Décès de Marjorie Caveribère Di Rosa

C’est avec une émotion toute particulière que nous, la rédaction de Semin’R, avons appris le décès tôt ce matin de notre amie philosophe-artiste invariablement lumineuse et enjouée, Marjorie Caveribère Di Rosa. De cette collaboratrice infatigable, noctambule, si bienveillante et tellement précieuse, nous retenons l’image flamboyante d’une énergie toute entière  vouée à une exigeante  et insatiable curiosité pour la nature comme pour de multiples êtres et choses. Tous, toutes étaient sources de ses réflexions partageuses qui continueront de nous attacher désormais.  Émule de Wittgenstein, candide voltairienne et passeuse généreuse en toute simplicité, Marjorie cultivait un jardin dont elle dispensait la récolte non sans son drôle de sourire indélébile éclairé par des yeux écarquillés à tous les esprits qui voulaient bien s’en repaître. Ceux-là pourront toujours y arpenter les allées pour raviver sa présence habitée de pensées aussi profondes et graves qu’était doux et léger le son de sa voix.

Toutes  les nôtres vont à son conjoint, lui aussi fidèle soutien de Semin’R, comme nos condoléances vers leurs familles et proches. (GS, MM)

 (« Les limites de mon langage sont les frontières de mon propre monde.» Ludwig Wittgenstein, Tractatus logico-philosophicus, 1918)