Comblement de lacunes murales par le Lego

L’artiste allemand Jan Vormann qui vit à Berlin et travaille au célèbre  T10 Studios, fait l’objet de plus en plus d’articles ici et là (en France récemment encore dans  Télérama,  et cette semaine dans Le Monde en ligne). Né en 1983 à Bamberg, il entame d’abord en 2003 et 2004) des études d’histoire de l’art et de conservation des monuments à l’université de sa ville natale. Puis il se réoriente vers la création des arts visuels et notamment la sculpture en intégrant la Kunsthochschule de Berlin-Weißensee de 2004 à 2011, sous les auspices des professeurs Karin Sander, Inge Mahn and Berndt Wilde. Depuis 2013 il enseigne au New Media/Interaction Design department de la Berliner Technische Kunsthochschule (BTK).

En 2011, il décide de « réparer » des villes avec des Duplos. Dans le cadre de son projet Dispatchwork , au cours de ses voyages, il veut remédier aux blessures des murs avec des pansements multicolores. D’abord focalisé sur des métropoles touchées par la guerre, il a ensuite élargi le spectre de  ses réparations colorées à toute la planète. En France, c’est sur Toulouse qu’il s’est penché: on peut voir le résultat de son intervention  sur le site de l’’hôpital La Grave, place Lange, dans des lacunes de murs de brique rouge.

Son  site  ICI

Il répare des murs du monde entier avec des Lego colorés

En près de dix ans, à l'aide de Lego colorés, Jan Vormann a déjà comblé des fissures dans plusieurs dizaines de pays. Et il encourage les gens à l’imiter.

Publié par Le Monde sur lundi 23 octobre 2017

 

 

Sa démarche a fait des émules dans le monde entier, comme à Central Park, ou encore plus récemment à Beyrouth par exemple.

Depuis, cette initiative en a déclenché d’autres, comme celles qui nécessitent le recours à la technologie 3 D. L’artiste Greg Petchkovsky cherche à obtenir  des impressions aussi illusionnistes que possibles afin  qu’elles s’intègrentent parfaitement dans leur décor. Dans la vidéo ci-dessous, on peut voir  comment à partir d’une roche lacunaire, prise en photo sous plusieurs angles selon la technique de scan en 3D,  il reconstitue la forme manquante non sans y apporter une touche humoristique en « greffant »  quelques briques de Lego. Ailleurs, il a réalisé une fausse brique imprimée en 3D avec un effet de coulures  en « réparation » d’un mur effrité.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *