Une histoire racontee par un idiot

Je dois être idiot, malgré le temps qui passe, rien dans la dangerosité du coronavirus ne justifie à mes yeux, comme à ce jour, la mise en place des mesures de confinement que l’Europe s’impose depuis bientôt six semaines. Je ne dis pas qu’il n’est pas dangereux, mais que les mesures destinées à le colmater sont disproportionnées. Que ce soit en France où je travaille ou en Allemagne où j’habite, ces mesures fumeuses me semblent bien plus létales que le virus lui-même car, tueuses de liberté, elles nous demandent de confier à des gens en qui nous n’avons pas confiance ce que nous avons de plus cher. Il est étrange de s’en remettre ainsi aux dits spécialistes dont les décisions affectent jusqu’au plus intime de notre quotidien, en en restreignant les possibles. Pour autant, je ne nie pas la nécessité d’une forme d’action sanitaire efficace de contention du virus destinée à protéger les personnes vulnérables (voir profil médical des cas graves). Cela coule de source. N’est-il pas normal de protéger les plus fragiles, hier, aujourd’hui, demain ? Aujourd’hui, après presque deux mois de pandémie, je ne suis pas persuadé que les mesures drastiques mises en place auront de quoi effrayer un virus qui par ailleurs ne semble rien avoir de particulièrement méchant, si ce n’est d’avoir l’indélicatesse de nous tendre le miroir de notre mort, celle qui tous sans exception nous emportera un jour. Ce qui se passe aujourd’hui relève d’une tragédie dont la littérature raffole et dont la construction dramatique mérite d’être étudiée. Admettons que le coronavirus est d’abord un récit, une pièce de théâtre. En quête dorénavant des enjeux narratifs de cette passion collective, nous reviendrait en mémoire ce trop fameux passage du génial William Shakespeare : « La vie est une histoire racontée par un idiot, pleine de bruit et de fureur, et qui ne signifie rien ». MACBETH (V, 5) Il est frappant que le récit de la chose  semble en effet raconté de manière à ce qu’on n’en comprenne rien, comme s’il était le fruit de l’imagination de personne, fruit trop mûr de lui-même, abstraction technobureaucratique sans pépin, ou alors n’est-ce qu’un effet de perspective ? Pour essayer de comprendre ce qui est en jeu dans cette étrange affaire, je vous propose de procéder à une sorte d’exercice farfelu de recherche-création : comment ferions-nous s’il fallait tirer une pièce de théâtre des événements actuels? Autrement dit, que faut-il comprendre de la crise actuelle pour en extraire le noeud dramatique ? 

Chargé e(e) de conservation préventive

Le Centre national du costume de scène et de la scénographie recrute en CDD d’une durée de 12 mois, un(e) chargé(e) de conservation préventive (H/F). Musée de France, le Centre national du costume de scène est la première structure de conservation, en France comme à l’étranger, à être entièrement consacrée au patrimoine matériel des théâtres. Le Centre a pour mission la conservation, l’étude et la valorisation d’un ensemble patrimonial de 10 000 costumes de théâtre, d’opéra et de ballet, issus principalement des productions lyriques et chorégraphiques de l’Opéra national de Paris, des productions théâtrales de la Comédie-Française et des collections patrimoniales du département des Arts du spectacle de la Bibliothèque Nationale de France, ainsi que des collections qui lui sont propres.
Le CNCS est un Etablissement Public de Coopération Culturelle.  
 
DESCRIPTION DU POSTE 
 
L’établissement doit réaliser des travaux, à partir du mois de septembre 2020, dans le bâtiment des réserves qui nécessiteront le transfert des collections de costumes de danse et leur stockage chez un prestataire extérieur. Ces collections représentent entre 6 000 et 6 500 unités (éléments de costumes ou accessoires) et ont déjà fait l’objet, pour une grande partie, d’un inventaire informatisé et de leur récolement.
 
