Archives par mot-clé : restitution

Restitutions de biens culturels africains à leurs pays d’origine (suite)

Dans un billet paru en Septembre 2016, nous écrivions à raison « La liste s’allonge au fur et à mesure que des pays redécouvrent leur patrimoine et font de lui un critère de leur essor. Il semble que la demande de restitutions d’objets culturels à leur pays d’origine aille grandissante. […] ». Par contre nous supposions un peu vite qu’ « … il n’est pas certain par exemple, que le gouvernement sénégalais ne tenant pas à raviver  le souvenir de la sécession en Casamance, réclame de sitôt les restes du roi des Flup de Casamance, Sihalébé Diatta,  capturé puis emprisonné à Sédhiou par les français, et mort en détention après une grève de la faim  en 1903 ». [« Le transfert de Sihalébé fut pour les Flup un acte sacrilège d’une gravité exceptionnelle que l’administrateur supérieur ne soupçonna pas. Le roi, personnage religieux et sacré, ne pouvait selon la coutume abandonner son territoire. Il était l’intermédiaire vivant et indispensable entre les forces invisibles et ses sujets qui ne l’avaient jamais vu ni boire, ni manger. Incarcéré avec plusieurs d’entre eux à Séju, il se laissa mourir de faim, devant ses gardiens stupéfaits » (Roche, p. 282) ]

Chronique de demandes de restitution – épisode 1

Dans la réserve des crânes.
Réserve des crânes . Crédits Musée de l’Homme / Paris.

Car en décembre 2011, le président de la République Abdoulaye Wade avait  demandé au gouvernement sénégalais de constituer une première commission à même « de se rapprocher des autorités coutumières et religieuses de la Basse–Casamance (extrême sud –ouest du Sénégal) notamment, le roi d’Oussouye et les autorités de Cabrousse, afin de solliciter leur avis sur le bien-fondé du rapatriement les restes  d’Aline Sitoé Diatta (1920-1944), surnommée aussi « la Jeanne d’Arc africaine », jeune résistante enlevée puis déportée à Tombouctou au Mali où elle est décédée et enterrée ‘dans un modeste cimetière. En cas d’avis défavorable à son rapatriement – le président de la République ayant déjà obtenu l’accord du président du Mali pour un éventuel retour  des restes d’Aline Sitoé Diatta – , avait  indiqué que  » le Sénégal demanderait alors au Mali une concession afin d’ y édifier un symbole digne du rang de notre héroïne nationale’’. Tout en prétendant « avoir déjà entrepris des démarches en ce sens avec les plus hautes autorités françaises’’, le président Wade avait sollicité la mise en place d’une deuxième commission chargée d’obtenir le retour en provenance du Musée de l’Homme à Paris, du corps du roi casamançais Sihalébé Diatta déporté par les colons à Sédhiou où il mourut par inanition. Aujourd’hui l’initiative de la réclamation de restitution émanant d’un responsable politique casamançais anti-indépendantiste et chantre de la paix, pourrait bien forcer la main au chef de l’Etat Macky Sall.

Peu auparavant en Octobre 2011, enfin et déjà,  plusieurs milliers de namibiens dont le Premier ministre avaient accueilli très émus à l’aéroport de Windhoek, les crânes de guerriers hereros et namas massacrés en 1904 (Collectif, 2017), rapatriés d’Allemagne après plus d’un siècle. Leurs cercueils furent exposés dans les jardins du parlement pour un dernier hommage de la population avant leur transfert au Carré des héros pour une cérémonie officielle en présence du président namibien Hifikepunye Pohamba. Ces crânes font partie de quelque 300 têtes exportées à des fins « scientifiques » (Maire, pp. 611-612)  par l’Allemagne après l’extermination d’indigènes namibiens soulevés en 1904 contre les colons allemands en Afrique du Sud-Ouest contrôlée par Berlin de 1884 à 1915.

Image associée
Survivants hereros, autour de 1907.

En 2004, lors d’une commémoration en Namibie du centenaire, la ministre allemande de la Coopération Heidemarie Wieczorek-Zeul n’avait pas hésité à déclarer que les atrocités commises « seraient désormais appelées génocide ». Cette abomination est effectivement considérée par beaucoup d’historiens comme le premier génocide du XXe siècle, estimant que  sur 80.000 hereros vivant alors dans la région,  seulement 15.000 survécurent (Gewald, 2004). Ces exactions ne sont pas isolées au tournant du XIXe siècle où les colonisateurs font toujours preuve de violences exacerbées. Des répressions sanglantes sont encore menées par les Français à Madagascar,  par les Belges au Congo, et par les Britanniques à l’encontre des Zoulous en Afrique du Sud .

