Une École-monde(s): entre ordinaire et utopie

Si l’on en croit Michel Foucault dans sa description des hétérotopies* lors d’une conférence il y a un demi siècle, celles-ci ont “le pouvoir de juxtaposer en un seul lieu réel plusieurs espaces, plusieurs emplacements qui sont en eux-mêmes incompatibles”.

Le deuxième principe de son explicitation retient l'attention en ce que "au cours de son histoire, une société peut faire fonctionner d'une façon très différente  une hétérotopie qui existe et qui n'a pas cessé d'exister" depuis son origine. En effet, une école d'art se trouve confrontée à une situation où son  hétérotopie se doit de fonctionner à l'intérieur de la société en synchronie de sa culture mais aussi en une certaine asynchronie. En effet, les membres de l'hétérotopie demeurent contraints aux droits et obligations qui régissent le fonctionnement normal de la société. Pourtant ils sont  soumis à "l'incertitude de l'art" et enclins à produire des oeuvres qui doivent beaucoup, par exemple, à des aînés qui se sont inscrits en rupture radicale avec leurs société et temps. Tel l'anticonformisme conventionnel d’un Aby Warburg, d'un  Marcel Duchamp ou encore d'un Joseph Beuys. Le premier  a conçu une histoire de l'art non linéaire à travers un faisceau de correspondances formelles, culturelles, de motifs rémanents, transcendant toute chronologie, et qui se manifestent particulièrement dans son "Atlas mnémosyne".  La démarche subversive du second fit imploser le paradigme de l'art et de l'oeuvre en réussissant à faire conférer au ready-made le statut d'oeuvre d'art. Enfin le troisième à sa façon, tout en ayant fourni une production conséquente de dessins, sculptures, happenings, installations, vidéos, assuma un engagement politique en théorisant les concepts de sculpture sociale et d'art total. Parallèlement  à cette propension, si l'on considère le cas de l'EsaA, d'autres acteurs plus résolument versés dans la préservation d'objets anciens, sont enjoints eux aussi, à se plonger dans des temps asynchroniques et les cultures comme les objets qui en ont été imprégnés.

Le cimetière a ceci de commun avec une école d'art, qu'ils sont chacun une hétérotopie. Ils sont un lieu autre par rapport aux espaces culturels ordinaires et pourtant ils ne sont pas sans lien avec eux. Chaque individu est relié à une tombe, un caveau, comme n'importe quel aspect du monde n'est pas éludé par l'art. "Dans la culture occidentale, le cimetière a pratiquement toujours existé. Mais il a subi des mutations importantes. Jusqu'à la fin du XVIIIe siècle, le cimetière était placé au cour même de la cité, à côté de l'église". Comme eux les écoles d'art  jouissaient de la visibilité ontologique du centre-ville.  Or comme les cimetières, de nos jours elles sont de plus en plus "déménagées" en périphérie. On pourrait y  voir une similitude asynchronique avec la migration des cimetières dont, "au cours du XIXe siècle on a procédé au déplacement ... vers les faubourgs" en prévention d'un risque de leur risque de contagion. une croyance en une contamination par les morts qui a persisté jusqu'à à la fin du XVIIIe siècle.  Les coeurs urbains risqueraient-ils quelque infection par les écoles d'art ?

Si l’on en croit le philosophe, “l’ hétérotopie a le pouvoir de juxtaposer en un seul lieu réel plusieurs espaces, plusieurs emplacements qui sont en eux-mêmes incompatibles”. A l’instar du théâtre dont la scène fait apparaître la succession de toute une suite, à la fois de lieux et temporalités  discontinues, l’École-monde(s) abrite, elle, simultanément,   une multitude d’espaces  d’actions et de représentations étrangers les uns aux autres, en deux et trois dimensions. Comme l’exemple cité aussi par Foucault, du jardin traditionnel persan et  son avatar le plus répandu, le tapis homonyme, l’École monde(s) “en forme d’emplacements contradictoires”  pourrait demeurer le lieu physiquement clos qu’il est, mais comme un jardin oriental jadis, se doter de ses significations très anciennes et enfouies dans les esprits.  Son format rectangulaire incluait les quatre parties du monde, végétalisées et au milieu desquelles, telle leur source de vie, un jet d’eau jaillissait d’un bassin. Du jardin au tapis, il n’y eut qu’un pas et transfert de rôle, en ce que le premier fut à l’origine du second, ” sorte de jardin mobile à travers l’espace”: tous les deux étaient une aire sacrée en tant qu’à la fois plus petite parcelle et totalité du monde.

Le sixième er dernier principe posé par Foucault,attribue  aux  hétérotopies une fonction par rapport aux autres espaces des sociétés : elles sont soit des espaces d’illusion soit des espaces de perfection. Gageons qu’une École-monde(s) ne soit pas un cimetière d’illusions perdues, mais devienne une “hétérotopie heureuse”.

