master Conservation-Restauration des Biens Culturels à l’Université Paris I – Sorbonne.

… congruentes …

  • C’est l’objet /oeuvre d’art qui est le dénominateur commun aux deux mentions, au centre d’attentions que lui consacrent les deux démarches de part et d’autre, tels deux pendants.

  • Au cours du temps, la création-instauration se situe en amont de l’objet puisqu’elle s’attache aux questions et enjeux liés à sa production, tandis qu’en aval, la conservation-restauration se préoccupe des conditions de sa réception.

création-instauration objet/oeuvre conservation-restauration

—————————— cours du temps ———————————→

  • Outre le tête-à-tête de chaque acteur de l’école  avec l’objet / oeuvre d’art, c’est aussi celui des deux mentions qui est instauré pour que s’y puisent les bénéfices de rapports dialogiques et dialectiques.

… pour un enseignement supérieur …

L’enseignement supérieur des  « arts plastiques » est placé sous le contrôle pédagogique du ministère de la Culture et de la Communication. Il est assuré à la fois par des artistes, des théoriciens et des professionnels, en mettant particulièrement l’accent sur des pratiques en dialogue permanent avec les cours théoriques.

A l’appui des programmes européens et d’autres plus  spécifiques, il encourage ses étudiants à la mobilité internationale.

Outre un objectif de professionnalisation, l’enseignement supérieur en école supérieure d’art comporte un adossement à la recherche. « En plus d’une connaissance affirmée des fondements scientifiques d’une activité professionnelle, une qualification de niveau I nécessite la maîtrise de processus de conception ou de recherche » (cf. site du MCC). Parallèlement à l’élaboration progressive du projet de l’étudiant, la recherche permet l’accès et le croisement d’autres domaines, d’autres disciplines académiques, mais aussi d’activités hétéroclites.

Dès le premier cycle, la formation fait de l’enseignement d’acquis fondamentaux — à hauteur de 30% environ et déterminés  en adéquation avec l’identité de l’école  — une priorité. A partir de l‘année L2, semestre après semestre, des cours théoriques et pratiques contribuent progressivement à la spécialisation et à l’initiation à la recherche en abordant la réflexion critique, l’analyse et les questions de  méthodologie.

… vers trois diplômes.

Conformément au système LMD issu des accords de Bologne, l’ESAA délivre un enseignement supérieur conduisant à trois diplômes.

  • Le Diplôme National d’Art (DNA) au niveau II et au grade de la licence, option art /option art /« mention création-instauration » ou « mention conservation-restauration », en fin du premier cycle de 3 ans,
  • Le Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique (DNSEP) au niveau I et au grade du Master II, « mention création-instauration » ou « mention conservation-restauration », en fin de second cycle de 2 ans,
  • Le Diplôme Supérieur de Recherche en Art (DSRA), « mention création-instauration » ou « mention conservation-restauration », en fin de troisième cycle de 3 ans.

SOUTENANCES pour le DNSEP C-R : promotion 2014

Soutenances pour le Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique, option art, mention conservation-restauration, les 10, 11 (mémoire) , 26 et 27 ( oral) Juin 2014.

    Cette année, douze candidat(e)s postulent au DNSEP / option art mention conservation-restauration de biens culturels, en présentant des travaux d’étude, de recherche et de réalisation variés, fidèles aux orientations identitaires du cursus de l’ESAA, qui privilégient les champs de l’art contemporain et des objets ethnographiques.

   Depuis les ready-made de Marcel Duchamp, l’approche critique de nombreuses productions contemporaines exige qu’une attention soit portée à leurs conditions contextuelles de fonctionnement et d’usage. Les modalités d’activation et d’interaction qui en font partie obligent à en reconsidérer l’ontologie et posent à nouveaux frais la question de l’oeuvre. En outre, la valorisation patrimoniale a trop souvent pour effet de dépouiller les artefacts qui en sont l’objet de leur dimension culturelle variable au profit d’une vision exclusive.

Cette donne oblige le conservateur-restaurateur à se tourner vers des disciplines et des champs de recherche spécifiques, au croisement des sciences sociales et de la conservation-restauration. Au delà de la seule considération matérielle d’un artefact patrimonialisé et/ou muséalisé, le caractère prospectif du travail mené en M2 C-R à l’ESAA, consiste résolument en une analyse de ses conditions de fonctionnalités originelles, transitoires, actuelles et futures, associée à une description de propriétés dans un contexte d’action et de compréhension donné permettant d’en concevoir l’identité et l’existence. 

  Comment la conservation-restauration parvient-elle à éviter l’écueil de la réification en proposant des solutions adossées à une expérience des biens culturels de nature à la fois plus cognitive et pragmatique ? Les travaux réalisés cette année donnent à cette question toute sa portée; ils lui apportent également et diversement une contribution appréciable.  

 Caroline SALQUE et Eva BIENVENU ont abordé les enjeux de la conservation-restauration de créations vestimentaires appartenant à des collections publiques et privées, sans se limiter à la seule considération de leurs matérialité et technicité, en intégrant à la réflexion critique leur relation au corps désormais absent.

 C’est aux questions que posent la re-création et la maintenance d’une oeuvre historique du Land art, qu’Amélie LORENZI a voulu répondre dans le contexte particulier d’un campus universitaire d’Avignon.

