Un autre écho à la recension du dernier livre de J.-P. Cometti, parue dans CRBC

Tristes topiques


Introduction « Que s’est-il donc passé ? » se demande Pierre Leveau au bout d’un peu plus d’une page de sa recension jusque là rigoureuse et fidèle, de l’essai philosophique Conserver / Restaurer. L’oeuvre d’art à l’époque de sa préservation technique  paru chez Gallimard en Février 2016, un mois et demi après la disparition de son auteur, Jean-Pierre Cometti. Or c’est la même question que l’on voudrait retourner à son émetteur (p.49), quand son propos prend une tournure vindicative et même une tonalité polémique tout à fait inappropriées. Quelle mouche a bien pu piquer Pierre Leveau pour qu’il se lance dans une opération de sape en règle, tout à fait indélicate en l’occurrence contre la production d’un auteur en incapacité définitive de se défendre ? Le plaidoyer qui suit — initialement sollicité  en droit de réponse à « Existe-t-il une philosophie de la conservation-restauration ? »1 auprès du comité de rédaction de la revue CRBC puis rétracté, son prochain opus prévu à la fin de l’année passant de l’édition papier au numérique — ne prétend pas épuiser son sujet. Même si la discipline de la conservation-restauration en aurait peut-être bien besoin pour crever des abcès qui la gangrènent, le propos ne se veut pas, lui, matière à polémique en l’absence de Jean-Pierre Cometti. Il vise d’abord à souligner et réparer au moyen d’arguments didactiques, des inexactitudes préjudiciables au crédit du philosophe pragmatiste et de ses collègues de l’Ecole Supérieure d’Art d’Avignon, aussi mis en cause . « La philosophie est un véritable champ de bataille» avait-il lancé un jour en séminaire. Mais il n’avait certainement pas imaginé qu’un émule oserait venir lui tailler un costume jusque dans sa tombe.

Que s’est-il donc passé 2 ?

L’incipit de Pierre Leveau surprend déjà par son caractère sévèrement et laconiquement réducteur (p.49). Aurait-t-il pris ombrage  lorsque Jean-Pierre Cometti « plaide, […] pour une reconception qui permette de ne pas enfermer la restauration dans une métaphysique que les pratiques artistiques ont largement battue en brèche et qui, dans les circonstances actuelles, ne seraient absolument d’aucun secours » (p.211) ? S’est-il senti incriminé parmi « les spécialistes de la conservation-restauration » (p.49) — dont il eut été judicieux de fournir l’identité de même que celle des « … conservateurs-restaurateurs dont les contributions philosophiques sont oubliées. (p.50)) »que Jean-Pierre Cometti aurait désignés sur un ton trop impérieux ? Il est vrai qu’il ne cachait pas  son rejet catégorique du genre de philosophie d’autorité à laquelle s’adonne Pierre Leveau depuis un peu plus d’une décennie. Celle de l’exégèse théorique et nominaliste des pratiques, tour à tour et parfois confusément, de la conservation et de la conservation-restauration plutôt qu’à celle de la clarification conceptuelle et de la résolution des problèmes de cette dernière par l’entremise d’une philosophie émancipatrice dans et par l’action dont Jean-Pierre Cometti s’était fait le chantre, notamment au contact d’ artefacts culturels et de praticiens. Si l’on distingue les démarches respectives en ces termes, ne s’agirait-il pas de la vieille opposition « philosophie continentale » versus « philosophie analytique » qui apparaît en filigrane sous la plume acerbe du (re)censeur ? Pierre Leveau y va d’une contre-vérité flagrante; il écrit « Sachant son essai inachevé, … »  (p.49) alors que nous avons  tenu entre nos mains  le manuscrit déjà en Décembre 2014 prévu originellement pour son édition  aux Presses Universitaires de Rennes dans le courant de 2015 ! Du commentaire précis et rigoureusement paginé, on passe au truchement artificieux de la manipulation de citations empruntées à au moins trois pages différentes et de leur combinaison alambiquée qui prêtent à Jean-Pierre Cometti des intentions et des significations qui n’ont jamais été les siennes.   Malgré sa trouvaille d’une « instrumentalisation mutuelle» dont la réciprocité est a priori séduisante, mais qui fait preuve d’une insinuation désobligeante, Pierre Leveau se trompe grossièrement avec dédain dans une double erreur de postulat. D’abord, qui peut croire que le philosophe pragmatiste en acte, Jean-Pierre Cometti, « cherchait [encore, à l’automne de sa carrière d’enseignant-chercheur à plus de soixante dix ans ! , et après l’ampleur de la production philosophique et littéraire qui fut la sienne] « une pratique à l’appui de sa théorie sur les propriétés esthétiques … » ?  C’est faire fi de sa proximité ancienne avec de nombreux artistes et ne pas être au faîte de l’anthropologie philosophique de l’art — dans un sens wittgensteinien 3 qu’il pratiquait régulièrement en confrontation directe avec les œuvres et leurs problèmes traités par les étudiants de Master, dans leur accompagnement méthodologique et heuristique. C’est passer outre le fait que Jean-Pierre Cometti fut appelé à l’ESAA par son directeur dès 2010 en tant qu’expert de la recherche en enseignement supérieur, pour effectuer un audit devant déboucher sur une proposition de mesures d’aménagement des programmes dans le sens des préconisations émises par la Direction Générale des Enseignements Artistiques du Ministère de la Culture et de la communication. C’est aussi négliger la délivrance de son cours d’histoire des avant-garde, d’esthétique et de philosophie de l’art à l’attention d’étudiants de la mention création-instauration dont il a même dirigé des mémoires. C’est encore omettre qu’il ne concourait pas à une philosophie recroquevillée sur l’autorité suprême dont elle croit pouvoir jouir depuis qu’elle est créditée d’avoir supplanté la religion pour une quête sécularisée de la vérité, et sur laquelle auraient compté les enseignants de l’ESAA afin d’ obtenir une théorisation de leur pratique. L’autodidaxie à laquelle Jean-Pierre Cometti avouait volontiers n’avoir jamais renoncé, l’avait conduit à une réflexion et un pragmatisme qui, outre son recours à de solides acquis en histoire de l’art et à un outillage emprunté aux sciences du langages, excédaient la philosophie pour recouvrir la sociologie, l’ethnologie et l’anthropologie. C’est enfin faire fausse route que d’imaginer une attente par les enseignants de l’ESAA, d’ « une théorie pour appuyer les pratiques de leurs étudiants qui travaillent sur des objets composites …». Il suffit pour s’en convaincre, de lire sur leur plateforme en ligne Semin’R, les textes qui décrivent leurs intentions et leur programme d’enseignement4. Leur visée est bien moins ambitieuse, seulement pragmatique. Très laconiquement en une phrase, il s’agit pour eux de fournir concrètement des outils permettant aux étudiants de concevoir et argumenter des réponses aux problèmes posés par l’application de la conservation-restauration à des productions de l’art contemporain et à des objets dits ethnographiques qui réclament une reconsidération de leur matérialité5 et de leur identité.

