Art et artefactualité : session 2018-19/3

En prévision de notre prochaine journée de séminaire, programmée le mardi 4 décembre, veuillez trouver ci-dessous l’ordre du jour du séminaire Art et artéfactualité et du séminaire de coordination.J’attire votre attention que la séance de séminaire démarrera exceptionnellement à 10 heures.
Merci de préparer vos prises de parole et de consulter la bibliographie indiquée qui servira de support à la discussion.

Art et artefactualité, session n°3 de 10h à 12h

L’objet situé : conditions et finalités de l’enquête en conservation-restauration.

Nous questionnerons la façon dont l’enquête, comprise comme constat d’état élargi à l’ensemble des propriétés constitutives du bien cuturel, suppose de rendre compte de son inscription dans un ensemble ouvert de relations : un réseau dont le conservateur-restaurateur peut se donner pour objectif de décrire les ramifications.

Ordre du jour de la séance de coordination :

La discussion portera sur la documentation disponible pour retracer l’histoire de votre objet d’étude. 

Textes en support à la discussion:

Dewey John, Le public et ses problèmes, Paris, Gallimard, 2010.

 Boltanski Luc, Énigmes et complots. Une enquête à propos d’enquêtes, Paris,  Gallimard.

Latour Bruno, Enquête sur les modesd’existence. Une anthropologie des modernes, Paris, La Découverte, 2012. (Extrait en pj)

Ogien Albert & Quéré Louis, Le vocabulaire de la sociologie de l’action, Paris, Ellipses. télécharger ici

Mémoires de Zoë Renaudietélécharger ici et de Rémy Geindrau télécharger ici avec mot de passe

Latour Enquete sur les mod d’exist.pdf 18,3 Mo télécharger ici

Honteux !

« Bienvenue en France », étudiants étrangers extra-européens, mais seulement si vous passez à la caisse !  » Le 19 Novembre dernier est un de ces jours où l’on a honte d’être français. En prétendant améliorer l’attractivité de l’enseignement supérieur pour les étudiants internationaux, la macronie  a prévu dans un plan éponyme de la formule d’amabilité, une hausse drastique de 1500 % du montant des frais d’inscription dans les universités françaises pour les  étudiants étrangers hors Union Européenne et accords de partenariat entre établissements: à partir de la rentrée 2019,  ils devront s’acquitter, en licence de 2.770 euros au lieu de 170,  et en master comme en doctorat de 3.770 euros au lieu de, respectivement,  243 et 380.

A qui veut-on faire croire que l’ampleur de cette augmentation — une  «hausse mesurée» à l’aune du cynisme gouvernemental — correspond à celle du nombre de bourses (150 000) ou d’exonérations de droits d’inscriptions  et à l’amélioration des conditions d’accueil ? Aucune garantie ni modalité d’affectation directe de cet argent à l’amélioration des conditions d’accueil ne sont données par le premier ministre. Avec près de 350.000 étudiants étrangers chaque année, la France occupe le quatrième rang des pays d’accueil, derrière les États-Unis, la Grande-Bretagne et l’Australie.

Si comme l’affirme Campus France, 45 % des étudiants étrangers présents en France sont originaires du continent africain et six pays africains figurent dans la liste des dix dont sont originaires le plus d’étudiants en France (Maroc, Algérie, Tunisie, Sénégal, Côte d’Ivoire et Cameroun)’, la « stratégie d’attractivité » soutenue  par le premier ministre lors des rencontres universitaires de la francophonie, aura pour effet de dissuader beaucoup de ceux qui viennent par tradition, ou « proximité historique et linguistique » qui sont accueillis davantage en sciences humaines et sociales que dans les disciplines scientifiques à haut potentiel. Il y a fort à parier que l’augmentation des frais d’inscription qui s’annonce, sera la cause première d’une forte diminution de la présence africaine en France. Il est tout à fait odieux de faire passer pareille envolée des frais d’inscription annuels pour une mesure « d’accueil en France » , alors qu’il est parfaitement prévisible qu’elle conduira à empêcher la venue des étudiants étrangers les plus pauvres qui sont manifestement devenus indésirables dans les universités françaises.

Cette mesure gouvernementale mensongère s’inscrit dans le processus de basculement de l’enseignement supérieur vers la marchandisation des savoirs. Elle vise en réalité à instaurer un accès privilégié à l’université aux étudiants étrangers les plus riches en  bafouant les valeurs historiques d’universalité chères à l’université française.  Présentée comme « un choix fort » — on se demandera vainement de quelle force se targue le premier ministre –, elle est parfaitement  indigne de la France, du préambule de la constitution du 27 octobre 1946, du principe d’égalité d’accès aux services publics et au savoir sans discrimination d’âge, de sexe, de religion, d’origine nationale et sociale. A elle seule, elle vaut largement que l’on endosse un gilet jaune pour en réclamer sa suppression pure et simple, immédiatement.



