H/F Régisseur des expositions à METZ


Régisseur des expositions H/F METZ



Sous l’autorité de la responsable du pôle Production, et en collaboration étroite avec le (la) commissaire d’exposition et le (la) chargé(e) de recherches, le (la) chef de projet a pour mission de coordonner l’ensemble des opérations nécessaires à la production du ou des projets qui lui sont confiés. Le cas échéant, le (la) chef de projet pourra participer au développement des outils et des moyens de production du pôle Production. Vos missions seront les suivantes :

– Assurer la coordination des projets d’expositions confiés en étroite collaboration avec le (la) chargé(e) de recherches désigné(e) au sein du pôle Programmation,  dans le cadre d’un binôme ;

– Assurer les missions relatives à la production et la mise en ?uvre des projets en lien étroit avec les équipes du Centre Pompidou-Metz et les partenaires externes :

  • Administration des prêts, des commandes et productions spécifiques,
  • Gestion des budgets des projets; Assurer les missions relatives à la régie des oeuvres
1 poste CDD  / Durée du contrat : 6 Mois
Expérience minimum : 2 à 5 ans
Précision sur la rémunération : selon grille et expérience
1ère langue : Anglais             2ème langue : Allemand

Divers Services, Gestion de patrimoine culturel, Régisseur / Régisseuse des expositions

METZ, 57 Moselle ,  Lorraine

Poste de régisseur au Musée Calvet

Régisseur des œuvres Musée Calvet h/f

VILLE D’AVIGNON
Référence : Recruteur :
VILLE   D’AVIGNON
Localisation : Vaucluse
Annonce du : 24/10/2017
Description :
La ville d’Avignon recrute pour son Pôle Vivre Ensemble
Département Culture
Musée Calvet
Cadre d’emploi :
– Filière culturelle
– Catégorie A / B
– Cadre d’emploi : Attaché de Conservation / Assistant de conservation
– Temps complet
– recrutement statutaire, contractuel à défaut
– Direction des musées AVIGNON MUSEES
Positionnement hiérarchique :
– Conservateur directeur Avignon Musées et musée Calvet
– Encadrement : 1 agentMISSION :
– Gestion des collections présentées au public.
– Gestion des réserves.
– Gestion des demandes de prêt et des dépôts.
– Gestion plan de récolement et du récolement
– Gestion des restaurations
ACTIVITÉS :
– Gestion des collections présentées au public du Musée Calvet et au Musée Lapidaire, Galerie des Antiquités du musée Calvet. En salles : suivi et exécution de l’accrochage sous la direction des conservateurs (gestion des cimaises, socles et vitrines, matériels de présentation dont petit matériel de vitrine).

Mouvement d’œuvres : gestion des mouvements d’œuvres en interne et externe (prêts, dépôts, études, restauration…). Mise à disposition des œuvres pour les chercheurs ou pour les prises de photographies. Rédaction des constats d’état avant départ et au retour. Gestion des relations avec les transporteurs d’art spécialisés. Inventaire et récolement : Tenue d’outils informatiques permettant la gestion des localisations et de l’état des œuvres. Identification, marquage des œuvres. Alimentation des dossiers d’œuvres papiers (restauration, prêts), en lien avec le documentaliste.
Conservation : tenue des dossiers de conservation restauration, accueil des restaurateurs. Réalisation de traitements insecticides simples (anoxies statiques). Mise en place des directives du Ministère de la Culture quant aux normes de conservation préventive (surveillance des conditions climatiques et d’éclairage, de la propreté et de la salubrité de l’environnement des œuvres). Préparation des dossiers de restauration présentés par les Conservateurs lors de commissions de restauration.
Accueil de chercheurs, de photographes.

– Gestion des prêts aux expositions à l’extérieur, des emprunts pour les expositions organisées par le musée et des dépôts : Tenue des listes, pointage et classement des demandes de prêt. Préparation des demandes de prêts à l’intention du conservateur, chef d’établissement et du conservateur-adjoint, ainsi que des membres du conseil d’administration de la Fondation Calvet. Correspondance avec les prêteurs et les emprunteurs. Gestion des dossiers d’assurances (contact et correspondance avec les assureurs, transmission des contrats et des factures au service administratif et financier du musée). Gestion des dossiers de transport avec les entreprises spécialisées (définition des conditions d’emballage et de manipulation, plannings d’intervention…). Accrochage et installation des œuvres réalisés en interne (réunit la régie des œuvres et l’atelier du musée) et supervision /organisation des opérations réalisées en sous-traitance par les entreprises spécialisées. Convoiement en France et à l’étranger sur décision du conservateur, afin de s’assurer respect des conditions de transport et de présentation exigées par le musée Calvet. Suivi des dossiers d’assurances des œuvres. Gestion des dossiers de dépôts (courriers, récolement tous les trois ans).