Dans le cadre de cette opération, vous serez la personne référente du musée afin de suivre les différentes opérations liées au transfert des collections qui seront assurées par un prestataire extérieur : préparation, conditionnement, manipulations, emballage, transfert, à l’aller comme au retour, avec un stockage externalisé.
 
La durée des travaux est estimée à 6 mois. Le transfert des collections devrait intervenir au mois de septembre 2020 et leur retour au musée au mois de mars 2021.
 
Par ailleurs, au sein du département des collections, vous aurez, après les opérations de transfert, la charge de l’ensemble des opérations de conservation préventive :
 
– Gestion climatique et sanitaire des réserves et des salles d’exposition ;
 
– Gestion des collections en lien avec les activités du service :
o Réalisation des traitements préventifs : quarantaine, micro aspirations, conditionnements en réserve, constats d’état
o Mise en œuvre des traitements réalisés par prestataires extérieurs : anoxie, restaurations…
o Participation au chantier des collections : récolement, numérisations, mouvements, localisations
o Saisie des informations relatives à la conservation préventive sur le logiciel des collections (Webmuseo)
o Régie des réserves
o Mise en œuvre du plan de prévention et d’urgence
 
– Participation à la préparation et au montage des expositions et des prêts :
o Réalisation des mannequinages et supports spécifiques en lien avec l’équipe dédiée
o Manipulations et installation des œuvres en exposition
o Convoiements et installation des prêts extérieurs
 
COMPETENCES, CONNAISSANCES ET QUALITES ATTENDUES
– Diplôme d’une formation technique en conservation préventive. Niveau Master.
– Maîtrise des fondamentaux et des pratiques de la conservation préventive, pour lesquels vous disposez d’une expérience confirmée.
– Parfaite maîtrise des principes et de la déontologie de la conservation-restauration, dont vous connaissez les règles de sécurité et les protocoles d’utilisation en vigueur dans les musées. Des connaissances sur les spécificités des collections textiles seraient appréciées.
– Rigoureux et organisé, réactif et polyvalent.  
– Maîtrise des outils informatiques (suite bureautique et bases de données de musées/bibliothèques).
 
DATE DE PRISE DE FONCTION 
Poste à pourvoir à partir de juillet 2020 (et en fonction de l’évolution des dispositions liées au Covid-19).
 
CONTRAT
CDD 12 mois de droit privé, à temps plein, avec possibilité de CDI à l’issue.
Rémunération selon Convention Collective de l’Animation, groupe C.
 
CANDIDATURE
Lettre de motivation et CV sont à adresser, avant le 18 mai 2020, à :
Mme la Directrice du CNCS uniquement par email : recrutement@cncs.fr
 

À quoi rêve Jupiter ?

Michel Foucault,  répond à la question dans Surveiller et punir_, (1975) : »La ville pestiférée, toute traversée de hiérarchie, de surveillance, de regard, d’écriture, la ville immobilisée dans le fonctionnement d’un pouvoir extensif qui porte de façon distincte sur tous les corps individuels – c’est l’utopie de la cité parfaitement gouvernée. La peste, c’est l’épreuve au cours de laquelle on peut définir idéalement l’exercice du pouvoir disciplinaire. Pour faire fonctionner selon la pure théorie les droits et les lois, les juristes se mettent imaginairement dans l’état de nature. Pour voir fonctionner les disciplines parfaites, les gouvernants rêvent de l’état de peste. »

Maffesoli, en piètre quête de rachat ?

ou un imprévisible retournement de veste .
 