Sortie de route

Dans une inversion consternante des rôles, le propos devient même cinglant et fait alors penser à celui d’un correcteur de copie posthume, infatué jusqu’à faire la leçon à l’élève Cometti, lui pour le coup définitivement quitte de tout désarroi. Un maître qui pousse le bouchon jusqu’à l’autopromotion de sa personne et de son propre travail en référents suprêmes d’une philosophie es conservation-restauration. Or sauf des éclairages intéressants de nature historique ou épistémologique sur l’évolution de cette activité en prise avec les instances et les phénomènes doxiques qui la régissent, cette production certes besogneuse n’a guère produit jusqu’ici plus que matière docte à publications, conférences et rencontres scientifiques somme toute confidentielles pour une audience de conservateurs-restaurateurs très limitée. Est-ce parce qu’ils seraient déjà détenteurs d’une pensée de leur pratique que la plupart des « professionnels aguerris » ou les « praticiens » (p.50) ne les fréquentent pas ou si peu6 ? Ou parce qu’ils déplorent des digressions hors-sol, sibyllines et oiseuses sans effet sur le réel ? A notre connaissance, cette sorte de théorétique pontifianteétymologiquement, qui ne fait que contempler, observer du dehorsvisant à une connaissance conceptuelle et au savoir pour lui-même, n’a guère d’impact sinon sur un lectorat très minime de conservateurs-restaurateurs peu enclins ou disposés à y consacrer de leur temps, n’y trouvant aucun secours pour améliorer leurs condition, pratique ou résultats. Au demeurant, combien d’entre eux possèdent les clefs idoines en philosophie pour être en mesure d’exercer un œil critique sur de telles digressions intellectualistes et vérifier leur portée ou leur défaut en regard de l’exercice de leur activité ? La philosophie et le bilan de Jean-Pierre Cometti sont tout autres. Partisan d’une philosophie de l’action « à contre-courant des essentialismes déclarés ou larvés qui encombrent l’histoire et la philosophie de l’art »7, la sienne s’oppose à la précédente mais n’engage ni n’entretient pas de conflit avec elle. La perspective pragmatique incite à penser une chose seulement après avoir identifié l’ensemble de ses implications pratiques. La vérité n’existe pas a priori et si elle peut apparaître, ce n’est que progressivement par l’expérience. En enseignant même à des étudiants non-aguerris, ce dernier a effectivement contribué à faire émerger un autre genre de l’espèce des « conservateurs-restaurateurs », certes encore très réduit mais dont la reconnaissance et l’insertion professionnelles, notamment en lien avec des institutions muséales, sont déjà patentes. Son enseignement n’a jamais eu la prétention de s’affirmer ni de se positionner en concurrence ou mépris de la génération de leurs aînés « aguerris », comme il lui en est fait le reproche. Simplement dit, il n’est question que de la proposition et sa mise à l’épreuve8 d’une approche conçue à partir des œuvres d’art contemporain, des objets ethnographiques et des problèmes qu’ils posent, en complément de celles déjà en vigueur. Pierre Leveau finit par s’égarer. Jean-Pierre Cometti qui aurait « … sans doute pris tardivement conscience de l’importance du travail que l’on attendait de lui. » (p.49), n’a jamais « pris position » dans le champ de la conservation-restauration comme le prétend le recenseur (p.50). Il n’a  jamais eu non plus l’intention de «  plaquer sur leur activité [des conservateurs-restaurateurs] un protocole préfabriqué – allant de l’hypothèse au test et à la norme – lui-même fondé sur un projet prédéfini visant à rompre avec l’ontologie .» Si c’est à l’ontologie « substantialiste » d’origine aristotélicienne qu’il est fait référence, une ontologie de l’art « séparée » et relative au présupposé philosophique de son autonomie qui s’est répandu comme vulgate depuis la fin du XVIII ème siècle et  fut mis à mal par les avant-garde, alors oui, effectivement, Jean-Pierre Cometti en affirme sa friabilité9 et réfute toute ontologie de l’art et des œuvres d’art qui ne prendrait pas en compte leurs modes de production ou de composition, d’activation, de réception et de reconnaissance ; en somme, leurs conditions d’usage et de fonctionnement. Cette conception autorise tout au plus une ontologie éphémère  se déclinant au pluriel, puisque à la merci de conditions de fonctionnement de l’œuvre d’art, activées ou non. Encore une fois, c’est se méprendre sur son obédience philosophique et sur la nature du travail effectué en lien étroit avec l’ESAA. Pour être exact, il aurait fallu développer le concept d’abduction10 décrit plusieurs fois dans le livre et du « … processus récursif  [le constat d’état] qui se contrôle à la faveur des allers-retours qu’il exige et des équilibres qu’il autorise. » (p.224). Pourquoi ne pas avoir rendu compte de la Petite philosophie du constat d’état (p. 217-225) qui constitue l’Annexe du livre et apporte