Archives de catégorie : ANNONCES

NATIONAL GALLERY de Frederick Wiseman à voir à UTOPIA jusqu’au 11 Novembre

NATIONAL GALLERY, un film de Frederick Wiseman, France/USA, 2014, VOSTF Version Originale Sous Titrée en Français / Prix spécial du Jury au Festival de Cannes 2014. 

Durée: 181 mn,
Réalisation, montage, son: Frederick Wiseman,
Photographe: John Davey,
Production: Ideale Audience & Gallery Film LCC, 2014,
Distribution en France: Sophie Dulac Distribution.

 

           Après son film l’Amour joué à la Comédie française sorti en 1996, c’est une autre intrusion à sa manière dans une institution non américaine que propose cette année , le documentariste Frederick Wiseman, avec National Gallery à l’affiche au cinéma Utopia jusqu’au 11 Novembre. (4,- €)

Outre toute la diversité des situations muséales où parlent et agissent une multitude d’agents, le film se penche aussi sur les oeuvres telles de véritables sujets. Plus qu’un énième documentaire relatant toutes les sortes de commentaires à leur égard illustrés par l’image, il s’attache ainsi, tel un anthropologue, à questionner le rapport que nous entretenons avec les chefs d’oeuvre en leur temple, comme avec le discours sur leur compte. 

Une guide enjoint ses auditeurs à se téléporter dans l’époque médiévale, sur le lieu originel d’exposition d’un primitif du XIVème siècle qu’ils regardent ensemble: “Vous êtes dans une église, la dorure du tableau reflète la lumière des chandelles. Vous êtes analphabètes, vos maisons sont très mal isolées de la chaleur et du froid, les gens meurent comme des mouches, et votre seul espoir est que si vous agissez bien, vous irez au paradis …”.   De la sorte, elle invite à saisir l’historicité d’une oeuvre d’art, autant qu’à une véritable expérience d’esthétique relationnelle. Un peu plus tard, une autre médiatrice du musée s’évertue cette fois à décrire un tableau pour des aveugles réunis en atelier, qui n’en ont que la vision procurée par une reproduction en relief sous leurs doigts. Des tableaux sont autrement présentés, en tant qu’histoires racontées, mytifiées, exemptes de temporalité située. Eles sont à à relier avec l’ expérience contemporaine de la vie à partir d’une image unique et narrative à elle seule, comme des objets utilitaires dont la fonctionnalité originelle est à resituer d’abord dans son contexte historique. Les auditeurs de même que les spectateurs du film sont entraînés à des expérimentations dont ils seront chacun l’évaluateur. L’encouragement à cette sorte de considération fonctionnaliste d’un tableau au musée, ne constituerait-elle pas l’ultime démarche restauratrice d’une œuvre, consistant en une mise en condition expérimentale individuelle, instauratrice dans un univers mental et sensible actuel, d’une image pourtant datée et décontextualisée ? Telle la sortie annuelle pour les nouveaux étudiants de l’Ecole Supérieure d’Art d’Avignon, invités à effectuer le parcours pédestre vers Villeneuve-lez-Avignon dans le paysage habité par Enguerrand Quarton et les contemporains du « Couronnement de la Vierge » qui constitue l’apogée insoupçonnée et la dernière station de ce « pèlerinage », au Musée Pierre de Luxembourg. La restauration des œuvres d’art ne devrait-elle pas toujours être parachevée au musée par leur activation, voire par une sorte de ritualisation contemporaine conduite par un officiant ?

Si Wiseman choisit de présenter ces scènes en début de son très long documentaire, c’est aussi sans doute par précaution. Il ne doit pas perdre en route le spectateur du film qui pourrait ne pas se sentir concerné par un monde savant ou élitiste auquel il n’appartient pas. Bien au contraire, il s’agit  de lui montrer ce que sont et ce que font les chefs d’oeuvre encore aujourd’hui pour nous tous,, par le cinéma, seul art capable de réunir tous les autres (architecture, danse, littérature, musique, …) pour en montrer des affinités éternelles.