Apparemment et nous le pressentions, l’occasion de cette crise sanitaire était trop belle pour   que le mage – devin qui a dépoussiéré sa boule de cristal afin de la remettre en activité , sortie de sa réserve  une fois son aplomb retrouvé: « nous pouvons dire, avec assurance, que nous assistons à la naissance de l’ère des soulèvements populaires. » En traitant derechef le gouvernement d’incompétence de manière très inattendue, voilà qu’il vient aujourd’hui cracher dans la soupe qu’il a servie pendant des années en tant que domestique bêlant des puissants, de la gauche bobo au sarkozysme le plus grotesque. Dans son article apocalyptique du 10 Avril dernier paru dans la revue d’un monde qui vient, l’Innactuelle, apparemment en mal de plume plus efficiente et qui lui ouvre ses colonnes, il prédit, déjà dans son titre, « le grand soulèvement qui  vient« . La population est-elle sur le point de se réveiller ? De quoi les bouleversements en cours accoucheront-ils ? Michel Maffesoli nous livre sa réponse », prévient l’accroche de la revue. Sa prévision n’est pas sans rappeler l’essai politique rédigé par un « Comité invisible » et publié en 2007. Le texte est suivi d’une « Mise au point », publiée en 2009 en référence au livre de Giorgo Agamben, La Communauté qui vient : théorie de la singularité quelconque, édité lui en 1990.
 
Malgré ces éléments, Maffesoli apparaît toujours plus arc-bouté sur son prétendu génie visionnaire soutenu par la caution d’un étalage à gogo d’érudition de  références gréco-latines  qu’il mobilise et décline  à toutes les sauces, non sans se fendre en entame d’une parabole métaphorique ridicule dont il a le secret, celle des bas-fonds lacustres « animés par de constants grouillements. De temps à autre ces derniers apparaissent à l’extérieur sous formes de bulles géantes troublant la quiétude du lac. Bulles aussi soudaines qu’éphémères. Disparaissant, en effet, pour renaître plus tard quand le grouillement intérieur se fait à nouveau trop pressant ». Maffesoli a besoin de préciser son expertise imagée pour visiblement ratisser large, « Voilà une image qui permet de comprendre les soulèvements qui, actuellement, troublent la vie de nos sociétés. Il s’agit bien, en effet, de bulles explosives, appelées à se renouveler, en ce qu’elles expriment le grouillement, à la fois profond et violent, animant une société officieuse ne se sentant plus du tout « représentée » par la société officielle ayant le pouvoir institutionnel. D’où l’ambiance insurrectionnelle caractéristique de toute fin d’époque. » S’en suit un couplet qui fait le procès de l’oligarchie politique et dont on se demande s’il lui aura fallu attendre l’émergence de la Macronie pour réaliser l’existence d’une oligarchie aux commandes de l’État en France. Le Sarkozysme débridé que Maffesoli a ouvertement soutenu, n’en aura -t-il pas été un exemple assez cinglant ?
 
On croît rêver, quand Maffesoli s’érige maintenant en défenseur du peuple, traité avec mépris un peu plus tôt de dormeur, victime de l’aveuglement d’une caste de puissants technocrates à la barre étatique et de son « mépris virulent vis-à-vis des peuples en révolte. Peuples dont les réactions sont qualifiées d’une manière on ne peut plus erronée de populistes . » et au passage, en rectificateur de la pensée du haut de son exceptionelle ou unique hauteur de vue. Pour faire son effet persuasif, c’est maintenant au tour de la citation de célébrités philosophiques et littéraires d’être   mise à contribution pour fonder la vérité maffesolienne qui n’a tours pas besoin ici de méthode ni argumentaire scientifiques, puisque  des références — de bons ton, chic et genre suffisent, en veux-tu en voilà, — à Bossuet, Platon, Hegel, les  exotiques Pareto et Ortega y Gasset, en la circonstance, Chateaubriand, à l’inévitable Simmel, à De Maistre, Renan pour finir la longue lise de ses recours prestigieux. « Voilà ce qui en appelle à une transfiguration du politique. On ne représente plus rien sinon, à courte vue, soi-même. Une caste on ne peut plus isolée qui en ses diverses modulations, politique, journalistique, intellectuelle est surtout identique à elle-même et fidèle à son idéal « avant-gardiste » qui consiste, verticalité oblige, à penser et à agir pour un soi-disant bien du peuple. » Dans cette improbable volte-face, Maffesoli apparaît en pleine crise de socialisme révolutionnaire. Serait-il pour son salut, en quête de rachat de ses fourvoiements passés en nous nous gratifiant de tels adages teinté de moralisme typiquement maffesolien . « On ne saurait mieux dire la « faillite des élites » contemporaines : n’étant plus en phase avec la réalité sociale de base, car elles privilégient leurs droits au mépris de leurs devoirs. Le « tous pourris » de la conversation du Café du Commerce ne faisant que vitupérer la cupidité de cette élite en déshérence, préoccupée, essentiellement, de postes aguichants, de salaires confortables, de places acquises sur les fameux « plateaux » télévisuels. »  Décidément Maffesoli ne manque pas d’air, lui le gourou de  la modernité prête à penser qui écuma les plateaux télé pour y déverser sa sociologie de pacotille, doublé du chien de garde des puissants qu’il pourfend allègrement aujourd’hui. « Ce sont des notables étant dans l’incapacité de comprendre la fin du monde qui est le leur. »
 