sans doute les éclairages les plus intéressants, à la fois pour le conservateur-restaurateur et le philosophe ? N’est-il pas saugrenu de prétendre ostensiblement que Jean-Pierre Cometti aurait compris « la logique d’enquête  du conservateur-restaurateur », quand à l’inverse c’est son enseignement de celle-ci11, de ses modalités et leur développement dans son livre testamentaire qui l’a faite valoir en tant que socle et maître-mot de la posture pragmatiste ? Précisons que l’enquête de type pragmatique débute dans le doute par le recensement des éléments qui posent problème. Elle se poursuit par la formulation d’hypothèses à partir des premières observations qui deviennent des idées dès lors qu’elles sont à même de contribuer à la résolution du problème. Selon John Dewey7, une hypothèse doit être développée jusqu’à ce qu’elle acquière une forme telle qu’elle peut conduire (à) une expérimentation – susceptible d’indiquer des modifications de l’hypothèse – qui mettra en évidence les conditions nécessaires à l’acceptation de l’hypothèse ou son rejet. L’enquête prend fin quand on a trouvé la solution au problème. Cela signifie qu’on a déterminé les conditions qui éloignent toute indétermination pour qu’il y ait assertabilité garantie. On est loin de l’interprétation de Pierre Leveau … En fin de son texte, celui-ci prête à Jean-Pierre Cometti « … l’idée qu’il partageait curieusement avec lui [Cesare Brandi] que cette philosophie [celle « de la conservation-restauration que l’on attend d’un seul homme, … »]devait être l’oeuvre d’un seul théoricien …». Cet avis relève de l’aberration tant sa teneur n’est pas plausible pour les raisons que nous avons déjà fournies plus haut. Et faut-il encore le rappeler, Jean-Pierre Cometti ne s’intéressait ni ne s’attelait qu’à la résolution de problèmes afférents à des œuvres et leurs situations singulières, et affirmait mesurer ce que la conservation-restauration fait à la philosophie. Oui « Jean-Pierre Cometti est [bien] décédé le 04 Janvier 2016 ». Mais il n’a pas totalement disparu puisque au terme de l’année scolaire 2014 coïncidant avec l’achèvement de son essai, ne souhaitant pas continuer, il avait désigné son successeur en la personne de Gaspard Salatko, anthropologue de l’art et du patrimoine et non pas philosophe, pour reprendre le flambeau du séminaire « art et artefactualité » dont il fut l’initiateur dès 2011, et non pas seulement « en 2013 et 2014 » (p.49) comme l’écrit Pierre Leveau. C’est bien qu’il n’a jamais eu pour visée «  la philosophie de la conservation-restauration que l’on attend à tort d’un seul homme, Godot, qui ne viendra pas, (p.50), … », et que « les enseignants de l’ESAA » ne comptent parmi eux ni Vladimir, ni Estragon, ni croyant au Père Noël non plus. Depuis belle lurette, ils se sont rangés à « … l’idée que la conservation et la restauration puissent avoir à faire avec la philosophie ne va nullement de soi. » (p.194) Paradoxalement c’est Pierre Leveau qui formule une extravagante ambition prométhéenne dont on ne peut s’empêcher de flairer la vanité: « … en hommage à Jean-Pierre, j’espère avoir un jour l’occasion de décrire le fonctionnement intellectuel des professionnels de la conservation … ». Cette velléité est assez symptomatique d’une propension à s’arroger la légitimité d’une capacité descriptive et analytique qui, en fin de compte, s’inscrit dans la continuité d’une appropriation de la pensée sur la (conservation-) restauration par la tutelle institutionnelle. Celle-ci étant à l’origine d’un modèle d’organisation particulièrement tenace en France, hiérarchisé et archaïque en regard des définitions internationales. Le (conservateur-) restaurateur y est quasiment exclu de l’institution12 et toujours subordonné13 selon la distinction traditionnelle entre travail intellectuel et travail manuel, réactivée au XVII ème siècle d’après l’antique démarcation du droit romain entre operae liberales et operae illiberales14. Or et approximativement depuis les années soixante, la conservation-restauration s’est érigée à l’échelle internationale en tant qu’activité libérale, au point qu’elle a été admise en France comme telle par l’administration fiscale en 1991. C’est particulièrement grâce à la rédaction et à la diffusion de chartes déontologiques qui ont nettement fait apparaître la dimension intellectuelle de leur activité et la responsabilité propre à ses ressortissants aspirant légitimement à une autonomie au moins relative. Au lieu d’un paternalisme ou d’un assujettissement philosophique, la discipline et la profession pourraient par exemple tirer parti de lumières, à l’heure d’une marchandisation des biens culturels de plus en plus flagrante, pouvant éclairer la piste d’une idéologie professionnelle qui, fondée précisément sur l’idée du désintéressement15 en substance d’une stratégie refusant toutes subordination scientifique et soumission au marché, vise l’appui du public.

