VOL DE PATRIMOINE PUBLIC

Professionnels du patrimoine, amateurs éclairés ou collectionneurs, nous avons plus que jamais besoin de votre aide dans la diffusion de l’information jointe. En effet, notre musée a été victime le week-end dernier (journées du patrimoine) du vol de deux objets d’art. Les services compétents ont été alertés (gendarmerie/TGI, Interpol, OCBC…etc) et l’enquête suit son cours mais compte-tenu de la raréfaction de ces vols (le 1er en Auvergne depuis 10 ans) mais aussi de la détermination et de l’audace des voleurs (pendant la visite) nous comptons sur une diffusion massive de l’information pour ne pas voir ces objets précieux cachés aux yeux du grand public pendant des dizaines d’années.

Nous vous remercions par avance de votre intérêt pour cette affaire et de votre aide dans la diffusion de ce signalement. Télécharger le signalement ICI (1 Netsuke + 1 tabatière).

Ségolène BONNOT
Directrice du Musée Alfred-Douët – Déléguée générale de la Fondation Caisse d’Epargne pour l’Art, la Culture et l’Histoire

04.71.60.44.99, conservation@musee-douet.com

Poste de conservateur(rice)-restaurateur(rice) à pourvoir au Musée du Quai Branly

Fonction : Restaurateur spécialisé dans le traitement des objets ethnographiques (matériaux composites, organiques et inorganiques)

Catégorie d’emploi : Catégorie 3

Emploi de référence : Chargé de restauration / conservation

Vacance du poste : Octobre 2013

Rattachement hiérarchique : Poste placé sous l’autorité du chargé de la restauration, relevant du pôle conservation – restauration

Candidature: Lettre motivée adressée au Président de l’établissement public du musée du quai Branly – 222 rue de l’Université – 75343 Paris cedex 07

Description du poste: Le restaurateur est amené à programmer et/ou à réaliser des opérations de conservation-restauration :

– Réalisation ou suivi de restaurations sur les objets ethnographiques de la collection (objets composites), notamment ceux sélectionnés pour la muséographie, les expositions temporaires et les prêts – Réalisation de constats d’état pour présentation permanente, prêts et acquisitions.

– Evaluation de l’état de conservation des objets et estimation des interventions de conservation-restauration à mener ; – Participation aux veilles sanitaires sur les objets en présentation permanente, en exposition temporaire et en réserves ;

– Expertise de conservation préventive relative au soclage et à la présentation des objets, au conditionnement des collections pour transport ou stockage. Profil requis :

– Qualification : Restaurateur diplômé (diplôme INP, Master de Conservation-Restauration des Biens Culturels de Paris-I ou équivalent)

– Grande polyvalence au niveau des compétences de conservation – restauration et de la connaissance des matériaux constitutifs des objets de la collection

– Bonne expérience en conservation-restauration d’objets ethnographiques, composites, matériaux organiques et textile – Bonne expérience en conservation préventive

– Connaissance de la conservation-restauration des biens culturels et de sa déontologie

– Bonne connaissance des outils informatiques.

Conditions de travail : Contrat à durée déterminée de 4 mois (remplacement d’un agent en congé de maternité), temps complet

Localisation de l’activité : Etablissement public du musée du quai Branly,  222, rue de l’Université – 75007 PARIS

Projet d‘Etude et de Recherche Interdisciplinaires pour le Lac de Saint-Chamand et sa Survivance (PERILS)

Lac de Saint- Chamand, Avignon. Cliché: M.Maire
Lac de Saint- Chamand, Avignon. Crédits photos: M. Maire

Le Projet d‘Etude et de Recherche Interdisciplinaires pour le Lac de Saint-Chamand et sa Survivance (PERILS) a été initié en 2012 par deux enseignants de l’ESAA, Cyril Jarton et Marc Maire, pour permettre aux étudiants des cursus conservation-restauration et création-instauration de collaborer au sein de différents ateliers pratiques et cours, en relation aussi avec les partenaires du projet à divers titres disciplinaires de l’ Institut Méditerranéen de Biodiversité (IMBE), composante de l’ Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse (UAPV).

L’objectif premier était de se pencher sur la situation, l’identité et l’état sanitaire d’un lac urbain en déshérence, bassin artificiel de résurgence et de rétention d’eau sur lequel une dynamique biologique a jeté son dévolu. Cet écosystème naturel résilient, devenu aussi culturel, est situé au cœur d’une zone de regroupement d’entreprises et à proximité d’un quartier populaire d’Avignon.

