Conservation-restauration de productions dîtes “ethnographiques”.

Surtout depuis la Renaissance, des millions d’objets ont été rapportés par des chefs de corps expéditionnaires, missionnaires, marchands, explorateurs et accumulés tels des trophées dans leurs cabinets de curiosités pour constituer des collections savantes. Cette collectionnite s’est poursuivie avec les conquêtes coloniales, dès le XVe siècle en Amérique et au XIXe siècle avec un autre dessein: la domination de l’Europe pour prendre possession de territoires et de peuples « primitifs » considérés comme l’antériorité de la civilisation européenne. Pour légitimer l’entreprise d’enrichissement, de nouvelles sciences apportent leur caution: l’ethnologie et l’ethnographie. Même si ce sont les cabinets de curiosité qui sont à l’origine des musées d’ethnographie, de nouveaux lieux similaires sont bâtis pour abriter les artefacts de populations classées par ethnies et par tribus afin de les mettre à la disposition d’un public avide de curiosité et d’exotisme. Créés à l’apogée de la période coloniale ils sont devenus un sujet tabou après les indépendances africaines jusqu’à la polémique lors de la fermeture du Musée de l’Homme. Que faire d’ immenses collections jugées par d’aucuns inutiles et conservées à grand frais ? D’une vocation d’exhibition d’artefacts, us et coutumes ils ont muté avec l’objectif de montrer et transmettre un savoir plus anthropologique. Cette transformation est sans aucun doute liée à une évolution de la discipline après les indépendances africaines. Après une visée descriptive, l’ethnographie s’est réorientée vers un objectif d’analyse et d’explication correspondant plus à l’anthropologie culturelle. Cela étant, la monstration de connaissances anthropologiques relevant de la conceptualisation ne peut pas s’en tenir aux procédés mis en œuvre par l’ethnographie dans ses musées. Comment exposer des objets anthropologique,s qui dépassent une seule fonction ethnographique, pour en révéler les propriétés ou valeurs anthropologiques ?

La muséographie emprunte encore la mise en vitrine naturaliste en déployant ses indications sur des cartels parfois très approximatifs voire erronés. En quoi la reconception de la méthodologie de la conservation-restauration peut-elle elle contribuer à réparer la trahison d’une méconnaissance des modalités culturelles de perception et d’usage d’un objet ? Le remarquable musée laïque d’art sacré de Pont Saint-esprit, initié par son visionnaire conservateur Alain Girard dès 1996, offre dans une vitrine deux visions semblables: la statue foncée d’une maternité africaine dont la mère et l’enfant sont devenus anonymes, à côté d’une vierge à l’enfant polychrome qui nous est familière. Grâce à la présentation qui procède d’une démarche de désenclavement cultuel et d’égalitarisme culturel. La représentation de la mère du Christ, au-delà de sa valeur artistique et esthétique, est investie de sens pour le visiteur en ce qu’elle réfère à une épistémè judéo-chrétienne dont il peut de par sa culture tirer lui-même une explication face à la sculpture . Un ressortissant de la culture qui a produit la maternité africaine n’aurait pas davantage besoin d’explications pour comprendre la noirceur du bois imprégné d’une substance “mystérieuse” et “sale”. Les objets et le discours anthropologiques doivent produire une véritable expérience culturelle pour dépasser l’étiquetage ethnographique. Le Musée du Quai Branly n’a pas réussi en un seul parti pris muséographique, à concilier exigences scientifiques et esthétisation des objets. C’est que les systèmes classificatoires qui président à la mise en vitrine des autres cultures et à celles des oeuvres esthétiques sont incompatibles. La conservation-restauration n’a-t-elle pas un rôle déterminant à jouer dans l’entreprise de révision du système classificatoire et de l’utilité sociale du musée ou de l’exposition ? Il semble que la muséographie ait toujours à endosser le rôle de diffusion des connaissances anthropologiques et la sauvegarde du patrimoine culturel. Alors il faudrait que des enseignements artistiques, d’esthétique et de technologie intègrent les programme de formation à l’ethnologie et l’anthropologie. L’enjeu étant à l’ère de d’une homogénéisation culturelle forcée, une vision plus exacte et une meilleure connaissance des autres et de nous-mêmes.

A l’ESAA, un enseignement de la conservation-restauration de productions ethnographiques  et d’art contemporain, dont la simultanéité se justifie par un certain nombre de parallèles établis entre elles : leur caractère éphémère, un choix de matériaux ou matières très large et particulier, une dimension performative et/ou interactive, leur attachement à un in situ, un contexte de ritualisation hic et nunc, etc. . Il propose l’acquisition de connaissances élémentaires, à la fois par des notions et questions fondamentales évoquées à l’école mais aussi par une expérience intégrée à des collections publiques. Les enseignements tendent à une rupture de la logique binaire théorie / pratique. Ils sont répartis dans la semaine toujours en regard et complément d’une immersion dans un chantier prospectif dont le terrain est le musée et ses collections. Les sessions de travail comprennent aussi la fréquentation d’institutions différentes, musées de genres différents, archives, et celle de conservateurs /trices de musée, archivistes, commissaires d’exposition, artistes, et autres chercheurs. Ce qui pourrait s’apparenter à une investigation scientifique, historique, anthropologique et ethnologique de la collection et du musée, vise à en démêler, par l’enquête de terrain mais aussi sur des artefacts, et faire apparaître les multiples facettes épistémologiques qu’ils recouvrent, et au sein desquels ces biens culturels peuvent prendre des sens multiples.

