Conservation-restauration de l’installation “Accords faisandés” d’Anthony Duchêne

Accords faisandés d’Anthony Duchêne, 2012-2013

Contexte de création de l’œuvre
Anthony Duchêne est un artiste marseillais, actuellement résidant à la friche, qui s’intéresse à l’univers des sensations gustatives, olfactives, visuelles, musicales et tactiles. Collaborant avec l’Institut Paul Bocuse, côtoyant de grands cuisiniers et des œnologues, l’artiste part du savoir-faire de la cuisine et explore notre rapport au goût. Hybridations entre la nourriture et la batterie de cuisine, ses objets semblent sortis tout droit d’expériences surréalistes. Anthony Duchêne provoque ainsi des rapprochements et des jeux d’esprit. En octobre 2012, il est invité à une résidence d’un mois chez le chef Marc Meneau dans son établissement de Saint-père sous Vézelay : L’espérance. Plusieurs œuvres naissent des dialogues entre le cuisinier et l’artiste

Les sculptures produites à la suite de cette résidence sont rassemblées sous le titre : Accords faisandés. Il s’agit de 12 objets hybrides à mi chemin entre instruments de musique et instruments culinaires dotés de pattes de volatiles (en référence à certaines marmites à pieds), ou servant de récipients à des cuissons étranges. Chaque objet entretien une analogie entre le domaine musical et la cuisine, tel le piano instrument de musique aussi bien que de cuisson, la vessie de porc évoquant la «cabrette» ou la cornemuse. Tout dans cette installation sème des indices évoquant le son et le goût.

Toute l’œuvre d’Anthony Duchêne présente des relations avec l’univers des sciences. Ici, s’agissant d’un bes- tiaire issu d’hybridations improbables, l’analogie avec le cabinet de curiosités ou la chambre des merveilles de la Renaissance est évidente : curiosités de la nature, chimères aux formes fantastiques. “ce qui m’intéresse, notamment dans la construction des objets, c’est de créer des points de rencontre entre des formes et des matériaux ou matières qui, à la base, n’ont rien à voir ensemble, un peu comme des dialogues incohérents qui dissimulent des perspectives secrètes mais finalement bien précises… Si l’ancien voisine avec le contemporain c’est pour amplifier “l’aberration” et probablement une volonté de mieux tromper son monde. Aujourd’hui, je me sens effectivement plus proche d’une esthétique issue de la Renaissance ou de l’art médiéval… à l’opposé d’une esthétique minimale”
Cette œuvre appartient au Fonds régional d’art contemporain Provence-Alpes-Côte d’Azur (Frac PACA), c’est lui qui la produite et présentée dans le cadre de l’exposition inaugurale de ses nouveaux locaux en mars 2013 : La fabrique des possibles.
La fabrique des possibles, ayant vocation de «rendre compte d’expériences esthétiques interrogeant les mo- dèles théoriques et scientifiques qui ont façonné notre culture contemporaine aussi bien dans les domaines mathématique, scientifique que dans le cadre des sciences humaines. Il s’agit de confronter des modèles scientifiques et la réalité de projets artistiques qui nous donnent à voir et à penser de nouvelles utopies scien- tifiques», le FRAC dans ce cadre à suivi le principe «Commande/production/acquisition».

Conserver et restaurer des objets de ce type
“Les FRAC constituent aujourd’hui la 3e collection française d’art contemporain. C’est bien le paradoxe de cette institution, assise sur des sacs d’or qu’elle ne peut vendre : l’art contemporain est un investissement que
les spéculateurs connaissent bien, capable de rapporter très rapidement, pour peu qu’on ait du nez, et les FRAC en ont, 400% de bénéfice. Mais 2.45 M d’€ de budget de fonctionnement c’est assez peu pour remplir toutes ses missions : expositions dans ses murs et sur le territoire, acquisitions, entretien et restauration, pédagogie, diffusion, résidence d’artistes, programmation d’événements artistiques et conférences, production théorique…” C.Lorin et A. Freschel

Les œuvres telles que “Accords faisandés” présentent plusieurs problèmes sur le plan de la conservation, le premier provenant de leur absence de conditionnement, nécessaire pourtant au stockage en réserves ainsi qu’au transport, une des principales fonctions du fonds étant le prêt et la mise à disposition des œuvres. Le second problème provient des matériaux eux-mêmes. Composées d’éléments hétérogènes, ces objets ou ins- tallations présentent des risques qui sont à prendre en compte de façon impérative car pouvant au sein d’une réserve devenir un foyer d’infestation (insectes, moisissures), sans compter les dégâts occasionnés sur l’œuvre elle-même. Ces problèmes apparaissent à propos d’”Accords faisandés” mais en réalité, à partir du moment où un Frac produit et suscite une œuvre, ils se posent de façon systématique. Acquise à sa création, toute installation nécessite une étude minutieuse des différents éléments qui la composent afin de pallier les risques inhérents à sa composition.

AF-elements


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.