Du fonctionnement des oeuvres d’art et des artefacts patrimoniaux

« Les œuvres fonctionnent lorsque, en stimulant une vision pénétrante, une perception acérée, une intelligence visuelle en éveil et des perspectives élargies, en apportant des connexions et des contrastes nouveaux, en signalant les aspects significatifs jusqu’alors négligés, elles participent à l’organisation et à la réorganisation de l’expérience, et donc Afficher l'image d'origineà la fabrication et à la refabrication de nos mondes ».  (Nelson Goodman, Langages de l’art, Nîmes, Rayon art / Jacqueline Chambon,1996 , pp.105)

« Les œuvres fonctionnent quand elles informent la vision ; elles informent non pas en fournissant de l’information, mais en formant, re-formant ou trans-formant la vision et non pas la vision confinée à la perception oculaire, mais la vision comme compréhension en général. » (Goodman, 1996, pp.106)

A la fois sémiophores (cf. Kristoff Pomian) et substrats d’une combinaison de valeurs conférées par les hommes, elles / ils contribuent à la transformation incessante de leur être-au-monde. C’est ce potentiel dans une oeuvre ou un bien patrimonial pris en charge par un CR, dont il faut rétablir les conditions pour qu’elles / ils fonctionnent selon leur vocation et leur situation patrimoniales actuelle​s.

 
Tel est l’enjeu remarquable de cette prise en charge.

Projet de numérisation de l’ICCROM

La Bibliothèque de l’ICCROM et le Service de communication sont très heureux d’annoncer la numérisation des anciennes publications de l’ICCROM et de l’ICCM (Comité international pour la conservation des mosaïques). Il s’agit là d’une opportunité formidable de renforcer le mandat de l’ICCROM dans le domaine de l’éducation et de la formation, et de semer des graines propres à faire germer de nouvelles recherches en conservation.

Ces publications ont bénéficié de la contribution d’un nombre considérable de professionnels de la conservation du monde entier, que l’on peut estimer approximativement à 1300.

Actes des rencontres inter-formations en CR / 2009

Capture-d--cran-2013-01-23---17.09.49--1-

 

La publication Fil à Fil des premières Rencontres Inter-Formations des 4 et 5 décembre 2009 est disponible sur demande à l’adresse suivante : assofilafil@gmail.com

Vous pouvez consulter le sommaire des actes via ce lien et obtenir le bulletin de commande via ce lien.

Version papier (90 pages couleurs, A5, reliure métal)

La participation aux frais de publication est de 5€

Réflexions sur le thème des cas atypiques rencontrés en conservation-restauration

PROGRAMME DE LA RENCONTRE

Présentation des quatre formations :

-Le Master CRBC : Conservation-Restauration des Biens Culturels / L’association : ICOSAEDRE

-L’INP : Institut National du Patrimoine / L’association : AEAE

– L’ESBAT : Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Tours / L’association : ARSET

– L’ESAA : Ecole Supérieure d’Art d’Avignon / L’association : Fil à Fil

PRÉSENTATION DES TRAVAUX DES ÉTUDIANTS

ESBAT

––La Restauration de Pyramide, oeuvre en 3 dimensions de Joël Hubaut ; mémoire de fin d’études d’Aurélie MARTIN.

MASTER CRBC

––Conservation-Restauration d’une météorite de fer instable ; mémoire de fin d’études de Gaëlle GIRALT.

––La conservation du sous-marin H.L. Hunley : le cas particulier de la dépose des pompes ; mémoire de fin d’études de Typhaine BROCARD.

––Élaboration de techniques de fouille et de prélèvement pour les matériaux archéologiques pris dans la glace ; mémoire de fin d’études de Charlotte REROLLE.

INP

––Présentation du chantier-école de restauration de l’église Santa Maria Del Suffragio à Aquila dans les Abruzzes (Italie).

––Modélisation 3D d’un panneau de marqueterie du musée d’Écouen par François Duboisset.