Des gros plans fixes sur les visages concentrés de visiteurs sujets à mimiques et froncements de sourcils irrépressibles, en alternance rapide avec ceux de tableaux, tous savamment choisis pour des aller-retour énigmatiquement dialogiques, annoncent d’entrée la couleur : le spectateur est convié à une expérience active au delà du voyeurisme et de la spectacularisation du panthéon britannique de l’art ancien. Près de trois heures de projection sont à l’oeuvre, et c’est dans un rythme soutenu que les plans, les scènes, les protagonistes, doivent alimenter une dynamique qu’on devine rigoureusement élaborée après un découpage et un montage d’un an à partir de cent soixante dix heures de rushes tournés quotidiennement pendant deux mois, de la mi-Janvier à la mi-Mars 2012.

Wiseman s’ affranchit de toute esthétisation filmique de la peinture comme de toute condescendance face au chef d’oeuvre et au génie pictural sanctuarisés dans l’un des plus grands temples dédiés à cet effet. Tour à tour, sa caméra  peint avec l’image fixe silencieuse en plan large, contemplative à la manière d’un maître hollandais du XVII°siècle, puis, mobile en plans rapprochés, devient narrative pour dépeindre avec le son. Il ne flâne pas dans les tableaux, et n’use du plan fixe ou du travelling lent sur les détails qu’avec parcimonie, sauf lorqu’il veut associer à bon escient le contenu du discours à l’image. Car son sujet, c’est encore le comportement humain en situation institutionnelle, mutique ou doué de parole et de professionnalisme dévoué, son enthousiasme, sa gestuelle, les procédés qu’il déploie pour concentrer l’attention et générer l’implication, des caractères qui comptent plus que le savoir distillé. C’est à la fois sur la société et la singularité des personnels acteurs du musée, mais aussi des publics, que Wiseman focalise l’attention à l’intérieur d’un vase clos et d’une société patriarcale. Il apparaît clairement que les fonctions autoritairesdes sont occupées par des hommes cravatés … 

Des médiateur-rice-s passionné-e-s et prolixes semblent miser sur un débit particulièrement rapide pour capter et maintenir l’effort de concentration, face à une diversité de publics en groupes: jeunes enfants, aveugles, enseignants, … Une aubaine pour Wiseman qui doit tenir en haleine sur la distance, tout en montrant incidemment une hétérogénéité de postures et de discours sur la peinture, jusqu’à cet aveu par une guide aussi artiste adepte de l’art-installation : une bonne partie des chefs d’oeuvre réunis ici provient des bénéfices de la compagnie d’assurance Lloyds tirés de la traite des esclaves, lorsque le banquier John Julius Angerstein en était le dirigeant entre 1790 et 1796. Grand amateur d’art, sa collection constitue le fond originel de la National Gallery.

Il est plusieurs fois question de la conservation-restauration, notamment à l’occasion d’une discussion entre une opératrice et son chef à propos de l’indétermination d’une couche translucide sur un tableau : vernis apocryphe ou glacis coloré autographe ? C’est l’homme en costume et cravate ballante qui se penche sur la toile horizontale, bistouri à la main, pour prélever dans une lacune un minuscule fragment et le placer sur une coupe mince, afin d’en examiner la stratigraphie. Interviewé plus tard, celui-ci fait l’apologie des méthodes scientifiques qui permettent aussi bien au conservateur-restaurateur de mettre en œuvre « le bon traitement sans risque pour l’oeuvre », que « la parfaite connaissance de la fabrication des tableaux de Léonard de Vinci ». Les affirmations sont soutenues avec un aplomb qui n’est pas sans rappeler celui des partisans du nettoyage total dans la controverse au sujet du dévernissage des peintures de la National Gallery en 1947,  à l’instar des tenants actuels de la légitimation de la conservation-restauration par un positivisme scientifique.

Les initiés attentifs remarqueront sur la desserte d’un praticien attelé au repiquage coloré d’un aplat sombre, un flacon de [Paraloid ®B 72, la résine de synthèse la plus utilisée à toutes les sauces parce que réputée la plus stable dans le temps; ici en tant que liant de peinture de retouche, bien que son indice de réfraction supérieur à celui de la plupart des huiles à peindre vieillies, plaide contre sa compatibilité optique.

Lorsque c’est le travail manuel qui est montré, le polissage d’un sol verni, la sculpture sur bois, la retouche picturale, ou la dorure à la feuille, alors la parole se tait comme pour laisser toute la place à la magie de la symbiose du geste et de l’outil.