De la recherche en France

La situation de la recherche en conservation-restauration est tellement exsangue en France en regard de ses voisins européens, que Pierre Leveau peut apparaître aujourd’hui comme le seul philosophe16 es conservation-restauration. Une petite sphère patentée de « spécialistes » et d’ « experts » plutôt concentrée à Paris, lui octroie une place et une parole qui manquent hélas de concurrence17. Serait-ce la raison pour laquelle il se livre à des représailles envers un Jean-Pierre Cometti qui aurait osé se fendre d’un ouvrage philosophique à propos de conservation-restauration sans adoubement par les détenteurs de l’autorité compétente ?  La teneur et la manière nourrissent cette impression, d’autant plus décevante que pareille animadversion exprimée ouvertement eut été peu probable18 du vivant de Jean-Pierre Cometti, encore moins sous couvert dune privauté collégiale qui l’autorise post mortem. A l’attraction d’un gotha de la conservation-restauration très centralisé et à la fréquentation de minuscules cercles autorisés qui feraient la recherche française en réservant un strapontin de premier ou même de seul philosophe français es conservation-restauration, il y a de quoi se sentir pousser des ailes. Mais ne risque-t-on pas d’en laisser des plumes voire d’y abîmer son âme comme beaucoup de ces experts médiatiques, domestiqués et commodes, qui, se croyant parvenus au sommet, savent faire preuve de retenue, de docilité et de cécité critiques vis à vis d’une pensée unique ou d’une doxa et de ses tenants, en s’institutionnalisant et en finissant par ne plus que se professer eux-mêmes en véritables gourous ? Las, la course à la première place et à une exclusivité d’audience fausse la vue et n’est jamais gage de qualité d’examen ni d’expertise mesurée. N’a-t-elle pas conduit ici à la pratique de l’oracle qui trahit une immodération de certitude prédictive, dédaigneuse et parfaitement déplacée notamment à trois reprises20 (p.49) dénotant un acharnement tout à fait incongru ?  Jean-Pierre Cometti, a contrario, se l’était interdit: « Ce n’est pas le lieu de faire ici des prophéties ni de se laisser aller à des vaticinations (p.214). » Quoiqu’il en soit, « La méthode plus historique et laborieuse » de Pierre Leveau ne lui a visiblement pas permis d’être assez regardant ni exigeant sur la teneur, l’actualité, la pertinence ou la paternité des travaux de recherche français qu’il cite pour faire feu de si peu de bois, quand leur valeur et audience sont datées et à peu près nulles sur le plan international. « Peu de philosophes se sont intéressés » aux questions de la conservation et de la restauration, écrit à raison Jean-Pierre Cometti (p.194). Pourquoi ne pas avoir déjà recensé les écrits21 de ces quelques-uns, aussi modestes soient-ils, pour les mettre en lumière et les discuter, avec une intention didactique et non pas seulement doctorale ? S’il y avait un regain et une actualité de la recherche à souligner qui touchent plus ou moins directement la conservation-restauration, ce n’est certainement pas à la philosophie qu’on les doit 22. Hormis ceux produits sous les auspices de Thierry Lalot 23, c’est sans aucun doute bien plus aux travaux de divers sociologues et/ou anthropologues tels que, dans le désordre, Léonie Hénaut, Noémie Etienne, Gaspard Salatko, Thierry Bonnot, Christelle Patin, Yaël Kreplak, et quelques autres encore – exceptée Nathalie Heinich dont l’ouvragre cité bien mal à propos par Pierre Leveau 24 tant son couplet sur la conservation-restauration est particulièrement élimé voire même parfois erroné 25. Il est fait reproche à Jean-Pierre Cometti de ne « pas [avoir] pris en compte [] le travail de réflexion et de conceptualisation fait à l’INCCA, à l’ECCO, à l’ICCROM-CC (?), à l’ICOM, au CEN/TC346 ou à l’ARAAFU [par « les « spécialistes »]production et leurs auteurs dont, soit dit en passant, on eut apprécié les références. Tous les acronymes de cette sélection exempte de ses