A partir du mois de Janvier 2013, l’ESAA a accueilli contractuellement pour six mois une stagiaire étudiante du Master II en Gestion des Eaux et des Milieux Aquatiques de l’Université d’Aix-Marseille, chargée d’entamer une étude scientifique et particulièrement de coordonner l’interdisciplinarité sur le terrain comme dans les réunions de travail.

Crédits photos: M. Maire
Crédits photos: M. Maire

Dans le cadre des formations en conservation-restauration et création-instauration de l’ ESAA, il s’agissait donc dans un premier temps d’« évaluer les fonctions naturelles et socio-culturelles d’un écosystème culturel urbain « entre parenthèses » que constitue aujourd’hui le Lac urbain de Saint-Chamand. Pui il fallait concevoir par l’interdisciplinarité et la concertation avec la population usagère potentielle, toutes actions pouvant contribuer à maintenir et rétablir durablement ces fonctions, tout en proposant des usages et services compatibles par un biais artistique non invasif  ».

En Juillet 2013, le projet PERILS a été agréé par la Direction Générale de la Création Artistique (DGCA) du Ministère de la Culture en tant que projet de recherche de l’ESAA pour deux ans et a bénéficié d’une dotation financière de 10. 000, – Euros.

CONSERVATION, RESTAURATION ET ART CONTEMPORAIN

MOUVEMENT, TEMPS, LUMIÈRE : LA RESTAURATION DES OEUVRES À L’ÈRE DE L’OBSOLESCENCE TECHNOLOGIQUE.

Atelier Julio Le Parc © ADAGP, Paris 2013

Comment conserver-restaurer les multiples matériaux et supports modernes utilisés par l’art contemporain à l’heure où les produits technologiques se périment de plus en plus vite, sans cesse remplacés par d’autres présentés comme plus performants ?

C’est cette question passionnante que nous vous proposons d’explorer cette semaine :

En particiant à la rencontre du 12 juin sur le thème Arts et Sciences : mouvement, temps, lumière !

Marie-Hélène Breuil (professeur d’histoire de l’art dans le département Conservation-restauration des oeuvres sculptées à l’Ecole supérieure des beaux-arts Tours-Angers-Le Mans (Site de Tours) et présidente d’INCCA-f), Alice Moscoso (restauratrice de films, chargée des numérisations au musée national d’art moderne), Laure Vidal (restauratrice), Gilles Barabant (responsable de la filière art contemporain du département Restauration du C2RMF), Cécile Dazord (conservateur au département Recherche du C2RMF) vous proposeront leur approche autour d’exemples choisis de restaurations d’œuvres contemporaines à caractère technologique.

Infos pratiques : 12 Juin 2013, 18h30, Entrée libre et gratuite
Retrouvez prochainement cette conférence sur iTunes !

En explorant le nouveau numéro du magazine Technè :

Tout au long du XXe siècle le champ de l’art contemporain n’a cessé de s’étendre au point de n’admettre sur le principe aucune espèce ni forme de limitations notamment en termes de matériaux, supports, techniques, procédures… Depuis le début des années 2000, une prise de conscience de la spécificité de la conservation-restauration de l’art contemporain se manifeste à travers la constitution de réseaux professionnels nationaux et internationaux, l’organisation de colloques et la publication d’articles, actes et ouvrages spécialisés. En dix ans, l’obsolescence technologique, autrement dit la disparition des circuits de production et de diffusion de produits remplacés par d’autres – éventuellement analogues mais non identiques – présentés comme plus performants s’est imposée comme une problématique majeure dans ce domaine.
Après une approche théorique du sujet, suivie d’un état des lieux des principales initiatives engagées à ce jour, les phénomènes d’obsolescence et leur impact sur la conservation des œuvres sont déclinés dans différents domaines – de la photographie et la musique au cinéma, en passant par les œuvres lumineuses ou animées de mouvements motorisés. La parole est ensuite donnée à des professionnels aux prises notamment avec la question cruciale et complexe de la documentation technique de ces œuvres. Le volume s’achève sur l’évocation d’expositions récentes faisant la part belle, non sans nostalgie, à des technologies obsolètes ou anciennes et, à ce titre susceptibles de le devenir.