Rapport sur la restitution de biens culturels du patrimoine africain

Le président de la république française Emmanuel Macron s’est vu remettre vendredi 23 Novembre un rapport proposant une évolution de la législation à même de permettre la restitution aux États demandeurs, des milliers de biens culturels africains parvenus sur le sol français au plus fort de la période de la colonisation (1880 -1960), et toujours conservés dans les musées français.
Ce « Rapport sur la restitution du patrimoine africain » confié à Bénédicte Savoy, historienne de l’art, professeur à l’Université technique de Berlin et titulaire de la chaire « Histoire culturelle des patrimoines artistiques en Europe, XVIIIe-XXe » au Collège de France, et à Felwine Sarr, écrivain sénégalais et professeur d’économie à l’université Gaston Berger de Saint-Louis, préconise d’organiser la restitution du patrimoine culturel africain spolié, soit environ 90 000 objets provenant de l’Afrique subsaharienne et conservés dans les collections publiques françaises. Le Musée du Quai Branly à Paris est le plus concerné, avec 70.000 objets, dont deux tiers « acquis » durant la période 1885-1960: 46.000 objets sont potentiellement concernés. Les pays les plus intéressés sont le Tchad (9.200 oeuvres), le Cameroun (7.800) et Madagascar (7.500). La spoliation ne concerne pas que les biens pillés, volés, en tant que butins de guerre, mais aussi tous ceux acquis par les marchands, militaires, missionnaires, explorateurs, ethnologues à des prix très inférieurs à ceux du marché de l’époque. Afin de rompre avec l’inaliénabilité du patrimoine national, motif toujours invoqué par la France pour empêcher de répondre aux réclamations , le rapport préconise notamment la modification du code du patrimoine français. Le président de la République avait tracé la voie de ce processus dans un délai de cinq ans lors de sa visite au Burkina Faso. Dans son discours prononcé à l’université de Ouagadougou le 28 novembre 2017, il avait annoncé la mise en route de « restitutions temporaires ou définitives du patrimoine africain en Afrique », et la restitution sans tarder de 26 œuvres réclamées par les autorités du Bénin, prises de guerre du général Dodds dans le palais de Béhanzin après les sanglants combats de 1892. On peut supposer qu’un changement de la législation française va certainement entraîner des répercussions dans d’autres anciennes puissances coloniales, comme le Royaume-Uni, la Belgique, l’Allemagne, pour les objets non seulement africains mais provenant aussi d’autres continents.

Restituer un bien, c’est notamment reconnaître qu’il a été mal acquis.

NB: Le texte du rapport vient d’être publié aux éditions Philippe Rey/Seuil (188 pages, 17 euros).

Nouveau site pour l’ARAAFU.

Le site Internet de l’ARAAFU a fait peau neuve. On peut  y découvrir des informations sur les manifestations présentes, passées et à venir : formations, colloques, publications, … Il suffit de cliquer ICI
A consulter aussi le numéro 35 de la revue Conservation-restauration des biens culturels, dans sa nouvelle et gratuite édition édition numérique ICI (Les anciens articles seront mis progressivement sur le site dès réception de l’accord des auteurs.)

Le cursus « Conservation – Restauration de biens culturels  » à l’ESAA

… dans le panorama français, …

Il existe en France seulement quatre formations publiques1 à la conservation-restauration de biens culturels, dont celle de l’ESA d’Avignon, délivrant pour l’une un Master, pour les autres un diplôme d’état au grade de Master. Ces diplômes de fin de second cycle (BAC + 5) sont assortis d’une habilitation inscrite dans le Code du Patrimoine [Livre IV, titre 5, chapitre 2, section 3] qui autorise leurs titulaires à traiter des biens culturels conservés dans les Musées de France ou protégés au titre des Monuments Historiques. Par ailleurs, la profession de conservateur – restaurateur est désormais précisément définie par différentes chartes éthiques et codes déontologiques2 sur le plan national comme international depuis un peu plus de trente ans (cf. ICOM-CC 1984ECCO 2002, et ICOM-CC 2008).

Les néophytes conçoivent souvent la (conservation-) restauration comme un champ d’activité homogène ayant pour objectif essentiel de prolonger l’existence des biens culturels dans le futur. En réalité et pour des raisons à la fois historiques et structurelles, il existe différentes démarches de conservation et de restauration qui sont à l’oeuvre en fonction de diverses  théories, catégories de biens culturels (mobiliers, immobiliers par exemple), situations et doctrines institutionnelles , cultures et conjectures qui les ont produites. 