N’assiste-t-on pas dans ces piètre articles opportunistes parus en pleine  crise du Covid-19, rédigés depuis un confinement  intellectuel de longue date, à la gesticulation  désespérée d’un vieil « apparatchik » de l’intelligentsia institutionnelle à la solde du pouvoir politique, aujourd’hui laissé pour compte et en souffrancle de sa déchéance socio-médiatique, lancé dans une pathétique opération désespérée d’exonération, de dédouanement ou de blanchiment de ses impostures et compromissions passées ? Pour preuve, sa sortie en beauté qui fera lever les yeux au ciel à ses plus fidèles détracteurs: « Le bienfait des soulèvements, des insurrections, des révoltes, c’est de rappeler, avec force, qu’à certains moments  l’ubris, l’orgueil des sachants ne fait plus recette. Par là se manifeste l’importance de ce qui n’est pas apparent. Manifestation de l’indicible et de l’invisible. Le « Roi clandestin » (Georg Simmel) de l’époque retrouve alors une force et une vigueur que l’on ne peut plus nier.  » Plus fort de café est encore les morceaux qui le concernent personnellement au plus haut point « Mais voilà, à l’encontre de l’a-priorisme des sachants, l’a-priorisme dogmatique étant le fourrier de tous les totalitarismes, ce génie s’exprime maladroitement, parfois même d’une manière incohérente en se laissant dominer par les passions violentes. L’effervescence fort souvent bégaie. »  « Cette pseudo-intelligentsia, on ne peut plus déphasée, en son idéologie progressiste ne peut pas saisir l’atmosphère mentale de l’époque. Ce que le philosophe Ortega y Gasset, en son livre prémonitoire : La Révolte des masses, nommait « l’impératif atmosphérique » du moment. C’est parce qu’elle ne sait pas s’adapter au changement de climat spirituel en cours que la Caste subira le sort qui fut celui, en leur temps, des dinosaures : périr. La Modernité pourrissante est à l’agonie. Ses représentants caducs ne peuvent même pas envisager que toute mutation, car c’est bien de cela qu’il s’agit, comporte une dose de mystère. »et le dernier qui vient clore l’article messianique de Maffesoli, en comble de la dénégation: « Ce sont moins des réponses bien formatées qui sont attendues, que la capacité de savoir poser des questions. Ce que les soulèvements signifient, c’est que n’est plus accepté un monde sans question et plein de réponses. Tout simplement parce que c’est à partir de l’insaisissable, ce qui est en devenir, ce qui est questionnant, que l’on peut saisir le saisissable. Celui de la vie Réelle. Ne l’oublions pas. C’est quand on ne sait pas dire, avec justesse, ce qui est, c’est quand le moralisme, ce qui « devrait être », prend le dessus, que le peuple fait sécession. » Ne devions nous pas selon une prédiction pas si lointaine du pourvoyeur d’oracles d’une scociologie interprétative et prédictive à géométrie variable qualifiée de junk science, voir resurgir des « manifestations tribales » ?