Colloque CR santé/sécurité

“Conservation-Restauration – Santé/Sécurité des personnes et de l’environnement”

Organisé par le Laboratoire de Conservation, Restauration et Recherches de Draguignan (LC2R)

Draguignan-Figanières (Provence/France)

17-21 Juin 2013

Sous le parrainage de M. P-Y. COLLOMBAT Sénateur et Conseiller Général du Var, ce projet a été financé avec le soutien de la Commission européenne. Cette publication n’engage que son auteur et la Commission n’est pas responsable de l’usage qui pourrait être fait des informations qui y sont contenues. NOS PARTENAIRES Toulon Var Technologies Ville de Draguignan www.tvt.fr www.ville-draguignan.fr Conseil général du Var Maribor 2012: European Capital www.var.fr of Culture www.maribor2012.eu Multimedia Center Kibla www.Kibla.org Congrès/Salons Préventica www.preventica.com

Mardi 18 Juin

09h30-10h30 Introductions protocolaires

10h30-11h00 Pause café INTRODUCTION

11h00-11h30 Maxime BRUN, Ingénieur d’étude et de recherche en ergonomie et conception, UTBM – FRANCE “La disposition au changement en matière de santé/ sécurité: évaluer et agir sur les représentations, croyances et attitudes vis-à-vis d’un risque pour améliorer la prise de conscience et pérenniser l’acceptation et la mise en œuvre des mesures de prévention.”

11h30-12h00 Myrian A MENESES, Restauradora Conservadora y Museóloga de Bienes Muebles, Universidad Externado de Colombia – COLOMBIE “La biosécurité, un acte de foi en restauration.”

12h00-14h00 Repas Comment évaluer des risques multiples ?

14h00-14h30 Geneviève REILLE-TAILLEFERT, Conservatrice-Restauratrice – LUXEMBOURG “Évaluation des risques et de l’impact écologique sur l’environnement et les personnes dans les chantiers de restauration de peintures murales.”

14h30-15h00 Christine RIQUIER-BOUCLET, Directrice d’Arc’Antique – FRANCE “Evaluer les risques chimiques ? Facile ? Retour d’expérience.”

15h00-15h30 Martin BASTONE, Senior Safety Advisor, Victorian & Albert Museum – GRANDE BRETAGNE “Méthode d’identification des dangers présents dans des objets ou associés à ceux-ci. Débat concernant les systèmes utilisés afin d’identifier les risques pour les conservateurs/le personnel d’exposition, à l’intérieur du musée et dans des conditions de récupération.”

15h30-16h00 Pause café

16h00-16h30 Jacques REBIERE, Directeur du LC2R et Françoise MIELCAREK, Conservateur-Restaurateur métal/matériaux composites, LC2R Draguignan – FRANCE “Une première analyse des risques professionnels dans le domaine de la conservation-restauration du patrimoine (basée sur une enquête réalisée dans le cadre du programme européen Joconda).”

16h30-17h00 Cristina SANCHES MORAIS, Restauradora, Conservadora, Professora, SENAI – Serviço Nacional de Aprendizagem Industrial – BRÉSIL “Contamination par des pesticides.”

17h00-17h30 Mayorie PEGUERO, Tecnico independiente en restauración y conservación de documentos graficos y fotograficos – RÉPUBLIQUE DOMINICAINE “Conservation et restauration de documents graphiques. Les défis d’apprendre au fur et à mesure.”

17h30-18h00 Alassane WAONGO, Gestionnaire du Patrimoine, Musée national du Burkina Faso – BURKINA FASO “Produits chimiques et conservation des objets au Musée national: quelles conséquences sur la santé du personnel ?”

Mercredi 19 Juin

L’œuvre, source de risques Les archives

09h00-09h30 Marie-Dominique PARCHAS, Service Interministériel des Archives de France, Sandrine ROUSSEL, UMR Chrono-Environnement, CHU Besançon, département de Mycologie et Parasitologie “Evaluation de la contamination fongique de 10 centres d’archives et recherche du lien avec les symptômes ressentis par le personnel.” Le patrimoine bâti

09h30-10h00 Carla BARTOLOMUCCI, Architecte, Conseil National de Recherches/ Institut pour les Technologies de Construction (CNR-ITC) – ITALIE “La restauration architecturale après un séisme: le cas d’un édifice du XVe siècle à L’Aquila (Italie).”

10h00-10h30 Mahamat Abba Ousman, Assistant au département des Beaux Arts et Sciences du Patrimoine – Institut Supérieur du Sahel/ Université de Maroua – CAMEROUN “Conservation et valorisation de deux monuments historiques à Goulfey (Nord-Cameroun): défis et enjeux.”

10h30-11h00 Pause café

Les oeuvres peintes

11h00-11h30 MARTIN-REY Susana, JUAN-BALDO José, ROBLES-DE LA CRUZ Cristina, CASTELL-AGUSTI María, CARPIO Irene, IACCARINO Antonio, Instituto Universitario de Restauración del Patrimonio (Universidad Politécnica de Valencia, Espagna), Universidad Carlo Bo de Urbino (Italia) – ESPAGNE/ ITALIE “La restauration des peintures dans le XXIème siècle: intervenir en toute sécurité, vivre sans risques.”