_______________________________________________________________________________

*Michel Foucault, Dits et écrits, 1984 , Des espaces autres (conférence au Cercle d’études architecturales, 14 mars 1967), in Architecture, Mouvement, Continuité, n°5, octobre 1984, pp. 46-49e.

Une Expérience saisissante proposée par Marjan Teeuwen aux Rencontres d’Arles.

Destroyed House intitule la saisissante installation immersive  que Marjan Teeuwen présente aux Rencontres d’Arles jusqu’au 22 Septembre. Aussi petite  néerlandaise sexagénaire que grande est sa ténacité, elle aura dû batailler pendant près de neuf mois pour venir à bout des totalité et complexité de ce  projet mené et réalisé à bout de ses propres bras. Il lui aura fallu vaincre moult obstacles pour parvenir à ce cadeau pour le festival de la photo et ses visiteurs: les contraintes imposées par les commissions sécurité, archéologique et patrimoniale qui lui auront fait dire ” de tous mes chantiers c’est le plus cauchemardesque !Montré par ailleurs, une exposition photographique dans un espace  connexe de la “maison détruite”, son travail offre tour pour le coup deux expériences esthétiques de nature différente.

L’immersion physique consiste à pénétrer en très petit nombre pour des raisons de sécurité — six maximum — dans un antre sombre . La guide du groupe appointée transmet les premières informations tout en se souciant de l’acclimatation oculaire à la pénombre que viennent interrompre des halos de lumières créés par de simples ampoules électriques pendant nues au bout d’un fil à diverses hauteurs.

Après avoir franchi  l’entrée d’une bâtisse quelconque, nous voilà sitôt la porte refermée, transportés comme  dans une  fiction. Il faut affronter un dédale de galeries souterraines étayées comme un  conduit minier ou guerrier jonché de gravas. La stratification penchée des parois avec des éléments de construction hétéroclites, oriente le sens du cheminement: la descente puis la montée alors que le sol demeure en réalité toujours horizontal. Très vite, le frôlement des parois, le décryptage d’une étrange variété de matériaux de construction formant une surface composite tantôt grossière, tantôt d’une extrême régularité, évoque l’art savant de la nidification, des animaux bâtisseurs ou encore de quelque créature imaginaire. 

Au détour d’un passage qui se transforme en corridor, survient une ouverture anormalement étroite et haute qui débouche dans une salle dont les parois forcent l’étonnement par la perfection de leur texture et de leur architecture. L’éclairage toujours d’une seule source lumineuse et falote au ras d’un sol balayé circulairement de ses gravas, comme pour ménager un foyer rituel, procure un sentiment comparable à celui éprouvé au tréfonds d’une chambre mortuaire de l”époque pharaonique, ou encore d’une grotte cérémonielle préhistorique …

La médiatrice explique que l’artiste qui a aussi travaillé dans une maison bombardée de Gaza, illustre ainsi le cycle perpétuel de la vie : construire, détruire, construire, détruire. De la naissance, la genèse et la mort. De la renaissance après la mort.

Dans sa série Destroyed House, Marjan Teeuwen met en scène des configurations architecturales, complexes, sophistiquées mais dépourvues d’utilité  spatiale,  dans des bâtiments en instance de démolition. L’artistenous entraîne  dans un univers étrangement inconnu mais d’une indéniable puissance esthétique répondant à un régime spatio-temporel inédit. Une sorte d’hétérotopie symbolique qui voudrait célébrer une  vertu sacrée dépourvue de lieu. Cette idée n’est pas sans rappeler le travail de Vincent J. Stoker qui révèle aux quatre coins du globe la désuétude de lieux autrefois prisés, aujourd’hui désaffectés (usines, théâtres, ouvrages d’art) et livrés à l’oubli comme au bon vouloir du temps. Une métaphore de  la dualité du pouvoir à la fois de  construire et de détruire  propre à  la condition humaine et son conflit insurmontable ? Comme pour conjurer son propre sort, Marjan Teeuwen, ses  65 ans cramponnés à sa canne, investit pour la 25ème fois, pour le coup à Arles, un bâtiment voué à la destruction (sur cette  propriété Nyssen, on parle du futur projet de construction d’un cinéma) pour y faire surgir une étrange forme de résilience dans un élan éphémère et saisissant d’ harmonie inouïe, venue effacer telle une sublimation miraculeuse, la cruauté de la démolition en parvenant peut-être au passage, à susciter le sentiment d’espoir après celui de l’anéantissement.

[Crédits photos©Marc Maire avec l’aimable autorisation de l’artiste]

Destroyed House

1 juillet – 22 septembre

10H00 – 19H30