 

De même lors de l’exécution d’un concerto pour piano devant un parterre d’auditeurs plutôt huppés, ou d’un ballet de danse classique, tous deux parmi les cimaises au bout desquelles les chefs d’oeuvre semblent eux aussi aux premières loges.

Avec de longs plans fixes sur des surfaces brillantes qui semblent vouloir souligner  l’indifférenciation du vivant et du peint dans le reflet, une concertation entre un conservateur et des techniciens pour l’ajustement d’un projecteur, et  des exposés pertinents  à propos de l’éclairement intrinsèque et extrinsèque des tableaux, Wiseman atteste de sa sensibilité de cinéaste soucieux de la prégnance ou des effets de la lumière, sans laquelle du reste, il n’y aurait pas de peinture.

Mais cet univers confiné est aussi en prise avec la brutalité du monde extérieur. Plusieurs discussions stratégiques du directoire et l’accrochage clandestin en pleine nuit d’une grande banderole militante sur la façade du bâtiment, témoignent des assauts de l’instrumentalisation marchande et symbolique contre laquelle l’institution doit se défendre.

     Après un défilement rapide de visages peints célèbres, l’ultime plan du documentaire s’attarde lui, presque effrontément, sur le dernier autoportrait de Rembrandt avant sa mort, peut-être en guise de signature d’un artiste empreint d’une lassitude indifférente à sa consécration récente, interpellant son vis à vis droit dans les yeux, comme pour lui dire : « Voilà pour moi. Et toi ? »

M. Maire, 02 Novembre 2014

                                                                                                                         Fred Wiseman par Gretje Ferguson

   

À la Manutention

dates

horaire

Octobre

08

14h

09

16h10

10

14h15

12

13h30

13

17h30

14

19h45

15

17h15

16

19h

18

13h30

19

10h30

21

20h

23

13h40

25

14h10

26

11h

27

17h45

Novembre

2

10h45

4

13h40

6

14h10

7

15h20

9

10h30

11

10h30

FINDING VIVIAN MAIER

Un film documentaire de Charlie Siskel et John Maloof à voir à UTOPIA / La Manutention, avec les photos de Vivian Maier

découvertes par hasard, après une longue enquête suscitée par l’achat de quelques négatifs.

USA 2014, 1h25, VOSTF, en ce moment les Vendredis uniquement.

 

Vivian_Maier

Network for PhD candidates and postdoctoral researchers in conservation of contemporary art

Announcement from Network for PhD candidates and postdoctoral researchers in conservation of contemporary art

Vivian Van Saaze, Lecturer at Maastricht University.

In conjunction with the Authenticity in Transition Conference (1-2 December 2014, Glasgow), the Network for PhD Candidates and Postdoctoral Researchers in Conservation of Contemporary Art are organising a work-in-progress meeting on 3 December 2014. Don’t miss this unique opportunity to discuss your work-in-progress chapters/articles with senior researchers and peers. Please note the deadline of Monday 20 October 2014 for abstract submission. For more information see: http://www.incca.org/phdandpostdocnetwork-news/1440-work-in-progress-glasgow-2014

Prix CILAC : jeune chercheur 2014 en patrimoine industriel, scientifique et technique

Prix CILAC pour les jeunes chercheurs en 2014 dans le domaine du patrimoine industriel, scientifique et technique, en partenariat avec le Musée des arts et métiers.

Institué en 2011, le Prix Jeune chercheur en patrimoine industriel, scientifique et technique est un encouragement à la recherche, à la valorisation et à la prise d’initiatives innovantes dans le domaine du patrimoine industriel, tangible et intangible. Il a pour vocation de rendre compte de la vitalité de l’enseignement et de la recherche, théorique et appliquée, dans le vaste champ du patrimoine industriel, scientifique et technique.
Il s’adresse donc aux étudiants dans les domaines des sciences humaines et sociales, des sciences de l’ingénieur, de l’architecture, de l’urbanisme et des arts plastiques, de niveau Master 1 , 2 et Doctorat.

Ce prix vise à promouvoir des travaux universitaires innovants dans le domaine du patrimoine industriel, par leur méthodologie, leur objet, leur mise en œuvre et/ou leur forme finale, en cours ou récemment achevés.

Envoi du dossier, date limite : 20 octobre 2014 – ICI l’annonce complète.

