Formation ARAAFU (1)

 

L’Araafu propose une formation:

Constats d’état et relevés sur tablettes numériques
Module 1 : Deux applications dédiées au constat d’état sur tablette, présentation et mise en pratique, Horus Condition Report et Art Report
Date : 1 journée, 3 sessions proposées :
vendredi 6 avril 2018
– ou jeudi 12 avril 2018
– ou jeudi 3 mai 2018
Cliquer sur la date pour télécharger la plaquette et le  bulletin d’inscription

Horaires : 9h30-13h et 14h-18h

Lieu : AGECA 177 rue de Charonne, 75011 Paris.
Date limite d’inscription : 
– 25 mars 2018 pour la session du vendredi 6 avril 2018
– 27 mars 2018 pour la session du  jeudi 12 avril 2018
– 16 avril 2018 pour la session du jeudi 3 mai 2018

Le nombre de stagiaires est limité à 12 par session.

Les bulletins d’inscription pour le module 2  seront diffusés la semaine prochaine: relevés graphiques sur tablettes numériques. Durée : 1 journée. Trois sessions également seront proposées :
– vendredi 13 avril 2018
– ou vendredi 4 mai 2018
– ou vendredi 1er juin 2018

………………………..

Les places peu nombreuses seront attribuées par ordre de réception.
Vous pouvez pré-réserver immédiatement par retour de courriel puis confirmer avant la date limite d’inscription par courrier traditionnel en envoyant les éléments détaillés ci-dessous.
POUR VOUS INSCRIRE :
– imprimer la plaquette,
– détacher le bulletin d’inscription, le remplir, le signer,
– et l’adresser au secrétariat : Araafu (Mme Blind) 21 rue d’Annam 75020 Paris

– accompagné de votre paiement (sauf organismes de formation et institutions payant a posteriori).

– Remplir le questionnaire en ligne pour compléter votre inscription.

N.B. Les chèques servent de garantie à votre inscription mais ne seront encaissés qu’après la formation
Si vous souhaitez faire prendre en charge cette formation par un organisme de formation professionnelle, adressez-vous au secrétariat munis de la liste des pièces demandées (devis, convention, autre) avant le stage.
Pour le FIF-PL, nouvelle procédure : nous transmettre avant le stage le document « attestation de présence » correspondant à votre code NAF que vous pouvez trouver sur le site du FIF-PL

Synthèse d’un mémoire de diplôme: des vantaux de porte.

Étude des vantaux de porte déposés de l’église Saint-Gilles à Chamalières-sur-Loire, en vue de leur conservation-restauration – ESAA, 2012

 Dans son mémoire, Maxime Kitaïgorodski, diplômé en 2012 à l’Ecole Supérieure d’Art d’Avignon, nous propose une réflexion sur la nécessité de développer une approche spécifique en terme de conservation-restauration de biens patrimoniaux, conservés dans leur contexte spatial et social et toujours en fonction.

1) Problématique

L’objet, qui fût au centre de l’attention de l’auteur du mémoire, est une ancienne porte à deux vantaux, placée initialement à l’entrée de l’église Saint-Gilles de Chamallières-sur-Loire, puis déposée en 1893. Elle a subi les effets du temps et des évolutions dues à son usage ayant entraîné  une altération de son intégrité matérielle et formelle. De plus sa dépose, effectuées dans un souci de préservation matérielle, a amputé la compréhension de sa fonction et de sa situation premières ainsi que de sa portée symbolique et spirituelle.

Comment aborder la conservation-restauration d’un mobilier monumental patrimonialisé rattaché à son contexte d’origine et pourtant déconnecté de sa fonction première ? s’interroge l’auteur du mémoire .

Autrement dit, comment faire cohabiter la valeur patrimoniale, et ses exigences de conservation, avec l’expression d’une richesse de fonctions passées, qui ont conduit à la patrimonialisation ? poursuit-il.

Son étude commence par s’attacher à définir les besoins urgents de conservation matérielle et de nécessité de traitements pour préserver l’intégrité matérielle de l’objet, et par ailleurs s’interroge sur la conservation de son identité utilitaire et de sa perception altérée. Pour ce faire, il questionne la pertinence d’associer le regard d’un créateur à la phase réflexive du conservateur-restaurateur.

2) Résolution

a) conserver

Dans le but de préserver l’intégrité matérielle des vantaux, une intervention de type “archéologique” est envisagée, se limitant donc strictement aux opérations de conservation curative et de stabilisation physique. Après un travail fastidieux de relevé d’altérations, un comparatif de différents traitements contre les infestations xylophages a été mené selon les paramètres imposés par le bien, son lieu de conservation et le cadre législatif. Le traitement par fumigation ou anoxie dynamique était tout à fait possible mais c’est finalement le traitement chimique par application liquide qui a été choisi. Auparavant un dépoussiérage a été réalisé et des mesures préventives ( entretien régulier du lieu pour limiter un retour des organismes vivants, l’application d’un produit de préservation préventif …) ont été préconisées.