Pour parler d’un grand basculement sociétal à venir, Maffesoli est bien loin du mode choisi par  Chinua Achebe , l’auteur nigérian du chef d’oeuvre Things Fall Apart,  écrit pour témoigner  du  monde qui s’effondre tragiquement pour son  héros, père et chef de village en pays igbo (Est de l’actuel Nigeria), notable impuissant face à l’effilochage de ses fondements, traditions et coutumes avec l’arrivée   de missionnaires en avant garde de l’invasif colonisateur britannique. Ce qui fait la force du récit, c’est la description du réel, d’une déliquescence organisée et inéluctable qui annihile toute velléité de résistance contre  le rouleau compresseur de l’implantation intrusive de la colonisation et de ses effets destructeurs de de valeurs et relations sociales et même familiales apparaissant  de manière flagrante à l’analyse précise de l’auteur de aphorisme qui aura fait le tour du monde:« Tant que les lions n’auront pas leur historien, les histoires de chasse continueront de glorifier le chasseur »..

« Des auteurs comme l’Américain Ernest Hemingway ont représenté la population noire africaine comme des sauvages et sont ainsi à l’origine d’un immonde blasphème, disait Achebe. C’est pourquoi j’ai décidé de tenter d’écrire des livres où les personnages étaient des Africains comme je les connais ». La première partie  du livre s’attache à  décrire en 13 chapitres l’apogée de la société Ibo au Nigeria et où évolue un grand guerrier du nom d’Okonkwo.  La  seconde partie regroupe six  chapitres pour évoquer l’exil d’Okonkwo dans son village maternel en réparation d’ un meurtre qu’il a commis, ainsi que l’arrivée des missionnaires blancs et la conversion de son fils aîné à la nouvelle religion (le christianisme) dont il ne parvient pas à le dissuader. La  dernière partie  compte aussi six  chapitres et raconte le retour d’Okonkwo dans son village natal où sont apparues  de nouvelles lois établies par les missionnaires, et où règne un désordre indescriptible. Indigné par les pratiques et le nouveau fonctionnement, Okonkwo finit par mettre fin à ses jours en aveu de son impuissance  et de son échec à endiguer les bouleversements qui se produisent.

Les modes d’analyse utilisés respectivement par Maffesoli et Achebe divergent radicalement pour traiter d’un sujet similaire somme toute, à savoir celui  de la prise de pouvoir d’une minorité sur la majorité d’une société, par une élite technocratique sur le peuple dans le premier  cas, par des colonisateurs blancs sur des autochtones noirs dans l’autre. La comparaison nous a renvoyé à un ouvrage publié sous la direction de’ Alban Bensa et François Pouillon Terrains d’écrivains, qui avec les 10 autres participants à leur réflexion collective, se posent la question irrévérencieuse « Pourquoi les grands écrivains disent-ils mieux le monde que les anthropologues patentés ? C’est que l’enquête de terrain des uns et des autres n’est pas la même. Par les exemples qu’ils ont choisis pour les éplucher, les auteurs nous disent que la prose anthropologique « escamote trop souvent sous les conventions narratives et conceptuelle, une relation tangible aux mondes arpentés « . « L’homme n’est homme que parce qu’il fait partie de la nature. Chinua Achebe invite à retrouver l’humilité, l’humus de ce qui nous a façonné. Ce qui fait que je suis ce que je suis, c’est que j’ai appris des gestes simples. Regarder, écouter, toucher, sentir. L’œuvre d’Achebe est l’œuvre de l’alentissement, voir même du ralentissement. Chinua Achebe a une écriture oralisée. Apparemment simple, comme tout le monde rêve d’en écrire. Il se fait tour à tour griot, chantre de la terre. Il donne terre, il donne corps à cette langue » dit Gaston-Paul Effa Pour son entreprise de rachat s’il est sincère, Maffesoli connu pour son escamotage de tout terrain pourrait peut être maintenant au moins s’appliquer « un salubre retour au terrain en ces temps de tout textuel » , ou plutôt à l’enquête du terrain d’où il s’évertue à un bavardage toujours en surplomb prophétique qui ne parvient pas à donner le change à une une enquête qui se respecte même avec une débauche de références érudites.

 Bibliographie de référence

ACHEBE C., Things Fall Appart, Heinemann,1958  (Le monde s’effondre, Présence africaine, 1966 )

BENSA A. & POUILLON F. (dir.), Terrains d’écrrivains, Essais Anarchasis, Paris, 2012.

Nota bene: les citations entre guillemets de la conclusion, sont empruntées à la quatrième de couverture de l’ouvrage renseigné.

 

 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail
 
What do you want to do ?
New mail

Quand au retour du confinement, des attitudes deviennent forme

Quand pour l’heure du retour de ses étudiant.e.s à l’École supérieure d’art d’Avignon, tranformé.e.s après leur  confinement forcé — une assignation à résidence — ,  il est prévu une restitution sur ses deux sites, de leurs productions en témoignages de leur inventivité et productivité durant cette période  inédite si particulière, mais sous une forme qui ne veut pas être a priori d’après le modèle de l’exposition. Alors comment ne pas en espérer un modeste bégaiement de l’une des manifestations les plus mythiques  de ces dernières décennies  :  « When Attitudes Become Form / « Quand des attitudes deviennent forme » orchestrée par Harald Szeemann (1933-2005) à la « Kunsthalle » de Berne en 1969 dont il était le directeur attitré depuis 1961. D’aucuns prétendent que ce fut un événement crucial de l’art contemporain qui marqua une rupture radicale et un fossé encore plus grand  entre ses producteurs et le grand public.

En 1969, fut l’année du festival non moins mythique de Woodstock sur l’île de Wight, gigantesque  catharsis du mouvement  hippie, de la contestation, de la drogue et du rock, comme le signe d’un  basculement du monde sous l’influence de la contre culture nord américaine. « L’idée de mon exposition, confiait-il à l’époque, est née par hasard. Je rendais visite à un artiste et je me suis trompé de porte et je l’ai vu arroser des herbes sur une table. J’ai vu une « attitude » qui devenait forme ». En cette année historique, Szeemann prend le pari risqué de faire valoir une nouvelle génération d’artistes émergents qu’il a su repérer et veut montrer pour la première fois lors de  cette exposition  spéciale de Berne. Ces artistes ont refusé de s’adonner à l’expressionnisme abstrait comme à l’art cinétique et technologique; ils veulent en finir avec le Pop Art, et tous les  genres exaltant la civilisation de la consommation quand eux ont déjà posé les bases de l’art conceptuel » , de  l’Arte povera, du Land Art.