 

2 Postes à pourvoir au CICRP / Marseille

 cicrpVeuillez trouver ci dessous

–        la publication d’un poste de conservateur (Etat) pour assurer la fonction de scientifique du responsable du pôle CICRP.

CSVT – CUL06A – Chef (F/H) du Pôle Scientifique du Centre interdisciplinaire de Conservation et de Restauration du Patrimoine (CICRP)

–        la publication d’un poste d’assistant ingénieur au profit du CICRP.

AI – CUL09 – Scientifique (F/H) du Patrimoine chimiste ou Physico-chimiste

 

Clôture des candidatures 15 octobre 2014

 

Stages au M+ (Musée de la culture visuelle) de Hong Kong

Mplus stage

M+/ Le Programme de stage   est une occasion unique pour ceux qui sont intéressés, à développer une carrière dans le domaine des musées. Les stagiaires seront en mesure de travailler en étroite collaboration avec le personnel professionnel à plein temps de M + pour une période de trois mois et d’acquérir une formation pratique et théorique dans la pratique de la conservation, l’éducation artistique et l’exploitation des musées. Il s’agit d’un stage rémunéré qui fonctionne sur une base récurrente, avec des ouvertures chaque année pour l’automne et au printemps.

Vous devez:

  • Posséder un diplôme universitaire reconnu ou un diplôme équivalent en art, design, architecture, image, l’éducation artistique, de la muséologie ou dans une discipline connexe en mouvement;
  • Avoir de solides intérêt à travailler professionnellement dans le domaine des musées;
  • Avoir une bonne maîtrise de l’anglais parlé et écrit et cantonais / mandarin;
  • Posséder une expérience de travail pertinente est préférable, mais pas nécessaire.

Vous serez en mesure de:

  • En savoir plus sur M + (le musée) , son actuel développement, la mission, la collecte et programmes;
  • Acquérir une formation théorique et pratique dans le travail de musée en participant activement à nos activités en cours à tout en travaillant en étroite collaboration avec l’équipe M +;
  • Recherches sur des sujets qui contribueront à l’élaboration de la programmation à venir musée et;
  • Rejoignez les discussions, conférences, vernissages et autres événements connexes.

Période de stage

Dates de début / fin de stage  négociables.

Printemps 2 Mars – 29 May 2015 
Période d’application: de maintenant jusqu’au Lundi 05 janvier 2015 
Réf .: 14007b

Application

Les candidats intéressés doivent envoyer le formulaire de demande (complété , un curriculum vitae, en citant le «Programme M + Stage (printemps ou en automne admission)” et le numéro de référence via hr.recruit-1@wkcda.hk  ou par courrier à l’Autorité West Kowloon Cultural District, 29 / F, Tour 6, The Gateway, 9 Canton Road, Tsim Sha Tsui, Kowloon. Pour obtenir des renseignements complémentaires, prière de contacter Mme Catherine Lee  au 2200 0121.

Emploi au Musée des Confluences (2)

Le Musée des Confluences (Lyon) recrute un
Technicien muséographe (CDI – temps plein)
Au sein du service Régie technique et muséographie, le technicien muséographe –
conducteur de travaux assure la préparation, la coordination et le suivi des moyens
techniques et humains qui seront à mettre en œuvre dans le cadre des expositions.
1/ Etudier les projets d’exposition, (étude de faisabilité, recherche matériaux,
prototypage, analyse des projets scénographiques, …)
2/ Organiser, coordonner et suivre les opérations de montage et de démontage des
expositions temporaires: aménagements scénographique, graphisme, lumière,
audiovisuel, soclage, mise en place des objets, etc.
3/ Participer aux montages / démontages des expositions et des évènements culturels
et commerciaux dans le musée
4/ Evaluer et contrôler la conformité et la qualité des travaux
5/ Gérer la maintenance des espaces muséographiques temporaires et permanents
(rotation des objets, petites réparations, suivi des éventuelles prestations
externalisées, proposition de technologies et de solutions mieux adaptées aux
besoins…)
6/ Assurer, à la demande du chef de service, un rôle de référent technique du service
pour une exposition temporaire.
7/ Veiller à l’hygiène et à la sécurité du travail dans les salles d’exposition
Il ou elle devra justifier d’une connaissance approfondie de la muséographie et de la
scénographique, d’une solide connaissance en sécurité incendie et sécurité du travail,
de connaissances générales en audiovisuel et en lumière, et d’une connaissance
générale des règles de conservation préventive des collections.
Adressez votre candidature avant le 19 septembre 2014 (lettre de candidature
accompagnée d’un curriculum vitae détaillé) à : museedesconfluences@rhone.fr

Emploi au Musée des Confluences (1)

Le Musée des Confluences (Lyon) recrute :
un chargé de collection Sciences de la vie – chargé d’expositions (CDI – temps plein)
Missions :
Au sein du service des collections et des expositions, le chargé des collections
sciences de la vie aura pour missions la conservation, l’étude et la valorisation de la
collection.
Il aura également pour mission la conduite de projets d’expositions.
1/ Assurer la conservation, la gestion et la valorisation des collections des sciences de
la vie.
Dans ce cadre, il devra :
– assurer l’inventaire, le suivi administratif du statut juridique des collections
– assurer le suivi administratif et le contrôle scientifique des restaurations,
– mener, suivre et évaluer les études scientifiques des collections,
– mener des actions de valorisation en relation avec les projets d’études des
collections.
– assurer le suivi budgétaire et le planning de ces actions.
2/ Assurer la conception et le pilotage d’expositions
Dans ce cadre, il devra :
– en lien avec le commissaire, élaborer les contenus scientifiques, le scénario et
le programme muséographique
– assurer les différentes phases de travail avec l’agence scénographique
– assurer le suivi budgétaire et le planning de ces actions
Profil :
Expérience professionnelle significative dans la gestion de collections et la conception
d’expositions,
Compétences scientifiques en sciences de la vie ; bonne culture générale.
Conditions de travail :
Contrat de travail : CDI de droit privé (convention collective nationale de l’animation)
à temps complet ; conditions salariales suivant profil – Groupe F de la convention
collective,
Lieu de travail : Musée des Confluences et centre de conservation et d’études des
collections (C.C.EC.).
Disponibilité attendue soir et week-end selon les plans de charge. Déplacements
possibles France et étranger
Candidature:
Adressez votre candidature avant le 19 septembre 2014 (lettre de candidature
manuscrite, accompagnée d’un curriculum vitae détaillé) à :
museedesconfluences@rhone.fr

Dernier RAPPEL à candidature au DSRA mention CR (III° cycle) de l’ESAA

Le DSRA mention CR (3e cycle) de l’ESAA.
2 places ouvertes pour 2014-15.
Description du DSRA de l’ESAA.
L’Ecole Supérieure d’Art d’Avignon (ESAA) met en place à la rentrée 2014 un Diplôme
Supérieur de Recherche en Art (DSRA).
Qu’est-ce que le DSRA ?
Le DSRA est un diplôme d’établissement de troisième cycle, reconnu par le Ministère de la
Culture et de la Communication.
Il se déroule sur 3 ans avec possibilité d’extension sur 1 ou 2 années (après accord du
Conseil de la Recherche de l’ESAA, institué à la rentrée 2014-15).
Le DSRA de l’ESAA comporte trois mentions :
– Création (2 places)
– Conservation-Restauration (2 places)
– Préservation et archéologie des arts médiatiques et numériques (2 places).
Statut des étudiants-chercheurs.
Les étudiants bénéficient d’un statut d’étudiants-chercheurs, d’un espace de travail et d’un
ensemble de ressources pour développer leur travail. Ils sont obligatoirement rattachés à
l’une des trois unités de recherche de l’ESAA et profitent de son activité continue, de son
réseau, de ses partenaires, mais aussi des capacités techniques de la structure de
production qu’est l’ESAA.
Pour financer leur recherche, dans le cadre de ce DSRA, les étudiants-chercheurs reçoivent
une allocation annuelle de recherche (2000,- €), et pourront bénéficier, selon leur situation
et aptitudes, d’une rémunération mensuelle en contrepartie d’une activité de tutorat ou de
monitorat à destination d’étudiants ou autre(s) public(s) au sein de l’ESAA.
Les étudiants-chercheurs peuvent être inscrits dans le 3ème cycle d’un autre
établissement d’enseignement supérieur partenaire.
Modalités de la recherche.
Inscrits pendant trois ans, les étudiants-chercheurs sont placés sous la responsabilité d’un
directeur de recherche rattaché à l’une des trois unités de recherche de l’école, afin de
déployer un projet de recherche dans le respect des méthodologies et pratiques propres à
chaque unité de recherche mais dont le contenu est propre à l’étudiant-chercheur.
Ils participent activement aux actions des unités de recherche (séminaire, publications,
expositions, actions, conférences, colloques…) ainsi qu’aux actions transversales du
troisième cycle.
Le projet de recherche prend des formes différentes selon les mentions.
Concernant la mention « conservation-restauration, le format demandé est une thèse de
100 à 175 pages qui donnera lieu à une soutenance devant un jury composé d’au moins
trois membres extérieurs à l’unité et du directeur de recherche.
Description de l’ Unité de recherche  “Art et Artefactualité” pour la mention conservation-restauration.
Cette unité interdisciplinaire (URI-CR) prépare au DSRA mention conservation-restauration. Ce troisième cycle s’adresse à des conservateurs-restaurateurs confirmés comme à de jeunes diplômés désireux de soutenir une thèse dans le premier laboratoire français de leur discipline.
Equipe :  Marc Maire, conservateur-restaurateur (responsable), Stéphanie Elarbi, conservatrice-restauratrice, Line Herbert-Arnaud, docteur en histoire de l’art, Pierre Lagrange, docteur en socio-anthropologie, Gaspard Salatko, docteur en ethno-sociologie, Cathy Viellescazes, docteur en chimie analytique.