Toujours en 2011, l’anthropologue et historien Farid Belkadi avait retrouvé la trace des crânes des insurgés algériens, massacrés par l’armée française en 1849 à l’issue de la célèbre bataille de l’oasis de Zaatcha. Le combat opposa ses habitants à un corps expéditionnaire aux ordres du général Herbillon. Il se solda par une extermination et d’insoutenables atrocités notamment sur les femmes et les enfants. Condamnés à mort, les chefs de la résistance, furent décapités et  leurs têtes exhibées à titre d’exemple :  « … pour qu’il ne restât aucun doute aux Arabes sur le sort justement mérité des principaux fauteurs de l’insurrection, leurs têtes furent exposées dans le camp de M. le général Herbillon » (Le Moniteur algérien, édition du 30 novembre 1849). Les têtes furent collectionnées d’abord par des « amateurs »,  avant de rejoindre les réserves du Musée de l’Homme à Paris. Les crânes y sont encore conservés aujourd’hui, eux-aussi, rangés à l’intérieur de boîtes numérotées. Farid Belkadi avait  décidé à l’époque d’alerter les pouvoirs publics algériens et de lancer une pétition demandant la restitution de ces têtes , dont celles des chefs de l’insurrection des Zibans inventoriées dans les registres du musée : Bou Amar Ben Kedida, crâne n° 5943  Boubaghla, crâne n° 5940. Mokhtar Al Titraoui, crâne n° 5944. Cheikh Bouziane, crâne n° 5941. Si Moussa Al Darkaoui, crâne n° 5942. Aïssa Al Hamadi, lieutenant de Boubaghla, tête momifiée n° 5939. Ses deux démarches avaient finalement fait chou blanc, la pétition étant restée lettre morte  et les autorités algériennes, muettes.

Résultat de recherche d'images pour "Ataï"
Masque mortuaire du chef Ataï exposition « Kanak, l’art est une parole » du Musée du Quai Branly ,14 .10.13 – 26.01.14 © Cécile Baquey

Les accords dits de Matignon du 26 juin 1988 signés par les représentants Kanak et caldoche, stipulaient dans leur préambule, que la tête du grand chef Ataï devait être restituée aux Kanaks.Tranchée à coups de hache, puis volée  et vendue, cette tête fantomatique hante les relations entre Paris et Nouméa depuis plus d’un siècle. Ataï avait fomenté l’insurrection kanak de 1878, où des dizaines de colons et de Mélanésiens trouvèrent la mort. Le premier ministre, Michel Rocard, l’a fait rechercher, vainement. Depuis que son masque mortuaire fut exhibé lors de l’Exposition universelle de Paris en 1889, plus de trace. pourtant l’image d’Ataï reste vivace dans les esprits et constitue depuis 1968, un symbole de l’indépendance et de la résistance kanak. De nombreuses pétitions demandant le rapatriement sur sa terre natale de la tête du héros néo-calédonien,  n’y suffiront pas non plus. Jusqu’à ce jour de 2011, où un anthropologue confie discrètement à l’écrivain Didier Daeninckx, auteur du roman d’anticipation Le Retour d’Ataï, la présence du crâne d’Ataï officiellement égaré, dans les réserves du Musée de l’Homme, mais transférées au jardin des Plantes pendant ses travaux de rénovation,  « sans jamais avoir été exposé au public ni perdu. En fait, explique Didier Daeninckx, on a cherché  au mauvais endroit; il s’agissait du crâne décharné d’Ataï, pas de sa tête« . En réalité, les autorités se sont longtemps retranchée derrière le fait qu’elle n’avaient pas reçu de demande officielle, en bonne et due forme. En outre le crâne n’était pas précisément inventorié au Musée de l’Homme. Il appartenait à un ensemble de pièces kanakes non répertoriées de la collection de l’océaniste Paul Broca, laquelle avait été versée impudemment au musée Dupuytren, dédié aux pathologies anatomiques et relevant de l’Université Pierre et Marie Curie.

Chronique de demandes de restitution – épisode 2

Le chef Mindia © DR

Même après que le Musée du quai Branly eut organisé en 2008 un colloque sur les « restes humains » qui conclut à ce qu’ils devaient être considérés comme appartenant aux descendants des disparus, les restes ne furent pas rendus en 2011. La confidence de Michel Van Praët, le directeur du Musée de l’Homme à un journaliste du Monde, est éloquente : « Au départ, les responsables du patrimoine craignaient que la France soit contrainte de restituer toutes les reliques détenues dans ses musées. » Finalement, le 28 août 2014 à Paris, après quelques atermoiements, le Muséum National d’Histoire Naturelle a restitué à leurs descendants, les crânes du chef de guerre Ataï et de son guérisseur, le « Méche », tous deux tués lors de l’insurrection indigène de 1878.

