Conservation du patrimoine photographique

Le Centre d’art GwinZegal, le musée de Bretagne et l’association Bretagne Musées s’associent pour proposer deux journées de réflexion et de rencontre autour du patrimoine photographique, de sa conservation à sa valorisation.

Une course contre la montre

La première journée de ce cycle consacrée à la conservation et à la valorisation de fonds photographiques qui s’est déroulée à Guingamp le 23 septembre 2017, a permis de s’interroger sur la notion même de patrimoine photographique ; la présentation de plusieurs démarches artistiques a montré comment la création contemporaine pouvait utiliser cette matière photographique.

PROGRAMME DE LA JOURNEE DU 23 SEPTEMBRE 2017  ICI

prog Journée 1

De la conservation à la valorisation

La seconde journée qui se tient le vendredi 18 mai 2018 aborde le mode de constitution des fonds et les questions de conservation et de valorisation qui en découlent, ainsi que la manière dont les institutions assurent un retour vers un public aussi large que possible de ces collections.

PROGRAMME DE LA JOURNEE DU 18 MAI 2018  ICI

Conservation-restauration de l’art cinétique

Keep it Moving ? Conserving Kinetic Art

Edited by Rachel Rivenc and Reinhard Bek, 2018

Ces actes présentent les dernières études et recherches sur l'art cinétique avec quinze essais et huit affiches. L'édition en ligne inclut des vidéos qui traduisent plus précisément les effets évoqués par les œuvres cinétiques. La publication peut également être téléchargée gratuitement dans les formats EPUB, MOBI / Kindle et PDF à partir de la page d'accueil de l'édition en ligne.

L'art cinétique ne comprend pas seulement le mouvement, mais en dépend souvent pour produire l'effet souhaité et, par conséquent, pour réaliser pleinement la nature d'un objet en tant qu'oeuvre d'art. Il peut prendre une multitude de formes et inclure une large gamme de mouvements, allant du mouvement motorisé et électrique au mouvement résultant du vent, de la lumière ou d'autres sources d'énergie. L'art cinétique est apparu tout au long du vingtième siècle et a connu des développements majeurs dans les années 1950 et 1960.

En 2016, des conférenciers nord- et sud-américains, européens et océaniens se sont réunis pour discuter de problématiques liées à la préservation de l'art cinétique. Certaines des discussions étaient très techniques, mais des préoccupations plus vastes et plus larges ont également émergé: le rôle du conservateur-restaurateur; la fonctionnalité et l'expérience en relation avec la matérialité; la question de l'intention de l'artiste et de l'implication de l'artiste; le sens de la longévité et de l'identité; l'obsolescence non seulement des matériaux mais aussi de l'expertise et de la compétence; et l'influence de la renommée, de la mode et du marché sur la conservation.

Alors que la plupart des présentations provenaient d'une perspective de conservation-restauration, des définitions plus larges de la préservation ont également été proposées dans un article stimulant (voir Brobbel et Rees) de la Fondation Len Lye. Les deux articles principaux constituent une base théorique importante pour les articles suivants et traitent de deux aspects majeurs de la préservation de l'art cinétique. Tiziana Caianiello se concentre sur la re-création et la restitution pour explorer les frontières entre interprétation et sur-interprétation, tandis que Reinhard Bek expose dans son article trois stratégies principales pour la préservation de l'art cinétique: la retraite, la réplication et la maintenance.
Consulter ici 

Paroles de conservateurs-restaurateurs

Voici l’avis de diffusion  du documentaire  ELOGE DU DOUTE par la réalisatrice Marie Poitevin qui sera diffusé le Lundi 16 avril à 23h40 sur FR3 Occitanie avant d’être accessible une semaine en replay sur le site internet de la chaîne.
« Avec Éloge du doute, Marie Poitevin nous invite dans les coulisses du musée Fabre à Montpellier, à la rencontre des femmes et des hommes qui œuvrent à la conservation de ses plus grands trésors.
Scientifiques, organisateurs et restaurateurs prennent la parole pour raconter leur travail, dans l’intimité des œuvres et de leur matière. »

 

 

Un traitement qui recourt aux nanotechnologies

Whaam de Roy Lichtenstein est l'une des œuvres les plus populaires de la collection de la Tate Gallery et a été exposée presque sans interruption depuis son acquisition en 1966. Les matériaux utilisés pour créer la peinture présentent des complications pour les conservateurs - restaurateurs, car ils ne réagissent pas bien aux méthodes de nettoyage traditionnelles. L'équipe des conservateurs-restaurateurs a passé des mois à tester et à évaluer différentes techniques de traitement. Enfin, un traitement innovant largement basé sur la nanotechnologie a permis de nettoyer l'œuvre de manière sûre et contrôlée, pour la toute première fois dans l'histoire de la peinture.

Ce succès est le résultat d'une collaboration entre la Tate Liverpool et l'équipe NANORESTART de la Tate. Ceui-ci s'est concrétisé  dans le traitement de la peinture emblématique de Lichtenstein et sa monstration dans l'exposition «Roy Lichtenstein in Focus» de l'artiste à la Tate Liverpool (jusqu'au 17 juin 2018).

Le traitement a été rendu possible grâce à un nouveau gel créé par les collaborateurs du projet NANORESTART au CSGI Florence. NANORESTART est un projet de recherche collaborative d'une durée de  trois ans et demi (2015-2018) consacré au développement de nanomatériaux pour assurer la protection et la sécurité à long terme du patrimoine culturel moderne et contemporain. Le projet est dirigé par le Centre de science des colloïdes et des surfaces - CSGI, Florence. [NANORESTART a reçu un financement du programme de recherche et d'innovation Horizon 2020 de l'Union européenne en vertu de la convention de subvention n ° 646063].

Appel à communication ICAR

Call for abstracts: ICAR Journal for young conservators

Thursday, March 15, 2018 – 14:18

ICAR : International Journal of Young Conservators and Restorers of Works of Art

Editor-in-Chief – Anna Kowalik, MA

Faculty of Conservation and Restoration of Works of Art of the Academy of Fine Arts in Warsaw

Publisher: Academy of Fine Arts in Warsaw

We would like to inform you about the recruitment of abstracts to the third issue of “ICAR The International Journal of Young Conservators and Restorers of Works of Art”. It was founded at and is supported by the Faculty of Conservation and Restoration of Works of Art at the Academy of Fine Arts in Warsaw, Poland.

The international scientific Journal „ICAR” is dedicated to students and recent graduates of conservation and restoration of works of art and related disciplines from universities and conservation schools. „ICAR” is the answer to a desire to publish academic research in professional journals, indicated numerous times by students and emerging conservators and restorers. We hope that it will become a platform for exchange of thoughts, learning and development for emerging scientists – conservators and restorers of works of art.

We invite all students and young graduates to submit abstracts of their papers.

The Call for Papers for the third issue of the Journal is open from 19th of  February to 31st of March 2018.

We take greatest care of the quality of published papers. They are carefully selected by the Scientific Committee. Our journal is peer-reviewed. We cooperate with a number of reviewers from Poland and other countries. Positive opinions from reviewers (who are the specialists within their field of profession – conservation and restoration and other connected fields) is the base for qualifying materials for printing. „ICAR” is an international journal, and thus the papers are published in English.

Submit an abstract via https://submission.icarthejournal.org/

On the ICAR’s website www.icarthejournal.org in the tabs “for the authors” you will find full Editorial Guidelines and additional notes on how to prepare an abstract and a research paper.

If you have any questions please email them to:office@icarthejournal.org