Artefacts ethnographiques

La plupart des objets ethnographiques conservés dans les institutions publiques européennes ont été rapportés voire récoltés par des voyageurs, militaires, scientifiques et colons dès le début de la conquête de nouveaux territoires par des corps expéditionnaires venus d’Europe. Les informations que ces artefacts recèlent à propos de leur fabrication, usage, échange ou valeur, permettent à la fois de mieux les comprendre et de connaître les liens sociaux auxquels ils participent ou même qu’ils déterminent. Mais ils peuvent être aussi les pièces à conviction de nos propres fonctionnements et regards vis à vis de l’altérité, et peut-être même une nouvelle source de découvertes en faveur de la réparation et de la préservation de la planète.

La conservation-restauration des objets ethnographiques s’applique à des artefacts issus de cultures et d’époques, plus ou moins temporellement et spatialement, éloignées des nôtres. Celle-ci contribue à alimenter une sorte de miroir à multiples facettes qui reflète la dissémination et l’être-au-monde de groupes sociaux ou populations partout sur la planète. Son angle d’approche s’attache à faire état de caractères physiques, fonctionnels, symboliques et esthétiques de manière indissociable, avec le souci de l’évitement de tout européocentrisme. De sorte qu’elle peut contribuer à faire valoir une grande pluralité épistémique sans hiérarchie au lieu de perpétuer le soulignement latent d’une diversité implicitement infériorisée en référence à la norme. Au croisement de toutes les approches des objets ethnographiques, la conservation-restauration pourrait être une voie de rupture avec la seule visée d’une différenciation des cultures dont l’enjeu est une distinction qui s’oppose au même, à l’identique.

Outre un objectif de professionnalisation en réponse aux besoins actuels principalement des institutions publiques, la formation en conservation de l’ESAA propose un enseignement à caractère prospectif. La comparaison des cultures n’enjoint pas au déplacement de chez soi après qu’on a fait la différence et distingué le même de l’autre chez lui. Or, plutôt que de s’en tenir à la mesure de la différence, la confrontation aux artefacts venus d’ailleurs pourrait être un éveil à un autre possible, d’autres possibles de la pensée dont les témoins culturels ne seraient plus définitivement tenus à distance mais susceptibles de venir prendre place dans notre propre épistémè.

Objets techniques et scientifiques

Dans le domaine de la conservation-restauration, il  arrive que l’on rencontre une distinction séparative entre “objets techniques et scientifiques” et “objets ethnographiques” telle qu’ à la Hear de Neuchâtel (Suisse) qui propose les spécialités “Objets archéologiques et ethnographiques” et ” Objets scientifiques, techniques et horlogers”. Or un objet technique ou scientifique n’est il pas un objet ethnographique à part entière ? Pourquoi les objets ethnographiques ne comprendraient pas ceux qui sont “techniques” ou” scientifiques” ?  Comme le disait justement Rémy Geindreau (“Par-delà objets techniques et objets ethnographiques”, https://conservationmachines.wordpress.com/2014/06/15/par-dela-objets-techniques-et-objets-ethnographiques/), ” qu’est-ce qui sépare le masque du chamane de celui du soudeur ?  Rien… Il n’y a pas tant de différence entre les artefacts du Musée J. Chirac – Quai Branly et ceux du Musée des Arts et Métiers.” Alors est-il pertinent de continuer à  réduire  Le mode d’existence des objets techniques à une efficacité seulement technique pour une production ou un service ? Pourquoi un objet technique  occidental échapperait-t-il au champ ethnographique ? Ce point encore récurrent sous nos latitudes vaut d’être relevé, et mériterait d’être abordé avec nos collègues neuchâtelois(es) qui avoisinent le prestigieux Musée d’ethnographie de Neuchâtel en ce qu’il fut un formidable pionner de nouvelles perspectives ethnographiques sous la direction de Marc-Olivier Gonseth.

Le conservation-restauration qui use de l’enquête de type ethnographique  permet d’aborder et  de comprendre un artefact quel qu’il soit au-delà de tout présupposé. L’accumulation d’ information ne doit pas se limiter à un cadre documentaire qui serait propre à une catégorie à laquelle  serait assigné implicitement ou délibérément cet artefact.  Sa compréhension enjoint à envisager l’objet technique bien au delà de sa fonction utilitaire initiale, en prenant en compte à d’autres modes de fonctionnement sociaux, tel que notamment, sa patrimonialisation et les valeurs qui l’ont motivée. En ayant recours notamment à  la biographie des objets il sera possible d’ interroger objet sur ce qu’il peut  révéler de sa vie et ses répercussion sociales outre sa stricte aire d’utilité ou de productivité.

Contentons-nous de remarquer qu’on ne peut guère, en réalité, appréhender un fait technique qui ne soit aussi, dans le même temps, un fait social, symbolique et économique et que l’effort de l’ethnographie consiste à mettre en lumière cette totalité dynamique.” (MAIROT Philippe, “Musée et technique”, dans la revue Terrain n°16, 1991) [cité par Rémy Geindreau, op.cit.]

Pour aller plus loin …

ROLLAND-VILLEMOT Bénédicte, “Les spécificités de la conservation-restauration des collections ethnographiques”, La lettre de l’OCIM n°56, 1998

Par-delà objets techniques et objets ethnographiques

https://ethnologie.unistra.fr/websites/ethnologie/Collection/Expositions/UDS/Regards/Aide.pdf