Le 18 mai 2016, pour conjurer l’oubli de la période de la oonquête coloniale – un refoulement partagé sur les deux rives de la Méditerranée -, le journaliste,  écrivain et maître de conférence à l’Université de Cergy-Pontoise  Brahim Senouci, algérien résident en France a lancé  une pétition qui réunit aujourd’hui plus de vingt-cinq mille signataires. Elle réclame à l’État français le rapatriement en Algérie des crânes des résistants algériens,  « afin qu’ils y reçoivent une digne sépulture ! ». Selon une déclaration en Septembre 2016 du porte-parole de  son  ministère  des affaires étrangères, « la France attend la demande officielle de l’Algérie sur ce sujet, qui permet de déclencher ensuite la procédure législative » faisant  référence à la loi n° 2010-501  du 18 mai 2010, visant à autoriser la restitution par la France  des têtes  maories  à la Nouvelle-Zélande et relative à la gestion des collections. Elle stipule la  restitution des  biens culturels à l’étranger, après  que   la commission scientifique  nationale (française) des collections  » 1 ait du  » remettre au Parlement un rapport sur ses orientations en matière de déclassement ou de cession des biens » .

Image associée

Le 15 Avril 2017 à la Maison de la Culture Douta Seck, dans le quartier de la Medina à Dakar, l’historien et conseiller technique du Médiateur de la République, Ibrahima Ama Diémé, a tenu une conférence en souvenir de Kuhito, « de son vrai nom Igna – Silholo Diatta » . Le récit a évoqué  le parcours de l’enfant, de l’adolescente, de la jeune femme , de l’épouse, puis  de la mère et enfin de la reine qu’elle fut jusqu’à sa mort en 1968, à Tendouck, chef-lieu de son royaume. En guise de commentaire, le Secrétaire Général du Mouvement des Forces Démocratiques de la Casamance (MFDC), Abdou Elinkine Diatta, a considéré à l’instar du conférencier que « Kuhito appartenait non seulement à Tendouck, mais aussi au Blouf, à Bignona, à la Casamance, au Sénégal, à l’Afrique. Exactement comme la reine Aline Sitowé Diatta de Cabrousse et le roi Sihalébé Diatta d’Oussouye, entre autres figures de la résistance en Casamance ». « Or, qu’est-ce que c’est qu’honorer nos héroïnes et nos héros, sinon les réclamer ? N’est-ce pas, en l’occurrence, les honorer que de réclamer la restitution à la Casamance – et donc au Sénégal – des restes de la reine Aline Sitowé Diatta portée disparue à Tombouctou, et de ceux du roi Sihalébé Diatta qui trônent en  « bonne place » ( ou plutôt mauvaise) au Musée de l’Homme à Paris sous le numéro 19822 (la reine Kuhito ayant été inhumée à Tendouck avec tous les honneurs qui lui étaient dus) », a renchéri Jean-Marie François Biagui, l’un des leaders historiques de la cause casamançaise et président-fondateur du Mouvement pour le Fédéralisme et la Démocratie Constitutionnels (MFDC-fédéraliste).

Le feuilleton de la réparation sénégalaise bégaie ses équivalents algérien et kanak, tous trois concourant à la restitution d’ossements mortuaires et de leur mémoire coloniale. En exprimant ses regrets à l’égard du peuple namibien et en reconnaissant comme tel le génocide des Namas et des Hereros, l’Allemagne semble s’inscrire dans une continuité de refus de l’élision de sa mémoire et de son histoire les plus sordides. Elle en est d’autant plus capable qu’elle fut déjà contrainte par les Alliés de se confronter à son passé au lendemain de la deuxième guerre mondiale.  En instaurant un « devoir de mémoire » et un sens de la responsabilité politique  tel que l’a défini Karl Jaspers 2(1990), ce pays  est l’un des rares au monde à avoir véritablement accompli un «travail» sur son passé pour mettre un terme à une période de mutisme,  de refoulement, de mauvaise conscience, de frustration et à un processus collectif décrit comme une « incapacité de porter le deuil » (Mitscherlisch, 1972) . En France, ni les plus hautes autorités, ni aucune intelligentsia n’ont  fait une priorité, loin de là, de la sortie de l’impasse où conduit la persistance du hiatus irréductible entre le discours émancipateur universaliste le plus vertueux, clamé à la planète entière, et la barbarie la plus extrême dont on voudrait encore laisser croire qu’elle n’a jamais eu lieu, et qu’on évite de purger en fustigeant la repentance dans le déni d’une certaine part de responsabilité 3; la raison en étant que  les  abominations commises sont incompatibles avec l’image et les valeurs supérieurement « civilisées » de l’homme blanc  ainsi qu’avec le rapport de domination qu’il  persiste à vouloir imposer symboliquement au monde globalisé, et qui justifierait encore une « présence conseillère » ou une « influence bienveillante » française dans son ancien pré-carré colonial 4. Hélas, même s’il va dans le bon sens, on peut néanmoins douter que l’événement officiel qui suit, représente une étape liminaire dans la mise en oeuvre d’une véritable politique réparatrice.