Voulant mettre à bas la trilogie paradigmatique « atelier-galerie-musée », Szeemann donne la primauté à l’attitude de l’artiste venant faire son œuvre sur place. Des films Ô combien précieux  aujourd’hui pour des étudiant.e.s, montrent comment Joseph Beuys remplissait les coins d’une salle avec de la margarine, tout en fredonnant la  chansonnette « Ja-Ja-Ja-Nee-Nee-Nee » (oui-oui-oui nan-nan-nan). Ailleurs, c’est la façon dont Lawrence Weiner – et son énorme barbe – enlevait un mètre carré de plâtre d’un mur au moyen d’ un petit marteau, pour faire son œuvre. Encore plus loin, c’est Barry Flanagan qu’on voit déposer une corde qui reliait deux salles. On voit aussi des tas de poussières, un peu de plastique, un téléphone en bakélite à même le sol, avec un panonceau : « Si le téléphone sonne, prenez-le, c’est Walter De Maria qui vous appelle ». Et encore Sol LeWitt qui a peint un mur, Mario Merz,  construit un igloo de verre avec du mastic et Carl André,  « pavé » une salle de plaques métalliques. Le visionnage des films d’archives, montrant ces artistes à l’œuvre, procure le sentiment de leur joyeuse anarchie, de leur envie de faire, de produire des choses loin du marché et du concept attendu de l’œuvre d’art, et d’une grande liberté de résultat qui serait interprété  par chacun à son bon vouloir.  Szeeman reliait cette façon  au geste direct de Jackson Pollock, à la performance d’Yves Klein, à la trivialité de l’objet de Marcel Duchamp. En montrant que ce qui prime, et en affirmant que ce qui fait forme, c’est l’idée ou l’attitude de l’artiste et non plus l’objet, cette exposition remettait en cause, l’idée même de musée et de galerie. L’art se faisait in situ, hic et nunc, et la paternité d’une œuvre relevait d’une convention. Chacun était ensuite libre d’en penser ce qu’il voulait, puisque l’art était justement la manière de  questionner l’art. Une exposition qui ne montrait plus des chefs-d’œuvre mais des idées dématérialisées ou intangibles, des intentions.

Comme un témoignage de reconnaissance dans l’ écrin  de son palais vénitien, la « Fondazione Prada » a accueilli sa reconstitution à l’identique en 2013 par le critique Germano Celant avec l’architecte Rem Koolhaas et les artistes de l’époque ou leurs ayants-droit. Encore initiateur  de la « Belgique visionnaire », au Bozar, en 2005, Harald Szeemann fut un curateur véritablement  visionnaire,  anticonformiste voire anarchiste, et peut-être l’un un des plus grands commissaires d’exposition  de la deuxième moitié du XXème siècle. Cette exposition suscita un scandale non moins vif qu’un intérêt pour le milieu artistique. Le public bernois encouragé par une partie de la presse, ne comprenait pas cet art sans plus de référence et se déchaîna en s’en prenant ainsi à l’œuvre de Michael Heizer qui avait détruit un bout de trottoir devant la « Kunsthalle ». En réaction, des habitants déversèrent du fumier devant la « Kunsthalle ». Harald Szeemann fut contraint de partir malgré le retentissement exceptionnel de son événement dans le monde de l’art non sans sceller sa stature de premier commissaire indépendant avec son « Agence pour le travail intellectuel à la demande » Il fut ensuite; il fut deux fois commissaire à la Biennale de Venise, et une fois de la « Documenta » de Kassel.

Et si  ce retour de confinement était l’occasion inespérée et offerte à des créateurs,inventeurs en herbe, de faire état d’une prise de conscience de la finitude d’un monde  exsangue comme de celui d’un art exclusif et élitiste seulement dédié à un marché mondialisé, au profit  d’un art résolument démocratique et ses formes à réinventer ?

Cette expo a été reconstituée à l’identique à Venise, Les visiteurs n’hésitaient pas ce week-end à faire trois heures de file pour s’étonner de découvrir de petites salles envahies d’objets comme disposés au hasard, comme dans une maison en construction : des bacs de peinture, de la mousse, un tas de sable, un grillage. Une expo comme un coup de poing dans une Biennale où tout, au contraire, devient œuvre d’art et où la forme devient attitude. Et le plus paradoxal est que ce soit une firme de mode, de la jet-set, qui organise ce formidable remake anarchiste.

« When Attitudes Become Form », Fondazione Prada, jusqu’au 3 novembre, fermé le mardi. Ca’ Corner della Regina.

 

 

 
 

Ecole Supérieure d'Art d'Avignon [ ESAA-cr ], Département de conservation-restauration

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search