– Gestion des réserves du musée Calvet : Responsabilité du suivi des 50 000 œuvres stockées dans les réserves externalisées ainsi qu’au musée Calvet (aile est) et au musée Lapidaire (escaliers et tribunes). Chantier des collections : travail en lien avec les restaurateurs en vue du récolement décennal.
Choix d’équipements, demandes en lien avec les prestataires pour assurer la bonne conservation des œuvres en réserves. Organisation des plannings d’intervention en réserves. Supervision des opérations d’emballage, transport, déballage, installation des œuvres. Supervision du bon fonctionnement des équipes. Mise en place d’outils de gestion informatique des mouvements d’œuvres entre les lieux de départ et de rangement des œuvres.

Localisation :
Vaucluse

Description du candidat :
COMPETENCES :
– Bonne pratique de l’informatique.
– Anglais : lu, parlé, écrit.
– Permis de conduire.
– Bonne formation en Histoire de l’art.

SAVOIR-ETRE – SAVOIR-FAIRE :
– Aptitude rédactionnelle.
– Capacité à gérer une équipe.
– Aptitude à travailler en équipe.
– Avoir le sens des relations humaines.
– Bonne capacité d’organisation et la prise de décision.
– Sens de la méthode et de la rigueur.
– Respecter un devoir de réserve et les obligations de discrétion et de confidentialité.

RELATIONS FONCTIONNELLES :
Internes : Contacts réguliers avec les Conservateurs, les techniciens, le secrétariat, la Fondation Calvet, l’équipe de conservation des musées municipaux et privés, les services techniques de la Ville, le service juridique (Assurance des œuvres).

Externes : Contacts réguliers avec les restaurateurs, les transporteurs d’œuvres d’art, l’équipe de conservation des musées emprunteurs en France et à l’étranger.

CONDITIONS D‘EXERCICE DU POSTE :
– Musée Calvet : 63, rue Joseph Vernet
– Travail à temps complet du lundi au vendredi avec 6 jours d’ARTT.
– Rémunération statutaire + régime indemnitaire + prime de fin d’année

Les candidatures doivent être adressées avant le 17 novembre 2017 à l’attention de :

Description du recruteur :
Ville d’Avignon

POUR RÉPONDRE À CETTE OFFRE

Pour postuler par courrier, merci de répondre à l’adresse suivante sous la référence :

Madame Bérangère VEDEL, Cheffe du Département des Ressources humaines
VILLE D’AVIGNON
Département des Ressources Humaines
1 rue Racine
84045 – AVIGNON Cedex 9
FRANCE
mobilite.recrutement@mairie-avignon.com
Pour répondre immédiatement à cette annonce cliquez ici

Comblement de lacunes murales par le Lego

L’artiste allemand Jan Vormann qui vit à Berlin et travaille au célèbre  T10 Studios, fait l’objet de plus en plus d’articles ici et là (en France récemment encore dans  Télérama,  et cette semaine dans Le Monde en ligne). Né en 1983 à Bamberg, il entame d’abord en 2003 et 2004) des études d’histoire de l’art et de conservation des monuments à l’université de sa ville natale. Puis il se réoriente vers la création des arts visuels et notamment la sculpture en intégrant la Kunsthochschule de Berlin-Weißensee de 2004 à 2011, sous les auspices des professeurs Karin Sander, Inge Mahn and Berndt Wilde. Depuis 2013 il enseigne au New Media/Interaction Design department de la Berliner Technische Kunsthochschule (BTK).

En 2011, il décide de « réparer » des villes avec des Duplos. Dans le cadre de son projet Dispatchwork , au cours de ses voyages, il veut remédier aux blessures des murs avec des pansements multicolores. D’abord focalisé sur des métropoles touchées par la guerre, il a ensuite élargi le spectre de  ses réparations colorées à toute la planète. En France, c’est sur Toulouse qu’il s’est penché: on peut voir le résultat de son intervention  sur le site de l’’hôpital La Grave, place Lange, dans des lacunes de murs de brique rouge.

Son  site  ICI

Il répare des murs du monde entier avec des Lego colorés

En près de dix ans, à l'aide de Lego colorés, Jan Vormann a déjà comblé des fissures dans plusieurs dizaines de pays. Et il encourage les gens à l’imiter.

Publié par Le Monde sur lundi 23 octobre 2017

 

 

Sa démarche a fait des émules dans le monde entier, comme à Central Park, ou encore plus récemment à Beyrouth par exemple.

Depuis, cette initiative en a déclenché d’autres, comme celles qui nécessitent le recours à la technologie 3 D. L’artiste Greg Petchkovsky cherche à obtenir  des impressions aussi illusionnistes que possibles afin  qu’elles s’intègrentent parfaitement dans leur décor. Dans la vidéo ci-dessous, on peut voir  comment à partir d’une roche lacunaire, prise en photo sous plusieurs angles selon la technique de scan en 3D,  il reconstitue la forme manquante non sans y apporter une touche humoristique en « greffant »  quelques briques de Lego. Ailleurs, il a réalisé une fausse brique imprimée en 3D avec un effet de coulures  en « réparation » d’un mur effrité.