Image associée
De g. à d., Ousmane Badji et son petit frère Daouda Faye Badji qui ont combattu cinq ans ensemble pour la France en Algérie © Christophe Petit Tesson, AFP

De tous les « tirailleurs sénégalais » 5 qui furent plus de deux cent mille lors de la première guerre mondiale, cent cinquante mille pour la seconde, soixante mille en Algérie et Indochine, seuls vingt-huit nés entre 1927 et 1939 et restés vivre en France pour pouvoir faire vivre leur famille, seuls vingt huit ont très récemment recouvré  la nationalité français 6, perdue en 1960 à l’indépendance des colonies . Après qu’une pétition ait abouti en recueillant quelques soixante trois mille signatures, ils sont redevenus français avant quelques dizaines de bénéficiaires potentiels encore « en reconnaissance de l’engagement et du courage des tirailleurs sénégalais issus de l’Afrique subsaharienne, qui ont combattu pour la France dans les différentes opérations militaires entre 1857 et 1960 ».

Sous une pression multiple exponentielle, et enjoint par l’exemple de son voisin et partenaire européen privilégié, on voit mal comment l’Etat français pourrait se soustraire à son devoir de réparation et ne pas mettre fin au séquestre de ces reliquats mortuaires au Musée [des restes] de l’Homme. Il semble que les derniers présidents de la république française, mieux que la restitution  à la requête d’un homologue, pratiquent la transmission de la patate chaude à leur successeur. Tandis qu’une bonne part de la classe politique française, très exhortative ces temps-ci à la recouvrance d’une fierté nationale et d’une grandeur française perdues, est moins prompte à vouloir exhumer les pages noires de son histoire mises sous le boisseau, qu’à ergoter sur la qualification de « crime contre l’humanité » à propos  de la colonisation.

______________Notes__________________________________________________________

1 Article L115-2, créé par LOI n°2010-501 du 18 mai 2010 – art. 2 La commission scientifique nationale des collections comprend un député et un sénateur nommés par  leur  assemblée  respective,  des  représentants  de l’Etat  et  des collectivités territoriales,  des professionnels  de  la  conservation  des  biens concernés et des personnalités qualifiées. Un décret en Conseil d’Etat précise sa composition et fixe ses modalités de fonctionnement.

2 En 1946, Karl Jaspers a distingué quatre modalités de la culpabilité. La culpabilité criminelle ou juridique, la culpabilité morale, la culpabilité métaphysique et la culpabilité politique. Dans ce dernier type, le citoyen appartenant à un Etat doit assumer les actes accomplis par cet Etat. Selon le philosophe, chaque individu porte une part de responsabilité dans la manière dont l’Etat est gouverné.

3 Pour preuve, et après les conclusions de la mission d’information parlementaire (Enquête sur la tragédie rwandaise (1990-1994), Rapport d’information n°1271, 1998) sur le Rwanda chargée d’évaluer l’implication de l’Etat français, son incapacité  à assumer au moins une part de responsabilité malgré les nombreux faits et témoignages récoltés. (cf.bibliographie et  http://www.liberation.fr/planete/2012/01/11/les-dix-huit-ans-d-intoxication-d-une-enquete-a-sens-unique_787472)

4 Souvenons nous du discours de Dakar du président Sarkozy prononcé le 26 Juillet 2007, dont l’indignité restera dans les annales .

5 La dénomination « tirailleurs sénégalais » correspond aux premiers régiments d’incorporés au Sénégal, mais les militaires portant  le célèbre chéchia rouge étaient en fait originaires de toutes les colonies françaises, de l’Afrique occidentale et centrale jusqu’à Madagascar.

