Conservation et conserverie d’art

INCCA-f et la Haute école Arc Conservation-restauration de Neuchâtel organisent deux journées d’études consacrées aux boîtes de conserve dans l’art contemporain, envisagées du point de vue de la conservation et de la restauration des oeuvres les 11 et 12 octobre 2018 à Paris et à Estrées-Mons (Picardie) – Pour s’inscrire: inccaf.11octobre2018@gmail.com

Now On View

The Conservation Center for Art & Historic Artifacts (CCAHA) is pleased to present Now On View: Preserving Modern and Contemporary Museum Collections on September 12-13, 2018 at The Broad in Los Angeles, California.
Caring for modern and contemporary collections is a continually evolving challenge. The 20th and 21st centuries presented a vast array of new materials that have left collections staff in uncharted territory as they address unprecedented preservation problems. Colors change and fade, structures lose their integrity, and material components become obsolete. Museums and other collecting institutions must understand the long-term needs of these items in order to determine appropriate priorities for conservation, storage, exhibition, documentation, and digitization. This two-day conference will explore ways to anticipate, plan for, and address preservation concerns in modern and contemporary collections.
Topics include:
–Exhibiting modern materials
–Preservation of time-based media
–Preservation within the balance of the law
–Artist/conservator relationship
–Considering what to save
This program is intended for collections care staff responsible for modern and contemporary materials in museums.
To register or view a pdf of the brochure, please visit https://bit.ly/2L27x0Y.
VoCA Partnership
On day two of the conference, a dynamic session presented in partnership with VoCA (Voices in Contemporary Art)  will focus on building relationships with artists. How might the artist’s voice become a key resource for the museum professionals who preserve their work? A keynote presentation by Chad Alligood, Independent Curator and Vice President of VoCA’s Board of Directors, will address the importance of engaging the artist in the stewardship of their work. Next, a case study discussion will explore an existing artist/conservator relationship: a conversation between Rachel Rivenc, Project Specialist in the Collections Department at the Getty Conservation Institute, and artist Larry Bell. A presentation by Lauryn Guttenplan, Associate General Counsel at the Smithsonian Institution, will shed light on the legal and ethical aspects of working with and interviewing artists.
These offerings will demonstrate how building strong, lasting relationships with artists preserving their words alongside their work is a vital aspect of contemporary collections care.
The Location
The Broad
221 S. Grand Avenue
Los Angeles, CA 90012
The Broad is a contemporary art museum founded by philanthropists Eli and Edythe Broad on Grand Avenue in downtown Los Angeles. Designed by Diller Scofidio + Renfro in collaboration with Gensler, the museum offers free general admission. The Broad is home to the 2,000 works of art in the Broad collection, which is among the most prominent holdings of postwar and contemporary art worldwide, and presents an active program of rotating temporary exhibitions and innovative audience engagement. The 120,000-square-foot building features two floors of gallery space and is the headquarters of The Broad Art Foundation?s worldwide lending library, which has actively loaned collection works to museums around the world since 1984. Since opening in September 2015, The Broad has welcomed more than 1.7 million visitors.

A la Collection Lambert

Ligne Forme Couleur
Ellsworth Kelly (1923-2015) dans les collections françaises

5 juillet – 4 novembre 2018Une exposition conçue par l’Institut national d’histoire de l’art.
La Collection Lambert accueille une grande exposition consacrée au peintre américain Ellsworth Kelly (1923-2015). Elle réunit autour d’une donation exceptionnelle de 54 estampes destinées à rejoindre les collections de la bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art (INHA), des œuvres issues de Collections françaises, aussi bien publiques que privées. Le commissariat en est  assuré par Éric de Chassey, directeur de l’INHA et spécialiste de la peinture étatsunienne. Le titre de l’exposition est celui d’un livre d’artiste dont Kelly fit le projet pendant son séjour en France, en 1951 : Line Form Color.

Exposer ce grand maitre du XXe siècle à la Collection Lambert est essentiel à plus d’un titre : l’artiste a entretenu toute sa vie un rapport privilégié avec la France, et il annonçait les problématiques sensibles qui seront à l’œuvre chez les tenants de l’art minimal dont les noms ont participé au rayonnement de la Collection (Robert Ryman, Brice Marden, Robert Mangold, Sol LeWitt…) et que l’on retrouve en échos dans l’accrochage du fonds permanent.