Cette unité de recherche prépare au DSRA mention Conservation-Restauration .

• Objectif de la recherche.

L’ examen des  usages, comportements et concepts qui réclame une enquête à la fois documentaire et de terrain, destiné à nourrir une réflexion de caractère interdisciplinaire, vise à proposer ou modifier des applications concrètes en conservation-restauration sur les lieux de son exercice.

• Méthodologie de la recherche.

A l’instar du conservateur-restaurateur ayant sans cesse recours à d’autres domaines pour constituer et affiner son arsenal technique et technologique depuis la professionnalisation de son activité au XVIII° siècle, plusieurs voies sont empruntées pour mener une réflexion analytique et épistémologique à l’aune de l’enquête documentaire et de terrain, du comparatisme voire de la métacritique, et de concepts en usage dans la philosophie et l’histoire de l’art, l’esthétique, l’anthropologie, l’archéologie, et autres sciences humaines comme sociales dont les perspectives et méthodes s’avèrent propices à l’expérimentation méthodologique.

– Sujet de thèse.

Le projet de recherche s’élabore par la précision et l’énonciation d’une hypothèse à vérifier. La recherche débute donc par la constitution d’une bibliographie, puis de fiches bibliographiques et analytiques, de nature à faire des réflexions d’auteurs, des thèmes ou sujets d’étude d’autres, la source d’une hypothèse et le sujet de la thèse.

– Méthodes.

Puis la description et l’analyse réflexive contribuent à rendre compte d’un état des lieux, en reposant autant sur les façons d’observer des situations réelles formant un corpus d’exemples choisis à dessein, les faits et relations qui s’y rapportent, que sur l’utilisation d’un langage analytique permettant une explicitation efficiente.

Dans la dernière phase du processus de recherche, il s’agit de présenter le travail d’analyse sous ses différentes formes, à la fois quant à ses méthodes et dans ses dimensions à la fois théoriques et pratiques. Par méthode, on entend l’ensemble des moyens et procédures spécifiques mobilisés au cours de la recherche. C’est à la démarche analytique qu’il appartient d’en évaluer l’utilisation et le rendement.

NB :

 • À la différence de celle du chercheur en création artistique, l’analyse et l’interprétation des exemples choisis, entendent se situer sur un autre plan que celui du vécu, des affects et de l’émotion individuelle.

• Les candidats au DSRA doivent être titulaires d’un diplôme de deuxième cycle (DNSEP ou Master 2). Il est important de bien prendre connaissance des pré-requis demandés par l’unité de recherche souhaitée avant de s’y engager. (cf. Programme de recherche , dans la rubrique PUBLICATIONS / Articles du carnet de recherche http://seminesaa.hypotheses.org/ )

• Les candidats doivent s’inscrire obligatoirement dans une unité de recherche et son
programme. Leur projet de recherche doit être cohérent avec les axes de ces
programmes.
• Pièces nécessaires pour faire acte de candidature (par envoi postal).
* Le sujet de recherche de deux ou trois pages maximum. Il expose la motivation de
l’étudiant, la pertinence et la nouveauté de sa recherche, au regard aussi des axes de
l’unité de recherche qu’il souhaite rejoindre. Il souligne ce qui dans ses études, ses
expériences et ses recherches personnelles prédispose l’étudiant à suivre ce troisième
cycle.
Concernant la mention « Conservation-Restauration » le projet de recherche prend la
forme d’un projet de thèse, c’est-à-dire qu’il doit présenter le sujet de recherche ou des
éléments de sa délimitation, du plan et des méthodes de travail. Il est également demandé
une bibliographie de référence fondatrice du projet de thèse, et les travaux d’auteurs qui
peuvent lui servir de base.
* Un CV succinct d’une page environ, présentant le parcours dans l’enseignement supérieur et
professionnel. Si le candidat est en train de passer son diplôme (DNSEP ou équivalent
Master 2) au moment de sa candidature, il doit transmettre une attestation de scolarité qui
mentionne sa formation en cours et son niveau. Si sa candidature est retenue, son
inscription ne sera définitivement confirmée que s’il a obtenu son diplôme. Il devra alors
transmettre la copie de son diplôme.
* Une enveloppe affranchie, de format adéquat aux documents présentés, pour retour des
dossiers des candidats non retenus. Sont considérés comme documentation les ouvrages,
vidéos, supports numériques et autres supports visuels réunis pour illustrer ou référencer
votre dossier. Les autres éléments du dossier ne sont pas retournés (lettres, CV, projet
personnel…). Préciser les documents à renvoyer à une adresse mise en évidence. Les
candidats peuvent également venir récupérer leur dossier à l’issue de la sélection et ce
avant le 15 décembre de l’année de l’envoi, sur demande à l’ESAA.
* Le dossier complet et une lettre de candidature spécifiant le programme et l’unité de
recherche souhaités doivent être adressés à la directrice d’établissement à l’adresse suivante :
ESAA – III° cycle, 500 Chemin de Baigne- Pieds,
84000 Avignon.
• Examen des candidatures.
Les unités de recherches réunies collégialement au sein du Conseil de la Recherche
étudient les demandes et établissent une liste courte. Les candidats pré-sélectionnés sont
ensuite invités à présenter leur projet pendant 20 mn devant une commission d’admission
à l’ESAA ou à distance (par Skype – dans ce cas mentionner l’adresse Skype dans le CV).
La commission arrêtera la liste définitive des admis.
Les inscriptions administratives ont lieu chaque année entre le 1er septembre et le 15
décembre.
• Calendrier.
Date limite de réception des dossiers : 5 septembre 2014.
Entretiens les 16 et 17 septembre 2014.
Résultats de la commission : le 19 septembre 2014.
Début de la formation : dès le 13 octobre 2014 (il est possible de débuter la formation plus
tardivement, jusqu’au 15 décembre).

 

Appel à communications – Images tatouées – musée du quai Branly – 12-13 février 2015

– Coordonné par : Sébastien Galliot (CREDO-Aix-Marseille Université, CNRS, EHESS),
le Département de la Recherche et de l’Enseignement et la Direction du Développement Culturel du musée du quai Branly.

– Proposé à l’occasion de l’exposition Tatoueurs-Tatoués, ce colloque interdisciplinaire engagera une réflexion sur le statut ontologique, juridique et esthétique des images tatouées.

– Modalités de soumission des propositions et calendrier : Les propositions de communications (300 mots maximum) ainsi qu’une biographie de 5 lignes sont à adresser pour le 19 septembre 2014. Les décisions du comité scientifique sur les propositions seront communiquées le 24 septembre 2014. Plus d’informations ICI

Emploi de conservateur-restaurateur: spécialités “peintures” et “papier”

 Le musée M + à Hong Kong est à la recherche de deux conservateurs-restaurateursL’Autorité West Kowloon Cultural District est prête à accueillir les  talents exceptionnels passionnés pour réaliser le rêve de faire du West Kowloon Cultural District  la destination locale et internationale de choix pour les arts, la culture et le divertissement.M +, le nouveau musée de la culture visuelle à Hong Kong, devrait ouvrir ses portes en 2017, est en train de construire une collection de classe mondiale d’art contemporain, de design, d’architecture, ainsi que de film, vidéo et des nouveaux médias.