De la pratique de l’enquête

Howard Becker

Conférence

III. Art et sociologie : partager des pratiques d’enquête

25 octobre, 19h –21h 

Conférence Tout se transforme

Cycle « des œuvres enquêtes » proposé par Franck Leibovici

Dans son livre Comment parler de la société ?, Howard Becker estime que l’art et la recherche scientifique sont deux activités qui produisent des représentations de notre société. Quelles sont les pratiques mobilisées pour y arriver ? Où les choses divergent-elles ? La conversation cherchera à repérer les « astuces » et « ficelles » inventées de part et d’autre pendant les processus d’enquête.

Cycle « des œuvres enquêtes » proposé par Franck Leibovici

ADRESSE

Fondation Calouste Gulbenkian – Délégation en France

39 Boulevard de la Tour-Maubourg

75007 Paris

Afficher la carte

Journée d’étude sur la C-R de l’art contemporain: programme

CARRE D’ART / NIMES – Jeudi 23 Novembre 2017 à partir de 9 h30.

JOURNEE D’ETUDE « CONSERVATION  ET RESTAURATION DE L’ART CONTEMPORAIN »

A l’occasion de l’exposition concernant la conservation-restauration d’ œuvres du Carré d’art , celui-ci organise une journée d’étude consacrée à la « conservation et restauration de l’art contemporain ».


9h30 – 9h45 : ouverture et introduction du colloque

9h45 – 10h45 : Solenne Gout,   présentation de la profession de conservateur-restaurateur et la spécialité « peinture ».

10h45 – 11h45 : Zoë Renaudie, Collection Lambert, Particularité de la profession dans une institution et lien avec les métiers de cette même institution (commissaire, régie…).

11h45 – 12h45 : Marc Maire et Gaspard Salatko,  Ecole Supérieure d’Art d’Avignon, Conservation-restauration de l’art contemporain: méthodologie et recherche.

12h45 – 14h15 : pause.

14h15 – 15h15 : Estelle Rebourt, thématique sur la spécialité photographie.

15h15 – 16h15 : Laetitia Thévenot – Piris, thématique sur la spécialité vidéo et gestion du fonds video du FRAC Occitanie.

16h15-17h15 : Cécile Dazord, C2RMF, thématique sur la conservation préventive et l’obsolescence dans la conservation de l’art contemporain.

Conservator’s conference: Renovated, rebuilt, saved

Conservator’s conference: Renovated, rebuilt, saved – how they survived WWII. Conservation, preservation and prevention of items from the years 1939-1945

The Warsaw Rising Museum invites you to the „Conservator’s conference: Renovated, rebuilt, saved – how they survived WWII. Conservation, preservation and prevention of items from the years 1939-1945”

12-13 April 2018, Warsaw, Poland
Languages of the conference: Polish, English

Registration and abstract submission is now open.

Join us at a conference at the Warsaw Rising Museum on 12-13 April 2017, in Warsaw, Poland, exploring the challenges of the conservation and preservation of items from WWII.

Preserving items from WWII is often a challenging and demanding task for conservators and curators. Conservation and preservation of such items requires modern technologies but at the same time retaining some historical damages as witnesses of the past.

We encourage you to send proposals regarding, but not limited to, the following topics:
-research issues concerning the technology of manufacturing historical items from WWII
-case studies of challenging conservation treatments of WWII items
-challenges of preserving and exhibiting wartime items
-reception of the conservation treatment of wartime items by the museum visitors
-modern analytical techniques in examining the items from WWII

The deadline for submitting the abstracts is 20 December 2017.
Authors will be notified of the selection results by 31 January 2018.

Two day conference, over a dozen presentations in one of the best museums in Poland. We provide Polish-English and English-Polish translation to all participants.

Important dates and deadlines:
Abstract submission is open until 20 December 2017
Authors will be notified of the selection results by 31 January 2018
12-13 April 2018 conference at the Warsaw Rising Museum, Jan Nowak-Jeziorański Auditorium/Hall B Cinema Hall

more information here 
and conference Facebook Page:

For any queries, please contact at: konferencja2018@1944.pl

Des conférences mensuelles à Villeneuve-lez-Avignon

Pour l’année 2017-2018, la Conservation des musées du Gard continue son cycle annuel de conférences externalisées 1 heure / 1 œuvre , destinées à faire découvrir la diversité et la richesse des collections du musée d’art sacré du Gard, ainsi que des musées municipaux de Bagnols-sur-Cèze et Villeneuve-lès-Avignon. Ces conférences se focalisent sur une œuvre des collections ou sur un thème en rapport avec celles-ci. Ces conférences ont lieu le premier Dimanche du mois, d’Octobre à celui de Mai,  dans la salle de conférences de la Conservation des musées du Gard, à Pont-Saint-Esprit, et le Vendredi suivant au musée Pierre-de-Luxembourg à Villeneuve-lès-Avignon. L’entrée est gratuite dans la limite des places disponibles.

A venir: Vendredi 15 Décembre 2017 / 14h30 au Musée Pierre de Luxembourg à Villeneuve-lez-Avignon: Un masque rituel de chaman Inuit.

Programme de l’année ICI

Colloque APROA-BRK 2017

Choix et dilemmes en conservation-restauration

23 & 24 Novembre 2017

Avec le soutien de:

La conservation-restauration est une profession de choix successifs auxquels sont sans cesse confrontés les professionnels. Ces choix sont multiples et appartiennent à des domaines très variés, depuis la mise en œuvre d’un projet, le degré d’intervention possible ou le plus approprié pour chaque œuvre, jusqu’au choix des techniques et des matériaux à employer.

