Formation sur les risques liés au plomb

 L’ARAAFU organise le Vendredi 25 mai 2018 une journée d’étude sur les risques liés au plomb sur les chantiers de conservation-restauration. L’objectif de cet évènement est à la fois d’informer avec une matinée théorique menée par la CRAMIF et d’échanger sur des cas pratiques durant l’après midi, avec des retours d’expérience de professionnels et conservateurs-restaurateurs de différentes spécialités confrontés à cette problématique.
Cette journée se déroulera à l’auditorium de la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, à Charenton-le-Pont (métro ligne 8, station Liberté).
Vous pouvez télécharger dès à présent :
– Le programme,
– Le bulletin d’inscription, à envoyer accompagné de votre règlement à l’adresse : ARAAFU (Mme Blind) 21 rue d’Annam 75020 Paris
– La plaquette de présentation.

Parlons-en au CICRP

 cid:image006.png@01D3C752.CA0C8460Au CICRP, le 19 Avril à 13 h 30

Eglise Saint-Louis,
(Histoire et Restauration d’un patrimoine marseillais)
par Jean-Claude Gautier, conservateur en chef honoraire de bibliothèque, Laure Van Ysendyck et Danièle Amoroso, conservatrices-restauratrices, Jean-Marc Vallet, ingénieur de recherche au CICRP.
Dans le cadre de construction d’églises nouvelles à Marseille dans les années 1930 dans les quartiers industriels et populaires, le chanoine Gabriel Pourtal, curé de la paroisse Saint Louis fait édifié
en 1933 par l’architecte Jean-Louis Sourdeau, une nouvelle église à la place d’une église du XVII ème devenue trop petite. Elle est réalisée en béton armé permettant une réalisation rapide et achevé
en 1935.
Elle est considérée comme un véritable chef d’œuvre d’art moderne dans une perspective de monumentalité avec sculptures et vitraux et décorée à l’intérieur de peintures murales : un Chemin de la
Croix de Jacques  Martin-Ferrières …  ainsi que deux grandes affiches (1945-1950) en hommage aux prêtres ouvriers.
Jean-Claude Gautier relatera l’histoire de l’édifice et les artistes de l’église et notamment Jac Martin Ferrières (1893-1972), fils du peintre Henri Martin (1860-1943) et qui va s’illustrer par des
œuvres monumentales : salle des Illustres du Capitole de Toulouse, église Saint Christophe de Javel, chapelle de l’Immaculée conception à Montauban (Tarn et Garonne) ou encore église Notre Dame de Lourdes à Romans (Drôme). La restauration du chemin de Croix a été menée par L. Van Ysendyck. Elle a bénéficié de l’étude menée par le CICRP sur la caractérisation des formes de dégradations présentes et sur la caractérisation de la palette du peintre. Laure Van Ysendyck et Jean-Marc Vallet présenteront quelques aspects des travaux de restauration et d’analyse matérielle de l’œuvre.D’autre part, Danièle Amoroso, relatera son étude sur les affiches décorant l’intérieur de l’église.

Le nombre de place étant limité, merci de confirmer votre présence par courriel à l’adresse électronique suivante : info@cicrp.fr
CICRP – 21, rue Guibal – 13003 Marseille Tél. : 04 91 08 77 80

Consulter le programme  ICI

Constats d’état sur tablettes numériques

ARAAFU   FORMATION

IL RESTE ENCORE DES PLACES POUR LES FORMATIONS :

Constats d’état et relevés sur tablettes numériques

Module 1 :

Deux applications dédiées au constat d’état sur tablette, présentation et mise en pratique, Horus Condition Report et Art Report
Horaires : 9h30-13h et 14h-18h
1 journée :
vendredi 6 avril 2018 (s’inscrire au plus tard le mercredi 28 mars impérativement svp)
– ou jeudi 3 mai 2018 (s’inscrire avant le 16 avril)
(cliquer sur la date pour télécharger la plaquette et bulletin d’inscription)

Module 2 :

Relevés graphiques sur tablettes numériques (Autodesk Sketchbook, Pixelmator, Adobe Draw et Adobe Capture, Adobe Fill & Sign, AutoCAD)
Horaires : 9h30-12h30 et 14h-18h
1 journée :
– vendredi 13 avril 2018 (s’inscrire au plus tard le mercredi 28 mars impérativement svp)
– ou vendredi 4 mai 2018 (s’inscrire avant le 16 avril)
(cliquer sur la date pour télécharger la plaquette et bulletin d’inscription)Lieu : AGECA 177 rue de Charonne, 75011 Paris.