6 La cérémonie de naturalisation présidée par François Hollande, s’est déroulée le 15 Avril au palais de l’Elysée.

______________Bibliographie__________________________________________________

Collectif, « Le premier génocide du XXe siècle. Herero et Nama dans le Sud-Ouest africain allemand, 1904-1908 » exposition au Mémorial de la Shoah à Paris, du 25 novembre 2016 au 12 mars 2017

DAENINCKX, D., Le retour d’Ataï, Gallimard, Paris, 2001

DESFORGES A., Aucun témoin ne doit survivre, Le génocide au Rwanda, HRW / FIDH, Karthala, 1999

GEWALD, J. B., « The Herero and Nama Genocides, 1904-1908 », in Encyclopedia  of Genocides ans Crimes Against Humanity, New York ,Mac Millan Reference vol.1 [A-H], 2004

GOUTEUX J.-P., La nuit rwandaise. L’implication française dans le dernier génocide du siècle, L’esprit frappeur, 2002

GRANER F., Le sabre et la machette,Tribord, 2014

JASPERS, K., La culpabilité allemande, Paris, Ed. de Minuit, 1990

LA PRADELLE (de) G., Imprescriptible, l’implication française dans le génocide tutsi portée devant les tribunaux, Les Arènes, 2005

MAIRE, M.,  » La Passion, noire et animiste, selon Brett Bailey. Une expérience et une re-connaissance critique d’Exhibit B « , Cahiers d’Etudes Africaines, n°223, 2016/3 , pp. 607-636

MELVERN L., Complicités de génocide. Comment le monde a trahi le Rwanda, Karthala, 2010

MITSCHERLISCH, A. et M., Le Deuil impossible: les fondements du comportement collectif, Paris, Payot, 1972

MOREL J., La France au coeur du génocide des Tutsi, L’esprit frappeur, 2010

ROCHE, C., Histoire de la Casamance. Conquête et résistance : 1850-1920, Paris, Karthala, 1985, p. 282

SAINT-EXUPERY (de) P., Complices de l’inavouable. La France au Rwanda, Les Arènes, 2009

VERSCHAVE F.-X., Complicité de génocide? La politique de la France au Rwanda , La Découverte, 1994

VERSCHAVE F.-X. et CORET L. (dir.), L’horreur qui nous prend au visage. L’Etat français et le génocide au Rwanda. Rapport de la CEC , Karthala, 2005

.

 


.

 

 

Quel devenir pour le moulage du corps de la Vénus Hottentote ?

Tracey Rose, Vénus Baartman, 2001

En juillet 1994, une demande de restitution des restes de la dépouille de Saartjie (ou Sarah) Baartman dit la Vénus Hottentote est formulée à François Miterrand lors de sa visite officielle en Afrique du Sud reçue alors par Nelson Mandela. Puis elle est discutée une seconde fois en janvier 1996, au cours d’un entretien du docteur Ngubane, alors ministre sud-africain des arts, de la culture, de la science et de la technologie avec Jacques Godfrain, le ministre français de la coopération, lui aussi  en visite officielle en Afrique du Sud. A la suite de cette entrevue, une mission d’étude pour l’examen de la possibilité d’une restitution et pour la détermination de ses modalités est  confiée à deux experts, l’un français, l’autre sud-africain: Henri de Lumley, directeur du laboratoire de préhistoire du Muséum national d’Histoire naturelle et  Philip Tobias, professeur au département des sciences anatomiques à l’université de Witwatersrand à Johanesburg. Rien ne se passe jusqu’à la réitération de la demande par un courrier du 6 octobre 2000  de Madame Skeweyiya, ambassadrice de la République d’Afrique du Sud auprès du Secrétaire général du Quai d’Orsay, à la suite du précédent créé par la restitution de la momie « El Negro » au gouvernement du Botswana par les autorités espagnoles et afin d’accélérer la procédure qui a rencontré des obstacles en France, notamment chez les conservateurs de musée.

La procédure diplomatique de restitution traînant en longueur, la demande est alors relayée par  l’intervention d’un sénateur, en l’occurrence docteur en médecine, Nicolas About, après qu’il fut saisi par son homologue sud-africain à double titre, le docteur Audrey Van Zyl, parlementaire sud-africain. Le 6 novembre 2001 au Sénat, Nicolas About interpelle à ce sujet , le secrétaire d’état au patrimoine et à la décentralisation culturelle, Michel Duffour. Dans la foulée, le 4 décembre 2001, Nicolas About dépose au Sénat une proposition de loi ainsi libellée : « Par dérogation à l’article L.52 du Code du domaine de l’Etat, il est procédé à la restitution par la France de la dépouille mortelle de Saartjie Baartman, dite « Vénus hottentote » à l’Afrique du Sud » . Après moult tergiversations, la proposition de loi est adoptée par le Sénat le 29 janvier 2002, un texte de loi transmis à l’Assemblée nationale le 30 janvier, adopté définitivement le 21 février et promulgué le 6 mars (JO du 7 mars 2002), décidant de la restitution officielle par la France de la dépouille de Saartjie Baartman à l’Afrique du Sud.