critères, ne désignent pas des instances dont les objets et enjeux principaux26 recoupent ceux du livre incriminé. Seul l’ICOM-CC, dédié à la visibilité de la recherche mondiale en conservation-restauration, offre un accès qui a son prix à des travaux de Master et troisième cycle en rapport avec le champ des biens concernés, et dont Jean-Pierre Cometti avait parfaitement connaissance 27. Les foyers de recherche les plus prolifiques et les plus influents concernant notamment la préservation de l’art contemporain ne sont pas francophones. Ils sont sans conteste en Hollande, notamment aux Universités de Maastricht et d’Amsterdam, en Allemagne à Karlsruhe et Berlin, et en Grande Bretagne à l’ University College de Londres et à l’Université de Glasgow, en Italie à l’Université de Turin. Hélas la recherche française à l’existence végétative que fait valoir Pierre Leveau n’en a que le nom ou la prétention, tant elle est indigente et à la traîne, à la remorque ou loin de ce qui est produit ne serait-ce qu’en Europe 28. A regret, les noms et lieux cités ne comptent absolument pas à l’échelon international et si peu sur le plan national. Pourquoi ne pas avoir plutôt cité des équipes et lieux en France où se mènent des projets dynamiques, des initiatives originales et novatrices de recherche interdisciplinaire digne de ce nom en ce qu’elle s’en donne les moyens et les compétences: Musée du Quai Branly, Musée National d’Art Moderne, Université Paris I, Villa Arson, Musée d’Art Contemporain du Val de Marne, Atelier Boronali, entre autres ? « La conservation-restauration [… ] a-t-elle besoin de philosophie pour évoluer ? » questionne Pierre Leveau avec la fausse incertitude de celui qui est déjà persuadé de la réponse affirmative. « […] il suffirait peut-être que les experts présentent les leurs [pratiques] à des philosophes , spécialistes des relations abstraites [des ergologues29 par exemple ?], pour qu’ils en tirent ensemble la théorie attendue,  […] » Or il napparaît pas que ce fut une urgence ni même une attente exprimée par quelque collectif de conservateur-restaurateurs que ce soit dont le portrait en creux est pour Pierre Leveau, celui de praticiens incapables de prendre en charge la réflexion et la détermination de leur propre discipline. Mais celui qui est  capable de dire ce qui « … irritera les professionnels …  » (p.50)  et de quoi   » … les conservateurs-restaurateurs [qui] ne se satisferont pas …  » (p.49), sait: « Ce qui manque à la [conservation-] restauration, … » [c’est la] «  … production des connaissances par l’institution qui profite à l’ensemble du secteur  … » (p.50) Le salut viendrait d’une philosophie institutionnelle selon la diagnose de Pierre Leveau qui pose ainsi la primauté, si ce n’est l’exclusivité, de la philosophie et de l’institution pour la détermination de la conservation-restauration, perpétuant ainsi un modèle doublement tutélaire de surcroît. A contrario selon nous, une nouvelle allégeance scientifique n’est pas nécessaire quand le besoin essentiel et primordialen passant par un « état de l’art » que du reste Pierre Leveau concède – se résume en deux points. Premièrement l’amélioration des conditions précaires de son exercice par des professionnels dépourvus de statut et quasiment exclus de l’institution, à l’égard de biens patrimoniaux soumis au code des marchés publics sans véritable discernement de leur exception 30. Deuxièmement, en corollaire du premier, la création d'(au moins) une école doctorale 31 propre à la conservation-restauration 32 prise en tant que discipline académique autonome comme dans la plupart des pays occidentaux et même du sud. L’enjeu est aujourd’hui la survie de la profession en vertu de ses principes établis à l’échelle internationale et la fin de toute subordination à quelque tutelle scientifique que ce soit, afin qu’elle puisse trouver sa place comme en Allemagne par exemple, au coeur de l’institution et d’une véritable interdisciplinarité élargie.