Mémoire de diplôme de Lucille Gaydon, ESAA 2013

En tenant compte du  gabarit normatif d’une formation à la conservation-restauration préconisé par un consensus européen (cf. ENCoRE), chacune des formations publiques françaises a initié et développé son propre programme d’enseignement3 correspondant au contexte national et à son antériorité historique. Cette diversité est contingente de leur histoire, de leur implantation et des spécialités  enseignées par chacune (“œuvres sculptées”, “objets archéologiques”, “arts du feu”, “arts graphiques”, etc.). Mais  elle est aussi tributaire de conceptions théoriques et idéologiques coexistantes.

ses orientations théoriques …

Ce qui distingue plus essentiellement ces cursus, relève de leur « philosophie » de la conservation-restauration, de la conception du statut du conservateur-restaurateur et de son rôle dans la « chaîne opératoire » du patrimoine, des enjeux de son action, et des ressources mobilisées pour la réaliser. Partant d’une position historique d’activité subalterne, la conservation-restauration est aujourd’hui enseignée en école d’application (INP Paris), à l’université (Paris I – Sorbonne) et en écoles supérieures d’art  (ESA Avignon et ENSBA Tours). Elle a acquis dans bon nombre de pays membres de l’ICOM, le rang de discipline académique. En effet, elle est aujourd’hui dotée d’écoles doctorales de troisième cycle, d’un corpus de théories ou doctrines susceptibles d’amélioration permanente qui établit un langage spécifique avec ses règles de production discursive, et enfin, d’une communauté identifiée de chercheurs.

et son « ADN » … 

L’évolution de la formation à la conservation-restauration de l’ESA d’Avignon et son ancrage dans un établissement d’enseignement supérieur artistique, en ont déterminé l’ADN. Depuis plus de quinze  ans et contrairement aux autres formations similaires, celle de l’ESAA a renoncé à dispenser un enseignement visant expressément une spécialisation fondée sur un genre artistique, un médium ou un matériau, et qui induirait leur maîtrise ou expertise technique et technologique. Cette résolution trouve sa justification en regard du large champ d’artefacts qui comprennent à la fois les productions relevant, conventionnellement parlant, de l’art contemporain et des artefacts ethnographiques. En effet, l’étude de ces derniers et de l’art post-moderne incite à les considérer pour la plupart comme affranchies de l’aspiration à la forme préposée, du virtuosisme ou du technicisme et possédant souvent une nature hybride, composite et transgenre (ou intermédiale). Hormis leur appartenance catégorielle quelle qu’elle soit, ces objets sont toujours considérés en situations singulières et font émerger des questionnements en point de départ de l’enseignement et de la recherche.

à l’égard de productions de l’art contemporain et d’artefacts ethnographiques …

A les comparer, un certain nombre de parallèles peut être établi entre des productions de l’art contemporain et des artefacts ethnographiques : leur caractère éphémère, un choix de matériaux ou matières très particulier, une dimension performative et/ou interactive, leur attachement à un in situ, un contexte de ritualisation hic et nunc, etc. Les méthodes de l’enquête de type pragmatique et documentaire de l’anthropologie telle que l’observation participante ou l’approche holistique en complément voire en remplacement  de l’ approche analytique, peuvent être mobilisées pour l’étude d’œuvres d’art contemporain. L’approche anthropologique au service de la conservation-restauration d’un objet vise l’accès à une compréhension qui repose sur la prise en compte des  conditions situées de fonctionnement ou d’usage de cet objet dans des temporalités et spatialités différentes. Elle enjoint à considérer aussi la teneur des relations sociales auxquelles l’objet a contribué et qu’il a même parfois déterminées. C’est pourquoi la première nécessité du conservateur-restaurateur / chercheur est de savoir précisément se situer par rapport aux objets, faits et phénomènes sur lesquels il enquête.  A bonne distance qui lui permet de les questionner et d’analyser les informations récoltées dans la perspective d’une proposition de son action future, il ne doit pas prendre pour acquis les idées et conclusions produites par des prédécesseurs — telles que les catégories pratiques ordinaires auxquelles les objets sont rapportés — tout en étant aussi capable de remettre en question ce qu’il croit savoir de son sujet. « L’objet ne se clôt pas sur lui-même à l’instant où on l’observe mais entre, dès sa fabrication, dans différents dispositifs d’usages et de sens, dans des histoires qui ne se superposent pas nécessairement. Marqué du sceau et de l’intention de son créateur plus que de ses détenteurs, qui s’en servent  pour se dire et dire les rapports sociaux où ils agissent, l’objet est le signe et le moyen d’une action. L’historicité des objets nous invite à les inscrire dans la succession des séquences de vie collective où ils ont travaillé. … / … La mise en situation historiée des oeuvres, loin de les placer sous le joug réducteur d’un déterminisme trivial, souligne à l’inverse le travail de création dont elles sont l’aboutissement. L’opposition convenue entre contextualisation et analyse formelle n’a plus raison d’être si l’on considère que toute oeuvre est la réalisation d’une transformation autant politique qu’esthétique, historique qu’artistique. » (Alban Bensa, La fin de l’exotisme. Essai d’anthropologie critique, Paris, Anarchasis, 2006, pp. 248,249)

… pour une ingénierie de la conservation-restauration …

Toutes ces considérations progressivement établies ont amené la formation de l’ESA d’Avignon à programmer depuis quelques années l’enseignement d’une ingénierie de la conservation-restauration4 de biens culturels, au croisement de sciences exactes et de sciences humaines et sociales. Cette ingénierie spécifique désigne un ensemble de fonctions qui comprend, dans un premier temps, la réalisation d’enquêtes pouvant conduire à  la production d’études préalables et de faisabilité, de diagnostics et de pronostics,  et la conception de projets globaux. Ensuite, elle inclut la mise en œuvre de traitements spécifiques, techniques ou esthétiques,  l’acquisition et la vérification d’équipement et fournitures adéquats pour leur réalisation en équipe, le contrôle de résultats, et enfin, la livraison de la réflexion et des résultats par la formulation d’un discours argumenté propre à cette ingénierie. Cette orientation singulière trouve aujourd’hui un écho favorable. Au constat de l’imbroglio sémantique qui sème la confusion entre restaurateur, conservateur et conservateur-restaurateur  dans le champ du patrimoine depuis plus de trente ans en France, et sous l’égide d’un coordinateur missionné par le Ministère de la Culture et de la communication après la production du Rapport de l’Inspection Générale des Affaires Culturelles (IGAC) sur les conséquences de l’inscription des professionnels de la restauration du patrimoine sur la liste des métiers d’art, une conférence réunissant les directeurs et des représentants des quatre formations publiques à la conservation-restauration s’est constituée en 2016 afin notamment de réclamer auprès des pouvoirs publics pour leurs diplômés , le titre protégé d’ ingénieur en conservation-restauration.

Maquette de l’Universal Circus Pir’Ouet, créée par Georges Berger entre 1924 et 1971/crédits: MUCEM [mémoire de diplôme de C. Douet, 2001]

En toutes les occurrences, celle-ci consistera  d’abord en une enquête rigoureuse à la fois matérielle et socio-historique, subordonnée à une réflexion critique susceptible de corréler ces deux dimensions de tout artefact culturel. Le questionnement et la proposition de réponse concernent essentiellement les enjeux, objectifs et moyens de la conservation-restauration, en fonction de la nature, du statut, de l’ontologie, et du régime des objets que celle-ci est appelée à prendre en charge pour sa part.

Dans un deuxième temps, elle s’efforcera de conduire voire assurer personnellement la réalisation, de traitements appropriés à un ou des biens culturels dans une situation donnée, en vertu d’une déontologie et selon une démarche objectivable dont les principes sont éminemment logiques et ses référents, d’ordre scientifique, technologique et technique.

Cette activité est appelée méthodologiquement à (re)considérer les biens culturels, outre un statut d’accessoire, comme de véritables protagonistes dans une complexité sociale et relationnelle située. Ce dessein implique de concevoir une matérialité qui ne sépare pas la prise en compte de la consistance physique5 de celle d’autres facteurs spécifiques tout aussi déterminants de leur identité et de leurs significations6. Cette manière de comprendre la matérialité d’une matière informée et informative, implique l’idée d’un pluralisme ontologique et de sa performativité. Puisqu’elle s’inscrit dans une démarche pragmatique, l’investigation est amenée à lier étroitement les dimensions techniques, technologiques, sémiotiques, anthropologiques et sociologiques d’une analyse des biens culturels en question. Car ceux-ci participent de cultures matérielles à la fois lointaines et proches en tant qu’ils sont indissociables des expériences et des usages qui s’y inscrivent 7.

…  relative à la contiguïté des deux orientations de l’ESAA.

La proximité et la fréquentation permanente de créateurs — adeptes de la pensée critique comme du caractère subversif de l’art — et théoriciens de tous horizons dans une école supérieure d’art, compte certainement pour beaucoup dans le déclenchement et l’entretien d’une réflexion critique sur le sens, les formes et l’exercice de la conservation-restauration, en un mot, sa métacritique 8.

Selon une conception bien consciente des enjeux de la valorisation du patrimoine et de sa portée politique, les étudiants bénéficient d’un enseignement qui requiert le croisement des regards. Car le recensement des potentialités sémantiques et des valeurs d’un bien culturel est au prix de cette interdisciplinarité à même de discerner des identités plurielles, multiples et des significations qui se rapportent à une intrication de nombreux facteurs spécifiques avec plusieurs temporalités, contextes culturels, politiques et économiques,  histoires et  systèmes de conventions. Pour exemple et concernant l’Afrique, des Afriques devrait-on dire plus justement, le propos d’Achille Mbembe corrobore magistralement cette idée: « [Le] temps de l’existence africaine n’est ni un temps linéaire, ni un simple rapport de succession où chaque moment efface, annule et remplace tous ceux qui l’ont précédé, au point qu’une seule époque existerait à la fois au sein de la société. Il n’est pas une série, mais un emboîtement de présents, de passés et de futurs, qui tiennent toujours leurs propres profondeurs d’autres présents, passés et futurs, chaque époque portant, altérant et maintenant toutes les précédentes. » 9

A l’ESAA, la conservation-restauration n’est pas conçue selon une primauté accordée aux sciences exactes comme le laisse supposer la figure du conservateur-restaurateur en blouse blanche, les yeux rivés sur une loupe binoculaire 10 ou manipulant un instrument technologique.  Ce cliché est souvent véhiculé par les médias et les sites internet de beaucoup de structures dédiées. Méthodologiquement parlant et dès le premier cycle, c’est l’enquête qui est la pierre angulaire d’une activité en faveur d’objets sémiophores « en crise », dont l’usage patrimonial est compromis.

Si l’on examine la conservation-restauration dans une perspective historique et épistémologique, il apparaît que la prévalence de l’attention accordée à la constitution physique des biens culturels est corrélative de la persistance de celle des sciences exactes. Or aujourd’hui, la conservation-restauration des productions de l’art contemporain et des artefacts ethnographiques réclame nécessairement une pratique fondée sur une enquête critique recourant nécessairement aux outils des sciences humaines et sociales. Car celles-ci sont à même d’appréhender des objets et les réseaux de significations dans lesquels ils sont imbriqués et déterminés, pour comprendre leurs significations  à la mesure de l’ attachement d’une communauté diverse et transgénérationnelle à leur survivance.

La contiguïté et la congruence des deux mentions de l’ESAA, conservation-restauration et création-instauration, favorise particulièrement dès la première année (L1), l’intégration en ateliers de création des étudiants qui se destinent pourtant à la conservation-restauration, dans une perspective praxéologique chère à la sociologue de l’art Yaël Kréplak11. Plus que d’apprendre véritablement à devenir des créateurs, ces étudiants sont néanmoins invités à l’action créatrice, mais davantage pour en connaître empiriquement le régime, les modalités et les affres, qu’ en viser la finalité et son mérite, en se regardant créer en quelque sorte.

Cette corrélation a aussi concouru, pour une bonne part, au désir du conservateur-restaurateur d’endosser la capacité de production d’un discours propre à la spécificité de son expérience au contact intime et prolongé avec un bien culturel.  Cette ambition signifie en préalable de son intervention, le dépassement de la vénération fétichiste de la relique ou du chef d’oeuvre. Tout comme l’abandon du modèle de rapport de traitements limité au strict compte-rendu technique, et dont la légitimité serait établie seulement en vertu d’axiomes déontologiques qui en seraient à eux seuls les garants. Le recours à la puissance persuasive des moyens des sciences objectives pour justifier une proposition de traitement ne peut plus donner le change d’un argumentaire dialectique et empreint d’une subjectivité assumée.


______________Notes______________________________________________________________

1 – Premières promotions : 1973 Université Paris I, 1978 IFROA (INP), 1981 ESA Avignon,1983 ESBA Tours.

2 – Ils recourent notamment à un ensemble de dichotomies ou lignes de partage : main/esprit, théorie/pratique, tangible/intangible, matériel/immatériel, tradition/nouveauté, etc.

3 – La proportion et le contenu des enseignements ressortissant des sciences exactes, humaines et sociales, et le dosage théorie/pratique en fournissent une idée.

4 – L’ingénierie de la conservation-restauration, regroupe l’ensemble des actions qui conduisent, de l’examen, l’analyse et la conception, à la réalisation, son contrôle et à la (re)mise en fonctionnement patrimonial d’un bien culturel.

5 – Qui est du ressort des sciences de la matière.