Parmi les choix techniques se pose le dilemme entre matériaux traditionnels et matériaux nouveaux. Peser le pour et le contre dans ces choix fait partie du quotidien du restaurateur, confronté à des recherches souvent très pointues, mais parfois trop peu explicites. Le recul par rapport aux produits « miracles » d’antan, aux effets parfois désastreux, met le restaurateur devant des choix difficiles.

Les choix éthiques sont tout aussi complexes. Le choix du traitement n’appartient pas toujours au seul restaurateur pour qui le traitement est avant tout déterminé par l’objet lui- même. Que se passe-t-il si les autres acteurs du projet font des choix différents : le donneur d’ordre, les services du gouvernement, l’architecte, le chef de la société dont le restaurateur dépend, la direction du musée ? D’autres arguments peuvent intervenir et doivent être évalués, comme la fonction de l’œuvre ou le changement d’usage, l’ampleur et la durée du traitement, le budget et les finances, le prestige de l’œuvre en question, les souhaits du propriétaire/client, la nature de l’objet (art qui n’est pas fait pour défier le temps, art éphémère ou périssable, installations temporaires).

A quels dilemmes sont confrontés les conservateur-restaurateurs aujourd’hui ? En quoi sont- ils différents de ceux du passé ? Que gagne l’œuvre avec certains choix ou que perd-elle ? Qu’implique par exemple le dégagement d’une polychromie originale, qui signifie aussi la perte irréversible des autres couches, et donc une partie de l’histoire de l’objet. L’enlèvement de surpeints ou d’ajouts ultérieurs sur des peintures ou des peintures murales est un acte irréversible. La suppression d’anciennes restaurations ou d’ajouts aux bâtiments ou objets d’art ne peut avoir lieu qu’une seule fois dans l’histoire de l’œuvre.

La prise en compte et la communication de ces choix et dilemmes de la part des professionnels de la conservation-restauration peuvent fournir l’occasion de réfléchir ensemble à ces actes essentiels qui doivent constituer la base de tout traitement.

PROGRAMMA / PROGRAMME

Choix et dilemmes en conservation-restauration / Keuzes en dilemma’s in de conservatie-restauratie

Brussel /Bruxelles, Auditorium Lippens, Koninklijke Bibliotheek / Bibliothèque Royale

Donderdag 23 november – Jeudi le 23 novembre 2017

9u Inschrijving en koffie / Inscriptions et café

9.45u David Lainé & Michael Van Gompen, Verwelkoming door de voorzitters BRK-APROA / Mot d’accueil par les présidents de l’APROA-BRK

Zittingvoorzitters / Présidents de séance : David Lainé & Michael van Gompen

10u Régis Bertholon, Analyser les enjeux et choisir les objectifs : le processus de conservation-restauration comme espace de discussion et base de décision (abstract)

10.30u Simone Habaru & Muriel Prieur, Le moindre mal? Traitement d ’un panneau peint suite à un choc climatique (abstract)

11u Marjan Buyle, Mission impossible? De conservatie van de muurschilderingen in de pastorie van Meerhout (abstract)

11.30u Christine De Herde, Restauration du carton de tapisserie ’Le martyre de saint Paul‘ de Pieter Coecke van Aelst. Plus de 18 mois d’intervention, jalonnés de choix et d’ajustements (abstract)

12u Broodjeslunch / Buffet sandwiches

Zittingvoorzitters / Présidents de séance:  Françoise Rosier & Judy De Roy

13u Eugénie Falise, Traitement des archives et gestion du nombre : l’exemple de la désinfection pour modéliser un processus décisionnel (abstract)

13.30u Johan Grootaers & Martijn Remmen, Antwerpse spreidselplafonds uit de 16de eeuw. Praktijkervaring bij restauratie-opties van beschermd en niet beschermd interieurerfgoed (abstract)

14u Eve Bouyer, Pourquoi choisir le non-illusionnisme? Sortir du dualisme esthétique/historique (abstract)

14.30u Koffiepauze / Pause café

15u Paula Cordeiro & Françoise Urban, Monument à Everaerd t’Serclaes: restauration ou copie? Un choix difficile (abstract)

15.30u Sara Mateu, What are we gluing here? Structural stability versus reversibility: the dilemma of the structural conservator of panel paintings (abstract)

16u Barbara Pêcheur & Fabian Rasson, Restauratie van de schilderingen van de Egyptische tempel in Antwerpen. Weinig opties, weinig marge (abstract)

16.30u Drink / Verre de l’amitié

———————

Vrijdag 24 november – Vendredi le 24 novembre 2017

9u Ontvangst en koffie / Accueil et café

Zittingvoorzitters / Présidents de séance: Marjan Buyle & Alain de Winiwarter

9.30u Isabelle Happart & Agnès Esquirol, Le Panorama de Waterloo: un défi de taille (abstract)