ESAA

––De la réparation à la restauration d’un masque Mossi pour sa survivance ; mémoire de fin d’études d’Aline Maire.

INTERVENTIONS DES PROFESSIONNELS

––David Cueco, conservateur-restaurateur : « L’avion de Blériot qui a traversé la Manche le 25 Juillet 1909 ».

––Stéphanie Élarbi, conservatrice-restauratrice et Laurent Prexl, artiste : « Regards croisés sur la préservation de la performance ».

––Stéphanie Élarbi, conservatrice-restauratrice : « Étude de cas : restauration d’objets à caractère ethnographique ».

––Jacques Defert, anthropologue, enseignant à l’ESAA : « Pourquoi restaurer ? ».

DÉBAT/OUVERTURE

CONCLUSION

 

3e journées professionnelles de la conservation-restauration

3e journées professionnelles de la conservation-restauration

Manifestation organisée par la direction générale des patrimoines, ministère de la Culture et de la Communication, en partenariat avec la Cité de l’architecture et du patrimoine les 14 et 15 mai 2013

Le patrimoine ça déménage !

Tel est le titre des 3ème journées professionnelles annuelles de la « Conservation – Restauration » organisées par la direction générale des patrimoines (département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique) avec à nouveau le soutien de la Cité de l’architecture et du patrimoine où elles se tiendront les 14 et 15 mai 2013 (auditorium, 7 rue Albert de Mun, à Paris).

L’objectif de ces journées professionnelles est de réunir les acteurs de la conservation-restauration dans toutes les disciplines patrimoniales afin d’instaurer un dialogue transversal, de présenter des cas dont la méthodologie ou la problématique sont exemplaires et de susciter une réflexion qui permette de répondre aux nouveaux besoins exprimés.

Les communications de ces 3 rencontres répondent à quatre grands axes de réflexion touchant à la façon de protéger les fonds, les collections ou les œuvres d’art lors de déménagements ou de travaux dans le bâtiment qui les abrite.

  1. Les déménagements dans un nouveau bâtiment
  2. L’impact des travaux dans le bâtiment
  3. La rotation des œuvres – les expositions temporaires
  4. La gestion de l’urgence en cas de sinistre ou de catastrophe.

Outre les questions essentielles de préservation du patrimoine, la question de la sensibilisation des publics pendant les travaux est également au cœur des interventions : informer, assurer la continuité de la mise à disposition du patrimoine. Pour enrichir le débat et solliciter des questions-réponses avec l’auditoire la table ronde a réuni plusieurs intervenants.

VIDEOMUSEUM pour rechercher une oeuvre d’art moderne ou contemporain

Menu de droite sur SEMINESAA / Bases de données /Videomuseum

 

Les collections des Frac Portail des collections des 23 Frac
Portail design Portail design
Centre pompidou Centre Pompidou
Les abattoirs Les Abattoirs
FNAC Centre national des arts plastiques
FRAC Picardie Frac Picardie
FRAC Ile-de-France Frac Ile-de-France
FRAC Bretagne Frac Bretagne
FRAC Bretagne Frac Languedoc-Roussillon
Saint-Etienne Musée d’art moderne Saint-Etienne Métropole
Frac Provence-Alpes-Côte d'Azur Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur
Frac Champagne-Ardenne Frac Champagne-Ardenne
Frac Limousin Frac Limousin
Frac Basse-Normandie Frac Basse-Normandie
Musée de Grenoble Musée de Grenoble, collection des dessins XXe siècle
Musée Tomi Ungerer Musée Tomi Ungerer, Centre international de l’Illustration, Strasbourg
Frac Nord-Pas de Calais Frac Nord-Pas de Calais
Les collections du Musée d'art moderne et contemporain de la ville de Strasbourg Musée d’art moderne et contemporain, Strasbourg
Les chefs-d'œvre de la collection du Musée Picasso, Paris Musée Picasso, Paris
Frac Alsace Frac Alsace
CAPC Bordeaux CAPC Bordeaux
Rochechouart Musée de Rochechouart
Lyonmoca Musée d’Art Contemporain de Lyon
MAC/VAL MAC/VAL, Musée d’Art Contemporain du Val-de-Marne
CDAC93 Collection départementale d’art contemporain de Seine-Saint-Denis
Frac AQ Frac Aquitaine
MBA Nantes Musée des Beaux-Arts de Nantes
FRAC PL Frac des Pays de la Loire
MAMAC MAMAC de Nice
IAC Collection Institut d’art contemporain, Rhône-Alpes
MACS Collection Musée des Arts Contemporains de la Fédération Wallonie-Bruxelles, au Grand-Hornu (Belgique)
Frac Haute-Normandie Frac Haute-Normandie
Nîmes Carré d'Art Carré d’Art, Nîmes
Collection Herbin du musée Matisse, Le Cateau-Cambrésis Collection Herbin du musée Matisse, Le Cateau-Cambrésis
Frac Franche-Comté Frac Franche-Comté
LAM LAM
MAM : Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris MAM : Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris

Frac Lorraine

Jean Pierre COMETTI

photo_JP_Cometti

Jean-Pierre COMETTI

Philosophe (philosophie du langage et esthétique), Professeur des Universités HDR, auteur, traducteur et éditeur.

Auteur de plusieurs livres et études consacrées notamment à la pensée et à l’esthétique américaines, à l’œuvre de Robert Musil et à la philosophie de Wittgenstein. A traduit, entre autres, Robert Musil, Ludwig Wittgenstein, Nelson Goodman, Richard Rorty, C.S. Peirce, John Dewey et Peter Berger.

A enseigné à l’ESAA de 2009 à 2015, et reste attaché au programme de recherche art & artefactualité qu’il a initié, mais pas autant que ses continuateurs demeurent fidèles à ce maître -chercheur aussi insatiable que généreux.

Parmi ses publications:

couverture de [NUMERO_TITRE_ABREGE]

couverture de [NUMERO_TITRE_ABREGE]

couverture de [NUMERO_TITRE_ABREGE]

couverture de [NUMERO_TITRE_ABREGE]

couverture de [NUMERO_TITRE_ABREGE]

couverture de [NUMERO_TITRE_ABREGE]

couverture de [NUMERO_TITRE_ABREGE]

parmi ses ouvrages:

L’Homme exact, Le Seuil, 1997 ;
La Maison de Wittgenstein, PUF, 1998;
L’Art sans qualités, Farrago, 1999 ;
Questions d’esthétique, PUF, 2000 (avec Jacques Morizot et Roger Pouivet) ;
Art, modes d’emplois : Esquisses d’une philosophie de l’usage, La Lettre volée, Bruxelles, 2001 ;
Musil philosophe, Le Seuil, 2002 ;
Art, représentation, expression, PUF, « Philosophies », 2002 ;
Wittgenstein et la philosophie de la psychologie, PUF, 2004,
Les Arts de masse en question (dir.), La Lettre volée, 2007,
ainsi qu’une nouvelle édition de L’Homme sans qualités de Robert Musil, parue au Seuil en octobre 2004 ;
La Force d’un malentendu (Questions théoriques, 2009) ;
Qu’est-ce que le pragmatisme ? (Gallimard, 2010) ;
Qu’est-ce qu’une règle ? (« Chemins philosophiques », Vrin, 2011) ;
Art et facteurs d’art. Ontologies friables (« Esthetica », Presses universitaires de Rennes, 2012);
Conserver/Restaurer. L’œuvre d’art à l’époque de sa préservation technique (NRF/Gallimard, 2016) ;
La Nouvelle Aura. Économies de l’art et de la culture (Questions théoriques, 2016) ; *
La Démocratie radicale. Lire John Dewey (Gallimard, 2016).

*Les titres en gras correspondent à la période où il a enseigné à Avignon.

Interview de Jean-Pierre Cometti : Une démarche soustractive ?

     « Protocoles Méta » désigne une démarche, une expérience, qui s’est développée en plusieurs phases, sans aucun but visé d’avance. C’est ce qui constituait, tout au moins au départ, l’intérêt de ce qui se dessinait ainsi, et de ce qui s’y est ensuite « manifesté » : une démarche qui est toujours restée, et ce dès le départ, essentiellement ouverte. Qu’elle fût déconcertante, c’est ce qu’on a bien vu. Beaucoup, parmi ceux qui, à tel ou tel, moment sont venus se joindre à nous, sans savoir d’ailleurs exactement de quoi il s’agissait, pourraient en témoigner, de même que les termes mêmes dans lesquels cette expérience s’est développée, à savoir comme méta expérience. C’est que le propre d’une méta démarche comme celle-là, ou encore des méta protocoles qui leur étaient liés, aura consisté beaucoup plus en une réflexion sur les conditions dans lesquelles une démarche ou une expérience peut avoir lieu, qu’en un programme, d’où son caractère essentiellement soustractif, destiné à libérer des possibilités encore inexplorées. Une telle démarche impliquait, chemin faisant, qu’on réfléchisse sur ce qui entre en jeu dans des expériences ou dans des pratiques de type artistique ou en tout cas présumées telles – avec toutes les représentations qui en font inévitablement partie, et qui constituent toujours au fond, pour qui y participe, un arrière-plan pris en défaut, mis à l’épreuve, exposé à un doute qu’autorise précisément sa nature soustractive. Cet aspect-là, que je résume très brièvement, s’illustre dans un écart par rapport aux attentes qui sont généralement les nôtres, en raison de ce que nous engageons à la faveur d’un processus qui, sitôt enclenché, devient éminemment problématique, puisque les finalités en sont incertaines et indéterminées. D’où la question qui, bien qu’inscrite au point de départ, n’a pas tardé pas à se poser de manière insistante, celle de savoir à quel moment et pour quelles raisons une telle expérience était susceptible d’être arrêtée ? Etait-il possible de concevoir un moment autorisant une sorte de récapitulation, dont il eût été également permis de tirer les leçons ? De ce point de vue, si une possibilité – comme cela a pu être envisagé – avait dû consister à tenter de clarifier ce qui c’était effectivement manifesté, alors là, oui, en effet, on aurait pu lui attribuer la signification d’un « manifeste ». Mais, comme le montrerait l’exemple des avant-gardes, me semble-t-il, autant que celui de ce qui a pu valoir comme manifeste à tel ou tel moment de l’histoire, il faudrait encore postuler quelque chose comme un « sens de l’histoire ». L’historicité impliquée dans l’idée d’avant-garde est difficilement dissociable d’une finalité ou d’un aboutissement, qui peut certes se définir négativement par ce qui s’y trouve rejeté, mais qui n’en a pas moins épousé, la plupart du temps – de façon plus ou moins claire ou implicite – une vision téléologique de l’histoire et des possibilités que l’humanité peut espérer y puiser. Comme pourrait le montrer plus d’un exemple, la volonté de rupture qui s’est exprimée chez les artistes d’avant-garde s’est le plus souvent toujours conjuguée à une sorte de pari sur une autre histoire, supposée surmonter les présuppositions d’une histoire antérieure, par les divisions traditionnelles entre Art et non-Art entre l’Art et la Vie, etc. Donc, même si dans ces cas là, une volonté de rupture s’est alors manifestée, destinée à en finir avec les formes d’une vie divisée, peut être même avec l’Art lui-même, une finalité anticipatrice n’en était pas moins impliquée, dont les enjeux ne pouvaient être exclusivement soustractifs. L’idée d’un « manifeste » est étroitement liée à cela, c’est-à-dire à un certain type de rapport au passé (généralement négatif) et à un au-delà projeté que véhicule le concept même d’avant-garde. Or, dans le cas qui nous intéresse, celui des « protocoles méta », nous sommes dans une Situation tout à fait particulière. D’abord parce qu’il n’y a jamais eu, enfin en tout cas explicitement, une volonté d’en terminer avec quoi que ce soit, rien qui puisse valoir dans sa radicalité comme un NON, et en même temps quelque chose de plus ténu, bien que de nature soustractive. Ici, il faudrait sans doute établir une différence entre une démarche « soustractive », libre de toute finalité explicitement ou implicitement présupposée et des expériences, peut-être plus expressément « négatives », mais ordonnées à une dialectique – et à des enjeux – dont elles constituent le ressort. Par rapport à cela, une « méta expérience » ne peut avoir d’autre « fin » – s’il faut lui en associer une – que celle d’une clarification de ce qui s’y trouve pour ainsi dire mis entre parenthèses, je veux dire le champ de nos attentes habituelles les plus spontanées, celles qui nous semblent les plus naturellement liées à notre concept d’art, à nos pratiques artistiques, etc. Un tel enjeu me semble étranger à l’idée même d’un manifeste, mais il n’en a que plus de prix, du moins à mes yeux, puisqu’il nous permet, tout en s’ouvrant sur des possibilités qui en constituent le versant potentiellement positif, de ne pas confondre ce qui nous est familier, voire précieux pour telle ou telle raison, avec quelque nécessité hors de laquelle il n’y aurait pas de salut. (Juillet 2007)