11h30-12h00 Anaïs AUBRY, Conservateur-Restaurateur, Cathy Vieillescazes, Enseignant-Chercheur, Responsable de l’équipe “Ingénierie de la restauration des patrimoines naturel et culturel” (UMR CNRS IMBE) à l’université d’Avignon et des Pays de Vaucluse – FRANCE “Une œuvre à risque ? Etude de l’œuvre: “Toile double marron/noir” d’André Valensi imprégnée de Carbonyl® en vue de sa conservation-restauration.”

12h00-14h00 Repas L’environnement: un risque particulier

14h00-14h30 Garba MAKI, Gestionnaire du patrimoine culturel, Musée National du NIGER – NIGER “La poussière du Sahel, quelles perspectives pour la santé des agents de musées ?”

14h30-15h00 Natasa KRSTIC et Maja ZIVKOVIC, Conservateurs-Restaurateurs, Central Institute for conservation in Belgrade – SERBIE “La santé et la sécurité au travail pour les conservateurs-restaurateurs en Serbie.”

15h00-15h30 Pause café Enseigner le risque 15h30-16h00 Eva COHEN GOMEZ, Antonia HERNANDEZ CASTANEDA, Silvia TORRES RUIZ, Pilar CACERES ARMENDARIZ, Técnicos Superiores de Prevención del CNMP (Instituto Nacional de Seguridad e Higiene en el Trabajo) Sevilla – ESPAGNE “Les risques chimiques liés à la profession de conservateur: les conservateurs utilisent-ils l’équipement de protection individuel approprié ?”

16h00-16h30 Ellen MAGANINI, Conservation and Restauration of Paper, Escola Senai Theobaldo De Nigris – BRÉSIL “Ecole-laboratoire: normes et recommandations élaborées et appliquées aux activités impliquant le développement durable et la sécurité au sein d’une institution éducative où circulent des étudiants, des employés et des visiteurs.”

16h30-17h00 Dimitris TSIPOTAS, Conservator of antiquities and works of art, 9th Ephorate of Byzantine Antiquities, Thessaloniki & Professor of Wood and Furniture Conservation and Restoration, Faculty of “Wood and Furniture Design and Technology”, Technological Educational Institute of Larisa, Karditsa branch – GRECE “Disciplines spécifiques de sécurité et de santé dans un laboratoire de conservation de mobilier d’une institution éducative. Exemple du laboratoire de “Restauration et conservation de mobilier et d’objets en bois”, Département de technologie et de conception de mobilier et d’objets en bois, T.E.I. de Larissa, constituante de Karditsa, Grèce.”

17h00-17h30 Yolanda Pachón ACERO, Docente, Área de Investigación, Facultad de Estudios en Patrimonio/ Universidad Externado de Colombia – COLOMBIE “La sécurité dans le travail de formation des étudiants de restauration de la faculté des études du patrimoine à l’université externado de Colombie.”

17h30-18h00 Elyas SAFFARAN, Professeur (PNU) – IRAN “Conservation-Restauration et Santé: le cas de la formation des élèves de l’atelier d’Art, section artistique de la PNU (Payame Noor University).”

Jeudi 20 Juin

Règlementer les risques

09h00-09h30 F. Pablo MARTIN RODRIGUEZ, Jefe de la Conservacion del Archivo regional de la Comunidad de Madrid – ESPAGNE “La législation obligatoire et les recommandations professionnelles sur la sécurité des centres d’archives et bibliothèques en Espagne. Les plans de protection et les plans de gestion de catastrophes: impact sur les laboratoires de conservation et restauration (du personnel, des visiteurs et des matériaux existants).”

09h30-10h00 Graciela Silvia MOLINA, Médico- Lic.Conservación-Restauración de BienesCulturales, Secretaria de Cultura de la Nación Argentina – ARGENTINA “Stages en matière de sécurité et d’hygiène dans l’atelier de conservation et restauration. Une responsabilité partagée.”

10h00-10h30 Virginie SERRIERE, Technicienne de Prévention, Direction des Risques Professionnels, Secteur Assistance Reconnaissance M.P, Carsat Sud-Est – FRANCE “Prévenir les risques liés à la sous-traitance: qui fait quoi en matière de santé et sécurité ?”