10u Emmanuelle Job & Françoise Boelens, Projet de réaffectation dans les bâtiments classés : quand restriction rime avec restauration. La maison Hap, un cas d’école (abstract)

10.30u Denis Bruyère, Conservation de l’authentique et lecture potentielle de l’origine. Le traitement particulier d’un cabinet William & Mary au château de Jehaye (abstract)

11u Koffiepauze / Pause café

11.30u Anoek De Paepe, Hoofddeksel met glaskralen uit Katanga van museumobject naar studieobject. Een evaluatie van drie verschillende methodes om gedegradeerde glaskralen te stabiliseren (abstract)

12u Isabel Garcia Gomez, Conserver ou effacer la trace dans la collection ethnographique. De la lecture des pages de vie de l’objet comme préalable de sa restauration (abstract)

12.30u Broodjeslunch / Buffet sandwiches

Zittingvoorzitters / Présidents de séance:  Linda Van Dijck & Pierre Masson

13.30u Lode Goukens, Life History of Artworks en de restauratiepraktijk (abstract)

14u Andreas Krupa, Reconstruction in conservation-restoration? Gloss and colour of the surfaces of a piece of furniture showing typical red mahogany aspect (abstract)

14.30u Cécile Mairy, L’Hôtel communal de Forest: enjeux d’une restauration ambitieuse. Des chiffres, des lettres, des notes (abstract)

15u Koffiepauze / Pause café

15.30u Barbara Van der Wee, Het Hôtel Winssinger in Brussel, gebouwd en verbouwd door Victor Horta. Het belang van het bouwhistorisch onderzoek bij de keuzes van de restauratieopties (abstract)

16u Proclamatie van de laureaat van de BRK-APROA Prijs / Proclamation du lauréat du Prix APROA-BRK

Voorstelling van het winnend project door de laureaat / Présentation du projet gagnant par le lauréat

16.30u Besluiten / Conclusions door / par Dominique Allard (Koning Boudewijn Stichting / Fondation Roi Baudouin)

17u Einde colloquium / Clôture du colloque

Inscription ICI

Programme complet  ICI

 

Workshop de préservation de l’art médiatique à Amsterdam

Workshop Preservation of Media Art

6 – 10 November 2017
Monday,  November 6, 2017 – 11:00 to Friday, November 10, 2017 – 16:00 | LIMA, Arie Biemondstraat 111, 1054 PD Amsterdam.

 

Workshop Preservation of Media Art

November 6 – 10 2017, LIMA Amsterdam

This workshop invites conservators and registrars working with media artworks in museums to gain an understanding of the different components involved in documenting and preserving media artworks for the sake of preservation and future presentations. Museums see themselves increasingly confronted with the questions and challenges related with displaying and preserving media art and digital art. These artworks rely on their technological environment, and this is constantly changing. Artworks adapt or perish. Sustaining these works requires new strategies. How will we keep these artworks alive and accessible in the future? Not all collections have much experience in dealing with these type of artworks. What new strategies do we need? How to develop knowledge on this particular part of contemporary art. During a week, professionals from all over the world will address these questions and be able to catch up on technological, conceptual and art historical aspects of media art preservation. We will share our practice, experience, views and results with museum professionals working in the fields of media art and digital art. Practical protocols for decision making and documentation, workflows for sustainable storage, models for artists interviews and contracts will be explored. We invite participants to prepare, share and work on an actual case study. The program consists of lectures, workshops, artists talks, museum visits and will give the opportunity to catch up with your network or start building one regarding the conservation of media art. The focus of the workshop will be fine-tuned depending on the cases participants bring in.

REGISTRATION
The participation fee is 1000,- euro, the number of participants is limited (8), language is English.
Registration deadline is September 15, 2017. Please describe the case study from your collection while applying.
Please register by emailing your information (name, institution, specialty, and a short description of the case study you want to discuss) to LIMA director Gaby Wijers, gabywijers@li-ma.nl.
Payment is by invoice and needs to be complete prior to the start of the workshop.
The workshop will take place at LIMA, Arie Biemondstraat 111, 1054 PD Amsterdam.
WORKSHOP PROGRAM
November 6, 2017 11:00-18:00
– introduction group, program, lectures, lecturers and LIMA by Gaby Wijers
– introduction into media art history, techniques and general work flow by Sanneke Huisman and Gaby Wijers
– how to go along; lecture and discussion into collection inventory protocols and identifying individual works Gaby Wijers, Mila van der Weide and Wiel Seuskens.
November 7, 2017 9:30 – 18:00
– visiting museum/exhibition tour behind the scenes
– lecture and discussion on media art technology by Ivo van Stiphout – lecture and discussion on decision making model and documentation
– introducing examples from the participants
– dinner
November 8, 2017 9:30 – 18:00
– working on the case studies
– lecture and discussion on preservation strategies: storage, migration, emulation, reinterpretation
– artist interview training by Dr. Sanneke Stigter Assistant Professor and Program Leader Contemporary Art Conservation University of Amsterdam
November 9, 2017 9:30 – 18:00
– working on the case studies, what are the questions
– open
– artist talk
– meet and greet with Dutch professionals
November 10, 2017 9:30 – 16:00
– working on the case studies
– lecture and discussions on acquisition and contracts by Gaby Wijers
– presenting preservation plan per case study
About LIMA
In the past years, LIMA Amsterdam shared her expertise on media art preservation with collections and artists by lectures, small workshops, projects, publications and the annual symposium ‘Transformation Digital Art’. As of November 6 to 11, 2017, LIMA will expand her training possibilities of practical and theoretical preservation in media art and meet worldwide requests by organizing a one week workshop regarding the conservation of media art.
Tags

preservation preservation guidelines workshop

[Suggéré par, Submitted by Gaby Wijers]