Après qu’il fut évoqué un temps « l’hypothèse de funérailles nationales », le 9 mai 2002 jour de la journée nationale de la femme en Afrique du Sud,  la cérémonie a finalement lieu près du village de Hankey (Eastern Cape), conformément aux rites en vigueur dans sa communauté et à ceux de l’Église du Christ de Manchester (la jeune femme avait été baptisée dès son arrivée sur le sol anglais). La dépouille de la « Vénus hottentote » est partiellement incinérée, puis inhumée en présence des représentants de la communauté khoïsan, de ministres et du Président de la République d’Afrique du Sud, Thabo Mbeki.

Les pièces anatomiques reliées à la  « Vénus hottentote »  qui fut présentée au public sans discontinuation durant cent cinquante huit années, de 1816 à 1974, étaient constituées de son squelette, de ses viscères (NB: le cerveau en fait partie), de ses organes génitaux*, d’un moulage anatomique en plâtre et d’un portrait réalisé à la peinture à l’huile. Elles ont été d’abord versées tout à fait normalement dans les collections du Muséum National d’Histoire Naturelle à Paris au moment de leur création, avant d’être transférées dans celles du Musée de l’Homme, au moment de sa création en 1937.

Sawtche-hollywood-sur-seine-beyonce-et-la-venus-hottentote

tmp_2b0f85332e356b2f350e7d5166a41a4a
Paul Gauguin « Tehura », entre 1891 et 1893 masque en bois de pua polychrome H. 0.222 ; L. 0.078 ; P. 0.126 © Musée d’Orsay

Ce sont le squelette et le moulage qui étaient présentés au public, d’abord  dans une salle d’anatomie comparée du Muséum National d’Histoire Naturelle, puis dans la galerie d’anthropologie physique au musée d’ethnographie du palais du Trocadéro jusqu’en 1974. Les bocaux n’étant accessibles à des scientifiques que sur autorisation expresse du directeur d’établissement. Après cette date et là encore sur décision du directeur de l’établissement, le moulage fut mis en réserves et ne fut exposé que temporairement dans la salle de préhistoire, « à la demande du public », puis remisé une seconde fois dans les réserves du musée à compter de 1976. Mais en 1994,  dans le cadre d’une exposition temporaire « La sculpture ethnographique : de la Vénus hottentote à la Tehura de Gauguin », le moulage fut à nouveau présenté au Musée d’Orsay du 16 Mars au 12 Juin, à la demande de sa directrice Françoise Cachin, ainsi qu’ à Arles au Museon Arlaten du 5 Juillet au 4 Septembre. Ce furent les dernières présentations au public du moulage du corps de la Vénus hottentote. Car c’est en 1994 que fut formulée la première demande de restitution de la dépouille de Saartjie Baartman …

La conférence Griqua qui avait réclamé le retour des restes de Saartjie (Sarah) Baartman sur sa terre natale, aux fins de funérailles et de crémation, n’a pas émis la demande de récupérer ce moulage ni les dessins ou peintures la représentant. Elle n’a pas non plus  exigé que ces objets soient détruits. Alors que vont-ils devenir ? Ont-ils conservés leur inaliénabilité aux yeux de la loi ? Où sont-ils remisés et à quel titre ?

_______________________

* GOULD, Stephen Jay, Le Sourire du Flamand Rose : Réflexions sur l’Histoire Naturelle, Paris : Seuil, 1985, p.267. Lors d’une visite des caves du Musée de l’Homme à Paris, Stephen Jay Gould , professeur de biologie, géologie et histoire des sciences à l’université de Harvard,  fait une découverte macabre. « Ces étagères contiennent un bric-à-brac indescriptible : des têtes coupées de Nouvelle-Calédonie, un exemple de ce que l’on faisait subir aux pieds des femmes chinoises — oui, vous avez bien lu, un morceau de jambe, sectionnée juste au-dessous du genou, et se terminant par un pied bandé. Et, sur l’étagère qui surplombait celle des cerveaux, je vis quelques-unes des pièces à conviction de l’histoire du racisme qui me plongèrent dans le bain de la mentalité du XIXe siècle et me procurèrent un frisson d’horreur : trois bocaux de plus petite taille contenant les organes sexuels disséqués de trois femmes du Tiers-monde. L’un des trois bocaux portait une étiquette avec la mention « Vénus Hottentote »

Bibliographie

Restitutions de biens culturels africains à leurs pays d’origine.

Une première historique: un pays d’Afrique subsaharienne, le Bénin ancien Dahomey a demandé le 27 juillet dernier à la France, la restitution des objets d’art pillés pendant la colonisation, par un communiqué du porte-parole de la présidence: « Le ministre de la culture et du tourisme a engagé des négociations avec les autorités françaises et l’Unesco pour le retour au Bénin de ces biens culturels ». C’est le Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN), militant notamment pour la réparation des crimes liés à l’esclavage et à la colonisation dont la restitution est l’une des formes, qui a encouragé et soutient le gouvernement béninois sur cette voie.

tin
Louis-Georges TIN, président du CRAN

Selon Aminata Traoré, ancienne ministre de la culture du Mali, 95 % du patrimoine culturel matériel africain n’est plus en Afrique. Plusieurs milliers de ces objets volés ou pillés sur le territoire béninois à partir de 1892  sont aujourd’hui conservées au Musée du Quai Branly et dans d’autres musées, après qu’ils aient été ramenés comme trophées  puis légués par différents propriétaires dans le cadre de donations ou dations. Les pièces maîtresses de ces trésors, visibles au Musée du Quai Branly, sont des statues anthropomorphes des derniers rois d’Abomey, une dynastie qui a régné au Bénin jusqu’à la fin du XIXe siècle dans ce qu’on appelait alors le royaume du Dahomey. « D’autres objets d’une très grande valeur patrimoniale, plusieurs « récades » (sceptres royaux), des trônes, ou encore les portes sacrées du palais d’Abomey, ont été pillées par le général Dodds et ses troupes, qui ont conquis le pays entre 1892 et 1894 », précise Louis-Georges Trin.

Cette demande d’état à état pose le problème de la mémoire coloniale, des biens mal acquis, de leur réparation et même de la continuité de la Françafrique. Aucune réglementation internationale n’oblige la France à donner suite à cette demande, et la loi française interdit toute cession des biens muséaux publics du fait de l’ inaliénabilité des collections françaises, sauf à passer par une procédure légale de déclassement engagée par un vote de l’Assemblée Nationale. Dans un passé relativement récent, il y eut des précédents : en 2012, des têtes maories à la Nouvelle Zélande et les  restes de la Vénus hottentote à l’Afrique du Sud, en 2014 les crânes du chef insurgé kanak Ataï et de son guérisseur aux clans de l’aire coutumière concernée (Xaracuu), des manuscrits à la Corée du Sud.  Mais il n’est pas certain par exemple, que le gouvernement sénégalais ne tenant pas à raviver  le souvenir de la sécession en Casamance, réclame de sitôt les restes du roi des Flup de Casamance, Sihalébé Diatta,  capturé puis emprisonné à Sédhiou par les français, et mort en détention après une grève de la faim  en 1903. [« Le transfert de Sihalébé fut pour les Flup un acte sacrilège d’une gravité exceptionnelle que l’administrateur supérieur ne soupçonna pas. Le roi, personnage religieux et sacré, ne pouvait selon la coutume abandonner son territoire. Il était l’intermédiaire vivant et indispensable entre les forces invisibles et ses sujets qui ne l’avaient jamais vu ni boire, ni manger. Incarcéré avec plusieurs d’entre eux à Séju, il se laissa mourir de faim, devant ses gardiens stupéfaits » (Christian Roche, Histoire de la Casamance. Conquête et résistance : 1850-1920, Paris, Karthala, 1985, p. 282.)]

«Nous avons senti une évolution de l’Élysée, qui se montre désormais plus ouvert sur ces questions de restitutions et de réparations post coloniales », confie Louis-Georges Tin, en se basant hollsur l’annonce faite par le président de la république le 10 mai dernier, lors de la journée de commémoration de l’esclavage, de la création d’un musée de l’esclavage et d’une fondation pour la mémoire de l’esclavage. «Les jeunes Béninois doivent pouvoir admirer ces pièces chez eux, elles sont les témoins de leur riche passé, elles ont un rôle à jouer sur le plan mémoriel. C’est un peu comme si des œuvres fondamentales du patrimoine français étaient exposées à Berlin», clame  Louis-Georges Tin pour qui ces objets n’ont plus rien à faire au sein d’un musée parisien.

.Aujourd’hui, de plus en plus de  pays spoliés réclament leurs trésors. On sait que la Grèce réclame les fresques du Parthénon au British Museum ou encore la Venus de Milo au Louvre. L’Egypte quant à elle, réclame la pierre de Rosette au British Museum (L’Egypte réclame le retour de la pierre de Rosette, Libération, décembre 2009 ), des fragments de fresques pharaoniques au Louvre ainsi que le buste de Nefertiti au Neues Museum de Berlin (L’Egypte réclame la restitution du buste de Néfertiti, Le Point, janvier 2011). Les pays émergents eux-aussi sont de plus en plus virulents pour récupérer des biens culturels qu’ils estiment leur revenir. La Chine tente de récupérer des manuscrits volés et des pièces de musée dispersées dans le monde entier. Le Nigeria a sollicité le British Museum. Le Pérou veut récupérer des oeuvres provenant de la cité inca de Machu Pichu, etc.. La liste s’allonge au fur et à mesure que des pays redécouvrent leur patrimoine et font de lui un critère de leur essor. Il semble que la demande de restitutions d’objets culturels à leur pays d’origine aille grandissante.

