Restauration du Cyclop de Jean Tinguely

Au cœur de la forêt de Milly, près de Fontainebleau, se cache une œuvre aux multiples facettes : Le Cyclop de Jean Tinguely. Elle a aujourd’hui besoin d’être restaurée.

Pendant 25 ans de 1969 à 1994 Jean Tinguely avec sa femme Niki de Saint Phalle ont réalisé une sculpture hors normes qu’ils ont baptisé  Le Cyclop. Cette œuvre monumentale construite essentiellement à partir de matériaux de récupération (métal, bois, tessons de miroir et céramique) mesure vingt-deux mètres et pèse près de trois cents tonnes.

Recouverte de milliers d’éclats de miroirs qui scintillent et réfléchissent les mouvements naturels des arbres et des nuages, Le Cyclop est en dialogue permanent avec la nature environnante.

Jean Tinguely et Niki de Saint Phalle ont invité leurs amis artistes à collaborer : César, Arman, Eva Aeppli, Philippe Bouveret, Bernhard Luginbühl, Seppi Imhof, Pierre Marie Lejeune, Giovanni Podestà, Jean-Pierre Raynaud, Larry Rivers, Jesus Rafael Soto, Daniel Spoerri, Rico Weber. Tout en rendant hommage à Marcel Duchamp, Yves Klein, Louise Nevelson et Kurt Schwitters.

Jean Tinguely, décide en 1987 de faire don du Cyclop à l’État qui s’engage alors à en assurer la protection et la conservation. L’œuvre est dès lors inscrite sur les inventaires du Centre national des arts plastiques qui assure désormais la conservation et la restauration de cette sculpture. L’association Le Cyclop veille, quant à elle, à l’entretien de l’œuvre, assure les visites  et propose une programmation culturelle et artistique sur le site.

Malgré le soin apporté à la conservation du Cyclop, La face aux miroirs imaginée par Niki de Saint Phalle nécessite une restauration importante.

En effet, les intempéries ont avec le temps altéré les 400m² de miroirs qui la composent. Actuellement les miroirs se détachent et un filet recouvre l’œuvre pour palier leur chute et assurer la sécurité des visiteurs.

Des études d’ingénieries spécifiques et complexes ont donc été entreprises par le CNAP en collaboration avec le Laboratoire de recherche des monuments historiques (LRMH).

Les 400m² de miroirs doivent être déposés et remplacés par des miroirs plus résistants. De même que des études de vieillissement et de résistance des colles et des silicones pour appliquer les nouveaux miroirs doivent être effectuées.

Afin d’éviter au maximum l’infiltration de l’humidité entre le structure et les miroirs, la restauration doit se réaliser très rapidement.
Chaque miroir sera découpé et posé manuellement par une équipe importante de restaurateurs et de mosaïstes. Le CNAP a donc besoin de rassembler à nouveau de nombreux talents et compétences pour la restauration du Cyclop.

Pour plus d’information sur le projet, ou si vous souhaitez faire un don pour la restauration  contactez :
Centre national des arts plastiques
communication.cnap@culture.gouv.fr

Dernière mise à jour le 13 juin 2018