« Parlons en » au CICRP

Couleur sous lumière noire – Application du LEDµSF (spectrofluorimètre portable à LED) à l’étude des peintures anciennes,

Couleur sous lumière noire – Application du LEDµSF (spectrofluorimètre portable à LED) à l’étude des peintures anciennes

Par le Dr Aurélie Mounier

IRAMAT-CRPAA – Institut de Recherche sur les ArchéoMATériaux – UMR 5060 CNRS / Université Bordeaux Montaigne – Centre de Recherche en Physique Appliquée à l’Archéologie


23 Novembre 2017 – 13 h 30 / CICRP
Adresse : 21 Rue Guibal, 13003 Marseille
Téléphone : 04 91 08 23 39

NB : Le nombre de place étant limité, confirmer sa présence par courriel à l’adresse électronique suivante : info@cicrp.fr  


La fluorescence sous UV est depuis longtemps exploitée pour examiner les objets du patrimoine culturel, notamment pour révéler des repeints, des ajouts postérieurs ou les matériaux organiques. Récemment dans le cadre de nos recherches, elle a été utilisée pour localiser les traces d’anciens décors métalliques, aujourd’hui disparus, au sein des peintures murales médiévales.

Les spectrofluorimètres disponibles sur le marché ne permettent pas de travailler sur certaines œuvres fragiles du patrimoine (peintures de chevalet, manuscrits médiévaux,…) pour lesquels l’échantillonnage est interdit et leur déplacement vers les laboratoires, impossible. Un appareil portable à LED a donc été développé à l’IRAMAT-CRP2A1 en collaboration avec l’ISM2 pour l’identification des pigments et liants dans les peintures.

La légèreté, le caractère non invasif et mobile du LEDµSF3 ouvrent un champ d’étude important vers les objets de musée. La faible puissance des LED et la sensibilité de capteur  garantissent l’innocuité de la méthode à l’égard des objets fragiles. Dans le cadre de ce « Parlons-en », l’histoire du développement de ce nouvel outil sera illustrée d’applications (enluminures médiévales, estampes Japonaises…) montrant son intégration dans l’arsenal des méthodes d’analyse traditionnellement employées, dont elle est complémentaire en particulier pour l’analyse des composés organiques.


1 Institut de Recherche sur les ArchéoMATériaux, Centre de Recherche en Physique Appliquée à l’Archéologie, UMR 5060 CNRS – Université Bordeaux Montaigne, Maison de l’Archéologie, Esplanade des Antilles, 33607 PESSAC, France.

2 Institut des Sciences Moléculaires, UMR 5255 CNRS – Université de Bordeaux, Bâtiment A12, Université de Bordeaux, 351 Cours de la Libération, 33405 Talence.

3 Brevet déposé en France à l’INPI le 24/12/14 (FR 1463318) et extension à l’international le 23/12/15 (PCT/FR2015/053744).

« 23 tonnes » à la Biennale de Lyon: ce qu’en disent les médias

Des sons et des rythmes

A la Sucrière, […]. C’est la vidéo inhumaine qu’Hamid Maghraoui obtient en plaçant sa caméra sur une grue qui décrit un cercle : elle enregistre automatiquement un paysage ravagé par l’industrie.

Extrait de « 14e Biennale de Lyon : des songes et des sons branchés sur l’Univers », article paru dans Le Monde numérique le 19.09.2017.

L’art émancipateur

Moins dramatique, la vidéo de Hamid Maghraoui a un format vertical inhabituel. Les images ont été prises avec une GoPro posée sur le porte-à-faux d’une grue. Depuis ce nid de béton et de métal, à hauteur de nuages, on aperçoit au loin Avignon et ses abords, version contemporaine d’une peinture de paysage.

Extrait de « La Biennale de Lyon, une leçon d’évasion » , article paru dans LE TEMPS  le 29.09.2017.

Appel à publication / Call for paper

Nous relayons ici l’appel à publication lancé par Hanna Hölling, notre collègue membre de l'[URI-cr].

Object – Event – Performance: Art, Materiality, and Continuity since the 1960s
2018 CAA | College Art Association, Los Angeles, Feb 21-24, 2018 – call for papers
In the 1960s, the art world and its objects began to experience a dramatic shift in what and how art can be. New modes of artistic expression articulated through Fluxus activities, happening, performance, video, experimental film and the emerging practices of media art questioned the idea of a static object that endures unchanged and might thus be subject to a singular interpretation. Different from traditional visual arts, the blending genres and media in art since the 1960s began to transform not only curatorial and museum collecting practices, but also the traditional function and mandate of conservation, now augmented to accept the inherent dynamism and changeability of artworks.