Appel pour la restitution des biens mal acquis du musée du Quai Branly, pillés pendant la colonisation,

par Nicephore Soglo (Ancien président du Benin)  & Louis-Georges Tin (président du CRAN).

En 1894, se trouvant face à ses derniers fidèles, le roi Béhanzin leur fit ses adieux en ces termes bouleversants :
« Et déjà ma voix éplorée n’éveille plus d’écho. Où sont maintenant les ardentes Amazones qu’enflammait une sainte colère ? (…) Qui chantera leurs splendides sacrifices ? Qui dira leur générosité ? Non ! A mon destin je ne tournerai plus le dos. Je ferai face et je marcherai. »

Vaincu par les armées coloniales, Béhanzin, roi d’Abomey, fut ensuite déporté en Martinique, puis à Blida, où il mourut, solitaire, le 10 décembre 1906. Les trésors de son palais furent pillés et mis à sac par les soldats français.
En ce 10 décembre 2013 (date anniversaire de la mort de Béhanzin et journée internationale des droits de l’Homme), nous ne voulons pas seulement rendre hommage au roi Béhanzin. Nous souhaitons que les trésors d’Abomey soient rendus à la famille royale et au peuple béninois auxquels ils appartiennent légitimement : au musée du Quai Branly se trouvent les récades royales, le trône de Glélé, les portes sacrées du palais et plusieurs autres objets de grande valeur issus du pillage de 1894. Tous ces biens mal acquis doivent retourner dans leur pays d’origine, où se trouve leur place véritable.

Le 18 novembre 2005, déjà, une députée française avait saisi le premier ministre à ce sujet en lui adressant une question écrite :
Gbéhanzin, roi du Dahomey a lutté farouchement pour préserver l’indépendance et l’intégrité territoriale du Dahomey. Malgré sa glorieuse résistance face aux troupes françaises pour s’opposer aux conquêtes coloniales, il a dû signer sa reddition le 25 janvier 1894. L’Unesco, au sein de laquelle la France occupe une place de choix, postule qu’il appartient à chaque État de gérer son propre patrimoine culturel et historique. Le peuple du Bénin très attaché à sa culture ne comprendrait pas un refus de la France à restituer les traces de son histoire glorieuse. Les liens qui unissent le Bénin à la France militent pour la restitution de ces oeuvres d’art.

Malheureusement, cette demande est jusqu’ici restée lettre morte. Cette députée s’appelait… Christiane Taubira. Et peut-être pourrons bénéficier  du soutien de celle qui est désormais ministre de la justice. Il faudrait de fait que le ministère de la culture et le ministère de l’enseignement supérieur (qui ont la tutelle sur le musée du Quai Branly) organisent cette restitution, tout à fait possible légalement. C’est ainsi, par exemple, que le sceau du dey d’Alger, saisi par l’armée coloniale française en 1830, fut restitué à l’Algérie  en 2003.

Mais au-delà des trésors d’Abomey, ce sont de très nombreux autres biens qui, pendant la colonisation, ont été volés, voire pillés, ou à tout le moins acquis dans des conditions très discutables. Ils ont ensuite rempli les collections privées et les musées publics de la France. Dans son Afrique fantôme, il y a longtemps déjà, Michel Leiris a évoqué les violences et les « manipulations » qui ont rendu possibles ces acquisitions souvent douteuses. Ces objets ont une valeur patrimoniale, artistique, culturelle et spirituelle considérables. Refuser toute restitution, ce serait être coupable de recel, ce serait se rendre complice objectivement des méfaits du passé.

Quand nos enfants voient dans ces musées les trésors de l’Afrique dépouillée, ainsi exposés comme des butins de guerre, comment leur expliquer que nos peuples sont amis malgré tout ? Il y a mille et une façons de réparer les crimes du passé colonial. L’une d’entre elles serait de restituer les biens mal acquis de la France. C’est pourquoi nous demandons que les autorités françaises réalisent un inventaire national de tous ces biens, et qu’elles engagent un dialogue constructif avec les pays concernés en vue de leur restitution. La politique du dialogue interculturel ne saurait s’accommoder du pillage interculturel.

Ecouter l’émission de France Culture.