Le nombre de stagiaires est limité à 12 par session.

………………………..

Peu de places. Celles-ci seront attribuées par ordre de réception. Pensez à pré-réserver dès à présent par courriel ou téléphone !
Vous pouvez pré-réserver immédiatement par retour de courriel puis confirmer avant la date limite d’inscription par courrier traditionnel en envoyant les éléments détaillés ci-dessous.
POUR VOUS INSCRIRE :
– imprimer la plaquette,
– détacher le bulletin d’inscription, le remplir, le signer,
– et l’adresser au secrétariat : Araafu (Mme Blind) 21 rue d’Annam 75020 Paris

– accompagné de votre paiement (sauf organismes de formation et institutions payant a posteriori).

– Remplir le questionnaire en ligne pour compléter votre inscription.

N.B. Les chèques servent de garantie à votre inscription mais ne seront encaissés qu’après la formation
Si vous souhaitez faire prendre en charge cette formation par un organisme de formation professionnelle, adressez-vous au secrétariat munis de la liste des pièces demandées (devis, convention, autre) avant le stage.
Pour le FIF-PL, nouvelle procédure : nous transmettre avant le stage le document « attestation de présence » correspondant à votre code NAF que vous pouvez trouver sur le site du FIF-PL : http://www.fifpl.fr/index.php?page=attestation_de_presence_et_de_reglement
Araafu

tél  06 95 129 222 – Site internet : http://araafu.comsecretariat@araafu.com
Permanence et présence jeudi matin

4 ème rencontre inter-formations en conservation-restauration

L’association Fil à Fil a le plaisir de vous informer de la tenue de la quatrième édition des Rencontres inter-formations qui auront pour thème « la recherche en conservation-restauration »
                                 Vendredi 18 et samedi 19 Mai 2018  à Avignon


Les RIFs étant organisées comme des rencontres entre des étudiants des quatre formations françaises à la conservation-restauration, se tiendront à Avignon cette année. Ces rencontres ont pour but de créer des liens entre les étudiants de chaque formation, de mettre en place des projets communs et de partager les expériences et les différents points de vues de chacun.

 

Journées professionnelles des patrimoines 2018

21 et 22 juin 2018,

auditorium de la galerie Colbert,

2 rue Vivienne, 75002 Paris

Professionnels du patrimoine et chercheurs, acteurs conjoints des sciences du patrimoine [titre provisoire]Tous les métiers du patrimoine, de ceux de la conservation à ceux de la médiation en passant par ceux du classement, de la description et de la restauration, sont intimement liés à la recherche. Indispensable à l’élaboration des politiques et des projets comme à l’exercice des missions, elle est une dimension essentielle de leur mise en œuvre.Aussi, les professionnels du patrimoine et de l’architecture sont de plus en plus impliqués dans la recherche aux côtés des chercheurs académiques, français et étrangers, de la définition des sujets à l’application comme à la restitution des résultats.

Ces recherches portent sur l’ensemble des domaines patrimoniaux, matériels, immatériels ou numériques. Elles constituent un champ particulier, celui des « sciences du patrimoine », qui désignent dans toute leur diversité les disciplines scientifiques sollicitées pour la connaissance, la conservation-restauration et la transmission du patrimoine. Elles associent sciences humaines et sociales, telles que l’archéologie, l’histoire, l’histoire de l’art, l’anthropologie, la sociologie ou la géographie ; sciences sociales appliquées, telles que le droit ou la pédagogie ; sciences expérimentales, telles que la physique la chimie ou la biologie, auxquelles sont venues s’ajouter les sciences du numérique ou de la communication.

Les sciences du patrimoine embrassent l’ensemble des domaines d’intervention des professionnels, de l’identification du patrimoine (recensements, inventaires, etc.) à sa médiation, en passant par sa conservation et sa restauration. Elles concourent aussi bien à l’histoire des œuvres, qu’à l’identification des matériaux dont elles sont constituées et des techniques mise en œuvre par leurs créateurs, à la compréhension des phénomènes d’altération et de destruction ou encore à la muséographie et aux dispositifs de médiation. Par nature pluri- et transdisciplinaires, elles sont tout particulièrement favorables aux approches transversales croisant plusieurs domaines patrimoniaux (archives et bibliothèques, archéologie et monuments historiques, patrimoine matériel et immatériel, etc.), ouvrant de nouveaux axes de recherche, que ce soit dans les humanités numériques, la physique et la chimie des matériaux anciens ou l’anthropologie du fait patrimonial. Elles contribuent à renouveler non seulement les méthodes de travail et les processus professionnels, mais aussi la teneur et les modes de restitution des travaux.