Entre 1948 et 1954, Kelly s’installe en France, où il y rencontre Picasso, Calder, Brancusi, Arp, y découvre Matisse, Monet et les abstraits géométriques qui influenceront sa peinture. C’est là, à partir de 1949, qu’il met au point une méthode éloignée des paradigmes de l’abstraction lyrique et de l’expressionnisme abstrait.  Il duplique des formes trouvées dans la réalité ou produites par le hasard, développant un vocabulaire singulier où lignes, formes et couleurs entretiennent et produisent des liens inédits. Ses œuvres abstraites, envisagées comme autant de mises en volume de la peinture, induisent non seulement de nouvelles manières de peindre mais aussi de regarder et d’expérimenter l’œuvre.

Son lien avec la France vient d’être réaffirmé par le Studio Ellsworth Kelly qui a souhaité faire don de 54 estampes de l’artiste à la bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art (INHA). Cet ensemble permet d’observer la manière dont Kelly a, tout au long de sa carrière, expérimenté les possibilités que peut offrir l’image imprimée. Cette donation exceptionnelle, dont ce sera la première présentation au public, sera accompagnée d’une sélection d’œuvres d’Ellsworth Kelly – tableaux, dessins, collages et estampes – qui se trouvent aujourd’hui dans les collections françaises, publiques et privées, dont de nombreuses œuvres inédites ou dont l’accès est ordinairement limité à quelques privilégiés.

Claire Tabouret
Les Veilleurs
A la Collection Lambert
5 juillet – 4 novembre 2018
L’Errante
Dans l’Eglise des Célestins
7 – 24 juillet 2018Expositions réalisées avec le Festival d’Avignon
Avec le soutien de la Fondation Emerige
Et la Galerie Almine Rech

Dans le cadre de sa 72ème édition, le Festival d’Avignon s’associe à la Collection Lambert pour organiser une double exposition de l’artiste française Claire Tabouret. Âgée de 35 ans et résidant en Californie, l’artiste peint entre recouvrements et dissimulations un ≪ ici et maintenant ≫ atemporel. Qu’il s’agisse de portraits d’enfants au regard fixe ou de groupes de tous âges, son œuvre nous regarde, interrogeant nos désirs par des tableaux aux couleurs profondes et travaillées.

A l’Eglise des Célestins, le sol en terre tendre, le silence et la lumière intime se mettent au diapason d’une peinture mondialement célébrée. Les êtres masqués de latex de la série Les Etreintes lui sont proches dans leur jeu fétichiste, au beau milieu de paysages touches également par l’indistinct et le trouble.

A la Collection Lambert, de grands portraits de groupes, comme autant de solitudes miraculeusement réunies en un comte onirique — veilleurs, camisole, carnaval — s’associent à une série de céramiques figurant d’étranges enfants et continuent ainsi de porter leur regard obstiné vers le spectateur, formulant un silencieux « Qui es-tu » qui, de Manet à aujourd’hui, continue d’incarner la peinture.

Grand Hôtel « Villa Castagnola », Lugano, Switzerland, Monday 26 April 2004, 12.15 pm
Christian Lutz
Anatomies du pouvoir
5 juillet – 4 novembre 2018En partenariat avec les Rencontres d’Arles
Avec le soutien de Pro Helvetia – Fondation suisse pour la culture
Et la collaboration de la Sélection suisse en Avignon
La Collection Lambert s’associe au Grand Arles Express pour la troisième année consécutive en présentant à Avignon le travail de l’artiste suisse Christian Lutz.

Qu’il s’intéresse aux coulisses de la politique internationale en photographiant les déplacements de délégations diplomatiques (Protokoll, 2007), aux conséquences néfastes du commerce du pétrole au Nigeria (Tropical Gift, 2012) ou qu’il s’immerge dans une communauté évangélique pour en photographier le quotidien (In Jesus’ Name, 2012), Christian Lutz agit en photographe embarqué au plus près des relations de pouvoir.

Dans une approche sensible qui mêle l’esthétique du documentaire à la contemplation, il représente les êtres vivants dans des dispositifs de pouvoir « à l’intérieur desquels ils ne cessent d’être saisis », pour reprendre les mots de Giorgio Agamben. Les dysfonctionnements du monde y sont pointés avec une distance singulière et poétique qui nous écarte des images de reportage traditionnelles pour convoquer les maîtres de la peinture classique.