How do these artworks endure over time despite their material and conceptual changes? How do their identities unfold contingent on ruling knowledge, values, politics, and culture? Forging an examination of the physical and immaterial aspects of artworks at the intersection of art history and theory, material culture studies, and conservation, our session proposes to interrogate artworks that evade physical stability and fixity familiar from traditional works often conceived in a singular medium and meant to last “forever.” Intrinsically changeable and often short-duration, these artworks challenge art, conservation, and museological discourses. Not only do they test the standard assumptions of what, how and when an artwork is or can be, but they also put forward the notion of materiality in constant flux that plays a significant role in the creation and mediation of meaning.

[Send applications to:] Chair: Hanna B. Hölling, University College London, h.holling@ucl.ac.uk

The deadline for submissions is August 14, 2017. Please consult general guidelines for participants listed in the 2018 CAA Call for Participation (accessible here). A downloadable CFP for this session is available here.

(submitted by Hanna Hölling)

Un petit film sur la préservation d’arts médiatiques basés sur le temps

 
Cildo Meireles ‘Babel’ 2001 © Cildo Meireles

Le changement des choses est un court documentaire qui traite des défis de la préservation de media basés sur le temps dans le contexte d’un musée. Les œuvres médiatiques basées sur le temps peuvent avoir comme médium du film , des diapositives, la vidéo, de l’audio, de la performance performance ou un logiciel;  elles peuvent être analogiques ou numériques et elles ont la dimension du temps.

Things Change is a short documentary that addresses the challenges of preserving time-based media art in the context of a museum. Time-based media artworks may have as their medium film, slides, video, audio, performance or software, they can be analogue or digital and they have the dimension of time.

Dans la vidéo, certains conservateurs-restaurateurs et techniciens de Tate nous racontent comment ils traitent des œuvres d’art qui sont performatives, multidimensionnelles et immersives. De Charles Atlas Joints 4tet Ensemble 1971-2010, à Daria Martin Birds 2001, ou à John Gerrard Sow Farm 2009, la préservation de l’art médiatique basé sur le temps offre une occasion unique aux  départements de collaborer ensemble   et de poursuivre la recherche au sein du musée.

In the video, some of Tate’s conservators and technicians tell us about how they deal with artworks that are performative, multi-dimensional and immersive. From Charles Atlas Joints 4tet Ensemble 1971–2010, to Daria Martin Birds 2001, or to John Gerrard Sow Farm 2009, the preservation of time-based media art offers a unique opportunity to collaborate between departments and to push ahead the research within the museum.

Cette vidéo a été réalisée dans le cadre d’un projet de quatre ans, PERICLES,  qui a montré  les défis que constitue la surveillance de l’accessibilité et la compréhension d’un  contenu numérique. PERICLES a reçu un financement de l’ European Union’s Seventh Framework Programme for research, technological development and demonstration, en vertu de l’ accord de subvention numéro 601138.

This video has been realised within the context of PERICLES, a four-year project addressing the challenges of ensuring that digital content remains accessible and understandable. PERICLES has received funding from the European Union’s Seventh Framework Programme for research, technological development and demonstration under grant agreement no 601138. [source: INCCA, 26.09.17]

Video

 

« L’ Afrique des routes », à la croisée des chemins

« L’ Afrique des routes »             31 Janv. – 12 Nov. 2017              Musée du Quai Branly – J.Chirac  /  Lire ici

A vrai dire, « L’Afrique des routes » n’est plus à la croisée des chemins de l’histoire du continent africain. Elle a fait son choix en souhaitant résolument rompre avec une kyrielle de clichés et poncifs répandus à  propos de l’Afrique, qui en faussent la perception et la connaissance.  D’entrée  de  jeu, le visiteur est prévenu par  un avertissement   sans  frais  de  la  fausseté  de  nombreuses idées reçues et de l’obsolescence d’une terminologie encore en vigueur. Comme par exemple celles qui alimentent les notions de  primitivisme, d’ethnicité, de primarité et de l’isolement de l’Afrique. Du reste, il est recommandé de ne plus parler de l’Afrique, mais plutôt des Afriques.

L’exposition (dé)montre que depuis l’époque la plus reculée connue — environ 5000 avant JC — jusqu’à aujourd’hui, le continent africain n’a jamais été la contrée isolée et sauvage  si souvent stigmatisée comme telle. Les populations autochtones ont parfaitement su nouer des relations d’échanges – religieux, de savoir-faire, commerciaux, artistiques, stylistiques —  avec des voisins parfois même lointains, bien avant que les conquérants portugais ne débarquent sur les côtes africaines au milieu du XV ème siècle. Une quantité de documents très divers (cartes, écrits, photographie, dessins, etc.) témoignent de la création de voies de communication terrestres, fluviales, ou maritimes qui ont permis la circulation des biens et des personnes, de gré mais aussi de force.