En envisageant l’implication des professionnels dans la recherche et l’apport de cette dernière à l’exercice de leurs métiers, ces journées permettront de dresser un état des lieux, d’exposer les dispositifs rendant possible cette construction conjointe et plusieurs projets emblématiques de cette approche et de dessiner, enfin, les perspectives d’évolution des sciences du patrimoine au regard des métiers, dans une totale continuité entre recherche fondamentale et recherche appliquée.

Ce texte a été prélevé ICI

Restitutions de biens volés en Afrique

C’est lundi 5 mars à l’occasion d’une rencontre avec le président béninois Patrice Talon à Paris, que son homologue français Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une mission pour la restitution aux pays africains d’œuvres spoliées par la France. La nouvelle n’est pas passée inaperçue en Afrique, où de nombreux dirigeants ont apprécié cette volonté déclarée. Sauront-ils pour autant réunir les conditions nécessaires au retour et à la conservation sécurisée de leur patrimoine sur leur sol, se demande un journaliste burkinabé dans le journal local « Le pays ».

Cette volonté du chef de l’État français succède à sa promesse faite trois mois auparavant à Ouagadougou, de travailler à la restitution aux africains de cette partie de leur patrimoine culturel qui a fait l’objet de vol ou de pillage colonial, principalement par de nombreux coloniaux en tous genres – explorateurs, commerçants, administrateurs, et missionnaires. Ceux-ci arrivèrent au 18 ème et 19 ème siècle au temps de la révolution industrielle pour tenter l’aventure africaine. Dans leur sillage, d’autres collecteurs peu scrupuleux furent les auteurs d’un véritable pillage organisé d’objets que l’on retrouve aujourd’hui dans des musées prestigieux en Europe et aux USA. Des masques, des statuettes et bien d’autres objets encore, ont franchi les océans frauduleusement par des voies secrètes, dont notamment le canal de la valise diplomatique, même après les années 1960 des indépendances.

Il est toujours facile de lancer des promesses, moins de les tenir. Gageons que cette fois, les expériences de restitutions d’un passé récent puissent servir de leçons et conduire à des résolutions de cas plus dignes et plus rapides.

Pour lire la résolution du cas de 30 Vivango,  des statues de bois gravées à la mémoire des ancêtres des Mijikenda, restitués par le Denver Museum of Nature au gouvernement kényan.

TELECHARGER LE PDF

Conservation-restauration et droit

Institut Art & Droit

COLLOQUE organisé par l’Institut Art & Droit

La restauration des œuvres d’art et le droit

Lundi 9 avril 2018 – 13h30 / 20h

Auditorium de l’Institut National d’Histoire de l’Art – INHA
2, rue Vivienne, Paris 2me
(Accès libre sur inscription préalable à institut@artdroit.org)
PROGRAMME

13h30 Enregistrement des participants

14h Accueil – Ouverture des travaux
Eric de Chassey, Directeur général de l’Institut National de l’Histoire de l’Art – INHA

14h15 Remerciements et présentation du colloque
Gérard Sousi, Président de l’Institut Art & Droit, Ancien Vice-président de l’Université Lyon 3
Emmanuel Pierrat, Avocat associé, Pierrat & de Seze, spécialiste en droit de la propriété intellectuelle

14h30 Droits de l’auteur de l’œuvre restaurée et de ses ayants droit
Tristan Azzi, Professeur à l’Ecole de droit de la Sorbonne, Université Paris 1 Panthéon -Sorbonne

14h45 Les restaurateurs ont-ils des droits sur les œuvres restaurées ?
Marie-Hélène Vignes, Avocate à la Cour

15h Table ronde 1 : la mention des restaurations
Présidence : Emmanuel Pierrat, Avocat associé, Pierrat & de Seze, spécialiste en droit de la propriété intellectuelle
Dr Aurélia Chevalier, Restauratrice du patrimoine, spécialité Art contemporain et Recherche en Conservation-restauration
Pierre Taugourdeau, Directeur juridique du Conseil des ventes volontaires
Jean-Loup Nitot, Avocat à la Cour

15h45 La responsabilité du restaurateur et des autres intervenants
Claudia Andrieu, Responsable des Affaires juridiques de Picasso Administration
Marine Ranouil, Maître de conférences à l’Ecole de droit de la Sorbonne