10h30-11h00 Pause café Vers une méthodologie de la prévention Traitements alternatifs

11h00-11h30 Ana Maria CALVO, Maria Virginia MIRANDA, Comision Nacional de Energia Atomica – ARGENTINE “Les microorganismes, un vrai problème pour le patrimoine, la santé humaine et l’environnement. Une option pour leur traitement utilisée par le laboratoire de Conservation Préventive et de Restauration de la documentation de la Commission Nationale de l’Energie Atomique.”

11h30-12h00 Lalia FATARNA, Maitre assistante, Université de Mascara – ALGERIE “Etude du pouvoir phyto-accumulateur en métaux de l’A. halimus L. en vue de tester ses capacités phytoremédiantes des métaux Plomb, Zinc et Cadmium.”

12h00-14h00 Repas

14h00-14h30 Silvia Susana CAPARELLI, Claudia TEJADA, Marisa TROIANO, Leonardo MOSIEWICKI, Miguel Angel AGUILAR (Arquitectos), Carlos SLEMENSON (ingeniero especialista en Ergonomía ocupacional y Seguridad e Higiene laboral), Mariana LOFEUDO (abogada especialista en Derecho ambiental y discapacidad), Egle JUAREZ (médica especilista en Medicina Laboral) – ARGENTINE “Vers un laboratoire “idéal” ? Modélisation 3D d’un cabinet qui se consacre à la conservation et la restauration, en matière de sécurité et de proxémie appliquée au travail.”

14h30-15h00 Véronique MILANDE, Chef du service de la conservation préventive et de la restauration, département du patrimoine et des collections, Cité de la céramique – Sèvres & Limoges – FRANCE “Monter son atelier quand on est un jeune diplômé.”

15h00-15h30 Olivier DARGAUD, Adjoint au directeur du département de la création et de la production, Véronique MILANDE, Chef du service de la conservation préventive et de la restauration, département du patrimoine et des collections – FRANCE “De la réunion d’un centre de production traditionnel et d’un service de restauration vers une mutualisation de la gestion du risque chimique au sein de la Cité de la Céramique – Sèvres & Limoges.”

15h30-16h00 Pause café

16h00-16h30 Virginie SERRIERE, Technicienne de Prévention, Direction des Risques Professionnels, Secteur Assistance Reconnaissance M.P, Carsat Sud-Est – FRANCE “Conception des équipements et des lieux de travail destinés aux métiers de la conservation/ restauration.” Le traitement des champignons dans les archives

16h30-17h00 Cecilia RODRIGUEZ, Conservador Restaurador, Direccion de Bibliotecas Archivos y Museos – CHILI “Visualisation de champignons dans les dépôts des archives nationales: un risque latent pour les collections et les utilisateurs.”

17h00-17h30 Yerko Andrès QUITRAL, Biochimiste, Université de Talca – CHILI “Détection et identification de champignons dans la “Collection Neruda”; conservation et protection du patrimoine.” Le problème des pigments

17h30-18h00 Jessica HENSEL, Masterstudent Conservation and restoration of Historic Interiors, University of Amsterdam – PAYS-BAS “Les dangers potentiels de l’orpiment, pigment toxique présent dans les couches de peintures des deux plafonds peints au 17ème siècle du GroteOost 22 te Hoorn (Pays-bas).”

Vendredi 21 Juin

Plans et protocoles de sureté dans les laboratoires

09h00-09h30 Régine BIN, Technicienne de Prévention, Direction des Risques Professionnels, Secteur Assistance Reconnaissance M.P, Carsat Sud-Est – FRANCE “Modélisation d’apparition d’une maladie professionnelle.”

09h30-10h00 Joanne KLAAR WALKER, Painting Conservator in Private Practice, Chair of AIC Health and Safety Committee James ROY SMITH, ASP, Safety Manager at the Smithsonian Institutes Museum Support Center/National Museum of Natural History, Professional Member of AIC Health and Safety Committee Kathryn A. MAKOS, MPH CIH, Smithsonian Institution, Office of Safety, Health & Environmental Management – USA “Le comité de la santé et de la sécurité de l’AIC: initiatives de santé et de sécurité et le Centre de Conservation américain.”

10h00-10h30 Nino Bernal RAUL, Restaurador de Bienes Muebles, Pontificia Universidad Javeriana Bogotá – COLOMBIE “La conservation de l’art numérique, art électronique lance des défis quant au futur avec le développement du monde numérique. Quelles sont les stratégies de futur pour les restaurateurs et conservateurs autour de leurs hybridations technologiques ?”

10h30-11h00 Johnny LUGO VEGA, Profesor, Científico en Conservación – PORTO RICO “Laboratoires et ateliers de conservation et de restauration d’œuvres d’art et évaluation des risques in situ via le système d’information géographique, GIS).”