Nous recrutons actuellement pour les postes suivants à se joindre à M +:

–  1 Conservateur-restaurateur de peintures (h/f)

–  1 Conservateur-restaurateur de papier (h/f)

• Clôture des inscriptions: 26 Septembre 2014.

• Envoi des candidatures:

♦ Conservateur-restaurateur de peinture (Ref: 14031)
hr.recruit-2@wkcda.hk
 ♦ Conservateur-restaurateur de papier (Ref: 14032)
hr.recruit-3@wkcda.hk

Pour plus d’informations:

http://www.westkowloon.hk or contact Ms Catherine Lee at 2200-0121

 

STAGES EN SEPTEMBRE A LA BIENNALE DE PARIS

Biennale de Paris.

Offres de stages émises le 22 juillet 2014.

La Biennale de Paris offre des stages d’une durée d’un mois au maximum, avec des possibilités d’évolution.

Date : à partir du 1er septembre 2014.

Objets : conception et gestion de projet, communication, média, multimédia, archives, documentation, secrétariat, écriture.

Le stagiaire peut également faire la proposition d’un projet personnel, si celui-ci s’avère en phase avec l’état d’esprit de la Biennale de Paris.

Les demandes doivent être accompagnées d’une lettre de motivation et d’un CV et être envoyées au secrétariat principal de la Biennale de Paris : secr-pr@biennaledeparis.org

Projet de recherche OSSIA

OSSIA

Le GMEA – CentreNational de Création Musicale d’Albi-Tarn
et l’Institut Supérieur des Techniques du Spectacle d’Avignon organisent une

Journée de présentation du projet de recherche OSSIA
Le 17 juillet de 10h à 18h à l’atelier de l’ISTS
Espace Saint Louis, 20, rue Portail Boquier, Avignon

Financé par l’Agence Nationale de la Recherche sur la période 2012-2015, le projet de recherche OSSIA interroge la scénarisation interactive dans divers domaines d’applications tels que la muséographie, le jeu vidéo ou la création artistique.

Une partie importante de la recherche s’est attachée, dès le projet Virage dont elle découle, aux questionnements
d’écriture propres au spectacle vivant. Cette journée sera l’occasion de présenter quelques réflexions, outils et cas
d’applications artistiques qui ont été produits dans ce cadre.

Programme de la journée :

– 10h à 12h30 : Conférences
• T. Besche et T. de la Hogue : Introduction
Les coordinateurs du projet présenteront le cadre de la recherche et de ses domaines d’application.
• R. Rubiano et les Baltazars : Exemples d’écritures intermédia
À partir de créations concrètes de scénographies vidéos (notamment pour les spectacles de Joël Pommerat et Sylvain
Maurice), R. Rubiano abordera les problématiques techniques et d’écriture qui en découlent.
Aurélie et Pascal Baltazar présenteront leur diptyque Nocturnes, théâtre de matières ayant été l’objet
d’expérimentations dans le projet OSSIA et mettant en œuvre ses outils de création.
• T. de la Hogue, R. Rubiano, P. Baltazar : Présentation des logiciels
À la fois développeurs, utilisateurs et concepteurs du séquenceur i-score et du cadriciel jamoma pour Max, ces trois
acteurs du projet en présenteront les enjeux et fonctionnalités principales.
• T. Besche, J. Rabin, F. Weber, J.L. Larcebeau : Chantiers d’expérimentation
La conférence se clôturera par la présentation des chantiers d’expérimentation à venir, dont celui qui sera mené
conjointement par l’ENSATT et l’ISTS et sera présenté lors de la prochaine édition du festival.
Un temps sera consacré à un échange et à une discussion avec l’auditoire en fin de matinée.
– 14h à 18h : Atelier ouvert
Les divers acteurs du projet mettront à disposition des participants certains des dispositifs artistiques utilisés dans
l’expérimentation du projet, afin d’en éprouver l’utilisation et les principes. Les participants à cet atelier pourront ainsi
expérimenter concrètement les outils et notions mis en œuvre dans le projet.
Il n’est pas nécessaire de participer à l’entièreté de l’après-midi, la forme de l’atelier sera ouverte et interactive.

Pour plus d’information, contactez le GMEA : gmea@wanadoo.fr – 05 63 54 51 7

Bilan 2013 :         cliquer ici