Conclusion A partir d’une analyse altérée par des contresens, implicites, sous-entendus, et dépourvue de dimension dialectique, débouchant finalement sur des jugements péremptoires fallacieux, Pierre Leveau s’est appuyé sur des références lacunaires  pour produire une démonstration floue semblant asservie au statu quo. Il s’est tristement fourvoyé dans un mauvais procès irrecevable, tant celui-ci est dénué de la pertinence et de la valeur scientifique qu’on pouvait raisonnablement attendre. Ce qu’il a pris pour une nouvelle théorie de la restauration pâtissant de  « … lacunes abyssales de la bibliographie … » (p.49) dont la sienne, est en réalité un essai philosophique que son auteur a toujours voulu comme tel.  Au constat de dévoiements de sens, d’une détraction posthume déloyale en méconnaissance, incompréhension ou mépris de l’ampleur et de la portée du livre de Jean-Pierre Cometti, la recension du philosophe-ergologue laisse un goût amer d’anathème inique et sans vergogne. Certes « Jean-Pierre Cometti est décédé … », mais n’en déplaise à une critique opportuniste, insuffisamment scrupuleuse à bien des égards et manifestement tombée dans l’excès tant de surplomb que d’aplomb, ses propositions font dorénavant école.   [MM — Juillet 2017]


Notes

1 « Existe-t-il une philosophie de la conservation-restauration ? », CRBC n°34 / décembre 2016, p.48-50.

On ne cédera pas à la tentation de s’aventurer dans l’explication de nature psychanalytique, même si la recension de Pierre Leveau, digne d’un brûlot, suggère un affrontement post mortem visant au meurtre symbolique du père, devant permettre in extremis une émancipation de l’émule/rival par laffranchissement du regard comettien.

3  L’anthropologie philosophique au sens wittgensteinien, décrit de manière pragmatique l’art comme un jeu de langage non isolable, connecté à d’autres jeux de langage, et inscrit dans des formes de vie.

5 Ici, il est fait allusion à une matérialité qui excède la « physicalité » ou la consistance matérielle.

6 Seuls quelques-uns , toujours les mêmes notamment cités par Pierre Leveau, parce que quasi-institutionnalisés ou en situation économique favorable, ont ce privilège.

8un peu comme dans les expériences de pensée, lorsqu’on se demande comment les choses apparaîtraient pour peu qu’on modifie sensiblement les hypothèses ou les données auxquelles elles sont subordonnées. », ibid.

9 Jean-Pierre Cometti, Art et facteurs d’art : ontologies friables, Rennes, Presses Universitaires de Rennes / Aesthetica, 2012, 217p.

10 L’abduction est entendue ici comme un mode ou processus de raisonnement logique inférentiel utilisé notamment pour la production de diagnostics. A partir d’un fait observé dont on connaît une cause vraisemblable, il consiste à conclure que cette cause hypothétique est la plus probable (hypothèse heuristique).

11 Sur la base de celle de John Dewey, Logique (La théorie de l’enquête), Paris, PUF.

12 Ibid.

13 A titre de comparaison avec l’Allemagne à laquelle on aime se livrer par ailleurs, le directeur du Doerner Institut, l’équivalent du C2RMF, fut dès 1974 ! … un (conservateur-) restaurateur, Hubertus von Sonnenburg. En 1991, il fut même nommé parallèlement, chairman du département de conservation-restauration du plus grand musée du monde, le Metropolitan Museum de New York, et directeur général de la collection fédérale des peintures de Bavière.