L’étude mécanique a mis en évidence le déséquilibre des forces exercées sur les vantaux. Aussi l’objectif de l’intervention fut-il de conférer une meilleure répartition des forces s’approchant de celle d’origine. La réalisation d’une structure de maintien n’a pu être engagée mais les principes concernant les exigences de conservation ont été établis. Cette structure devra être développée en fonction des choix de présentation et de disposition dans l’espace qui seront faits. Par ailleurs, les pattes de scellement actuelles corrodées devront être retirées et remplacées par un nouveau système de fixation. Les éléments mobiles directement accessibles seront consolidés afin de limiter tout risque de perte de matière, et enfin,  les éléments métalliques seront protégés.

Au vu des interventions explicitées ci-dessus qui seront mises en place, la dépose des vantaux  a semblé nécessaire. Ils devront alors être déplacés séparément et disposés en position horizontale sur des tréteaux.

b) restaurer

La valeur essentielle conféré à ce bien culturel est liée à son contexte architectural et à son usage fonctionnel initial. Sa disposition spatiale pose aujourd’hui un véritable problème de lisibilité, bien plus que son aspect formel. Ainsi convient-il, dans l’idée d’y remédier, de déterminer aujourd’hui, sa position dans l’espace architectural et la façon de le présenter. C’est précisément cette démarche qui caractérise l’ acte de restauration proprement dit.

Deux préoccupations guident le projet : rétablir la fonction utilitaire en remédiant à la disposition actuelle qui occulte la signification de ce bien, et prendre en considération l’acte de dépose en renonçant à une remise en place des vantaux qui ne tiendrait pas compte des valeurs patrimoniales attribuées au cours du temps.

Afin de répondre à ces exigences, une nouvelle approche est proposée : l’association (conservateur-) restaurateur / créateur dans la réflexion et l’élaboration d’une proposition de restauration. Cette interdisciplinarité a pour but d’élargir les possibilités de notre pratique sans  remettre en cause ses fondements ni prétendre à une généralisation.

Le conservateur-restaurateur agit en premier lieu dans un souci de conservation, phase première et nécessaire de la conservation-restauration, mais qui limite l’exploration de nouveaux champs d’investigation pour la présentation et la mise en valeur patrimoniale. Dans quelles mesures la pensée créative peut-elle enrichir celle du restaurateur ?  Quel rôle lui est attribué ?

L’association avec un créateur pourrait permettre  par sa restauration, la perception de significations de l’objet autres que patrimoniales et d’intégrer au processus une vision du contexte contemporain dans lequel existent aujourd’hui les vantaux.

Le créateur a la possibilité de souligner le caractère utilitaire de ces vantaux en tant qu’élément participant d’un ensemble architectural plus large, en faisant fi de contraintes conservatoires. Or dans ce cas, il devra se placer comme un interlocuteur, un collaborateur présentant une proposition créative en l’adaptant aux impératifs de conservation.

Un exemple de projet concret a été envisagé par l’auteur du mémoire. Il s’agissait de concevoir une structure à même d’assurer un maintien et une répartition des forces, tout en constituant aussi un dispositif de présentation des vantaux et de leur articulation à l’environnement architectural. Hélas cette collaboration n’a pas pu dépasser son état embryonnaire, l’auteur s’étant heurté à des difficultés pour susciter un réel intérêt auprès des créateurs sollicités dans le temps qui lui était imparti. Néanmoins, cette réflexion mérite d’être approfondie et affinée sur le long terme pour enrichir la conservation-restauration de la pensée créatrice et lui ouvrir de nouvelles perspectives.

 

 

8e journées professionnelles de la conservation-restauration

Conserver et restaurer le patrimoine culturel : des métiers et des pratiques en évolution

Jeudi 29 & Vendredi 30 mars 2018

Auditorium
7 avenue Albert de Mun
Paris 16e
Métro Iéna ou Trocadéro

La Direction générale des patrimoines du ministère de la Culture organise, en partenariat avec la Cité de l’architecture et du patrimoine et l’Institut national du patrimoine, les huitièmes journées professionnelles de la conservation-restauration des biens culturels.

