Déprendre l’histoire coloniale et la décolonialité de tout manichéisme.

“Le rapport “Restituer le patrimoine africain : vers une nouvelle éthique relationnelle” appelé aussi « Savoy-Sarr », remis au président Macron et diffusé en Décembre 2017, a fait couler beaucoup d’encre et fait grincer des dents les marchands d’art. Il prévoit un plan en troisphases pour la restitution de 90.000 objets africains présents dans les musées français. A peu près en même temps, début décembre 2018 en Belgique, a eu lieu la réouverture de ce qui était encore considéré par beaucoup comme le « dernier musée de colonie » au monde, l’Africa Museum de Tervuren.

A force d’arguments sur la colonisation et le colonialisme souvent partiels et partiaux, hélas les discussions à leur propos tendent trop souvent à afficher une vision manichéenne. Or il faut bien admettre que la question coloniale ne peut pas être traitée de manière simplificatrice, sans toutes les nuances et gradations d’une complexité. Ne pas en prendre conscience, c’est s’exposer à des erreurs, des incompréhensions et du ressentiment. Le rapport cité plus haut, souffrant de réduction et raccourci historiques, est lui-même sujet à cette critique. Par exemple, l’avant-dernier roi du Dahomey Behanzin et son royaume très ancien détruits par le colonisateur, y apparaissent comme des victimes martyrisées. Contre cette vision l’avocat belge spécialisé dans le commerce de l’art,Yves-Bernard Debie , argue que Behanzin était un esclavagiste et que, grâce au général Dodds, la plupart des objets royaux ont survécu à l’incendie du palais propagé par le roi avant sa fuite. Selon cette version, la France peut alors légitimement revendiquer la propriété des objets sauvés du feu. Or ce sont les mêmes arguments en faveur du colonialisme au XIXe siècle, difficilement tenables aujourd’hui sans qu’ils soient qualifiés de néo-colonialistes. La position de Julien Volper, conservateur au Musée d’art africain de Tervuren en périphérie de Bruxelles, n’y fera rien :”ça a été pillé ? Oui et alors ? En Europe aussi, il y a eu des objets qui ont été pillés”. Pas plus celle de la galeriste Judith Schoffel de Fabry, selon qui le président français a ouvert “une boîte de Pandore” au risque de “conséquences graves”. “Chaque pays sera en droit de réclamer son dû : les frises du Parthénon, la Joconde, l’obélisque de la Concorde…”, s’alarme-t-elle dans Le Journal de la Compagnie nationale des experts. “Une des conséquences immédiates des restitutions sera de vider le fonds de tous les musées”. “Mais les musées européens sont pleins” alors que “l’Afrique est amputée de son patrimoine”. “Ni les Africains ni personne n’ont envie de voir les musées vidés de leurs oeuvres”, réplique le galeriste bruxellois Didier Claes, métis de père belge et de mère congolaise. “Il faut au moins accepter de débattre ” des restitutions, plaide-t-il.

Il a raison : le musée de Tervuren compte plus de 180 000 objets ethnographiques, le British Museum 69 000, le Weltmuseum de Vienne 37 000, le futur Humboldt Forum de Berlin 75 000, le Weltmuseum de Vienne 37 000, le Musée du Quai Branly- Jacques Chirac, plus de 70 000 dont 46 000 “acquises” durant la période 1885-1960, donc susceptibles selon le rapport Savoy-Sarr d’être restitués. Selon le rapport, les collections dans les musées nationaux africains excèdent rarement 3.000 oeuvres, souvent de peu de valeur artistique. Au Musée du Quai Branly, les pièces originaires du Tchad sont les plus nombreuses (9 296), car son territoire est à la croisée de l’Afrique du nord et de l’Afrique sub-saharienne. Viennent ensuite Madagascar (7 590), Mali (6 910), Côte d’Ivoire (3 951), Bénin (3 157), Congo (2 593), Gabon (2 448), Sénégal (2 281), Guinée (1 997). Et la majorité est mise en réserves. Il faudra bien s’y résoudre: nombre de biens culturels africains doivent retourner chez eux et tout citoyen a le devoir de reconnaître qu’ils n’ont plus rien à faire dans les musées occidentaux. Cette prise de conscience repose sur l’éthique de responsabilité et la pensée décoloniale qui s’est développée depuis près d’un demi siècle outre atlantique et plus récemment en Europe. Toutes légitimes soient-elles, celles-ci drainent cependant des arguments et raisonnements spécieux.

Il faut s’en persuader, la réalité historique est bien plus complexe que la dualité simpliste qui oppose les deux récits mentionnés ci-dessuss. Selon une tradition déjà bien ancrée par ses prédécesseurs et poursuivie par son successeur Agoli Agbo, Behanzin avait bien recours à la servitude, une forme d’esclavagisme. Ce n’est pas pour autant que l’on peut se permettre d’emboîter le pas aux chantres du mythe colonial anti-esclavagiste par la conquête, à moins d’une duperie intellectuelle. Dès 1892 soit deux ans avant les opérations militaires françaises aux Dahomey , la France et l’Allemagne sont en concurrence dans le découpage colonial et pour le partage de territoires. Les Allemands vendent des armes au roi contre des esclaves destinés au Congo belge qui a grand besoin de main d’œuvre. L’histoire de la colonisation du Dahomey est bien plus alambiquée que celle racontée de manière réduite dans la presse. Elle révèle des protagonistes exerçant une prédation triangulaire. Le Congo Belge, propriété exclusive du roi Léopold II, requiert de la main-d’œuvre à bon marché auprès de marchands allemands. Ces derniers se fournissent en esclaves par l’entremise d’un roi africain qui se fait payer et s’équipe en armes pour étendre son royaume et lutter contre les intentions de la France apparues depuis le protectorat exercé sur Porto Novo. Celle-ci justifiant son attaque du Dahomey avec l’alibi de la lutte contre l’esclavage alors qu’elle en embrasse les pratiques. On est très loin du simplisme de l’histoire des colonisations africaines qu’on peut lire encore trop souvent.

