Gaspard Salatko fausse compagnie à l’EsaA.

G. SalatkoPour des raisons non communiquées, Gaspard Salatko a brutalement fait savoir le 15 Juillet dernier par sa démission qu’il mettait un terme à ses  fonctions d’ enseignant en anthropologie sociale à l’Ecole supérieure d’art d’Avignon.

D’abord à mi-temps  après le départ de Jean-Pierre Cometti en Juin   2014, il a exercé ensuite à temps complet à partir de 2017. Dans le sillage du philosophe, en duo pluridisciplinaire avec Marc Maire,   il aura régulièrement contribué à la tenue des séminaires  de Master et, individuellement,  au suivi global de la rédaction des mémoires du diplôme de fin de second cycle avec un entretien de leur qualité certain. Néanmoins et très étonnamment, son “animation” pourtant déclarée du carnet de recherche Semin’R, n’aura donné lieu à aucune production du moindre billet ou article comme pour se garder de toute compromission dans un support de trop faible impact factor.  Cela dit et en fin de compte,  par son positionnement d’anthropologue pragmatiste, il aura contribué à assurer honorablement la continuité  du parti-pris méthodologique de la formation avignonnaise en conservation-restauration, partisane de son émancipation en tant que discipline à part entière. 

Alors comment expliquer un cheminement contrasté et  cette cessation inopinée ?

Dans une situation professionnelle  pérennisée et des conditions de réalisation confortables, Gaspard Salatko en était venu dernièrement et de son propre chef, à professer une “anthropologie appliquée à la conservation-restauration” avec une soudaine ambition d’autorité de surplomb, certainement  du haut de son  doctorat en anthropologie sociale et ethnologie. Ce dessein s’est traduit récemment par des initiatives empressées d’affranchissement sous couvert de sa charge de coordinateur de l’année M2. Pourtant celle-ci ne lui  avait été confiée que par commodité et répartition organisationnelle faute de direction pédagogique. Ces dispositions tant personnelle qu’administrative ne relevaient donc pas du choix concerté  de l’anthropologie sociale comme devant permettre à elle seule une démarche épistémologique et méthodologique en conservation-restauration de biens culturels, selon la formation  d’Avignon,

Aussi, avec une compétence hors-sol en sciences  sociales comme en conservation-restauration — mis à part  le champ du patrimoine catholique — et  trop peu pratique en réseau personnel confiné ,  il se pourrait que l’avenir de cette prétention lui soit apparu fortement  compromis peu après l’arrivée de son nouveau directeur,  Alfredo Vega – Cardenas.  En effet, artiste et conservateur-restaurateur que fut ce dernier et enseignant-chercheur qu’il est toujours,  il demeure réfractaire à  tout assujettissement disciplinaire de la conservation-restauration quand ce rang ne lui est pas encore acquis. Subitement à l’étroit, Gaspard Salatko se serait alors mis en quête d’un nouveau point de chute.

A lire son interminable CV de bénédictin en ligne non sans quelques appropriations léonines,  d’aucuns y avaient vu l’appel du pied permanent à quelque  recrutement académique plus prestigieux que celui de l’EsaA. Plus récemment des signes avant-coureurs  pouvaient présager d’un malaise irrésolu, mais certainement pas d’un litige sans autre issue qu’une dérobade mutique et indigne en de telles circonstances. Quoi qu’il en soit de ces hypothèses ou conjectures, dommage que la situation n’ait pas donné lieu à un souhait de dialogue de sa part avant l’annonce de  son échappatoire  sous le sceau d’un inconcevable catimini: une formule lapidaire de renoncement strictement de rigueur en guise d’une ultime apostrophe aphone.

Mais dans la mission qui est la nôtre, personne n’est irremplaçable afin qu’elle se poursuive toujours au meilleur bénéfice de ses destinataires. Comme après le départ de Jean-Pierre Cometti — annoncé lui en temps utile — la formation en conservation-restauration d’Avignon a sans doute l’occasion de renouveler le gabarit de son enseignement en second cycle,  certes au pied levé, mais déjà avec  la présence très impliquée de Salma Ghezal, docteure en chimie, celle plus ponctuelle d’Alfredo Vega-Cardenas, et des contributions multipliées de séminaristes en prévision.