Exposition organisée dans le cadre du Grand Arles Express, programme hors les murs des Rencontres de la Photographies, Arles

1. Rika Noguchi, A Prime #4, 1998, tirage argentique, Donation Yvon Lambert à l’État français / Centre national des arts plastiques / Dépôt à la Collection Lambert
2.Ellsworth Kelly, Rouge jaune bleu [Red Yellow Blue], 1999, lithographie sur papiers Rives BFK / litograph on Rives BFK paper, 19,1 x 19,1 cm, bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art. ©Ellsworth Kelly Foundation.
3.Claire Tabouret, La Grande camisole, 2014 ©Claire Tabouret, photo Annik Wetter
4.Christian Lutz, série Protokoll, 2007 / LUTZ / MAPS
[Toutes ces informations sont relayées depuis le site de la collection Lambert.]
TARIFS
Plein : 10€ / Réduit : 8€ / 6 à 11 ans : 2€
Tarif spécial : 5€ sur présentation d’un billet du Festival d’Avignon ou de la carte du Festival OFF (en juillet)

Restauration du Cyclop de Jean Tinguely

Au cœur de la forêt de Milly, près de Fontainebleau, se cache une œuvre aux multiples facettes : Le Cyclop de Jean Tinguely. Elle a aujourd’hui besoin d’être restaurée.

Pendant 25 ans de 1969 à 1994 Jean Tinguely avec sa femme Niki de Saint Phalle ont réalisé une sculpture hors normes qu’ils ont baptisé  Le Cyclop. Cette œuvre monumentale construite essentiellement à partir de matériaux de récupération (métal, bois, tessons de miroir et céramique) mesure vingt-deux mètres et pèse près de trois cents tonnes.

Recouverte de milliers d’éclats de miroirs qui scintillent et réfléchissent les mouvements naturels des arbres et des nuages, Le Cyclop est en dialogue permanent avec la nature environnante.

Jean Tinguely et Niki de Saint Phalle ont invité leurs amis artistes à collaborer : César, Arman, Eva Aeppli, Philippe Bouveret, Bernhard Luginbühl, Seppi Imhof, Pierre Marie Lejeune, Giovanni Podestà, Jean-Pierre Raynaud, Larry Rivers, Jesus Rafael Soto, Daniel Spoerri, Rico Weber. Tout en rendant hommage à Marcel Duchamp, Yves Klein, Louise Nevelson et Kurt Schwitters.

Jean Tinguely, décide en 1987 de faire don du Cyclop à l’État qui s’engage alors à en assurer la protection et la conservation. L’œuvre est dès lors inscrite sur les inventaires du Centre national des arts plastiques qui assure désormais la conservation et la restauration de cette sculpture. L’association Le Cyclop veille, quant à elle, à l’entretien de l’œuvre, assure les visites  et propose une programmation culturelle et artistique sur le site.

Malgré le soin apporté à la conservation du Cyclop, La face aux miroirs imaginée par Niki de Saint Phalle nécessite une restauration importante.

En effet, les intempéries ont avec le temps altéré les 400m² de miroirs qui la composent. Actuellement les miroirs se détachent et un filet recouvre l’œuvre pour palier leur chute et assurer la sécurité des visiteurs.

Des études d’ingénieries spécifiques et complexes ont donc été entreprises par le CNAP en collaboration avec le Laboratoire de recherche des monuments historiques (LRMH).

Les 400m² de miroirs doivent être déposés et remplacés par des miroirs plus résistants. De même que des études de vieillissement et de résistance des colles et des silicones pour appliquer les nouveaux miroirs doivent être effectuées.

Afin d’éviter au maximum l’infiltration de l’humidité entre le structure et les miroirs, la restauration doit se réaliser très rapidement.
Chaque miroir sera découpé et posé manuellement par une équipe importante de restaurateurs et de mosaïstes. Le CNAP a donc besoin de rassembler à nouveau de nombreux talents et compétences pour la restauration du Cyclop.

Pour plus d’information sur le projet, ou si vous souhaitez faire un don pour la restauration  contactez :
Centre national des arts plastiques
communication.cnap@culture.gouv.fr

Dernière mise à jour le 13 juin 2018

Formation aux marchés publics

Formation
Marchés publics
Vendredi 20.07.2018 – 9 h à 17 h
Archeomed® – Arles
Le Pôle propose aux professionnels une nouvelle journée de formation sur l’évolution des marchés publics : vers une dématérialisation totale, animée par Nathalie Rougon, NRC Conseil. Au 1er octobre 2018, la réponse dématérialisée devient obligatoire pour les marchés supérieurs à 25 000€ et va tendre à devenir la règle même pour les montants en-deçà.
Préparez-vous à ces nouvelles modalités pour ne pas être freinés dans le développement de votre activité en lien avec la commande publique.
Clôture des inscriptions : 10 juillet 2018