Vidéos

Rapport sur la restitution de biens culturels du patrimoine africain

Le président de la république française Emmanuel Macron s’est vu remettre vendredi 23 Novembre un rapport proposant une évolution de la législation à même de permettre la restitution aux États demandeurs, des milliers de biens culturels africains parvenus sur le sol français au plus fort de la période de la colonisation (1880 -1960), et toujours conservés dans les musées français.
Ce « Rapport sur la restitution du patrimoine africain » confié à Bénédicte Savoy, historienne de l’art, professeur à l’Université technique de Berlin et titulaire de la chaire « Histoire culturelle des patrimoines artistiques en Europe, XVIIIe-XXe » au Collège de France, et à Felwine Sarr, écrivain sénégalais et professeur d’économie à l’université Gaston Berger de Saint-Louis, préconise d’organiser la restitution du patrimoine culturel africain spolié, soit environ 90 000 objets provenant de l’Afrique subsaharienne et conservés dans les collections publiques françaises. Le Musée du Quai Branly à Paris est le plus concerné, avec 70.000 objets, dont deux tiers « acquis » durant la période 1885-1960: 46.000 objets sont potentiellement concernés. Les pays les plus intéressés sont le Tchad (9.200 oeuvres), le Cameroun (7.800) et Madagascar (7.500). La spoliation ne concerne pas que les biens pillés, volés, en tant que butins de guerre, mais aussi tous ceux acquis par les marchands, militaires, missionnaires, explorateurs, ethnologues à des prix très inférieurs à ceux du marché de l’époque. Afin de rompre avec l’inaliénabilité du patrimoine national, motif toujours invoqué par la France pour empêcher de répondre aux réclamations , le rapport préconise notamment la modification du code du patrimoine français. Le président de la République avait tracé la voie de ce processus dans un délai de cinq ans lors de sa visite au Burkina Faso. Dans son discours prononcé à l’université de Ouagadougou le 28 novembre 2017, il avait annoncé la mise en route de « restitutions temporaires ou définitives du patrimoine africain en Afrique », et la restitution sans tarder de 26 œuvres réclamées par les autorités du Bénin, prises de guerre du général Dodds dans le palais de Béhanzin après les sanglants combats de 1892. On peut supposer qu’un changement de la législation française va certainement entraîner des répercussions dans d’autres anciennes puissances coloniales, comme le Royaume-Uni, la Belgique, l’Allemagne, pour les objets non seulement africains mais provenant aussi d’autres continents.

Restituer un bien, c’est notamment reconnaître qu’il a été mal acquis.

NB: Le texte du rapport vient d’être publié aux éditions Philippe Rey/Seuil (188 pages, 17 euros).