L’un des grands mérites du parti-pris de l’exposition est d’y révéler une « agentivité »1 d’objets trop longtemps confinés à la représentation de la primitivité. Trop habituellement montrés ou perçus, plus ou moins consciemment, d’abord en tant qu’éléments significatifs de cultures sous développées ou curiosités pourvoyeuses d’exotisme, ils apparaissent ici sous un autre jour. Celui qui éclaire et met en exergue des faisceaux de relations auxquels ces artefacts participent et parfois dont ils occupent le coeur. De la sorte, ils échappent au sort et au dénuement de ces naufragés et épaves paraissant échoués sur des plages feutrées sans ressac, derrière les vitrines rutilantes aux lumières tamisées des temples de la diversité culturelle qui les détiennent comme otages du regard ethnocentré, seulement ethnoesthétique, doublé d’un fétichisme inculte et marchand, mais aussi comme apostrophes mutiques.

Le visiteur n’est plus convié seulement ou expressément à l’émoi de la fascination pour leur esthétique moderniste, leur étrangeté mystérieuse ou encore, pour un témoignage de notre antériorité civilisationnelle. Ce sont d’autres propriétés et valeurs – de fonctionnement, d’usage – de ces objets contributeurs d’un raffinement et une sophistication culturelles qui jurent avec les stéréotypes et les clichés encombrant encore beaucoup trop d’ imaginaires.

Le parti-pris est si efficace qu’on a le sentiment que tous les objets issus des cultures des autres autre-part ou disparues ne devraient plus être montrés autrement, dans la mesure où l’on possède suffisamment d’informations pour ce faire.

Sans détour et courageusement même, l’enjeu de l’exposition est aussi de pallier le manque cruel de visibilité de la part d’ombre de l’histoire coloniale, si peu glorieuse et parfois tellement sordide. La chronologie très succincte de la colonisation n’élude pas le trop longtemps occulté massacre de Thiaroye pendant le sommeil de tirailleurs sénégalais démobilisés, attendant la solde qui leur avait été promise dans un camp militaire non loin de Dakar, et qui fit 70 morts in fine selon le rapport du 5 décembre 1944 par le général Dagnan. En des temps de crise et de confrontation culturelle, identitaire, religieuse, martelées par les médias de masse, il n’est pas aisé d’ouvrir au grand jour des pages sombres de l’histoire nationale. C’est que les méfaits sanglants et d’une violence inouïe à l’égard de populations colonisées dont elles attestent, ne sont pas moins pires que ceux perpétrés par des terroristes se réclamant d’un Islam intégriste, extrémiste ou véritable.

La commissaire Gaêlle Baujean a truffé avec parcimonie le parcours d’oeuvres d’art moderne et contemporain afin qu’elles supportent la comparaison ou la confrontation avec les objets de l’autre, autre-part. Outre une résonance artistique,  elles peuvent être perçues aussi comme participant à la crédibilité d’une re-considération d’objets qui ont pu être infériorisés par la taxonomie muséale empreinte de la traditionnelle hiérarchie des productions artistiques. La plus remarquable d’entre elles – qui a suscité le plus de réactions d’incrédulité quand ce n’est pas de rejet catégorique si l’on en croît le livre d’or – est La réparation (The repair) de Kader Attia, appartenant aux collections du Centre Pompidou / Musée National d’Art Moderne. C’est un diptyque de 80 diapositives couleurs qui conclut l’exposition en montrant  de plein fouet sur un énorme  écran, des visages de gueules cassées par la Grande Guerre, juxtaposés à des ustensiles divers, tous ostensiblement et grossièrement recousus. La vision des têtes de ces « pauvres bougres » réchappés de la grande boucherie, véritablement scarifiés  et vilainement balafrés, est d’une brutalité telle qu’elle peut faire oublier la proposition de leur parallèle avec des objets exotiques réparés, voire même le sentiment de plénitude procuré par l’exposition. La radicalité choquante de l’oeuvre a peut-être été choisie à dessein, pour exhorter le visiteur à une vigilance au récit historique de la colonisation, et peut-être encore dans la perspective d’une réparation au moins symbolique de ses méfaits, dont l’ ostracisme  qui frappe encore la plupart des pays d’Afrique noire longtemps considérés comme dénués d’une histoire.

1 Le terme fait référence à l’agentivité d’Alfred Gell,  L’art et ses agents [Art and agency], Les Presses du Réel, 1998.

Programme des séminaires de Master I C-R / 2017-18

M1     Enquêter en institution Semestre 6
Session 1 – Mardi 17 octobre Se documenter et négocier sa posture.
Session 2 – Mardi 14 Novembre Présentation du laboratoire IMBE Ingénierie de la restauration des patrimoines culturels et naturels et des sujets de recherche pour l’articulation des problématiques et la prise en compte des demandes d’analyses dans le planning: Céline Joliot et Cathy Vieillescazes.
Les clauses de l’observation : retour sur les conceptions anthropologiques de l’enquête de terrain et de l’observation participante.
Session 3 – Mardi 12 décembre Un mode particulier d’observation : retour sur la sociologie des controverses.
Session 4 – Mardi 16 Janvier  La restitution des résultats de l’enquête : se constituer un espace de réflexivité critique. 
Session de Juin- Mardi 5 juin (date à confirmer) Restitution publique des stages de M1