2 réflexions sur « Gaspard Salatko fausse compagnie à l’EsaA. »

  1. Je regrette vraiment ce billet d’humeur aigre-doux, ce petit coup de dague qui n’appelle pas au débat. Difficile de faire un bilan objectif, à chaud, de l’apport de Gaspard Salatko à l’ESAA, quand l’affect est en jeu de part et d’autre. Je me rappelle de ton enthousiasme et de votre amitié, puis de vos désaccords et accrochages récents. La page est tournée.

    1. Merci pour ce commentaire et la rectification de certains de ses contenus qu’il requiert. Car elle me donne en premier lieu, l’occasion de récuser les zélateurs du politiquement correct et les pourfendeurs de l’opinion qui s’adonnent plus volontiers à la mise à l’index d’une indignité infondée qu’à la critique argumentée à visage découvert. Étrange contradiction de ces vertueux esprits offusqués qui ne réfutent pas la critique d’art même quand elle met cruellement voire odieusement en cause une personne. Olivier Dubois rappelait il y a peu à propos de sa première au Festival 2008, le titre d’un article “Le porc qui danse”.
      Avant d’en appeler un peu vite à la censure de la franchise, sur foi de son indignation ou d’une offuscation sentimentaliste inepte puisqu’au prix de la liberté d’opinion, il faudrait savoir que tout contenu d’un carnet hypotheses comme Semin’R, tombe sous le coup de ses conditions générales d’utilisation. http://www.openedition.org/11937?file=1
      Plutôt que de camper sous l’emprise de l’affect, de l’émotion, peut-être vaudrait-il mieux se rappeler le droit fondamental et constitutionnel à la liberté d’expression et d’opinion dont toute personne jouit en vertu de la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948. Le fait de tolérer et protéger l’expression de propos pouvant heurter autrui, jusqu’aux limites permises par le droit, est une nécessité vivifiante pour une société quand une forme du politiquement correct — “pas de vague, pas de mise en cause”— fait le lit du faux-semblant, du sauvetage des apparences, du simulacre, de l’imposture, du non-dit, du mensonge, et de leur impunité. Hérité d’outre Atlantique, ce politiquement correct retient de dire les choses, de les nommer, en vertu de la gêne ou de l’embarras potentiellement causé à quelqu’un, mais en ouvrant une voie royale à la complaisance, à l’hypocrisie et à l’euphémisme positif.
      Le texte dont il question n’est pas, à proprement parler, un “billet d’humeur”. Il relève d’une tribune (= Organe servant de moyen d’expression à un homme, à un parti, à une tendance / cnrtl). Il n’a jamais eu pour vocation “d’appeler au débat” d’opinion — à la censure encore moins ! –, sans pour autant l’empêcher, ni le droit de réponse du principal intéressé étant lui-même l’un des éditeurs de Semin”R. Il n’y a pas non plus d’intention de “bilan objectif de l’apport de Gaspard Salatko à l’EsaA”, encore moins “à chaud”. Ciselée pour ne jamais se fourvoyer dans la diffamation ou l’atteinte à la dignité, c’est la visée de l’expression franche et sans ambages d’un jugement personnel qui n’implique pas obligatoirement sa justesse. Par définition, une opinion n’est jamais exempte d’affect. Fondée sur des hypothèses ou établie sur des conjectures même à partir de faits avérés, elle n’est que subjective et n’engage que son auteur en lui permettant aussi d’expurger une déception. Quant à un “enthousiasme” , une “amitié” d’abord sans tâche avant “des désaccords et accrochages récents” , ils ne traduisent au fond que le banal revirement d’un attachement non sans quelque frustration prosaïque, de part et d’autre, on peut le supposer, provoquée par son épilogue irrésolu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.