6 – Qui est du ressort des sciences humaines et sociales.

7 -A ce propos, lire « La substance explicite: […] »

8 – Les étudiants ne sont pas formés pour acquérir une compétence qui se mesurerait seulement à la capacité d’excellence de réalisations par soi-même, de traitements devant répondre à une idéologie normative préétablie dans un contexte déterminé et invariable.

9 – Achille  Mbembe, De la postcolonie. Essai sur l’imagination politique dans l’Afrique contemporaine, Paris, Karthala, 2000, p. 36.

10– Voir l’illustration de la page des journées professionnelles 2017 sur le site du MCC

11 – La praxéologie qu’elle mobilise, vise la connaissance de toutes les activités spécialisées en institution muséale, incluant leur pratique par mimétisme et conscientisation de tous leurs ressorts. [Yaêl Kréplak, Whose black box is it? A praxiological perspective on contemporary art conservation, Article présenté au workshop international « Resetting the Black Box ? Beyond Art History and Science Studies », organisé par Philippe Sormani, Istituto Svizzero, 22/09/17]. 

Séance n°1 du séminaire « Art et Artefactualité »: mise en perspective

Au cours de cette séance de séminaire, plusieurs notions ont été abordées; l’une d’entre elles a retenu mon attention : la « dimension culturelle située ». Afin d’aborder ce sujet, mon étude de cas portera sur le Mémorial Acte (Centre caribéen d’expressions et de mémoire de la traite et de l’esclavage) et sur deux objets  actuellement présentés dans le cadre de leur exposition permanente. Dans un premier temps, je parlerais de la notion de « dimension culturelle située » en parlant du lieu et de l’institution. Par la suite, je parlerais de cette notion en la confrontant à deux objets précis de leur collection.

Comme cité lors du séminaire, L. Boltansky dans son ouvrage De la critique (2011) dit  : « le rôle de l’institution, sa fonction sociale, c’est dire ce qu’il en est de ce qu’il est ». L’institution est donc garante du cadre dans lequel des personnes vont interagir avec les objets.

Historiquement, le Mémorial Acte a été construit à l’emplacement d’une ancienne usine sucrière (nommée « Darboussier »), connue pour avoir bénéficié de la Traite et de l’esclavagisme dans la Caraïbe. La localisation du lieu et le réinvestissement de son histoire ne sont donc pas fruit du hasard. Thierry L’étantg anthropologue, chef du projet scientifique et culturel du M-Acte1, a d’ailleurs voulu que l’institution devienne pour la Guadeloupe et par extension le reste du monde, un « phare culturel ». Il insiste sur le fait qu’il ne veut pas que le lieu soit « un lamentarium » tourné vers le passé, mais plutôt un lieu de « résurrection » et de « métamorphose » où se côtoient lieu d’exposition, lieu de commémoration et lieu d’expression/d’interaction.

Au sein de l’institution est présentée une exposition permanente qui développe le sujet de la Traite et de l’esclavagisme. Elle balaye un large spectre puisqu’elle débute de la découverte du « Nouveau Monde » (1492) pour se « terminer » par l’ouverture à l’esclavagisme actuel. L’exposition se développe, métaphoriquement, en plusieurs archipels, regroupant eux même plusieurs îlots aux thématiques distinctes (cf. plan de l’exposition). Dans chaque archipel sont confrontés objets ethnologiques et oeuvres d’art, sous diverses supports (peintures, sculptures, dessins, gravures, documents numériques, installations, performances,…).  Dans l’archipel n°2, intitulé « Vers l’esclavage et la traite négrière transatlantique », est présenté l’instauration de l’esclavage et sa « mise en situation ». On voit en outre la confrontation d’objets ethnologiques (entraves, boulets, fouets, marchandises du commerce triangulaires,…) avec des oeuvres d’art contemporain.

