Une maquette de la Tour Eiffel créée au Camp de Gurs, à l’épreuve de son artification.

Une maquette de la Tour Eiffel créée au Camp de Gurs, à l’épreuve de son artification.

Le Camp de Gurs fut un camp d’internement[1], initialement nommé « centre d’accueil[2] », situé dans le Béarn, sur la commune d’Oloron-Sainte-Marie (64). 438 baraques (382 vides pour les réfugiés et 46 pour les troupes de garde) s’étalaient sur 79 hectares. Fonctionnel sans interruption du 5 avril 1939 au 31 décembre 1941[3], il ferma ses portes définitivement le 31 décembre 1945. Près de 60 000 internés de tous âges, de toutes nationalités, de toutes religions et de toutes opinions politiques sont passés à Gurs. Durant la période « espagnole », la principale caractéristique de ce camp était « l’oisiveté forcée[4] ». Même si les conditions d’enfermement concentrationnaire et de « création » semblent incompatibles, les facteurs cités ci-dessus ont généré le contraire.

Le  manque de mobilier et d’ustensiles a certainement été un moteur de la créativité face à l’adversité. C’est pourquoi ont été façonnés des tables, des bouillottes, des cuillères, des générateurs électriques, des petits avions en aluminium et bien d’autres objets. Julian Castegon[5], républicain espagnol, témoigne pour l’Amicale du Camp de Gurs : « On fabrique toute sorte d’objets avec toutes sortes de matériaux : des bagues avec des pièces de deux francs (…) ; des carafes avec des boites de conserve. Les internationaux étaient très forts : ils avaient réalisé une exposition présentant de nombreuses miniatures faites dans un atelier de fonderie, des maquettes de voitures, d’avions, de derricks, etc. ». Lorsque les internés travaillaient sur leurs productions, ils s’évadaient mentalement. En exutoire, la création avait une grande place dans la vie au camp comme Julio Viceña[6], républicain espagnol, le déclare : “Par la suite virent le jour, peu à peu, les fameux baraquements de culture qui jouèrent un grand rôle dans la vie intérieure du camp.(…) Toute cette activité se développera avec des moyens de fortune divers et sans aucune aide de la part des autorités françaises.”

Camp de Gurs - gurs.free.fr
Camp de Gurs – gurs.free.fr
La célébration du 150eme anniversaire de la prise de la Bastille le 14 juillet 1939 est emblématique des principales activités du Camp de Gurs. C’est à l’occasion de cette journée extraordinaire que la Maquette de la Tour Eiffel a été présentée. Elle a été fabriquée par deux républicains espagnols à l’identité inconnue. En août et septembre 1939, les espagnols ont quitté le camp et la maquette est devenue la propriété d’une famille de la région. A-t-elle été offerte ou échangée ? Au fil des années elle s’est altérée notamment lorsqu’ elle a servi de jouet aux enfants de cette famille. Vers les années 2000, la Maquette de la Tour Eiffel, donnée plus tôt à l’Amicale du Camp de Gurs, ainsi que les archives du lieu, ont été confiées au Mémorial de la Shoah (MDLS) à Paris. Faute de moyens financier, elle est conservée au MDLS dans l’attente d’une restauration.
Les deux républicains espagnols et la Maquette de la Tour Eiffel
Les deux républicains espagnols et la Maquette de la Tour Eiffel
Lorsqu’on évoque la “création” en milieu concentrationnaire, certains survivants la qualifie d’ ”inconcevable” : pourquoi perdre son temps, risquer sa vie pour créer ? Aujourd’hui, bien que d’aucuns parmi eux n’y croient toujours pas, nous avons pourtant la preuve formelle qu’il y a bien eu des créations au sein des camps pendant la Seconde Guerre mondiale. Eu égard à leur contexte et conditions de production, peut-on parler d’ “œuvres” à caractère artistique, c’est à dire d’objets dotés de qualités esthétiques ?
En outre, il est important de signaler que ces objets, pris hors de tout contexte, pourraient être considérés comme des objets quelconques, sans intérêt. Or ils ne sont pas le témoignage d’un savoir-faire malgré la pauvreté des matériaux ainsi que les conditions difficiles;  ils ne sont pas faits de matières précieuses et ne permettent pas de connaître une population définie par une identité propre. Mais dès lors que nous les relions aux camps espagnols/nazis/vichystes, d’autres valeurs leur sont conférés. Ces objets ont une présence physique (l’objet lui-même) et témoignent d’une situation historique particulièrement dramatique, transportent sur eux une charge émotionnelle, traduite par les images, les films, les témoignages, etc…
La commémoration est omniprésente dans les lieux traitant de cette époque. Elle s’effectue par le biais d’objets liés à des images, dont l’association constituent aussi des témoignages irréfutables des conditions d’une situation. La notion « d’objet preuve » doit être cernée afin d’évaluer dans quelle mesure les objets créés dans les camps consistent en des preuves, et comment le conservateur-restaurateur doit  intégrer cette fonction ou cette valeur avant d’envisager toute intervention (une preuve est en principe intouchable).
Pour finir, l’un des  problèmes majeurs que posent ce type d’objets est la différenciation entre des traces originelles inhérentes aux conditions et procédé de fabrication , et les altérations postérieures. Dans ce cas, la limite entre les deux est floue. Ces objets sont nés à l’intérieur des camps et y ont survécu pour parvenir jusqu’à nous. Ils sont fortement liés à leurs créateurs de par les conditions difficiles et la pauvreté des moyens, et en donc très marqués. Ils portent des traces de façonnage, des traces d’usage ainsi que des traces d’usure que le conservateur-restaurateur doit tenter de différencier afin de ne pas risquer d’affecter l’intégrité et l’identité de l’objet.
Léa Stroppolo, M2 CR 2014/15, contact: l.stroppolo@gmail.com

[1] Base de donnée ARCHIM (http://www.culture.gouv.fr/): « Les camps d’internement sont apparus dès 1939 afin de regrouper, notamment, les réfugiés étrangers allemands ou de la guerre civile espagnole. »

[2] Decret-loi du 12 novembre 1938

[3] Correspond à la période dite « espagnole » du Camp de Gurs Les internés juifs sont arrivés qu’après l’été 1940 avec le Régime de Vichy profondément antisemite.

[4] LAHARIE Claude. Gurs, l’art derrière les barbelés. Editions Atlantica, Paris, 2008. 168p.

[5] CASTEGON Julian. Basque, républicain et musicien. Témoignage publié dans Gurs, souvenez-vous, bulletin de l’Amicale du camp de Gurs, n° 58 (décembre 1994), p. 8, à l’occasion du décès de son auteur. Témoignage recueilli par Claude Laharie en 1978.

[6] VICEŇA Julio, Un témoignage très complet sur la vie quotidienne au camp de Gurs. Témoignage publié dans Gurs, souvenez-vous, bulletin de l’Amicale du camp de Gurs, n° 22 (juin 1986), p. 5 et 6 ; n° 23 (septembre 1986), p. 4 et 5 ; n° 24 (décembre 1986), p. 9 à 11.

Emmanuelle FAU, M2CR/ESAA 2014-15, contact: bullepelote@hotmail.com

_________________________________________________________________________________________



Citer ce billet
Marc MAIRE (2014, 25 novembre). Une maquette de la Tour Eiffel créée au Camp de Gurs, à l’épreuve de son artification. Semin'R. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tz3j

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.