 Après un stage déterminant au Museum d’histoire naturelle, Cassandre DASSONNEVILLE s’est penchée sur les problèmes de types différents posés par la conservation d’une oeuvre d’art contemporain dont les éléments principaux sont constitués de naturalia à la fois collectés et produits par l’artiste.

 L’incidence, pour un musée public, de la conservation-restauration de trois figures animales en mortier de ciment polychrome, résiduelles d’un éden chimérique d’art brut en extérieur aujourd’hui dispersé, fut au centre  du questionnement de Mélanie PAUL-HAZARD.

• Agathe REVERT a dû se plonger dans le domaine de l’automobile afin de proposer des traitements à l’endroit d’ une production technologique artialisée.

 Le destin d’une peinture murale contemporaine relevant du street art, objet à la fois de dégradations et d’intrusions graphiques, a servi de point de départ au travail mené par Lucile MATTHEY en vue de suggestions conservatoires.

 Mylène BONNARDEL, Héléna BÜLOW et Thiphaine VIALLE se sont préoccupées d’oeuvres d’art contemporain constituées de dispositifs d’éléments matériels hétéroclites posant des problèmes de fonctionnement à la fois technique, sémantique et artistique.

 À partir seulement d’une sélection de ses composants, Rémy GEINDREAU s’est intéressé à l’indétermination esthétique et au devenir d’un instrument scientifique monumental désuet, pour envisager les conditions de sa réception par un public élargi.

 Enfin, Laura GIRAUD s’est très courageusement confrontée au problème ingrat de la conservation d’une production confidentielle de poésie sonore initialement communiquée par voie postale, dans une perspective de diffusion patrimoniale vers le plus grand nombre.

 Defense for DNSEP option art, mention conservation : 2014 candidates.

There are twelve candidates for obtaining this year the DNSEP / mention conservation of cultural property, presenting varied works of study, research and production, in accordance with the ESAA training cursus identity and its special attention to the fields of contemporary art and ethnographic objects.

Since Marcel Duchamp and his readymades, the critical approach of many contemporary productions requires to pay attention to their contextual conditions of functioning and use. The various ways of activation and interaction that are involved in these conditions lead to reconceive their ontology and the very question of the “artwork” as such. In addition, the cultural property valuing has the effect of depriving the artifacts that are concerned of their variable cultural dimension in favor of an exclusive vision.

This situation obliges the conservator to take into account the necessary contribution of special fields of inquiry at the cross road of social sciences and conservation. Beyond the only material consideration of an Heritage artifact, the prospective nature of the work carried out in M2 opens onto an investigation of the conditions of its original, transitory, actual and future features, as they participate of its identity and its existence.

How to avoid the pitfalls of reification by providing solutions in relation with an experience of the cultural property both more cognitive and pragmatic ? The works of this year give to such a question its full scope by giving it a meaningful contribution.

 Caroline SALQUE and Eva BIENVENU address the issues of conservation- restoration with dress creations belonging to public and private collections, beyond their materiality and technicality, and in incorporating their relation to body, so oft unfortunately absent in critical thinking.

The questions posed by the re-creation and maintenance of a historical work of land art are at the center of Amélie LORENZI’s research and her approach of a Nancy Holt’s work in a particular universitary campus Avignon context.

 After a determinant internship in Museum of Natural History, Cassandre DASSONNEVILLE focuses on the problems posed by different types of retaining a contemporary work of art whose main elements are both naturalia produced by the artist and collected.

 The impact of conservation for a public museum, of  three animals in polychrome cement mortar , issued of an outdoor chimerical eden  belonging to art brut and now scattered, is at the center of Melanie PAUL HAZARD’s investigation.

 Agathe REVERT was obliged to delve into the field of automobile to provide treatment for an artistical technological production.

 The fate of a contemporary mural belonging to the street art, undergoing of both premature degradations and graphical intrusions, served as a starting point to Lucile MATTHEY’s precautionary suggestions-oriented work .

Mylène BONNARDEL, Helena BÜLOW and Thiphaine VIALLE were concerned with contemporary art consisting in various devices composed of heterogeneous hardware, related to both technical, semantic and artistic operational problems.

 From only a selection of its components , Rémy GEINDREAU became interested in the aesthetic and future indeterminacy an obsolete monumental scientific instrument in order to consider the conditions of its reception from a wider audience.

Finally, Laura GIRAUD has courageously faced the ungrateful problem of conservation of a limited production of sound poetry originally shared by postal means, from the perspective of diffusion to a larger public.

ESAA / J-P. Cometti & M. Maire / 04.2014

De gauche à droite et de haut en bas : Laura Giraud, Eva Bienvenu, Cassandre Dassonneville, Lucile Matthey, Amélie Lorenzi, Mylène Bonnardel, Héléna Bülow, Caroline Salque, Mélanie Paul-Hazard, Tiphaine Vialle, Agathe Revert, Rémy Geindreau
De gauche à droite et de haut en bas : Laura Giraud, Eva Bienvenu, Cassandre Dassonneville, Lucile Matthey, Amélie Lorenzi, Mylène Bonnardel, Héléna Bülow, Caroline Salque, Mélanie Paul-Hazard, Tiphaine Vialle, Agathe Revert, Rémy Geindreau