16h15 Débats

16h30 Pause

16h45 Le contrat de restauration en droit privé
Alexis Fournol, Avocat à la Cour

17h La restauration et les marchés publics
Judith Kagan, Conservateur général du patrimoine, Cheffe du bureau de la conservation du patrimoine mobilier et instrumental, Ministère de la culture et de la communication
Elodie Tamburrini, Responsable du secteur des affaires juridiques et des marchés publics, musée d’Orsay et musée de l’Orangerie

17h30 Table ronde 2 : le statut du restaurateur
Présidence : Gérard Sousi, Président de l’Institut Art & Droit, Ancien Vice-président de l’université Lyon 3
David Cueco, Conservateur-restaurateur et Art contemporain, conseil en conservation préventive
Aude Mansouri, Présidente de la Fédération française des professionnels de la conservation-restauration
Jean-Baptiste Schroeder, Avocat à la Cour

18h15 Débats

 Journées des Restaurateurs en Archéologie. 

A noter sur votre agenda

Lyon, les 29 et 30 novembre 2018

Les JRA, Journées des Restaurateurs en Archéologie sont organisées annuellement et bénévolementElles réunissent en moyenne une centaine de participants français et étrangers (restaurateurs, scientifiques, archéologue, etc.) et permettent d’échanger sur les dernières actualités dans le domaine. Elles sont également un lieu d’échange entre professionnels en exercice et étudiants. Les intervenants proposent des communications sur un thème commun et les articles sont publiés postérieurement dans le cadre des Cahiers Techniques de l’ARAAFU.

Ces 32ème JRA sont organisées de façon parallèle (le vendredi 30 novembre) avec la 8ème édition des JERI (Journées d’Étude en Recherche et Innovation en conservation-restauration).

Rendez-vous au Musée Fabre

Le musée Fabre de Montpellier Méditerranée Métropole et l’Université Paul Valéry se sont associés pour proposer des rendez-vous d’exception ! Pour accompagner l’exposition Dans le secret des œuvres d’art, présentée du 24 mars au 02 septembre 2018, chercheurs en muséologie, professionnels des musées et de la médiation animent 3 tables rondes autour d’une question liée à l’actualité du musée. Cette année, pour sa troisième édition, le Fabre Lab’ accompagne la thématique de l’exposition, consacrée à la conservation et la restauration des œuvres d’art.

Une occasion unique pour réfléchir, partager et échanger avec les intervenants, conservateurs (Pierre Stepanoff, musée Fabre, Caroline Ducourau, directrice de la culture scientifique et du patrimoine historique à l’UM) chargés de la formation des restaurateurs (Olivier Zeder, directeur du département de la restauration – Institut national du Patrimoine, Paris), ou responsables de la médiation, Charles-Henri Morille (chef du service médiation au Museum d’Histoire naturelle de Toulouse).

Ces rencontres ne s’adressent pas seulement aux étudiants, elles sont ouvertes à tous !

Programme des sessions 2018.

Formation ARAAFU (2)

L’Araafu propose une formation:
Constats d’état et relevés sur tablettes numériques

Module 2 : relevés graphiques sur tablettes numériques (Autodesk Sketchbook, Pixelmator, Adobe Draw et Adobe Capture, Adobe Fill & Sign, AutoCAD)Date : 1 journée, 3 sessions proposées :

vendredi 13 avril 2018
– ou vendredi 4 mai 2018
– ou vendredi 1er juin 2018

(cliquer sur la date pour télécharger la plaquette et bulletin d’inscription)

Horaires : 9h30-12h30 et 14h-18h

Date limite d’inscription : 
– 27 mars 2018 pour la session du vendredi 13 avril 2018
– 16 avril 2018 pour la session du  vendredi 4 mai 2018
– 14 mai 2018 pour la session du vendredi 1er juin 2018

Le nombre de stagiaires est limité à 12 par session.

——–

RAPPEL MODULE 1
Cette formation pourra être complétée par le module 1 : Relevés graphiques sur tablettes numériques. Les deux modules peuvent être suivis indépendamment. Rappel des dates et bulletins d’inscription pour le module 1 : Deux applications dédiées au constat d’état sur tablette, présentation et mise en pratique, Horus Condition Report et Art Report
Date : 1 journée, 3 sessions proposées :
vendredi 6 avril 2018
– ou jeudi 12 avril 2018
– ou jeudi 3 mai 2018

………………………..

Les places étant limitées, celles-ci seront attribuées par ordre de réception.
Vous pouvez pré-réserver immédiatement par retour de courriel ou téléphone, puis confirmer avant la date limite d’inscription par courrier traditionnel en envoyant les éléments détaillés ci-dessous.
POUR VOUS INSCRIRE :
– imprimer la plaquette,
– détacher le bulletin d’inscription, le remplir, le signer,
– et l’adresser au secrétariat : Araafu (Mme Blind) 21 rue d’Annam 75020 Paris

– accompagné de votre paiement (sauf organismes de formation et institutions payant a posteriori).

– Remplir le questionnaire en ligne pour compléter votre inscription.

N.B. Les chèques servent de garantie à votre inscription mais ne seront encaissés qu’après la formation
Si vous souhaitez faire prendre en charge cette formation par un organisme de formation professionnelle, adressez-vous au secrétariat munis de la liste des pièces demandées (devis, convention, autre) avant le stage.
Pour le FIF-PL, nouvelle procédure : nous transmettre avant le stage le document attestation de présence correspondant à votre code NAF que vous pouvez trouver sur le site du FIF-PL
Araafu

t. 06 95 12 92 22 – Site internet : http://araafu.comsecretariat@araafu.com

La conservation-restauration exposée par le Musée Fabre

Danièle Amoroso, diplômée de l’ESAA, à l’oeuvre © Frédéric  Jaulmes – Musée Fabre

EXPOSITION :   DANS LE SECRET DES ŒUVRES D’ART

Les cinq années du chantier de rénovation du musée Fabre, suivies de
dix années d’ouverture au public, ont nécessité d’intenses campagnes
de conservation-restauration des œuvres présentées aux visiteurs. Un travail long, attentif et minutieux mais en même temps discret, qui se joue dans les coulisses du musée : ateliers et réserves.
Des Œuvres « vivantes »
Le musée propose une plongée Dans le Secret des œuvres d’art. Nous percevons généralement les tableaux, encadrés et présentés contre les cimaises du musée, comme des images figées illustrant des sujets, racontant des histoires, exaltant des formes et des couleurs. Pourtant, les œuvres d’art sont également des assemblages hétéroclites, faits de toile ou de planches de bois, de châssis ou de parquetage, d’une couche de préparation et d’une couche picturale comprenant des pigments. Composées notamment de matériaux organiques, les œuvres réagissent à leur milieu et, comme des êtres vivants, se contractent ou se rétractent, et parfois se détériorent.
Les Secrets de la physicalité des œuvres
L’exposition présentera cinq focus sur six œuvres: peinture  sur bois, sur toile, dessins, sculpture en bronze et toile en matériaux contemporains, dont l’étude et la restauration se sont avérées complexes et passionnantes. Les propriétés physico-chimiques des matériaux, les techniques de création, les besoins en termes de conservation et de restauration, tous ces aspects fascinants seront révélés au public, proposant un discours à la croisée de l’histoire, de la science, de l’artisanat et de l’art. Le visiteur sera convié à pénétrer les secrets de la matérialité des œuvres et le processus de leurs restaurations. Cette exposition sera accompagnée d’un colloque scientifique, d’une série de conférences et de visites guidées qui permettront à tous d’approfondir l’univers de la conservation-restauration des œuvres d’art et ses méthodes, telles que

  • l’humidification des dessins sous gore-tex, un  matériau qui permet le passage de l’eau à l’état gazeux et non liquide, favorisant ainsi une humidification uniforme et progressive grâce à une mise sous poids pendant un mois,
  • la vision des effets  d’une chambre climatique contrôlée sur une oeuvre et du milieu d’observation grâce à des caméras,
  • la mise au point  d’un système de pesée d’un panneau pour connaître l’eau qu’il est capable d’absorber durant l’essai,
  • la réalisation d’examens radiographiques,
  • l’utilisation de solvants adaptés et compatibles avec la conservation des patines.

A lire en préparation de sa visite, et pour entrevoir à quoi s’expose la conservation-restauration mise en spectacle.

Musée Fabre

Du 23 Mars au 02 Septembre 2018

3, boulevard Bonne Nouvelle, 34000 Montpellier

Tramway lignes 1 et 2 station Comédie / lignes 1, 2 et 4 station Corum.

Horaires

Ouvert

  • Du mardi au dimanche de 10:00 à 18:00

Fermé

  • Le lundi

Tarifs

Billets combinés

Plein : 10 €
Réduit : 8 €
  • – de 18 ans
  • Etudiants de – de 26 ans
Gratuit :
  • 1er dimanche du mois
  • Demandeurs d’emploi