11h00-11h30 Laboratoire Systèmes et Transports, Université Technologique de Belfort-Montbéliard (IRTES – SeT) et Laboratoire de Conservation, Restauration et Recherches (LC2R) – FRANCE “Recherche sur les méthodologies d’intégration du facteur humain dans la conception de produits/systèmes: application au développement d’une cabine de sablage pour le traitement du patrimoine mobilier.” CONCLUSIONS Après midi: excursion – Saint Tropez – accès par la mer à partir de Saint Maxime – Visite du musée maritime de Saint Tropez POSTERS et/ou FILMS Laurent INQUIMBERT, Bruno CUFFINI, Marion REYNARD, Fondeurs d’art – FRANCE “Fonderie d’art/ Restauration et Prévention Santé/ Sécurité.” Hita Bohajar MARIA, Tecnico Superior de Restauracion – ESPAGNE “La récupération des peaux. Traitements non agressifs pour les personnes et pour l’environnement.” Françoise MIELCAREK, Conservateur-Restaurateur métal/matériaux composites, LC2R Draguignan, Eric DELAVAL, Responsable du musée d’Antibes, Jacques REBIERE, Directeur du LC2R – FRANCE “Exemple de mise en application de mesures de prévention sur une boîte en zinc dont le couvercle a été scellé à l’étain (ossuaire de la chapelle du Rosaire à Antibes).” André PICOT, Nathalie LE DANTEC, Institut National du Patrimoine – FRANCE “Le risque chimique: que signifie t-il pour les professionnels ?” Adila TALBI, Attachée de conservation au Musée National du Bardo – ALGERIE “Conservation-restauration et Santé, le cas de l’Algérie.”

FIN

Rencontre inter formations en conservation-restauration ESA Avignon, ESBA Tours, INP Paris, Université Paris I-Sorbonne.

Vendredi 18 Mai 2013 à l’initiative de Roch Payet, directeur des études du département des restaurateurs de l’INP, s’est tenue à Paris une réunion de travail rassemblant des représentants des quatre formations publiques en conservation-restauration. L’enjeu de la rencontre reposait sur une volonté commune d’affirmer des objectifs et contenus de formation en adéquation avec les compétences professionnelles du conservateur-restaurateur diplômé, définies récemment par ECCO (European Confederation of Conservators- restorers Organizations) et ENCORE (European Network for Conservation-Restoration). Au delà de cet objectif nécessaire à l’heure où des formations privées très coûteuses et non soumises au niveau d’exigences formulé par l’AERES (Agence d’Evaluation de la Recherhe et de l’Enseignement Supérieur) briguent une reconnaissance publique, les quatre formations envisagent désormais des concertations, mutualisations et collaborations régulières dans un contexte économique défavorable de réduction budgétaire, afin de partager leurs particularités identitaires.

Performing Documentation in the Conservation of Contemporary Art

  • 20-21 th June 2013
  • Fundação Calouste Gulbenkian
    Lisbonne, Portugal
Contemporary art conservation requires a re-assessment of the distinction between the work and its re-configuration in documentation. Although documentation is crucial for the survival of many contemporary works of art, it is never neutral: all approaches, formats, media and systems have their own inherent affordances and blind spots and always transform what they document. Furthermore, in process-centered, technology-based or performative artworks in particular, we often can no longer make a sharp distinction between an original work and its subsequent documentation or replication: documentation is part of the work’s very core.

Contemporary art conservation requires a re-assessment of the distinction between the work and its re-configuration in documentation.

Although documentation is crucial for the survival of many contemporary works of art, it is never neutral: all approaches, formats, media and systems have their own inherent affordances and blind spots and always transform what they document. Furthermore, in process-centered, technology-based or performative artworks in particular, we often can no longer make a sharp distinction between an original work and its subsequent documentation or replication: documentation is part of the work’s very core.

On the other hand, even the most meticulously documented works will need to be re-installed or re-performed regularly in order to survive, because otherwise important tacit know-how will get lost.

The role of the artist in this process is central, but contested: what if s/he changes her mind, loses interest or is no longer available? And what if the authorship of the work is distributed over several actors? Also, the role of the conservator has taken new dimensions: conservation responsibilities and tasks are now distributed over a diversity of agents.

Program

20th June
09:00
Registration
09:50
Welcome
10:00
NECCAR Presentation
Renée van de Vall
10:10
Documenting the user experience: from Blast Theory’s Rider Spoke, to RAMM’s Moor Stories and Tate’s Art Maps
Gabriella Giannachi
10:40
The role of artistic documentation in conserving and convey social relationships
Liliana Coutinho
11:00
Performing documentation and documenting performance: assessing methodologies for reinstallation and preservation
Rebecca Gordon
11:20
Coffee break
11:50
Performance art, its «documentation», its archives – about the longing for recollection, the quality of forgetting and new possibilities of transmission of contemporary art
Irene Mullër
12:10
Poster session
12:30
Discussion led by Erma Hermens
13:00
Lunch
14:30
We don’t need no documentation. Reflections on the practice of remembrance.
Vivian van Saaze
15:00
Reactivation Strategies for Unstable Events
Jo Ana Morfin
15:20
Discussion led by Paolo Martore
15:40
Coffee break
16:10
Documentation of Contemporary Art Project Presentation
Rita Macedo e Lúcia Almeida Matos
16:20
(Project Documentation of Contemporary Art)
Hélia Marçal & Andreia Nogueira
16:40
(Project Documentation of Contemporary Art)
Cristina Barros Oliveira
17:00
Discussion led by Rita Macedo
17:30
Book presentation of Preserving and Exhibiting Media ArtInside Installations andInstallation Art and the Museum. An authors’ conversation featuring Tatja Scholte, Glenn Wharton, Julia Noordegraaf and Vivian van Saaze
17:50
Closing
21th June
10:00
Welcome
10:10
Documenting dilemmas. On the relevance of ethically ambiguous cases
Renée van de Vall
10:40
Analysing Incommensurable Values in Contemporary Art Documentation: Insights from Cultural Sociology
Jan Marontate
11:00
Documenting the Artist Interview and Artist Participation for the purpose of Conservation of a Conceptual and Variable Installation by Jan Dibbets
Sanneke Stigter
11:20
Coffee break
11:50
artemak®. From a compilation of questionnaires … to a wiki-based online-platform … to an interdisciplinary documentation and research project
Ursula Haller, Erich Gantzert-Castrillo & Ivo Mohrmann
12:10
Poster session
12:30
Discussion led by  Gunnar Heydenreich
13:00
Lunch
14:30
Documenting the Analogue Past in Marijke van Warmerdam’s Film Installations
Julia Noordegraaf
15:00
The quest for the survival of net art, or a speculative approach to documentation
Annet Dekker
15:20
Discussion led by Pip Laurenson
15:40
Coffee break
16:10
(Project Documentation of Contemporary Art)
Andreia Magalhães & Susana Lourenço Marques
16:20
(Project Documentation of Contemporary Art)
Teresa Azevedo
16:40
Public Access in the Age of Documented Art
Glenn Wharton
17:00
Discussion led by Lúcia Almeida Matos
17:30
Closing

« Performing Documentation in the Conservation of Contemporary Art », Colloque, Calenda, Publié le lundi 22 avril 2013, http://calenda.org/246711

Une conférence d’Hans Belting

L’HISTOIRE DE L’ART AU TOURNANT

“L’histoire de l’art en tant que discipline entra dans sa phase active de science humaine à peu près au moment où furent fondés les musées. Elle adopta d’emblée elle-même une orientation muséale, ce qui s’explique facilement par le fait que son sujet était constitué des oeuvres anciennes qui étaient présentées dans les musées. Pour être en mesure de classer ces oeuvres, il fallait disposer des noms exacts et de données historiques adéquates. La simple étiquette qu’on apposait à un tableau exposé dans le musée exigeait des informations sur le maître qui en était l’auteur, ainsi que sur la place occupée dans la production artistique d’ensemble par une oeuvre qu’on pouvait rencontrer dans le musée.

Toutefois, de simples dates ne nous apprennent pas grand chose lorsqu’on ne les replace pas dans un développement personnel ou général, dont elles tirent tout leur sens. De même, les biographies d’artistes ne prirent sens qu’à partir du moment où on fut en mesure de les intégrer à une histoire générale, par exemple à l’histoire de l'”école” à laquelle appartenait tel artiste. Dans le cas des collections du Louvre, l'”école française” joua bien entendu un rôle essentiel. Lorsqu’on pensait en termes de catégories nationales, les “écoles” faisaient office pour l’art de concepts généraux.

Cependant, leur rayonnement ne coïncidait pas avec les frontières des nations modernes. Sans quoi il n’aurait pu exister d’école vénitienne ou florentine, lesquelles nous indiquent justement qu’à cette époque l’Italie n’en était encore qu’à ses premiers pas de nation. Les premiers catalogues du Louvre s’efforcent de s’éloigner encore un peu plus de l’artiste et de l’école, pour représenter la marche des arts à travers le temps sous la forme d’un événement universel. Le “progrès” régi par des lois devenait par là le moteur d’une “histoire de l’art” qui était pourtant parvenue, dans l’Antiquité comme pendant la Renaissance, à un achèvement dont le classicisme tendait précisément à remettre en question le progrès. Ainsi s’opposèrent d’emblée deux paradigmes, dont la contradiction se révéla difficile à résoudre.”

https://www.canal-u.tv/video/universite_de_tous_les_savoirs/l_histoire_de_l_art_au_tournant.950

 

Appel permanent à articles – Les Cahiers de la recherche architecturale et urbaine

Revue scientifique française de rang A, ouverte à des chercheurs confirmés comme à de jeunes chercheurs et doctorants, les Cahiers de la recherche architecturale et urbaine sont consacrés aux recherches menées dans les champs disciplinaires de l’architecture, de la ville et des paysages.

La revue souhaite donner une impulsion à de nouvelles configurations thématiques, à la hauteur des enjeux actuels. Elle lance un appel permanent à articles auprès de la communauté scientifique des unités de recherche des écoles nationales supérieures d’architecture et, bien sûr, au-delà.

En termes de contenu, les articles doivent apporter une contribution substantielle et de nouvelles connaissances au débat scientifique tout en proposant une contextualisation et une mise en perspective des problématiques abordées. Sans dépasser 30 à 35000 signes, espaces compris, ils doivent répondre aux normes et standards scientifiques, être inédits et ne pas être en cours de soumission à d’autres publications.

Pour toute demande d’information concernant les normes de publication et pour l’envoi des contributions (en format texte .rtf, .odt, .doc), merci d’adresser un courrier électronique à la rédaction :

lilian.perier@culture.gouv.fr

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.”> 

Cécile DAZORD à l’ESAA

Dazord 01

crédits © E. Ducreu

Rencontre / conférence le jeudi 12 avril 2012

Programme :

conférence à l’amphithéâtre
rencontre avec des étudiants / discussion autour des objets d’étude dans les ateliers
réunion-discussion sur la recherche de l’Atelier Sémantique 1 dans la salle AS1 Variables Médias

Cécile Dazord :

depuis 2006, conservatrice au Département recherche du Centre de recherche et de restauration des Musées de France (C2RMF), chargée de l’art contemporain, et plus spécifiquement, de l’étude des phénomènes d’obsolescence technologique.

Du fonctionnement des oeuvres d’art et des artefacts patrimoniaux

« Les œuvres fonctionnent lorsque, en stimulant une vision pénétrante, une perception acérée, une intelligence visuelle en éveil et des perspectives élargies, en apportant des connexions et des contrastes nouveaux, en signalant les aspects significatifs jusqu’alors négligés, elles participent à l’organisation et à la réorganisation de l’expérience, et donc Afficher l'image d'origineà la fabrication et à la refabrication de nos mondes ».  (Nelson Goodman, Langages de l’art, Nîmes, Rayon art / Jacqueline Chambon,1996 , pp.105)

« Les œuvres fonctionnent quand elles informent la vision ; elles informent non pas en fournissant de l’information, mais en formant, re-formant ou trans-formant la vision et non pas la vision confinée à la perception oculaire, mais la vision comme compréhension en général. » (Goodman, 1996, pp.106)

A la fois sémiophores (cf. Kristoff Pomian) et substrats d’une combinaison de valeurs conférées par les hommes, elles / ils contribuent à la transformation incessante de leur être-au-monde. C’est ce potentiel dans une oeuvre ou un bien patrimonial pris en charge par un CR, dont il faut rétablir les conditions pour qu’elles / ils fonctionnent selon leur vocation et leur situation patrimoniales actuelle​s.

 
Tel est l’enjeu remarquable de cette prise en charge.

Projet de numérisation de l’ICCROM

La Bibliothèque de l’ICCROM et le Service de communication sont très heureux d’annoncer la numérisation des anciennes publications de l’ICCROM et de l’ICCM (Comité international pour la conservation des mosaïques). Il s’agit là d’une opportunité formidable de renforcer le mandat de l’ICCROM dans le domaine de l’éducation et de la formation, et de semer des graines propres à faire germer de nouvelles recherches en conservation.

Ces publications ont bénéficié de la contribution d’un nombre considérable de professionnels de la conservation du monde entier, que l’on peut estimer approximativement à 1300.

Ecole Supérieure d'Art d'Avignon [ ESAA-cr ], Département de conservation-restauration