Une terrible beauté est née …

Une terrible beauté est née … *

D’un geste habile de trois de ses doigts, il roule encore une mèche d’ouate autour de l’aiguille de bambou tenue par l’autre main. Puis il trempe prestement le long coton-tige dans une fiole avant de l’appliquer sur l’objet de toute son attention, face à lui. Son masque le gêne, et il transpire sous le caoutchouc. Il rajuste ses lunettes-loupes enserrant un crâne qui lui fait mal. Des heures qu’il est assis, le dos courbé sur une chaise aigrie, les sourcils froncés dans un halo criard, sa main droite frottant mécaniquement son outil sur une matière récalcitrante. 

Elle pleure, seule, et il pleut. Les paroles du médecin résonnent encore à son entendement, et elle voudrait ne jamais avoir été à son rendez-vous, l’avoir oublié, ne jamais l’avoir pris. Pourquoi, pourquoi nous ? Son bus passe et puis un autre. Trempée, elle s’est assise sous l’abri et ne répond pas aux quémandeurs gênés qui s’éloignent apeurés. 

Attention ! Les bruns sont plus fragiles, il le sait mais s’énerve. Qu’est-ce qu’il lui a pris d’avoir accepté ce travail ingrat en sous-traitance. Fait chier ! Il a soif. Debout, une cigarette. Ses efforts sont récompensés. Au milieu de l’aplat opaque et sombre, apparaissent de nouveaux reliefs irisés, tels les œufs de Pâques multicolores qu’il déterrait enfant. Oui, c’est bien un œil qui fixe l’observateur souriant. Allez, au boulot ! Les boulettes de coton maculées forment maintenant un monticule brunâtre et odoriférant sur la desserte, à côté des flacons. La main ouvrière se fait plus leste dans un élan de curiosité mêlé d’excitation euphorisée.

Elle a fini par rentrer, hagarde, automate de son désespoir, pour s’affaler sur le lit. Et puis soudain, ses mains vont à son ventre : ça bouge dedans, comme un trépignement. Dans l’atelier qu’un long couloir sépare de la chambre, il a entendu le bruit de serrure. « Chérie viens voir, vite ! » Le portrait surpris d’un enfant accouché de la peinture.

Telle un spectre, elle s’est avancée et a balbutié « Trisomie 21 ».

Marc MAIRE, © Octobre 2011 ( * Biennale de LYON 2011. Ce texte comporte 2011 signes.) 

Ecole Supérieure d'Art d'Avignon [ ESAA-cr ], Département de conservation-restauration