On le comprendra. Il n’est pas question d’exonérer les puissances européennes de la violence colonisatrice et du rapport de domination brutale qu’elles ont instaurées, ni de nier que les états actuels tirent encore profit d’avantages hérités du colonialisme. L’entreprise coloniale n’a pas pu se développer sans la corruption des élites africaines ni sans l’aide de clercs locaux qui tiraient de leur zèle une meilleure condition d’existence. Faire état de ces réalités ne vise pas à déresponsabiliser en partie le colonisateur, pas plus qu’expliquer le processus de nazification ne veut dédouaner nombre de criminels. Bien au contraire. Mettre à jour la part qui incombe à des africains dans le processus de colonisation, c’est montrer leur pouvoir d’infléchir et de déterminer les soubresauts de l’histoire. Affirmer le rôle d’africains dans ces processus de conquête et de colonisation, c’est leur reconnaître un pouvoir d’agir sur les événements de l’histoire et venir s’inscrire en faux contre le discours d’un président de la République française qui prétendait, il n’y a pas si longtemps encore, que « les africains n’avaient pas su entrer suffisamment dans l’Histoire ». C’est rompre avec l’accusation de passivité ou de soumission des africains en proie à la colonisation, tout en discréditant les récits et mythes d’une résistance héroïque par des hommes exceptionnels. Faire de la sorte, c’est éviter de se fourvoyer dans le piège d’un dualisme de la colonisation qui renvoie dos à dos un misérabilisme doublé d’un héroïsme tous deux victimaires, et une domination violente du colonisateur. D’un côté tous les africains opprimés, de l’autre tous les blancs dominateurs se seraient fait face dans une relation permanente seulement régie par l’hostilité. L’autre écueil qui guette l’analyse postcoloniale, est le réductionnisme historique des populations au moment de la colonisation. Celle-ci éteindrait tout dynamisme social et historique. Elle serait une aubaine pour l’indigénisme et l’afrocentrisme, pendant inversé du nationalisme occidental qui tous deux, donnent dans le révisionnisme et la pure invention historiques. Un certain militantisme revendiquant une pensée décoloniale, finit par adopter les arguments coloniaux, en les recyclant à l’inverse. Pour ses adeptes, la diversité de caractéristiques est réduite à des types, comme les particularismes (musicaux, culinaires, vestimentaires, etc.) du continent et de ses ressortissants, à l’Afrique et aux Noirs dans une conception essentialiste. Tel Michel Leiris qui prétendait sa démarche salvatrice, d’aucuns avancent en vertu du mythe colonial, que si la majorité du patrimoine africain se trouve en Europe, c’est que les objets ont été sauvés du pillage. Les « post-coloniaux » dont l’économiste, écrivain et poète Felwine Sarr fait partie dénoncent toute la colonialité qui demeure dans les mentalités européennes, et notamment dans l’enseignement encore victime d’une véritable tâche aveugle.

Le défi est double aujourd’hui et particulièrement en France. Il s’agit de décoloniser les esprits mais aussi la pensée décoloniale qui pour l’instant faillit à son autocritique.


XIX ème congrès ICOM-CC à Pékin

Le 19ème congrès triennal de l'ICOM-CC se déroulera du 14 au 18 Septembre 2020 à Beijing, avec pour thème "Dépassement des frontières: approches intégrées de la conservation-restauration". 
L' ICOM-CC est enthousiaste et impatient à l'idée de la tenue de sa prochaine réunion triennale là-bas. Ce sera la première fois que l'ICOM-CC se rendra à «zhōng guó», 中国 (le pays du milieu) pour une conférence sur la conservation-restauration. Le thème de la conférence est: «Dépassement des frontières: Approches intégrées de la conservation». Je pense que la conférence ouvrira les yeux et constituera un formidable forum de dialogue entre professionnels de la conservation-restauration du monde entier. Notre objectif est de réunir, d’échanger et de discuter des connaissances, des traditions et des compétences avec des professionnels de la conservation des quatre coins du monde et d’apprendre ainsi des pratiques, des philosophies et des matériaux issus de chacun. Je suis profondément reconnaissante au Comité national d'organisation chinois d'avoir assumé l'énorme responsabilité d'accueillir notre congrès triennal et je suis convaincue que nous aurons à Beijing un événement réussi, inoubliable, de grande qualité et riche en contenu. En Chine, le nombre des musées augmente à un rythme sans précédent dans le monde. La profession de conservation-restaurateur se développant également rapidement, le moment est idéal pour que l'ICOM-CC organise sa réunion triennale ici. J'espère que beaucoup de nos membres saisiront cette opportunité rare - non seulement de participer à la conférence - mais également pour visiter un pays avec des traditions et des cultures multiples et des milliers de musées, de sites historiques et archéologiques. J'espère également que cette événement attirera non seulement les Chinois, mais également d'autres professionnels de la conservation et des musées ainsi que des étudiants de toute la région qui souhaitent prendre part aux discussions et partager leur expertise comme leur passion pour la conservation du patrimoine culturel. Je suis impatiente de vous accueillir tous en septembre 2020 à Pékin. Kristiane Strætkvern, présidente del'ICOM-CC (10.2018)


http://www.icom-cc.org/
https://www.icom-cc2020.org/