Prenons le cas précis de « l’Arbre de l’oubli » installation de Pascale Marthine Tayou, créé en 2014, installé dans l’archipel n°2 de l’exposition permanente du Mémorial Acte. Cette installation dans l’îlot n°9 : Ouidah, renvoie à cette ville portuaire du Bénin, réputé comme l’un des comptoirs de la traite négrière transatlantique. Cette oeuvre contemporaine est composée en outre de calebasses, pendues au bout de branches, de masques africains, … L’oeuvre renvoie à la fois à la misère des esclaves africains, arrachés à leurs traditions (le rituel pouvant être allégoriquement  illustré par les masques), condamnés à une lourde vie de labeur auxquels ils étaient soumis (la culture de la terre d’où l’idée d’arbre). Elle évoque aussi l’espoir puisque les calebasses servaient de bases pour les « tambours » créoles, qui participent eux même à la fête, à la danse et par extension, à ce qui fait partie de la culture créole, de son identité.  Cette oeuvre crée donc polémique puisqu’en fonction de son lieu de présentation, elle réfère aussi bien à l’Afrique qu’à la Caraïbe. On peut dire de cet objet qu’il est socialement connoté par les parties pris d’exposition et le regard du spectateur. D’ailleurs il est situé sur le même plan, indépendamment de leur « qualité » respective, qu’une rangée d’entraves afin d’appuyer le propos de l’esclavage. Nous reconnaissons alors bien, en tant que spectateur comme en tant qu’élaborateur de l’exposition, que ces deux objets ont pour propriété commune de faire état de l’esclavagisme. Ces qualités ne sont pas d’emblée attribuées puisque chaque élément sorti de son contexte peut servir un autre propos : les entraves renvoie à l’esclavagisme mais elles peuvent aussi renvoyer au monde carcéral et ne sont pas propre à la culture créole; l’installation de l’artiste camerounais rappelle le transit d’esclaves entre le Bénin (Ouidah) et la Caraïbe; son message est donc « mixte » et peut, indépendamment, servir aussi bien la cause de la Caraïbe que celle de l’Afrique.
Les qualités de ces objets ne sont pas intrinsèques mais historiquement et culturellement construites. Elles impliquent donc une certaine notion d’arbitraire dans « l’arraisonnement de l’objet » du point de vue institutionnel comme du point de vue des spectateur.  Ces derniers pouvant comprendre des messages radicalement différents : pour certains, à la vue de ces deux éléments, ceci va être vécu comme une épreuve, la vue d’une souffrance passée et susciter des émotions fortes, d’autres vont voir ceci comme « un devoir commémoratif », d’autres ne comprendront pas le message, d’autres encore y seront complètement indifférents. Du point de vue institutionnel, les entraves pourront être classées comme objets ethnologiques, comme objet d’études ; « l’arbre de l’oubli » pourra lui être considéré comme installation d’art contemporain, comme artefact ethnologique, comme instrument commémoratif,…

Encore une fois tout dépend du regard que l’on pose sur l’objet et de ce qu’on veut lui faire dire : ces deux éléments sont soumis au même phénomène de « variabilité relationnelle ». 


P. M. TAYOU, « l’Arbre de l’oubli » (2014)
Installation de matériaux mixtes ©MActe
P. M. TAYOU, « l’Arbre de l’oubli » (2014)
Installation de matériaux mixtes ©MActe
Entraves
©AFP PHOTO / NICOLAS DERNE
 Entraves vu sous un autre plan
©AFP PHOTO / NICOLAS DERNE
plan de l’exposition

__________________

1 M-Acte : abréviation de Mémorial Acte

PARLONS – EN AU CICRP: 6 Décembre 2018 à 1 3 h 30

Résultat de recherche d'images pour "logo CICRP"Les recettes qui viennent de « là où ça n’est pas » ! Et si la réflexion autour de l’absence était une bonne voie pour découvrir de nouveaux
éléments au cœur de ces textes que l’on croit trop connaître !
Etude des recettes mythiques de vernis gras de Théophile et reconstitution d’une gamme de pigments à base de laclaque d’après quelques recettes du bas Moyen-âge. Par principe, un dictionnaire est exempt de toute erreur ! On doit bien s’en convaincre puisqu’il constitue un ouvrage de référence… De même, une recette est un document précis où figure, sinon toutes les informations, mais au moins l’essentiel des données exactes.Quoique je sois très bien placé pour parler d’un dictionnaire, j’axerai essentiellement la conférence sur la reconstitution des recettes perdues. Sachant que certaines d’entre elles voyagent sous une fausse identité ou comme passager clandestin. Je vous invite à me suivre sur les traces de ces cœlacanthes de bibliothèques.

Le nombre de place étant limité, merci de confirmer votre présence par courriel à l’adresse électronique suivante :info@cicrp.fr
CICRP –21, rue Guibal – 13003 Marseille

Pratiques institutionnelles collectives en conservation de l’art contemporain

Vortrag von Carolin Bohlmann

16 Janvier 2019 / 19 heures / Salon des Ehem. Palais Dürckheim, Cranachstraße 47, Weimar

Comment des pratiques institutionnelles telles que la collecte, l’exposition, la préservation et la communication deviennent-elles des aspects des œuvres d’art ? L’art conceptuel et d’installation, ainsi que la réalisation de répliques d’exposition, reposent principalement sur des accords qui dictent leur conservation, leur réinstallation et leur refonte. En se référant à des études de cas spécifiques, la conférence examinera comment les artistes, les conservateurs-restaurateurs, les professionnels des musées et le public deviennent tous des participants du processus créatif que ces accords facilitent. Les questions difficiles qui se posent ensuite  concernant la réception et la conservation des œuvres d’art après cette nécessaire implication collaborative, seront abordées.

Collective Institutional Practices in Contemporary Art Conservation Vortrag von Carolin Bohlmann

How do institutional practices such as collecting, exhibiting, preserving, and communication become aspects of artworks? Conceptual and installation art, as well as the use of exhibition replicas, are primarily based on agreements that dictate their preservation, reinstallation and remaking. With reference to specific case studies, the lecture will investigate how artists, conservators, museum professionals and the audience all become participants in the creative process these agreements facilitate. Subsequent challenging questions that arise regarding the reception and conservation of works of art as a result of this necessary collaborative involvement will be discussed.

Musées d’Avignon

Musée du Petit Palais
Peintures italiennes et provençales fin du XIIIe.

Palais des Archevêques – Place du Palais des Papes
Tél. +33 (0)4 90 86 44 58 – Fax. +33 (0)4 90 82 18 72
musee.petitpalais@mairie-avignon.com – www.mairie-avignon.fr
Ouvert tous les jours, sauf le mardi, le 1er Janvier, 1er Mai et 25 décembre. De 10h à 13h et de 14h à 18h.
Musée Calvet
Beaux-Arts, peintures et sculptures du XVe au XXe dans un hôtel particulier du XVIIIe.
Hôtel Villeneuve-Martignan
65, rue Joseph Vernet
Tél. +33 (0)4 90 86 33 84 – Fax. +33 (0)4 90 14 62 45
Ouvert toute l’année sauf le mardi, le 1er Janvier, 1er Mai et 25 décembre. De 10h à 13h et de 14h à 18h.
Musée Lapidaire
Sculptures antiques du Musée Calvet (pièces égyptiennes, romaines, gallo-romaines et grecques).
27, rue de la République
Tél. +33 (0)4 90 85 75 38
Ouvert toute l’année sauf le mardi, le 1er Janvier, 1er Mai et 25 décembre. De 10h à 13h et de 14h à 18h.
Musée Angladon
Chefs-d’oeuvre des XVIIIe, XIXe et XXe dans un hôtel particulier.
5, rue Laboureur
Tél : +33 (0)4.90 82.29.03 – Fax : +33 (0)4.90 85.78.07
angladon@angladon.com
Ouvert tous les jours sauf le lundi de 13h à 18h (fermeture lundi et mardi en hiver). Rendez-vous pour les groupes tous les jours.
Musée Louis Vouland
Collection d’arts décoratifs des XVIIe et XVIIIe et de peintres provençaux dans un charmant hôtel particulier.
17, rue Victor Hugo
Tel +33 (0)4 90 86 03 79 – Fax +33 (0)4 90 85 12 04
info@vouland.com – www.vouland.com
Ouvert tous les jours en été de 12h à 18h – L’hiver de 14h à 18h, sauf le lundi, le 1er janvier, 1er mai et 25 décembre.
Musée Requien
Musée d’histoire naturelle. Géologie et faune vauclusienne
.
67, rue Joseph Vernet – Tél : +33 (0)4.90.82.43.51 – Fax : +33 (0)4.90.85.08.99
musee.requien@mairie-avignon.com – www.museum-requien.org
Ouvert tous les jours sauf le dimanche et le lundi. De 10h à 13h et de 14h à 18h. Le musée est ouvert à tous et gratuit. Ouverture exclusive le lundi pour les scolaires.
Musée du Mont-de-Piété
Collection d’objets et de la condition de soies d’Avignon.
6, rue Saluces – Tél. +33 (0)4 90 86 53 12
Le lundi : de 10h à 12h et de 13h30 à 17h – du mardi au vendredi : de 8h30 à 12h00 et de 13h30 à 17h00

Musée de culture provençale: Palais du Roure. Lieu témoignant de l’histoire d’une grande famille avignonnaise et d’une architecture constamment remaniée depuis le XVe s. 3 rue Collège du Roure,84000 Avignonmail : palais.roure@mairie-avignon.com site : www.avignon.fr/ma-ville/culture-et-tourisme/une-ville-des-musees/tél : 04 13 60 50 01

Musée d’art contemporain « Collection Lambert 5 rue Violette
84 000 Avignon tél +33 4 90 16 56 20. Ouvert tous les jours
sauf le lundi de 11h à 18h. Juillet/août : tous les jours
de 11h à 19h. information@collectionlambert.com