Le fil conducteur du thème de cette année 2018 est centré sur l’exercice des métiers indispensables aux mesures et actions de la conservation-restauration : formation initiale, adaptation de la formation à la réalité du terrain, évolutions des pratiques, évolution du métier en terme de compétences, place du métier dans le processus de conservation-restauration du patrimoine culturel, enjeux pour l’avenir…

Après une introduction historique du sujet, ces journées rassembleront de multiples témoignages sur l’évolution des métiers : transformation des pratiques, au regard notamment de nouveaux patrimoines, développement de nouvelles compétences voire de nouveaux métiers, modification de la commande et de l’économie de la conservation-restauration, perspectives et évolution des besoins en matière de formation.

Tables rondes et études de cas permettront à une quarantaine d’intervenants de s’exprimer et de présenter leurs expériences dans tous les métiers (architectes, conservateurs, entreprises, ingénieurs, régisseurs, restaurateurs…) et dans tous les champs patrimoniaux (archéologie, archives, musées, bibliothèques, monuments historiques…).

Découvrir le programme  ICI

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

Inscription obligatoirevia le formulaire

Les valises quelle que soit leur taille et les sacs de grande contenance sont désormais interdits dans la Cité.

Contact
andree-emilie.segura@citedelarchitecture.fr

 

 

Preservation of media art

Workshop Preservation of Media Art

This workshop invites conservators and registrars working with media artworks in museums to gain an understanding of the different components involved in documenting and preserving media artworks for the sake of preservation and future presentations.

Museums see themselves increasingly confronted with the questions and challenges related to displaying and preserving media art and digital art. These artworks rely on their technological environment, and this is constantly changing. Artworks adapt or perish. Sustaining these works requires new strategies. How will we keep these artworks alive and accessible in the future? Not all collections have much experience in dealing with these type of artworks. What new strategies do we need? How to develop knowledge on this particular part of contemporary art. During a week, professionals from all over the world will address these questions and be able to catch up on technological, conceptual and art historical aspects of media art preservation. We will share our practice, experience, views and results with museum professionals working in the fields of media art and digital art. Practical protocols for decision making and documentation, workflows for sustainable storage, models for artists interviews and contracts will be explored. We invite participants to prepare, share and work on an actual case study. The program consists of lectures, workshops, artists talks, museum visits and will give the opportunity to catch up with your network or start building one regarding the conservation of media art. The focus of the workshop will be fine-tuned depending on the cases participants bring in.

Registration

The participation fee is 1000,- euro, the number of participants is limited (8), language is English. Please describe the case study from your collection while applying. Registration deadline is March 1, 2018.

Please register by emailing your information (name, institution, speciality, and a short description of the case study you want to discuss) to LIMA director Gaby Wijers, gabywijers@li-ma.nl.

Payment is by invoice and needs to be completed prior to the start of the workshop.

The workshop will take place at LIMA, Arie Biemondstraat 111, 1054 PD Amsterdam.

Workshop Program

March 26, 2018 11:00-18:00

– introduction group, program, lectures, lecturers and LIMA by Gaby Wijers

– introduction into media art history, techniques and general workflow by Sanneke Huisman and Gaby Wijers

– how to go along; lecture and discussion into collection inventory protocols and identifying individual works Gaby Wijers, Mila van der Weide and Wiel Seuskens.

March 27, 2018 10:00 – 18:00

– visiting museum/exhibition tour behind the scenes

– lectures and practices on video art and installation art technology by Ramon Coelho/Ivo van Stiphout

– lecture and discussion on decision-making model and documentation – introducing examples from the participants

– dinner

March 28, 2018 10:00 – 18:00

– working on the case studies

– lecture and discussion on preservation strategies: storage, migration, emulation, reinterpretation

– lecture and discussions on acquisition and contracts by Gaby Wijers

– artist interview training

March 29, 2018 10:00 – 18:00

– working on the case studies, what are the questions

– open

– artist talk

– meet and greet with Dutch professionals

March 30, 2018 10:00– 15:00

– working on the case studies

– presenting preservation plan per case study

In the past years, LIMA Amsterdam shared her expertise on media art preservation with collections and artists by lectures, small workshops, projects, publications and the annual symposium ‘Transformation Digital Art’ (march 22-23 2018). As of March 26 to 30, 2018, LIMA will expand her training possibilities of practical and theoretical preservation in media art and meet worldwide requests by organizing a one week workshop regarding the conservation of media art.

Authentication in Art Congress

The Authentication in Art Congress 7–8–9 June, 2018, The Hague, The Netherlands.
The main topics of the 2018 AiA Congress will be: Technical Art History Guidelines, the AiA/NAI Alternative Dispute Resolution Board (Art & Law) and Technical Art History Database (TAHDa).

For the full AiA 2018 Congress Program Visit:
http://authenticationinart.org/congress-2018/congress-program-2018/

The registration for the AiA 2018 Congress is now open, register here:
http://authenticationinart.org/congress-2018/congress-registration/