14 Si ce modèle offrit jadis l’avantage de garantir à une poignée de professionnels un monopole, il les soumettait à une hiérarchie bureaucratique. Inversement, la libéralisation totale du marché, même soumise à conditions de qualification, les livre aujourd’hui aux aléas de la demande et à une concurrence effrénée dont les conséquences inéluctables sont le dumping budgétaire et la baisse de qualité des prestations.

16 Le restaurateur traîne en effet, depuis le XVIIIème une réputation suspecte de détenteur de secrets, de sorcier, de magicien et de faussaire en puissance. cf. « Artiste, faussaire, expert : les identités du restaurateur », in L’Histoire à l’atelier : restaurer les œuvres d’art (XVIIIe-XXIe siècles) sous la dir. de Noémie Etienne, & Léonie Hénaut, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 2012, 418 p.

17 Il ne cite pas Thierry Lalot ni Alfredo Vega Cardenas, ni d’autres chercheurs.

18 Pierre Leveau a participé à plusieurs sessions du séminaire « art et artefactualité », mais nous n’avons pas souvenir qu’il ait formulé ouvertement quelque critique à quiconque sur la nature ou l’enjeu de la démarche poursuivie.

19  « […] ce livre,  […] intéressera peut-être les étudiants, […] mais irritera les professionnels, qu’il néglige à tort. » ; « C’est pourquoi l’ouvrage décevra autant les philosophes, qui n’y appendront rien de plus que de dans le précédent [livre] que les conservateurs-restaurateurs ne se satisferont pas d’apprendre que l’auteur « a l’impression […] d’enfoncer des portes ouvertes » » ; « Ce choix a nui à son entreprise et décevra les spécialistes, […] ».

20 J. Baudrillard Le système des objets, G. Genette, L’oeuvre de l’art, …

21 Si les propositions de Muriel Verbeeck, docteur en philosophie et enseignante à l’Ecole d’art de Saint-Luc ( Liège) sont volontairement passées sous silence, c’est que parce qu’elles nous paraissent relever plus d’une recherche méthodologique et théorique en conservation-restauration, qu’à proprement parler philosophique.

22  Responsable de la mention Conservation-Restauration des Biens Culturels , du pôle de recherche en préservation des biens culturels, composante de l’équipe d’accueil 4100 Histoire culturelle et sociale de l’art (HiCSA) sous la direction de Philippe Dagen à l’ UFR 03 Histoire de l’art et archéologie de Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, du Centre de Recherche en Préservation des Biens Culturels (CRPBC), et qui prend sous son aile toutes les thèses en conservation-restauration au titre de membre de l’Ecole Doctorale d’histoire de l’art ED 441 sous la direction de Dominique Poulot à l’ Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

23 Heinich Nathalie, Le paradigme de l’art contemporain. Structures d’une révolution artistique, Paris, nrf Gallimard, 2014.

24  L’art contemporain selon un nouveau paradigme.

25 L’INCCA est une base de données internationale alimentée par de multiples sources, l’ECCO un lobby professionnel européen, l’ICCROM un centre de documentation et de formation continue, l’ARAAFU une association corporatiste de professionnels français formés à l’université, et le CEN/TC346 voué à la normalisation terminologique de la conservation-restauration.

26 Preprints ICOM-CC/Lisbonne 2011, ICOM-CC/Melbourne 2014

27  Tout un pan de la recherche s’inscrit dans un courant de pensée post « tournant matériel » (‘material turn’) qui réfute notamment les partages catégoriels comme forme/matière, image /support, matériel/immatériel visant à une des reconceptions en conservation-restauration.

28  Pierre Leveau s’identifie comme Chercheur associé, rattaché au Centre d’Épistémologie et d’Ergologie Comparatives, Aix Marseille Université ED. 356.

30 En l’état actuel du paysage français des formations, celle-ci pourrait éclore à partir de la réunion des tenants d’une recherche interdisciplinaire et indépendante ou non institutionnelle, qui existe déjà en école supérieure d’art et à l’université.

31 Voir T. Lalot, « Bilan et perspectives de trente années de formation universitaire en conservation-restauration . Les chantiers de la formation : vers une discipline reconnue et une recherche active », Institut National d’Histoire de l’Art, Paris, 27 septembre 2008.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *